Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Compte rendu de : Autres vues d’Italie, Lectures géographiques d’un territoire, VALLAT C. éditeur, 2004, Paris, L’Harmattan, 417 p.

Brigitte Prost
p. 91-92

Texte intégral

1C’est avec intérêt que l’on ouvre un livre sur l’Italie ; le genre s’est fait rare depuis quelques années. Et c’est avec le même intérêt que l’on aborde ces « autres vues » qui veulent mettre à jour la connaissance que nous pouvons avoir de ce pays. L’entreprise doit donc être saluée. Elle l’est aussi par la diversité des approches et des auteurs qui nous font entrer dans ce jeu d’ombres et de lumières de l’Italie contemporaine et pour la bibliographie italienne (mais la française est-elle si bien connue ?). L’entreprise pousse également à la discussion, autre signe de son intérêt.

2De facture classique, en 3 parties, l’ouvrage aborde successivement les Réseaux et pratiques, les Actions institutionnelles et Un territoire singulier à l’image de l’Europe. A l’intérieur de ces parties, les thèmes traités sous forme d’articles visent à dégager les nouveautés de la géographie italienne.

3Réseaux et pratiques, l’image forte de l’Italie, cette première partie sert-elle à rechercher, derrière des visions mythiques des réalités plus profondes et plus actuelles ? .Elle commence de façon surprenante avec l’analyse de Territoires parallèles liés à l’existence des mafias. Image forte du territoire ? Certes. Elle relève de tous les clichés comme de la réalité italienne. Image initiale surprenante aussi car l’Italie n’est pas d’abord la mafia et, s’ils sont effectivement très grands ces pouvoirs mafieux et très actifs (R Rochefort l’avait déjà montré en Sicile), leur force géographique réelle reste obscure et d’analyse complexe. F. Maccaglia n’élude pas ces difficultés d’ailleurs et souligne avec justesse la complexification de ces pouvoirs en liaison avec la mondialisation mafieuse d’une part et d’autre part la forte territorialisation liée à la permanence des liens familiaux. La surprise est renouvelée avec le deuxième chapitre, Entre marginalité et mythification, les insularités italiennes où J. Martinetti étudie de front les deux grandes îles bien caractérisées et la poussière d’îles sans autonomie géographique. L’intérêt de ce regroupement est dans la mise en évidence d’une même liaison au continent par le littoral, source de dépendance et de repli fragmenté ; il n’en reste pas moins étonnant tant les échelles et les forces en jeu sont différentes.

4Les chapitres suivants répondent mieux à l’interrogation qui semble le fil rouge de cette première partie : dans l’image, qu’est-ce qui est mythe, qu’est-ce qui est réalité actuelle. Du passé, l’Italie garde l’image d’un pays à la population féconde ; aux traditions familiales solides et à l’émigration très forte. T. Pfirsch d’une part, C. Schmoll et S. Weber d’autre part montrent combien ces clichés sont dépassés. Seuls les liens et la solidarité familiale demeurent solides, plus qu’ailleurs en Europe. Les jeunes quittent moins vite le giron familial tout en étant plus indépendants. Mais s’ils se marient, c’est tardivement, ce qui explique en partie la basse fécondité, sans permettre de comprendre pourquoi elle est une des plus basses d’Europe. Nous avons ici une bonne présentation des paradoxes démographiques de ce pays et des rapports complexes et contradictoires entre traditions et évolutions des mœurs. Sur le plan migratoire aussi les choses ont changé et l’Italie est passée en quelques lustres d’un pays d’émigration (de quelques régions surtout) à un pays d’immigration qui fait du Sud un sas de transition vers le Nord et l’Europe, dans un contexte législatif qui ne maîtrise pas grand chose, sur un marché du travail saturé et peu intégrateur, avec des stratégies migratoires atomisées. La marginalisation des immigrants est un reflet des contradictions de la société et du marché du travail italiens.

5Cette conclusion nous fait entrer dans la deuxième partie, au contenu plus classique (les villes et leurs problèmes, l’industrie, les milieux et l’environnement et leur politique) derrière un titre peu expressif et réducteur, Actions institutionnelles et territoire. Il n’est plus question de mythe mais de ce qui est nouveau en Italie et de ce que l’on tente de construire.

6La ville a la part belle avec les chapitres 5 de C. Tiano, 6 et 7 de C. Vallat. La protection du patrimoine historique est ancienne et a pris une nouvelle importance depuis 1990, sur le modèle de Bologne des années 1970. Partout on cherche à requalifier les centres en conciliant héritages et modernité, à retrouver une identité à la ville, à renouer un lien entre espace urbain et citoyenneté. La planification urbaine intermittente, souvent inaboutie semble donc bien appartenir au passé si l’on en juge par les effets géographiques du Jubilé sur l’aménagement de Rome (C. Vallat). L’opportunité était forte il est vrai, mais les édiles romains ont su concilier restauration patrimoniale, accueil touristique et urbanisme structurel fondé sur des équipements métropolitains. Y a-t-il semblable réussite sur le plan de l’habitat urbain ? L’Italie s’est longtemps caractérisée par la quasi absence d’habitat social, le désordre et la laideur de la croissance périurbaine, fruit d’une politique chaotique. Le paysage urbain actuel porte les stigmates de décennies de carence : habitat bon marché, dégradé, précaire, illégal, surpopulation des immeubles, éclatement des cités que l’Italie n’est pas seule à connaître mais qui ont parfois une intensité redoutable (Naples, Gênes). Sur ce point, les « acquis » du miracle économique n’ont pas disparu.

7Dans le domaine industriel en revanche les caractéristiques du miracle sont loin. Pour A. Mariotti, le district industriel est la meilleure expression de la réalité nouvelle. Cette unité socio-géographique productive est à l’origine d’un nouveau processus de développement et d’une nouvelle organisation de la production qui ont connu leur plus grande réussite dans ce que l’on a appelé la Troisième Italie. On soulignera toutefois que ce modèle découvert dans les années 1970 se mettait déjà en place dans le Frioul et en Vénétie dans les années 1960, comme une expression parallèle au modèle de la grande industrie. On regrette que ce chapitre, rapide et peu rigoureux, n’expose pas suffisamment les avantages compétitifs et la fragilité de ces structures souples.

8Le dernier ensemble d’actions institutionnelles retenues est la conservation des biens paysagers et de l’environnement analysée par C. Pirovano. Cette protection commencée au début du XX° siècle bénéficie vraiment d’un appareil législatif depuis la décennie 1990. Les 751 structures nationales, régionales ou européennes qui protègent quelques 3 millions d’hectares, forment un ensemble considérable mais très hétérogène. Bien qu’elle bénéficie d’un engouement assez soutenu, cette politique environnementale manque de cohérence et de suivi et ne semble pas porteuse d’un vrai respect et d’un développement harmonieux des milieux. L’Italie n’a pas encore rattrapé son retard dans le domaine du développement durable.

9Cette constatation peut être une première réponse à la troisième partie, Un territoire singulier à l’image de l’Europe, titre sibyllin auquel on a envie de mettre un point d’interrogation. En introduction, il est écrit que « l’Italie, par bien des traits, ressemble aux autres pays européens » et en même temps l’accent est mis sur la spécificité de l’Italie. Qu’est-ce qui la singularise donc ?

10D’abord les questions environnementales abordées plus haut et soulignées ici par A. Le Blanc. La pollution de l’air et le traitement des déchets constituent un grave problème d’autant plus que la conscience de cette gravité est encore médiocre et la législation peu efficace à l’ère de Berlusconi. L’Italie est peut-être bien un des plus mauvais élèves de l’Europe. La remarque vaut également en ce qui concerne le problème de l’eau et des catastrophes qui lui sont liées. L. Bonardi dénonce la mauvaise administration des ressources et le manque de prévention qui laissent le milieu très vulnérable.

11Les deux derniers chapitres s’attachent plus précisément à montrer combien, en Italie comme partout en Europe,il y a interaction entre changements de portée globale et spécificités locales et la nécessité d’analyses multiscalaires. Dans le domaine agricole et rural bousculé par la PAC et l’urbanisation, selon D Gavinelli on n’a pas mis en place des fonctions nouvelles analogues à ce qui a été fait dans l’Europe occidentale et l’Italie reste là encore en retrait. En revanche et à travers l’application de l’Agenda de développement encadré par l’ONU et relayé par l’UE ou Agenda 21, E. Zabbini montre comment la province de Bologne a adhéré à la Charte des villes européennes pour le développement durable et mis en œuvre un Agenda 21 local concernant les questions de l’environnement. Le livre se termine ainsi par un chapitre qui tranche un peu avec le reste de la partie en nous montrant l’Italie en phase avec le reste de l’Europe (encore faut-il attendre le résultat de cet Agenda 21 local).

12Pour conclure sur un livre stimulant, on regrettera que l’analyse porte essentiellement sur les quinze dernières années et que le livre manque de cette perspective temporelle qui situe l’Italie dans l’Europe depuis sa constitution. Les auteurs tordent heureusement le cou à quelques mythes, débusquent ce qu’il y a de souterrain dans la réalité italienne, nous offrent utilement son actualité mais, du fait de la problématique de l’ouvrage, de grands pans de cette réalité peuvent échapper au lecteur peu au fait de la géographie italienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Prost, « Compte rendu de : Autres vues d’Italie, Lectures géographiques d’un territoire, VALLAT C. éditeur, 2004, Paris, L’Harmattan, 417 p. », Géocarrefour, vol. 81/1 | 2006, 91-92.

Référence électronique

Brigitte Prost, « Compte rendu de : Autres vues d’Italie, Lectures géographiques d’un territoire, VALLAT C. éditeur, 2004, Paris, L’Harmattan, 417 p. », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/1 | 2006, mis en ligne le 05 février 2008, consulté le 26 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1819

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page