Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Carosso M., La généalogie muette. Résonances autour de la transmission en Sardaigne, 2006, Paris, CNRS, Collection : Chemins de l'ethnologie, 295 p.

André Buisson

Texte intégral

1La Sardaigne est terre de traditions – tout autant que la Corse –. Plus précisément, en Sardaigne, c’est la Barbagia qui est réputée former ce conservatoire. Déjà fort bien décrit par l’enfant du terroir que fut Grazzia Deledda, prix Nobel de littérature en 1926, particulièrement dans le remarquable roman Elias Portolu, le monde rude des bergers et des paysans de la montagne centrale sarde fut mis en lumière par Franco Cagnetta dans ses Bandits d’Orgosolo, publiés à Paris en 1963. Orgosolo est d’ailleurs la capitale européenne du « muralisme », cet art pictural qui utilise les murs des maisons comme support à des peintures protestataires, depuis que les fameux « bandits » ont remisé leurs fusils et « oublié » leurs vieilles habitudes de rapts et d’enlèvements, voire de meurtres. On n’oubliera pas non plus de se référer à la grande thèse de Maurice Le Lannou sur les Pâtres et paysans de Sardaigne. Ce travail a montré tout le poids de l’histoire et de la structure sociale si particulière dans l’île sur le développement de ce qu’il a été convenu d’appeler « banditisme » sarde au cours du temps.

2La Sardaigne nourrit ces dernières années un mouvement artistique et littéraire sans pareil. Nombreux sont les écrivains et réalisateurs qui, en les métissant, puisent dans les « traditions » insulaires. Un détail, qui se manifeste par un mot, un terme de parenté, éveille dans ce travail l'intérêt : Marinella Carosso nous propose ici une étude approfondie du réseau de relations « familiales » autour d’un terme d'origine catalane, le mot sarde s’arèu  qui se rattache à l'idéologie du sang, de l’hérédité. C'est dans la région de Dèsulo, bourg faisant partie du projet de Parc national du Gennargentu, que l’auteur repère qu'un individu dispose de plusieurs formes culturelles de parenté sur lesquelles il élabore son identité personnelle, son sens de la vie, son appartenance sociale. Elle révèle la valeur accordée à la vitalité du corps de ces hommes mobiles et de leurs destins. Écrite comme un essai littéraire, cette monographie ethnographique, sensible au contexte environnemental et coutumier et aux effets de résonance, rend intelligible ce mot énigmatique qui sert à penser les transferts entre générations. S'entrelaçant avec les notions de descendance, de patrimoine, d'hérédité et d'héritage, il exprime moins un lien au passé qu'un défi au futur.

3La Sardaigne est ainsi une île de traditions, où les coutumes ancestrales côtoient, voire supplantent les institutions imposées, et tout l’ouvrage nous le montre :

4le plan du volume est une sorte de chemin de découverte de la communauté villageoise et de son terroir. Le chapitre « Chemins poudreux » (ch. 1) est une sorte de tour d’horizon du territoire communal : il démontre la minutieuse connaissance qu’ont les villageois de leur environnement et le goût du secret comme la méfiance qu’ils entretiennent vis-à-vis des « étrangers », à tel point que les chemins, pour la plupart encore non-asphaltés dans les années 1980, étaient tracés après avis des usagers locaux, pour éviter aux carabiniers (notamment) et aux voleurs d’avoir un accès trop aisé aux bergeries. Les chapitres suivants, « Les trois quartiers » (ch. 2), « Pré et mont (ch. 3.), « Limites et bornes » (ch. 4), ainsi que « Jardins potagers » (ch. 8) étayent encore cette tradition : il n’est rien de plus sacré que le respect des bornes de propriété, à tel point que des meurtres ont pu être commis en cas de violation. L’usage des unités de mesure montre le poids de la coutume : on utilise la « corde » ou la « perche » plutôt que l’are ou le centiare pour métrer les propriétés, le starello ou l’imbodo plutôt que le litre ou le kilogramme pour mesurer les récoltes.

5Puis nous entrons dans la relation d’homme à homme avec les chapitres consacrés à « Personnifier la coutume » (ch. 5), « Serments sur relique » (ch. 6), « L’orage de la Semaine Sainte » (ch. 7). Les omines (plutôt que l’italien uomini) désignent des individus qui, malgré l’organisation des conseils municipaux, ont personnifié le respect des coutumes, détenteurs qu’ils sont d’un « savoir coutumier local spécifique et officieusement reconnu par l’autorité politique et judiciaire » (p. 96). Agissant comme médiateurs, ils ne jugent pas, mais « raisonnent », « ils n’excluent pas, ils réintègrent » (p. 98). Le curé, quant à lui, occupe une place tout à fait particulière, de même que les reliques sur lesquelles on prête serment.  « L’exploitation » (ch. 9) est l’occasion de s’arrêter sur l’évaluation des patrimoines agricoles des Désulois, sur la générosité des propriétaires avec les plus démunis « qui doit donner, ne serait-ce que pour montrer qu’il a » (p. 156) et, dans ces conditions, il est non seulement riche, mais surtout « propriétaire » reconnu.

6Et enfin « S’arèu » (ch. 10), « Le ‘connu’ » (ch. 11), « Parents de chair, amis de fleur » (ch. 12) tissent et décryptent pour nous « La généalogie muette » (ch. 13). Le réseau des relations dans ce secteur de la Sardaigne fait plus de place aux liens d’homme à homme qu’à tout autre mode relationnel. Toute l’ossature de la société est fondée sur la distinction entre groupes de parenté, regroupés autour du terme « s’areu », terme « filandreux » comme l’indique l’auteur (p. 165) indiquant les « groupes de descendances », « parents en ligne du côté paternel », « l’univers des germains, des cousins germains, des cousins issus de germain »…  « le sang reste le même pour sept générations », et l’on trouve alors la racine de ces massacres familiaux qui ont quelquefois ensanglanté la région.

7Aux marges de la bourgade, mais aussi aux marges de la légalité, est le domaine du sauvage, de l’illégal. Il faut dire aussi que la Barbagia est formée d’un ensemble de massifs difficiles d’accès, percée de nombreux avens et grottes, propice à abriter les fuyards de tout type, marginaux ou mis au ban de la société italienne, et est de fait devenue le « repère », le lieu du partage des butins de rapines, de partage du bétail volé, en bref un lieu où l’Autorité, c’est-à-dire les Carabiniers, parvenait rarement à se rendre avec discrétion ; le nom Barbagia lui-même n’est-il pas formé sur le latin Barbaria ?.

8Soixante-cinq pages de bibliographie commentée, d’indices et de notes facilitent la consultation des sources utilisées par l’auteur de cet ouvrage universitaire. Mais disons le directement, il s’agit d’un ouvrage de lecture passionnante, qui complète avec luxe de détails ceux dont nous avons cité les titres en introduction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Carosso M., La généalogie muette. Résonances autour de la transmission en Sardaigne, 2006, Paris, CNRS, Collection : Chemins de l'ethnologie, 295 p. », Géocarrefour [En ligne], Vol. 81/2 | 2006, mis en ligne le 04 avril 2008, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1928

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org