Navigation – Plan du site

Les quartiers enclos à Buenos Aires : la ville privatisée ?

Gated communities in Buenos Aires: privatisation of the city?
Guy Thuillier
p. 151-158

Résumés

Cet article s'intéresse aux rapports entre public et privé dans les dynamiques urbaines à Buenos Aires (Argentine), à travers l'exemple du boom des quartiers enclos sécurisés (gated communities) qu'a connu l'agglomération dans les années 1990. Il s'agit, après une présentation des faits et du contexte, d'examiner les acteurs publics et privés concernés, puis le type de relations qu'ils entretiennent, pour enfin s'interroger sur la redéfinition des espaces urbains que dessinent ces quartiers enclos.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis le début des années 1990, la région métropolitaine de Buenos Aires a été le théâtre d'importantes mutations urbaines. Avec ses 12 millions d'habitants, Buenos Aires est la capitale hypertrophiée d'un pays qui a été le “bon élève” du FMI et de la Banque mondiale pendant toutes les années 1990 et a connu, outre une vigoureuse croissance économique, un véritable changement de paradigme socio-économique, amorcé en fait dès la dictature militaire (1976-1983). En effet, l'économie et la société, dans le modèle de développement qui prévalait jusque-là étaient très encadrées par l'État, à travers de grandes entreprises publiques et d'importants syndicats qui géraient pour leurs membres aussi bien les caisses de sécurité sociales que des complexes balnéaires. L'essoufflement de ce système, basé sur le modèle économique de développement dit de “substitution aux importations”, est devenu patent dans les années 1980, “décennie perdue” de stagnation économique, et précipite l'arrivée au pouvoir du président Carlos Menem en 1989. L'Argentine a pris alors un virage libéral. Le désengagement de l'État, les privatisations massives, la déréglementation économique et la flexibilisation du travail ont relancé l'économie, mais au prix d'un spectaculaire accroissement des inégalités et de la paupérisation d'une partie des classes moyennes (Thuillier, 2002).

2Parallèlement à ces mutations socio-économiques, le paysage urbain a évolué. La capitale argentine a connu un important boom immobilier sur un segment très spécifique du marché. Sur le modèle nord-américain de la gated community se multiplient des quartiers résidentiels ceints de grillages, à l'accès réservé à leurs habitants, appelées localement barrios cerrados ou privados – littéralement “quartiers fermés” ou “privés”. Ces enclaves de richesse s'installent sur le front d'urbanisation de la mégalopole, entre 30 et 60 km du centre ville, dans des périphéries jusque-là réservées aux habitants les plus pauvres – migrants ruraux récents, classes moyennes et populaires rejetées en seconde couronne par le coût du foncier.

3Quelle est la spécificité, à Buenos Aires, des relations public – privé dans la production, la gestion, et les dynamiques des territoires urbains ? Face à cette fragmentation potentielle des territoires, quelles régulations sont mises en œuvre par la puissance publique, confrontée au dynamisme du secteur privé marchand et à l'affaiblissement global des formes de régulation, de redistribution et d'aménagement publics ?

4Pour répondre à ces questions, nous rappellerons d'abord les spécificités du développement urbain de Buenos Aires et des quartiers enclos. Puis nous examinerons les acteurs publics et privés de la production urbaine, leurs rapports et le type de territoires qu'ils produisent.

Buenos Aires entre public et privé

Du dirigisme au laissez-faire

5Le plan de Buenos Aires traduit l’évolution du rapport privé–public sur le temps long, et plus particulièrement depuis un siècle. De la Buenos Aires coloniale, fondée deux fois, en 1536 et 1580, il reste peu de chose, la plaza mayor, aujourd’hui Plaza de Mayo, le petit quartier péricentral de San Telmo, vestiges d'une ville à l'urbanisme forte-ment encadré par les ordonnances impériales de Philippe II. La ville végète longtemps, aux marges de l'empire. Son âge d'or correspond à la fin du XIXe s. et au début du XXe, quand la prospérité du port, fondée sur un modèle agro-exportateur, et l'importance des migrations d'Européens, procurent à la ville un rapide développement. Bien que des poches de pauvreté se développent alors dans les quartiers autour du port ou des abattoirs, la puissance publique garde un fort contrôle sur l'urbanisation de la ville. Le plan orthogonal, adopté à Buenos Aires dès la fondation, est maintenu pour les nouveaux quartiers, même si, à l'échelle métropolitaine, la ville s'étend en “doigts de gant” autour des principaux axes de communication qui rayonnent sur la Pampa. Les édiles dotent la capitale d'une monumentalité de style européen (place du Congrès), percent des avenues de type haussmanien (avenue de Mai).

Figure 1 : Organisation socio-spatiale de la Région métropolitaine de Buenos Aires

Figure 1 : Organisation socio-spatiale de la Région métropolitaine de Buenos Aires

6Les infrastructures urbaines, et notamment les réseaux, sont laissés à la charge d'entreprises privées, sous forme de concessions, que l'on pratique beaucoup à cette époque, y compris en Europe. Ces réseaux urbains n'ont rien à envier aux pays avancés, du moins jusque dans les années 1930. Le gaz public, lancé en 1856, couvre la capitale fédérale en 1910. Le téléphone est donné en concession en 1907 à une compagnie allemande. De 1911 à 1914, on construit à Buenos Aires la première ligne de métro d'Amérique latine. En 1905, 72,5 % de la population a accès à l'eau potable (Pirez, 1994).

7À partir de 1930, avec le coup d'État du général Uriburu, la reprise en main du pays par les secteurs les plus conservateurs de la société correspond, sur le front économique, à un essoufflement du modèle agro-exportateur avant même le début de la grande dépression. Cette période est marquée par l'extension de la banlieue, alimentée cette fois-ci non plus par l'immigration étrangère, qui se tarit avec la fin de la prospérité, mais par l'immigration intérieure. Celle-ci se fait désormais dans des conditions beaucoup moins favorables, les migrants s'installant dans des périphéries de plus en plus lointaines et moins bien équipées en services urbains. De 1947 à 1960, l'aire urbaine passe de 4,7 à 6,7 millions d'habitants.

8Dans ces conditions, l'État se trouve impuissant à assurer le développement de la région métropolitaine dans des conditions satisfaisantes et les réseaux n'arrivent pas à suivre le rythme de la croissance de l'agglomération. Le secteur public perd la main. Le marché immobilier est libre, et la croissance urbaine, permise par le réseau de chemin de fer et les colectivos (autobus urbains) subventionnés, se fait sans restrictions ni équipements, dans des zones de plus en plus lointaines et mal desservies, insalubres, inondables. Les classes populaires ont recours au “lotissement populaire”, forme d'accession à la propriété dans des lotissement bon marché et sous équipés, où les maisons sont construites peu à peu par leurs propres occupants (Clichevsky et al., 1990). Ces formes d'urbanisation populaire limitent l'extension des bidonvilles, qui ne concernent que 2 % de la population en 1956. Mais si en 1947, 94 % de la population a encore accès au réseau d'eau, en 1960, ce taux tombe à 76 %, puis sous les 60 % en 1975. A cette date, près de 70 % des habitants de l'agglomération ne disposent pas du tout-à-l'égout. Le réseau du métro ne connaît pas d'extension notable des années 1940 à la fin du siècle (Pirez, 1994).

9Globalement, le contrôle public sur la production urbaine est faible, malgré les accès répétés de volontarisme. Quelques grands chantiers sont lancés, qu'il s'agisse de programmes de logement bon marché gérés par un Fonds national du logement (FONAVI) au début des années 1970 mais ils sont accaparés par les classes moyennes, car trop chers pour les plus démunis, ou du percement d'autoroutes urbaines à travers les quartiers pauvres de la ville par la dictature militaire. Dans les années 1980, malgré le retour à la démocratie, la crise économique est telle qu'elle favorise à nouveau le recours au marché informel par les plus pauvres, et un regain des occupations de terres. Quant aux pouvoirs publics, dépassés par les événements, ils interviennent peu dans la production urbaine, accaparés par les problèmes sociaux, en particulier l'aide alimentaire, dans un contexte de paupérisation généralisée (Prévôt-Schapira, 2000). C'est après coup qu'ils participent à la dynamique urbaine, par des programmes de régularisation juridique et d'intégration de l'habitat informel urbain. La décennie se clôt symboliquement sur des émeutes de la faim liées à l'hyper-inflation : des supermarchés sont pillés par des foules en colère.

Le boom des quartiers enclos

10Au tournant des années 1990, Buenos Aires présente donc un visage contrasté (Capron & Thuillier, 2000). Le centre urbain, qui n'est pas sans rappeler l'Europe et le “premier monde”, a été construit à une époque de prospérité relative, grâce à une forte intervention publique pour contrôler et encadrer l'urbanisation. En revanche, la périphérie de l'agglomération évoque bien plus les métropoles du tiers-monde, avec une urbanisation beaucoup moins maîtrisée et de moins bonne qualité, parce que laissée à l'initiative d'un segment très particulier du secteur privé : des lotisseurs à faible capacité d'investissement, et le secteur informel. La figure 1 montre bien cette structure socio-spatiale en auréoles, que va brouiller les évolutions de la décennie suivante.

11Avec les réformes libérales du gouvernement Menem, après 1991, l'immobilier redémarre, après une longue stagnation, sous l'impulsion de capitaux privés : les centres commerciaux fleurissent, l'ancien Puerto Madero est réhabilité sur le modèle des docks de Londres, on lance des programmes de tours de logements de luxe dans les zones péricentrales. Mais la plus spectaculaire de ces mutations est sans doute le développe-ment en nombre significatif, dans les lointaines périphéries de la ville, sur le front d'urbanisation de l'agglomération, de quartiers enclos pour les ménages aisés, sur le modèle des gated communities nord-américaines : il s'agit le plus souvent de lotissements de maisons individuelles, séparés du reste de la ville par des grillages, souvent doublés de haies d'arbres, munis d'équipements de loisirs plus ou moins importants. L'accès se fait en un ou deux passages défendus par des barrières automatiques, et souvent un ou plusieurs gardiens. On parle de country clubs quand le quartier est construit autour d'un vaste équipement sportif : marina, golf, terrains de polos… Les barrios cerrados sont des lotissements beaucoup plus petits et modestes, avec peu ou pas d'équipements de loisirs collectifs, certains constitués de maisons mitoyennes, ou vendus en housing (maison clé en main, à choisir sur un catalogue de quelques modèles). En 2000, après une décennie de croissance, on recensait dans la région métropolitaine de Buenos Aires environ 350 de ces quartiers enclos, en majorité des barrios cerrados, couvrant une superficie totale de plus de 300 km2 (3 fois Paris intra muros !), pour 100 000 habitants permanents environ (Lacarrieu & Thuillier, 2004) (fig. 2).

Figure 2 : Les quartiers enclos dans la Région métropolitaine de Buenos Aires

Figure 2 : Les quartiers enclos dans la Région métropolitaine de Buenos Aires

De nouveaux territoires urbains

Des acteurs d'inégales capacités

12Le développement des quartiers enclos a impliqué de nombreux acteurs. Parmi les acteurs publics, on distingue bien sûr l'État et les collectivités territoriales ainsi que des entités sectorielles, entreprises publiques ou autorités de régulation chargées d'un domaine particulier à une échelle particulière : l'eau, les transports… À Buenos Aires, peut-être plus encore que dans la plupart des grands métropoles concernées par le même problème, l'action des pouvoirs publics est rendue plus difficile par la fragmentation politique des territoires. En Argentine, État fédéral, les questions d'urbanisme et d'usage des sols ne dépendent pas de l'échelon national mais provincial (Dubois-Maury, 1990). Une exception de taille est constituée par la ville de Buenos Aires, qui est un District fédéral, administré directement par l'État central (comme Washington ou Mexico) mais devient en 1996 une “municipalité autonome de Buenos Aires”. D'importantes rivalités politiques ont opposé son maire au gouverneur de la province de Buenos Aires, dont dépend toute la banlieue. En effet, non seulement ces deux postes (mairie de Buenos Aires et gouvernorat de la province) servent souvent de tremplins politiques à leurs occupants (Prévôt-Schapira, 2001), mais surtout ils représentent des électorats très différents.

13La province, en l'occurrence la province de Buenos Aires, est supposée avoir un rôle de régulation et de contrôle en matière d'urbanisme. Ses lois spécifient par exemple que tout nouveau lotissement doit être contigu à une zone déjà urbanisée et comporter les infrastructures minimales, qu'il est interdit de construire en zone inondable, ou que les quartiers enclos (barrios cerrados et countries) doivent être séparés d'au moins 7 km les uns des autres, afin de ne pas créer de grands emprises fermées qui deviendraient de véritables barrières urbaines. Mais dans la pratique les lotissements sous-équipés persistent, à chaque pluie importante des quartiers entiers sont noyés, et les quartiers enclos (qui privilégient les terrains plus élevés) ont bien tendance à se regrouper. Le sous-encadrement administratif, la longueur des procédures et la corruption expliquent que les lois soient très fréquemment contournées. La plupart des entrepreneurs lancent leurs travaux avant d'obtenir les permis nécessaires : on peut toujours régulariser par la suite, trouver de petits arrangements entre amis… En ce sens, leurs méthodes ressemblent assez à celle des occupations de terres par les classes populaires, qui consistent à mettre les autorités devant le fait accompli. La loi, en Argentine, a tendance à entériner les rapports de force et non à les réguler.

14Quant aux communes, elles dépendent des provinces, et n'ont qu'une faible autonomie et des moyens financiers limités. Les communes pauvres de la périphérie de Buenos Aires sont prêtes à de nombreuses concessions pour attirer les promoteurs immobiliers des quartiers enclos et leurs riches habitants. La plupart des municipalités disposent donc bien de “plans régulateurs” et des “mesures sur le zonage et l'usage des sols”, mais le secteur privé (ou informel) garde l'initiative de fait, les restrictions sont faibles, sans parler de l'importance de la corruption qui facilite les “exceptions” aux règles. Au total, les communes (partidos) n'exercent qu'un contrôle très partiel sur leur propre urbanisation.

15Le secteur privé est plus divers et émietté que le public. On peut distinguer à une extrémité du spectre les grandes entreprises multinationales de services urbains : Suez-Lyonnaise des Eaux à Buenos Aires, par exemple qui, en rachetant en 1993 l'entreprise publique Aguas Argentinas, obtenait la concession de la fourniture d'eau portable à 10 millions de personnes dans l'agglomération de Buenos Aires. L'urbanisme est également concerné, avec des groupes à capitaux mondialisés, capables de lancer des programmes immobiliers géants, qui prennent de plus en plus la forme de véritables villes privées. C'est par exemple le cas de Nordelta Ciudadpueblo Desarrolladores, une société anonyme qui a engagé 250 millions de dollars dans la création de Nordelta, une véritable ville nouvelle de 1600 ha, à 30 km au nord de Buenos Aires, prévue pour accueillir à terme 90 000 habitants ! Le projet Nordelta combine logements et équipements : il prévoit 18 quartiers d'habitats, pour autant de segments différents du marché, tous ceints d'une clôture et d'accès réservé à leurs habitants, desservis par une boucle à 4 voies qui entoure un lac artificiel. Au centre du projet, au bord du lac, un pôle d'équipements et de services : centre commercial, université privée, bureaux… Nordelta Ciudadpueblo Desarrolladores, dont la figure phare est l'entrepreneur argentin Constantini, célèbre capitaine d'industrie local, est détenu par un fonds d'investissement et une entreprise de BTP, combinant des capitaux argentins et suisses (Szajnberg, 2001 ; Thuillier 2002).

16La majorité des acteurs privés sont cependant de taille plus réduite que ces multinationales de l'urbanisme, qu'il s'agisse de promoteurs, d'entreprise de BTP ou de petits artisans. À l'autre extrémité du spectre, on descend jusqu'à la micro-entreprise, souvent informelle, et qui joue pourtant un grand rôle dans la production et le fonctionnement des villes. On passe sans transition très nette de l'acteur-entreprise à l'acteur-individu, d’où un éparpillement de la production urbaine, chaque acteur produisant son bout de ville sans organisation d'ensemble, avec une intervention minimale de l'État, et souvent a posteriori. Une telle ville existe à grande échelle en Amérique latine, on l'aura reconnue : c'est la ville informelle, issue de la transition urbaine qui a vu exploser au cours du XXe s. les populations urbaines du continent, et se multiplier partout les quartiers d'auto-construction. Elle s'oppose très fortement au masterplan (plan de masse) des megaemprendimientos (opérations urbaines géantes) lancés par les promoteurs de quartiers privés qui aménagent d'un seul tenant des morceaux de ville sur des centaines, voire des milliers d'hectares. À Buenos Aires, l'opposition principale n'est pas entre aménagement public et privé mais entre les différents niveaux de l'aménagement privé, le secteur public ne disposant que d'une marge de manœuvre limitée.

Des rapports ambigus

17Si les quartiers enclos semblent entériner la domination de puissants acteurs privés dans la production urbaine argentine, ils questionnent aussi le partage des fonctions et les rapports entre secteurs publics et privés, privatisant des fonctions urbaines jusque-là plutôt réservées à la puissance publique.

18La privatisation des fonctions de planification urbaine, à l'intérieur de quartiers enclos qui s'étendent sur des dizaines d'hectares, crée une ville à l'aménagement dual. À l'intérieur des grillages, les quartiers enclos bénéficient d'une grande attention paysagère, de réseaux modernes, alors que les quartiers alentours témoignent du chaos et du sous-équipement urbain des villes du tiers-monde. L'insertion des quartiers enclos dans la trame urbaine se fait par ailleurs pratiquement sans régulation ni planification. Jusqu'en 1977 pour les countries, et 1986 pour les barrios privados, les quartiers enclos n'avaient pas d'existence légale, et leur statut actuel relève encore d'un bricolage juridique qui les assimile pratiquement à des copropriétés, régime souple mais inadapté, et donc à double tranchant pour les promoteurs. Certes, ce relatif flou juridique leur a longtemps permis de construire pratiquement à leur guise mais, d'un autre côté, cela suscite des inquiétudes quant à la sécurité juridique des acheteurs. C'est pourquoi un des chevaux de bataille de la FACC (Federación Argentina de Clubes de Campo, le syndicat des quartiers fermés) est la clarification du statut officiel des quartiers enclos.

19À l'échelle municipale, les relations entre promoteurs privés et municipalités sont assez variables. Le tableau général est celui d'un secteur privé dynamique et agissant quasiment sans contrôle face à des pouvoirs publics dépassés qui ne parviennent que difficilement à récupérer quelques miettes de ces formidables investisse-ments sur leur territoire. Mais chaque cas est particulier.

20Dans le cas des megaemprendimientos, une importante collaboration est obligatoire entre les acteurs et fonctionne tant bien que mal : le projet Nordelta ne peut exister qu'avec l'implication de la municipalité de Tigre, dans laquelle il est implanté, et où il formera une ville dans la ville. Une convention a, par exemple, été signée entre les promoteurs, la municipalité et l'entreprise de transport ferroviaire Mitre pour allonger une ligne de train existante afin de desservir la ville nouvelle, accord “gagnant-gagnant” pour les acteurs impliqués. Néanmoins, par rapport au cas français, et notamment aux procédures de ZAC, l'intervention publique pour une entreprise d'une telle ampleur apparaît minimale : la conception et la construction de la ville nouvelle relèvent entièrement de ses promoteurs ; les équipements collectifs créés sont entièrement privés. On ne trouvera à Nordelta ni administrations ou écoles publiques, ni logement social…

21La municipalité de Pilar, à une cinquantaine de kilomètres au nord de Buenos Aires, fournit un exemple encore plus ambigu. Pilar accueille à elle seule le tiers des quartiers enclos de l'agglomération, soit plus d'une centaine d'entre eux… et pourtant cette commune est en déficit budgétaire chronique, alors même que peu d'investissements semblent avoir été réalisés dans les quartiers “publics” ! Malgré l'opulence de leurs nouveaux voisins des quartiers privés – environ 10 % des 230 000 habitants de la ville – les habitants pauvres de Pilar n'ont guère vu leurs quartiers s'améliorer. Les taxes locales sont en effet faibles en Argentine, et l'évasion fiscale élevée. Si on ajoute les exemptions accordées aux promoteurs et la corruption, dans l’ensemble la commune de Pilar n'a guère tiré profit de la présence de ces quartiers, en dehors des emplois faiblement qualifiés créés dans le bâtiment et les services aux personnes (jardiniers, bonnes, gardes d'enfants...) qui ont contribué à son attractivité. Avec une augmentation de 61 % de sa population au cours de la décennie 1990, Pilar détient le record de croissance pour toute la région métropolitaine de Buenos Aires.

22Sporadiquement, les acteurs publics essaient pourtant de reprendre la main face à la toute-puissance de l'urbanisation privée, pour au moins bénéficier un peu de la manne des quartiers enclos. En l'an 2000, le nouveau maire de Pilar, devant l'état critique des finances laissées par son prédécesseur, avait tenté d'augmenter les impôts locaux pour les quartiers enclos, et lancé un "diagnostic urbain" pour doter la ville d'un nouveau plan d'urbanisme. Le code d'urbanisme n'avait pas été modifié depuis 1983, alors que la population de la ville avait presque triplé ! La non-conformité de la plupart des constructions avec le zonage local était expliquée à la mairie par le vote en conseil municipal de “dérogations” et “exceptions”… Face au projet de hausse des impôts de la nouvelle équipe municipale, le lobby des quartiers enclos a aussitôt contre-attaqué sans en avoir l'air : alors que la FACC et d'influents promoteurs immobiliers protestaient contre les mesures du maire, certains habitants des quartiers enclos allaient jusqu'à attaquer devant les tribunaux la légitimité des impôts locaux pour des habitants qui paient déjà d'importantes charges à l'administration de leur quartier et jugent les services rendus par la municipalité redondants avec ceux du quartier – jusque-là de telles actions ont cependant toujours été déboutées.

23En outre, une fondation privée, la Fundación Por Pilar est apparue sur la scène locale. Elle rassemble parmi ses membres des personnalités liées aux promoteurs des quartiers privés, mais aussi de prestigieux habitants permanents ou résidents secondaires de ces quartiers, comme notamment Fernando De La Rua, alors président de la République argentine, ou Carlos Ruckauf, gouverneur de la province de Buenos Aires. Cette fondation se proposait, elle aussi, d'élaborer et de proposer un plan de développement pour Pilar qui devait en faire une véritable Silicon Valley argentine, avec l'aide d'urbanistes de l'université de Harvard ! Difficile pour le maire de Pilar de lutter face à si forte partie... Mais la crise de 2001 est venue ajourner tous ces beaux projets.

24Dans d'autres municipalités, l'affrontement ne se fait pas à fleurets mouchetés mais dégénère en conflit ouvert, comme dans la commune de Malvinas Argentinas, en seconde couronne de l'agglomération, où le maire péroniste s'est fermement opposé à la clôture du quartier CUBA – Club Universitario de Buenos Aires. Le CUBA était originellement un country de résidences secondaires, ouvert, construit en 1948 autour d'un terrain de golf en pleine campagne, à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Buenos Aires. Alors qu'il était rattrapé puis encerclé par l'urbanisation, que sa proportion d'habitants permanents augmentait, et que ses liens anciens avec l'université de Buenos Aires disparaissaient, par le biais des mutations et des héritages, les habitants ont fini par voter la clôture de leur quartier, désormais enserré dans une marée urbaine de classes moyennes et populaires. Des barrages furent installés aux entrées du quartier, malgré l'opposition du maire. Tandis que la bataille juridique s'enlisait, le maire de la commune, réaffirmant le caractère public des rues et le droit à la libre circulation de ses administrés, fit détruire les barrières au bulldozer, envenimant le conflit….

Modernité et nostalgie

25Outre un nouveau partage des rôles dans la production urbaine, il faut souligner que le développement des quartiers enclos entraîne une redéfinition même des catégories spatiales entre public et privé. Le concept de “quartier enclos” semble remettre en cause la notion même d'espace public, transformant l'espace urbain en un gigantesque club, c'est-à-dire un lieu à l'accès payant et sélectif. Il est vrai que la limite, la transition entre l'espace privé du domicile et l'espace public anonyme de la grande ville implique souvent des espaces intermédiaires, communs. C'est l'espace par excellence du quartier, plus ou moins marqué selon les cultures. À Buenos Aires, le quartier (barrio) structurait traditionnellement la vie urbaine et les identités locales. Le domicile débordait sur l'espace public, on pouvait boire son café sur le pas de la porte, ou jouer aux dominos sur le trottoir. Le coin de la rue (esquina), souvent occupé par l'épicerie, le café ou le club de foot, jouait le rôle de lieu de rassemblement et de rencontre.

26Le quartier enclos, d'une certaine manière, redéfinit et “sanctuarise” cet espace intermédiaire en le fermant aux non-résidents, comme si le contrat social implicite entre les habitants de la ville ne fonctionnait pas, et avait besoin d'être réinstitué symboliquement par la clôture. Les entretiens réalisés avec les habitants des quartiers enclos montrent souvent une forte nostalgie du quartier d'antan idéalisé, et la volonté d'en recréer les conditions de vie : un endroit où l'on connaît ses voisins, où l'on peut laisser sans crainte sa porte ouverte et ses enfants faire du vélo dans la rue...

27Au-delà du quartier, le “nouveau mode de vie” que vantent ad nauseam les agences immobilières fonctionne en archipel avec d'autres espaces typiques de la modernité urbaine, apparus dans le sillage des quartiers enclos dans les périphéries de Buenos Aires : centres commer-ciaux, complexes de loisirs, zones d'activités… S'il s'agit d'espaces construits avec des capitaux privés, leur accès est semi-public (ouvert à tous quoique discrètement filtré), mais ils court-circuitent l'ancien centre “public”. C'est ainsi qu'à Pilar coexistent désormais deux centre-villes, éloignés de quelques kilomètres, mais qui ne rassemblent pas le même public : celui de la plaza mayor, place carrée à arcades typique des villes hispano-américaines, et celui du “kilomètre 50”, qui a poussé autour d'un échangeur autoroutier, désormais ceint de parking, de hangars et de tours, et tourné vers les habitants des quartiers enclos.

28Quant aux raisons profondes de ces mutations, quatre causes au moins concourent à ce besoin de régénération du quartier à travers l'avatar du quartier privé. D'abord, les quartiers enclos argentins peuvent être perçus comme une “suburbanisation tardive des élites” (Torres, 2001), conséquence de l'adoption par l'Argentine d'un imaginaire urbain nord-américain, qui fait la place belle à la maison individuelle. Or ce modèle de la suburbia ne peut s'épanouir à Buenos Aires que derrière des grillages, tant sont extrêmes les contrastes sociaux entre les nouveaux et les anciens habitants de la périphérie (Thuillier, 2001). Deuxièmement, il faut considérer les risques objectifs de l'insécurité, dans une société en crise structurelle : peur des incivilités, des vols, des dégradations, des agressions et même des prises d'otages qui, pour être marginales à Buenos Aires, n'en connaissent pas moins un spectaculaire retentissement médiatique. Ce risque est démultiplié dans les périphéries pauvres de l'agglomération où s'installent les quartiers enclos, grands consommateurs d'espace et donc à la recherche de foncier disponible et bon marché. Une troisième cause, souvent évoquée par les habitants des quartiers enclos, est l'augmentation du trafic automobile, qui semble véritablement avoir saboté la vie urbaine dans la capitale autonome. Perçu à la fois comme une nuisance à cause du bruit et de la pollution, et comme un danger pour les enfants, le trafic automobile est d'ailleurs au cœur de nombreux conflits internes à l'intérieur des quartiers enclos, où malgré l'installation de nombreux ralentisseurs, les gérants ont bien du mal à faire respecter des limites de vitesses souvent très basses. Quatrièmement enfin, dans un monde où l'individu doit être flexible et adaptable dans son travail, où la famille, parfois recomposée, n'est plus le pôle de stabilité qu'elle a pu être, où les relations et positions sociales sont précaires et toujours à réinventer ou reconquérir, il ne faut pas négliger le besoin de sécurisation psychologique et sociale, le désir de recréer un sanctuaire à l'abri d'un monde perçu comme instable et angoissant.

29D'une façon plus large, le sens profond du phénomène des quartiers enclos, qui gagnent du terrain en Argentine comme ailleurs, est assez ambigu et donne lieu à controverses. Pour certains auteurs, le développement des quartier fermés traduit au fond un désir de sécession de l'espace public (Jaillet, 1999), une désaffiliation sociale (Donzelot, 1999), porteuse d'un risque de division sociale (Blakely & Snyder, 1997). Ce serait le fait des “gagnants” de la mondialisation néolibérale, soucieux de s'affranchir des “formes tradition-nelles de solidarité” (Svampa, 2001). Une véritable “culture de la peur” instillée par les médias les encouragerait en ce sens (Low, 2003). Cependant, les quartiers enclos procèdent aussi d'une volonté de l'individu de se réinventer des limites, se réapproprier un territoire pour finalement se reforger une identité (Lacarrieu & Thuillier, 2004), ce qui pour certains apparaît au fond comme une réponse légitime à un besoin de re-sécurisation individuelle qui n'est que la conséquence des pressions délétères exercées par la société sur les individus modernes (Charmes, 2005). Il reste que le résultat indéniable du processus est une fragmentation urbaine renforcée (Prévôt-Schapira, 2002 ) et une ville qui a du mal à faire cité (Thuillier, 2005).

Conclusion : un urbanisme schizophrène

30Le développement des quartiers enclos à Buenos Aires bouscule les lignes de partage entre acteurs publics et privés, mais aussi entre espaces publics et privés. Il est clair que la puissance publique est à la traîne face au privé dans l'accompagnement de la croissance urbaine, au moins depuis les années 1940 et le boom démographique dû à l'exode rural. L'urbanisation des périphéries a été laissée au secteur informel, à l'auto-construction et à l'action associative, donnant une ville de piètre qualité que les pouvoirs publics ont ensuite les plus grandes difficultés à intégrer à la ville, au point que certains auteurs ont évoqué pour l'Argentine une “urbanisation sans urbanisme” (Dubois-Maury, 1990), d'autres critiquant pour Buenos Aires l'absence d'une autorité de gestion à l'échelle métropolitaine (Pirez, 1994).

31Depuis une quinzaine d'années, un secteur privé marchand très structuré, dynamique et de dimension internationale, investit à nouveau cette périphérie et son front d'urbanisation pour produire une ville d'un nouveau type, en archipels fermés réservés aux riches. Cette dynamique obéit une fois encore à ses logiques propres et semble mal encadrée par l'action publique, voire en concurrence avec elle. Elle ne profite que très marginalement au reste du tissu urbain délabré de la périphérie et ne permet pas un rééquilibrage socio-spatial entre un centre-ville favorisé et une périphérie misérable. Elle dessine au contraire aux franges de l'agglomération portègne un espace fragmenté, entre ville et campagne, entre opulence et misère, entre bidonvilles, lotissements autoconstruits, suburbia engrillagée, gros bourgs coloniaux de la pampa et centres commerciaux climatisés. Une des propositions avancées par certains responsables de l'urbanisme communal serait de lier dans l'avenir l'installation de quartiers privés à l'obligation pour le promoteur de faire bénéficier les quartiers pauvres environnants d'une partie des travaux d'infrastructures réalisés pour le quartier privé : adduction d'eau et égouts, voirie… Mais de tels aménagements supposent sans doute une relation plus équilibrée entre les acteurs et un renforcement de la capacité des pouvoirs publics à négocier avec des acteurs privés puissants et fortement structurés. Cela semble être la condition d'une dynamique urbaine moins schizophrène, condition d'un développe-ment urbain plus équitable et donc plus durable.

Haut de page

Bibliographie

ATKINSON R. (dir.), 2005, International perspectives on the new enclavism and the rise of gated communities, Housing Studies (York, UK), vol. 20, n°2.

BLAKELY E. J., SNYDER M. G., 1997, Fortress America. Gated communities in the United States, Washington DC, Brookings Institution Press / Cambridge (Mass.), Lincoln Institute of Land Policy, 209 p. 

BERNAND C., 1997, Histoire de Buenos Aires, Paris, Fayard, 432 p. 

CAPRON G. (dir.), 2004, Ensembles résidentiels fermés, L'espace géographique, 2004-2.

CAPRON G., THUILLIER G., 2001, Buenos Aires, de la métropole européenne à la mégapole latino-américaine, in JALABERT G. (coord.), Portraits de grandes villes, Toulouse, PUM,p.  115-134.

CHARMES E., 2005, La vie périurbaine face à la menace des gated communities, Paris, L'Harmattan, 228 p. 

CICCOLELLAp. , 1999, Globalización y dualización en la Región Metropolitana de Buenos Aires : Grandes inversiones y reestructuración socioterritorial en los años noventa, EURE (Santiago du Chili). [en ligne]. déc. 1999, vol.25, n°76 [cité le 15 septembre 2006],p. 5-27.

Disponible sur Internet :

 http://www.scielo.cl/scielo.php?

CLICHEVSKY N., PRÉVÔT-SCHAPIRA M.-F., SCHNEIER-MADANES G., 1990, Loteos populares, sector immobiliario y gestión local : el caso de Moreno, Cuadernos del CEUR, n°29, Buenos Aires, CEUR/CREDAL, 180p. 

DONZELOT J., La nouvelle question urbaine, Esprit, n° 258,p.  87-114.

DUBOIS-MAURY J., 1990, Les villes argentines : une urbanisation sans urbanisme ?, Annales de Géographie, n°556,p.  695-714.

FRANTZ K., GLASZE G., WEBSTER C., 2006 (dir.), Private cities : global and local perspectives, Londres & New-York, Routledge, 252 p. 

GORELIK A., 1998, La Grilla y el Parque : espacio público y cultura urbana en Buenos Aires, 1887-1936, Buenos Aires, Universidad Nacional de Quilmes, 455 p. 

JAILLET M.-C., 1999, Peut-on parler de sécession urbaine à propos des villes européennes ? Esprit, n°258, nov., "Quand la ville se défait", Paris,p.  145-167.

LACARRIEU M., THUILLIER G., 2004, Une utopie de l'ordre et de la fermeture : “quartiers privés” et countries à Buenos Aires, L'espace géographique, 2004-2,p.  149-164.

LOW S., 2003, Behind the Gates : Life, Security, and the Pursuit of Happiness in Fortress America, Londres & New-York, Routledge, 288 p. 

PIREZp. , 1994, Buenos Aires Metropolitana. Política y Gestión de la ciudad, Buenos Aires, Buenos Aires, Centro Editor de América Latina, 181 p. 

PRÉVÔT-SCHAPIRA M.-F., 2000, Du PAN au Plan de Justice Sociale : les politiques de lutte contre la pauvreté dans les banlieues de Buenos Aires, Annales de la Recherche Urbaine, n° 86,p.  133-143.

PRÉVÔT-SCHAPIRA M.-F., 2001, Buenos Aires, métropolisation et nouvel ordre politique, Hérodote, n°101, 2e trimestre, "Géopolitique des grandes villes",p.  122-151.

PRÉVÔT-SCHAPIRA, M.-F., 2002, Buenos Aires en los años ‘90 : metropolización y desigualdades.p. 31-50. EURE (Santiago du Chili). [en ligne]. Déc., vol.28, n°85 [cité le 15 Septembre 2006]. Disponible sur Internet :

 http://www.scielo.cl/scielo.php?

SVAMPA M., 2001, Los que ganaron : la vida en los countries y barrios privados, Buenos Aires, Biblos, 282 p. 

SZAJNBERG D., 2001, Urbanizaciones cerradas en la Región Métropolitana de Buenos Aires. El caso de los partidos de Pilar y Tigre, Buenos Aires, AREA, FADyUBA, n° 9, Août.

THUILLIER G., 2005, El impacto socio-espacial de las urbanizaciones cerradas : el caso de la Región Metropolitana de Buenos Aires, EURE (Santiago du Chili). [en ligne]. août 2005, vol. 31, n°93 [cité le 6 juin 2006],p. 5-20.

Disponible sur Internet :

 http://www.scielo.cl/scielo.php?

THUILLIER G., 2002, Les quartiers enclos : une mutation de l'urbanité ? L'exemple de la Région Métropolitaine de Buenos Aires (Argentine), Thèse de Doctorat, Université Toulouse II-Le Mirail, 386 p. 

THUILLIER G., 2001, Les quartiers enclos à Buenos Aires : quand la ville devient country, Cahiers des Amériques Latines, n°35, "Métropoles d'Amérique latine. De l'espace public aux espaces privés", Paris, IHEAL Editions,p. 41-56.

TORRES H. A., 2001, Cambios socioterritoriales en Buenos Aires durante la década de 1990, EURE (Santiago du Chili) [en ligne] mai, vol.27, n°80 [cité le 03 Juin 2006],p. 33-56.

Disponible sur Internet :

 http://www.scielo.cl/scielo.php?

VELUT S., 2002, Argentine, des provinces à la nation, Paris, PUF, 288 p. 

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Organisation socio-spatiale de la Région métropolitaine de Buenos Aires
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1892/img-1.png
Fichier image/png, 245k
Titre Figure 2 : Les quartiers enclos dans la Région métropolitaine de Buenos Aires
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1892/img-2.png
Fichier image/png, 240k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Thuillier, « Les quartiers enclos à Buenos Aires : la ville privatisée ? », Géocarrefour, Vol. 81/2 | 2006, 151-158.

Référence électronique

Guy Thuillier, « Les quartiers enclos à Buenos Aires : la ville privatisée ? », Géocarrefour [En ligne], Vol. 81/2 | 2006, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1892 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1892

Haut de page

Auteur

Guy Thuillier

Département de Géographie
Université de Toulouse II Le Mirail
5 allées Antonio Machado
F - 31058 Toulouse cedex 9
06 83 75 22 53
E.mail : thuillier.guy@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org