Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Compte rendu de : Jaglin S., 2005, Services d’eau en Afrique Subsaharienne ; la fragmentation urbaine en question, Paris, CNRS Editions, coll. Espaces &Milieux, 244 p., 20 figures

Franck Scherrer
p. 24

Texte intégral

1L’ouvrage de Sylvy Jaglin condense une double expérience scientifique : celle, comme l’indique le titre, d’une africaniste, et celle d’une universitaire qui, à partir d’une formation à l’espace par la géographie, a investi le champ de l’urbanisme et des politiques urbaines. Le livre témoigne, disons-le d’emblée, d’une réussite remarquable sur ces deux aspects. D’une part, il rend compte de façon synthétique et pédagogique de travaux de recherches personnels menés sur un nombre élevé d’études de cas urbain appartenant à la fois aux sphères anglophones et francophones de l’Afrique (du Cap à Ouagadougou, de Windhoek à Dar-el-Salam…), ce qui est très rare dans la littérature française. D’autre part, il ne se contente pas d’aborder les enjeux du développement urbain africain mais se concentre sur la gouvernance urbaine de ces enjeux. Cet ouvrage pointe avec justesse la suprématie contemporaine des questions de régulation économique, sociale et environnementale des villes africaines (au même titre que dans les villes du Nord d’ailleurs), questions dont l’organisation des services urbains en réseaux (ici l’eau, mais ce pourrait être aussi bien la distribution d’énergie, les transports ou les déchets) est un lieu d’observation privilégié. Certes, l’expertise de ces dimensions de l’action urbaine est bien souvent laissée aux technostructures des bailleurs de fond, et lorsqu’elle est abordée par la littérature académique, elle se réduit bien souvent soit à leur composante socio-anthropologique, soit à leur dimension juridico-normative. Ici, l’examen de la gouvernance urbaine par les services en réseaux se propose d’apporter un cadrage théorique à une question fondamentale : comment les villes africaines « fonctionnent »-elles avec de telles disparités socio-spatiales ?

2L’ouvrage fait alterner de grandes synthèses (toujours bien illustrées d’études de cas) des transformations de la gestion des services urbains de l’eau dans les villes africaines (ch. 1 sur la marchandisation des services d’eau) dans un cadre politico-institutionnel en pleine transformation (ch. 3 sur la décentralisation en Afrique et ses conséquences sur les mécanismes de péréquation ou de régulation horizontaux et verticaux dans le cadre national), et des chapitres centrés sur des questionnements théoriques.

3Le premier cadre théorique mobilisé est celui de « splintering urbanism » développé par Stephen Graham et Simon Marvin en 20011. En deux mots, cette thèse soutient que le modèle universel des services urbains en réseaux après avoir participé de l’intégration sociale dans le développement urbain du XX°, est désormais le vecteur de modèles de régulation qui, en favorisant des stratégies de contournement du « service universel » pour des lieux ou des groupes sociaux favorisés, participent fortement de la fragmentation urbaine. Si la fragmentation de l’espace des villes africaines par les réseaux (ou leur absence) est patente, en particulier le rôle joué par les choix gestionnaires contemporains (délégation au privé, full cost princing..) et les réactions qu’ils suscitent, le modèle théorique mobilisé apparaît finalement peu pertinent tant il suppose l’existence au préalable d’une généralisation du standard universel du « tout réseau », dont Sylvy Jaglin souligne bien qu’il n’a été, dans les sociétés africaines, au mieux qu’un modèle parodique d’action urbaine, et qu’il en surestime très probablement l’effet d’intégration sociale (avant de se transformer en désintégrateur) dans les pays en développement, mais aussi dans l’histoire des pays développés pour lesquels (au premier chef la société nord-américaine) cette théorie a été initialement développée.

4Le second cadre théorique mobilisé, qui est tout simplement celui d’un des « papes » de la territorialisation, Robert Sack2, paraît au final plus percutant. En repartant d’une définition du territoire comme  « le produit d’un processus de délimitation et d’encadrement d’une portion d’espace par une autorité organisée à des fins de contrôle sur les personnes, les ressources, les relations », Sylvy Jaglin observe finement comment des découpages de l’espace urbain justifiés par la neutralité de la technique (de méthodes de distribution d’eau par exemple) ou de choix gestionnaires (décentralisation de l’offre, partage public/privé/communautaire de la distribution…) procèdent, sous couvert d’une adaptation à la variété de la demande, de stratégies de territorialisation du pouvoir urbain pour mieux contrôler et neutraliser (voire naturaliser) l’inéquité socio-spatiale urbaine. L’auteure conclut ainsi que si la fragmentation par les réseaux s’accroît dans les villes africaines, c’est moins en raison des évolutions propres desdits réseaux (obsolescence, insuffisance de financement, etc..) que par l’arbitrage politique entre un minimum d’éléments de solidarité et de redistribution à une échelle englobant les différentes parties de la ville et une « territorialisation » qui s’identifie ici à la faiblesse des articulations institutionnelles et fonctionnelles et à l’inexistence de solidarités tarifaires. La grande vertu de ce livre, parfois trop subtil dans son argumentation, est de replacer, démonstration à l’appui, la question de l’inéquité socio-spatiale des ville africaines, non pas comme une déliquescence phénoménale, mais comme essentiellement dépendante de l’agenda politique d’un gouvernement urbain qui se traduit aussi par l’instrument des réseaux techniques.

Haut de page

Notes

1 GRAHAM, S., MARVIN, S., Splintering Urbanism : Networked Infrastructures, Technilogical Mobilities and the Urban Condition, Londres et Nex York, Routledge, 2001
2 SACK R.D., 1986, Human Territoriality, Cambridge, Cambridge University Press, 256 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Scherrer, « Compte rendu de : Jaglin S., 2005, Services d’eau en Afrique Subsaharienne ; la fragmentation urbaine en question, Paris, CNRS Editions, coll. Espaces &Milieux, 244 p., 20 figures », Géocarrefour, vol. 81/1 | 2006, 24.

Référence électronique

Franck Scherrer, « Compte rendu de : Jaglin S., 2005, Services d’eau en Afrique Subsaharienne ; la fragmentation urbaine en question, Paris, CNRS Editions, coll. Espaces &Milieux, 244 p., 20 figures », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/1 | 2006, mis en ligne le 05 février 2008, consulté le 16 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1729

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page