Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Leclerc-Olive M. (dir.), Affaires locales : de l’espace social communautaire à l’espace public politique, Paris, Karthala, GEMDEV, 2006, 240 p.

Cynthia Ghorra-Gobin
p. 134

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif présente les enjeux politiques relatifs à la complexité croissante du local à l’heure où il est concerné par la mondialisation économique et au moment où les regards portés sur le “local” sont le plus souvent chargés d’espoir. Espoir des chercheurs soucieux d’y voir la société en train de se fabriquer, espoir pour les agences de coopération d’y trouver les germes d’un développement durable que les grands programmes ont échoué à instaurer et espoir aussi pour les acteurs eux-mêmes, de pouvoir prendre en main les affaires qui les concernent. Les onze auteurs qui ont participé au cycle de séminaires organisé par Michèle Leclerc-Olive (chercheur CNRS, CEMS, EHESS) dans le cadre des activités du Gemdev (groupement pour l’étude de la mondialisation et du développement) partagent une représentation commune du local pensé comme “point d’ancrage pour une problématisation plus globale des rapports sociaux”.

2Afin de clarifier les enjeux politiques soulevés par la valorisation du “local” et par la diversité des acteurs en présence, les analyses sont principalement centrées sur la nécessaire mais difficile différenciation entre l’espace communautaire et l’espace politique. Les sites d’observation sont aussi bien constitués par les quartiers pauvres des capitales sud-américaines que par une commune de la banlieue parisienne, des municipalités nord-américaines, des communautés du Yémen ou encore des villages chinois ou africains. Comme le souligne clairement le chapitre introductif, la différenciation entre l’espace communautaire et l’espace politique (différenciation proposée par le philosophe Étienne Tassin) n’est pas toujours aisée, quand on sait que “l’accès à la parole publique et la règle du consensus propre à l’espace politique traditionnel saharien” ne correspond pas à l’idée d’un espace public régi par le vote majoritaire.

3Difficile de retracer en quelques lignes l’ensemble des analyses présentées : aussi deux articles portant sur des études de cas situés en Amérique latine sont ici choisis en raison des points de vue opposés qu’ils présentent. Dans le contexte de l’Amérique latine urbaine, Denis Merklen souligne combien le “quartier” représente l’inscription territoriale des classes populaires. Ces quartiers populaires souvent marginalisés remontent aux années 1930 mais ont acquis un poids considérable dans le paysage et le quotidien de la majorité des villes au milieu du XXe s. À partir des années 1960, ils se sont multipliés suite à des occupations collectives et illégales. Leurs habitants apprennent ainsi à s’organiser pour répondre certes aux besoins immédiats mais aussi pour s’intégrer à la société (dans la mesure du possible) sur le long terme. Le quartier devient en quelque sorte un point d’appui pour la structuration des solidarités locales et pour la mobilisation collective. Des populations qui se trouveraient autrement dans le plus grand désarroi réussissent à avoir “les pieds sur terre”. En dépit de l’engagement des habitants, l’auteur estime que l’inscription territoriale des habitants tout comme leur mobilisation sociale ne donnent pas pour autant accès à une véritable citoyenneté. Les quartiers populaires des villes sud-américaines témoigneraient plus de “l’exclusion participative” que d’une citoyenneté “active”.  

4Contrairement à ce premier point de vue, l’article de Susanna Bleil est nettement plus nuancé. À partir d’un travail de terrain mené dans le sud du Brésil, sur l’assentamento Santa Maria où un groupement de familles (25 au total) a obtenu des terres par le biais de la réforme agraire, a adhéré au Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST) et vit dans le cadre d’une coopérative de production agricole, l’auteur met en évidence la difficile démarcation entre le communautaire et le public. En effet, si les communautés traditionnelles reposent sur le partage d’une identité ethnique, les familles de l’assentamento ont des origines différentes et font le choix de vivre une expérience collective. Par ailleurs en tant que membres d’une communauté non-fermée (en raison des départs et des arrivées de nouvelles familles), ils réussissent à construire des règles et à s’y conformer au fur et à mesure des situations conflictuelles et au sein de leur action collective, ils ont également compris que le seul moyen de devenir propriétaire réside dans l’invention d’un système où ils sont contraints partager la terre. Sur la base d’une analyse fine et bien détaillée, l’auteur estime que la démocratie correspond aussi à l’expérimentation dans la mesure où les individus font preuve de créativité et se donnent des règles de vie commune.

5La conclusion rédigée par Michèle Leclerc rappelle la construction de la notion d’intérêt général assimilé à la figure de l’État dans le but de faire faire face à celle de la “main invisible” (Adam Smith) tout en soulignant par ailleurs la richesse d’un projet collectif ou commun mené en dehors de la tutelle de l’État à l’heure de la décentralisation. Le local est susceptible d’être présumé synonyme de solidarité et de maîtrise face à la complexité du monde. Comme l’indique clairement l’article sur les quartiers aux États-Unis, l’idéal de proximité repose sur des associations de quartiers qui, aussi pertinentes qu’elles le soient, ne revendiquent pas pour autant le principe d’un “intérêt général” supérieur aux intérêts particuliers mais se présentent uniquement comme des stakeholders (personnes concernées par un projet d’aménagement) face aux shareholders (décideurs légitimes d’une opération d’aménagement).

6Cet ouvrage collectif est en mesure d’intéresser tout chercheur travaillant sur la question locale en ce début de XXIe s., même s’il est vrai que la dimension territoriale n’est pas toujours présente dans l’analyse. Il souligne clairement l’ambiguïté croissante d’un local de moins en moins dépendant de la tutelle de l’État central, comme le réclament par ailleurs les agences de coopération internationale œuvrant dans les pays du Sud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cynthia Ghorra-Gobin, « Leclerc-Olive M. (dir.), Affaires locales : de l’espace social communautaire à l’espace public politique, Paris, Karthala, GEMDEV, 2006, 240 p. », Géocarrefour, Vol. 81/2 | 2006, 134.

Référence électronique

Cynthia Ghorra-Gobin, « Leclerc-Olive M. (dir.), Affaires locales : de l’espace social communautaire à l’espace public politique, Paris, Karthala, GEMDEV, 2006, 240 p. », Géocarrefour [En ligne], Vol. 81/2 | 2006, mis en ligne le 07 février 2008, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1862

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org