Navigation – Plan du site

La régénération des quartiers industriels sinistrés : le rôle des sociétés locales de développement à Glasgow

The regeneration of run down industrial districts: the role of local development agencies in Glasgow
Fabien Jeannier
p. 127-133

Résumés

Les sociétés locales de développement ont été créées à Glasgow à la fin des années 1980 et au début des années 1990 après l’échec des programmes de régénération urbaine des décennies précédentes. Elles représentent une forme de partenariat entre organismes publics et entreprises privées qui œuvrent à l’échelle d’un groupe de quartiers économiquement et socialement sinistrés, en faveur d’une aide à la recherche d’emploi, la formation, le développement économique (aide aux entreprises) et la reconversion de friches industrielles. Mais en dépit de certains aspects positifs comme la participation des habitants, leur action se limite à un changement d’image de la ville et ne réussit à répondre à la détresse sociale des quartiers touchés par la désindustrialisation.

Haut de page

Texte intégral

1La particularité de Glasgow est d’avoir été la première ville industrielle britannique sinistrée à s’engager dans la voie de la régénération urbaine par la culture et à être désignée Capitale Européenne de la Culture en 1990. Résultat d’une réflexion amorcée au début des années 1980, cette désignation était un objectif prioritaire pour régénérer une ville qui ne parvenait pas à s’extraire de la spirale du déclin. Les études soulignaient la nécessité pour la ville d’être plus attractive pour les entreprises et les personnes. Il fallait en priorité reconvertir les nombreuses friches industrielles, établir des lignes aériennes plus nombreuses en direction des grandes métropoles américaines et européennes et améliorer le cadre de vie pour encourager l’installation de sièges sociaux d’entreprises, le développement du tourisme d’affaire et de loisir, du commerce, des services et de l’industrie de haute technologie. Il fallait aussi rénover le centre-ville pour le rendre attractif et vivant. Il était primordial de construire une image claire et positive de Glasgow. Pour atteindre ces objectifs, le développement d’une collaboration entre organismes publics et partenaires privés fut alors défini comme essentiel, et s’est traduit par l’émergence de sociétés locales de développement.

2Les élites de la ville et la presse présentent ce processus de régénération comme une réussite exemplaire, notamment en ce qui concerne l’amélioration de l’image de la ville. Mais la recherche universitaire souligne que la ville n’a pas su résoudre ses problèmes sociaux, que seules les élites en ont bénéficié, que les emplois créés sont des emplois mal payés dans le secteur des services et que les problèmes économiques structurels de la ville n’ont pas été abordés (García, 2005 ; Mooney, 2004). Ces débats font apparaître que l’évaluation de l’héritage à long terme des stratégies de régénération économique et urbaine par les arts et la culture pose problème. Les actions menées depuis 1990 sont performantes dans les domaines physique et économique mais elles montrent leurs limites dans les domaines social et culturel. Par ailleurs, les moyens considérables qui ont été consacrés à la régénération de la ville ont surtout été dévolus à la transformation du centre-ville et à l’amélioration de son image. En revanche, les zones périphériques n’ont pas joui de la même prodigalité et il est bien peu question des sociétés locales de développement dans l’évaluation de l’héritage à long terme des actions de régénération entreprises à Glasgow. Elles sont pourtant la mise en œuvre dans les zones périphériques d’un des principes fondateurs de la régénération urbaine à travers la culture : la collaboration entre acteurs publics et privés. D’où l’intérêt d’une interrogation centrée sur le rôle spécifique des sociétés locales de développement dans la régénération urbaine à Glasgow.

1- Glasgow et ses huit sociétés locales de développement

3A la fin des années 1980 et au cours des années 1990, huit sociétés locales de développement ont vu le jour : East End Partnership, Castlemilk Economic Development Agency, Drumchapel Opportunities, The Initiative, Greater Easterhouse Development Company, Govan Initiative, Glasgow North Limited et Greater Pollok Development Company. Elles correspondent aux zones de la ville les plus défavorisées et les plus gravement touchées par le déclin économique qui ont été reconnues « zones prioritaires de régénération » par la Glasgow Regeneration Alliance en 1993 (carte 1). Ces sociétés locales de développement intègrent systématiquement une dimension culturelle et associative à leurs objectifs de régénération économique et sociale de la zone dans laquelle elles opèrent. Ces zones se situent aussi bien à la périphérie de la ville (Castlemilk, Drumchapel, Easterhouse et Pollok) qu’autour du centre ville (Gorbals, Govan, East End et Glasgow North). Leurs objectifs sont de « remédier à la pauvreté et à la polarisation sociale en procédant à une redistribution des ressources, des emplois, de la formation et des autres possibilités au profit des communautés désavantagées […et ] de soutenir le développement économique au niveau local et de promouvoir la prospérité générale de la ville en valorisant les immeubles, le capital et les capacités entrepreneuriales inexploitées, de façon à créer des emplois, augmenter les revenus et améliorer les services » (Union Européenne, 2000, p. 21).

Figure 1 : Les zones de compétences des sociétés locales de développement de Gasgow

Figure 1 : Les zones de compétences des sociétés locales de développement de Gasgow

1.1- Les territoires des sociétés locales de développement

4Les sociétés locales de développement reposent sur le partenariat privé-public, rassemblant des organismes publics, des collectivités locales et des représentants d’entreprises implantées à Glasgow qui mettent en œuvre « des stratégies de réhabilitation ambitieuses sur un mode consensuel et pragmatique » (Union Européenne, 2000, p. 21) . L’actuelle société locale de développement située dans l’est de Glasgow, East End Partnership, fut créée en 1993 pour opérer dans une zone d’environ 3400 hectares considérée comme une des zones urbaines les plus défavorisées d’Europe au milieu des années 1970. Plus de 102 000 personnes résident actuellement dans cette zone. La mise en place de Govan Initiative date de 1986. Ce secteur , où résident 26 000 personnes possédait une base économique plus large que tous les autres secteurs de Glasgow touchés par la désindustrialisation : Govan pouvait en effet se prévaloir de l’importance passée des chantiers navals le long de la rivière Clyde.

5The Initiative fut lancée à la fin des années 1980, mais ne devint officiellement une société locale de développement qu’en 1991. Le quartier est important pour l’image de Glasgow, puisqu’il se situe face au centre ville, de l’autre côté de la Clyde. À cette période, le quartier comptait 10 000 habitants, soit 50 000 de moins que quarante ans auparavant. La zone d’action de The Initiative couvrait à l’origine les trois quartiers suivants : Gorbals, Govanhill et Toryglen. Elle s’est récemment étendue à Langside, Newlands, Battlefield, Strathbungo et East Pollokshields, pour porter le nombre de résidents à 64 000.

6La création de Glasgow North Limited date de 1990, lorsque STRIDE (St Rollox Industrial Entreprise, créée par British Rail pour aider à reclasser les chômeurs issus de la fermeture de l’usine de matériel roulant de chemin de fer de Springburn qui employait 3 000 personnes) forma un partenariat avec les autorités locales et la Scottish Development Agency, devenue Scottish Enterprise Glasgow en 2000. Glasgow North Limited inclut 70 000 habitants. Cette partie de la ville se caractérise par un assez grand nombre de terrains vacants, quelques employeurs importants et un accès aisé au centre de la ville et à l’autoroute M8.

7Drumchapel correspond à un des plus grands ensembles de logements sociaux de la périphérie nord-ouest de Glasgow construit dans les années 1950. Il s’est littéralement vidé au fur et à mesure que les emplois manuels et peu qualifiés ont disparu avec les fermetures d’usines. Le reste des résidents était fortement touché par le chômage. La création de la société locale de développement date de 1988. Le secteur regroupe environ 44 000 habitants. La population y est jeune : 40% a moins de 24 ans. Environ un tiers des foyers sont monoparentaux (deux fois plus que la moyenne de Glasgow et trois fois plus que la moyenne écossaise) ; 44% des foyers perçoivent des compléments de revenus, soit presque trois fois plus que la moyenne nationale ; 50% des 18 – 24 ans sont au chômage et 54% des résidents âgés de plus de 16 ans n’ont pas de qualification connue ; 28% de la population de Drumchapel souffre d’une maladie de longue durée handicapante (Drumchapel Opportunities Economic Position Statement, 2005 ; Drumchapel Opportunities Strategy, 2005, p. 10).

8Castlemilk Economic Development Company a été créée en 1990 ; 45 000 personnes résident dans cette zone située au sud-est de Glasgow. Plus de la moitié des adultes y est sans emploi et ne suit aucune formation ou cursus d’études supérieures ; 60% des foyers reçoivent des compléments de revenus ; 70% des enfants ont droit aux repas gratuits à l’école et 87% reçoivent des bourses pour se vêtir (CEDA, 2005, p. 3).

9Greater Easterhouse Development Company date de 1991. Sa zone de compétence comprend Easterhouse, Barlanark, Garthamlock et Queenslie, soit presque 26 400 résidents, au nord est de Glasgow. C’est une zone extrêmement défavorisée en termes de chômage, d’éducation, de santé, d’accès à la propriété, de transport personnel. Greater Easterhouse concentre quelques poches où le chômage est très élevé. Le recensement de 2001 montre par exemple que 19% des résidents en âge de travailler n’avaient jamais occupé un emploi. Le taux de chômage de la population masculine dans certains quartiers se situe en 2000 entre 18% et 19,6% (GEDC, 2003, p. 30).

10La plus récente des sociétés locales de développement est Greater Pollok Development Company, établie en juillet 2001 au sud-ouest de Glasgow. En avril 2002, elle a fusionné avec Horizons, une organisation locale spécialisée dans le conseil aux adultes et la formation. Depuis avril 2006, son rayon d’action s’est étendu, faisant passer de 39 000 à presque 54 000 habitants la population résidant dans sa zone géographique.

11Les sociétés locales de développement couvrent un territoire comprenant 60% de la population totale de la ville (585 000 habitants en 2003) et 70% de la population en âge de travailler (GCC, 2005, p. 5).

1.2- Statut et fonctionnement des sociétés locales de développement

12Les sociétés locales de développement de Glasgow ont un statut à but non lucratif et à responsabilité limitée. Elles sont dirigées par un directoire dont la composition reflète l’intérêt ou les priorités des sociétés et leurs liens avec d’autres organisations, que ce soit au sein du quartier ou en dehors ainsi que des circonstances historiques et locales particulières. Toutes les sociétés ont dans leur directoire un ou plusieurs représentants du Glasgow City Council (GCC, l’unique niveau de gouvernement local en charge de l’administration de la ville) et de Scottish Enterprise Glasgow, des représentants des habitants du quartier et des entreprises du secteur privé, un représentant syndical du Scottish Trade Union Congress, des directeurs d’écoles et des professeurs, des universitaires, des élus locaux, des députés et des représentants d’associations pour le logement.

13Le financement des sociétés locales de développement provient de sources diverses, très largement publiques et assez marginalement privées. Pour le financement public, il s’agit de la municipalité de Glasgow (Glasgow City Council - GCC), de Scottish Enterprise Glasgow, du Scottish Executive (dont l’un des plus importants est Social Inclusion Partnership dont l’objectif est l’amélioration de la qualité de vie des résidents des zones en faisant le lien entre les résidents, les associations locales et les principaux acteurs publics), de Communities Scotland (une agence de l’exécutif écossais) et de l’Union Européenne au travers des programmes du FEDER (Fonds européen de développement régional) et du FSE (Fonds social européen). Pour le financement privé, il s’agit de donations, des revenus de la location du patrimoine immobilier et des activités que chaque SLD développe, comme la garde des enfants par exemple. Les coûts de fonctionnement et les programmes d’inclusion sociale, d’alphabétisation et de formation, d’aide à l’emploi et de développement économique sont assurés très majoritairement par les divers organismes publics. Enfin, les sociétés locales de développement facturent des services ponctuels de formation, d’emploi ou de conseil en entreprise. Ces sources de revenus varient en fonction des besoins, des circonstances locales et historiques et de la façon dont les projets sont défendus par l’équipe de direction. Elles ne constituent qu’une toute petite partie du budget global. Le budget de Greater Pollok pour l’exercice 2003-2004 se chiffre à 1 930 000 livres (le plus faible des huit sociétés), dont 78% proviennent de fonds publics dont 14% de l’Union Européenne. Seul 6% provient des financements privés ou des services facturés par la société (GPDC, 2004, p. 6). Le budget de Glasgow North, 2004 s’élève à 3 640 000 livres (Glasgow North, 2004a, p. 3) mais cela n’équivaut qu’à soixante livres par habitant et par an. Pour East End Partnership 75% des financements proviennent d’organismes publics, directement ou par l’intermédiaire de programmes spécifiques. Ces trois budgets paraissent insignifiants par rapport aux sommes colossales – jusqu’à plusieurs centaines de millions de livres – que la municipalité mobilise pour le redéveloppement du centre ville et des quais de la Clyde qui lui font face, avec la construction d’équipements culturels et de centres de conférences haut de gamme.

1.3- Les objectifs des Sociétés locales de développement

14Les sociétés locales de développement ont trois grandes fonctions : proposer des services personnalisés aux individus et aux entreprises de leur secteur, promouvoir leur secteur et ses qualités auprès d’autres organisations pour en assurer le meilleur développement global possible et mener à bien des vastes projets de développement, souvent économique et industriel (Union Européenne, 2000, p. 44).

15La première des trois grandes fonctions vise à réduire les concentrations locales de chômage. Dans les quartiers sinistrés, les résidents ne faisaient qu’une utilisation limitée des services proposés par la ville. Certains services municipaux négligeaient certaines catégories de population comme les personnes non enregistrées comme demandeuses d’emplois alors que d’autres comme les services de conseil à l’emploi, d’information sur les offres d’emploi ne les concernaient pas. Les entreprises situées dans les zones de régénération ne profitaient pas non plus des services municipaux d’aide au développement économique (Union Européenne, 2000, p. 44). Aussi les sociétés locales de développement aident-elles les sans-emploi à élargir leurs chances de trouver du travail à travers une série de programmes complémentaires: développement personnel, plans d’action personnalisés concernant la carrière, formation professionnelle, motivation et confiance en soi et assistance dans la recherche d’un emploi. Certaines sociétés incluent des programmes d’aide à l’alphabétisation, au calcul et à la formation informatique et peuvent payer les frais engendrés par les entretiens d’embauche, comme la garde d’enfants.

16La deuxième grande fonction des sociétés locales de développement est de promouvoir le développement économique. Elles ont acquis un rôle de catalyseur local pour le changement qui est le résultat de la prise de conscience graduelle que l’aide proposée dans le seul domaine de la recherche d’emploi ne suffit pas. Elles aident les personnes à créer leur propre entreprise et assistent les petites et moyennes entreprises dans leur croissance, par des activités de conseil et de formation, en prêtant de l’argent ou des locaux et en intervenant sur l’amélioration de l’environnement et de la sécurité (Union Européenne, 2000, p. 48). Elles rendent elles-mêmes ces services ou dirigent les entreprises concernées vers les autorités compétentes, municipales ou nationales. Mais il revient aussi à ces SLD de promouvoir leurs intérêts dans un contexte où les priorités d’investissement sont orientées vers le centre-ville de Glasgow et où les politiques régionales ou nationales sont rigides et inadaptées aux spécificités locales (Union Européenne, 2000, p. 51).

17Leur troisième grande fonction est d’agir en tant qu’agents de développement industriel, commercial ou foncier. Elles ont le potentiel et les compétences pour mener à bien des projets de développement, avec l’expérience et les relations acquises sur le terrain, et sont bien placés pour identifier les besoins et les disponibilités foncières. Certaines sociétés locales de développement vont jusqu’à acquérir des terrains ou des bâtiments et obtiennent les financements nécessaires pour construire des sites industriels et commerciaux ou des bureaux (Union Européenne, 2000, p. 53). Elles peuvent ensuite les revendre ou les louer, et utiliser les bénéfices pour financer d’autres projets.

18Les sociétés locales de développement mettent en place des systèmes d’évaluation des résultats obtenus ainsi que de suivi de leurs usagers pour tendre vers plus d’efficacité. C’est un aspect de leur fonctionnement qu’elles mettent volontiers en évidence dans leurs rapports d’activité tout en développant des partenariats avec des universités pour mieux cerner la demande sociale (Union Européenne, 2000, p. 66). Depuis 1998, les directeurs de chacune des sociétés locales de développement se rencontrent régulièrement afin de partager leurs expériences, de s’engager dans des projets communs et d’assembler leurs forces et leurs compétences dans des négociations plus importantes. Le réseau des sociétés locales de développement s’était ainsi constitué en 1995 ; initialement promu par les autorités locales, il peut figurer comme un concurrent des autorités de la ville et être source de tensions locales surtout lorsque les subventions municipales baissent (Union Européenne, 2000, p. 52).

2- Un bilan nuancé

19Une régénération réussie, dans une ville profondément touchée par le déclin industriel et économique et le cortège de difficultés sociales qui l’accompagne, se mesure à l’amélioration des conditions de vie de ses habitants les plus modestes (en termes d’emploi et de logement notamment) et ne peut se limiter à l’attractivité retrouvée de son centre-ville, où seule une minorité aisée (souvent non originaire de la ville) se loge et accède à l’offre culturelle et commerciale.

2.1- L’avantage de la proximité spatiale

20Le rapport produit par l’Union européenne propose une analyse qui met en valeur un grand nombre d’aspects positifs. Le principal point développé dans le rapport est que les SLD permettent une décentralisation des moyens et des politiques de lutte contre le déclin économique et la misère sociale. De par leur taille réduite, elles ont des structures internes relativement ouvertes, ce qui rend plus aisées les communications entre les services. Elles ont donc un avantage en termes de souplesse, de créativité et d’adéquation aux circonstances locales dont ne peuvent se prévaloir des agences qui opèrent sur des territoires plus vastes. Ainsi, certaines d’entre elles qui opèrent dans des zones géographiques assez larges ont-elles ouvert jusqu’à une dizaine de bureaux pour être plus facilement accessibles. Comme le souligne le rapport de l’Union européenne (2000, p. 44), le travail de proximité des sociétés locales de développement a, par exemple, rendu possible la reconnaissance des personnes victimes de maladies ou de handicaps mineurs qui étaient jusqu’ici ignorées. Elles sont par ailleurs en mesure de proposer aux demandeurs d’emploi des formations en adéquation avec les besoins particuliers des entreprises de leur secteur.

21L’analyse des divers programmes des SLD montre, par ailleurs, que la participation de la population est essentielle à la réussite des projets et à la conservation des lieux de vie une fois qu’ils ont été améliorés. Les sociétés locales de développement mettent toutes en avant l’implication de la communauté dans la vie locale, ce que leur implantation locale rend plus évidente et plus stimulante. C’est, indéniablement, un aspect positif de leur travail auprès des résidents de ces quartiers défavorisés (Union européenne 2000, p. 62) : 94% des usagers parmi six des huit sociétés locales de développement recommanderaient leurs services à d’autres personnes dans le domaine des ressources humaines et 96% dans le domaine des entreprises.

22Cette décentralisation permet d’apporter une réponse de proximité dans les zones où les besoins sont les plus importants. Cette satisfaction ne provient pas uniquement de la proximité spatiale des SLD, mais de leur capacité à créer une dynamique de services de proximité aux personnes en difficulté.

2.2- La question du financement

23L’Union européenne (2000, p. 54) souligne que l’obligation de diversifier les sources de revenus à cause des baisses de subventions publiques peut stimuler la créativité et l’efficacité en matière de recherche de financements publics ou privés. Mais cette exigence vis-à-vis des SLD pour qu’elles assurent l’investissement dans de nouvelles activités, pour anticiper les opportunités commerciales, pour mettre au point des compétences de négociation tout en évitant les erreurs d’appréciation ne résiste pourtant pas à l’examen des budget de trois SLD évoquées plus haut. Le financement reste d’abord très majoritairement public. Cela signifie que les SLD sont en concurrence pour l’obtention de subventions publiques. N’y a-t-il donc pas une certaine forme de cynisme de la part des autorités locales et nationales, qui se déchargent de leurs responsabilités vis-à-vis des populations et limitent ainsi la distribution de ressources publiques en mettant en compétition des structures semi-publiques pour se partager des subventions publiques, sous couvert de méthodes de gestion empruntées à l’entreprise privée ?

24On peut en déduire que les SLD ne disposent finalement ni de réel pouvoir, ni de ressources propres suffisantes, car leur existence est conditionnée par les ressources publiques. Une partie de leur financement dépend de leur capacité à convaincre de la pertinence de leurs projets. Seul le budget de fonctionnement est prévisible, mais il reste en moyenne inférieur à 10% du budget global et il a été soumis à des réductions ces dernières années (GCC, 2005, p. 22). GCC est avec Scottish Executive l’un des deux principaux organes de financement du budget de fonctionnement des sociétés locales de développement. Or, environ 80% des dépenses de GCC proviennent de l’exécutif écossais qui a récemment soumis la ville à la plus faible augmentation de ses subventions en Ecosse. Par ailleurs, GCC s’est engagé ces dernières années dans une politique d’économies : la plupart des financements de projets existants doit faire l’objet d’une sollicitation spécifique, renouvelée généralement tous les ans et qui exige beaucoup de travail au détriment de nouveaux projets. La préparation de la stratégie et des bilans de fonctionnement demande aussi beaucoup de temps. Elle doit être financée par le budget de fonctionnement, au détriment de fonds à attribuer pour la présentation de nouveaux projets (Union Européenne, 2000, p. 64). Les représentants de GCCet ceux de Scottish Entreprise Glasgow jouent un rôle vital dans les relations entre la société locale de développement et les deux institutions. L’efficacité de la société dépend des bonnes relations avec les deux parties, dans la mesure où les deux institutions publiques apportent d’importantes ressources financières et leur compétence technique (Union Européenne, 2000, p. 62)

25Les financements sont soumis aux inflexions politiques, aux changements de gouvernants et aux priorités des bailleurs. L’incertitude des financements tend à décourager le développement de nouveaux projets ambitieux avec des objectifs à long terme qui sont souvent ceux qui pourraient avoir une réelle plus-value sur l’économie locale (Union Européenne, 2000, p. 65). La direction n’est pas suffisamment disponible pour préparer ces projets et le risque d’échec est trop important pour qu’elle puisse y consacrer beaucoup de temps et d’argent (Union Européenne, 2000, p. 65). De manière générale, les sociétés locales de développement restent relativement fragiles financièrement et vulnérables face aux dysfonctionnements de leurs principaux bailleurs (Union Européenne, 2000, p. 64). La réalisation des projets locaux reste dépendante dans une certaine mesure de l’arbitraire national, même si les conséquences sont moindres par rapport à un système entièrement centralisé. Le risque de fragmentation et d’inégalité de la politique sociale et économique est important, surtout si les différentes sociétés locales de développement s’engagent dans une relation de concurrence (Union Européenne, 2000, p. 21). Or, c’est de plus en plus le cas. En conséquence, l’efficacité de ces dispositifs peut être variable, en fonction notamment de l’investissement des populations, des dirigeants et de la situation de départ.

2.3- L’ambiguïté et les limites de l’action des SLD

26En dernière analyse, il est nécessaire de situer le travail des sociétés locales de développement dans le contexte global de la régénération de la ville. Kantor décrit Glasgow comme une ville avec une stratégie de régénération urbaine à deux vitesses (Kantor, 2000, p. 807-808) : une avalanche de moyens est consacrée au centre-ville pour en faire la vitrine d’une capitale culturelle, au détriment des populations modestes pour lesquelles les sociétés locales de développement font la course aux subventions publiques et aux investissements privés et organisent des programmes d’aide en faveur des laissés pour compte. Ce serait donc l’esprit dans lequel les sociétés locales de développement ont été mises en place qui serait le plus sujet à caution. Ce sont des agences aux moyens limités au regard des difficultés de tous ordres des quartiers où elles opèrent. C’est en fait une vitrine qui masque une réalité beaucoup moins séduisante. Sous couvert d’actions de proximité et de participation citoyenne, les autorités municipales se sont défaussées de leurs responsabilités.

27En termes d’aide aux chômeurs et aux entreprises et de développement de zones d’activités, les résultats publiés par les sociétés locales de développement dans leurs rapports d’activité annuels amènent à penser que leur action est forcément positive. Mais les indicateurs économiques du recensement de 2001 montrent que les difficultés persistent : les sociétés locales de développement subissent les lois du marché mondial. Elles n’ont par exemple pas empêché la délocalisation des centres d’appel que la ville avait réussi à attirer au milieu des années 1990 dans des lieux plus compétitifs (Mooney, 2004, p. 335) ni que 50% des emplois de la ville soient tenus par des non-résidents. Le taux de chômage de Glasgow est de 26,6%, contre 10,6% à Edimbourg et 9,5% dans l’ensemble du pays et, il est des endroits où l’espérance de vie régresse : ainsi, à Shettleston dans East End, la circonscription la plus pauvre du Royaume-Uni, l’espérance de vie des hommes est-elle de 63 ans, soit dix ans de moins que la moyenne nationale et quatorze de moins que la moyenne britannique. Seize des zones les plus défavorisées d’Ecosse se trouvent à Glasgow : 41% des ménages de Glasgow vivent dans la pauvreté et, dans certains quartiers, c’est le cas de plus de 80% des enfants (Mooney, 2004, p. 336).

28Ces quelques exemples suffisent à montrer que l’action des sociétés locales de développement est loin d’être suffisante. Elles améliorent vraisemblablement le quotidien et laissent à penser que les quartiers défavorisés de la ville ne sont pas complètement abandonnés. Mais une bonne partie de la population en difficulté n’a pas réussi le changement de cap d’une économie industrielle vers une économie de services et se trouve dans l’incapacité de se faire une place sur le marché de l’emploi. Les sociétés locales de développement leur fournissent une aide précieuse, avec leurs moyens, mais sans pour autant inverser la tendance. On peut légitimement se demander si leur rôle n’est finalement pas de distiller de maigres ressources qu’elles obtiennent quasi-exclusivement d’institutions publiques.

29Les SLD n’interviennent pas dans le domaine du logement social. La rénovation du logement privilégie l’accession à la propriété, ce qui n’est pas à la portée des locataires des logements sociaux des quartiers périphériques. Les associations pour le logement jouent un rôle significatif dans le renouvellement et l’entretien des logements de la ville, de même que les coopératives qui visent à impliquer les résidents dans la gestion de leurs logements pour les inciter à respecter leur habitat. La municipalité a opté pour le transfert de son parc de logements sociaux à la Glasgow Housing Association (GHA) en 2002. Cette action est fortement ressentie comme une privatisation (Mooney et Poole, 2005, p. 34-37) et un désengagement de la ville face à ses responsabilités envers les populations modestes et en difficulté, même si elle reste représentée dans le directoire de GHA. La démunicipalisation des logements sociaux suscite d’ailleurs de sérieuses inquiétudes dans la population.

30Au terme de ce parcours critique il est indéniable que les initiatives locales ne sont pas en mesure de traiter des problèmes de fond tels que l’effondrement des industries traditionnelles, la décentralisation croissante des populations urbaines et le fonctionnement du marché de l’emploi à l’échelle nationale et internationale. Leurs efforts sont confrontés à des problèmes qui ont effectivement des manifestations très locales et très diverses, mais dont les origines profondes dépassent largement le cadre local.

Conclusion : Les limites du partenariat public-privé dans la régénération urbaine

31Glasgow a su faire oublier son image de ville grise et sinistrée, minée par les fléaux que sont le chômage, la violence, la pauvreté, et qui donne à voir un habitat très dégradé et de nombreuses friches industrielles. Ce n’est pas un accomplissement mineur. Elle a aussi définitivement tourné le dos à ses racines ouvrières et à son savoir-faire industriel, au profit d’une économie orientée vers les services. Mais cette action repose sur un décalage entre l’image qu’une ville veut donner d’elle-même et la réalité vécue par ses habitants. À Glasgow, les moyens et pouvoirs confiés aux sociétés locales de développement pour s’attaquer à la réalité sociale des quartiers périphériques au centre-ville semblent bien insuffisants.

32Il est indéniable que les sociétés locales de développement fournissent des services de qualité à des populations qui en ont cruellement besoin et qu’elles ont la capacité d’impliquer les résidents dans la vie et la conservation de leurS lieux de vie. Des entreprises viables y voient le jour, des chômeurs retrouvent un emploi ou démarrent des formations qualifiantes. Des espaces en friche sont réaménagés et porteurs d’une dynamique positive. Mais tout ceci reste largement insuffisant, car les résultats des sociétés locales de développement sont fortement conditionnés par des facteurs sur lesquels elles n’ont pas les moyens d’avoir une quelconque influence – les inflexions politiques et budgétaires, la conjoncture économique nationale et mondiale, les tendances démographiques et sociales. Elles ne sont que des points d’ancrage de proximité qui coordonnent des ressources chèrement acquises auprès d’organismes publics qui ont instauré une obligation de compétitivité qui va, n’en doutons pas, à l’encontre d’une prodigalité certaine. Le partenariat entre acteurs publics et privés analysé sous l’angle du fonctionnement des sociétés locales de développement apparaît surtout comme la gestion des ressources publiques sur le modèle de l’entreprise privée. Le pilotage des sociétés locales de développement, au moyen de directoires dans lesquels sont représentés les usagers et résidents de la zone permet en fait de diluer les responsabilités des autorités locales. Par ailleurs le logement social n’entre pas dans leur domaine de compétences, ce qui est quelque peu paradoxal quand on connaît l’importance de la corrélation entre logement et recherche d’emploi.

33Les sociétés locales de développement ont en fait participé à une atomisation des solutions et une dilution des responsabilités. Elles ne font pas le poids face aux financements publics ayant privilégié le centre-ville et face aux tendances économiques mondiales. Une réorientation vers une vision plus globale des problèmes et la recherche de solutions durables qui dépassent la seule question de l’image de la ville semblent nécessaires.

Haut de page

Bibliographie

CASTLEMILK ECONOMIC DEVELOPEMENT AGENCY, 2005, Operational Plan for the year 2005/2006, Glasgow, CEDA, 27 p.

CENTRE FOR CULTURAL POLICY RESEARCH, 2002, Media Pack : Glasgow 1990 European City of Culture. University of Glasgow, Centre for Cultural Policy Research, 13 p.

DRUMCHAPEL OPPORTUNITIES, 2005, Strategy 2005/2008, Glasgow, Drumchapel Opportunities, 16 p.

DRUMCHAPEL OPPORTUNITIES, 2005, Drumchapel Opportunities Strategy Review: Economic Position Statement, Glasgow, Drumchapel Opportunities, 38 p.

EAST END PARTNERSHIP, 2002, Strategic Plan 2002 – 2007, Glasgow, EEP, 16 p.

EAST END PARTNERSHIP, 2005, Annual Review 2004 – 2005, Glasgow EEP, 16p.

GARCÍA B., 2004, Urban Regeneration, Arts Programming and Major Events: Glasgow 1990, Sydney 2000 and Barcelona 2004. International Journal of Cultural Policy, Vol. 10, n°1, p. 103-116.

GARCÍA B., 2004, Cultural Policy and Urban Regeneration in Western European Cities: Lessons from Experience, Prospects for the Future. Local Economy, Vol. 19, n°4, p. 312-326.

GARCÍA B., 2005, Deconstructing the City of Culture: The Long-Term Legacies of Glasgow 1990. Urban Studies, Vol. 42, n°5-6, p. 841-868.

GLASGOW NORTH LIMITED, 2004a, Annual Report 2003/2004, Glasgow, Glasgow North, 8 p.

GLASGOW NORTH LIMITED, 2004b, Strategic Plan 2003/2008, Glasgow, Glasgow North, 25 p.

GLASGOW CITY COUNCIL, 2005, Glasgow Local Development Company Network – Annual Review 2004-2005, Glasgow, Glasgow City Council, 24 p.

GOMEZ M., 1996, Reflective Images: the Case of Urban Regeneration on Glasgow and Bilbao. International Journal of Urban and Regional Research, Vol. 22, n°1, p. 106-121.

GREATER EASTERHOUSE DEVELOMENT COMPANY, 2000, Business Plan 2001 – 2004, Glasgow, GEDC, 35p.

GREATER POLLOK DEVELOPMENT COMPANY, 2004, Annual Report 2003/2004, Glasgow, GPDC, 8 p.

KANTOR P., 2000, Can Regionalism Save Poor Cities? Politics, Institutions and Interests in Glasgow, Urban Affairs Review, Vol. 35, n°6, p. 794-820.

MOONEY G., 2004, Cultural Policy as Urban Transformation? Critical Reflections on Glasgow, European City of Culture 1990. Local Economy, Vol. 19, n°4, p. 327-340.

MOONEY G. et POOLE L., 2005, Marginalised Voices : Resisting the Privatisation of Council Housing in Glasgow, Local Economy, Vol. 20, n°1, p. 27-39.

UNION EUROPÉENNE, 2000, Inclusive Cities: Building Local Capacity for Development, Luxembourg, Office for Official Publications of the European Communities, 112 p.

OCDE, 2002, Urban Renaissance – Glasgow : Lessons for Innovation and Implementation, Paris, OCDE.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les zones de compétences des sociétés locales de développement de Gasgow
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1855/img-1.png
Fichier image/png, 134k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Jeannier, « La régénération des quartiers industriels sinistrés : le rôle des sociétés locales de développement à Glasgow », Géocarrefour, Vol. 81/2 | 2006, 127-133.

Référence électronique

Fabien Jeannier, « La régénération des quartiers industriels sinistrés : le rôle des sociétés locales de développement à Glasgow », Géocarrefour [En ligne], Vol. 81/2 | 2006, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1855 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1855

Haut de page

Auteur

Fabien Jeannier

Lycée Aristide Briand
20 avenue du Commandant Dumont
05 007 GAP CEDEX
E.mail : fjeannier@yahoo.fr
fabien.jeannier@ac-aix-marseille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org