Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Espace, qualité de vie et bien-être, actes du colloque EQBE, Fleuret S. (dir.), 2006, Presses Universitaires d'Angers / SODIS, 318 p.

Natalia Barbarino-Saulnier
p. 310

Texte intégral

1Cet ouvrage fait suite au colloque “Peut-on prétendre à des espaces de qualité et de bien-être” organisé à Angers en 2004 par l’UMR 6590 “Espaces géographiques et sociétés”. L’enjeu des différentes interventions est de débattre de la définition et de la qualification des liens entre les notions d’espace, de qualité de vie et de bien-être. Comme l’explique S. Fleuret, cette volonté “suppose une vision globale de l’espace, de son organisation et des rapports entre les groupes sociaux qui le pratiquent”. Ces problématiques ne sont pas récentes mais cet ouvrage met en évidence l’exigence d’une vision globale du bien-être et la nécessité de sa spatialisation.

2Il semble essentiel de distinguer la notion de bien-être de celle de qualité de vie. Trop longtemps confondues, ces deux notions doivent faire l’objet d’une clarification conceptuelle. Le bien-être nécessite d’entrer dans la sphère de la vie personnelle à travers la connaissance des systèmes de valeur permettant d’identifier les préférences, les priorités et les aspirations des individus. Comme l’explique A. Bailly, “le bien-être est le résultat d’une relation subjective entre une personne et les valeurs auxquelles elle aspire, valeurs morales, culturelles, politiques, économiques”. La qualité de vie s’apparente davantage aux caractéristiques objectives et matérielles de l’environnement. Il s’agit de qualifier les attributs des espaces. L’analyse porte ainsi sur les conditions de vie en fonction de la qualité des territoires et des conditions nécessaires à l’agrément de chacun.

3De nombreux intervenants évoquent la nécessité de dépasser les cloisonnements académiques. Pour appréhender convenablement la complexité à la fois de la qualité de vie et du bien-être, il convient d’envisager une collaboration entre les diverses disciplines sociales. Il faut alors croiser les réflexions menées à la fois par le géographe, le sociologue, le politique et les aménageurs de la cité. Bien que subjectif, le bien-être reste étroitement lié aux éléments matériels et objectifs du quotidien. Considérées séparément, ces dimensions ne peuvent restituer la vision globale du bien-être.

4Le bien-être est une notion globale qui repose sur une vision d’ensemble de l’homme et de la société. Il est nécessaire de comprendre et d’expliquer comment la relation de l’homme à l’espace contribue au bien-être. Cet ouvrage met ainsi en évidence l’importance de prendre en compte les perceptions et les représentations des individus pour comprendre le bien-être et la qualité de vie. Les individus agissent sur la définition du bien-être : chacun va donc évaluer son bien-être en fonction de critères qui lui sont propres. Ce sont les occurrences de ces représentations qui permettent de saisir les aspirations actuelles pour le bien vivre. Replacer l’individu au cœur du processus d’analyse donne ainsi lieu à des études subjectives originales basées sur des approches sensitives, sensorielles, sanitaires ou corporelles de l’espace (le corps étant considérer comme le lieu premier de la manifestation du bien-être).

5La problématique du bien-être renvoie de manière assez systématique à la notion d’ambiance urbaine et de cadre de vie. Elle fait implicitement référence aux notions d’appartenance, de proximité, de convivialité, de sécurité, d’accessibilité, d’appropriation et d’identification territoriale. De nombreuses études décrivent dans ce recueil d’expériences comment certains lieux sont susceptibles de procurer des aménités en lien avec la convivialité et le sentiment “d’entre soi” qu’ils génèrent. Ces analyses montrent comment le bien-être se construit subjectivement en fonction du lien à l’espace.

6Cet ouvrage permet enfin de faire le lien entre l’appréciation de l’espace, la géographie du bien-être et la dimension politique de l’aménagement du territoire. L’analyse des équilibres et déséquilibres de qualité de vie et de bien-être, ainsi que l’étude de l’évolution des aspirations et représentations des habitants, constituent des connaissances indispensables à l’aménagement du territoire. La géographie du bien-être est un outil d’aide à la décision publique. Sa compréhension offre des clefs nouvelles de compréhension du territoire (connaissance des disparités spatiales des conditions de vie, des marginalités sociales et territoriales, des satisfactions et aspirations des groupes sociaux…). C’est pourquoi cet ouvrage insiste sur la nécessité de lier la notion de bien-être à la géographie des espaces de qualité. Les procédés de géo-localisation des informations concernant le bien-être ou la qualité de vie permettent donc une mise en perspective innovante du territoire.  L’identification des espaces de qualité ou de non qualité permet d’orienter au mieux la décision et l’action publique.

7Il est vrai que les pouvoirs publics accordent une importance croissante à la dimension qualitative des espaces urbains. L’espace n’est plus seulement un lieu de fonctionnalité mais est peu à peu envisagé comme un espace de bien-être permettant une approche sensitive des territoires (ambiance de vie liée aux sens). Bien que centrée sur l’individu et ses modes de représentation, cette approche du bien-être ne doit pas occulter la question de l’intérêt général, du bien commun. Le territoire est donc interrogé à travers sa capacité à répondre aux besoins du plus grand nombre et à offrir un cadre de vie de qualité (fonctionnalité, lien social, lien émotionnel,…). Les réflexions inhérentes au bien-être s’appuient donc sur des systèmes de valeurs et de représentations de la société qui varient en fonction du contexte géographique, social, économique et culturel.

8Espaces, Qualité de vie et Bien-être met en lumière la richesse et la complémentarité des expériences présentées. L’identification d’espaces de qualité et de bien-être n’a certes pas trouvé de réponse définitive mais les pistes de travail montrent que les perspectives de recherche en la matière sont encore nombreuses et que les notions de qualité de vie et de bien-être demeurent des champs exploratoires prometteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natalia Barbarino-Saulnier, « Espace, qualité de vie et bien-être, actes du colloque EQBE, Fleuret S. (dir.), 2006, Presses Universitaires d'Angers / SODIS, 318 p. », Géocarrefour, vol. 81/4 | 2006, 310.

Référence électronique

Natalia Barbarino-Saulnier, « Espace, qualité de vie et bien-être, actes du colloque EQBE, Fleuret S. (dir.), 2006, Presses Universitaires d'Angers / SODIS, 318 p. », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/4 | 2006, mis en ligne le 07 février 2008, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1682

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org