Navigation – Plan du site

Villes et santé respiratoire en France

Urban areas and respiratory diseases in France
Stéphane Rican, Gérard Salem et Eric Jougla
p. 203-210

Résumés

Les conséquences sanitaires des processus d'urbanisation restent peu étudiées. Une analyse des disparités spatiales de santé respiratoire en France permet de mieux comprendre les liens entre environnement urbain et santé. L'évolution des indicateurs de santé respiratoire selon différents niveaux d'urbanisation, l'analyse des rapports centre-périphérie et la prise en compte des disparités intra-urbaines de santé respiratoire permettent de remettre en cause certaines idées reçues et d'insister sur la persistance et l'importance de véritables contextes régionaux.

Haut de page

Texte intégral

1On a coutume d'attribuer à la ville bien des maux. La ville, notamment la grande ville, serait un espace délétère. La pollution, l'entassement urbain, la promiscuité favoriseraient les pathologies respiratoires. Par opposition, la campagne, le littoral, seraient source de bien-être, de bonne santé, lieux par excellence du ressourcement et d'oxygénation. Cette image, fortement relayée par les médias, impose de fait les maladies de l'appareil respiratoire comme une caractéristique urbaine.

2Fortement ancrée dans les esprits, l'association entre urbanisation et affections respiratoires relève cependant plus du lieu commun que d'un fait scientifiquement étayé. Alors que tous les traités de géographie urbaine ne manquent pas de mentionner « la surcharge environnementale » (Paulet, 2000) caractérisant le milieu urbain, aucun ne s'aventure, faute d'études menées sur ces sujets ou d'intérêts portés à ces questions, à évoquer les éventuelles conséquences sanitaires de cette surcharge.

3Si la première caractéristique d'une ville est bien une concentration de population, d'activités ou de services sur un espace réduit, celle-ci peut avoir en termes sanitaire des effets à la fois positifs et négatifs. La ville est mieux dotée en équipements sanitaires que son espace environnant ; mais elle est aussi un lieu où la densité de population et son corollaire, la promiscuité, vont par exemple offrir aux pathologies transmissible un terrain favorable (Salem, 1998). Dans les faits, dans les pays du Sud comme dans les pays du Nord, la situation sanitaire est meilleure dans les villes que dans les campagnes et meilleure dans les grandes villes que dans les petites villes (Salem ef al., 1998). En revanche, derrière ces moyennes, l'extrême diversité de la ville se traduit le plus souvent par des disparités sanitaires bien plus importantes à l'intérieur de la ville qu'entre zones urbaines et zones rurales (Salem, 1998).

4Dans ces conditions, poser la question du lien spécifique entre urbanisation et affections de l'appareil respiratoire mène à poser simultanément trois séries de questions.

51. Le processus d'urbanisation croissante de la population, très accéléré dans la seconde partie du XXe s., a profondément transformé les modes de vie, d'habitat ou de travail en l'espace d'une génération. Quelles conséquences ont eu ces changements en termes de santé respiratoire ?

62. L'urbanisation n'est pas un mouvement uniforme, tant dans ses formes que dans les territoires qu'elle atteint. A la France urbaine du nord, de l'est, de l'Ile de France, de la vallée du Rhône et du pourtour méditerranéen, s'oppose la France plus rurale de l'Ouest et du Centre. De plus les conditions climatiques, les activités économiques, les modes de sociabilité, les modes de vie donnent aux villes des traits régionaux spécifiques. En conséquence, le lien entre urbanisation et santé respiratoire se pose-t-il en termes spécifiques dans chacune des régions ?

73. D'un point de vue épidémiologique, dans les pays du Nord comme dans les pays du Sud, la ville est un milieu particulièrement hétérogène (Salem, 1998). Les écarts en matière de santé des populations sont souvent plus importants au sein d'une ville que les écarts que l'on peut constater entre deux villes. Qu'en est-il en matière de disparités intra-urbaines de santé respiratoire ?

8L'objectif de cet article est d'apporter des éléments de réponse à ces questions, en regard des spécificités urbaines françaises.

Les indicateurs de santé respiratoire selon le niveau d'urbanisation

9Pour comparer l'état de santé respiratoire des citadins et des ruraux, on ne dispose en France que de peu d'indicateurs (Rican, 2002). Calculés à partir de la statistique nationale des causes de décès, les indicateurs de mortalité restent les plus robustes. Afin d'analyser le lien entre affections respiratoires et urbanisation, on étudiera l'évolution des taux standardisés de mortalité (Salem et al., 2002) selon la taille de la ville à différentes périodes.

10Le calcul des taux masculins de mortalité par affections respiratoires pour différentes tranches d'unités urbaines, au niveau national, révèle, tout d'abord une baisse continue des taux de mortalité par affections respiratoires en France depuis le milieu des années 1970 (tabl. 1). Ainsi, tandis que la part de la population urbaine dans la population française progresse sans cesse, la mortalité par affections respiratoires baisse.

11On note par ailleurs un gradient croissant de mortalité des communes rurales aux unités urbaines de plus de 100 000 habitants quelle que soit la période, (tabl. 1). Les écarts peuvent être importants entre zones rurales et zones urbaines, notamment en début de période, mais restent faibles entre les différentes catégories urbaines. On n'observe donc pas de gradient régulier des petites villes vers les grandes villes comme on pouvait s'y attendre mais davantage une opposition entre communes rurales et communes urbaines prises dans leur ensemble. Ces différences tendent toutefois à s'atténuer dans le temps et l'écart est très faible en fin de période. L'urbanisation grandissante s'est accompagnée d'un profond remaniement des rapports entre zones urbaines et zones rurales. La progression de la périurbanisation, l'adoption progressive par les agriculteurs de comportements urbains tendent à homogénéiser les modes de vie des ruraux et des citadins et contribuent à rendre plus floues les limites entre la ville et la campagne.

Figure 1 : Taux comparatifs masculins de mortalité par affections respiratoires à l'échelle régionale selon différentes tailles d'unités urbaines (1988-1992)

Communes rurales

Communes rurales

Unités urbaines de moins de 20 000 habitants

Unités urbaines de moins de 20 000 habitants

Unités urbaines de plus de 20 000 habitants

Unités urbaines de plus de 20 000 habitants

12En définitive, si l'analyse au niveau national des disparités d'affections respiratoires pour différentes catégories urbaines tend à confirmer les caractéristiques urbaines de ces affections, elle montre que c'est sans doute de moins en moins vrai. Ces moyennes nationales ne permettent cependant pas de traduire d'éventuelles disparités régionales.

Contexte régional et santé respiratoire

13L'analyse des taux de mortalité selon la taille des unités urbaines ne tient pas compte de l'inégale répartition des différentes catégories urbaines sur le territoire. A l'hyper concentration parisienne et aux conurbations septentrionales ou méditerranéennes s'opposent en effet les petites et moyennes villes du centre et de l'ouest français. Chaque catégorie de villes ne se distribue pas aléatoirement sur le territoire français. En conséquence, quand on mesure des écarts entre différentes catégories urbaines au niveau national, mesure-t-on un lien effectif entre urbanisation et état de santé respiratoire ou met-on davantage en évidence le rôle de leur appartenance régionale ?

14Afin de mieux comprendre le rôle du niveau d'urbanisation dans la distribution des affections respiratoires, il faut pouvoir articuler différents niveaux d'analyse prenant en compte simultanément la taille des agglomérations et leur appartenance régionale. Le calcul des taux de mortalité à l'échelle régionale pour différentes catégories de commune (tabl. 1) et la représentation cartographique de ces distributions selon les mêmes limites de classes permettent de réaliser cette articulation (fig. 1).

15On note tout d'abord que, quelle que soit la région, les taux sont systématiquement plus élevés dans les communes urbaines que dans les communes rurales. Ils sont en revanche équivalents entre les petites villes et les grandes villes.

Tableau 1 : Taux de mortalité standardisés sur l'âge selon différentes tailles d'unités urbaines (1973-77) et (1988-1992)

Tableau 1 : Taux de mortalité standardisés sur l'âge selon différentes tailles d'unités urbaines (1973-77) et (1988-1992)

Sources : INSERM/INSEE
Traitements et infographie : Espace Santé et Territoire, 2002

Figure 2 : Taux comparatifs masculins de mortalité par affections respiratoires à l'échelle des aires urbaines (1988-1992)

Figure 2 : Taux comparatifs masculins de mortalité par affections respiratoires à l'échelle des aires urbaines (1988-1992)

16On note ensuite que, quelle que soit la taille de la ville, les taux sont systématiquement plus élevés dans le Nord-Est de la France que dans le Sud-Ouest. Les taux sont même plus élevés dans les communes rurales du Nord-Est que dans les communes urbaines du Sud-Ouest, confirmant bien les limites d'une moyenne nationale.

17L'étude des taux de mortalité à l'échelle des aires urbaines, permettant de confronter taille et appartenance régionale de la ville, confirme l'importance du facteur régional dans la distribution des taux (fig. 2). Cette analyse révèle une très forte hétérogénéité des taux entre les villes françaises. Alors que les taux varient peu suivant les différentes catégories de villes, ils varient dans un rapport de 1 à 3 à l'échelle des aires urbaines.

18L'analyse de la distribution spatiale des taux permet de mettre en évidence plusieurs facteurs de localisation. Le facteur le plus marqué reste l'appartenance régionale des villes. On note en effet que deux villes d'une même région, quelle que soit leur taille, ont généralement des taux plus proches que deux villes de taille identique situées dans deux régions différentes. Les taux sont forts dans toutes les villes du Nord-Est de la France et s'opposent aux taux faibles des villes du Centre-Ouest et du Sud-Ouest de la France. Les variations intra régionales sont très faibles. Cette composante régionale renvoie à de nombreuses combinaisons de facteurs sociaux, économiques, environnementaux ou culturels. Elle traduit la persistance de comportements régionaux, tant dans le domaine du tabagisme, que dans les consommations alimentaires ou les comportements face à la santé (estime de soi, recours aux soins, etc.), dont on ne connaît que peu de choses.

19A ce facteur prépondérant s'ajoute le rôle de la spécialisation socio-économique, souvent ancienne, voire passée, de certaines villes. De nombreuses villes, de tailles très différentes, se démarquent de leur contexte régional par des taux très différents par rapport aux villes voisines. L'exemple le plus remarquable est celui du bassin industriel de Saint-Étienne. Les taux des trois villes composant ce bassin (Saint-Etienne, Saint-Chamond et Givors) sont de l'ordre de 250 pour 100 000 hommes lorsque ceux de toutes les autres villes de la région ne dépassent pas 200 pour 100 000. Ces villes restent toujours marquées par leur passé industriel basé sur l'extraction minière, la métallurgie et la verrerie. Elles subissent toujours les effets négatifs de la crise qui a frappé ces secteurs industriels. La reconversion lente et difficile de ces bassins d'activité est loin d'être achevée, malgré la diversification des activités.

20De tels exemples sont fréquents sur l'ensemble du territoire national : Le Creusot et son passé minier forme un point « rouge » dans l'ensemble bourguignon ; Marseille et Toulon, plus industrielles que leurs homologues du pourtour méditerranéen, ont des taux de mortalité légèrement plus élevés ; Brest et son industrie militaire se démarque des autres villes bretonnes tout comme Cherbourg de l'ensemble normand. Au sein des régions de forte mortalité, certaines villes s'individualisent également : les villes du bassin houiller du Nord, de Lens à Valenciennes ont des taux plus élevés que les autres villes de la région ; Mulhouse, plus industrielle que Strasbourg est également caractérisée par des taux de mortalité plus élevés. Ainsi, si l'on reprend la classification des villes françaises opérée sur le double critère du degré de spécialisation et du contenu de la spécialisation (Damette, 1994), on note que toutes les villes classées dans la catégorie des villes hyperspécialisations dans le domaine industriel sont caractérisées par des taux très élevés de mortalité par affections respiratoires. Plus largement, les villes à dominante industrielle ont, quelle que soit leur taille, des taux plus élevés que les villes à dominante étatique ou économique. De nombreuses villes, indépendamment de leur taille démographique, subissent ainsi les contrecoups sanitaires de leurs spécialisations industrielles.

Figure 3 : Profils des aires urbaines de plus de 20 000 habitants établis suivant les taux de mortalité par affections respiratoires dans les communes-centre, les autres communes du pôle urbain et les communes périurbaines (1988-1992)

Figure 3 : Profils des aires urbaines de plus de 20 000 habitants établis suivant les taux de mortalité par affections respiratoires dans les communes-centre, les autres communes du pôle urbain et les communes périurbaines (1988-1992)

21Dans tous les cas, la taille de la ville, ou sa place dans l'armature urbaine française, ne constitue pas un déterminant des disparités spatiales pour les affections respiratoires.

22Cependant, si la taille de la ville ne joue pas sur le niveau moyen de prévalence des affections respiratoires, elle peut contribuer à l'hétérogénéité intra urbaine.

L’hétérogénéité des rapports centre-périphérie

23L'opposition entre le centre et la périphérie des villes constitue souvent un premier critère de différenciation intra urbaine. Plus densément peuplé, le centre des villes se distingue également socialement des espaces périphériques. Le centre est ainsi plus fréquemment habité par des personnes seules, jeunes ou âgées, tandis que les espaces périphériques sont plébiscités par les familles avec jeunes enfants. En Europe, contrairement aux Etats Unis où la crise des centres est ancienne et persistante, l'attachement au centre historique et l'importance des coûts fonciers, ont tendance à favoriser la présence de population des classes sociales moyennes ou supérieures dans les centres au détriment des espaces périphériques. Cette configuration souvent rencontrée n'est toutefois pas systématique. Les contre-exemples sont nombreux. Ainsi, certains quartiers centraux de Marseille sont fortement dégradés et paupérisés, marqués par un chômage important, tandis que les familles favorisées de la ville se sont dirigées vers le sud de la ville (Paulet, 2000).

24Le découpage en aires urbaines établis par l'INSEE permet de distinguer, pour chaque ville, différentes catégories spatiales au sein de l'espace urbain. On peut ainsi séparer les communes-centre de l'aire urbaine, les autres communes du pôle urbain et les communes périphériques. Le calcul des taux de mortalité par affections respiratoires dans chaque entité au niveau national, montre l'absence de différence entre ces trois types d'espace (tabl. 2).

25Au-delà de cette homogénéité d'ensemble, une comparaison systématique des taux de mortalité dans chaque entité spatiale composant l'aire urbaine, permet de distinguer plusieurs types d'organisation centre périphérie. Pour chaque aire urbaine de plus de 20 000 habitants, la construction d'une courbe des taux du centre vers la périphérie (commune centre, autres communes du pôle urbain, communes périurbaines) et la comparaison de la forme de ces courbes indépendamment de la valeur des taux, permet de repérer 5 types de rapport centre périphérie en matière de mortalité par affections respiratoires (fig. 3).

26Un premier groupe rassemble les aires urbaines pour lesquelles les taux comparatifs de mortalité par affections respiratoires croissent au fur et à mesure que l'on s'éloigne du centre. Il s'agit pour l'essentiel d'importants centres universitaires, le plus souvent capitales régionales, telles que Paris, Caen, Rennes, Bordeaux, Montpellier, Toulouse, Nice, Grenoble ou Dijon.

27Le second groupe est caractérisé par une courbe en cloche des taux de mortalité du centre vers la périphérie. Les taux sont plus élevés dans les autres communes du pôle urbain que dans la commune centre et les communes périurbaines. A l'exception de Lyon, cette forme d'organisation est plutôt caractéristique de petites et moyennes villes d'une grande moitié ouest de la France.

28Le troisième groupe, peu représenté, est marqué par des taux équivalents dans les trois catégories de commune. Il concerne les principales villes du centre ouest (Nantes, Angers, Le Mans, Tours et Orléans) ainsi que plusieurs villes disséminées sur l'ensemble du territoire (Marseille, Rouen ou Limoges).

29Le quatrième groupe est constitué par un ensemble de villes présentant un gradient décroissant de mortalité du centre vers la périphérie. Ce groupe est majoritairement constitué des villes industrielles du Nord de la France.

30Le dernier groupe est composé de villes pour lesquelles les taux sont inférieurs dans les zones en périphérie immédiate du centre comparés aux taux dans la zone centre et dans les communes périurbaines. Cette situation caractérise de nombreuses petites villes situées en périphérie de la région parisienne et dans l'est de la France.

Tableau 2. Taux de mortalité standardisés sur l'âge selon différentes catégories urbaines

Type d’espace dans l’aire urbaine

Taux pour 100 000 habitants

Commune centre

124,6

Autres communes du pôle urbain

123,8

Communes périphériques

124,6

Figure 4 : Ratios standardisés de mortalité par affections respiratoires dans l'aire urbaine de Paris sur la période 1988-1992

Toutes causes confondues

Toutes causes confondues

Cancers bronchopulmonaires

Cancers bronchopulmonaires

31Cette typologie a l'avantage de bien mettre en évidence les multiples situations régissant les rapports centre périphérie des villes françaises. L'absence de différence entre centre et périphérie des villes au niveau national résulte de situations hétérogènes d'une ville à l'autre. Les déterminants de cette hétérogénéité sont difficiles à cerner. Manifestement, la taille de la ville n'intervient pas dans la construction de la typologie. Ces situations multiples traduisent plus vraisemblablement des formes d'organisation socio spatiale très différentes d'une ville à l'autre.

32Il semble toutefois que les fonctions économiques de certaines villes modèlent les rapports centre périphérie. L'inversion du gradient de mortalité centre périphérie constaté entre les villes universitaires (premier groupe) et les villes industrielles du Nord (quatrième groupe) permet de souligner la régularité de certains processus d'urbanisation. Les taux plus élevés de mortalité par affections respiratoires observés dans les centres des villes industrielles du Nord coïncident avec un habitat ouvrier encore très présent dans les espaces centraux de ces villes. L'organisation de nombre de villes universitaires est en revanche marquée par une valorisation du centre se traduisant par l'implantation plus fréquente des catégories aisées de population et un rejet en périphérie des activités industrielles et des classes sociales situées en bas de l'échelle sociale. On note alors un gradient croissant de mortalité du centre vers la périphérie.

Les ségrégations intra-urbaines

33Aux oppositions centre périphérie viennent souvent s'ajouter des structurations sectorielles de la ville. Celles-ci prennent des formes différentes suivant les caractéristiques du site, l'organisation des axes de transport ou les politiques en matière d'urbanisme. Ainsi, les catégories les plus aisées de la population se situent préférentiellement dans les espaces les mieux desservis et offrant le plus d'agrément.

34Il en découle d'importantes disparités intra urbaines de santé. Ces disparités sont souvent plus importantes que celles que l'on observe entre les villes ou entre la ville et l'espace rural (Salem, 1998).

35La région parisienne constitue un laboratoire privilégié pour analyser les disparités intra urbaines de santé. Le gigantisme de l'agglomération, son aire d'influence sans cesse élargie et les très fortes concentrations de population et d'activité favorisent le développement d'importantes ségrégations socio spatiales ayant de nettes traductions sanitaires. Les principales structures spatiales de l'état de santé dans cette agglomération sont en effet connues. L'analyse des espérances de vie à l'échelle des arrondissements et des communes de Paris et sa première couronne a permis de montrer que la mortalité parisienne s'organise autour d'un axe nord-ouest/sud-ouest : au nord de cet axe les espérances de vie sont faibles tandis qu'elles sont fortes au sud (Chauviré, 1991 ; Salem et al, 2000). Les écarts peuvent atteindre des valeurs aussi fortes que celles que l'on observe entre le nord et le sud du pays.

36Une analyse des ratios standardisés de mortalité par affections respiratoires, à l'échelle des communes et des cantons de l'aire urbaine de Paris, confirme les fortes disparités de santé respiratoire au sein de cet ensemble urbain (fig. 4). Chaque entité spatiale est située par rapport à une moyenne 100 française. Les écarts sont très importants au sein de l'agglomération parisienne. Ces disparités ne se distribuent pas aléatoirement. On note la forte homogénéité des situations de part et d'autre de l'axe nord-ouest/sud-ouest avec une forte mortalité au nord-est qui s'oppose à la faible mortalité du sud-ouest de l'agglomération. Ce partage de l'agglomération renvoie aux caractéristiques sociales et économiques des populations de part et d'autre de cette ligne. Le nord-est, industriel et ouvrier, s'oppose au sud-ouest, tertiaire et aisé. Cette coupure ancienne, héritée de l'histoire pré-industrielle et industrielle de la ville, n'a pas été remise en cause par l'extension du centre urbain et par les mutations économiques de la proche et de la lointaine banlieue. Le déclin industriel du nord-est de l'agglomération ne s'est pas accompagné de modifications dans les caractéristiques sociales de la population résidente, tandis que le développement des activités tertiaires a renforcé le mouvement d'implantation d'une population aisée dans le sud-ouest.

37On note également qu'à ce principal clivage s'ajoute une opposition entre le centre et la périphérie de l'aire urbaine. Les marges de l'agglomération sont en effet marquées par une surmortalité par rapport à la moyenne française. Ces marges constituent la banlieue éloignée de Paris et correspondent aux extensions de l'agglomération à partir des années 1960. Elles résultent à la fois du développement et de la transformation d'anciens noyaux villageois, d'opérations d'urbanisme (villes nouvelles) et de l'implantation de grands ensembles habités par des populations socialement défavorisées.

Conclusion

38S'il existe bel et bien un lien entre urbanisation et santé respiratoire, celui-ci est beaucoup moins simple qu'il n'y paraît.

39Des différences existent entre la santé respiratoire des urbains et celle des ruraux. Une analyse plus fine des causes de décès permet de mettre en évidence le rôle important du développement du tabagisme en zones urbaines à partir des années 1950 pour les hommes et à partir des années 1970 pour les femmes (Rican, 2002). Les zones situées dans l'orbite d'une ville ont ainsi des taux de mortalité par affections respiratoires plus forts que celles placées en dehors de l'aire d'influence d'une ville.

40Ces différences ont cependant tendance à s'estomper. Les écarts entre zones rurales et zones urbaines sont beaucoup moins importants en fin de période. Ce résultat accrédite la thèse d'une urbanisation progressive des comportements et des modes de vie.

41De plus, les situations sanitaires des villes dépendent davantage de leur spécialisation socio-économique et de leur appartenance régionale que de leur taille ou leur place dans l'armature urbaine. Les villes héritées de la première révolution industrielle portent ainsi toujours les traces des conditions de travail passées et de leurs organisations sociales et culturelles particulières tandis que le Nord et l'Est de la France sont caractérisés par de très fortes mortalités respiratoires, quelle que soit la taille de la ville. Cette composante régionale traduit des comportements spécifiques face à la santé tant en termes de comportements à risque (tabagisme), que d'habitudes nutritionnelles ou de recours aux soins. Elle donne au géographe la confirmation de la persistance de différences régionales dans les modes de vie.

42Dés lors, l'articulation entre l'offre de soins et les besoins de la population prennent des formes très différentes d'une région à l'autre. La planification sanitaire, la mise en place de réseaux de soins, l'organisation et la régulation de l'offre de soins ne peuvent se poser qu'en termes spécifiques dans chaque région.

Haut de page

Bibliographie

CHAUVIRE Y., 1991, Les inégalités en matière de mortalité à Paris et dans la petite couronne. Espace, populations, sociétés, 1, p. 47-53.

DAMETTE F., 1994, La France en villes, Paris, La Documentation Française, 271p.

NOIN D., 2001, Le nouvel espace français, Paris, A. Colin, 256 p.

PAULET J.-P, 2000, Géographie urbaine, Paris, A. Colin, 315 p.

PIERCY P., 2000, La France : le fait régional, Paris, Hachette, Coll. Carré géographie, 287 p.

RICAN S., 2002, Géographie des affections respiratoires en France, Doctorat, Nanterre, Université Paris X, 283 p.

SALEM G., 1998, La santé dans la ville. Géographie d'un petit espace dense : Pikine (Sénégal), Paris, Karthala, ORSTOM, coll. Hommes et société, 360 p.

SALEM G., RICAN S., 1998, Environnement urbain et santé, in Encycl Méd Chir (Elsevier, Paris), Encyclopédie Pratique de Médecine, 7-1035,5 p.

SALEM G., RICAN S., JOUGLA E., 2000, Atlas de la santé en France. Vol 1 : Les causes de décès, Paris, John Libbey Eurotext, 169 p.

SALEM G., RICAN S., 2002, Géographie du peuplement, géographie de la santé, in CHARVET J.-P., SIVIGNON M (dir.), Questions de géographie humaine, Paris, Colin, p. 67-95.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Communes rurales
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2048/img-1.png
Fichier image/png, 4,3k
Titre Unités urbaines de moins de 20 000 habitants
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2048/img-2.png
Fichier image/png, 4,5k
Titre Unités urbaines de plus de 20 000 habitants
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2048/img-3.png
Fichier image/png, 5,2k
Titre Tableau 1 : Taux de mortalité standardisés sur l'âge selon différentes tailles d'unités urbaines (1973-77) et (1988-1992)
Légende Sources : INSERM/INSEETraitements et infographie : Espace Santé et Territoire, 2002
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2048/img-4.png
Fichier image/png, 3,6k
Titre Figure 2 : Taux comparatifs masculins de mortalité par affections respiratoires à l'échelle des aires urbaines (1988-1992)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2048/img-5.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 3 : Profils des aires urbaines de plus de 20 000 habitants établis suivant les taux de mortalité par affections respiratoires dans les communes-centre, les autres communes du pôle urbain et les communes périurbaines (1988-1992)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2048/img-6.png
Fichier image/png, 26k
Titre Toutes causes confondues
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2048/img-7.png
Fichier image/png, 12k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2048/img-8.png
Fichier image/png, 601 octets
Titre Cancers bronchopulmonaires
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2048/img-9.png
Fichier image/png, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Rican, Gérard Salem et Eric Jougla, « Villes et santé respiratoire en France », Géocarrefour, vol. 78/3 | 2003, 203-210.

Référence électronique

Stéphane Rican, Gérard Salem et Eric Jougla, « Villes et santé respiratoire en France », Géocarrefour [En ligne], vol. 78/3 | 2003, mis en ligne le 12 mars 2008, consulté le 01 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/2048 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.2048

Haut de page

Auteurs

Stéphane Rican

Université Paris X - Nanterre, Equipe Espace Santé et Territoire, 15/21 rue de l'école de médecine - 75006 Paris. E.mail :stephane.rican@worldonline.fr

Articles du même auteur

Gérard Salem

Université Paris X - Nanterre, Equipe Espace Santé et Territoire, 15/21 rue de l'école de médecine - 75006 Paris. E.mail :gsalem@ext.jussieu.fr

Eric Jougla

INSERM Cépidc, 44, chemin de ronde, 78116 Le Vesinet, E.mail :jougla@vesinet.inserm.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page