Navigation – Plan du site

Temps de veille de la friche urbaine et diversité des processus d’appropriation : la Belle de Mai (Marseille) et le Flon (Lausanne)

Urban wastelands awaiting reuse and the diversity of appropriation processes: La Belle de Mai (Marseille) and Le Flon (Lausanne)
Lauren Andres
p. 159-166

Résumés

Cet article analyse la manière dont le temps de veille de la friche urbaine complexifie les rapports public-privé initiaux entre la municipalité et le propriétaire. La permissivité de la friche est propice à l’émergence de processus d’appropriation de la part d’individus ou d’associations, à vocation culturelle ou non, qui façonnent de nouvelles formes de régulations territoriales. Cette dynamique est discutée à travers deux études : la plateforme du Flon à Lausanne et de la Friche de la Belle de Mai à Marseille, qui montrent des similarités malgré leurs différences.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les extraits de discours, au cours du texte, sont issus d’entretiens menés par l’auteur entre mai (...)

1Cerner la mutation des friches urbaines nécessite de se pencher sur leur temps de veille. La phase temporaire entre l’abandon d’une parcelle de terrain et un projet de réutilisation (planifié) permet à des divers acteurs, ponctuels, non communément présents dans les processus habituels de planification urbaine, d’en modifier les formes de régulation. En effet, l’inadaptation de certains espaces à l’évolution de la société participe du renouvellement de la ville. Tout l’intérêt des friches réside dans le fait que ce ne sont en aucun cas des espaces vierges. Elles se caractérisent par des temporalités multiples selon trois phases successives. L’apparition de la friche, phénomène à relier à un contexte économique, social et urbain, place un terrain « disponible » au cœur des préoccupations de deux acteurs : la municipalité et le propriétaire. S’en suit un temps de veille, phase privilégiée pour l’intervention d’acteurs issus de la société civile ­- artistes, acteurs culturels, petits commerçants - dont l’influence est majeure dans la phase de mutation finale, soit celle du projet. Cette dernière révèle les stratégies respectives des acteurs, de leurs échanges au cours du temps, afin d’arriver à un consensus et de le concrétiser spatialement. L’analyse apportée dans cet article est centrée sur la mutation de deux sites, la plateforme du Flon à Lausanne et la friche de la Belle de Mai à Marseille (entre 5 et 15 hectares). Elles permettent de rendre compte de l’évolution des stratégies de chacun des acteurs impliqués, ,.,.1

  • 2  En Suisse, le recours possible au référendum est garant d’une participation et d’une mobilisation (...)

2A priori tout oppose ces deux villes ; l’une est en crise depuis les années 1970, l’autre est plus prospère. Néanmoins, toutes deux abritent des espaces dont la mutation est devenue une référence voire un modèle. La friche de la Belle de Mai constitue en effet « la référence » française en matière de friche culturelle et le Flon, quant à lui, est connu à l’échelle de la Suisse romande, voire au delà, pour ses multiples rebondissements et sa renommée nocturne. L’histoire des deux sites se caractérise par la présence d’associations dynamiques, durant la période de veille. De plus, tous deux illustrent, de manière différenciée, du fait du système de démocratie directe présent en Suisse et non en France2, la manière dont la population locale peut, ou ne peut pas, être partie prenante de ces processus de mutation.

3Trois temps d’analyse s’imposent : comprendre quels facteurs préfigurent un temps de veille plus ou moins long ; saisir les possibilités et les stratégies de chacun des acteurs durant cette phase permissive que constitue la veille de la friche ; enfin, confronter ces formes de régulation dans la phase de projet, qui articule héritages de la friche et enjeux d’une ville pensée comme concurrentielle à l’heure de l’économie mondialisée.

Des friches en quête de devenir

4L’apparition de la friche est à relier à un contexte économique, social et urbain qui place cet espace disponible au cœur des préoccupations de deux acteurs centraux : la collectivité locale et le propriétaire. Ces deux protagonistes adoptent des orientations initiales pour la friche et son éventuel temps de veille. En fonction des caractéristiques conjoncturelles et structurelles de la localisation, intéressante ou non, de la taille ainsi que de l’affectation fonctionnelle, le site en friche est plus ou moins rentable à la vente. A des conditions favorables ou non à la mutation s’ajoutent de nouvelles représentations de la friche: de cancer urbain, elle est devenue ressource foncière. Des projets précurseurs aux Etats Unis avec les premières opérations de reconquête des waterfronts, au milieu des années 1970 (Quincy Market à Boston, Harborplace Baltimore), illustrent le rôle attribué aux activités ludiques et commerciales et non plus uniquement industrielles. La friche autorise l’émergence d’une dimension culturelle attachée au projet de renouvellement urbain.

Marseille : des friches à la recherche d’alternatives non économiques

5À partir des années 1970, Marseille est durement touchée par la crise économique ; 700 hectares de friches portuaires et industrielles restent en attente de réutilisation, faute de marché immobilier porteur et de reconversion tertiaire. Néanmoins, la Ville de Marseille, sous les municipalités de G. Deferre (1953-1986) puis de R. Vigouroux (1986-1995), n’adopte pas une stratégie de redynamisation économique. Elle met l’accent sur la culture, comme alternative au déclin économique, social et démographique de la ville. La démarche de l’adjoint au maire Christian Poitevin -- alias le poète J.Blaine, l’illustre en 1989 : artiste et pratiquant des friches culturelles tel le Melkweg à Amsterdam, il propose d’utiliser ces espaces, de manière temporaire, afin d’y créer de nouveaux lieux d’expression artistique et culturelle. Après un premier essai tenté dans une ancienne minoterie à Magallon, l’association Système Friche Théâtre (SFT) s’installe, en 1992, avec l’accord du propriétaire, la Seita, dans l’ancienne usine de tabac dont l’activité a cessé en 1990.

  • 3  http://www.euromediterranee.fr/

6D’une surface de 12 hectares, proche de la gare Saint-Charles, l’usine de la Seita est composée de trois îlots, dont l’un est alors dédié au spectacle vivant. Le site est intégré en 1996 dans le périmètre des espaces portuaires et industriels dégradés, inclus dans le programme de régénération urbaine Euroméditerranée. Cette opération d’intérêt national vise à « 1/ Contribuer au rayonnement international de la métropole marseillaise en créant les équipements nécessaires dans le domaine de la culture, de l’économie et de la formation (…); 2/ Créer des emplois (…) ; 3/ Contribuer de manière significative à la politique du logement de la Ville»3. La spécificité de cette opération est double. D’une part, c’est la première fois qu’un établissement public est créé pour requalifier des tissus existants (ce type de montage n’avait été utilisé précédemment que pour les villes nouvelles). D’autre part, le projet prend appui sur deux pôles existants : pour le volet économique et patrimonial, sur les docks réhabilités par la SARI dès 1992, et, pour la dimension culturelle, sur la friche de la Belle de Mai - première friche culturelle impulsée par l’acteur public.

Lausanne : une espace en mutation disponible au centre de la ville

  • 4  nommé au départ Compagnie du Chemin de fer Lausanne-Ouchy et qui deviendra ensuite le groupe LO
  • 5  Années 1950 : projet moderniste projet Amphion (Wetter-Vouga-Levy)

7ç la différence de Marseille, Lausanne n’est pas une ville industrielle en crise. Le déclin de la plateforme de stockage du Flon n’est, en aucune manière, lié à la cessation d’activité de son propriétaire, une société de gestion immobilière4 pour qui, d’ailleurs, la vente du terrain a toujours été exclue. Composé d’une série de bâtiments en dur et de hangars, le site de 5,5 hectares, est sous-utilisé dès les années 1950 du fait de l’évolution de la ville et des modes de production : les entreprises préfèrent des emplacements périphériques, et l’avènement d’une production just in time réduit les impératifs de stockage. La mutation fonctionnelle du site n’est pas douloureuse, mais ce dernier constitue un réel enjeu pour le propriétaire comme pour la Ville qui le perçoivent comme une ressource foncière compte tenu de son caractère central. Localisée en effet au cœur de Lausanne (à la sortie du métro, la Ficelle, reliant le lac au centre), cette plateforme se situe 12 m au dessous du centre-ville (fig. 1). Elle devient alors rapidement un site à enjeux et fait d’ailleurs l’objet de multiples projets5 qui resteront sans suite jusqu’à la fin des années 1990. D’où un temps de veille, de quasiment cinquante ans, qui va se révéler être le moteur de la mutation à venir.

Figure 1 : Le Flon, une ancienne plateforme de stockage, 12 m en dessous du centre ville (cliché L. Andres 2006)

Figure 1 : Le Flon, une ancienne plateforme de stockage, 12 m en dessous du centre ville (cliché L. Andres 2006)

La dynamique temporelle de la friche : entre permissivité et créativité

8Les friches sont caractérisées par un temps de veille marqué par une certaine permissivité sociale, culturelle et économique. Alors que les acteurs publics locaux restent à l’écart, des acteurs issus de la société civile, s’emparent au contraire symboliquement et matériellement de ces lieux (Groth, Corijn, 2005). Pour M. Gravari Barbas (2004 p. 281), leurs actions se caractérisent comme des « initiatives émanant d’en bas », d’où une « opposition avec les grandes opérations d’urbanisme, publiques ou privées ». Elles peuvent être ainsi de deux types : d’une part, sous la forme de squats, artistiques ou non, elles peuvent être tolérées - via la signature d’une convention d’occupation précaire - ou refusées - par une procédure d’expulsion - par le propriétaire. Pour les acteurs artistiques et culturels, l’investissement de ces lieux en déshérence est une réponse à l’absence d’autres lieux disponibles. Les friches constituent des sources d’inspiration en rapport direct avec l’architecture du site. D’autre part, sous la forme de petites activités précaires, elles peuvent résulter d’une entente, temporaire, sur un bas loyer, entre le propriétaire et les locataires. Face à cette permissivité, la population demeure le plus souvent en retrait. Les formes artistiques proposées ne correspondent pas forcément aux attentes d’une population souvent meurtrie par la fermeture d’un site d’activité. Seules des actions incitatives entraînent la création de rapports entre les usagers des friches et la population locale : à Zurich, la Rote Fabrik6 abrite non seulement des artistes mais aussi des associations (ethniques, protectrices de l’environnement, …) ; à Lyon, dans la friche RVI, dans le 3ème arrondissement, une association d’habitants du quartier L'A. Frich'idée7 s’est agrégée aux artistes ayant investi le lieu en 2003.

9Ces processus de reconquête « par le bas » (bottom-up) peuvent conduire à une revalorisation et ainsi faire partie d’une stratégie plus ou moins contrôlée du propriétaire ou des acteurs publics. Celle-ci viserait à tirer profit à court terme (gardiennage, maintien du patrimoine architectural) et à long terme de la permissivité du site (valorisation foncière via le renouvellement de l’image du site). Le rôle des associations, et en particulier des artistes, n’est pas nouveau. Les exemples précurseurs de Soho à New York, dans les années 1960-1970, ou encore de Greenwich Village, dans les années 1980, reflètent ces processus de revalorisation et de mutation. La friche de la Belle de Mai comme le Flon illustrent ces formes de permissivité diversifiées dont l’influence est primordiale lors de l’élaboration d’un projet.

La Belle de Mai : le rôle de l’association Système Friche Théâtre (SFT)

  • 8  entretien avec Fabrice Lextrait, Mai 2006

10Le temps de veille de la friche de la Belle de Mai est court puisqu’il ne dure que 4 ans, de l’installation de l’association culturelle SFT en 1992 à l’intégration au périmètre d’Euroméditerranée en 1996. Néanmoins, cette phase préfigure les enjeux et les portages fonciers qui vont suivre tout en permettant d’asseoir la vocation culturelle du site. Dès 1992, l’installation dans l’usine de la Seita fait l’objet d’une réflexion raisonnée et stratégique de la part de la SFT et, en particulier, de Fabrice Lextrait, futur administrateur de la Friche de la Belle de Mai, forts du soutien de la Ville de Marseille, et très vite de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC). SFT négocie avec la Seita l’installation dans les lieux en mettant l’accent sur l’atout de la culture pour améliorer l’image de l’entreprise alors mal perçue - du fait des 700 personnes laissées au chômage - et pour valoriser, à terme, son patrimoine foncier. Par ailleurs, elle contacte les syndicats afin de vérifier qu’une telle réutilisation ne pose pas des problèmes d’ordre éthique8. L’appropriation du lieu constitue « un potentiel de jeu et d’exploration incroyable » permettant « une conjonction entre le lieu et la dynamique des projets de la ville » (F. Lextrait). La friche représente cet espace de liberté, propice à la création artistique, tant recherché par les artistes (cf. figure 2). Naissent alors divers projets artistiques et culturels, associant producteurs, opérateurs et médiateurs. Dès 1993, par exemple, Armand Gatti a réuni pendant huit mois, quatre-vingts stagiaires pour offrir à la cité une épopée poétique : "Marseille Adam quoi ?".

11La synergie entre ces acteurs, à l’initiative d’associations culturelles, est une réussite : « La Friche », nouvelle appellation, acquiert une renommée nationale et internationale, qui explique son intégration dans le périmètre Euroméditerranée en 1996. L’association assure sa visibilité en contactant en 1995 l’architecte Jean Nouvel pour prendre la direction de la Friche afin de formaliser « un projet culturel pour un projet urbain » (1996). Ce pari réussit : l’implantation de Jean Nouvel dans le réseau politique et culturel donne une nouvelle envergure à la Friche, et donc à SFT, devenus acteurs centraux du secteur Belle de Mai dans le projet Euroméditerranée.

Figure 2 : « L’îlot 3 » de l’usine de la Seita investi par l’association Système Friche Théâtre (L.A – 2006)

Figure 2 : « L’îlot 3 » de l’usine de la Seita investi par l’association Système Friche Théâtre (L.A – 2006)

12L’attitude de la Ville de Marseille et de la Seita représentent deux stratégies convergentes. La Seita est consciente que la vente de son patrimoine foncier est rendue difficile par le contexte immobilier et économique ; elle accepte, stratégiquement, cette occupation, en signant avec SFT une convention d’occupation précaire, qui, à court terme lui évite des coûts de gardiennage et, à long terme, se révèle pertinente puisque, progressivement, les acteurs publics se portent acquéreurs de l’ensemble du site. La Ville de Marseille, quant à elle, réussit son pari en misant sur la culture comme facteur de revalorisation spatiale, de modification de son image, à moindre coût. C. Poitevin, ancien adjoint à la culture sous la municipalité de R. Vigouroux, s’enorgueillit du bilan de cette initiative : « Cette ville qui était considérée comme celle de la French connexion (la drogue, le trafic de cigarettes, la mafia…) est devenue la ville artistique par excellence. Cela a été une politique générale sur laquelle la Friche a eu un rôle phénoménal ». Parallèlement à l’élaboration d’Euroméditerranée, la Ville et la DRAC réfléchissent à la création d’un pôle patrimonial, sur une partie du site, pouvant regrouper les archives municipales, les réserves des musées et un centre de restauration des œuvres d’art.

13La stratégie des trois acteurs durant ce temps de veille (Ville/SFT/Seita) a convergé. Seule la population résidentielle est restée à l’écart de cette dynamique. Il est vrai que les contraintes de localisation ont participé de l’émergence de ces deux « mondes », celui des artistes et celui d’un quartier modeste (encore ouvrier) empêchant une vraie synergie. L’usine de la Seita est en bordure du quartier de la Belle de Mai, un peu en hauteur, bordée d’un côté par la voie ferrée, donc peu accessible. Le lien précédent entre l’usine et son quartier résidait dans les flux de travailleurs qui ne pratiquent plus ce nouvel espace. Il y a, par ailleurs, de nombreuses incompréhensions dans la mesure où cette nouvelle affectation « n’a pas amené d’emplois pour les jeunes du quartier ». « En plus, il y a des nuisances sonores ». À ces conflits de voisinage des premières années, s’ajoute un contexte de paupérisation d’une population et d’un quartier à l’écart des politiques de la ville ; le quartier ne sera intégré au Grand Projet de Ville qu’en 1999.

Le Flon : l’APAHVF et les locataires du site en tant que contre-pouvoir

14À l’inverse de la Belle de Mai, le temps de veille du Flon est long. Son utilisation décline dès la fin des années 1950 alors que le plan partiel d’affectation permettant son renouvellement n’est voté qu’en 1999. Les positionnements antagonistes des acteurs (municipalité et propriétaire), associés au rôle déterminant de la population locale, contribuent à cette lenteur. Pour le propriétaire et pour la ville, le Flon est un site à enjeux, foncier et financier (par sa localisation centrale), urbanistique et social car, sous utilisé, il se marginalise. Des problèmes d’insécurité, de prostitution, de drogue en découlent. Les lausannois n’osent plus y descendre. Or, le site, dédié au stockage des marchandises, est classé en zone industrielle. Sans l’élaboration d’un plan partiel d’affectation, aucune nouvelle construction ne peut être réalisée. La validation de ce plan nécessite un consensus entre le LO et la Ville, la population et les locataires du site. La spécificité du temps de veille du Flon réside alors dans le fait qu’il frôle, pendant plus de trente ans, le passage à une réinsertion planifiée : sa mutation est en effet bloquée par l’échec successif de deux projets.

  • 9  il n’est pas débattu par l’organe législatif

15En 1986, un projet, voté par le conseil communal puis soumis à la décision populaire, est en effet rejeté. Certains médias comme le Temps le décrive ainsi: « Derrière sa couronne de nouveaux bâtiments, le quartier ne sortira guère de sa somnolence. On y démolira, on y reconstruira sans ambition précisée et selon les besoins du propriétaire. L’affectation restera la même : entrepôts, ateliers, bureaux. Et dès la nuit tombée, les parcomètres de Vénus probablement ». (Vodoz, 1985). La mobilisation citoyenne est telle que l’association pour un aménagement harmonieux de la vallée du Flon (APAHVF) (1984) propose, avant la votation, un contre-projet avec plus de logements, moins de démolitions, pas de centre commercial, une moindre valorisation de la circulation. De la même manière, le plan partiel d’affection du projet « Ponts-Ville » des architectes Tschumi-Merlini, en 1993, ne passe pas l’entrée en matière9 ; le propriétaire s’oppose à sa faible rentabilité, les porteurs politiques s’essoufflent, hésitant quant aux difficultés de réalisation des ponts, l’APAHVF à nouveau refuse les démolitions. Outre ces oppositions, l’échec du « Ponts-villes » est à relier à la renaissance du quartier par le bas. En effet au cours de cette longue phase conflictuelle sont nées des occasions majeures pour des acteurs économiques (artisanat, friperies, dancing, …) et culturels (galeries et ateliers d’artistes), attirés par ce « quartier un peu atypique, pas trop en ordre, pas trop comme il faut, pas suisse quelque part, où il régnait une anarchie, certes contrôlée ». Cette mutation du lieu fonde le consensus sur l’avenir du site, même si elle est d’abord envisagée comme temporaire. Le propriétaire peut rentabiliser a minima son patrimoine foncier, en louant surfaces et places de parkings. La ville se réjouit de cette redynamisation et du changement d’image qui en découle, passant d’un lieu évité à un lieu branché. Enfin, les médias locaux se passionnent très vite pour cette mutation à tel point que le terme de « petit Soho » (Peclet, 1994) est attribué au lieu. S’appuyant alors sur la population et les médias locaux, afin de revendiquer leur image et leur identité, les locataires du Flon s’unissent dans une association des intérêts de la vallée du Flon (AIVF), produisent un journal de quartier - La gazette du Flon -et parient sur l’événementiel. En 1995, une « fête au Flon » est organisée pendant deux jours : la presse locale accompagne ces nouvelles initiatives et véhicule la référence au « Flon-Flon ». Les locataires deviennent à partir de là des interlocuteurs majeurs de la mutation du Flon et donc de la recomposition planifiée à venir.

Le dénouement de la trajectoire de mutation de la friche et ses possibles retombées

  • 10  objectif affiché par l’opération d’intérêt national Euroméditerranée

16Les configurations d’acteurs dans les processus de régénération des friches diffèrent des autres projets urbains. En effet, les acteurs intègrent, partiellement ou intégralement, les paramètres relatifs au temps de veille de ces espaces tout en s’insérant dans les enjeux actuels. Les friches constituent ainsi des atouts majeurs pour répondre aux enjeux de concurrence entre les villes européennes : Lausanne, « capitale olympique et ville culturelle » et Marseille, « métropole de premier plan au sein de la zone de prospérité partagée décidée par l'Union Européenne et 12 pays méditerranéens dans le cadre du processus de Barcelone »10 . Les stratégies, pensées en termes d’attractivité, s’inscrivent dans la continuité des actions menées durant le temps de veille même si le système d’acteurs s’en trouve complexifié. Aux acteurs précédemment identifiés, s’agrégent de nouveaux interlocuteurs : collectivités territoriales (région, département, canton, administration fédérale), acteurs économiques (promoteurs en particulier). La réinsertion de ces espaces met en jeu trois temporalités : le temps historique relatif à la mémoire de l’activité passée, le temps de l’état de friche, le temps présent et futur du projet.

La Belle de Mai : un projet instrumentalisé par la ville et l’État

17Dès 1996, l’établissement public (Euroméditerranée) et la municipalité de Marseille se partagent le coût de l’achat de l’ancienne usine et la ville reste maître d’ouvrage. Ce transfert foncier qui représente le « passage symbolique de la précarité à la pérennité» (résident de la Friche) se traduit par un découpage du site en trois pôles (fig. 3) : patrimoine, média et spectacle vivant, organisés autour d’un thème transversal, la culture.

Figure 3 : L’opération Belle de Mai et ses trois pôles culturels (d’après maquette Euroméditerranée – exposition 10 ans de réalisations Janvier-Juin 2006) LA 2006

Légende :

1-2-3 : Pôle patrimoine 1 : Archives municipales 2 : INA 3 : CICRP

4-5 : Pôle Médias (multimédia, audiovisuel, ingénierie du spectacle)

6 : « La Friche » , pôle spectacle et culture vivante

7-8 : Maternité de la Belle de Mai (hors périmètre) 9 : Parking

18Le pôle patrimoine rassemble la Ville de Marseille (archives et réserves de la ville) et l’Etat (CIRCP et INA). Sa vocation principale est celle de la préservation de la mémoire et du patrimoine et, ce, à double sens : par son activité et par la reconnaissance de la valeur de l’architecture industrielle. En tant qu’équipements structurants, les différentes entités rayonnent à l’échelle de la ville et de la région.

19L’établissement public Euroméditerranée (EPAEM) intervient dans le développement économique du pôle médias en association avec la Communauté Urbaine Marseille-Provence-Métropole, le Conseil général des Bouches-du-Rhône, le Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’État et l’Union européenne. À la différence des autres opérations de l’EPAEM, les promoteurs privés n’interviennent pas : seuls les acteurs privés étant les locataires de bureaux et des studios. Par cette action, Euroméditerranée mise sur la productivité économique du secteur culturel, en plein essor : « Sur l’ensemble de la Belle de Mai, le but était de mettre en place un district des industries culturelles et de la communication, et, au delà, de faire de Marseille une métropole ayant un secteur d’activité à part entière sur la production, la diffusion de produits culturels ». (P. Stefanini, ancien directeur adjoint chargé de l’action économique).

  • 11  Il rend ainsi en 2001, le rapport intitulé "Friches, laboratoires, fabriques, squats, projets plur (...)

20Quant au troisième pôle centré sur le spectacle vivant, les associations autour de SFT continuent à pratiquer une stratégie de visibilité et de lobby local et national avec J. Nouvel jusqu’en 2002, puis le cinéaste R. Guédiguian. Cette démarche prend appui sur les réseaux culturels nationaux. En effet, l’administrateur de la Friche, F. Lextrait, est chargé, en 2000, par Michel Duffour, secrétaire d'Etat au patrimoine et à la décentralisation culturelle, d’une mission d'observation des nouveaux espaces de création culturelle11. S’en suit, en 2002, à la Friche, l’organisation du colloque international « les Nouveaux Territoires de l’Art ». A présent, la ville souhaite d’ailleurs concéder le terrain à SFT pour 40 ans, dans le cadre d’une Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC).

21Au delà de la « couleur » culturelle du projet, les stratégies d’action et de développement des trois pôles ne sont pas forcément convergentes. Les « anciens de la Friche » considèrent que l’arrivée de la municipalité et de l’EPAEM sur le site « était un deal nécessaire. Si ce deal n’avait pas existé, la Friche ne serait pas là aujourd’hui. A un moment donné, il a fallu inviter de lourds partenaires » (résident de la friche). Aussi l’interaction entre les trois îlots est-elle faible : les associations culturelles et certains acteurs publics s’accordent à dire que cette situation découle de l’absence d’un pouvoir local dirigiste qui aurait, dès le départ, imposé une synergie à l’ensemble des îlots. Selon un des anciens dirigeants d’Euroméditerranée, les représentations de ce qu’est la « culture » ne sont pas identiques pour tous les acteurs : « L’îlot spectacle vivant craint l’industrialisation de la culture tandis que le pôle média, abritant des acteurs privés aux mises de fond importantes, souhaite travailler tranquille ». Le pôle culturel de la Belle de Mai constitue ainsi clairement une vitrine supra-locale, efficace sur le papier, mais toute relative dans la pratique. Le manque de dialogue et de concertation entre les acteurs des pôles mais aussi avec la population locale a nivelé les ambitions d’un véritable projet urbain. La faiblesse des liens entre le pôle culturel et son quartier est notoire. Comme le reconnaît un des techniciens d’Euromediterranée : « l’objectif était de faire rayonner Marseille en tant que métropole, la question de l’échelle du quartier n’a pas été forcément instruite». Aussi malgré des actions menées par SFT (partenariat avec les écoles par exemple) ou par les archives municipales, les résidents du quartier considèrent que «toute l’histoire de la Friche d’une certaine manière, a été un glissement, une coupure progressive avec le quartier». Cela n’est pas forcément faux. Le réinvestissement de la Seita n’a pour l’instant eu que peu d’impact sur le quartier de la Belle de Mai, comme l’indique le Comité d’intérêt de quartier (CIQ). Les habitants partagent peut-être une vision moins négative de la friche mais ils soulignent le fait que les trois pôles tournent le dos au quartier et qu’ils ne correspondent pas à leurs aspirations. À l’heure actuelle, il n’y a pas de processus de gentrification autour de l’ancienne usine d’autant que les questions d’accessibilité, de réduction du trafic et d’amélioration de la qualité du bâti sont loin d’être résolues. Le pôle de la Belle de Mai « reste une opération relativement déconnectée du quartier d’implantation, et seul symbole du désir des autorités publiques d’amorcer un renouveau » (Bertoncello, 2005, p 66).

Du « Flon-flon » au « Flon-product » : genèse d’une nouvelle centralité au profit de la Ville et du propriétaire

22Dans le cas du Flon le projet voté en 1999 n’est pas pensé en îlots, comme à la Belle de Mai, selon les intérêts de chacun des protagonistes. Il est construit en prise directe sur le temps de veille, afin de satisfaire consensuellement chacun des acteurs concernés, en évitant ainsi les oppositions. Le groupe LO, se doit de satisfaire ses actionnaires en élaborant un projet rentable même si les héritiers de Mercier, fondateur de la société, s’inscrivent dans une perspective d’intérêt général : « On se sent emprunt à une certaine responsabilité (…). On aimerait bien léguer à la ville et à sa population quelque chose de réussi » (…), l’objectif étant donc de « faire aboutir un projet urbanistique, citoyen et qui en même temps permet de valoriser notre patrimoine. ». La Ville, quant à elle, qui fait l’objet de moqueries dans les journaux locaux, souhaite voir un projet urbain aboutir. Elle campe moins sur ses positions initiales, abandonnant l’idée de voir des logements au Flon. Les locataires, quant à eux, défendent corps et âme leur Flon, ayant acquis le soutien et la sympathie des médias et de la population locale. Afin de mener le projet à terme, le LO, en accord avec la Ville, élabore alors une stratégie de communication poussée : réunions avec les acteurs, plaquette de communication (groupe LO, 1998), …L’objectif affiché est clair : « trouver l’adhésion, la compréhension, des gens du Flon » et donc obtenir « les sympathies qu’ont ces gens, parmi la population de Lausanne, indispensables pour, d’une part, avoir suffisamment d’influence sur les autorités, et, d’autre part, convaincre, plus tard, les citadins de descendre au Flon. » (chargé de communication LO). Dès lors, le plan proposé en 1999 « renonce à changer le visage du Flon. Il est respectueux des tracés et des volumes historiques de la vallée » (Roulet, 1998). Ce plan s’accompagne d’une stratégie de développement, la Flon Vision, associant au développement économique, le maintien de l’image alternative et branchée du site (fig. 4). Les outils utilisés ne manquent pas pour opter en faveur d’une politique de marketing territorial : site internet, événements ponctuels (expositions, cirque, opéra, patinoire). Le projet est à présent bien amorcé et sa réalisation fait converger les intérêts du LO et ceux de la Ville. Il inclut de nouvelles constructions comme le siège de l’administration communale, de nouveaux bureaux et l’achèvement de la plateforme multi-modale avec la nouvelle ligne de métro. Les orientations du projet urbain tout comme ses retombées économiques et médiatiques, satisfont la majorité des acteurs publics, des locataires, de la population lausannoise et des acteurs économiques. Le « produit » Flon est aujourd’hui porteur : « Aujourd’hui, le Flon c’est un quartier branché et la Fnac au milieu, c’est aussi une entreprise plutôt branchée, donc pour nous c’est parfait » (Responsable du magasin). Le site attire de jour comme de nuit, une clientèle locale, régionale (Genève, Neuchâtel) et transfrontalière venant de Lyon ou de Saint-Étienne (Andres, 2006).

Figure 4 : le nouveau Flon, entre nouveaux et anciens bâtiments (L.A, 2006)

Figure 4 : le nouveau Flon, entre nouveaux et anciens bâtiments (L.A, 2006)

23Contrepartie de cette évolution, le Flon tend à se gentrifier économiquement (l’offre de restaurants concerne surtout une clientèle aisée) et sa mutation ne coïncide pas avec les imaginaires de tous. Cette évolution à caractère plutôt libéral interroge certaines associations qui y associent un regard nostalgique : « C’était un endroit anarchique. Aujourd’hui les gens aiment bien mais c’est devenu un endroit un peu plus banal, plus normal, qui commence à devenir un endroit de ville ordinaire » (APAVF). Cette appréciation critique se retrouve aujourd’hui chez les pionniers du Flon, même si la plupart, commerçants notamment, tirent financièrement profit de cette évolution. Face à ce sentiment des acteurs de la conversion de la friche d’avoir été manipulés, le LO doit gérer subtilement ces tensions. Une fois la friche convertie, l’enjeu réside dans la régulation des tensions liées à la « gentrification ». Les locataires du site disposent toutefois d’un moyen de pression sur le LO : ils peuvent faire, sous certaines conditions, opposition aux nouveaux projets de construction, grâce à un recours devant un tribunal. Cela peut engendrer de gros retards dans les chantiers et le LO se doit de continuer à négocier (arrangements de loyers, aménagement des locaux …). L’acteur public est certainement le moins impliqué aujourd’hui : il récolte les bénéfices de la mutation du site qui constitue le point d’ancrage du redéveloppement futur de l’ouest lausannois.

Conclusion : Les richesses des friches

24A travers les cas de la Belle de Mai et du Flon, la richesse de ces free zones (Groth, Corijn, 2005), de ces espaces à part, peut certainement être soulignée. Les friches sont propices à l’émergence de pratiques alternatives et ont la capacité non seulement de produire des formes d’urbanité différenciées mais aussi d’autoriser l’émergence de groupements d’individus (artistes, petits commerçants,…). Ces acteurs réinterrogent les manières de reconstruire la ville en prenant distance par rapport à une vision techniciste de l’aménagement : créatifs, ils ont une autre sensibilité aux lieux. Certes chaque friche est unique, mais les processus d’appropriation qui en découlent de la part d’acteurs généralement peu visibles sur la scène publique et politique, sont identiques. Leur force revendicatrice visant à pérenniser leur présence sur le site ainsi que leur prise d’appui sur les réseaux de communication (média locaux et nationaux) et de collaboration _ réseau Transeuropehalles pour les friches culturelles par exemple- , se retrouvent un peu partout.

25Cette permissivité est néanmoins temporaire, vouée à migrer vers d’autres lieux en mutation et à être ré-exploitée. Au Flon et à la Belle de Mai, les associations ont été instrumentalisées par les pouvoirs politiques (notamment les pouvoirs municipaux) et économiques (les propriétaires). La dynamique amenée durant le temps de veille de la friche est assimilable à un outil de « reterritorialisation », de « resociabilisation », de « retemporalisation » (Raffestin 1997). Or, in fine, la revalorisation foncière et symbolique, profite essentiellement aux porteurs officiels des décisions, c’est-à-dire aux acteurs publics et aux propriétaires.

Haut de page

Bibliographie

ANDRES. L., 2006, Lausanne. L’émergence d’une nouvelle centralité : le Flon, Urbanisme, n° 349, p. 29-33.

APAHVF, 1984, Aménagement du Flon : une chance à ne pas manquer, Lausanne, Cedips, 47 p.

ASCHER F., 2000, Ces évènement nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs : essai sur la société contemporaine, Gémenos, Edition de l’Aube, 301p.

AVRIL B., BAILLY F. et alii, 1998, Reconstruire la ville sur la ville, Paris, ADEF, 174 p.

BABEY A., 1997, Le Joker des friches industrielles, Cahier de l'ASPAN-SO , n° 3, p. 4-6.

BERTONCELLO B., 2005, La friche de la Belle de Mai à Marseille : une vitrine dans un quartier populaire, Patrimoine de l’industrie, n° 2005/2, p. 59-68.

CHALAS Y., 2004, L’imaginaire aménageur en mutation, Paris, L’Harmattan, 340 p.

CHALINE C., 1999, La régénération urbaine, Paris, PUF, 127 p.

DATAR, LACAZE J.-P., 1986, Les grandes friches industrielles, Paris, la documentation française, 149 p.

GRAVARI-BARBAS M., 2004, Les friches culturelles : jeux d’acteurs et inscription spatial d’un anti-équipement culturel, in SIINO C., LAUMIERE F., LERICHE F., Métropolisation et grands équipements structurants, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, p. 277-300.

GROTH J., CORIJIN E., 2005, Reclaiming urbanity : indeterminate spaces, informal actors and urban agenda setting, Urban Studies, vol.42, n°3, p. 503-526.

GROUPE LO, 1998, L’avenir du Flon, Lausanne, np

LE GALES P., 2003, Le retour des villes européennes : sociétés urbaines, mondialisation, gouvernement et gouvernance, Presses de sciences Po, Paris, 454 p.

PECLET J-C., 1994, Lausanne, le Flon : une victoire à courte vue, L’Hebdo (15-09-94), Lausanne, p. 73.

PERALDI M., SAMSON M., 2005, Gouverner Marseille : enquête sur les mondes politiques marseillais, Paris, La découverte, 309 p.

RACINE J-B., 1999, Lausanne entre flux et lieux, COMMERCON N., GEORGE P., Villes en transition, Paris, Anthropos, p. 147-186.

RAFFESTIN C., 1997, Une société de la friche ou une société en friche, Collage, n°4, p. 12-15.

ROULET Y., 1998, À Lausanne, la vallée du Flon sauve son élan créateur grâce à la crise, le Nouveau Quotidien, (26-02), Lausanne, p. 13.

SYSTEME FRICHE THEATRE, 1996, Friche la Belle de Mai : un projet culturel pour un projet urbain, Marseille, 39 p.

VALDA A., WESTERMANN R., 2004, La Suisse et ses friches industrielles. Des opportunités de développement au cœur des agglomérations, Berne, ARE, OFEFP, 24 p.

VODOZ J.-M., 1985, Editorial : Vallée de larmes, Le temps, 26-07, p. 1.

Haut de page

Notes

1  Les extraits de discours, au cours du texte, sont issus d’entretiens menés par l’auteur entre mai 2005 et août 2006. Une quarantaine d’acteurs par site étudié, politiques, techniciens, professionnels de l’urbanisme, acteurs informels, journalistes, habitants, représentants associatifs, acteurs économiques, ont été interrogés par méthode réputationelle.

2  En Suisse, le recours possible au référendum est garant d’une participation et d’une mobilisation plus active de la population locale _ à la différence des processus de participation français.

3  http://www.euromediterranee.fr/

4  nommé au départ Compagnie du Chemin de fer Lausanne-Ouchy et qui deviendra ensuite le groupe LO

5  Années 1950 : projet moderniste projet Amphion (Wetter-Vouga-Levy)

1986 : projet « Gare du Flon », modèle libéral de la City à la londonienne orienté autour des transports et des surfaces commerciales

1993 : projet Ponts-Villes de Tschumi-Merlini, à l’image de l’Acte architectural, du Grand projet pour Lausanne, dans une visée concurrentielle.

6 http://www.rotefabrik.ch/

7  http://www.friche-rvi.org/pages/frichid.html

8  entretien avec Fabrice Lextrait, Mai 2006

9  il n’est pas débattu par l’organe législatif

10  objectif affiché par l’opération d’intérêt national Euroméditerranée

11  Il rend ainsi en 2001, le rapport intitulé "Friches, laboratoires, fabriques, squats, projets pluridisciplinaires : une nouvelle époque de l'action culturelle »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le Flon, une ancienne plateforme de stockage, 12 m en dessous du centre ville (cliché L. Andres 2006)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1905/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 2 : « L’îlot 3 » de l’usine de la Seita investi par l’association Système Friche Théâtre (L.A – 2006)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1905/img-2.png
Fichier image/png, 975k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1905/img-3.png
Fichier image/png, 636k
Titre Figure 4 : le nouveau Flon, entre nouveaux et anciens bâtiments (L.A, 2006)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1905/img-4.png
Fichier image/png, 856k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lauren Andres, « Temps de veille de la friche urbaine et diversité des processus d’appropriation : la Belle de Mai (Marseille) et le Flon (Lausanne) », Géocarrefour, Vol. 81/2 | 2006, 159-166.

Référence électronique

Lauren Andres, « Temps de veille de la friche urbaine et diversité des processus d’appropriation : la Belle de Mai (Marseille) et le Flon (Lausanne) », Géocarrefour [En ligne], Vol. 81/2 | 2006, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1905 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1905

Haut de page

Auteur

Lauren Andres

Institut d’Urbanisme de Grenoble - Université Pierre Mendes France
UMR Pacte - Laboratoire Territoires
andres.lauren@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org