Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Santiago du Chili, laboratoire urbain. À propos de

De Mattos C., Ducci M. E., Rodríguez A., Yañez Warner G. (ed.), 2004, Santiago en la globalización : una nueva ciudad ?, Ediciones SUR, EURE Libros, Santiago du Chili, 294 p.De Mattos C. , Figueroa O., Bannen P., Campos D. (eds), 2006, Santiago en EURE, Huellas de una metamórfosis metropolitana, 1970/2000, EURE Libros, 545 p.
Sébastien Velut

Texte intégral

1L’équipe de l’institut d’urbanisme de l’Université pontificale du Chili a une longue histoire d’études urbaines et régionales, notamment autour de la Revista de Estudios Urbanos y Regionales (EURE), qui fait référence pour toute l’Amérique latine. C’est Santiago du Chili qui leur sert, depuis près de quarante ans, de laboratoire urbain, les changements politiques n’ayant entamé ni la volonté de comprendre, ni la capacité à adopter des positions critiques. La succession des régimes politiques -- Unité populaire de Salvador Allende, dictature militaire d’Augusto Pinochet (1973-1991) et le retour à la démocratie – s’est traduit par des réorientations profondes des politiques urbaines et plus généralement des modalités de production de l’espace. Santiago capitale déjà hypertrophiée au début des années 1970  se projette aujourd’hui comme la métropole d’une nouvelle puissance économique.

2La plus récente des publications (Santiago en EURE, huellas de una metamorfósis metropolitana, 2006), florilège d’articles parus dans la revue depuis son premier numéro en 1970, présente un triple intérêt : retracer l’évolution des approches et des problématiques, apporter de nombreux éléments sur l’histoire urbaine des trente-cinq dernières années mais aussi fournir des éléments sur le milieu des urbanistes au Chili.

3Dans les premières années, les articles adoptent la point de vue de la planification fonctionnelle, visant à équilibrer le développement de la capitale par le renforcement de pôles secondaires, comme Valparaiso et Rancagua.  Apparaissent déjà des cartes et des analyses situant Santiago dans l’espace du Cône sud, figures que l’on a vu refleurir depuis les années 1990. On trouve également plusieurs travaux sur les mouvements populaires. La revue continua a paraître pendant les années de plomb, mais les éditeurs de l’ouvrage n’ont sélectionné que peu d’articles parus durant cette période : ils retiennent des travaux historiques,  moins sensibles que ceux qui étaient abordés auparavant. Enfin, les années 1990 voient s’affirmer le thème de la mondialisation et de ses conséquences sur l’espace urbain, avec une vision critique des politiques urbaines entamées par la dictature et poursuivies par les gouvernements démocratiques, notamment à propos du marché foncier, des transports et du logement social.

4Entre 1970 et 2000, la ville de Santiago est passée de 2 800 000 habitants à 5 500 000, cette croissance démographique s’accompagnant d’une extension spatiale équivalente (de 30 000 à 60 000 ha). Dans les années 1970, la croissance urbaine était soutenue par l’exode rural attiré par l’industrialisation, posant une série de question sur l’insertion en ville de populations rurales, sur la qualité des logements – avec en particulier le problème des bidonvilles, dits au Chili campamentos ou ciudades callampas – sur la façon d’enrayer ou d’ordonner ces migrations. Les enjeux sont alors perçus dans le cadre national, avec notamment une vision négative de la macrocéphalie de la capitale empêchant les autres villes d’être des foyers de développement des régions. Avec le régime militaire les modes de croissance changent. La production de l’espace urbain est confiée toujours davantage au secteur privé, avec la libéralisation du marché du sol, facilitant l’urbanisation de terres agricoles et l’extension urbaine. La dictature concentre ses interventions sur la formation de municipes socialement homogènes en déplaçant autoritairement les bidonvilles et leurs habitants du centre vers les périphérie ouest et sud de la ville, mais aussi en faisant passer le nombre de municipes de seize à trente-deux en 1981. Ce redistricting a privé de ressources les municipes pauvres et rendu quasi impossible toute coordination métropolitaine. A partir des années 1990, la production de l’espace urbain reste/ou passe? largement entre les mains des entreprises privées : construction de logements et de bureaux, notamment dans des sites périphériques, accessibles aux populations motorisées par les nouvelles autoroutes à péage, densification des « quartiers hauts » de l’est de la capitale dont les villas sont remplacées par des tours sans souci du patrimoine, installation de nouvelles infrastructures de télécommunication.

5La revue EURE reçoit au cours de ces trente années des contributions prestigieuses, réalisant un intéressant équilibre entre des figures politiques, occupant des responsabilités (Sergio Galilea) et des chercheurs de portée nationale et internationale, comme Sergio Boissier et Carlos de Mattos, deux figures marquantes pour toute l’Amérique latine. On lit également une analyse très fouillée et dogmatique des mouvements populaires par Manuel Castells qui séjourna et travailla au Chili au début des années 1970. D’autre part, la proximité physique avec la CEPAL (commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine) installée à Santiago, facilite les échanges avec les fonctionnaires internationaux et les fertilisations croisées, de même que la présence d’associations de recherche comme SUR. On s’interroge toutefois sur la faible capacité des équipes à faire passer leurs préoccupations dans les politiques publiques depuis les années 1990, alors même que la coalition de centre-gauche au pouvoir aurait dû se montrer perméable.

6Santiago en la globalización complète ce premier ouvrage, en insistant davantage sur les changements les plus récents, faisant de Santiago du Chili le point d’articulation entre la pays et le monde dans le cadre d’une économie émergente et d’une mondialisation assumée. Les auteurs détectent nombre de changements repérables dans d’autres métropoles mondialisées : privatisation de l’espace public, fragmentation urbaine, problèmes de sécurité, polycentrisme. Les politiques publiques se réorientent vers la production de logements sociaux mais, sous la contrainte des prix du foncier, les réalisations médiocre qualité architecturale, contribuent à perpétuer les schémas de ségrégation (R. Hidalgo). Par rapport à la vision d’une ville pilotée entièrement par le secteur privé, María Elena Ducci insiste toutefois sur la nouvelle vigueur des mouvements urbains, qui ne sont plus issus des couches populaires, mais bien au contraire des classes moyennes et supérieures visant à défendre leur qualité de vie et les valeurs de leur bien (ou la valeur de leurs biens?) face aux grands projets, et s’appuyant notamment sur des associations de défense de l’environnement. L’argument fait mouche car la qualité de l’air s’impose comme un problème métropolitain, dont souffrent tous les habitants, surtout ceux des quartiers pauvres pour des raisons topographiques, mais aussi faute d’avoir accès à des espaces verts et à de bons services de santé. Les demandes environnementales et d’articulation dans une métropole étendue montrent la nécessité d’une gouvernance métropolitaine, pour le moment inexistante (A. Rodríguez et L. Winchester).

7Sur le fond, Carlos de Mattos, maître d’œuvre de ces deux ouvrages, conclut que la mondialisation, n’a pas oblitéré les structures héritées, notamment les grandes oppositions sociales structurant la capitale. « Ce qui existait continue d’exister » écrit-il. Sur un autre plan, c’est ce que l’on peut souhaiter à la revue EURE et à son équipe (la revue EURE est accessible en ligne à partir du portail www.scielo.cl).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Velut, « Santiago du Chili, laboratoire urbain. À propos de », Géocarrefour [En ligne], Vol. 81/2 | 2006, mis en ligne le 07 février 2008, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1854

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org