Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Landy F., 2006, Un milliard à nourrir. Grain, territoire et politiques en Inde, Editions Belin, collection « Mappemonde », 270 p.

Virginie Chasles
p. 176

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, organisé en quatre parties, l’auteur nous propose une analyse approfondie de la politique alimentaire en Inde, à partir des points d’observation que sont les céréales et l’Etat, et offre un questionnement original quant aux logiques et paradoxes qui sous-tendent l’autosuffisance céréalière. Dans le même temps, c’est à travers une perspective spatiale qu’est appréhendée la politique alimentaire. L’Inde est davantage en quête d’unité que d’égalité, or cette idéologie du territoire national n’est pas sans orienter les politiques d’aménagement et sans contribuer à la pérennité des inégalités spatiales.

2La première partie de cet ouvrage rappelle que si l’autosuffisance nationale en céréales est acquise en Inde, la sécurité alimentaire, quant à elle, reste à atteindre. Or, d’une part, la production agricole croît moins que la croissance démographique, qui reste forte malgré la baisse de la fécondité, et, d’autre part, les céréales restent difficilement accessibles à une large part de la population.

3Largement développées dans la seconde partie de l’ouvrage, les actions de l’Etat, par le biais notamment du Système de Distribution Publique1 (PDS) et de la révolution verte, n’ont pas eu pleinement les effets escomptés. A travers une présentation passée et contemporaine extrêmement riche, l’auteur nous montre en quoi la mise en œuvre des objectifs, telles que l’uniformisation alimentaire, en assurant notamment des prix à la consommation peu élevés, et l’intégration territoriale, en encourageant les flux entre les zones de surplus et les zones déficitaires, a produit de nouvelles segmentations, et tout particulièrement spatiales. Plusieurs raisons sont évoquées dont la concentration des achats par l’Etat dans quelques régions, la centralisation du pouvoir, la concurrence entre les besoins locaux et les exigences du procurement ou bien encore les rivalités régionales.

4Le bilan de la politique alimentaire en Inde est par conséquent partagé. C’est l’objet de la troisième partie de l’ouvrage. L’auteur rappelle que la révolution verte a permis un accroissement de la production globale mais a aussi provoqué un accroissement des disparités régionales. Qui plus est, le procurement cristallise ces inégalités puisque l’Etat s’approvisionne avant tout dans les régions qui ont bénéficié de la révolution verte et de son effet d’entraînement (Punjab, Haryana). De même, paradoxalement, malgré leurs besoins, les zones déficitaires sont également celles qui comptent le moins d’unités de stockage, celles-ci restant concentrées dans les zones d’achat. Ensuite, l’auteur nous expose les limites de la redistribution des céréales effectuée par le PDS. En théorie, chaque famille peut bénéficier d’une carte d’alimentation, les quantités et prix étant ensuite modulés selon le revenu du ménage. En réalité, il apparaît que les régions et familles les plus pauvres sont celles qui bénéficient le moins du PDS. De même, alors que la population indienne reste majoritairement rurale, c’est d’abord les villes qui ont bénéficié du PDS. Cependant, comme le rappelle l’auteur, même si les inégalités demeurent, de réels efforts ont été entrepris par l’Etat pour l’intégration des campagnes à ce système. Pour autant,  la sélection des bénéficiaires, que ce soit les producteurs en difficultés ou les consommateurs nécessiteux, apparaît donc tout à fait discutable. Repenser le PDS apparaît nécessaire mais complexe, puisque s’il est conservé pour de multiples raisons économiques, ceci est également à mettre en liaison avec la perception de l’espace national.

5L’idéologie territoriale qui prévaut en Inde a des implications sur l’enjeu alimentaire, ce que nous explique l’auteur dans la dernière partie de l’ouvrage. Dans un contexte de pluralité territoriale et identitaire, l’intégration nationale reste le leitmotiv. Celle-ci est portée par l’hindouisme, la religion majoritaire en Inde et qui comporte une forte empreinte spatiale, qu’elle soit statique comme l’illustre le semis de temples ou dynamique comme les multiples pèlerinages et processions qui irriguent le territoire. Or on retrouve bien là le processus de circulation qui sous-tend l’intégration nationale en reliant chacun des points du territoire, la circulation des idées comme des céréales participant à l’unité de la Nation indienne.

6En mettant à jour ce facteur original qu’est l’idéologie territoriale hindoue comme facteur à prendre en compte dans la compréhension de la situation alimentaire en Inde, on prend bien la mesure de toute l’originalité de cette ouvrage, qui, par ailleurs, a parfaitement montré dans quelle mesure la politique alimentaire, dans toute sa complexité, est une question éminemment géographique.

Haut de page

Notes

1 Le PDS consiste en l’achat par l’Etat d’une partie de la production agricole nationale (le procurement), afin de maintenir des cours élevés, de constituer des stocks et d’en redistribuer une partie à des prix subventionnés aux plus nécessiteux. Précisons que les états ont pour obligation de vendre une partie de leurs productions à l’Etat.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Chasles, « Landy F., 2006, Un milliard à nourrir. Grain, territoire et politiques en Inde, Editions Belin, collection « Mappemonde », 270 p. », Géocarrefour, Vol. 81/2 | 2006, 176.

Référence électronique

Virginie Chasles, « Landy F., 2006, Un milliard à nourrir. Grain, territoire et politiques en Inde, Editions Belin, collection « Mappemonde », 270 p. », Géocarrefour [En ligne], Vol. 81/2 | 2006, mis en ligne le 07 février 2008, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1929

Haut de page

Auteur

Virginie Chasles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org