Navigation – Plan du site

Crise hydraulique au Maghreb : raréfaction de la ressource ou problèmes de gestion ?

Water crisis in the Maghreb: rarefaction of the resource or problems of management?
Alia Gana et Mohamed El Amrani
p. 37-50

Résumés

La Tunisie et le Maroc sont aujourd’hui confrontés à une crise hydraulique majeure qui se manifeste, d’une part par la raréfaction et la dégradation de la ressource, d’autre part par une compétition croissante entre les divers usages de l’eau (agricole, touristique, industriel et domestique). Remettant en cause la part prépondérante de l’agriculture dans l’utilisation des ressources en eau, cette crise a imposé une réorientation des politiques hydrauliques dès le début des années 1990. Dans le secteur agricole, la mise en œuvre de nouveaux instruments juridiques et institutionnels, visant à promouvoir une gestion participative des ressources en eau au niveau local, constitue une des composantes les plus importantes de ces nouvelles politiques. S’appuyant sur les résultats d’enquêtes de terrain réalisées auprès des principaux acteurs de l’eau dans les régions du Gharb (Maroc) et de Zaghouan (Tunisie), cet article examine les changements socio-institutionnels qu’introduisent les nouvelles politiques hydrauliques au niveau local et analyse le rôle des nouveaux dispositifs de gestion de l’eau dans la consolidation ou la fragilisation des systèmes de production basés sur l’irrigation. Au-delà de la question de la pénurie, il montre que la crise hydraulique est avant tout une crise de la gestion sociale de l’eau, qui pose plus fondamentalement la question de la réorganisation des rapports entre public et privé et renvoie aux conditions d’une véritable autonomie des associations d’usagers, tant en matière de gestion de l’eau que d’insertion dans les filières amont et aval.

Haut de page

Texte intégral

1Situés pour une large part dans les zones bioclimatiques de l’aride et du semi-aride, la Tunisie et le Maroc sont confrontés à une crise hydraulique majeure qui se manifeste, d’une part par la raréfaction et la dégradation de la ressource, d’autre part par une compétition croissante entre les divers usages de l’eau (agricole, touristique, industriel et domestique). Remettant en cause la part prépondérante de l’agriculture dans l’utilisation des ressources en eau, alors même que le secteur irrigué est appelé à renforcer sa contribution aux grands équilibres macro-économiques et sociaux, cette crise impose une réorientation des politiques hydrauliques dès le début des années 1990. Celles-ci visent une meilleure valorisation de la ressource en eau, y compris un meilleur ciblage de son usage, notamment à travers un contrôle renforcé de la demande, la mise en œuvre d’incitations pour la diffusion des techniques d’économie d’eau, enfin à travers le développement de ressources alternatives comme le dessalement de l’eau de mer et le recyclage des eaux usées. Une autre composante importante de ces politiques, conçue comme moyen d’améliorer les performances de l’agriculture irriguée, est la mise en œuvre de nouveaux instruments juridiques et institutionnels visant à promouvoir une gestion participative des ressources en eau au niveau local, à travers la consolidation d’associations d’usagers.

  • 1  Ce programme de recherche (CNRS-SHS) intitulé « Crises hydrauliques et perceptions du risque envir (...)

2Examinant les différentes manifestations de la crise hydro-agricole en Tunisie et au Maroc et les changements politiques et institutionnels auxquelles elles donnent lieu, cet article s’interroge sur la capacité des nouvelles politiques de gestion de l’eau à réaliser les objectifs ambitieux assignés au secteur irrigué dans un contexte marqué par la raréfaction de la ressource et la libéralisation des marchés. Basé sur l’analyse d’enquêtes de terrain réalisées dans les régions du Gharb (Maroc) et de Zaghouan (Tunisie), son objectif est plus précisément d’analyser le rôle des nouveaux dispositifs de gestion locale de l’eau dans la consolidation ou la fragilisation des systèmes de production basés sur l’irrigation. Au-delà de la question de la pénurie, il montre que la crise hydraulique pose, plus fondamentalement, la question de la réorganisation des rapports entre public et privé et renvoie aux conditions d’une véritable autonomie des associations d’usagers, tant en matière de gestion de l’eau que d’insertion dans les filières amont et aval. "1

Stratégies hydrauliques et nouveaux enjeux de la gestion de l'eau

Une mobilisation intense des ressources en eau prioritairement en faveur de l’agriculture

3La Tunisie et le Maroc comptent parmi les pays du pourtour méditerranéen qui ont le plus mobilisé leurs ressources en eaux potentielles.

4En Tunisie, le taux de mobilisation des ressources en eau s'élevait à 85% en 2001 et atteindra 95 % à l'horizon 2011 (Rép. Tun., 2002). Jusqu'à 1990, la part la plus importante des investissements dans le secteur de l'eau (60%) a été destinée à la construction de barrages et de grands réseaux d'adduction, l'équipement de périmètres irrigués et l'alimentation des villes en eau potable, absorbant respectivement 25 et 15 % des investissements (Mamou et Kassah,. 2000). Depuis les années 1990, la stratégie de mobilisation de l'eau a donné une place plus importante à la petite hydraulique : lacs collinaires, barrages collinaires et autres ouvrages de recharge des nappes ou d'épandage artificiel des eaux de crue.

5Le secteur agricole est le premier bénéficiaire de la politique hydraulique puisqu'il consomme 83% des eaux mobilisées. Dès l'indépendance du pays, l'hydraulique a constitué un axe majeur de la politique de développement agricole (en moyenne 40% des investissements agricoles), se voyant assigner un double objectif : assurer l'autosuffisance alimentaire et réduire l'exode rural à travers l'amélioration des revenus des petits agriculteurs. Avec 370 000 hectares (7,5 % des superficies cultivées), le secteur irrigué occupe aujourd'hui une place stratégique en Tunisie puisqu'il contribue à 35% de la valeur de la production agricole et à 25% des emplois de l'agriculture. Cette place est appelée à se renforcer selon les prévisions du dixième plan qui tablent sur 395 000 ha irrigués en 2006, contribuant à 41% de la valeur ajoutée de l'agriculture (Rép. Tun., 2002). Avec le processus de libéralisation des échanges, l'agriculture doit en effet contribuer aux grands équilibres macro-économiques du pays, notamment à travers une augmentation des exportations agricoles. Par conséquent, la pression sur les ressources en eau est, elle aussi, appelée à se renforcer. La croissance des prélèvements est-elle, à la fois, possible en termes de quantités d’eau disponibles et réaliste quant à la capacité du secteur agricole à passer à l’irrigation ?

6Au Maroc, les années 1970 et 1980 ont été marquées par une politique largement axée sur la construction de grands barrages, essentiels à la mobilisation de la ressource en eau. Actuellement, le taux de mobilisation de la ressource atteint 67% pour les eaux souterraines et 68% pour les eaux superficielles. Les aménagements hydro-agricoles réalisés par l'État ont concerné aussi bien les périmètres de grande hydraulique (685 000 ha) que les périmètres de petite et moyenne hydraulique (334 000 ha). À ces aménagements réalisés par l'État viennent s'ajouter les aménagements réalisés par le privé, qui portent sur plus de 400 000 ha (Belghiti, 2005).

7Ici aussi, l'agriculture reste le secteur le plus consommateur d'eau. Sur un total de 13,635 milliards de m3 d'eaux superficielles et souterraines mobilisées en 1998-1999, 9,516 milliards m3, soit 70%, ont été affectés à l'irrigation et 2,269 milliards m3, soit 16%, l'ont été à l'alimentation en eau potable et industrielle. L'effort d'aménagement des périmètres irrigués agricoles a permis d'équiper une surface de l'ordre de 890 000 ha. La superficie irriguée, qui ne représente que près de 10% des terres cultivables, contribue pour 45% à la valeur ajoutée et agricole et produit près de 65% des exportations agricoles.

8En l'an 2000, un nouveau Programme d'amélioration de la grande irrigation (PAGI) a été adopté par les pouvoirs publics. S'inscrivant dans le cadre des orientations stratégiques du développement agricole à l’horizon 2020, qui vise notamment une meilleure intégration de l'agriculture au marché national et international, ce programme s'articule autour des trois composantes suivantes : l'amélioration des performances hydrauliques des systèmes d'irrigation, l'amélioration de la productivité et l'amélioration de l'efficacité opérationnelle des Offices régionaux de mise en valeur agricole (ORMVA). Ce programme fait une large place à la révision du cadre institutionnel de l’irrigation comme moyen d’adaptation aux nouvelles exigences de l'agriculture irriguée.

Des ressources en eau soumises à une pression croissante et en voie de dégradation

  • 2  La population tunisienne qui était de 3,7 millions d'habitants en 1956 avoisine aujourd'hui les 10 (...)
  • 3  Le taux d'urbanisation de la population tunisienne atteint aujourd’hui 65%, contre 33 % en 1956.

9Dans les deux pays étudiés, l’explosion des besoins en eau, liée à la croissance démographique rapide2, à l’urbanisation accélérée3 et à la diversification des activités économiques, alors même que les ressources disponibles sont déjà utilisées, remet en cause la place prépondérante qu'occupe l'agriculture dans la consommation des ressources en eau.

  • 4  La part de l’agriculture dans la consommation des ressources en eau devrait passer de 83% actuelle (...)

10En Tunisie, la comparaison entre les besoins actuels des différents secteurs et les ressources disponibles fait déjà apparaître une situation de pénurie. Les prévisions laissent entrevoir une baisse des disponibilités hydrauliques par habitant dans les prochaines décennies, celles-ci passant de 459 m3 par an en 1999 à 360 m3 en 2010 et à 310 m3 en 2025 (Mamou et Kassah, 2000). À la raréfaction des ressources hydriques, qui impose une diminution de la part consommée par l'agriculture,4 s'ajoute le problème de la dégradation de la qualité des eaux disponibles. En Tunisie, la qualité de l'eau disponible est en général inférieure aux standards internationaux sanitaires ou agronomiques de salinité, la moitié des ressources ayant une salinité inférieure à 1,5 g/l et 34 % présentant une salinité comprise entre 1,5 g/l et 3 g/l. À l’existence de cette salinité s’ajoute un phénomène de salinisation due aux intrusions marines. Ainsi, une proportion importante (20%) des nappes phréatiques situées au nord de la Tunisie est surexploitée et 16% des ressources souterraines sont affectés par le phénomène d’intrusion marine (Zahar, 2003).

  • 5  Ministère de l'Environnement (ME) (2001). Rapport sur l'état de l'environnement au Maroc.

11Au Maroc également, les prévisions (Ministère de l'Environnement, 1999) tablent sur une diminution des ressources en eau disponibles par habitant. Si le taux de croissance démographique se maintenait, les quantités d'eau disponibles passeraient de 830 m3/hab/an en 1990 à 411 m3/hab/an en 2020). Par ailleurs, les études de planification régionale menées au cours des dix dernières années font ressortir un bilan déséquilibré des ressources / besoins par bassin versant. Le déficit en eau, particulièrement alarmant dans certaines régions, nécessitera des transferts d'eau interbassins (bassins versant du Sud, du Souss Massa, du Tensift et de Oum Er-rebia). À ces constats s'ajoute le problème de la pollution agricole, qui se pose surtout dans les régions irriguées, et qui se manifeste généralement par une augmentation de la teneur en nitrates et la salinisation des sols. À titre d'exemple, les investigations menées au Tadla, dans les deux grands périmètres irrigués des Béni Amir et Béni Moussa, ont montré que de nombreux puits ont des concentrations de nitrates qui dépassent la norme nationale de potabilité fixée à 50 mg/l, ce qui présente un danger potentiel pour la santé des populations. Le même problème se pose dans le bassin du Sebou où cette recherche a été menée. La situation est d'autant plus préoccupante que les eaux souterraines constituent souvent les seules ressources disponibles, en particulier pour les populations rurales. Par ailleurs, le lessivage des produits phytosanitaires utilisés en agriculture entraîne la contamination des eaux par des substances toxiques (pesticides). On estime que 0,5 à 1% des produits phytosanitaires rejoignent les cours d'eau5.

Réorientation des politiques hydrauliques et réformes institutionnelles

Les nouvelles orientations

12Augmentation de la demande et compétition croissante entre les différents usages ont imposé une réforme des politiques hydrauliques dans les deux pays depuis les années 1990. Inspirées des modèles prônés par les organisations internationales (Banque Mondiale, FMI), ces politiques s'appuient sur une gestion de la demande en eau, et non plus seulement de l'offre ; elles visent une " rationalisation " des usages de la ressource à travers des mesures d'économie d'eau, une politique tarifaire et le développement de ressources non conventionnelles.

13En Tunisie, " la stratégie de l'eau " compte essentiellement sur une réduction des consommations de l'agriculture, alors que celles liées à l'approvisionnement en eau potable et aux besoins du secteur touristique sont appelées à s'accroître (Treyer, 2001). Les économies d'eau sont encouragées dans le secteur agricole au moyen des subventions sur le matériel de micro-irrigation et de distribution de l'eau à la parcelle. Elles le sont également par le biais d'une augmentation du tarif de l'eau visant surtout à couvrir les frais de fonctionnement des infrastructures d'approvisionnement et à réduire la consommation en eau potable (tarif progressif par tranches). La recherche de ressources "non conventionnelles" concerne principalement la réutilisation des eaux usées et la désalinisation de l'eau de mer.

14Au Maroc, la stratégie nationale de gestion des ressources hydriques prône aussi le recours aux nouvelles technologies d'irrigation économes en eau ainsi que la recherche de solutions alternatives telles que la réutilisation des eaux usées épurées et le dessalement de l'eau de mer (Ministère de l'environnement, 2000). Les pouvoirs publics ont mis en place des incitations pour encourager les investissements en équipements d'économie en eau (matériel d'irrigation goutte-à-goutte), notamment à travers le Fonds de développement agricole.

Les réformes institutionnelles

15Jusqu'à la fin des années 1980, c'est un système centralisé de gestion publique des périmètres irrigués qui a prédominé en Tunisie et au Maroc, les offices de mise en valeur (organismes étatiques) assurant l'encadrement technique des agriculteurs, l'approvisionnement en intrants et la commercialisation des produits. Les nouvelles politiques hydrauliques mettent, à l'inverse, l'accent sur la nécessité d'engager des réformes institutionnelles visant une gestion plus participative de la ressource en eau et s'appuyant sur la promotion d'associations d'usagers, à la fois pour l'irrigation et pour l'eau potable.

  • 6  Loi n°99-43 du 10 mai 1999, relative aux groupements de développement dans le secteur de l’agricul (...)

16En Tunisie, la mise en œuvre des politiques d'ajustement structurel et de libéralisation, a conduit l'État, à partir de 1987, à se désengager de la gestion directe des périmètres irrigués. Certaines tâches sont déconcentrées, comme la distribution de l'eau et l'encadrement des agriculteurs, confiées désormais aux commissariats régionaux du développement agricole (CRDA). Par ailleurs, la responsabilisation des usagers dans la gestion de l'eau au niveau local est recherchée par la mise en place des groupements d'intérêt collectif (GIC), dont la création s'est développée depuis le début des années 1990. Dotés de la personnalité civile6, les GIC prennent en charge la distribution et la vente de l'eau ainsi que la maintenance du forage et du réseau. Leurs recettes proviennent essentiellement de la cotisation des adhérents, de la vente d'eau et, plus rarement, des subventions accordées par l'État, le Conseil régional et les communes. Le nombre de GIC d’irrigation a plus que doublé entre 1993 et 2001, passant de 438 à 1077. Ils gèrent une superficie de 135 000 ha et sont appelés à s’étendre à l’ensemble des périmètres publics irrigués (PPI) en 2005 (Chraga, 2003).

  • 7  Les 9 ORMVA du Maroc sont des établissements publics dotés de la personnalité morale et de l’auton (...)

17Au Maroc, les Offices régionaux de la mise en valeur agricole (ORMVA)7, créés en 1966, étaient en charge à la fois de la gestion des aménagements hydro-agricoles, de la distribution de l'eau, de l'encadrement technique des agriculteurs, de la prestation des services (travaux mécanisés pour les agriculteurs) et de la commercialisation des produits agricoles (El Amrani, 1997). L'approche menée sur le terrain mettait essentiellement l’accent sur le transfert de technologies comme moyen d’assurer l’autosuffisance du pays en produits agricoles de base, les dimensions sociales et institutionnelles étant négligées. Au cœur du dispositif de gestion des périmètres irrigués figurait également le système d’assolements obligatoires imposé aux agriculteurs par les Offices de mise en valeur.

18À la fin des années 1980, avec la mise en œuvre des politiques d'ajustement structurel et de désengagement de l'État, les missions des Offices de mise en valeur ont été réduites à la gestion des réseaux, la distribution de l'eau et la vulgarisation agricole. Les années 1990 ont vu la prise de conscience de l'importance du mode de gestion de l'eau, parallèlement à une recrudescence des sécheresses qui ont (a ? ) lourdement pesé sur l'économie et le développement du pays. C'est en 1995, par la loi sur l'eau, que le Maroc a décidé d'une réforme en profondeur des méthodes de gestion de la ressource en eau, en décentralisant cette compétence du Ministère de l'Équipement vers les Agences de Bassin ; celles-ci reçoivent pour mission de veiller au développement, à la gestion et à la protection des ressources en eau, et non plus à leur seule mobilisation.

19Par ailleurs, pour assurer la gestion de l'eau au niveau des parcelles, un vaste programme de gestion participative en irrigation (GPI) a été lancé au milieu des années 1990, qui vise une plus grande implication des usagers de l'eau dans le processus de planification et gestion de la ressource. Dans le cadre de la GPI, a été prévue la création d'Associations d'usagers des eaux agricoles (AUEA) regroupant les différents usagers de l'eau agricole. Entre 1995 et 2004, le nombre d'AUEA créées au niveau des ORMVA est passé de 157 à 490, regroupant 160 000 usagers et couvrant une superficie de 384 260 ha ; elles s'ajoutent à 1032 AUEA regroupant 120 000 adhérents et couvrant une superficie de 218 000 ha créées dans les périmètres de petite et moyenne hydraulique.

Terrains de recherche et méthodes

20Comme cela a été indiqué plus haut, les deux terrains objets de la présente contribution ont été choisis dans le cadre du projet de recherche sur les « Crises hydrauliques et la perception du risque en Méditerranée », projet qui associe deux pays de la rive Nord (France, Espagne) et deux de la rive sud (Maroc, Tunisie). Malgré les différences qui existent entre les régions du Gharb et de Zaghouan (étage bio-climatique, systèmes de production dominants), les deux terrains révèlent une grande proximité du point de vue de la problématique dans laquelle s’inscrit le secteur hydro-agricole ; elle est marquée notamment par les processus de libéralisation économique et de désengagement de l’État de la gestion directe des périmètres irrigués.L’originalité des deux études de cas présentées ici est, d’une part qu’elles reposent sur un même questionnement, celui de la capacité des nouveaux systèmes de gestion locale de l’eau à garantir aux usagers un accès régulier à la ressource et à minimiser les risques liés à l’activité agricole, et d’autre part qu’elles s’appuient sur l’analyse de données recueillies à l’aide de mêmes outils méthodologiques.

21A Zaghouan (Tunisie), la recherche a porté sur les périmètres irrigués de Bir Mcherga, plus spécifiquement sur celui d’ Ain El Morra. L’enquête a été réalisée auprès d’un effectif de 25 agriculteurs. Dans le Gharb (Maroc), l'enquête a touché une cinquantaine d'exploitations de la zone de Belksiri appartenant aux périmètres de la grande hydraulique. Le guide d'entretien commun aux deux terrains a permis de cerner les principaux usages de l'eau, ainsi que les différentes manières dont les risques liés à l’activité agricole sont perçus par les agriculteurs. L’organisation de la gestion de l'eau et les problèmes qu'elle pose a fait également l'objet d'entretiens auprès des principaux gestionnaires de l'eau au niveau local et régional, ainsi qu'auprès des agriculteurs.

Les périmètres irrigués de Bir Mcherga (Zaghouan-Tunisie)

22Située entre 50 et 100 km au sud-ouest de Tunis, la région de Zaghouan appartient à la zone bioclimatique semi-aride, avec une pluviométrie annuelle de 350 à 400 mm et une grande variabilité interannuelle. Les systèmes agricoles de la région ont continué, jusqu'à une date récente, à être largement dominés par la céréaliculture et l'élevage extensif. Au cours des dix à quinze dernières années, l'agriculture irriguée (à partir de barrages, de puits de surface et de lacs collinaires) s'est étendue à de nouvelles zones, notamment sous l'impulsion de programmes étatiques visant le développement du maraîchage, de l'arboriculture fruitière et de l'élevage bovin. En liaison avec ces nouvelles possibilités techniques, de nouvelles formes de gestion sociale de l'eau sont également expérimentées, à travers la mise en place d'associations d'irrigants autour des barrages et des lacs collinaires.

23Les périmètres irrigués ayant fait l'objet de notre enquête se trouvent juste à l'aval du barrage de Bir M'Chergua. Leur création, en 1997, avait essentiellement comme objectifs la mise en valeur agricole de la région, grâce à la valorisation de ressources en eau disponibles, ainsi que l'amélioration des revenus des petits agriculteurs de la zone, grâce à la reconversion de leurs systèmes de production (passage de la céréaliculture en sec et de l'élevage extensif aux cultures maraîchères irriguées et à l'élevage bovin laitier). La zone aménagée pour l'irrigation, entièrement prise en charge par l’État, couvre une superficie de 450 ha qui sont divisés en trois périmètres de 150 ha chacun (Aïn Morra, Houinit El Borj, Houch Gdem) et répartis entre les agriculteurs à raison de 5 ha chacun). Un système de canalisation alimente les exploitations en eau à partir du barrage du même nom. Des bornes individuelles ont été installées sur chacune des exploitations. Les équipements d'irrigation (asperseurs ou système de goutte-à-goutte) sont individuels et ont été le plus souvent financés par des crédits fortement subventionnés (60% de subvention). Avec l'aménagement des périmètres, trois groupements d'intérêt collectif (GIC) pour la gestion de l'eau ont été créés à l'initiative de l'Administration. Les GIC, constitués de l'ensemble des agriculteurs des trois périmètres (une centaine au total), sont gérés par un comité de trois membres élus (président, trésorier et secrétaire général). Outre leur rôle de gestion (collecte des cotisations, vente des bons d'eau, règlement des factures d'électricité), les GIC jouent un rôle d'intermédiaire entre les agriculteurs et l'administration, cette dernière continuant d'avoir en charge l'exploitation et la maintenance du réseau, ainsi que l'encadrement des agriculteurs (service du Génie rural et arrondissement des périmètres irrigués au sein du Commissariat régional de développement agricole).

Le périmètre de Belksiri dans la région du Gharb (Maroc).

  • 8  Les terres de la réforme agraire sont des terres récupérées après le départ des colons et distribu (...)

24La région du Gharb, situé au nord-ouest du Maroc, renferme la plus importante zone irriguée du pays. Les ressources en eau mobilisables sont estimées à 6 milliards de m3 d'eau, représentant 27% des ressources mobilisables au niveau du pays. Le patrimoine foncier de la plaine du Gharb se caractérise par son déséquilibre marqué dans la répartition de la terre entre ses propriétaires et la présence significative de trois statuts fonciers, à savoir le melk, le collectif et les lots de réforme agraire qui occupent respectivement 26%, 34% et 20% de la superficie totale, le reste étant occupé par le domaine public, le domaine forestier et les habous. 8 

Figure 1 : Plan de situation de la zone d’étude au Maroc

Figure 1 : Plan de situation de la zone d’étude au Maroc
  • 9  L’ORMVAG est un établissement public à caractère administratif doté de la personnalité civile et d (...)

25De par ses ressources hydrauliques importantes, son climat doux (pluviométrie moyenne de 480 mm) et ses sols fertiles, le Gharb a occupé une place de choix dans la stratégie et les plans de développement agricole au Maroc. L'État a mobilisé d'énormes ressources financières pour la valorisation des potentialités hydrauliques, principalement par la construction de barrages et l'aménagement de périmètres irrigués. Les systèmes de production pratiqués sont très diversifiés. La zone est connue depuis longtemps pour sa vocation sucrière (la betterave et la canne), mais d'autres cultures, telles que les céréales et les cultures maraîchères font également partie de la rotation culturale L'élevage est dominé par les bovins et les ovins. Les assolements, obligatoires jusqu'à la fin des années 1980, sont actuellement libéralisés. Dans ces périmètres de grande hydraulique, la gestion de l'eau se pose aujourd'hui en termes nouveaux - liés aux processus de libéralisation et de désengagement de l'État ainsi qu'à la raréfaction de la ressource - et contribue au développement de nouveaux rapports entre la puissance publique représentée par l'Office régional de mise en valeur agricole (ORMVAG)9 et les usagers de l'eau (approche participative basée sur les associations d'irrigants).

26Dans le périmètre de Belksiri, le système de distribution de l’eau varie en fonction du type d’irrigation. Dans les secteurs d’irrigation gravitaire et d’aspersion, la distribution de l’eau continue d’être organisée par l’Office de mise en valeur du Gharb, à travers l’Arrondissement de la gestion des réseaux d’irrigation dont relèvent les aiguadiers chargés des lâchers d’eau. Du côté des agriculteurs, un Naïb (représentant) est chargé de déposer auprès de l’Office les demandes d’eau formulées par les irrigants. Dans le secteur rizicole, où l’irrigation se fait par submersion, la distribution de l’eau fait l’objet d’une concertation entre l’ORMVAG et les associations d’usagers de l’eau agricole (AUEA). Le rôle dévolu à ces dernières est d’organiser la répartition de l’eau entre les irrigants, de veiller à ce que les agriculteurs entretiennent les canaux d’irrigation, de représenter les agriculteurs auprès de l’Office de mise en valeur. Un autre acteur important de la gestion de l’eau, dans le périmètre, est représenté par les usines de transformation de la betterave et de la canne à sucre, à qui reviennent la charge de déduire les redevances d’eau sur la production livrée par les agriculteurs en fin de campagne agricole.

Figure 2 : Les périmètres irrigués à Belksiri

Figure 2 : Les périmètres irrigués à Belksiri

La gestion de l’eau au niveau local : de graves dysfonctionnements malgré les réformes engagées

27En Tunisie comme au Maroc, les expériences de transfert de la gestion de l’eau agricole aux usagers suscitent un intérêt croissant. La plupart des études font cependant ressortir les graves dysfonctionnements qui caractérisent les dispositifs de gestion de l’eau au niveau local. En Tunisie, les monographies de GIC soulignent les obstacles auxquels se heurte la consolidation d’associations d’irrigants (Chraga, 2003 ; Zghidi, 2004). Au Maroc, diverses études sur la gestion participative de l’irrigation convergent vers le constat d'échec de l’expérience des AUEA (Benjelloun 1998 ; Herzenni, 2003). Comme nous allons le voir, les analyses menées dans les zones de Belksiri (Maroc) et de Bir Mcherga (Tunisie) sur la base des entretiens effectués auprès des irrigants et des gestionnaires de l’eau, confirment largement ce constat. Non seulement, les dispositions pour assurer une meilleure implication des usagers de l’eau n’ont pas abouti aux résultats escomptés ; bien plus, le « désengagement » de l’administration de la gestion des périmètres irrigués a souvent pour conséquence une aggravation des risques liés à l’activité agricole, en particulier pour les petits agriculteurs.

28En Tunisie, il s'agit de la difficulté, ou plutôt de l'impossibilité des groupements d’intérêt collectif (GIC) à assurer une réelle autonomie de la gestion de l'eau nécessaire au bon fonctionnement des exploitations. Dans le cas des périmètres irrigués de Bir Mcherga, les dysfonctionnements et les conflits entre agriculteurs et l'administration sont poussés à l'extrême. Les problèmes identifiés sont de différents types.

29Ils renvoient tout d’abord à la gestion technique des périmètres ; les pannes du réseau sont fréquentes et les GIC n'ont ni la compétence technique ni les moyens financiers nécessaires à l'entretien et aux réparations en cas de pannes. Les groupements restent donc sous la dépendance des services agricoles régionaux qui refusent parfois d'effectuer certains entretiens, considérant que ces derniers sont à la charge des GIC.

30Les GIC souffrent de graves problèmes financiers, n'étant pas dotés d'un capital propre. Leurs seules recettes proviennent de la vente des bons d'eau et des cotisations des adhérents, mais ces derniers refusent souvent de s’en acquitter car leur approvisionnement en eau (en quantité et en qualité) n'est pas toujours assuré. Ils considèrent que le prix de l'eau est trop élevé et que sa qualité est mauvaise. Le paiement des bons d'eau correspond en réalité à une participation des agriculteurs aux frais de gestion du réseau (factures d'électricité, salaire du pompiste, etc.). Le refus des agriculteurs de s'acquitter de leur cotisation ou de payer l'eau entraîne une gestion déficitaire des GIC, ce qui aggrave les problèmes de distribution de l'eau. L’insuffisance des recettes collectées par le GIC a des conséquences directes sur le fonctionnement du réseau. Dans le périmètre d’Ain el Morra, le pompiste chargé de l'ouverture des vannes, un employé du GIC, n'a pas pu être payé, et la distribution de l’eau aux bénéficiaires a été interrompue.

31Le bon fonctionnement des GIC se heurte aussi au manque de compétences en matière de gestion. Les agriculteurs dénoncent l'absence de tenue régulière des documents comptables et financiers, le fait que les carnets de bord des stations de pompage ne sont pas tenus correctement. Ils contestent l'exactitude des relevés effectués par le pompiste. Les actes de sabotage de la part des agriculteurs sont très fréquents (compteurs trafiqués ou détruits). Dans un des périmètres, le tableau de commande du système de distribution de l'eau a été dérobé, ce qui a entraîné la panne du réseau pendant plusieurs mois.

32Les GIC étant tout à fait incapables, par manque de moyens, d'assurer une bonne gestion des périmètres, ils souffrent par conséquent d'un grave manque de légitimité. D'ailleurs, peu d'agriculteurs assistent aux rares réunions convoquées par le conseil d'administration des GIC. En fait, le pouvoir de décision et d'intervention reste entièrement entre les mains de l'administration régionale, qui se substitue souvent au GIC pour les décisions les plus importantes (désignation des membres du CA, alors qu'ils doivent être élus, absence de convocation de l'assemblée générale pendant de longues périodes, etc.).

33Du côté de l'administration, on dénonce le manque de motivation des agriculteurs, leur réticence au changement, leur aversion vis-à-vis du risque. On met également en avant le faible niveau d’instruction des agriculteurs, l’absence de culture associative. On est en fait dans une situation de totale incompréhension et de conflits exacerbés entre l'administration et les agriculteurs. Cette situation fait qu'aujourd'hui deux périmètres aménagés sur trois ne sont plus du tout fonctionnels. Dans ces conditions, les agriculteurs qui ont choisi de continuer l'irrigation ont mis en place des solutions alternatives qui consistent à s'autonomiser par rapport au système collectif. Plusieurs ont creusé des forages sur leur exploitation. D'autres ont installé des stations de pompage dans le réservoir ou sur l'oued Méliane.

34Au Maroc, la gestion de l'eau pose également de graves problèmes. Ceux-ci sont liés principalement à la remise en cause du modèle de gestion antérieur dans lequel l'Office de mise en valeur occupait un rôle central. En effet, malgré les contraintes imposées aux agriculteurs (assolements obligatoires), ce système assurait un certain niveau de protection et de sécurité aux agriculteurs (débouchés et prix assurés, encadrement technique, prise en charge de l’entretien du réseau d’irrigation). Au-delà de ce constat général, nos enquêtes montrent que les problèmes actuels au niveau de la gestion de l'eau diffèrent d'un système irrigué à l'autre.

35Dans le secteur d'irrigation gravitaire, le problème principal est celui de l’accès à l'eau dont la distribution continue d’être organisée par l’Office de mise en valeur du Gharb (ORMVAG) selon un schéma qui s’avère inadapté depuis la libéralisation des assolements. Les besoins en eau des agriculteurs sont les plus importants dans la période allant du mois d'avril/mai au mois de septembre/octobre. Pour pouvoir irriguer, les agriculteurs qui ont leurs parcelles dans une même sole doivent formuler leur demande auprès de l'arrondissement de Belksiri chaque vendredi. Les lâchers d'eau se font le mardi et le mercredi de la semaine suivante. Cependant, l'ORMVAG n'effectue les lâchers que si la demande émanant des agriculteurs permet de justifier le volume d'eau techniquement acceptable (débit main d'eau), soit une demande correspondant à une superficie minimale allant de 500 à 600 ha. La priorité est accordée aux agriculteurs pratiquant les cultures sucrières, puisque ce sont ces dernières qui permettent à l'ORMVAG de récupérer les redevances d'eau auprès des sucreries auxquelles sont livrées les productions. Or, depuis la libéralisation des assolements, les systèmes sont plus diversifiés et moins homogènes. Par ailleurs, la majorité des agriculteurs ayant des petites superficies parviennent difficilement - même en se regroupant - à réunir la superficie minimale requise pour accéder à l’eau. Face à ces contraintes, certains agriculteurs optent pour le pompage privé afin de garantir l’irrigation de leurs cultures maraîchères ou fourragères. D'autres préfèrent retourner aux productions en sec, notamment aux céréales et à l'élevage ovin. Ainsi, le taux actuel d'irrigation à l'échelle du périmètre ne dépasse pas 50 à 60%, selon les responsables de l'ORMVAG ; autrement dit, les ressources en eau disponibles restent fortement sous-utilisées et le taux de rentabilité des aménagements particulièrement faible.

36Dans les secteurs d'irrigation par aspersion, les problèmes paraissent liés au décalage entre l’organisation technique de la distribution, conçue pour un système d’assolements obligatoires et les nouveaux besoins engendrés par la libéralisation et le désengagement de l’administration de certaines activités (entretien du matériel d’irrigation, commercialisation). Ainsi, un problème important auquel font face les agriculteurs est la dégradation du matériel mobile d'irrigation, constitué essentiellement de tuyaux en plastique et d'arroseurs. La détérioration de ce matériel provoque des pertes d'eau énormes au niveau des bornes d'irrigation, ce qui se répercute par une surfacturation, surtout ressentie par les agriculteurs situés en aval du périmètre, puisque l'ORMVAG établit la facture sur la base du volume de l'eau lâchée. Autre problème, pour pouvoir irriguer, tous les agriculteurs d'un même bloc doivent installer leur matériel mobile. Or, dans la pratique, compte tenu de la présence de cultures diversifiées sur une même sole, les besoins en eau ne sont plus homogènes (contrairement à ce qui était le cas lorsque les assolements étaient obligatoires et les cultures peu diversifiées). Le nouveau système engendré par la libéralisation des assolements n'oblige plus les agriculteurs à collaborer pour bénéficier de l'irrigation. De plus, certains agriculteurs ne prennent plus la peine de réparer leur matériel d’irrigation, estimant que les réparations devraient être à la charge des usines agro-industrielles qui lâchent les eaux usées dans les canaux d'irrigation. La pollution de l'eau et le bouchage des arroseurs par les saletés sont signalés par tous les agriculteurs pratiquant l'irrigation par aspersion.

37Ici aussi les stratégies d’adaptation pour faire face à ces problèmes consistent à s’autonomiser par rapport au réseau collectif, soit en revenant aux cultures en sec soit en mettant en place des systèmes de pompage privés à partir de la nappe, qui connaissent un développement important dans les secteurs d’irrigation par aspersion.

38Soulignons que dans les deux types de périmètres qui viennent d’être évoqués, l’expérience de mise en place d’associations d’usagers de l’eau agricole (AUEA) initiée par l’Office de mise en valeur, s’est soldée par un échec en raison d’une multitude de problèmes : manque de moyens financiers, manque de représentativité et de légitimité, faible capacité d’intervention auprès de l’Office, conduisant les agriculteurs à se détourner de l’action collective au profit de solutions individuelles.

39Un dernier système, l'irrigation par submersion, pratiqué dans les soles rizicoles, consiste à submerger les cultures par l'eau qui coule par gravité. Il représente 4% des terres irriguées. Au début de chaque campagne, les agriculteurs qui veulent produire du riz doivent faire une demande d’accès à l’eau auprès du bureau de l’Office en charge de leur secteur. L’Office étudie les demandes d’eau en fonction du niveau d’endettement des agriculteurs auprès de lui et de l’état des arroseurs présents sur les parcelles. Les demandes sont ensuite enregistrées et des contrats sont passés avec les usines d’écoulement de la production. Cette procédure permet à l’Office de programmer les lâchers d’eau en donnant la priorité aux agriculteurs contractuels et lui donne la garantie de récupérer les redevances d’eau en fin de campagne.

40La campagne d’irrigation est censée être programmée en concertation entre l’Office et les AUEA présentes dans le secteur rizicole (une AUEA par canal secondaire). La distribution de l’eau dans le secteur rizicole exige en effet une organisation collective des agriculteurs. Au moment d’un lâcher d’eau, les canaux secondaires sont alimentés de façon simultanée et l’irrigation des casiers se fait de l’amont à l’aval. Lorsqu’un casier est « rempli », l’eau doit passer au casier suivant. Les agriculteurs doivent s’organiser de telle sorte que les parcelles d’un même casier (qui appartiennent le plus souvent à plusieurs agriculteurs) puissent être également remplies. Ceci exige d’ailleurs des riziculteurs d’un même casier de semer au même moment. Dans ce contexte, les tâches assignées aux AUEA sont d’organiser la répartition de l’eau entre les irrigants et de gérer les conflits qui peuvent surgir au moment des lâchers d’eau.

41D’après les responsables de l’ORMVAG, seules les AUEA du secteur rizicole sont actuellement fonctionnelles dans l’ensemble du périmètre. Mais, d’après nos observations de terrain, les agriculteurs sont en réalité contraints de s’organiser collectivement, du fait de leur localisation sur les mêmes blocs d’irrigation. Ceux que nous avons interrogés estiment d’ailleurs qu’ils n’ont pas adhéré volontairement aux associations d’irrigants. Ils évoquent également les problèmes d'écoulement de la production rizicole qui les amènent à diminuer les superficies emblavées et à revenir à la culture du blé.

Irrigation et dynamiques des exploitations

42Bien que la création des deux périmètres étudiés remonte à des dates différentes (les années 1970 pour le Gharb et les années 1990 pour Bir Mcherga), dans les deux cas elle devait permettre une meilleure valorisation du potentiel agricole et une amélioration des revenus de l’agriculture familiale. Dans le Gharb, la réalisation de ces objectifs a été rendue possible durant la période de forte intervention de l’ORMVAG dans la gestion des périmètres, tant en matière de distribution de l’eau, de fixation des prix que de commercialisation des produits. Les processus de libéralisation, engagés dans les années 1990, semblent aujourd’hui fortement compromettre l’avenir de toute une fraction d’agriculteurs familiaux ayant opté pour les cultures irriguées. À Bir Mcherga, le problème est celui du passage de l’agriculture en sec à l’irrigué, dans un contexte de désengagement de l’État, contexte qui ne favorise pas la reconversion des systèmes de production, en particulier chez les petits agriculteurs. Les enquêtes réalisées auprès des agriculteurs montrent que l’évolution des systèmes de production au cours des 10 à 15 dernières années est étroitement liée aux changements dans le contexte économique et institutionnel de l’activité agricole, notamment aux nouvelles conditions d’accès à la ressource en eau et au marché.

43Dans le périmètre irrigué de Bir Mcherga, la très grande majorité des exploitations enquêtées disposent de moins de 20 ha, celles de moins de 10 ha représentant plus du tiers et celles comprises entre 20 et 50 ha moins d'un quart de l'ensemble. En matière d'équipement (tracteurs, bâtiments, moissonneuses-batteuses), les différences entre agriculteurs sont marquées. L'équipement en matériel d'irrigation (canaux, asperseurs, matériel de goutte-à-goutte) est plus généralisé, l’essentiel de celui-ci ayant été fortement subventionné et encouragé par des crédits de la Banque nationale agricole (BNA),. Les systèmes de production sont dominés par les grandes cultures (céréales et fourrages), associées à l'élevage ovin et bovin et plus rarement, caprin. La culture de céréales (blé dur et blé tendre) est entièrement mécanisée. L'arboriculture est principalement constituée d'oliviers et d'amandiers cultivés en sec. Quelques agriculteurs ont introduit récemment la culture irriguée du pêcher et du pommier. La moitié seulement des exploitants enquêtés pratiquaient l'irrigation au moment de l'enquête et un effectif encore plus faible (un tiers) faisaient des cultures maraîchères. Du point de vue de l'organisation du travail, la majorité des exploitants recourt exclusivement à la main-d'œuvre familiale. Ceux qui pratiquent le maraîchage font également appel à une main-d'œuvre salariée, composée pour une large part de femmes.

44À Bir Mcherga, l’aménagement des périmètres irrigués devait se traduire par une reconversion des systèmes de production des exploitations bénéficiaires. Toutefois, les changements escomptés ont été très inégaux selon les différentes catégories d’agriculteurs.

45Dans un premier temps, la très grande majorité des agriculteurs s’est équipée en matériel d'irrigation et a introduit les cultures irriguées (essentiellement le maraîchage d'été et l'arboriculture fruitière). Ces changements ont nécessité l'apprentissage de nouvelles pratiques culturales (maraîchage) et se sont traduits par des besoins nouveaux en matière d'encadrement technique. La reconversion a impliqué aussi l'insertion des exploitants dans de nouveaux circuits d'approvisionnement et de commercialisation (ceux du maraîchage en particulier, caractérisés par une grand instabilité des prix et un manque d’organisation des débouchés). Les changements concernent aussi l'organisation du travail au niveau des exploitations avec un recours plus important à la main-d'œuvre salariée pour les besoins du maraîchage.

46Après une première phase de trois ans, où la plupart des agriculteurs ont introduit les cultures maraîchères et fruitières irriguées, un grand nombre d'entre eux ont fini par abandonner totalement l'irrigation, en particulier le maraîchage. Les raisons invoquées par les agriculteurs renvoient principalement aux problèmes d'accès à l'eau, qui n'est pas assuré de manière régulière et en quantité suffisante, aux problèmes de qualité de l'eau dont le degré de salinité est trop élevé, au prix de l'eau, considéré comme trop élevé, enfin à l'insuffisance des débouchés et aux prix peu rémunérateurs des produits maraîchers. Les agriculteurs dénoncent également les défaillances des services de vulgarisation en matière d'encadrement et de suivi technique des agriculteurs. À toutes ces contraintes s'est ajoutée une série d'années de sécheresse qui a aggravé les problèmes de disponibilité de l'eau et de salinité. Un grand nombre d'agriculteurs (la moitié de notre échantillon) sont donc revenus à la céréaliculture en sec et à l'élevage extensif (ovin et bovin), en maintenant parfois l'arboriculture fruitière irriguée.

47Tandis qu'une large fraction d'agriculteurs a abandonné l'irrigation, un autre groupe d'agriculteurs familiaux, ayant plutôt des structures moyennes, a essayé de se maintenir dans des systèmes diversifiés où la céréaliculture et l'élevage ont retrouvé une place importante, mais en association avec les cultures irriguées, le maraîchage, et surtout l'arboriculture fruitière.

48Enfin, les changements que l'on observe correspondent aussi à une dynamique de spécialisation dans les cultures maraîchères et l'arboriculture fruitière d'un groupe plus restreint d'agriculteurs. Cette dynamique est portée par de jeunes agriculteurs nouvellement installés, ayant souvent un niveau d'instruction élevé et ayant fréquemment bénéficié d'une formation agricole. Quelques uns sont extérieurs à la région ; Ils s'installent sur des terres prises en location ou achetées et saisissent l'opportunité de l'irrigation pour développer des systèmes intensifs basés sur le maraîchage et l’arboriculture fruitière. Certains de ces agriculteurs viennent des régions de tradition maraîchère et développent des cultures spéculatives, basées surtout sur les cultures maraîchères d'été (surtout la pastèque). Ils maîtrisent plus que les autres les techniques du maraîchage, produisent des quantités plus importantes et disposent de moyens de transport qui leur permettent de commercialiser leur production sur des marchés plus rémunérateurs.

49Dans le périmètre irrigué de Belksiri (Maroc), la taille moyenne des exploitations est plus faible qu'à Bir Mcherga : plus de 60% des exploitants ont moins de 10 ha, un peu plus du quart ont des superficies comprises entre 10 et 20 ha, ceux ayant des exploitations d'une superficie supérieure à 20 ha ne représentant qu'un peu plus de 10% de l'ensemble des exploitations. Du point de vue foncier, la particularité du Maroc est le maintien d'une diversité de régimes d'appropriation de la terre. En dehors de la propriété privée, qui est souvent une propriété familiale indivise, près d'un quart des terres relève de la propriété collective ou appartient à la catégorie des terres de réforme agraire. Le maintien de ces statuts précaires constitue un obstacle à l'accès des agriculteurs au système de crédit puisqu'ils n'ont pas le titre foncier à présenter en garantie. En matière d'équipement des exploitations, l'enquête indique qu'un nombre réduit d'agriculteurs (1/3) possède du matériel mécanique. En ce qui concerne l'irrigation, seule une petite minorité d'agriculteurs dispose d'asperseurs (13%) et deux agriculteurs seulement de matériel goutte-à-goutte. Le système d'irrigation le plus pratiqué est le système gravitaire (82%). L'état actuel des réseaux d'irrigation, aménagés par l'Office de mise en valeur, suscite de nombreuses insatisfactions de la part des agriculteurs (mauvaise qualité des arroseurs qui transportent l'eau d'irrigation, mauvais état des colatures et des prises d'eau).

Figure 3 : plan de situation de la zone d’étude en Tunisie

Figure 3 : plan de situation de la zone d’étude en Tunisie

Figure 4 : Le projet de zone irriguée de Bir M’Cherga

Figure 4 : Le projet de zone irriguée de Bir M’Cherga

50Les systèmes de production pratiqués dans la zone de Belksiri se caractérisent par une grande diversification, ce qui constitue une différence importante avec le terrain de Bir Mcherga en Tunisie. Les cultures dominantes sont les céréales (blé dur et blé tendre), la betterave à sucre et la canne à sucre. S'y ajoutent les fourrages, les agrumes, le riz et, dans une moindre proportion, les cultures maraîchères. L'élevage est également pratiqué dans la très grande majorité des exploitations ; il s'agit surtout de l'élevage bovin laitier et, dans une moindre mesure, de l’élevage ovin. L’évolution, au cours des quinze dernières années, des systèmes de production des exploitations enquêtées, fait ressortir la régression ou l'abandon de certaines cultures (fève, pois chiche, blé tendre) et le développement de nouvelles productions (cultures industrielles, élevage bovin laitier, cultures maraîchères, agrumes). La fève et les légumineuses, de façon générale, constituent des survivances de l'ancien système de production pluvial et ont été progressivement abandonnées par les agriculteurs de la zone en raison de leur faible rentabilité. Le blé tendre, qui reste vital, est quelquefois délaissé dans les exploitations de petites dimensions, faute d'espace. Les cultures industrielles (betterave sucrière, canne à sucre, riz) connaissent une évolution fluctuante, principalement en raison des nouvelles conditions de commercialisation (abandon des prix garantis, plus grande dépendance vis-à-vis des usines de transformation).

51En fait, après une phase de stabilisation des systèmes de culture (entre 1981 et 1992), favorisée par une amélioration de la maîtrise technico-économique des processus de production et la sécurité du marché, les processus de libéralisation ouvrent une ère de grande instabilité à partir de 1992. L’instabilité caractérisant les systèmes de cultures de la zone au cours de la période la plus récente apparaît liée à la conjonction de plusieurs facteurs : la libéralisation des assolements et des circuits de commercialisation, l'augmentation du prix des intrants qui a accompagné le désengagement de l'État, les défaillances du système de distribution de l'eau d'irrigation, et enfin les changements des rapports qu'entretiennent les agriculteurs avec leur environnement institutionnel, en particulier avec l’Office de mise en valeur.

52On observe toutefois que la libéralisation des assolements n’a pas forcément impliqué pour les agriculteurs une plus grande liberté de manœuvre dans le choix de leur système de cultures. En effet, l'accès à l'eau reste conditionné par la pratique des cultures sucrières (canne et betterave). La dynamique actuelle continue donc d’être marquée par une diversification importante des systèmes de production, avec des activités dominantes comme l’élevage bovin laitier et le maraîchage (artichaut surtout).

Perception des risques et stratégies d’adaptation

53Alors que l’irrigation est censée contribuer à la réduction des risques inhérents à l’agriculture, un groupe important d’exploitants interrogés dans le cadre de notre enquête mettent en avant les problèmes d’accès à l’eau et les dysfonctionnements des dispositifs de gestion comme facteurs d’aggravation des risques qu’ils encourent dans la pratique de leurs activités. Les interviews indiquent cependant que la perception de ces risques diffère en fonction de la situation de chaque groupe d'agriculteurs : problèmes d’accès à la ressource ou de qualité de l’eau, risques liés au marché, perte d’autonomie et plus forte dépendance à l’égard de l’administration….

54À Bir Mcherga, deux attitudes sont observées :

55- Chez les agriculteurs les moins dotés, les problèmes vécus du fait de l’insertion dans les nouveaux dispositifs de gestion hydraulique conduisent le plus souvent à une perception négative de l'eau et à une attitude de rejet de l'irrigation. Les agriculteurs concernés mettent en avant les risques et la dépendance accrus entraînés par l'irrigation : accès à l'eau non garanti, eau de mauvaise qualité qui entraîne la salinisation des sols, risques liés aussi à la non maîtrise des conduites techniques, à l'augmentation des coûts de production (eau, semences, produits de traitement), aux problèmes de commercialisation des produits de l'agriculture irriguée (faiblesse des débouchés, prix bas), risques également que représente l'endettement (plusieurs agriculteurs sont dans l'impossibilité de rembourser les crédits contractés pour l'équipement d'irrigation et font l'objet de poursuites). Il s’agit enfin des risques liés à la dépendance vis-à-vis d'un système de gestion collective de l'eau qui ne dispose pas des moyens d'une intervention efficace et qui, de surcroît, entraîne de nouveaux coûts. Surtout, l'obligation de s'insérer dans ce système collectif suscite un profond rejet de l'irrigation et un sentiment d'injustice. Ce sentiment d'injustice s'exprime avec encore plus de force lorsque ces agriculteurs comparent leur situation à celle des sociétés agricoles privées et de certains grands agriculteurs qui peuvent, eux, s'assurer un approvisionnement autonome et régulier en eau, sans avoir à la payer, grâce aux stations de pompage qu'ils installent directement sur le barrage de Bir Mcherga.

56- Chez les agriculteurs ayant des capacités de production plus importantes, la perception des risques liés à l’usage de l’eau ne conduit pas à un rejet de l’irrigation. L’eau, perçue de manière plus positive, est considérée comme un moyen de mieux valoriser la terre disponible et de bénéficier des aides à l'investissement et des subventions. Elle représente aussi des opportunités nouvelles d'installation dans l'agriculture pour des jeunes qui ont bénéficié d'une formation agricole ou pour des gens extérieurs à la région et à la recherche de nouvelles opportunités d'investissement. Contrairement aux agriculteurs du premier groupe, qui mettent en avant les risques que représentent le degré élevé de salinité de l’eau et la dégradation consécutive des sols pour justifier leur rejet de l’irrigation, ici ces risques sont peu évoqués, ou relativisés. En ce qui concerne la qualité de l'eau, certains agriculteurs qui pompent dans l'oued évoquent aussi les problèmes de pollution de l'eau liés aux rejets des déchets industriels et urbains. Mais de manière générale, les problèmes de qualité de l'eau, de conduite technique, de hausse des coûts ou de commercialisation des produits sont peu évoqués et ne semblent pas être considérés comme un obstacle majeur au développement de l'irrigation, dans la mesure où ils sont considérés soit comme des phénomènes passagers (hausse du degré de salinité), soit comme des éléments qui peuvent être maîtrisés (conduite technique, commercialisation des produits). En fait, chez ce groupe d'agriculteurs, les risques sont clairement énoncés comme étant liés à la dépendance d'un système de gestion collective inefficace et qui n'assure pas un accès régulier à l'eau.

57Dans le périmètre de Belksiri, les risques sont perçus par les agriculteurs comme étant principalement liés au processus de libéralisation et à la réorientation des politiques de l'Etat. Il s'agit principalement de la réduction des subventions et du désengagement de l'Office de mise en valeur du Gharb de son rôle de prestataire de services. Il s'agit également de la libéralisation des assolements, qui théoriquement " libère " les agriculteurs de l'obligation de se conformer aux plans de culture préconisés par l'Office, mais qui en réalité place les agriculteurs dans une situation de risques multiples.

58Tout d'abord, la disponibilité de l'eau n'est pas toujours assurée en quantité suffisante et au moment opportun. En effet, le dispositif technique d'irrigation soumet la distribution de l'eau aux agriculteurs individuels à un certain nombre de conditions. Les demandes d’approvisionnement en eau présentées par les agriculteurs relevant d'une même trame d'irrigation doivent correspondre à une superficie d’au moins 250 ha pour justifier le débit de 300 l/s. Par ailleurs, certaines cultures, comme les plantations arboricoles, notamment les agrumes, ou les cultures sucrières sont prioritaires pour la distribution de l'eau. Ces limitations dans l'accès à l'eau font courir de graves risques aux agriculteurs, ceux de perdre totalement leurs récoltes, faute de pouvoir irriguer en temps opportun. Les problèmes d’accès à l’eau, qui se manifestent par des insuffisances de volume, de débit ou de temps d'irrigation, les difficultés d'appliquer la planification des tours d'eau, et par la faiblesse du contrôle sur le terrain lors de la campagne d'irrigation, constituent autant de facteurs qui encouragent des "comportements déviants" tels les vols d'eau ou d'asperseurs, ou le saccage des équipements d'irrigation du voisin. Les agriculteurs reconnaissent le caractère illicite de ces actes, mais les justifient par la difficulté d'un accès sécurisé à l'eau d'irrigation et l’absence d’alternative.

59Outre les problèmes d'accès à la ressource hydrique, ce sont les risques environnementaux liés à la qualité de l'eau qui sont évoqués par les agriculteurs. Il s'agit tout d'abord de la pollution des eaux souterraines par l'utilisation intensive des fertilisants et produits phytosanitaires qui est à l'origine de graves problèmes de santé pour les riverains : maladies infantiles, irritation cutanée, diarrhées répétées, etc. Par ailleurs, le pompage excessif provoque des remontées de la nappe et engendre la salinisation de l'eau et des sols. Enfin, les eaux de surface servant à l'irrigation sont polluées par les rejets industriels des usines et les eaux usées urbaines et d'origine domestique. Les huileries et les sucreries rejettent leurs déchets chargés en produits chimiques dans les bretelles d'oueds qui les charrient vers le Sebou. Les rejets des eaux usées connaissent la même destination. Cette catégorie de risques renvoie à l’absence de régulation en matière d’utilisation d’intrants chimiques et de gestion des déchets urbains et industriels. L’existence de ces risques est clairement identifiée par les agriculteurs comme une défaillance de l’action étatique en matière de protection des producteurs et des populations.

60Les risques évoqués par les agriculteurs de Belksiri découlent également des nouvelles règles du marché. Alors que les débouchés commerciaux et les prix étaient autrefois garantis par l'Office de mise en valeur, la libéralisation des circuits de commercialisation place aujourd'hui les agriculteurs dans une relation directe avec les usines de transformation, de la canne et de la betterave notamment. Celles-ci imposent leurs conditions aux agriculteurs (quotas, bas prix, sous-estimation de la teneur en sucre de la betterave et de la canne, etc.). Il en va de même pour les producteurs de riz qui rencontrent d'énormes problèmes d’écoulement de leur production, ce qui les incite à revenir aux cultures céréalières en sec.

61En fait, dérégulation et libéralisation ont entièrement remis en cause les conditions de l'activité agricole et le modèle qui avait présidé antérieurement au développement de l'agriculture irriguée. Cette situation contribue à l'exacerbation des conflits entre agriculteurs et institutions d'encadrement (l'Office), d'une part, entre agriculteurs et organismes de commercialisation (sucreries, rizerie, laiterie), d'autre part.

62Les conflits portent sur les problèmes d'accès et de distribution de l'eau (quantités, tours d'eau) qui placent les agriculteurs sous l'entière dépendance de l'office, quant aux modes de facturation et au prix de l'eau, considéré comme trop élevé. Tout en demeurant dépendant de l'office pour l'accès à l'eau, qui reste notamment soumis à la condition de pratiquer des cultures "prioritaires" (cultures sucrières et agrumes), les agriculteurs doivent également subir les règles imposées par les usines de transformation qui ne rémunèrent pas leur travail à sa juste valeur et contribuent à accroître leur endettement. Dans ces conditions, les agriculteurs crient à l'injustice sociale et demandent que leur situation soit davantage prise en considération par l'Office et par l'Etat. La plupart regrettent « l’ancien temps », où les assolements étaient obligatoires mais où l’Office garantissait les prix, les débouchés et prenait en charge l’entretien du réseau.

63En attendant, les stratégies qu'ils mettent en place pour s’adapter au nouveau contexte consistent à se détourner d’un certain nombre de cultures ou à les réduire, en particulier les cultures industrielles, ou à trouver des solutions alternatives pour accéder à l'eau (pompage dans l'oued ou dans le canal, puits privés, etc.).

64En effet, l'irrigation par le pompage privé est pratiquée à la fois par des agriculteurs situés dans les périmètres équipés et par des agriculteurs qui se trouvent dans les secteurs aménagés mais non encore équipés. Le recours au pompage privé au moyen des motopompes est une stratégie développée par deux types d'agriculteurs. Les premiers recourent au forage de puits pour pomper dans la nappe afin de garantir leur accès à l'eau pour certaines cultures, maraîchage et fourrage, qui leur assurent des liquidités tout au long de l'année.

65Les seconds pompent également dans la nappe, sur l'Oued Sebou ou dans le canal Boumaiz (canal initialement destiné au drainage mais utilisé par l'ORMVAG depuis le début des années 1990 pour acheminer l'eau à deux périmètres déficitaires dans la région du Barrage El Kansara). Considéré au départ comme illicite, le pompage effectué dans le canal par les agriculteurs des secteurs non équipés est aujourd’hui autorisé par l’Office en contrepartie du paiement d’une redevance de près de 500 Dh/ha/an.

Conclusion 

66Les deux études de cas qui viennent d'être présentées montrent clairement que la crise hydraulique dans ces deux pays du Maghreb est loin de se limiter à un problème de disponibilité des ressources. Elle correspond en fait très largement à une crise des dispositifs institutionnels de gestion de l'eau, crise qui apparaît étroitement liée aux processus de libéralisation et de désengagement de l'Etat. Plus précisément liée à la redéfinition des modalités d'accès à l'eau et à la réorganisation des relations qui lient les agriculteurs à l'Etat, d'une part, et au secteur privé, d'autre part, cette crise redéfinit en même temps les bases sociales et territoriales de la gestion hydraulique. Si les réformes institutionnelles et la mise en œuvre d'une approche participative de la gestion de l'eau au niveau local constituent un axe majeur des politiques hydrauliques depuis les années 1990, force est de constater que son application concrète au niveau local pose de sérieux problèmes et place les agriculteurs irrigants dans des situations de risques accrus.

67À Zaghouan, la mise en place des associations d'irrigants redéfinit certes les relations entre l'Administration et les agriculteurs, mais place ces derniers dans un système de dépendance accrue vis-à-vis du collectif. Faute d'un véritable transfert du pouvoir de décision aux associations d'irrigants, la réforme institutionnelle aboutit en fait à des résultats inverses de ceux escomptés au départ. Au lieu d'un renforcement de l'action collective, on observe une exacerbation des stratégies individuelles, génératrices d’une différenciation accrue entre les agriculteurs. La recherche d'une plus grande autonomie par rapport au réseau collectif, par le biais de la construction de forages individuels, contribue aussi très souvent à accroître les risques environnementaux liés à l'irrigation agricole (surexploitation de la nappe phréatique, utilisation d'une eau de mauvaise qualité, etc.).

68Les défaillances des dispositifs institutionnels de gestion de l’eau remettent non seulement en question la durabilité environnementale de l’agriculture irriguée, mais également sa durabilité sociale. En l'absence d'un système de gestion locale de l'eau assurant un véritable accès des agriculteurs à la ressource, l'irrigation cesse en effet d’être d'un moyen de redistribution sociale et tend à renforcer les différences entre diverses catégories d'agriculteurs. Seuls ceux qui peuvent s’assurer une certaine autonomie dans l’approvisionnement en eau trouvent dans l’irrigation un moyen de développer leurs exploitations. À l’inverse, les agriculteurs les moins dotés sont placés dans des situations de dépendance accrue et dans des positions plus défavorables face aux risques de pénurie et de contamination de la ressource en eau.

69À Belksiri, la reconfiguration des bases sociale et institutionnelle de la gestion de l’eau s’accompagne également d’un repositionnement des acteurs dans les systèmes de pouvoir et de décision et modifie la perception qu’ont ces derniers de la justice sociale. Dérégulation et libéralisation remettent en cause le modèle qui a présidé antérieurement au développement de l’agriculture irriguée. La réforme des dispositifs de gestion de l’irrigation a désorganisé le système de distribution de l’eau sans le remplacer par un système plus adapté. Aujourd’hui, seuls les agriculteurs disposant de superficies importantes et continuant à pratiquer les cultures prioritaires (canne, betterave, agrumes) ont un accès garanti à l’eau.

70Le désengagement de l’Etat (libéralisation des assolements et des circuits de commercialisation) a profondément modifié le rapport des agriculteurs au marché, les plaçant en relation directe avec les usines de transformation qui imposent leur prix et leurs normes de qualité. Dans ces conditions, une grande majorité des agriculteurs de Belksiri réclament le retour à l’ancien système, considéré comme plus protecteur et comme comportant moins de risques.

  • 10  Défini comme le rapport entre la superficie effectivement irriguée et la superficie irrigable.

71Dans les deux terrains étudiés, le «nouveau » système de gestion de l’eau donne lieu à une situation paradoxale, caractérisée, d’une part par la difficulté de certaines catégories d’agriculteurs à accéder à l’eau en quantité suffisante, d’autre part par une sous-exploitation des ressources hydriques, comme l’atteste le taux d’intensification10 des périmètres irrigués qui reste largement inférieur à l’optimum requis. Cette donnée illustre la complexité des problèmes qui caractérisent la situation actuelle du secteur et montre qu’ils sont loin de se réduire à des questions techniques ou de pénurie de la ressource. Elle met en particulier l’accent sur la multiplicité des facteurs qui contribuent à la crise hydraulique dans ces deux pays du Maghreb et sur la nécessité d’une meilleure prise en compte de leurs interactions dans la recherche d’un modèle de gestion durable de la ressource en eau.

Haut de page

Bibliographie

BELGHITI M., 2005, Gestion de l'eau d'irrigation au Maroc, Séminaire de promotion du SEMIDE sur l'utilisation des systèmes d'information géographique pour la gestion et la protection des ressources en eau, Rabat (Maroc), 27-28 avril 2005.

BENJELOUN M., 1998, Aspect socio-organisationnel des associations des usagers des eaux agricoles, Hommes, Terre et Eaux, n°101, Revue marocaine des sciences et techniques du développement rural, Edition ANAFID, p. 35-50.

BIED-CHARRENTON M., MAKKAOUI R., PETIT O., REQUIER-DESJARDIN M., 2004, La gouvernance des ressources en eau dans les pays en développement, Cahiers du Centre d'économie et d'éthique pour l'environnement et le développement, n° 04-01, 43 p.

BILLAUD J.-P, GANA A. et al. , 2004, Crise hydraulique et inégalités face au risque : Recherche préliminaire, in CARON P., JAMIN J.-Y, RICHARD A., RUF T. (éds). Coordinations hydrauliques et justices sociales, Actes du séminaire, Cirad Montpellier.

CHERIF, A. KASSAH, A. (éds), 1995, L'eau et l'agriculture irriguée en Tunisie,. Tunis, Fac Lettres Manouba, p. 9-29.

CHRAGA G., CHEMAK F., 2003, Les groupements d'intérêt collectif, un outil stratégique pour une gestion participative de la ressource en eau . Cas des GIC de Mahdia, Cemagref, 12 p.

EL AMRANI M., 2001, Evaluation de l'impact de la diffusion d'une innovation technique agricole sur les systèmes de production et sur la durabilité de l'agriculture. Le cas de la motopompe à eau dans la zone semi-aride de Saïs au Maroc, Thèse d'Etat en sciences Agronomiques et ingénierie biologique, option : Economie et Développement Rural. Faculté Universitaire des Sciences Agronomiques de Gembloux, Belgique, 221 p. 45 tableaux et 17 figures.

ENNABLI M, 1995, L'irrigation en Tunisie, Institut national agronomique de Tunisie (INAT), département GREF, 454 p.

GANA, A., 2005, Tunisie : l'avenir de l'agriculture irriguée, POUR, n°185, p.137-143.

HERZENNI (A)., 2003, Les ORMVA, LES AUEA et la gestion participative de l'irrigation, Hommes, Terre et Eaux. n°124, p. 63-72.

MAMOU A, KASSAH A., 2000, Économie et valorisation de l'eau en Tunisie, Science et changements planétaires/ Sécheresse, Volume 11, n° 4, décembre, p. 249-256.

Ministère de l'Environnement (ME)/DGH, 1997, Etude du secteur de l'eau au Maroc, Rabat, 120 p.

Ministère de l'Environnement (ME)/DGH/DRPE, 2000, Etat de la qualité des ressources en eau au Maroc (1998/1999), Rabat, 153 p.

Ministère de l'Environnement (ME), 2001, Rapport sur l'état de l'environnement au Maroc, Rabat, 144 p.

ONEP, 1999, Synthèse des Plans Directeurs d'Aménagement Intégré des Eaux des Différents Bassins du Royaume, Secteur Eau Potable, Rabat, 73 p.

PERENNES J.-J. 1993, L’eau et les hommes en Maghreb, Paris, Karthala, 646 p. 

République Tunisienne, 2002, Dixième Plan de Développement (2002-2006), Tunis.

YACOUBI SOUSSANE M., 2002, La régulation institutionnelle de la gestion de l'eau d'irrigation au Maroc, Actes de la Conférence Internationale sur les politiques d'irrigation : considérations micro- et macro-économiques. Organisée par l'AMAECO et l'ANAFID à Agadir du 15 au 17 juin, Homme, Terre et Eau, n° 125, mars 2003, p. 22-35.

ZAHAR Y., 2003, Vulnérabilité des ressources en eau de la Tunisie dans la perspective du réchauffement climatique, Communication à la 1ère conférence internationale sur le changement climatique et impacts prévisibles sur le tourisme, Djerba.

Treyer, S., 2001, « La planification stratégique à long terme de l'eau en Tunisie », Tiers Monde, n°166, avril-juin, p. 455-474.

Haut de page

Notes

1  Ce programme de recherche (CNRS-SHS) intitulé « Crises hydrauliques et perceptions du risque environnemental en Méditerranée occidentale » est coordonné par le laboratoire Ladyss du CNRS et associe quatre pays méditerranéens : France, Espagne, Maroc, Tunisie.

2  La population tunisienne qui était de 3,7 millions d'habitants en 1956 avoisine aujourd'hui les 10 millions. Malgré le fléchissement de la natalité, les projections démographiques prévoient une population de 13 millions en 2025.

3  Le taux d'urbanisation de la population tunisienne atteint aujourd’hui 65%, contre 33 % en 1956.

4  La part de l’agriculture dans la consommation des ressources en eau devrait passer de 83% actuellement à 80 % en 2010, celle de l’eau potable de 13 à 16%, enfin celle de l’industrie se stabiliserait à 4% (Mamou 2000).

5  Ministère de l'Environnement (ME) (2001). Rapport sur l'état de l'environnement au Maroc.

6  Loi n°99-43 du 10 mai 1999, relative aux groupements de développement dans le secteur de l’agriculture et de la pêche.

7  Les 9 ORMVA du Maroc sont des établissements publics dotés de la personnalité morale et de l’autonomie financière.

8  Les terres de la réforme agraire sont des terres récupérées après le départ des colons et distribuées par l’Etat à des attributaires dans le cadre de la politique de la réforme agraire au cours des années 1970. Les bénéficiaires des lots distribués (généralement 5 ha) n’ont que le droit d’usage et ne possèdent pas un titre foncier individuel. Ces terres sont inaliénables et soumises à l’indivision. Les terres Habous sont les terres léguées à la mosquée par des dons pieux. Les terres collectives appartiennent à des tribus et sont sous la tutelle du ministère de l’intérieur marocain.

9  L’ORMVAG est un établissement public à caractère administratif doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière. Il est chargé de trois missions principales : l ‘aménagement et l’équipement des périmètres d’irrigation, la gestion de la ressources en eau à usage agricole et des réseaux d’irrigation, le développement agricole et l’encadrement des agriculteurs. Ses ressources financières proviennent principalement des redevances d’eau payées par les agriculteurs et des subventions de l’État (subventions d’investissement et/ou subventions d’équilibres du budget de fonctionnement).

10  Défini comme le rapport entre la superficie effectivement irriguée et la superficie irrigable.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Plan de situation de la zone d’étude au Maroc
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1765/img-1.png
Fichier image/png, 15k
Titre Figure 2 : Les périmètres irrigués à Belksiri
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1765/img-2.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure 3 : plan de situation de la zone d’étude en Tunisie
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1765/img-3.png
Fichier image/png, 319k
Titre Figure 4 : Le projet de zone irriguée de Bir M’Cherga
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1765/img-4.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alia Gana et Mohamed El Amrani, « Crise hydraulique au Maghreb : raréfaction de la ressource ou problèmes de gestion ? », Géocarrefour, vol. 81/1 | 2006, 37-50.

Référence électronique

Alia Gana et Mohamed El Amrani, « Crise hydraulique au Maghreb : raréfaction de la ressource ou problèmes de gestion ? », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/1 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2009, consulté le 28 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1765 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1765

Haut de page

Auteurs

Alia Gana

LADYSS/CNRS Université Paris10
E.mail : agana@u-paris10.fr

Mohamed El Amrani

Ecole Nationale d'Agriculture de Meknes
E.mail : elamrani@enameknes.ac.ma

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page