Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Compte rendu de : MUSY A. et HIGY C., 2004, Hydrologie (1. Une science de la nature), Presses polytechniques et universitaires romandes, (21), 314 p.

Pierre Serrat
p. 72

Texte intégral

1L’étude de l’eau, sous ses différents aspects, relève de disciplines nombreuses mais l’hydrologie, science de l’eau s.s., n’a pas l’importance que l’on pourrait attendre. Ce constat est surtout vrai pour les pays francophones, dans ce domaine scientifique largement investi par les travaux de langue anglo-saxonne. C’est l’une des raisons pour lesquelles la publication de l’ouvrage d’André Musy et Christophe Higy ne peut qu’être saluée. Cet ouvrage a bien d’autres mérites, bien évidemment, en particulier celui de présenter de manière claire et structurée les différents objets d’étude de l’hydrologie. André Musy enseigne depuis plus de vingt ans à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne ; c’est cette expérience irremplaçable de pédagogue qu’il nous livre, dans un manuel dans lequel le lecteur, même non initié, peut avancer pas à pas. L’objectif annoncé dans le chapitre introductif a bien été atteint : “fournir à l’étudiant, au praticien ou au curieux intéressé par cette discipline, une introduction complète à l’étude des mécanismes essentiels du cycle de l’eau” (p. 19).

2L’ouvrage est composé de 11 chapitres abondamment illustrés (173 figures, 46 tableaux). La bibliographie paraît un peu succincte, car même si des ouvrages devenus classiques sont mentionnés (Bravard et Petit, Lambert, Pardé, Réméniéras, Roche…), d’autres, au cœur du sujet, sont omis (Ambroise, Cosandey, de Marsilly, Touchart…). Après une introduction générale (chapitre 1) dans laquelle l’histoire de l’hydrologie et son évolution récente sont commentées, le chapitre 2 est consacré à l’étude des mécanismes du cycle de l’eau à l’échelle de la Terre. La physique de la molécule d’eau aussi bien que la chimie de l’atmosphère sont abordées, et dans cet espace entre l’infiniment petit et l’infiniment grand, s’insèrent d’intéressants bilans quantitatifs à l’échelle des continents (p. 53) et des Etats (p. 54 à 57).

3Le chapitre 3 présente l’objet fondamental sur lequel doit s’appuyer toute étude du cycle de l’eau : le bassin versant (BV). On doit savoir gré aux auteurs d’avoir placé ce chapitre à sa juste place car il est parfois relégué aux oubliettes. Les aspects essentiels du BV et de son réseau hydrographique sont méthodiquement décrits. On pourra néanmoins objecter que le comportement hydrologique d’un BV (p. 72 §3.2) soit commenté avant ses caractéristiques physiques (§ 3.3) et agro-pédo-géologiques (§ 3.4) dont il est fortement dépendant. Concernant le paragraphe suivant (§ 3.5 Informations digitales et modèles numériques), il aurait logiquement pu être intégré au § 3.3 puisqu’il s’agit d’un mode de définition du BV ; de plus, seule une méthode de délimitation manuelle du BV est proposée (masque apposé sur un MNT), alors que le BV peut être défini automatiquement à partir de son exutoire au moyen d’algorithmes (e. g. Depraetere, 1992).   

4Les précipitations qui constituent l’élément déclencheur du cycle de l’eau dans le BV, sont étudiées au chapitre 4. Les auteurs réussissent à en présenter une synthèse en quelques pages (chap. 4, p. 111-131) auxquelles toutefois, ont été soustraites les mesures pluviométriques reportées un peu arbitrairement au chapitre 8 (La mesure hydrologique). Autre sujet d’étonnement, le tableau 4.2 (p. 119) : les diagrammes ombrothermiques (conçus par Henri Gaussen, avec en ordonnées P = 2T), ne mettent jamais en correspondance les échelles de pluie et de température, si bien que Brest, par exemple, apparaît en situation de déficit hydrique estival, à l’instar des villes méditerranéennes.

5   L’étude de l’évaporation et du rôle du couvert végétal est abordée logiquement dans le chapitre suivant à travers des exemples choisis à différentes latitudes. Le recours possible à la télédétection (calcul du NDVI) aurait pu être mentionné. Les chapitres 6 et 7 traitent des écoulements, de l’infiltration, et des réserves en eau. Ces thèmes essentiels sont présentés de manière partielle, une partie de la question étant reportée dans le dernier chapitre.

6Le chapitre 8 est original, en ce sens que les auteurs ont voulu en faire un chapitre exclusivement dédié aux techniques de mesures : précipitations, évapotranspiration, débits… Le lecteur a là un aperçu quasiment exhaustif de tout ce qui peut être mesuré, jaugé, sondé, prélevé ; de nombreuses photographies d’appareils sont bienvenues. Domaine également technique, le contrôle et l’organisation des données sont abordés au chapitre 9. La présentation d’un grand nombre de tests statistiques de validité et de cohérence, assortie d’exemples pertinents, permet au lecteur d’appréhender tout le cheminement nécessaire pour qu’une donnée soit utilisable.

7Les régimes hydrologiques (chapitre 10) sont présentés comme revêtant “une place de choix au sein du cycle hydrologique” (p. 257). Même si l’essentiel est abordé, le lecteur reste un peu frustré car ce sujet est clos en moins de dix pages. Les auteurs recensent diverses classifications puis reprennent celle de Maurice Pardé. Enfin, le onzième et  dernier chapitre propose l’analyse des processus et des réponses hydrologiques. Là encore, ce thème, déjà abordé avec l’étude des écoulements (chapitre 6), n’aurait-il pas gagné à être intégré antérieurement ? D’autant que les domaines examinés - écoulements hortoniens, relations avec les nappes, décomposition isotopique des débits - sont fondamentaux pour la compréhension du cycle hydrologique… Ce chapitre s’achève par la conclusion générale de l’ouvrage annonçant un tome 2, plus spécifiquement destiné à l’ingénieur mais que tout lecteur attendra avec impatience.

8En définitive, cet ouvrage est d’une richesse pédagogique certaine et reste, malgré quelques passages plus complexes, facile d’accès. D’aucuns pourront lui reprocher une segmentation excessive mais elle est compensée par une grande clarté didactique. Il ne fait pas de doute que, en dépit des quelques réserves formulées, ce manuel va contribuer à développer la connaissance de l’hydrologie auprès d’un large public et qu’il est probablement appelé à devenir un ouvrage de référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Serrat, « Compte rendu de : MUSY A. et HIGY C., 2004, Hydrologie (1. Une science de la nature), Presses polytechniques et universitaires romandes, (21), 314 p. », Géocarrefour, vol. 81/1 | 2006, 72.

Référence électronique

Pierre Serrat, « Compte rendu de : MUSY A. et HIGY C., 2004, Hydrologie (1. Une science de la nature), Presses polytechniques et universitaires romandes, (21), 314 p. », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/1 | 2006, mis en ligne le 05 février 2008, consulté le 28 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1794

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page