Navigation – Plan du site
Débat

A propos de l’article de François Plassard sur "Une approche rétrospective de la prospective : le scénario de l’inacceptable"

Géocarrefour, 77-2, 2002, p.197-214
Martin Vanier

Texte intégral

Science, futur et société

1L’analyse conduite dans cet article par F. Plassard est tout à fait intéressante et pertinente. Le retour critique sur les convictions d’antan aide à donner de la raison à celles du jour, et les rétros-pectives de ce genre devraient se pratiquer plus souvent, comme une sorte d’exercice d’hygiène scientifique. De la relecture proposée par F. Plassard du fameux scénario de 1970 et de l’étude qui le préparait, je n’ai pratiquement rien à discuteri. Ce sont ses conclusions qui m’amènent à réflexion à mon tour, pour inviter au débat.

2François Plassard ne croit pas beaucoup aux travaux de prospective, du moins à ceux qui furent conduits dans les termes qu’il décrit. "Entre Nostradamus et Jules Verne", il ne leur laisse guère de chance. La prospective ? "Il est illusoire de vouloir en faire une démarche scientifique ; toute tentative d’éclairer le futur renvoie à des déterminants autres que rationnels […]".

3Tout en étant assez d’accord avec le fil de la démonstration, je ne partage pas l’interprétation qu’on risquerait de faire de son aboutissement (la prospective, irrationnelle, donc illégitime ?), et je crois possible de le compléter par un rapide regard sur la prospective telle qu’elle s’exerce aujourd’hui. Car à travers la relecture forcément critique de la prospective datarienne des années 1970, F. Plassard contribue, à mon avis, plus à un dépassement des modes de pensée politique de l’époque, et avec eux des modes de l’action publique d’alors, qu’à une remise en cause de la prospective elle-même.

4En effet, que démontre fort justement F. Plassard ? Que ce qu’il est convenu d’appeler "tendances lourdes" traduit surtout le poids de l’idéologie dominante du moment, sur ce qui est en train de travailler une société. Que toute entreprise prospective territorialisée subit les mêmes perturbations que n’importe quelle entreprise territorialisée, à savoir les effets d’événements exogènes du système qui l’englobe ou des autres systèmes territorialisés qui, bien qu’étrangers, interagissent avec elle. Que l’exercice prospectif est comme une bataille des représentations (cf. "la résistance à imaginer le pire, [car] dire les choses, c’est déjà leur donner une part de réalité"), qui en dit plus long sur l’écologie de la pensée collective, dans une société et un moment donnés, que sur le futur qui l’attend.

5Ces conclusions, résumées à ma façon, ne devraient pas conduire à désespérer de la prospective, comme l’aboutissement de la réflexion de F. Plassard semble y inviter. Certes, le problème que pointe bien le travail de F . Plassard est que chaque société produit a priori la prospective de son temps, lequel est parfois en train de changer fondamentalement rendant ainsi caduc le sens même de l’exercice qui s’énonce dans des conditions en cours de mutation. C’est ainsi qu’à la fin des années 1960, si les prospectivistes voient assez bien les enjeux liés aux mutations du système productif et du mode de régulation étatique, ils passent à côté d’un bouleversement aussi profond que celui de l’accès massif des femmes au marché du travail. Mais ceci dit, qui peut nier que les grands débats d’économie politique des années 1980-90 (donc à l’horizon + 20 ans pour l’exercice dit du scénario de l’inacceptable) ont bien été le pilotage de la mutation industrielle (qu’on la qualifie de post ou d’hyper-industrielle), et la recherche de nouvelles instances de régulation au-delà et en-deça de l’État ? Après tout, que les prévisions d’emploi par grands secteurs d’activité ne se soient pas avérées fiables n’a guère d’importance : quelques-unes des questions clés de la fin du siècle (comme la métropolisation) étaient repérées, et même les limites des représentations du futur (comme celles d’une souveraineté post-nationale) ont été au cœur des débats politiques qui animèrent cette fin de siècle, et animent encore le début de l’actuel.

6F. Plassard se demande comment mettre au service de l’action la somme d’informations futuribles, tant que s’y mélangent les justes, les fausses, et les non-dites ("distinguer les scories des diamants"). Cette interrogation me semble valoir pour la conception datée de la prospective que F. Plassard critique, conception qui a certes joué un rôle comme on le sait, mais qui n’est effectivement plus défendable. Cette prospective dite experte, qui scénarise le futur en partant toujours d’un tendanciel inacceptable, et prétend livrer des savoir objectifs à son propos, reste sujette à la tentation de la prévision, pour ne pas dire de la prédiction. Elle est encore parfois caractéristique d’un Etat démiurge tout entier consacré à guérir la société, notamment par le concours des scientifiques. Et c’est l’impuissance croissante de cet Etat qui signe l’impasse de la prospective qu’il entretient.

7Reste qu’une autre prospective émerge depuis 20 ans, en même temps que d’autres conceptions de l’action publique et de l’Etat, que d’autres acteurs désireux d’interpeller le futur, et que d’autres attitudes scientifiques à leur égard. Pour aller vite, disons que les effets convergents de la décentralisation, de la territorialisation de l’action publique, de l’exigence reformulée de démocratie locale, et de l’affirmation de nouveaux acteurs dits de gouvernance, ont changé les conditions d’énonciation de la prospective. En conduisant la prospective vers le mode du forum et du débat public (loin de ses origines modélisatrices et positivistes donc), ses nouveaux initiateurs installent d’autres conditions de rationalité et de légitimité. La construction collective de représentations acceptables du futur fait-elle encore de la prospective un champ pour la science ? Convenons que ce n’est pas là sa nature première, qui doit rester fondamentalement politique. La prospective n’est pas la science du futur, et n’aurait jamais dû laisser penser l’être. Mais les scientifiques ne sauraient pour autant s’en désintéresser : ils ont leur place dans la construction, précisément en tant qu’experts de la construction, et non plus en tant que visionnaires. Ils ne dominent pas davantage le futur de la société que la société elle-même, mais ils se doivent de jouer leur rôle dans le débat collectif.

8Nul doute que le système d’action actuel, et la prospective qu’il produit, prépare le matériau d’une critique rétrospective justifiée, dans vingt ans : un nouvel ordre de convictions aura chassé l’actuel, au nom des leurres que nous sommes probablement en train d’entretenir en toute persuasion. Cela prouve au moins que la prospective territoriale peut rester un exercice vivant, dans les limites du monde d’action qui la produit, ce qui, sans être une garantie de sa scientificité (vaste débat), et au moins une preuve valable de son efficience.

Haut de page

Note de fin

i Sinon le poids donné aux lectures marxistes de l’époque, et en particulier à une autre fameux texte des années 1960-70 (bien que fameux pour d’autres milieux) : "le capitalisme monopoliste d’État" (…). Ce texte, élaboré au sein de la commission économique du comité central du PCF à partir des travaux de ses universitaires, a certes pesé sur un certain nombre de débats et de visions de son temps, mais à tout prendre, le concept de "société libérale avancée" de J. Chaban-Delmas aura sans doute davantage marqué les esprits technocratiques. Ceci dit, admettons que tout comme Jérôme Monod et Waldeck Rochet furent contemporains, le scénario de l’inacceptable et "le capitalisme monopoliste d’État" partagèrent les clés de lecture de leur temps.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Vanier, « A propos de l’article de François Plassard sur "Une approche rétrospective de la prospective : le scénario de l’inacceptable" », Géocarrefour [En ligne], Vol. 78/1 | 2003, mis en ligne le 29 mai 2007, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/165

Haut de page

Auteur

Martin Vanier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org