Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Tai-Chee W. et Guillot X., 2005, A Roof Over Every Head – Singapore’s Housing Policy between State Monopoly and Privatisation, IRASEC Studies on South East Asia, Bangkok, 251 p.

Natacha Aveline
p. 112

Texte intégral

1Si le « miracle » économique  singapourien a été relayé par le décollage spectaculaire de la Chine et l’émergence des pays sud-est asiatiques, il est un domaine où le petit Etat insulaire du détroit de Malacca conserve toute son avance sur ces voisins : c’est celui des services urbains. Parmi ceux-ci, la qualité de l’offre de logements paraît tout à fait exceptionnelle compte tenu de l’exiguïté de l’espace national (730 km carrés dont un quart gagné sur la mer) et des fortes densités démographiques qui en résultent (6432 ha/km2). Il suffit, pour s’en convaincre, de comparer la situation de Singapour avec celle de Hong Kong, dont la superficie et la densité démographique sont très proches (respectivement  1000 km2 et 5763 ha /km2). Alors que neuf Singapouriens sur dix sont propriétaires d’un logement d’une superficie très confortable – de 33 à 135 m2 du T1 au T5 pour les plus récents – les ménages de Hong Kong, pour moitié locataires, s’entassent souvent à quatre personnes dans des logements de 35 m2.

2C’est de cet autre  « miracle » singapourien, passé relativement inaperçu, que traite l’ouvrage de Wong Tai-Chee et de Xavier Guillot. Les auteurs examinent les profondes modifications du paysage urbain intervenues à Singapour au cours des quatre dernières décennies. L’une des premières tâches de l’Etat post-colonial fut de s’emparer de la question du logement ; l’objectif initial était de lutter contre la pauvreté et l’insalubrité, tout comme dans les grands pays .industrialisés d’après-guerre. On a donc rasé, dans les années 1960, les « shophouses » traditionnels et les zones d’habitat insalubres des quartiers centraux, que l’on a remplacés par de grands ensembles de logements locatifs publics. Mais au cours des années 1970, la politique du logement a pris une tout autre tournure, s’articulant très étroitement au projet de développement économique national. La grande qualité du livre de Tai-Chee et Guillot est d’insister cette étonnante symbiose entre le pilotage macro-économique et la gestion du logement, qui réunit les deux « miracles » singapouriens.        

3Pour utiliser le logement comme levier du développement économique, il convenait d’abord de s’assurer la maîtrise publique des sols. Ce fut chose faite en seulement deux décennies, la part des terres détenues par l’Etat étant passée de 40 à 80%  des années 1960 aux années 1980. Sur ces emprises publiques furent aménagés rien moins que 1200 sites de grands ensembles ou de villes nouvelles répartis sur l’ensemble du territoire national, à proximité des grandes zones industrielles. Il en a résulté des transferts massifs de population et surtout un brassage social, ethnique et religieux dans un environnement urbain standardisé, qui a garanti la cohésion du peuple singapourien et assuré une stabilité politique durable, sous la férule il est vrai d’un Etat autoritaire privant les citoyens de leurs droits d’expression élémentaires. Celle-ci fut encore renforcée par la politique en faveur de l’accession à la propriété, lancée dès la fin des années 1960 par l’opérateur public HDB (Housing  and Development Board). Cette offre de logements à prix modéré a permis de maintenir durablement le coût de main d’oeuvre à un niveau attractif pour l’investissement étranger. Elle a donc largement contribué à la réussite d’un modèle de développement extraverti, assurant le passage d’une économie d’entrepôt à une puissance industrielle fortement insérée dans l’économie mondiale. En outre, le quasi-monopole public de l’aménagement urbain et de la production de logements a permis de réguler l’activité économique par la relance de la construction lors des phases baissières des cycles de croissance.

4A partir des années 1980, ce système bien huilé a néanmoins commencé à se lézarder. Avec la montée en puissance de l’économie s’est développée une catégorie de ménages aux revenus élevés, porteurs de nouvelles exigences en matière de service résidentiel. C’est ainsi que le condominium privé, auparavant surtout destiné aux expatriés, s’est imposé comme une alternative à l’offre résidentielle de la HDB et comme marqueur de différenciation sociale. La diffusion du modèle du condominium privé, avec ses prestations de luxe (piscines, gymnases, espaces verts et services de sécurité) et sa localisation stratégique (centrale ou littorale) a révélé les points faibles de l’offre résidentielle publique : standardisation excessive de l’architecture et de l’organisation spatiale des villes nouvelles, restrictions au droit de propriété, fort contrôle de la HDB dans la gestion résidentielle. L’Etat n’a pu résister à la forte pression en faveur d’une plus grande ouverture du marché résidentiel. En 1991, il s’est engagé à faire progresser la part des condominiums de 15 à 30% à l’horizon 2030 et a entamé des mesures de déréglementation dans le secteur du logement public. S’oriente-t-on désormais vers une privatisation massive du logement, dans la lignée du « right to buy » de Margaret Thatcher en Grande Bretagne ?  Cette question, au centre de l’ouvrage, trouve naturellement sa réponse dans l’exploration des divers enjeux par les auteurs. A  l’évidence, un tel projet n’est pas à l’ordre du jour.

5Ce livre peut être considéré comme un ouvrage de référence très complet sur l’exemplarité de la politique de logement singapourienne. Les approches différentes des auteurs – l’une plutôt descriptive sur la morphologie des espaces résidentiels et l’autre plus analytique sur les effets macro-économiques, politiques et sociaux de la production de logements – apparaissent dans l’ensemble bien coordonnées. On pourra seulement regretter la mauvaise qualité des documents graphiques, et tout particulièrement des cartes qui auraient mérité d’être remaniées pour la publication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natacha Aveline, « Tai-Chee W. et Guillot X., 2005, A Roof Over Every Head – Singapore’s Housing Policy between State Monopoly and Privatisation, IRASEC Studies on South East Asia, Bangkok, 251 p. », Géocarrefour, Vol. 81/2 | 2006, 112.

Référence électronique

Natacha Aveline, « Tai-Chee W. et Guillot X., 2005, A Roof Over Every Head – Singapore’s Housing Policy between State Monopoly and Privatisation, IRASEC Studies on South East Asia, Bangkok, 251 p. », Géocarrefour [En ligne], Vol. 81/2 | 2006, mis en ligne le 07 février 2008, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1835

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org