Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Glasze G., 2003, Die fragmentierte Stadt. Ursachen und Folgen bewachter Wohnkomplexe im Lebanon, Opladen, Leske + Budrich, Stadtforschung aktuell, 294 p.

Eric Verdeil
p. 142

Texte intégral

1Ce livre, directement tiré de la thèse de l'auteur, étudie « La ville fragmentée. Causes et conséquences des complexes d’habitats surveillés au Liban ». Georg Glasze s’est distingué en animant un vaste réseau consacré à l’étude des quartiers surveillés et autres gated communities, un thème devenu un must de la recherche urbaine globalisée, avec ses archétypes et ses « ponts aux ânes »1 . La thèse repose sur un remarquable travail de terrain, qui fournit la matière des illustrations et tableaux nombreux : photographies, graphiques et cartes, parfois en rupture avec les canons bertiniens, mais parfois aussi ingénieuses, comme des croquis en trois dimensions pour rendre compte de la structure sociale de l’habitat dans les condominiums ; et aussi des portraits d’entrepreneurs, des itinéraires résidentiels de familles, des publicités, des tableaux statistiques établis à partir d’enquêtes auprès des promoteurs ou des habitants, etc.

2Parmi les points forts de ce travail, on retiendra la mise en question des mécanismes de diffusion et d’adoption du modèle de la gated community. Considérant que trop souvent le recours à la notion de mondialisation fonctionne comme une boîte noire qui n’explique rien, l'auteur souligne les facteurs propres à la « gouvernance » urbaine locale, en l'occurrence le contexte de guerre civile, moment où la tendance à la construction de quartiers fermés s'est affirmée. Les classes moyennes supérieures, chassées de la ville centre, trouvaient dans les complexes balnéaires de bord de mer au nord de Beyrouth un refuge temporaire. Puis des promoteurs tirèrent les leçons du succès de cette formule en proposant une nouvelle offre adaptée. Le contexte réglementaire et opérationnel favorise aussi les quartiers fermés au Liban, qui sont appréciés de nombreux professionnels de l'urbanisme, critiques face à l'impuissance de l'Etat à contrôler l'urbanisation ordinaire. Cette formule d’habitat permet également aux classes aisées de mutualiser les coûts de fonctionnement de services urbains privés, alternatifs aux services publics déficients (eau et électricité en particulier). L’argument sécuritaire est invoqué par les habitants, bien que l’insécurité se situe au Liban à un niveau très bas. Le rapport à la violence, comme souvent, est affaire de perception. L'étude confirme aussi l’idée que les classes sociales concernées ne sont pas principalement l’élite libanaise, mais plutôt des classes moyennes urbaines aisées, notamment des représentants de professions modernes (médecins, ingénieurs, etc.) faisant le choix de la banlieue. L'ouvrage apporte aussi des éclairages sur les mécanismes d’importation de ce modèle d’habitat, en suivant les trajectoires migratoires des concepteurs ou des clients.  

3L’auteur estime à 1% du parc immobilier national, et 3% dans la région de Beyrouth, la part de marché de ces logements. Peut-on pour autant dire que la greffe a pris et ces chiffres sont-ils significatifs ? Les critères d’identification de ces ensembles immobiliers paraissent assez arbitraire. Pourquoi exclure de l’étude, par exemple, les tours résidentielles de luxe de la ville-centre qui ne diffèrent guère des condominiums de la montagne ? Plus largement, le concierge demeure une institution dans les immeubles libanais et assure un filtrage efficace. A l’inverse, la taille des opérations privilégiées ici, hormis quelques-unes plus spectaculaires, est souvent réduite, notamment au Liban nord. Rien à voir avec les réalisations impressionnantes d’Istanbul ou des Etats-unis. La morphologie urbaine est complexe et fortement différenciée, des quelques rares lotissements de villas (comme Mechref) incarnant l’idéal de la gated community d’inspiration américaine, en passant par les resorts balnéaires ou de montagne, ou les condominiums, tours résidentielles périurbaines, etc. La clôture même de ces fameux ensembles paraît le plus souvent poreuse et vaguement surveillée, comme le serait le portail d’une banale résidence de banlieue en France.  

4Dans ce type d’études, ne prête-t-on pas trop aux formes de l’habitat ? N'infère-t-on pas des conclusions générales comme la fin de la ville ouverte, sur la ville fragmentée, à partir d'ensembles qui ne sont guère, l'auteur le dit d'ailleurs, des « communautés ». Leurs habitants s’y croisent certes entre familles de statut social comparable mais leur vie sociale se déroule largement hors de ces lieux souvent très petits. Il n’y a pratiquement aucun cas de centre commercial propre à ces quartiers, rarement d'écoles. Autant que sur la fragmentation spatiale, il faudrait insister sur les réseaux de sociabilité et les formes d’urbanité exclusive qui y sont associés.

5L’étude de Glasze vaut aussi comme étude du marché résidentiel supérieur, et dans le contexte du sud de la Méditerranée, ce genre de travail est rare. Mais il n’en tire peut être pas toutes les conséquences : sur ce type de marché, les produits échangés ont une durée de vie et un usage variable au cours du temps. L’assignation des lieux n’est donc pas figée. Ainsi, l'auteur aborde la fin du cycle immobilier des années quatre-vingt-dix au Liban (brièvement mais c’est l’époque à laquelle il terminait son enquête de terrain). Or, de nombreux projets n’ont pas été vendus ou ont été suspendus, voire réorientés vers une autre clientèle. Il serait intéressant de dépasser les conclusions à la lumière du nouveau cycle touristique qu’à connu le Liban jusqu’à la guerre menée par Israël en 2006 On  peut faire l’hypothèse qu’après un engouement relativement déçu pour les complexes résidentiels fermés destinés aux familles de cadres libanais, ces espaces se sont ouverts largement à une clientèle étrangère, principalement arabe. Ce serait là un autre visage de la globalisation, et les conclusions sur la fragmentation de la société seraient d’évidence toutes autres.

6A travers ces remarques, il ne s’agit pas de remettre en cause le constat d’une société profondément divisée que l’apparition de ces nouvelles formes d’habitat ne risque pas certes pas d'unifier.Mais on peut se demander si l'auteur ne survalorise pas l'argument d'une fragmentation par l'économique (l'économie de club contre la démocratie locale) au détriment d'une analyse plus serrée du politique au niveau local. Ainsi, un seul exemple, assez mince, vient nourrir sa conclusion que ces quartiers  assurent des revenus fiscaux et des économies d'investissement pour les municipalités. D'autre part, si l'aménagement de tels quartiers relèvent surtout d'acteurs privés et aisés, Glasze souligne trop peu que l’absence de droits citoyens dans la gestion locale au Liban résulte en partie de l’inexistence des municipalités jusqu’à 1998, et depuis lors de leur manque de moyens2 ; et plus largement encore du système d’affiliation politique, où les individus ne votent pas sur leur lieu de résidence mais souvent au village d’où leur famille est originaire.

7Pays déchiré, pays libéral, le Liban fournissait un cadre prometteur pour une étude sur le développement de la ville privée et la fragmentation de la société. Grâce à son travail de terrain approfondi, l'auteur a amassé nombre d'observations pertinentes. Mais certaines généralisations  versent dans un discours convenu sur la menace que ces quartiers représentent pour la démocratie, au risque d'un contresens sur les enjeux politiques de la gestion urbaine libanaise.

Haut de page

Notes

1 Glasze G, Webster CJ and Frantz K (editors) (2006) Private cities: local and global perspectives. London: Routledge, 232pp.
2 Favier Agnès (dir.), Municipalités et pouvoirs locaux au Liban, Beyrouth : CERMOC, Cahiers du CERMOC n°24, 437 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Verdeil, « Glasze G., 2003, Die fragmentierte Stadt. Ursachen und Folgen bewachter Wohnkomplexe im Lebanon, Opladen, Leske + Budrich, Stadtforschung aktuell, 294 p. », Géocarrefour, Vol. 81/2 | 2006, 142.

Référence électronique

Eric Verdeil, « Glasze G., 2003, Die fragmentierte Stadt. Ursachen und Folgen bewachter Wohnkomplexe im Lebanon, Opladen, Leske + Budrich, Stadtforschung aktuell, 294 p. », Géocarrefour [En ligne], Vol. 81/2 | 2006, mis en ligne le 07 février 2008, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1880

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org