Navigation – Plan du site

Pénurie d’eau et campagnes en crise dans les Beni Saïd (Rif oriental, Maroc)

Water shortage and rural areas in crisis in the Beni Said (Eastern Rif, Morocco)
Evelyne Gauché
p. 51-60

Résumés

L'article vise à appréhender la pénurie d’eau et ses conséquences économiques, sociales et environnementales dans les campagnes des Beni Saïd, Rif oriental marocain. De climat semi-aride et dotée naturellement de faibles ressources en eau, la région est touchée par une sécheresse sévère depuis le début des années 1980. Les conséquences en sont dramatiques, non seulement sur le système agropastoral, mais aussi sur le milieu. La pénurie d’eau est ainsi devenue un facteur fondamental de la crise économique et sociale qui touche la région et qui conduit la population à l’exode rural et à l’émigration. Face à cette situation et à la nécessaire mise en œuvre d’un développement durable, la préservation des ressources en eau s’impose, mais elle s’avère extrêmement difficile, car au cercle vicieux de leur dégradation répond le cercle vicieux de leur gestion.

Haut de page

Texte intégral

1Les campagnes des Beni Saïd (Gauché, 2002) sont une région peu connue et peu parcourue du Nord-Est marocain. Situées dans le Rif oriental (Barathon, 1989 ; El Abbassi, 1999), en bordure de la Méditerranée (fig. 1), de climat méditerranéen semi-aride, ces campagnes, qui appartiennent à la chaîne rifaine, constituent un territoire en grande partie montagnard, doté d’un avant-pays composé de piémonts, de plaines et de plateaux.

  • 1  En sec.

2Sur les piémonts nord et sud du massif se situent deux centres ruraux, Iahyatene (600 habitants) et, le principal, Dar Kebdani (3 500 habitants), sièges de deux des quatre communes rurales qui constituent administrativement le territoire. Par sa situation périphérique à l’écart des grandes voies de communication, son enclavement dû à des reliefs difficilement pénétrables, et une économie fondée sur un système agropastoral traditionnel peu productif adapté à un milieu aux faibles ressources (céréales et arboriculture bour1 associées à une petite irrigation gravitaire et à un petit élevage ovin et caprin), il s’agit d’un territoire véritablement marginal. Cependant, ce territoire peu étendu (800 km²) et d’une population de 33 000 habitants, subit actuellement des transformations rapides qui se manifestent notamment par une véritable hémorragie démographique, signe d’une crise profonde de l’économie et de la société qui touche ces campagnes depuis le début des années 1980.

3Dans ce contexte socio-économique, et dans un milieu naturellement doté de faibles ressources en eau (Troin, 1967), la région est touchée, depuis le début des années 1970 et surtout 1980, par une sécheresse sévère provoquant une situation de pénurie d’eau. Nous allons donc nous interroger, dans la présente contribution, sur le rôle de la pénurie d’eau dans la crise des campagnes des Beni Saïd. Ses conséquences, qui se combinent aux facteurs socio-économiques, sont en effet dramatiques, non seulement sur le système agro-pastoral, mais aussi sur le milieu, qui connaît une véritable crise environnementale. Face à cette situation de crise généralisée, des actions de développement sont entreprises par les politiques d’aménagement, mais la préservation des ressources en eau dans le cadre de la mise en œuvre d’un développement durable s’avère extrêmement difficile.

Figure 1 : Localisation du territoire des Beni Saïd.

Figure 1 : Localisation du territoire des Beni Saïd.

De faibles ressources en eau menacées par la sécheresse

Un milieu fortement marqué par l’aridité

4Le climat du Rif oriental, à l’abri de la haute chaîne rifaine située plus à l’ouest, appartient à la catégorie des climats méditerranéens semi-arides à hiver tempéré ou chaud (Barathon, 1989 ; Bouslam, 1989). Cependant, les affinités arides des Beni Saïd sont relativement marquées, et la faiblesse et l’irrégularité de la pluviométrie sont les principaux facteurs limitant la mise en valeur de ce milieu qui ne recèle que de très faibles ressources en eau.

Un climat chaud caractérisé par une pluviométrie faible et très irrégulière

5La pluviométrie moyenne annuelle (pour un régime pluviométrique à pluies d’hiver et, secondairement, de printemps) n’est que de 300 mm à Dar Kebdani et à Iahyatene (fig. 1). Elle est un peu plus élevée en montagne : au-dessus de 500 mètres d’altitude, le versant nord du massif reçoit autour de 340 mm par an (Gauché, 2002). Si les précipitations sont faibles dans l’ensemble, elles sont aussi très irrégulières. En effet, l’une des caractéristiques remarquables du climat du Rif oriental est l’occurrence d’années exceptionnellement « humides » (le record fut de 608 mm en 1963) et d’années particulièrement « sèches » (l’année la moins pluvieuse fut 1984 avec 118,4 mm), ces dernières pouvant se répéter pendant plusieurs années successives (Barathon, 1989). À la faiblesse générale et à l’irrégularité des précipitations s’ajoutent des températures élevées, qui font du climat des Beni Saïd un climat chaud et sec : les températures moyennes annuelles se situent autour de 17° ; les hivers sont doux (11° en janvier) et les étés chauds (24° en juillet). Ainsi, la chaleur des températures entretient une forte évaporation qui participe, avec la faiblesse des précipitations, à la création de conditions climatiques fortement marquées par l’aridité.

6La conjonction de la faiblesse des précipitations et de ces températures élevées fait du climat des Beni Saïd un climat à sécheresse atmosphérique quasi constante. C’est ce que met en évidence l’utilisation de l’indice P < 4 T de P. Birot qui, notamment en domaine méditerranéen, s’avère être un bon indicateur de la sécheresse atmosphérique (Lambert, 1996 ; Vigneau, 1996). Dans les Beni Saïd, celle-ci est permanente puisqu’elle dure 12 mois (Gauché, 2002). Cette constance de la sécheresse atmosphérique s’exprime également par le bilan climatique, résultat de la différence P–ETP (évapotranspiration potentielle), qui est de –1054 mm sur l’année, et négatif pour tous les mois (Driouch, DPA, 1999), ou encore par le quotient pluvio-évapo-transpiratoire de l’UNESCO (1979), exprimé par le rapport P/ETP, les deux situant les stations de Dar Kebdani et de Kandoussi dans le semi-aride inférieur, et même dans l’aride supérieur si l’on retient les seuils définis ultérieurement par Le Houérou (1989) pour l’Afrique du nord (tabl.1).

Tableau 1 : Les valeurs du coefficient pluvio-évapo-transpiratoire P/ETP pour les stations de Dar Kebdani et Kandoussi, et les seuils de référence retenus

P

(mm)

ETP Driouch

(mm)

P / ETP

Dar Kebdani *

296,0

1 348,6

0,219

Kandoussi**

289,0

1 348,6

0,214

* période 1948-1972 / 1984-2001 (DPA, Nador)

** période 1933-1963 (P. Carlier, in Barathon, 1989).

UNESCO

(1979)

Le Houérou

(1989)

Subhumide

> 0,5

> 0,45

Semi-aride

0,20 à 0,5

0,28 à 0,45

Aride

0,03 à 0,20

0,065 à 0,28

Hyper-aride

0,03

0,065

7Ces caractères arides relativement marqués s’inscrivent dans l’espace par la rareté de l’eau dans le milieu.

Un milieu doté de faibles ressources en eau

8Le bilan climatique toujours déficitaire ne permet pas la constitution de réserves hydriques dans les sols, comme l’atteste la longueur de la sécheresse pédologique exprimée par l’indice P < 3 T (Lambert, 1996 ; Vigneau, 1996). Celle-ci dure en effet 9 mois, de mars à novembre (Gauché, 2002). Si l’eau est peu présente dans les sols, les nappes phréatiques constituent également des réserves de faible capacité : quelques sources en montagne et sur les piémonts et, dans les plaines et les plateaux, quelques nappes phréatiques de faible extension, développées dans les formations alluviales en relation avec les principaux oueds, autour desquels elles s’étendent sur quelques dizaines de mètres seulement. La seule nappe d’importance est la nappe d’inféroflux du Kert, cours d’eau le plus important du Rif oriental, qui s’étend sur moins d’1 km à partir du talweg (Service Géologique du Maroc, 1971). De plus, le niveau piézométrique de ces nappes est assez profond, puisqu’il se trouve entre 5 et 90 mètres (Gauché, 2002 ; 2003) et elles sont fréquemment salées ou saumâtres. Les ressources phréatiques des Beni Saïd sont donc non seulement peu importantes et très inégalement réparties, mais aussi d’utilisation difficile.

9Il en est de même pour les ressources en eau superficielle, compte tenu de la rareté et de la brutalité des écoulements (Gauché, 2006). Seul le Kert possède un écoulement pérenne. Son module est cependant très faible : 0,85 m3/s à Driouch pour la période 1969-1985 (Direction Régionale de l’Hydraulique, Oujda). Par ailleurs, son régime est très irrégulier : l’essentiel de l’écoulement annuel est le fait de quelques crues, dont les débits instantanés records peuvent dépasser 200 m3/s (SGM, 1971), et dont les étiages sont très marqués (0,01 m3/s).

10Le milieu est marqué par l’aridité et doté de faibles ressources en eau. Or, le contexte climatique actuel est de plus en plus contraignant, qui voit se succéder les années sèches durant des périodes de plus en plus longues.

L’évolution du régime pluviométrique : une crise climatique récente

11D’après les données disponibles pour la station de Dar Kebdani, de 1948 à 2001, l’évolution des précipitations est caractérisée par une forte tendance à la diminution (Gauché, 2002). Celle-ci est générale au niveau du Maroc (Fay, 2000), mais particulièrement accrue dans le Rif oriental (Laouina, 1998). Elle apparaît clairement à travers l’évolution inter-annuelle de la pluviométrie : non seulement l’abondance des précipitations diminue sensiblement à partir du début des années 1970, mais il en va de même pour la fréquence des années exceptionnellement pluvieuses au profit des années exceptionnellement peu pluvieuses (fig. 2).

Figure 2 - Evolution de la pluviométrie de 1948 à 2001

Figure 2 - Evolution de la pluviométrie de 1948 à 2001

12À l’échelle saisonnière, cette diminution de la pluviométrie touche essentiellement les pluies d’hiver et de printemps (Gauché, 2002). Cette évolution s’est traduite par un allongement de la saison sèche : selon le rapport de Gaussen P < 2T, qui correspond au niveau de sécheresse le plus accusé (Vigneau, 1996), la saison sèche passe d’une durée de 7 mois, de mai à novembre, avant 1977, à 8 mois, d’avril à novembre, après 1977 (Gauché, 2002). Cet allongement de la saison sèche révèle une augmentation du degré d’aridité du climat ; c’est ce que met en évidence l’évolution du rapport P/ETP calculé pour différentes périodes pour la station de Dar Kebdani (tabl. 2). Selon les seuils retenus par l’UNESCO (1979), de supérieur à 0,2 avant les années 1970, donc situé en domaine semi-aride, il devient très proche de 0,2 dans les années 1970, puis inférieur à 0,2 dans les années 1980 et 1990. Du semi-aride inférieur, la station passe donc dans le domaine aride supérieur.

Tableau 2 - Evolution du rapport P / ETP pour la station de Dar Kebdani (pour ETP = 1348,6 mm).

Période

P (mm)

P/ETP

 1933-1963 *

352,0

0,26

1948/49-1959/60 **

337,4

0,25

1960/61-1969/70 **

362,8

0,27

1970/71-1979/80 **

280,6

0,21

1980/81-1989/90 **

248,8

0,18

1990/91-2000/01 **

247,1

0,18

** DPA, Nador

13Ainsi, la sécheresse actuelle est non pas une succession d’années sèches comme le climat du Rif oriental en connaît de façon récurrente, mais bien le résultat d’une évolution qui se marque par une tendance nette à la diminution des précipitations. Cette dernière, qui se manifeste depuis le début des années 1970, s’est aggravée dans les années 1980 et est devenue particulièrement accusée durant les années 1990-2000. Plus qu’une simple sécheresse, il s’agit donc plutôt d’une véritable crise climatique qui s’est traduite par une aridification du milieu et qui joue inévitablement un rôle important dans la crise actuelle.

Le rôle de la pénurie d’eau dans la crise des campagnes des Beni Saïd

14La crise des Beni Saïd est non seulement le fait du manque d’eau, mais également des évolutions socio-économiques qui ont eu lieu depuis le début des années 1960 et qui se sont traduites, au début des années 1980, par une inversion de la tendance démographique.

Une évolution démographique récente, reflet des évolutions climatiques, sociales et économiques

15La combinaison des évolutions climatiques, démographiques, sociales et économiques a été à l’origine de mutations importantes de l’activité agropastorale et de la dynamique du milieu.

Les années 1960 : surpeuplement et pression maximale sur le milieu

16Après une croissance modérée de la population pendant la période coloniale (1912-1956) (Gauché, 2005), les années 1960, sous l’effet de la forte augmentation des densités qui fit suite à l’Indépendance furent une phase de pression maximale sur le milieu (la population passa de 30 000 habitants en 1960 à 40 000 en 1971, soit 91 hab/km²). Ce fort accroissement démographique s’effectua dans un contexte favorable. En effet, les années 1960 furent, d’une part, une période de prospérité sur le plan agricole, grâce à une série d’années particulièrement pluvieuses, d’autre part la population commença à bénéficier de revenus issus d’une émigration temporaire individuelle masculine vers l’Europe (Bossard, 1978 ; Guitouni, 1994), ces revenus étant alors entièrement investis dans le village d’origine et l’agriculture.

17Cette forte croissance démographique fut ainsi à l’origine d’une transformation importante des paysages agraires et de l’utilisation du sol (fig. 3 A et B). Elle entraîna en effet le développement de l’habitat dispersé, mais surtout une extension importante des superficies cultivées (fig. 3B). Tandis que le tracteur faisait son apparition dans les plaines, aux dépens de la fragilité des sols, en montagne les défrichements gagnaient les terres marginales les plus pentues et les plus fragiles (alors occupées par un matorral très dégradé depuis les défrichements de la forêt effectués pendant la période coloniale, fig. 3A), qui furent aménagées par diverses pratiques anti-érosives. Par ailleurs, corrélativement à l’extension maximale des terres cultivées, les parcours se sont trouvés réduits au minimum dans un contexte d’accroissement de la charge en bétail permise par les bons résultats de l’agriculture.

18Ainsi, les années 1960, période faste pour le système agro-pastoral et la société paysanne des Beni Saïd, furent aussi une période de surexploitation et de fragilisation du milieu, créant ainsi un potentiel de dégradation prêt à se libérer au moindre relâchement du contrôle exercé par l’homme. Or, dès le début des années 1970 se firent ressentir des signes présageant une inversion de tendance.

Figure 3 : Évolution de l’organisation de l’espace des Beni Saïd

Figure 3 : Évolution de l’organisation de l’espace des Beni Saïd

Les années 1970 : une période transitoire

19En effet, de 1971 à 1982, la croissance de la population continue, mais elle ralentit fortement. Certains villages commencent à perdre de la population, notamment ceux du massif montagneux, les plus enclavés et les plus défavorisés. En revanche, la croissance de la population des centres ruraux s’amorce, sous l’effet de l’arrivée de populations des reliefs environnants (fig. 3B). Ce ralentissement de la croissance démographique et les changements naissants dans la répartition de la population sont dus à plusieurs facteurs : d’une part, l’amorce d’une tendance à la diminution des précipitations et le tarissement des sources de l’avant-pays commencent à mettre l’activité agro-pastorale en difficulté ; d’autre part, l’émigration vers l’Europe, jusque-là temporaire et individuelle, devient familiale et définitive (Guitouni, 1994). Si les transferts d’argent se poursuivent, les investissements sont de moins en moins tournés vers l’agriculture. Ils commencent au contraire à s’orienter vers des biens de consommation (notamment les automobiles) et l’amélioration du niveau de vie, la prise de conscience du décalage avec la société occidentale faisant naître de nouvelles aspirations (études, emploi, confort, équipements, services…).

20Les années 1970 furent ainsi une période de transition, annonçant une inversion de la tendance démographique, et par là même un basculement de l’équilibre du système anthropisé fondé sur le maintien de fortes densités.

Hémorragie démographique depuis le début des années 1980

21À partir du début des années 1980, les Beni Saïd passent d’une situation de surpeuplement et de surexploitation du milieu, dans le cadre d’une société paysanne, à une situation de dépeuplement dans un contexte de crise économique et de malaise social (Gauché, 2003). En effet, le bilan démographique global devient négatif : la population a ainsi diminué de 30 % entre 1982 et 2001. Les déséquilibres dans la répartition de la population s’accusent, des secteurs dépeuplés, notamment les plus enclavés, s’opposant désormais à des foyers très peuplés (fig. 3 C).Par ailleurs, l’économie est en grande partie dépendante de l’extérieur : remises des émigrés et activités illicites (contrebande, trafic du kif produit dans le Rif central), tandis que le chômage touche 38 % de la population. L’hémorragie démographique globale et la tendance à la concentration de la population dans l’espace sont ainsi une réponse à la faillite du système agro-pastoral sous l’effet de la sécheresse persistante et, dans un contexte de crise économique globale, à l’évolution des mentalités sous l’effet des retombées sociales de l’émigration vers l’Europe. D’une part, la tendance à la diminution des précipitations s’affirme. D’autre part, sous l’influence du contact avec les émigrés, de la radio et de la télévision, la société supporte de moins en moins ses conditions de vie actuelles. Ainsi, lorsqu’elle n’émigre pas, la population vient se concentrer dans ou à proximité des centres ruraux, le long de la route goudronnée, ou dans des secteurs de l’avant-pays dotés de nappes phréatiques exploitables (fig. 3 C).

22La conjonction de l’évolution climatique avec les évolutions démographiques, sociales et économiques a ainsi eu des conséquences dramatiques sur le système agro-pastoral et la dynamique du milieu, ainsi que l’exprime la figure 4.

Figure 4 : Le cercle vicieux qui caractérise la crise des campagnes des Beni Saïd

Figure 4 : Le cercle vicieux qui caractérise la crise des campagnes des Beni Saïd

Crise du système agropastoral

Dégradation des bilans hydriques et crise de l’agriculture bour et de l’élevage

23Sur le plan de l’agriculture bour, les changements affectant le régime pluviométrique ont entraîné une augmentation du déficit hydrique des sols et une modification du calendrier des travaux du sol, car la période favorable à la croissance des céréales est de plus en plus courte (retard des semis, avancée des moissons). Les mauvaises récoltes sont ainsi de plus en plus fréquentes et les revenus des paysans diminuent. Ainsi, la faible rentabilité de l’agriculture se conjugue à l’évolution des mentalités pour provoquer un désintérêt grandissant de la société, et surtout des jeunes générations actuelles, vis-à-vis de l’activité agricole, et pour encourager l’hémorragie démographique qui touche la région. Il en résulte ainsi un manque de main-d’œuvre important dans l’agriculture. Cette situation débouche sur un accroissement des superficies en jachère et en friche, donc sur une rétraction considérable de l’espace cultivé (fig. 3 C) et une réduction des productions. Par ailleurs, sur les terres qui restent cultivées, le manque de main-d’œuvre, conjugué à la pénurie d’eau, entraîne une dégradation des pratiques culturales. On observe en effet une diminution du soin porté aux cultures et au travail de la terre, et surtout une mécanisation croissante des travaux agricoles (labours au tracteur, battage à la batteuse) partout où les terroirs le permettent. Il en résulte une augmentation des coûts de production dans un contexte d’agriculture de moins en moins productive.

24Dans les parcours, essentiellement constitués par les terres en friche, l’augmentation du déficit hydrique des sols est à l’origine d’une mauvaise reconstitution du tapis herbacé saisonnier. Il en résulte non seulement une difficulté pour nourrir les troupeaux, mais aussi une réduction du seuil de charge en bétail que peuvent supporter les parcours. Or, en raison des mauvais résultats de l’agriculture, les stocks de paille diminuent, de même que les revenus des paysans qui ont d’autant moins les moyens d’acheter des compléments alimentaires pour nourrir leur bétail. Ils envoient donc d’autant plus les troupeaux pâturer dans les parcours. Ainsi, malgré l’extension croissante des friches et la diminution des effectifs de bétail en relation avec le manque de végétation, les mauvaises récoltes successives et l’émigration, les parcours se trouvent en état de surpâturage parce que cette charge reste trop forte par rapport à la végétation disponible qui souffre de la sécheresse.

25Si, dans un contexte de crise économique et sociale, la pénurie d’eau compromet très fortement l’agriculture bour et l’élevage, elle met également en difficulté l’agriculture irriguée, qui subit de ce fait d’importantes mutations.

Tarissement des nappes et mutations de l’agriculture irriguée

  • 2  Ses apports moyens annuels à Driouch sont passés de 28 Mm3 dans les années 1970 à 15 Mm3 dans les (...)

26Les systèmes d’irrigation traditionnels, qui fonctionnent par gravité à partir de captages de sources ou de dérivations de l’oued Kert, sont actuellement victimes d’importants dysfonctionnements liés au manque d’eau, et notamment à la diminution des ressources phréatiques et de surface. En effet, dès le milieu des années 1970, les sources de l’avant-pays ont commencé à tarir. Corrélativement, les périmètres d’irrigation liés à ces sources ont cessé de fonctionner, et ils ont été reconvertis en bour ou bien sont devenus des friches. De même, dans les réseaux qui sont restés fonctionnels, l’allongement de la durée des tours d’eau témoigne de la diminution du débit des sources ainsi que de l’oued Kert2, ce qui a entraîné une réduction de l’intensivité des cultures : diminution du nombre de rotations dans l’année, augmentation des surfaces en jachère et du temps de jachère, appauvrissement des systèmes de culture.

27Devant le fonctionnement de plus en plus aléatoire des systèmes d’irrigation traditionnels, dans de nombreux cas, le relais a été pris par le système d’irrigation moderne afin de pallier l’insuffisance de l’alimentation en eau des seguias. Apparus dans les années 1970 sous l’impulsion des revenus de l’émigration vers l’Europe, les puits se multiplient depuis les années 1980 et surtout depuis le début des années 1990. Ainsi, non seulement un certain individualisme tend à se développer à l’intérieur des systèmes d’irrigation collectifs traditionnels, mais cette situation devient source de tensions. En effet, les puits entraînent l’abaissement des nappes, ce qui nuît corrélativement au débit des sources et désavantage les propriétaires qui n’ont pas de puits. Par ailleurs, face à la multiplication des puits, à la persistance de la sécheresse et à la baisse du niveau des nappes phréatiques, le système ne peut être durable. L’évolution est ainsi, généralement, la suivante : utilisation complémentaire des sources et des puits, tarissement complet des sources, relais pris par les puits, tarissement des puits, reconversion des parcelles en bour, arrêt des cultures bour mais conservation des arbres fruitiers, mort progressive des arbres fruitiers et abandon des terres.

28Parallèlement, tandis que l’irrigation traditionnelle est de plus en plus en difficulté et relayée par le système moderne, dans l’avant-pays les puits se développent également en dehors des systèmes d’irrigation préexistants, dans des secteurs dotés de nappes phréatiques mais où l’irrigation n’existait pas. Ainsi sont apparus, à partir du début des années 1980 et surtout des années 1990, sur les piémonts puis sur les bas plateaux, et même sur le littoral au nord-ouest du massif, de petits périmètres d’irrigation modernes, individuels, essentiellement consacrés à l’arboriculture (oliviers et grenadiers), souvent commerciale, et aux cultures fourragères (luzerne). Il en résulte que, dans l’avant-pays, la présence de nappes phréatiques exploitables par le système d’irrigation moderne, seul moyen désormais d’obtenir une agriculture véritablement productive, devient un facteur d’attractivité de la population, et de nouvelles maisons se construisent en relation avec la création des puits, qui se multiplient de façon anarchique.

29Ainsi, la diminution des précipitations a enclenché un processus d’abaissement des nappes, qui atteint parfois une trentaine de mètres depuis les années 1980, et corrélativement des sources qui leur sont liées. L’apparition des puits, fruit des revenus de l’émigration vers l’Europe, fut le premier révélateur visuel de l’aridification du climat et du milieu. Ce processus s’est effectué selon une progression spatiale allant des milieux les plus arides, touchés dès les années 1970, vers les milieux les plus humides, atteints dans les années 1990, c’est-à-dire des basses terres vers la montagne, entraînant corrélativement les mutations des systèmes d’irrigation traditionnels. Dans le même temps, l’agriculture irriguée par motopompes part à la conquête des basses terres, c’est-à-dire des secteurs les plus secs, où elle gagne du terrain sur les espaces de l’agriculture bour et des parcours. Le problème évolue ainsi en cercle vicieux : plus la durée et l’intensité de la sécheresse s’accentuent, plus le nombre de puits augmente pour tenter de parer ses effets. Ainsi, 70 % des puits creusés et équipés en motopompes l’ont été entre 1990 et 2003. Paradoxalement, on observe une intensification de l’agriculture dans un contexte de diminution de la pluviométrie et, alors que la population diminue, la pression sur les ressources en eau augmente.

30Si la pénurie d’eau, dans le contexte social et économique actuel, compromet très fortement le fonctionnement du système agropastoral, elle se conjugue aussi à la dégradation de ce dernier pour provoquer une crise environnementale.

Crise environnementale

31En effet, d’une part, la dégradation des pratiques culturales sur les terres cultivées augmente la sensibilité des sols au ruissellement (Gauché, 2005) ; d’autre part, sur les terres en friche, la sécheresse persistante se conjugue à la fragilité des sols et au pâturage par le bétail pour empêcher la reconquête des parcelles par la végétation après l’arrêt du travail de la terre. Sur ces parcelles où plus aucun travail du sol ne vient désormais contrarier l’action du ruissellement, et où les ouvrages anti-érosifs traditionnels (cordons de pierres sèches, talus de terre, rideaux de végétation) ne sont plus entretenus, la dynamique érosive l’emporte sur la dynamique biologique. Les versants en friche sont donc caractérisés par une dynamique de dégradation le plus souvent irréversible. Il en résulte que le milieu est caractérisé par un fonctionnement paradoxal où les superficies dégradées par l’érosion hydrique (décapage, ravinement) augmentent dans un contexte de diminution de la pluviométrie. Or, l’exacerbation de la dynamique érosive accentue la dégradation des bilans hydriques (remplissage des sols et des nappes) dans les bassins versants, ce qui contribue à aggraver encore la pénurie d’eau.

32La pénurie d’eau combinée aux évolutions socio-économiques récentes a ainsi provoqué une dégradation du système agropastoral, l’ensemble étant à l’origine d’une crise environnementale, cette dernière aggravant à son tour la pénurie d’eau et la crise du système agropastoral. La région se trouve donc enfermée dans un véritable cercle vicieux (fig. 4). Dans ces conditions, comment la pénurie d’eau est-elle gérée par les politiques de développement, et ces politiques réussissent-elles à mettre en œuvre un développement durable, fondé sur la protection et l’utilisation rationnelle des ressources ?

La pénurie d’eau : une gestion difficile et un frein au développement

33Face à la situation de crise de ces campagnes, les grands axes de la politique de l’Etat en matière de développement s’orientent vers trois objectifs : intensifier l’agriculture, lutter contre l’érosion des sols et fixer la population rurale par le développement des équipements. Mais la faiblesse des ressources en eau est la principale contrainte à la mise en œuvre de ces objectifs, en même temps que les actions entreprises contribuent plus à la surexploitation des ressources en eau qu’à leur gestion rationnelle.

La difficile intensification du système agropastoral

34L’intensification du système agropastoral passe notamment par la vulgarisation agricole (emploi d’intrants et de pesticides, variétés et races améliorées, labours de qualité, épierrage des terres, plantation d’arbres fruitiers…). Mais elle se trouve confrontée à de nombreuses difficultés, et notamment au manque de réceptivité et de motivation des populations en raison du manque d’eau. Les seules opérations connaissant un véritable succès en matière d’intensification agricole sont le creusement de puits, qui bénéficie de primes à l’investissement, et l’encouragement de l’arboriculture, en bour comme en irrigué, au moyen de la subvention des plants d’arbres fruitiers (oliviers, amandiers, caroubiers) et de primes à l’investissement pour la réalisation de plantations. Mais ces mesures, qui permettent certes d’augmenter les productions agricoles, entraînent inévitablement une augmentation de la pression sur les ressources en eau par la multiplication des motopompes, ainsi que, pour ceux qui ne possèdent pas de puits, par l’achat de citernes d’eau aux propriétaires de puits, livrées par camions et nécessaires à l’arrosage des nouvelles plantations.

35En dehors de la vulgarisation, l’autre volet de la politique de développement de l’agriculture et de l’élevage menée par l’Etat consiste en la réalisation d’aménagements hydro-agricoles. Ils ont pour but l’optimisation de la gestion de l’eau d’irrigation et l’alimentation du bétail et des populations. Cependant, leur réussite n’est que toute relative, en raison de difficultés d’ordre environnemental et social. En effet, à cause de la fragilité du milieu, les aménagements réalisés, et notamment les barrages collinaires, sont exposés à un risque de comblement rapide à cause de la vigueur de la dynamique érosive, ou à la dégradation sous l’effet de la brutalité des crues, ce qui entraîne une réduction de leurs possibilités de stockage de l’eau. Par ailleurs, les projets de développement des périmètres irrigués, en particulier dans la vallée du Kert, se trouvent confrontés à des oppositions virulentes de la part des populations, liées à des conflits entre les propriétaires d’amont et d’aval, ou de rive gauche et de rive droite à propos du partage de l’eau, ce qui bloque la mise en œuvre des actions. Cependant, le principal problème rencontré par les aménagements hydro-agricoles est moins celui de leur réalisation que celui de leur suivi et de leur entretien par les populations, une fois ceux-ci effectués. En effet, les populations manifestent une déresponsabilisation marquée vis-à-vis des aménagements réalisés par l’Etat, considérant que leur entretien doit rester du ressort de celui-ci. Il en résulte que les réseaux d’irrigation traditionnels fonctionnent rarement d’une manière optimale, et que des aménagements qui auraient pu donner aux populations une meilleure accessibilité à l’eau restent bien souvent hors d’usage et inutiles.

36Si la pénurie d’eau est climatique et agricole, elle est donc aussi sociale, puisque les mentalités des populations sont un frein considérable au succès des projets ou des aménagements visant à y faire face. Des difficultés du même ordre se retrouvent sur le plan de la lutte anti-érosive.

Les difficultés de la lutte anti-érosive

  • 3  Les banquettes sont des éléments de replats de 4 mètres de long et 2 mètres de large, délimités pa (...)

37Le manque d’eau ainsi que l’opposition des populations, comme dans l’ensemble du Maghreb (Kouti et Taabni, 1993; Aubert, 1986 ; Heush, 1986 ; Maurer, 1991 et 1992 ; Laouina, 1993 ; El Harradji, 1997), sont les principales causes d’échec des projets de lutte anti-érosive, que ce soit en matière de reboisements effectués par les Eaux et Forêts, ou de plantations fruitières sur banquettes mises en place par les Services agricoles3.

  • 4  Toutes les terres sont en effet de statut melk, c’est à dire privées.

38En effet, dans le contexte actuel de sécheresse, la lutte anti-érosive à base végétale, destinée à la conservation de l’eau et des sols sur les versants et nécessaire à la protection des aménagements hydro-agricoles, implique une augmentation de la pression sur les ressources en eau, par l’achat de citernes nécessaires à la survie des plants. Par ailleurs, la mise en défens des terres les premières années de la plantation occasionne une réduction des surfaces de parcours, déjà insuffisants dans le contexte actuel de sécheresse, ce qui suscite l’opposition des paysans, en plus du sentiment de méfiance qui les anime vis-à-visde l’Etat dont ils craignent qu’il ne s’approprieleur terre4. Cela se traduit dans les faits par le non respect de la mise en défens, une irrigation volontairement insuffisante des plants et le non-entretien des banquettes, dans lesquelles se créent alors des brèches lors des pluies, ce qui favorise finalement l’érosion des terres.

39Ainsi, les tentatives d’intervention en matière de lutte anti-érosive se soldent très fréquemment par des échecs, non seulement en raison de la pénurie d’eau, mais aussi à cause d’obstacles sociaux qui, malgré les besoins croissants de la population, sont un frein considérable à l’amélioration de la gestion des ressources. La situation est encore aggravée par la forte pression exercée sur les nappes phréatiques pour l’alimentation des populations en eau potable.

Le problème de l’alimentation des populations en eau potable

40Face à la croissance des centres ruraux, les besoins en eau ont fortement augmenté durant les deux dernières décennies, pendant que, dans le même temps, les ressources se raréfiaient sous l’effet de la sécheresse. Or, des forages à fort débit ont été réalisés dans les nappes de l’avant-pays pour alimenter ces centres en eau courante : ainsi, Dar Kebdani, qui n’avait que 74 habitants en 1971, en compte aujourd’hui autour de 3 500 (Gauché, 2002). Par ailleurs, en dehors de la pression exercée sur les nappes phréatiques pour l’alimentation des centres ruraux, des transferts d’eau sont réalisés à l’intérieur du territoire au moyen de camions-citernes privés, qui s’approvisionnent en eau dans les puits de l’avant-pays équipés en motopompes, et qui la distribuent aux villages de l’ensemble du territoire accessibles par une piste carrossable. Les forages communaux, comme la vente de l’eau aux camions-citernes par les propriétaires de puits ou les communes, font ainsi fortement concurrence à l’agriculture irriguée et accentuent encore la surexploitation et le rabattement des nappes phréatiques. Par conséquent, dans un contexte de déclin démographique, la concentration de la population dans l’espace et l’augmentation des besoins à la suite de l’évolution des modes de vie et des mentalités, aggrave la surexploitation des ressources en eau et corrélativement la pénurie.

Conclusion : la gestion de l’eau dans les Beni Saïd, mission impossible ?

41La faiblesse des ressources en eau constitue donc un facteur extrêmement limitant aux différentes tentatives d’aménagement et de développement de ces campagnes. En effet, d’une part, cette situation entraîne une grande concurrence pour l’eau, comme c’est d’ailleurs le cas dans la plupart des milieux méditerranéens, semi-arides et arides (Perennes, 1993 ; Mutin, in Troin et al., 1995). D’autre part, tout investissement fondé sur l’usage de ces ressources, notamment phréatiques, présente un fort risque de surexploitation et met donc en péril leur existence même. Or, développer l’agriculture irriguée par pompage est aujourd’hui le seul moyen de compenser le manque d’eau de surface et d’obtenir une agriculture véritablement productive, de même que la satisfaction des besoins en eau de la population et du cheptel est indispensable à la lutte contre l’exode rural, principal facteur de la dégradation des terres en raison de l’arrêt de la mise en cultures qu’il entraîne. Il en résulte que la politique de l’Etat elle-même, par les subventions accordées pour le creusement de puits nécessaires à l’intensification de l’agriculture et par le développement des centres ruraux, encourage nécessairement la surexploitation des ressources en eau. Par ailleurs, les évolutions actuelles du système agro-pastoral et de la société sont en total désaccord avec les possibilités offertes par le milieu, de même qu’avec l’évolution climatique et la pénurie d’eau qui en résultent, et qu’elles contribuent à accentuer. La montagne humide tend ainsi à être délaissée au profit des basses terres, de climat plus aride, parce qu’elles concentrent les routes et les centres ruraux, qui correspondent à la demande actuelle de la société, ce qui implique une augmentation de la pression sur les ressources en eau. Celles-ci se dégradent donc non seulement sous l’effet de la sécheresse persistante, mais aussi sous l’effet d’une gestion non rationnelle.

42Face à ce constat, l’amélioration de la gestion des ressources en eau s’impose, mais elle s’avère extrêmement difficile. Il existe en effet un problème de compatibilité entre la gestion de l’eau d’une part et le développement agricole et des centres ruraux d’autre part, pourtant nécessaires au maintien de la population sur place. Il en résulte que les efforts actuels de développement passent par l’insuffisante prise en compte du risque de dégradation des ressources en eau, ce qui est contraire à la mise en œuvre d’un développement durable.

43« La disponibilité des ressources n’est nullement garantie tant que la dimension écologique restera secondaire ou mal conçue dans l’appréhension des phénomènes de développement » (Laouina, 1998).

Haut de page

Bibliographie

Aubert G., 1986, Réflexions sur l’utilisation de certains types de banquettes de « Défense et Restauration des sols » en Algérie, Cah. Orstom, série Pédol, vol. 22, n° 2, p. 147-151.

Barathon J.-J., 1989,Bassins et littoraux du Rif oriental (Maroc) : Evolution morpho-climatique et tectonique depuis le Néogène supérieur. Thèse de Doctorat d’Etat, Université de Poitiers, 584 p.

Bouslam M., 1989, Recherches sur les ambiances climatiques dans une région méditerranéenne : la Basse Moulouya (Maroc), Thèse 3ème cycle, Toulouse, 416 p.

SERVICE GEOLOGIQUE DU MAROC, 1971,Ressources en Eau du Maroc. Domaines du Rif et du Maroc oriental, Tome 1, Direction des mines et de la géologie, Rabat, 166 p.

El Abbassi H., 1999,Les campagnes du Rif Oriental marocain : géomorphologie, occupation humaine et érosion des sols, Thèse de Doctorat d’État ès Lettres, Université Chouaib Doukkali, El Jadida, 393 p.

El Harradji A., 1997, Aménagement, érosion et désertification sur les Hauts-Plateaux du Maroc oriental,Méditerranée, T.86, n° 1-2, p. 15-23.

Fay G., 2000, Sagesse ancienne, erreurs modernes dans la gestion des eaux de surface au Maroc, BAGF, p. 45-51.

Gauché É., 2002, Les campagnes des Beni Saïd (Rif oriental, Maroc) : l’exemple de la crise d’une montagne et de son avant-pays, Thèse de doctorat, Université Paris X-Nanterre, 2 volumes, 603 p., 1 atlas h-t.

GAUCHE É., 2003,Crise d’un système agropastoral montagnard et recompositions spatiales : le territoire des Beni Saïd (Rif oriental, Maroc), Actes du Colloque Crises et mutations des agricultures de montagne, CERAMAC, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand II, 12 et 13 décembre 2002, p. 73-88.

GAUCHE É., 2005,Les Beni Saïd (Rif oriental, Maroc), un territoire en recomposition et en quête d’aménagement, Mutations des milieux ruraux dans les montagnes du Rif, Groupe de Recherches Géographiques sur le Rif, Tetouan, p. 237-276.

GAUCHÉ, 2006, La crise environnementale des bassins versants des Beni Saïd (Rif oriental, Maroc), Géomorphologie, reliefs, processus, environnement (en cours de publication).

Guitouni A., 1995,Le Nord-Est marocain, Thèse de Doctorat d’État, décembre 1994, Université François Rabelais, Tours, 474 p.

Heusch B., 1986, Cinquante ans de banquettes de D.R.S, C.E.S. en Afrique du Nord : un bilan, Cah. Orstom, série Pédol, vol. 22, n° 2, p. 125-162.

Kouti A., Taabni M., 1993, Stratégie de conservation, mise en œuvre et réaction du milieu et des pays dans l’ouest algérien, BAGF, n° 5, p. 408-422.

Lambert R., 1996, Géographie du cycle de l’eau, Toulouse, PUM, 439 p.

Laouina A., 1993, Expériences de développement de la montagne rifaine, essai d’évaluation, Travaux du laboratoire de géomorphologie de l’Université Mohammed V, Rabat, n°2.

LAOUINA A., 1998, L’environnement des montagnes du Nord : atouts, contraintes et processus de dégradation, Le développement du Maroc Septentrional, Points de Vue de Géographes, Nahost und Nordafrika, p. 15-59.

Le Houérou H.N., 1989, Classification éco-climatique des zones arides de l’Afrique du Nord, Ecologia Mediterranea, n°15, p.  44-89.

Martinez-Fernandez J, 1996, Disponibilité en eau dans les sols du Sud-Est semi-aride espagnol, Erosion, désertification et aménagement du territoire dans les milieux semi-arides méditerranéens, Cours de séminaire à Murcie, Med-Campus n° 8, Universidad de Murcia, p. 101-121.

Maurer G., 1991, Les dynamiques agraires dans les montagnes rifaines et telliennes au Maghreb, BAGF, n°4, p. 267-279.

Maurer G., 1992, Montagnes et montagnards du Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie), évolution récente du milieu rural, Les cahiers d’Urbama, n°7, p. 22-61.

Perennes J.-J., 1993, L’eau et les hommes au Maghreb, contribution à une politique de l’eau en Méditerranée, Paris, Karthala, 641 p.

Troin J.-F, 1967, Le Nord-Est du Maroc, Revue de Géographie du Maroc, n° 12, p. 5-41.

Troin J.-F,. et al., 1995, Maghreb Moyen-Orient, mutations, Dossier des Images Economiques du Monde, Paris, SEDES, 348 p.

Unesco., 1979, Carte de répartition mondiale des zones arides. UNESCO, Note Techn. n°7, MAB, Paris, 55 p., 1 carte coul. 1/25 000 000.

Vigneau J.-P., 1996, L’eau atmosphérique et continentale. Dossiers des Images Economiques du Monde, Paris, SEDES, 192 p.

Haut de page

Notes

1  En sec.

2  Ses apports moyens annuels à Driouch sont passés de 28 Mm3 dans les années 1970 à 15 Mm3 dans les années 1990 (Direction Provinciale de l’Agriculture, Nador)

3  Les banquettes sont des éléments de replats de 4 mètres de long et 2 mètres de large, délimités par un bourrelet à l’aval,et disposés en quinconce selon les courbes de niveau.

4  Toutes les terres sont en effet de statut melk, c’est à dire privées.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation du territoire des Beni Saïd.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1754/img-1.png
Fichier image/png, 59k
Titre Figure 2 - Evolution de la pluviométrie de 1948 à 2001
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1754/img-2.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 3 : Évolution de l’organisation de l’espace des Beni Saïd
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1754/img-3.png
Fichier image/png, 142k
Titre Figure 4 : Le cercle vicieux qui caractérise la crise des campagnes des Beni Saïd
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1754/img-4.png
Fichier image/png, 91k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Evelyne Gauché, « Pénurie d’eau et campagnes en crise dans les Beni Saïd (Rif oriental, Maroc) », Géocarrefour, vol. 81/1 | 2006, 51-60.

Référence électronique

Evelyne Gauché, « Pénurie d’eau et campagnes en crise dans les Beni Saïd (Rif oriental, Maroc) », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/1 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1754 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1754

Haut de page

Auteur

Evelyne Gauché

Dynamiques Environnementales et Paysagères (DEP)
Equipe "Ville, Société, Territoires"
UMR CNRS 6173 CITERES
Université François Rabelais, TOURS.

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page