Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Dictionnaire des mondialisations, Ghorra-Gobin C. (dir.), 2006, Paris, Armand Colin, 398 p.

Pierre-Yves Saunier
p. 327-328

Texte intégral

1Le saviez vous ? Seules les personnes qui dirigent, relisent et font la composition typographique d’un dictionnaire le lisent de A à Z et, au bout du compte, bénéficient de l’apport tous azimuts qui est le résultat de la fabrication d’un ouvrage qui par nature doit balayer le spectre alphabétique et trouver les mots pour dire son thème. Point donc d’ambition exhaustive dans ce compte-rendu.

2Ici, les mots sont au nombre de 170 ; 170 “entrées”, accompagnées de 39 “essais” rédigés par 48 auteurs. C’est là un résumé bien rapide d’années où il a fallu convaincre d’écrire ceux qui pourraient mais qui n’osent pas, ne pas regretter trop longtemps ceux qui voudraient mais ne peuvent pas, composer avec les auteurs réticents à adopter la perspective commune, tenter de parer aux retraits de dernière minute. C’est pour cette raison que cette recension évite délibérément les questions particulières tenant au choix des auteurs et des entrées, ou au contenu de ces dernières : l’aspect comminatoire de tels commentaires est dérisoire.

3Repartons donc des nombres. D’abord, un zéro décerné à l’élève Armand Colin. “Peut mieux faire” serait un euphémisme trop doux lorsque l’appareil d’annexes est réduit à une douteuse liste d’acronymes et un risible lexique anglais-français des entrées (où l’on apprend que “communism” correspond à “communisme” et “gang” à “gang”), pendant que le lecteur hurle à la mort en cherchant l’index analytique. L’existence de ce dernier est, pour tout dictionnaire thématique, la condition d’un usage efficace : en son absence, ce volume trahit ses auteurs et les lecteurs. J’espère que les uns et les autres s’en sont plaint, et je le fais ici pour ma part.

4Mais venons en aux chiffres plus fondamentaux1. Le contenu d’abord : un ouvrage ramassé, avec 170 “entrées” et 39 “essais”. Les premières sont de taille et de genre divers : concises entrées de glossaire ; présentations de l’état actuel de la question ; panoramas diachroniques. Les “essais” sont plus longs et déclinent un angle particulier (“France. De l’avant-poste à l’arrière-garde ?”, “Multiculturalisme. Evidence politique ou avatar idéologique ?”). Tous ensemble, ils constituent une contribution, unique dans la littérature en français par son ampleur, à l’analyse des phénomènes de convergence, d’interconnexion, de domination, d’échanges et d’imposition que nous essayons maladroitement de saisir en des incantations variées (globalisation, mondialisation, planétarisation, homogénéisation, occidentalisation). Quelques trouvailles et de nombreux articles particulièrement réussis devraient fournir des références, des points de départ, des éléments d’analyse avec et contre lesquels de nombreux lecteurs pourront travailler. Leur éclectisme de forme et de fond est une force d’ensemble, même si l’usager ressent parfois une insatisfaction à l’échelle de l’article. Ainsi de la très inégale quantité de références bibliographiques selon les articles ou des variations de la profondeur diachronique des entrées.

5Deuxième nombre, celui des auteurs : 48, dont 6 éditeurs. Leur répartition disciplinaire est ici secondaire : qu’elle soit relativement plurielle n’est pas une garantie de qualité, pas plus que sa concentration ne serait un signe négatif. Le plus important est que ces auteurs soient décidés à en venir aux mains avec la problématique de l’ouvrage, ce qui est pour l’essentiel le cas. Deux remarques toutefois. La faible dispersion de l’écriture d’abord. L’équipe d’édition (Martine Azuelos, Yves Boyer, Jean-Michel Dauriac, Catherine Distler, Cynthia Ghorra-Gobin, Christian Grataloup), s’avère polygraphe et prolixe. Cela donne de la cohérence à l’ouvrage, d’autant que le groupe tenait des réunions de travail régulières, mais pose la question de la manière dont le volume retranscrit la diversité des points de vue dont il se réclame dans l’introduction. Par ailleurs, le volume assume dans sa présentation “un positionnement français ancré dans une perspective européenne”. Les bibliographies, les références, la liste des auteurs soutiennent l’argument. Mais une pirouette s’impose : à la lecture de cette liste, il s’agit avant tout “d’un positionnement de groupe ancré dans une perspective parisienne”. Non pas que vivre et travailler à Paris donne forcément une appréhension particulière des phénomènes concernés, quoique sous plusieurs aspects (conditions d’accès à la bibliographie, insertion bénéfique dans certains processus étudiés, ancrage dans un tissu universitaire particulier, proximité aux champs du pouvoir et de l’économie) cela ait certainement un impact structurant sur les points de vue. La remarque permet plutôt de poser une première question d’ensemble.

6En effet, jusqu’à quel point est-il utile de présenter un point de vue “français” ou autrement “situé” sur des phénomènes dont la compréhension et l’appréhension dépendent dans une large mesure de l’endroit géographique et social où l’on se situe ; de la position dans les dénivellations de situation et de perception créés par ces phénomènes ? Pour refléter la diversité des opinions et interprétations sur la mondialisation, c’est plutôt à une multiplication de ces points de vue qu’il conviendrait de se livrer à travers la liste des éditeurs, des auteurs, des références bibliographiques (localisations, trajectoires, origines, langues, disciplines). En ce sens, le Dictionnaire des mondialisations me semble limité dans son ambition, sans exclure qu’il s’agisse là du bénéfice de la lucidité quant aux possibilités de l’édition française.

7Ensuite, le volume hésite entre deux postures : l’exploration diachronique des processus d’interconnexion et d’échanges, et l’affirmation de la nouveauté et le caractère inédit de leur incarnation contemporaine. Le contenu de nombreuses entrées, et la comparaison entre la profondeur de champ des diverses contributions, témoignent de cette situation de paradoxe et d’hésitation. De Sumer à nos jours ? Des grandes découvertes à aujourd’hui ? L’ensemble des XIXe et XXe s. ? L’après seconde guerre mondiale ? Les années 1960 ? L’état des lieux 2005-2006 ? Il n’y a rien à redire sur le fait que des processus différents puissent avoir des temporalités diverses. Mais force est de constater que l’ouvrage n’aborde pas cette question de manière homogène, et ne permet pas la confrontation de ces temporalités, faute d’avoir placé tous les objets sous le même chronoscope.

8Cette hésitation n’est bien sûr pas propre au Dictionnaire. Elle a fait l’objet depuis les années 1980 de discussions, de débats entre des protagonistes de sensibilités disciplinaires et politiques différentes : les interprétations divergentes en termes de nouveauté/rupture ou continuité/cycle le disputent aux évaluations des bienfaits ou de la nocivité de la “mondialisation”. Ce débat n’est pas terminé, car il est n’est pas soluble dans les interprétations des spécialistes de sciences sociales ou humaines. Le Dictionnaire n’échappe pas à cette incertitude.

9Il s’inscrit encore autrement dans son contexte : il est, en dépit de sa posture analytique, éminemment politique, prescriptif, prophétique. Comme la quasi totalité des ouvrages d’aujourd’hui et d’ici, il rejoint ceux d’ailleurs et d’autrefois, écrits dans d’autres moments de perception enthousiaste ou angoissée de l’accélération et de l’élargissement du monde (comme espace géographique et comme configuration mentale) pour tenter de lui donner un sens. Le Dictionnaire se veut résolument réformiste et transformiste. La phraséologie interrogative des essais, le ton des entrées – notamment de leur conclusion, le choix de privilégier “mots, concepts et processus” dans la définition de la liste des entrées, l’introduction elle-même ne laissent aucun doute : il s’agit de proposer des approches, des outils, des définitions, des données pour bâtir des espoirs, des projets, des manières de ‘dépasser’, “reconstruire”, “inventer”, et finalement de domestiquer le côté obscur de nos mondialisations. La posture n’est pas sans rappeler celle des travaux d’un Jans Art Scholte, qui s’inscrit résolument dans un agenda réformiste de la globalisation. Et, tiens, quelle coïncidence, le même Scholte vient de publier, chez Routledge, une Encyclopedia of globalization en quatre volumes codirigée avec Roland Roberston. Nous le savions au moins depuis les années 1980 avec le Dictionnaire critique de la Révolution Française : le dictionnaire est une arme de combat. Dans sa conception et son incarnation, le Dictionnaire des mondialisations s’inscrit clairement dans cette filiation prescriptive.

Haut de page

Notes

1 Il faudrait s’attarder davantage sur le fait que l’ouvrage comporte “seulement” 8 cartes, si l’on rapporte ce nombre à la compétence et l’intérêt en ce domaine de Christian Grataloup, membre de l’équipe éditoriale. Une cartographie plus ambitieuse eut certainement entraîné des problèmes logistiques majeurs (confection, appropriation par les auteurs, mise en page…), mais n’en reste pas moins que la question de la cartographie possible ou impossible des mondialisations, n’est pas abordée frontalement, y compris dans l’article “Cartes du monde”. La projection polaire prolongée adoptée  dans ce volume (mais pas exclusivement) est elle la plus adaptée parce qu’elle permet une visualisation des flux en boucles ? D’autres projections, des variations des niveaux d’agrégation des données auraient elles d’heureux effets heuristiques ? Nous ne le saurons pas avant le prochain épisode.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Yves Saunier, « Dictionnaire des mondialisations, Ghorra-Gobin C. (dir.), 2006, Paris, Armand Colin, 398 p. », Géocarrefour, vol. 81/4 | 2006, 327-328.

Référence électronique

Pierre-Yves Saunier, « Dictionnaire des mondialisations, Ghorra-Gobin C. (dir.), 2006, Paris, Armand Colin, 398 p. », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/4 | 2006, mis en ligne le 07 février 2008, consulté le 27 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1698

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page