Navigation – Plan du site

Le bruit comme facteur de nuisance à la qualité de la vie du citadin

Noise pollution reduces urban quality of life
Natalia Saulnier et Christine Zanin
p. 121-128

Résumés

La qualité de vie, comme objet d’étude géographique est un système complexe où les réalités spatiales, sociales, économiques, culturelles se greffent aux éléments de représentation, d’appropriation et de valorisation de l’espace. Dans le cadre d’une recherche sur l’évaluation de la qualité de la vie intra-urbaine et sa prise en compte dans la gestion locale territoriale, l’environnement sonore subi est apparu comme une dimension importante. Comment évaluer le bruit ? Quel référentiel spatial faut-il prendre en compte ? Comment créer l’information sur les nuisances sonores ? Comment obtenir une image efficace du bruit dans une ville ?  A travers la présentation d’une approche originale d’évaluation de la qualité de la vie intra-urbaine et de son application sur la ville de Lyon, une réponse à ces quatre questions peut être apportée.

Haut de page

Texte intégral

1Le bruit est une nuisance. Évidence ? pas sûr ! Pour fêter un événement, pour fabriquer de la convivialité, du bonheur, nous faisons du bruit : musique, rires… Pourtant nous disons aussi : "que c’est calme, qu’on est bien !".

2En fait, la vie de l’homme est un perpétuel mouvement où il n’y a ni stabilité ni pérennité dans les sentiments, dans les sensations, dans les demandes. L’urbaniste, l’architecte, l’aménageur, tous ceux dont le métier est de procurer un environnement désirable et désiré ne peuvent qu’être dubitatifs sur les choix à effectuer. Le citadin voudrait une ville à la campagne et la définition de la bonne qualité de vie reste à inventer.

3Il est cependant nécessaire de prendre des décisions lorsque l’on exerce une responsabilité sur l’environnement. L’approche subjective de la réalité étant délicate, l’aménageur, au sens large, recherchera des règles pour appuyer ses options à partir d’une analyse quantitative du concept de qualité de la vie. Le concept de qualité de vie est pluridimensionnel et multithématique. En effet,  parler de qualité de vie c’est évoquer la qualité des cadres de vie, de l’environnement ; c’est parler de niveau de vie, d’emploi, de nuisances, de valorisation, de sociabilité ou d’insécurité, toutes choses que l’on se doit d’évaluer pour répondre à la question : la ville est-elle de qualité ?

Méthodologie générale pour définir et évaluer la qualité de la vie citadine

4L'évolution du paysage urbain, entraînée par une métamorphose du peuplement, a induit un changement important dans les conditions de vie des Français. Les rapports économiques et sociaux se sont modifiés dans un environnement qui, lui, ne peut évoluer à la même vitesse. Malgré une élévation globale de leur niveau de vie, et face à ce déséquilibre, les Français ressentent souvent un "mal de vivre en ville". Le souci de la quantité est dépassé, celui de la qualité s'est peu à peu affirmé dans toutes les couches de la population. L'aspiration à des conditions de vie différentes et le développement d'une civilisation des loisirs engendrent de nouvelles formes d'utilisation de l'espace, de nouveaux besoins, de nouvelles exigences.

5La qualité de vie, comme objet d’étude géographique est un système complexe où les réalités spatiales, sociales, économiques, culturelles se greffent aux éléments de représentation, d’appropriation et de valorisation de l’espace. La recherche de l'amélioration de la qualité de la vie a été pendant longtemps une lutte pour un cadre de vie agréable et décent, pour un meilleur environnement physique sans contrarier toutefois la quête d'un niveau de vie toujours supérieur. C'est issu de ces réflexions que, peu à peu, dans les mentalités, a pris forme le concept de "qualité de la vie", et que celui-ci est devenu rapidement un thème sensible et porteur.

6Les très nombreuses études menées depuis plus de 20 ans en France, montrent la complexité d’une telle notion. Trop simple et trop général à la fois, ce concept est souvent "fourre-tout". Les positions n’ont pas bougé, chacun l’associe encore et toujours à l’idée de bonheur, de bien-être ; il s’agit toujours d’exprimer ce qu’est la vie, ce qu’en est la quotidienneté. La qualité de la vie est donc en lien étroit avec la proximité, la gestion du quotidien, l’identification des potentialités et des carences des cadres de vie.

7Compte tenu de la diversité et de la divergence des domaines auxquels la qualité de la vie peut faire référence, la définition et l’approche de cette notion doivent être clairement définies avant toute étude. Deux approches fondamentales du concept ont pu jusqu’à présent être identifiées :

8- une approche subjective qui s’attache à l’analyse du bien-être : si l'on se réfère au champ des projets, des aspirations, des satisfactions ou des déceptions des individus, on est dans le domaine de la perception subjective ; les échelles d'observation, les outils d'analyse seront adaptés à l'originalité de ce champ.

9- une approche objective qui analyse les conditions de vie : la qualité de la vie passe aussi par l'existence d'un certain nombre de caractères objectifs du cadre de vie, de la situation économique, des projets possibles. Nous sortons du registre du subjectif. Ces conditions d'ensemble observables, mesurables, sont aussi offertes au géographe, pour définir, étudier, voire proposer des améliorations, de cette qualité de la vie (fig. 1).

Figure 1 : Les deux approches fondamentales de la qualité de la vie

Figure 1 : Les deux approches fondamentales de la qualité de la vie

10Une troisième approche peut être proposée : au lieu de distinguer l’approche objective et subjective, une nouvelle attitude consiste à tenter de se nourrir de leurs richesses et de leurs pertinences respectives. L’objectif est alors de passer d’une vision séparatiste du concept à une vision pragmatique, évolutive et dynamique. Cette complémentarité des approches permet alors de construire une représentation plus "opération-nelle" de la qualité de la vie : une considération subjective des représentations citadines permettant de tendre ensuite vers un diagnostic objectif de la qualité de la vie. Cette méthode présente l’avantage d’évaluer la qualité de la vie quotidienne des habitants tout en proposant un outil opérationnel de connaissance et d’expertise du territoire : identifier des territoires de potentialités et de carences en fonction des représentations et des attentes en matière de qualité de la vie (fig. 2).

Figure 2 : Les phases de construction d’une approche intégrée de la qualité de vie

Figure 2 : Les phases de construction d’une approche intégrée de la qualité de vie
  • 1  Saulnier N., thèse de doctorat de géographie aména-gement et urbanisme en cours, Méthode d’évaluat (...)

11Cette troisième voie est la méthode mise au point et utilisée pour évaluer la qualité de la vie dans la ville de Lyon1. Ce travail repose sur l’élaboration d’un système de mesure principalement basé sur la prise en considération des jugements de valeur et des représentations des acteurs urbains concernant la qualité de la vie. Cette première étape permet d’identifier des critères subjectifs et d’aller vers un état des lieux général de la ville de Lyon en proposant une enquête générale sur la qualité de la vie à Lyon, en fonction des critères préalablement définis par les acteurs locaux. Les indicateurs de qualité de la vie ne sont plus liés par une contrainte statistique. La démarche subjective est ainsi intégrée au système de mesure. Cette démarche rend encore plus pertinente l’évaluation objective de la qualité de la vie.

Des critères subjectifs pour une évaluation objective

12Les critères nécessaires à l’évaluation de la qualité de la vie ont été identifiés. La mesure de la qualité de la vie n’est jugée pertinente que si elle s’appuie sur l’utilisation de critères composites mis en relation les uns avec les autres. Acteurs locaux et habitants trouvent un terrain d’entente pour définir les critères à prendre en considération pour évaluer la qualité de la vie dans leur ville : sécurité, habitat et ambiance de vie sont identifiés comme des éléments particulièrement structurants pour la qualité de la vie. Commerces et services, environnement (bruit, pollution et propreté) et transport sont perçus comme des domaines déterminants. Les espaces et les équipements publics ont quant à eux un poids plus relatif.

13Cette étude a permis l’identification des besoins et des attentes. Elle met en évidence des critères subjectivement identifiés qui servent alors de référence à l’ensemble d’une évaluation de la qualité de la vie menée sur la ville de Lyon. Le diagnostic objectif de la qualité de vie intra-urbaine de Lyon se base ainsi sur une batterie d’indicateurs justifiables et légitimés par les acteurs urbains de la ville.

14Mais face à cet objectif, tous les critères identifiés ne sont pas égaux. Certains critères, comme ceux qui font référence au lien social ou à la convivialité ne sont pas quantifiables et ne peuvent être exploités qu’avec difficulté et grandes précautions méthodologiques. D’autres critères sont par contre totalement quantifiables et présentent une valeur objective intégrable dans un outil de veille et d’analyse favorisant la compréhension et la gestion des territoires, facilitant la concertation pour une qualité de ville.

  • 2  Le bruit est considéré par 58% des acteurs profes-sionnels comme une nuisance majeure à la qualité (...)

15L’évaluation des nuisances, critère qualifié comme primordial pour l’évaluation de la qualité de la vie2, en est un exemple. Parmi les nuisances, les nuisances sonores apparaissent comme les plus directement néfastes à une bonne qualité de vie.

16Nous proposons ici une analyse précise du bruit dans la ville de Lyon. La démarche adoptée apparaît alors comme illustrative de l’ensemble du traitement effectué sur les différentes mesures de la qualité de la vie lyonnaise.

Nuisances sonores et qualité de la vie à Lyon

Evaluer le bruit

17Les sources de bruit sont diverses. Il peut provenir des voisins, de l’activité commerciale ou de l’animation de quartier, de la circulation auto-mobile, ou être lié à l’activité industrielle, ferroviai-re ou aérienne… Pour notre diagnostic objectif de la qualité de vie, l’inventaire des sources de bruit disponibles a été effectué. La disponibilité statistique sur les nuisances sonores est très faible. Nous avons recensé quatre types de sources :

18- l’approche psychologique de l’environnement qui passe par des enquêtes sur la perception sonore. Cette approche qualitative prend en compte le point de vue des habitants et permet de saisir la manière dont ils perçoivent leur environnement et ses nuisances sonores.

19- la modélisation très fine de la nuisance sonore issue de comptages de trafic tenant compte de la source et la propagation du bruit (matériaux, isolation…)

20- la source de la plainte (recensement effectué par les services municipaux ou communautaires des plaintes des particuliers liées à des nuisances domestiques de voisinage, de travaux, de circulation…)

21- le classement sonore des infrastructures de transports terrestres (arrêté du 30 mai 1996). Ce classement est effectué par le Préfet qui prend un arrêté classant les infrastructures et indiquant les secteurs affectés par le bruit, les niveaux sonores à prendre en compte dans ces secteurs de nuisances qui doivent donc être reportés dans les documents annexes des POS concernés.

  • 3  Cette information a été mise à notre disposition par la Direction écologie urbaine, Service d’hygi (...)

22Compte tenu des exigences de la méthode de diagnostic, de la préoccupation des personnes interrogées qui associent le bruit à la circulation automobile et de la disponibilité des sources, l’évaluation des nuisances sonores s’est basée sur le classement sonore des infrastructures de transports terrestres (arrêté du 30 mai 1996). Ce classement s’effectue directement sur la base des caractéristiques sonores de la voie à partir de données telles que leur géométrie, leur fonction ou leur trafic et se base sur le recensement et le classement des voies routières dont le trafic journalier moyen annuel existant ou prévu est supérieur à 5 000 véhicules par jour3.

Choisir un référentiel spatial

23L’approche comparative et synthétique adoptée pour l’ensemble de l’étude de la qualité de la vie à Lyon a nécessité une réflexion sur le choix d’un référentiel spatial commun au traitement de tous les thèmes.

24Le choix s’est porté sur le référentiel bâti du cadastre. En effet, celui-ci répondait à la fois aux nécessités du rendu cartographique et à celles de la problématique. De plus, l’unité géographique du bâti est l’unité de base du territoire vécu au quotidien. Cette solution peut également être améliorée par l’évaluation du voisinage du bâti, avec un rayon de voisinage modulable en fonction de la thématique étudiée. Enfin, ce référentiel bâti a pu être enrichi par des informations telles que la volumétrie et le caractère habité ou non, ce qui a permis d’affiner le traitement des informations issues du Recensement général de la population à l’îlot et d’en faire une base de connaissances contextuelles qui pourra être confrontée aux résultats des traitements sur la qualité de vie.

Créer l’information sur les nuisances sonores

  • 4  Seules les nuisances liées à la circulation routières sont ici prises en compte. Il aurait été jud (...)

25L’impact des nuisances sonores issues de la circu-lation routière4 sur la qualité de vie au quotidien s’inscrit dans un schéma "d’émission-réception" où la source sonore est l’émetteur et l’unité de bâti le récepteur. Le niveau sonore reçu par l’unité de bâti détermine l’impact sur la qualité de vie.

26Le processus de transmission suit les lois de l’acoustique et différents outils de modélisation permettent d’évaluer sa propagation.

  • 5  Arrêté du 30 mai 1996 relatif aux modalités de classement sonore des infra-structures de transport (...)

27La législation classe les infrastructures en fonction de leurs niveaux sonores diurnes et nocturnes reçus, au point de référence. Ces niveaux sonores permettent de déterminer la catégorie de l’infrastructure, selon 5 classes définies par l’arrêté5 du 30 mai 1996. 

28En milieu ouvert, la propagation du son est déterminée par les qualités acoustiques de l’air dans lequel il se propage (vents, température, texture du sol…). Par ailleurs, les éléments tels que le relief, les bâtiments ou les infrastructures urbaines forment des obstacles qui modulent par diffraction et réfraction la propagation du son.

29La mise en œuvre de modèles puissants prenant en compte l’impact du relief ou de la structure urbaine nécessiterait de disposer de sommes d’informations considérables sur la géométrie du tissu urbain, les qualités isolantes des matériaux ainsi que de très importantes capacités de traite-ment. Par ailleurs, ce type de modélisation propo-serait une précision de résultats tout à fait dispro-portionnée par rapport à nos objectifs de départ.

Niveau sonore de référence Laeq
(6h-22h) en dB(A)

Niveau sonore de référence Laeq
(22h-6h) en dB(A)

Catégorie de l’infrastructure

Largeur maximame des secteurs affectés par le bruit ; de part et d’autre de l’infrastructure

L>81
76<L≤81
70≤L≤76
65<L≤70
60<L≤65

L>76
71<L≤76
65<L≤71
60<L≤65
55<L≤60

1
2
3
4
5

d=300m
d=250m
d=100m
d=30m
d=10m

30Nous avons opté pour un principe de modélisation simplifiée de la nuisance sonore liée la circulation automobile. Le modèle utilisé permet de décrire l’atténuation liée à la propagation du bruit et son impact sur la réception de sources sonores multiples (prise en compte de la double exposition, au carrefour par exemple). Il prend en compte :

31- le volume de réception sonore Lr (en décibels),

32- le volume d’émission Le (en décibels) et

33- la distance de propagation d (en mètres)

34- avec Lr = Le -12 Log(d/10).

35Une deuxième équation Lt = 10Log(Â10(Li/10)) évalue les niveaux sonores issus des différentes sources (Lt = volume sonore total et Li =  volumes sonores issus des différentes sources). La méthode ne prend en compte que la source du bruit et laisse de côté les qualités du récepteur. Cette méthode permet de déterminer un "niveau" de bruit en façade de bâtiment mais elle ne prend pas en compte l’effet isolant à l’intérieur de chaque logement.

  • 6  MapInfo Professional, Version 6.5

36Cette modélisation est adaptée à l’échelle d’analyse et les résultats obtenus sont facilement mis en œuvre à l’aide d’un outil SIG simple6.

Exploiter les résultats

  • 7  L’ensemble de la méthodologie mise en œuvre et des résultats ont été validés par les acousticiens (...)

37L’exploitation cartographique7 des résultats s’est effectuée en deux phases. La première phase s’imprègne d’une démarche purement quantita-tive qui s’axe sur la répartition et la mesure du phénomène étudié sur l’ensemble du territoire communal. Les critères sont ainsi représentés sur les 42 750 bâtiments de la ville de Lyon.

38La deuxième phase s’inscrit dans une démarche plus qualitative. Il s’agit à partir de cette connaissance quantitative, de qualifier le territoire de la ville de Lyon en fonction du phénomène étudié. La charte graphique est identique pour chacun des critères de l’ensemble de l’étude de la qualité de vie et prévoit une répartition en 5 classes hiérarchisant les unités de voisinage en fonction de leurs qualités. Ils s’inscrivent ainsi dans une répartition hiérarchisant les environne-ments : très préservés/très dégradés ou en termes de potentialités/carences. Afin d’améliorer la restitution cartographique de l’information et d’optimiser son analyse, les critères sont uniquement représentés sur les bâtiments habités de la ville de Lyon. Cette deuxième phase permet donc d’opérer un lien direct entre l’exploitation cartographique et la problématique de l’étude. L’évaluation de la qualité de vie quotidienne, en lien direct avec l’habité et donc l’habitant, gagne en signification sur cette échelle restreinte, cohérente et systématique de représentation.

39Deux cartes, une image du bruit à Lyon

40L’utilisation d’un SIG a permis une restitution cartographique fine (à l’échelle du bâti) des nuisances liées au bruit. Deux cartes ont été réalisées. La première correspond à l’exposition théorique des Lyonnais au bruit liée à la circulation automobile. La deuxième est la traduction immédiate de cette exposition, elle évalue l’environnement sonore global des Lyonnais. La deuxième carte est un outil de communication, la première est technique.

41La carte de l’exposition théorique au bruit apparaît comme une évaluation quantitative, brute et objective du bruit subi par les Lyonnais en fonction de leurs lieux de vie. Elle s’appuie sur le réseau des voies de la ville de Lyon classées selon le niveau de leur exposition au bruit évaluée en nombre de décibels. Cette information étant issue du "classement sonore des infrastructures de transports terrestres" de l’arrêté du 30 mai 1996, la répartition des classes de valeurs n’a pu être laissée au hasard. C’est pourquoi, par souci de cohérence et de rationalité, nous avons repris les cinq classes réglementaires qui induisent des secteurs affectés par le bruit, de part et d’autre des infrastructures, dont les largeurs sont spécifiées par la loi et qui impliquent par conséquent des dispositions et réglementations particulières d’insonorisation. Cependant, les traitements permettant la réalisation de cette cartographie ne se sont pas limités à l’utilisation du classement sonore en 5 classes, mais ils se sont basés sur les valeurs propres issues des modèles, au décibel près.

Figure 3 : L'environnement sonore global de Lyon

Figure 3 : L'environnement sonore global de Lyon

42La carte de l’environnement sonore, présentée ci-après (fig. 3) est une transposition plus subjective de cette évaluation. Elle aborde la question du bruit en termes d’environnement préservé ou dégradé. Elle fait le lien entre l’évaluation du bruit et son impact direct sur la qualité de la vie. La légende de cette carte est la traduction qualitative des 5 classes de la carte pré-citée :

43- Environnement sonore urbain très préservé = moins de 65 dB

44- Environnement urbain préservé = de 66 à 70 dB

45- Environnement urbain intermédiaire = de 71 à 76 dB

46- Environnement urbain dégradé = de 77 à 81 dB

47- Environnement urbain très dégradé = plus de 81 dB

48L’image ainsi obtenue met en évidence des zones où la qualité sonore de la ville est plus ou moins préservée. Les axes de circulation majeurs et secondaires, "noirs" très bruyants s’opposent aux cœurs d’îlots "gris clairs" très préservés.

49La représentation de l’environnement sonore lié à la circulation automobile, s’appuyant à la fois sur les axes majeurs de circulation et les bâtiments habités de la ville de Lyon, permet de caractériser la qualité des cadres de vie des Lyonnais. Les bâtiments habités proches de la gare de Perrache, de part et d’autre du tunnel de Fourvière ainsi que ceux avoisinant l’autoroute A7 pâtissent d’un environnement sonore urbain très dégradé. Les bâtiments habités qui jouxtent les quais du Rhône, côté presqu’île (quai André Lassagne, Jean Moulin, Jules Courmont, Dr Gailleton) ainsi que ceux près du quai Perrache abritant l’autoroute A7 ont également un environnement sonore urbain très dégradé. Il convient cependant de relativiser l’ampleur de cette nuisance sonore dans la mesure où la partie sud du 2e arrondissement est très peu habitée. Il en va de même pour les zones habitées à l’embouchure du tunnel de la Croix-Rousse. Cette infrastructure nuit principalement à l’environnement proche du début du quai Lassagne (situé face au pont De Lattre de Tassigny qui relie le 6e au 1er arrondissement).

50Cette cartographie met également en évidence le caractère très dégradé de certains centres urbains en termes de nuisance sonore. C’est le cas de la partie sud du Vieux Lyon située juste avant la zone piétonne (5e arrondissement) et qui s’étend sur les bâtiments bordant la montée Saint-Barthélemy. Le centre de Vaise (9e arrondissement) avec la rue Marietton, la rue de Bourgogne et le quai Jayr ainsi que le centre de la Croix-Rousse (4e arrondissement) avec la Grande rue de la Croix-Rousse et la rue de Belfort affichent un environne-ment sonore très dégradé. Il en est de même pour le centre urbain de la Presqu’île où le sud du 1er arrondissement et le nord du 2e disposent d’un environnement marqué par des nuisances sonores considérables.

51On identifie également les grandes radiales est/ouest qui marquent les zones habitées de la rive gauche du Rhône. C’est le cas par exemple des bâtiments proches de la rue Duquesne (6e arrondissement), du cours Richard Vitton (6e arrondissement), le cours La Fayette (3e arron-dissement), la rue de Bonnel (3e arrondissement), la rue Servient (3e arrondissement), du cours Gambetta (7e arrondissement), de l’avenue Berthelot qui traverse les 7e et 3e arrondissements ainsi que des bâtiments qui se trouvent dans l’axe de la rue de l’Université, de la rue Marc Bloch et de la route de Vienne (7e et 8e arrondissements).

52Les voies de circulation secondaires conditionnent aussi la qualité du cadre de vie. Les bâtiments habités qui jouxtent, par exemple, l’avenue Maréchal Foch, l’avenue du Maréchal de Saxe, le cours Garibaldi (communs aux 6e et 3e arrondisse-ments) ou l’avenue Lacassagne (3e arrondisse-ment) montrent un environnement sonore dégradé ou intermédiaire.

53Au regard de cette cartographie, l’accent a été volontairement porté, par le choix de la charte graphique, sur les territoires dégradés ; il convient néanmoins de préciser que ceux-ci ne repré-sentent qu’une faible partie du territoire lyonnais. En effet, seulement 4% des bâtiments habités (soit tout de même 1 830 entités) affichent un environ-nement sonore très dégradé et 11% un environne-ment urbain dégradé. Un cinquième des bâtiments habités bénéficient ainsi d’un environ-nement intermédiaire alors que 66% des bâtiments habités profitent d’un environnement sonore très préservé (53%) ou préservé (13%). Cette répartition du phénomène étudié donne des ordres de grandeur qu’il convient de garder à l’esprit. C’est ainsi que les centres des îlots apparaissent comme beaucoup plus paisibles, et ce même à proximité de voies qualifiées de bruyantes. Les territoires préservés de la nuisance sonore sont très nombreux et ce même au sein des centres urbains comme le centre de la Croix-Rousse, de la Presqu’île ou du 6e arrondissement.

54D’une manière globale, un certain gradient de préservation de la qualité de l’environnement sonore apparaît. Celui-ci peut être identifié comme une densification de la nuisances au cœur de la ville vers les franges de grands axes structurants de Lyon. Trois zones apparaissent également comme "préservées" : l’ouest lyonnais (aux extrémités des 9e et 5e arrondissements), le sud et l’est (aux franges du 3e arrondissement). Ces zones correspondent à un environnement urbain moins dense et des espaces verts plus nombreux.

55Cette carte n’apporte pas une image révolution-naire des nuisances sonores, elle permet néan-moins une représentation précise et une lisibilité nouvelle de l’ampleur du phénomène. Elle clarifie la hiérarchisation des espaces en fonction de la qualité de l’ambiance sonore urbaine et surtout elle permet d’intégrer cette nuisance au sein de l’évaluation plus globale de la qualité de la vie urbaine. Enfin, elle devient une variable "opérationnelle" pour l’aide à l’aménagement territorial. L’évaluation du bruit est une dimension que les gestionnaires locaux ou les promoteurs ne peuvent plus ignorer : elle était directement intégrée dans les POS et le sera dans les PLU. Ceci implique que la construction de nouveaux bâtiments ou la réhabilitation d’anciens doivent répondre à un certain nombre de normes d’isolation phonique pour que le niveau imposé par ce classement des infrastructures de transports terrestres soit préservé. L’isolation acoustique des bâtiments d’habitation dans les secteurs affectés par le bruit doit donc être adaptée pour que la nuisance sonore n’évolue pas. Il en est de même pour l’aménagement de voies de circulation actuelles ou la création de nouvelles voies. Ces aménagements doivent tenir compte du classement sonore des infrastructures pour ne pas dégrader les conditions existantes des lieux d’habitation.

56A travers la représentation spatiale et l’analyse des environnements sonores de la ville de Lyon, une évaluation fragmentaire de la qualité de vie devient possible. Le bruit ayant été subjectivement identifié comme un facteur de nuisance majeure à la qualité de vie, cet indicateur permet de caracté-riser des cadres de vie différenciés. Les disparités spatiales de ces environnements sonores donnent la possibilité d’identifier des zones de carence ou de potentialité. Ce sont ces éléments et leurs caractéristiques spatiales qui peuvent fournir une image, même partielle, même imparfaite, de la qualité de vie intra-urbaine des citadins.

Haut de page

Bibliographie

Agence régionale de l’environnement et des nouvelles énergies Île-de-France, 1996, Gérer et construire l’environnement sonore, La lutte contre le bruit en grande agglomération, Cahier n°6, 132 p.

Barrau J., Godard O., Lenco M., Perelman R., Sachs I., 1975, Environnement et qualité de vie, Paris, Le Prat, 250 p.

Bonardi c., Girandola F., Roussiau N., Soubiale N. (dir.), 2002, Psychologie sociale appliquée. Environnement, santé et qualité de vie, Paris, In Press Editions, 390 p.

Certu, 1996, Eléments méthodologiques pour le classement sonore des infrastructures de transports terrestres, Lyon, Ministère de l’équipement, des transports et du logement, du tourisme et de la mer, 14 p.

Certu, 1996, Bruit des infrastructures de trans-ports terrestres. Recueil des textes réglementaires, Lyon, Ministère de l’équipement, des transports et du logement, du tourisme et de la mer, 70 p.

Clerfayt G., 2000, La cartographie sonore : un outil d’aide à la décision pour la gestion et la planification du bruit du trafic routier en milieu urbain, Colloque du Conseil national du bruit, Paris, Institut bruxellois pour la gestion de l’environnement, 4 p.

Lambert J., 2000, Le bruit des transports en Europe : exposition de la population, risques pour la santé et coût pour la collectivité, Colloque du Conseil national du bruit, Paris, Institut bruxellois pour la gestion de l’environnement, 8 p.

Lambert j., champelovier p., 1996, Gêne due à la multiexposition au bruit des transports, IN-RETS - Institut national de recherche sur les trans-ports et leur sécurité, Rapport LEN n°9620, 30 p.

Leplege A., 1999, Les mesures de la qualité de vie, Que sais-je ?, Paris, Presses Universitaires de France, 128 p.

Levy-Leboyer C., 1977, Étude psychologique du cadre de vie, Paris, Editions du Centre national de la recherche scientifique, Monographies françaises de psychologie, n°41, 122 p.

Tobelem-Zanin C., 1995, La qualité de la vie dans les villes françaises, Rouen, Publication de l’Université de Rouen, n° 208, 288 p.

Haut de page

Notes

1  Saulnier N., thèse de doctorat de géographie aména-gement et urbanisme en cours, Méthode d’évaluation de la qualité de vie intra-urbaine : le cas de la ville de Lyon, Université Lumière Lyon 2, sous la direction du professeur Franck Scherrer.

2  Le bruit est considéré par 58% des acteurs profes-sionnels comme une nuisance majeure à la qualité de vie. Les habitants interrogés citent également la lutte contre les nuisances sonores dues à la circulation automobile parmi les trois priorités pour la qualité de vie (42% des habitants de Centre Croix-Rousse, 18% des habitants du Plateau de la Duchère et 15% des habitants de Montchat-Chambovet évo-quent le bruit comme une nuisance majeure à la qualité de vie).

3  Cette information a été mise à notre disposition par la Direction écologie urbaine, Service d’hygiène et de santé de la Ville de Lyon.

4  Seules les nuisances liées à la circulation routières sont ici prises en compte. Il aurait été judicieux de pouvoir intégrer les nuisances sonores liées à la circulation ferroviaire (sur-tout dans le contexte lyonnais). Elles n’ont pu l’être faute de mise à disposition des don-nées nécessaires par la SNCF.

5  Arrêté du 30 mai 1996 relatif aux modalités de classement sonore des infra-structures de transports terrestres et à l’isolement acoustique des bâtiments d’habitation dans les secteurs affectés par le bruit.

6  MapInfo Professional, Version 6.5

7  L’ensemble de la méthodologie mise en œuvre et des résultats ont été validés par les acousticiens de la Direction écologie urbaine de la ville de Lyon, d’Acoucité et du CERTU.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les deux approches fondamentales de la qualité de la vie
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/197/img-1.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 2 : Les phases de construction d’une approche intégrée de la qualité de vie
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/197/img-2.png
Fichier image/png, 71k
Titre Figure 3 : L'environnement sonore global de Lyon
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/197/img-3.png
Fichier image/png, 205k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natalia Saulnier et Christine Zanin, « Le bruit comme facteur de nuisance à la qualité de la vie du citadin », Géocarrefour, Vol. 78/2 | 2003, 121-128.

Référence électronique

Natalia Saulnier et Christine Zanin, « Le bruit comme facteur de nuisance à la qualité de la vie du citadin », Géocarrefour [En ligne], Vol. 78/2 | 2003, mis en ligne le 05 juin 2007, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/197 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.197

Haut de page

Auteurs

Natalia Saulnier

Chargée d'études
Agence d'urbanisme pour le développement de l'agglomération lyonnaise
rue du Lac
69003 LYON
E.mail : natalia[point]saulnier(at)urbalyon[point]org

Christine Zanin

Université Lumière Lyon 2
Département de géographie
6 avenue Pierre Mendès-France
CP 11
69676 BRON
E.Mail : zanin(at)univ-lyon2[point]fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org