Navigation – Plan du site

Le développement au péril de la géopolitique : l’exemple de la plaine de la Békaa (Liban)

Development constrained by political and strategic factors: the example of the Bekaa plain (Lebanon)
Karine Bennafla

Résumés

La Békaa est un espace rural périphérique, tardivement intégré au territoire libanais. Depuis la fin de la guerre civile (1975-1990), cette région pauvre et délaissée par l’État connaît des transformations paysagères, économiques et urbaines suite aux investissements des émigrés et à l’évolution libérale du contexte économique. La région fut occupée par l’armée syrienne (1976-2005) puis visée par les bombes israéliennes (2006). Cet espace stratégique est une terre d’affrontements entre partis libanais, entre puissances étrangères et entre les autorités syriennes et libanaises. Le développement régional est conditionné par ces facteurs politiques.

Haut de page

Texte intégral

1La Békaa est une région périphérique du Liban mal connue et dont le nom reste associé aux cultures de cannabis ou au fief du Hezbollah (en arabe, parti de Dieu), une ancienne milice de guerre chiite reconvertie en parti politique. Peu d’études universitaires et peu d’investissements publics lui sont consacrés en comparaison de l’intérêt porté à la région centrale (Beyrouth et Mont Liban). L’actualité récente est venue rappeler l’importance stratégique de cette région frontalière de la Syrie : en 2005, avec le retrait des soldats syriens massés dans la plaine, puis en 2006, avec les bombardements israéliens (cf. encadré).

  • 1 Les termes de vallée, dépression et plaine sont employés à propos de la Békaa. Deux vallées (Oron (...)

2L’unité administrative de la Békaa (fig.1) couvre près de 40% du territoire libanais. Elle inclut la plaine alluviale, synclinal logé entre les chaînes du Mont-Liban et de l’Anti-Liban, ainsi que les versants secs de ces deux reliefs. Cette plaine méditerranéenne1 (semi-aride au nord), constitue depuis l’Antiquité un grenier agricole. Elle constitue, à l’image du Liban, une mosaïque confessionnelle avec des groupes chrétiens (vers Zahlé et dans le Hermel), chiite (région de Baalbek), sunnite (au sud) et druze (vers Rachaiya).

Figure 1 (à gauche) : Carte administrative du Liban Figure 2 (à droite) : Le Liban avant 1914

Figure 1 (à gauche) : Carte administrative du Liban Figure 2 (à droite) : Le Liban avant 1914

3En 1920, l’État français, détenteur d’un mandat sur la Syrie, rattache la Békaa à l’entité politique du Mont-Liban (née en 1861) pour former l’actuel Liban. La Békaa devient alors une marge intérieure au rôle second dans la géographie contemporaine du Liban vus les poids politique, démographique et économique écrasants de la région beyrouthine et le phénomène de littoralisation (Lavergne, 1999). Aujourd’hui, le Grand Beyrouth concentre un tiers de la population résidente libanaise (le Liban compte plus de 4 millions d’habitants en 2000), 40% des entreprises industrielles et 81% des hôtels recensés en 2002 par le ministère du Tourisme (Mont-Liban inclus) (Administration centrale de la Statistique, 1997 et étude DAR-IAURIF, 2003. La Békaa ne regroupe que 13% de la population libanaise, 5% de la capacité hôtelière nationale (2003) et seuls 10% des actifs de l’industrie y résident (1997).

  • 2 Quatre missions ont été menées au nord et au centre de la Békaa (2002, 2004, 2005 et 2006), avec (...)

4Cet article aborde, à partir d’observations de terrain2, les mutations géographiques de la Békaa depuis la fin de la guerre civile (1975-1990). Globalement pauvre et délaissée par les pouvoirs publics, cette région rurale véhicule une image de zone « peu peuplée et peu évoluée » (Birot et Dresch, 1956) et est encore taxée de région archaïque, clanique et féodale. Or, cet espace connaît des transformations économiques et paysagères commandées par des facteurs politiques et par l’évolution libérale des économies moyen-orientales (I). Ces bouleversements reflètent-ils un développement régional.? La Békaa est à appréhender comme un « espace-frontière » avec la Syrie (Kotek, 1996), c’est-à-dire une zone disputée et lourde d’enjeux (géo)politiques. On y décèle des luttes d’influences, des activités troubles et des conflits fonciers (II). En quoi cette situation frontalière et stratégique de la Békaa stimule-t-elle et freine-t-elle tour à tour son développement ?

Un espace en développement ? Les transformations économiques et paysagères de la Békaa

5À l’instar du territoire libanais tout entier, la partie centrale de la Békaa apparaît comme un vaste chantier, en proie à une fièvre de travaux, de constructions et de projets. Trois faits récents sont décelables dans le paysage : le mitage de la plaine par des constructions, l’installation de firmes agro-industrielles modernes et le renouveau d’une économie de transit .

Le bourgeonnement des constructions en plaine

6Le développement des constructions dans la Békaa a commencé pendant la guerre civile en raison des combats sur Beyrouth (Sassine, 1994). Avec la paix, l’activité immobilière a repris dans la région-capitale et sur le littoral mais sans mettre fin à la pression immobilière dans la Békaa centrale ni dans les zones Nord-Est et Sud-Est de la plaine. Ces constructions sont des immeubles avec commerces ou banques en rez-de-chaussée, des villas, mais aussi des édifices religieux, des hôpitaux, des écoles. Leur bourgeonnement procède moins d’un processus d’extension et d’étalement urbains (vérifiable à Zahlé) que d’un double phénomène de grossissement villageois et de mitage des terres agricoles.

7Les axes routiers internationaux menant en Syrie sont les principaux capteurs de ces nouvelles constructions qui rompent avec la logique d’occupation antérieure privilégiant les hauteurs ou les piémonts en raison de la proximité des sources. Le sous-équipement des villages de piémont en commerces et services, leur relatif éloignement par rapport à la route principale (qui concentre trafic, magasins et possibilités d’emplois) éclairent la descente de l’habitat vers la route, parfois encouragée, vers Baalbek, par le tarissement de certains points d’eau. La nébuleuse du bâti le long des routes aboutit à la formation de conurbation (Jdita-Chtaura-Zahlé) ou à l’étirement tentaculaire de certains villages. Deux corridors, Jdita-Chtaura-Masnaa (route de Damas, axe O-E) et Laboué-El Aïn (route de Homs, axe S-N) se démarquent par l’intensité et le regain de constructions, liés au développement d’une économie de transit (fig.2). Le village perché de Jdita, souvent confondu avec Chtaura en raison de la coalescence du bâti et du label « Chtaura » affiché par les magasins et les restaurants de Jdita, illustre l’attraction de la route de Damas depuis 20 ans.

8Même si les prix ont baissé par rapport à la période de la guerre civile, la spéculation immobilière sur certains tronçons routiers reste palpable. Le différentiel de prix foncier actuel entre les terrains jouxtant la voie principale et ceux situés à l’écart est significatif : à Chtaura, les premiers atteignent jusqu’à 300 $/m² contre 50 $/m² pour les seconds (Békaa centrale). La pression sur les terrains bordant la route principale peut aboutir au fractionnement des parcelles (dont une partie est vendue à des promoteurs) et contribue à l’élévation générale de la hauteur du bâti dans la Békaa, théoriquement limitée à trois étages hors de Zahlé (photo.1).

Photo 1. Chtaura, route principale (juin 2005)

Photo 1. Chtaura, route principale (juin 2005)
  • 3

9La baisse de valeur des terres agricoles facilite transactions foncières et opérations immobilières. Aux environs de Baalbek, le prix du terrain chute à 20 $ le m² à cause des problèmes d’approvisionnement en eau qui aggravent la situation des agriculteurs. Délaissés par l’État (baisse ou suppression des subventions(Executive, 2000, n°9), confrontés à la hausse des taxes, handicapés par des coûts de production élevés et victimes de la concurrence agricole arabe (Syrie, Égypte, Jordanie), maints paysans de la Békaa éprouvent des difficultés financières et n’hésitent pas à vendre les terres les mieux situées. En 2004, les responsables de la municipalité de Chtaura affirment ne plus compter un seul mètre carré de terrain agricole. Aucune loi libanaise ne protégeant les espaces agricoles de l’expansion urbaine, certaines estimations annoncent la disparition de 20 000 ha de terres arables d’ici 20203.

10Le mitage de la plaine par des villas érigées au milieu d’un domaine clôturé, à distance variable de la route, contribue au grignotage des terres cultivables. Isolées au milieu d’un verger ou juxtaposées les unes aux autres, ces villas aux toits de tuiles rouges poussent de façon incontrôlée en l’absence de plan d’occupation du sol et de respect des règles d’urbanisme. Leur style est souvent ostentatoire (photo 2).

Photo 2. Villa près de Baalbek (2004)

Photo 2. Villa près de Baalbek (2004)

11Certaines de ces maisons sont des investissements syriens ; d’autres résultent de l’utilisation des indemnités versées par la Caisse des déplacés ou de l’économie de la drogue. Toutefois, la plupart sont financées par la diaspora libanaise. Le bourgeonnement pavillonnaire sur l’axe Ghazzé-El Marj est ainsi le fait d’émigrés partis aux Amériques. Ces investissements privés qui alimentent un excédent du parc immobilier constituent une originalité libanaise. Cette obsession pour la pierre témoigne d’une faible confiance dans le fonctionnement des institutions étatiques (qui fait préférer l’immobilier aux investissements productifs d’entreprises, jugés trop incertains) mais aussi d’un attachement envers le village d’origine, terre des racines familiales.

12Si certaines villas sont construites par des Libanais revenus au pays après la guerre (parfois pour s’occuper de parents devenus vieux), d’autres sont le fruit d’un investissement commun et se subdivisent en studios ou appartements attribués à des ménages différents au sein de la parentèle. Chaque frère se réserve, par exemple, l’espace d’un étage occupé par la petite famille (femme et enfants) aux périodes des vacances. Beaucoup de demeures sont en effet vides ou partiellement habitées. La crise socio-économique des années 1990 et l’arrêt des cultures interdites ont ralenti ou stoppé certains chantiers de constructions, de même que le départ partiel de manœuvres syriens lors de la crise politique au printemps 2005. Certaines villas sont moins entretenues : bassin et piscine à sec, mobilier intérieur modeste qui tranche avec l’apparat externe. En de nombreux endroits cependant (route de Ghazzé, environs de Chtaura, Masnaa ou de Baalbek), la vallée de la Békaa laisse voir un fourmillement désordonné de villas. Le rattrapage de la région en matière d’équipements (eau, électricité, routes) et de services n’y est pas étranger.

Le renouveau agro-industriel

13Dans un pays marqué par une forte tertiarisation, la Békaa apparaît comme une région agricole, peu industrialisée. Le Grand Beyrouth, le Mont Liban et la région de Tripoli sont les pôles industriels du pays. Toutefois, la Békaa centrale et, secondairement, les environs de Baalbek comptent, depuis les années 1950-1960, un tissu de petites unités industrielles liées au secteur agro-alimentaire (sociétés viticoles comme Ksara ou Nakad, fromageries, sucrerie…) ou à l’exploitation de ressources locales (verrerie Maliban, fabrique de céramique Uniceramic). Ce développement industriel de la Békaa centrale était l'une des conséquences indirectes de la politique de nationalisations menée par le parti Baas syrien dans les années 1960, qui fit fuir les capitaux de l’autre côté de la frontière (Kanaan Atallah, 1982-1984).

14La fin de la guerre civile au Liban s’est accompagnée d’une reprise de l’activité agro-industrielle dans la Békaa centrale. Par exemple, dans le secteur viticole, on note l’extension des superficies de vignoble, le renouvellement des cépages et la multiplication de sociétés viticoles exportatrices de vin et d’arak (huit nouvelles entreprises nées entre 1995 à 2005). Aussi remarquable est la création de grands complexes agro-industriels modernes, qui participent d’un mode de production capitalistique. Leur implantation tient au renforcement d’une politique commerciale libérale (instauration du système de franchises) et aux réinvestissements des Libanais émigrés. L’entreprise Libanlait qui détenait 20% du marché national de produits laitiers (2004), opérait depuis 2000 via une franchise de Danone-Yoplait et de Candia.

15La taille des fermes industrielles implantées depuis 10 ans est sans comparaison avec celles d’avant-guerre. Daliah, Libanlait et Dairiday (créé en 1998) comptent respectivement 2000, 1500 et 400 vaches quand les traditionnelles Fermes de Taanayel en rassemblent 90. La présence d’espaces disponibles dans la Békaa conjuguée à l’existence de grands domaines taillés dans la plaine à la fin de l’époque ottomane par quelques familles de notables (Sassine, 1982) permet aux entreprises d’occuper de vastes superficies, l’un des actionnaires disposant souvent du terrain nécessaire. La forte emprise au sol de ces entreprises agro-industrielles (100 ha pour Daliah, 50 ha pour Libanlait) leur confère une visibilité : usines modernes, silos et hangars se situent au cœur de domaines souvent clôturés, tandis que des bâtiments d’élevage avicole hors-sol se dispersent en plaine ou bien sur les versants où les terrains sont moins chers (photo 3).

Photo 3. Elevage avicole hors sol vers Iaat (Békaa nord), 2004.

Photo 3. Elevage avicole hors sol vers Iaat (Békaa nord), 2004.
  • 1
  • 5 La verrerie Maliban, détenue depuis 1965 par le groupe indien Madvani, illustre l’ancienneté des (...)
  • 6 Ces liens sont stimulés par des accords officiels libéralisant les échanges et facilitant le tran (...)

16Ces nouvelles sociétés agro-industrielles se signalent par le recours à destechnologies de pointe (sélection animale, insémination artificielle, mécanisation agricole, automatisation des usines4), une relative autonomie de fonctionnement (forage de puits et groupes électrogènes) et par l’intégration de toutes les étapes de la chaîne de fabrication. L’utilisation d’intrants importés et leur orientation vers l’exportation témoignent de l’insertion maintenue de la Békaa dans les circuits d’échanges mondiaux5 (alors que le Liban a un statut de pays-observateur de l’OMC) et des dynamiques d’intégration au marché moyen-oriental. L’Égypte, les pays du Golfe et du Croissant fertile absorbent l’essentiel des produits de la Békaa (verre, lait, jus de fruits, poulets et produits surgelés…) et fournissent en retour des intrants pour les industries locales (sable d’Égypte ou de Jordanie pour les verreries, tourteaux oléagineux d’Irak ou de Syrie pour les laiteries…). Ces liens commerciaux entre la Békaa et les marchés arabes voisins6 expliquent la vulnérabilité de la région lors des fermetures de la frontière syrienne (juillet 2005).

17Le renouveau agro-industriel de la Békaa centrale depuis 10 ans crée un développement à deux vitesses. Il accentue la distorsion entre d’un côté, une poignée de grandes entreprises à capitaux élevés et faible main-d’œuvre, plus ou moins dynamiques mais directement en liaison avec le marché international et, de l’autre, une masse de paysans et de petits éleveurs empêtrés dans des problèmes financiers et exclus du système de prêts bancaires.

18Les premières sont sujettes aux aléas de la géopolitique locale et régionale, telle Libanlait, victime en 2005 d’un incendie volontaire (en contrepartie d’un résistance aux pressions du Hezbollah ?), puis détruite un an plus tard par les bombes israéliennes.

19Disposant d’un savoir-faire inadapté, incapables de répondre aux normes actuelles de qualité et d’exigence internationales, les exploitants familiaux dépendent d’intermédiaires pour pénétrer les circuits de commercialisation et souffrent de mévente. L’application, le 1er janvier 2005, de la zone de libre échange arabe (Greater Arab Free Trade Agreement) a aggravé la concurrence. Impliqués dans des coopératives au fonctionnement incertain, ces exploitants sont la cible d’une série d’aides dispersées, émanant d’ONG ou de projets de coopération internationale, à défaut de pouvoir bénéficier d’une politique cohérente de soutien de l’État. Certains cumulent des problèmes d’eau, d’autres n’ont pas bénéficié de cultures de remplacement du cannabis. Peuvent-ils attendre un effet d’entraînement des firmes agro-industrielles ? Rien n’est moins sûr car celles-ci, pilotées depuis leur siège social beyrouthin, font figure d’enclaves isolées, emploient peu sur place et utilisent faiblement les ressources locales car l’essentiel de leurs matières premières et de leurs intrants est importé.

Essor d’une économie de transit

20La guerre civile libanaise a donné un coup de fouet aux activités de transit dans la Békaa lesquelles constituent un pan de plus en plus important de l’économie régionale. Commerces, banques, snacks, restaurants et services divers (garages, stations d’essence, assurances…) s’implantent depuis 20 ans sur deux corridors qui canalisent les flux avec la Syrie : Chtaura-Maasna et, depuis la fin des années 1990, Laboué-El Aïn (fig. 2). Le développement économique et urbain de ces deux axes tend à modifier la hiérarchie spatiale antérieure. Zahlé, bastion chrétien et pôle universitaire (53 000 habitants avec la banlieue), n’est plus l’unique grand centre économique de la région mais fait face à la montée en puissance de Chtaura (plus de 50 000 hab. avec les villages voisins) et Laboué.

21Installée au croisement de deux grandes voies de circulation (Beyrouth-Damas et Baalbek-Homs), Chtaura a joué de sa situation de carrefour vers la Syrie. Dès le début du XXe siècle, la localité est une escale réputée et centrale au sein de la Békaa, pour les Libanais en route vers Damas ou Homs, les diplomates et les touristes. Des visiteurs prestigieux (De Gaulle, Habib Bourguiba) ont fait halte à Chtaura où s’organisent encore congrès, réunions politiques et rencontres diplomatiques (visite de Bachar El Assad en 2002, après celle de son père en 1975). La présence, à Jdita, du palais de l’émir du Koweit et de quatre grands hôtels-restaurants rappelle l’époque florissante d’avant-guerre pour le tourisme de luxe et les tours « Liban-Syrie-Palestine » organisés par des agences de voyage (1964-1974).

22En compliquant l’accès à Beyrouth, la guerre civile a favorisé l’essor commercial et bancaire de Chtaura, surtout après le siège de Zahlé (1981) : épargnée par les tirs et sécurisée par l’armée syrienne qui y établit son centre de commandement, Chtaura devient une base de repli et de refuge pour les personnes et les investissements ; la ville s’affirme à la fois comme le centre de vente du cannabis cultivé au nord et comme le lieu d’approvisionnement de la population syrienne en produits libanais. Jusqu’au début des années 1990, la fermeture de l’économie syrienne stimule l’évasion souvent frauduleuse de biens libanais (produits agricoles et biens de consommation courante) à partir de boutiques égrenées entre Jdita et Masnaa. Mac Donald’s, DHL se sont implantés à Chtaura-Jdita, de même que Ghazale Superstore, premier grand centre commercial de la région, rénové en 2001 et attractif pour une clientèle aisée syrienne.

  • 7 On compte dans ces boutiques de la frontière libanaise beaucoup de produits chinois livrés par ro (...)
  • 8 Signature d’un accord de libre-échange libano-irakien en 2002 et instauration en 2003 d’un cahier (...)

23La fortune de Chtaura tient surtout à son rôle de place bancaire avec 14 banques (contre 3 avant guerre) et près de 60 officines de change. Les établissements bancaires ont remplacé les restaurants et structurent l’espace urbain tel Western Union, situé au carrefour principal. Le foisonnement des enseignes masque une spécialisation des activités le long du tronçon international : à Jdita, commerces, restaurants et hôtels d’un certain standing ; à Chtaura, bijouteries, banques, change et station de taxis ; à Barr Elias et Masnaa, épiceries, bazars et snacks pour une clientèle plus populaire7. En dépit de l’ouverture en 2004 d’un complexe commercial à Jdaideh, dans une zone franche à la frontière syrienne, la conurbation Jdita-Chtaura bénéficie d’un dynamisme lié aux banques et d’une intensification du transit depuis 2002/2003 entre Beyrouth et la Jordanie ou l’Irak8. Ce dynamisme est attesté par le triplement du nombre d’habitants à Chtaura le jour, la manne financière tirée de la location de panneaux publicitaires par la municipalité et l’ouverture ininterrompue de magasins et services dans le sillage de l’attraction créée par Ghazale Superstore.

  • 9 Suppression en 2002 des taxes douanières sur les produits industriels à l’entrée du territoire li (...)

24En revanche, la partie orientale de l’axe routier (Barr Elias-Masnaa) est frappée par la baisse du commerce depuis 1995 et la fermeture de magasins. L’inflation et la hausse des taxes au Liban, l’évolution libérale de la législation douanière et commerciale9, le développement et l’ouverture économique syrienne ont enrayé la contrebande de marchandises venues du Liban à l’exception des voitures, du matériel hi-fi et électroménager, encore soumis à des restrictions. Depuis 10 ans, les flux syro-libanais s’inversent, pour les biens agricoles comme pour les vêtements de marque, en raison de l’ouverture d’établissements franchisés en Syrie (Balanche, 2005). Le temps est révolu où les Syriens repartaient de Chtaura ou Masnaa avec des sacs de produits introuvables chez eux. Le différentiel monétaire entre livres syrienne et libanaise, le coût de la vie plus bas en Syrie et la politique de soutien agricole du régime baasiste contribuent à rendre les biens syriens plus attractifs pour les consommateurs libanais.

25Plus récent, donc plus embryonnaire, le développement économique du tronçon Laboué-El Aïn, sur la route de Homs, s’inscrit dans une partie excentrée et sous-équipée de la Békaa. Les similitudes avec l’axe Chtaura-Masnaa sont notables : mixité confessionnelle des environs, « sécurisation » du lieu par un barrage syrien jusqu’en 2005, rôle d’entraînement joué par l’installation pionnière d’un grand centre commercial. À Laboué, il s’agit d’un magasin de vêtements implanté en 2002. Cette localité est la principale commune bénéficiaire du regain d’activités. Le rattrapage opéré en termes de commerce et services est rapide, l’État ou les sociétés privées suivant le mouvement d’attraction : ouverture d’un bureau d’état-civil et d’une agence postale Libanposte (2002), construction d’un hôpital… Dans la commune voisine d’El Aïn, l’essor des activités de transit est décelable avec la création de snacks et restaurants, l’installation de stations services, de garages ou de magasins de téléphonie mobile.

  • 10 Elle est conduite par le Conseil du Développement et de la Reconstruction (CDR), des députés ou d (...)
  • 11 En septembre 2005, les taxes sur les véhicules et les personnes syriennes désireuses d’entrer au (...)

26La politique de réfection routière10, l’assouplissement des procédures de passage de la frontière libano-syrienne, la libéralisation des échanges régionaux (certes inégale, la pénétration du marché syrien restant difficile aux entrepreneurs libanais) et le maintien de distorsions économiques et réglementaires entre la Syrie et le Liban contribuent à la spécialisation de certains axes de la Békaa dans une économie de transit. Celle-ci atténue partiellement les grands déséquilibres du territoire libanais. Des pans entiers de la Békaa demeurent néanmoins des angles morts, à l’écart des dynamiques économiques (Hermel, Aarsal). Surtout, cette économie de transit reste fragile car dépendante du contexte politique. L’envenimement des relations syro-libanaises, lié aux soupçons pesant sur le régime syrien dans l’assassinat du Premier ministre libanais Rafic Hariri (février 2005), retentit sur la situation socio-économique de la Békaa, asphyxiée par le bouclage de la frontière et les entraves à la circulation décidées par Damas11. La crise politique actuelle frappe de plein fouet les axes de Chtaura-Masnaa et Laboué-El Aïn où, faute de trafic, les magasins désertés alignent leurs devantures fermées et la contrebande de produits libanais reprend.

La Békaa : un espace convoité et troublé

Une longue « syrianisation » (1976-2005)

27Le rôle ambigu tenu au Liban par la Syrie convie à s’interroger sur la place charnière de la Békaa entre les deux territoires nationaux. Pendant des siècles, la Békaa fut administrée depuis des villes intérieures syriennes, principalement Homs à l’époque romaine, cette ville commandant à partir du IIIè siècle une « Phénicie ad libanum » distincte de la « Phénicie maritime » supervisée par Tyr (Makhlouf, 1994). Durant les périodes mamelouk et ottomane, la Békaa est intégrée à la principauté de Damas, tour à tour appelée niabat, pachalic, wilayet. Le Mandat français et le tracé de frontières nationales au Proche-Orient soustraient à la Syrie d’importantes régions littorales avec la cession du sandjak d’Alexandrette à la Turquie (1939) et la création du Liban. L’État syrien, indépendant en 1946, n’a jamais vraiment accepté cette amputation territoriale même si le Liban figure sur les cartes officielles syriennes comme État. La guerre civile libanaise a été l’occasion pour le régime de Hafez El-Assad de vassaliser l’Etat libanais et d’occuper militairement le pays (dès 1976) pour contrer l’influence de l’OLP et l’armée d’invasion israélienne.

28La Békaa fut un terrain privilégié de la stratégie de domination syrienne. La « syrianisation » de la région (Bennafla, 2005) s’opérait « par le haut », au niveau politique et militaire : présence de troupes (15.000 à 30.000 soldats syriens selon les périodes) commandées depuis Aanjar (dès 1982) ; barrages routiers syriens tenus par l’armée ou les services de renseignements (les mukhabarat) ; statues des membres de la famille dirigeante syrienne postées à l’entrée de Chtaura et Baalbek ; portraits géants de Hafez El Assad accrochés dans certaines communes. Avec le retrait militaire (avril 2005), cette signalétique syrienne a disparu, remplacée par des marqueurs de la souveraineté libanaise ou de partis politiques libanais. 

  • 12 Un ouvrier agricole syrien explique gagner 100 LS par jour en Syrie (soit 3 000 LL) contre 15 000 (...)
  • 13 Faute de trafic commercial et de clients, beaucoup de boutiquiers syriens à Masnaa ont abandonné (...)
  • 14 Cette taxe est passée à 800 LS depuis le 1er septembre 2005.

29Le nombre élevé et difficile à chiffrer de travailleurs syriens dans la Békaa renvoie à une autre syrianisation, cette fois « par le bas ». Elle étaye la dimension frontalière de la région, celle d’un espace-exutoire, lieu du possible, où l’on vient tenter sa chance et profiter d’opportunités. Les différentiels démographique, socio-économique et salarial12 entre Syrie et Liban génèrent depuis plusieurs décennies des flux variables de main-d’œuvre vers le Liban. Les manifestations anti-syriennes à Beyrouth au printemps 2005 ont entraîné le départ provisoire d’une partie de ces travailleurs syriens mais beaucoup sont revenus13 dans la Békaa après quelques mois, rassurés par le peu d’incidents à leur encontre. La présence de ces Syriens est facilitée par la simplicité des procédures de passage de la frontière (une carte d’identité ou un extrait d’acte de naissance suffit) et l’obtention aisée d’un titre de séjour de 6 mois au poste douanier syrien (contre 200 livres syriennes, soit moins de 4 $14).

  • 15 Ces allers et venues risquent d’être moins fréquents avec l’augmentation de la taxe de sortie syr (...)

30Nombre de ces migrants, pauvres et dépourvus de qualification, sont employés dans le bâtiment ou l’agriculture. Ils réalisent des travaux manuels délaissés par les Libanais. Leurs journées de travail sont longues (10h), leur rémunération faible (10$/jour pour les hommes ; 7,5$ pour les femmes ou les enfants) et leurs conditions d’hébergement précaires. Beaucoup logent en famille sous des tentes rudimentaires, sans eau courante, ni électricité. Ce type de logement leur vaut souvent l’appellation de « bédouins » alors qu’il s’agit de villageois sédentarisés, originaires des régions d’Alep, Hama et Homs. Une partie travaille à la saison et plie bagage à l’automne pour retourner en Syrie ; d’autres sont là de façon permanente mais multiplient les aller-retour avec le pays d’origine15.

31Leurs modalités d’installation sont disparates. Certains habitent sous une tente plus ou moins isolée au milieu d’un champ, d’autres vivent dans un gros campement regroupant les ressortissants d’un même village (photo 4) ; ceux qui travaillent en ville dans des métiers de services partagent à plusieurs la location d’une chambre ou d’un petit appartement. A Chtaura, les vendeurs ambulants de pain (kaaké) qui circulent à pied ou à bicyclette sont souvent syriens, de même qu’une partie des chauffeurs de taxis ou des employés des boutiques de change.

Photo 4. Tentes de travailleurs syriens à Deir Zeinoun (Békaa Ouest)

Photo 4. Tentes de travailleurs syriens à Deir Zeinoun (Békaa Ouest)

32Cette masse de travailleurs syriens, sans statut officiel, est très controversée côté libanais, d’autant qu’elle était couplée avec l’occupation militaire et la concurrence agricole syriennes. Dépourvus de permis de travail, échappant au paiement d’impôts ou de taxes, les Syriens sont quelquefois vus comme des parasites qui profitent des infrastructures libanaises et font peu travailler les commerces locaux car, compte tenu du coût élevé de la vie au Liban, beaucoup rapportent du pays des conserves pour se nourrir. Ces ouvriers sont parfois dénommés nawar ou nouri  (traduit par gitan), ce mot péjoratif désignant des groupes mobiles accusés de mendicité, prostitution ou vol.

33Le manque de qualification des manœuvres syriens contribue à leur dénigrement par beaucoup de Libanais bien que les mêmes critiques reconnaissent que cette main-d’œuvre bon marché conditionne le maintien d’une agriculture libanaise portée à bout de bras. La présence des travailleurs syriens alimente la peur des Libanais d’être phagocytés par la Syrie (des naturalisations massives ont eu lieu en 1994) et suscite en réaction des sentiments réciproques de fierté nationale. L’essentiel des migrants dans la Békaa, en butte au mépris, a des contacts limités avec la population libanaise et aspire à un retour. L’argent économisé sert souvent à la constitution d’une dot pour les célibataires ou à la construction d’une maison dans le village d’origine. Mais pas tous : un vendeur de kaaké de 24 ans, rencontré en 2004 à Jdita et depuis 5 ans au Liban, certifiait épouser bientôt une fille de la région, puis acheter la nationalité libanaise contre 1500 $...

34La présence et le voisinage syriens dans la Békaa génèrent des effets complexes et contradictoires. Si la main d’œuvre syrienne sous-tend la survie de l’agriculture régionale, la concurrence au Liban de denrées syriennes (arak, fromage, primeurs) ou importées de Syrie (banane somalienne) reste vive grâce aux subventions de Damas et à une entrée frauduleuse. Certaines voix au Liban pointent la « sécurisation » jadis assurée par les soldats syriens dans une région multiconfessionnelle ponctuée de foyers islamistes. Mais à quel prix… Les trafics en tout genre supervisés par les officiers syriens, la corruption et l’immixtion syriennes dans la politique libanaise à tous les niveaux sont connus (Mappemonde, 2005). Rappelons aussi la stérilisation des terrains agricoles occupés par les camps militaires, les demeures réquisitionnées par l’armée ou le contrôle économique sur l’espace : à Chtaura, la station générale des taxis de la Békaa était gérée par des ressortissants syriens ; à Masnaa, les boutiquiers syriens ne payaient ni eau, ni électricité du temps de l’occupation militaire.

Maintien des cultures illicites et échec des politiques de développement rural

35La Békaa est le siège d’activités illicites plus ou moins masquées comme l’exploitation de carrières sauvages sur les pentes de l’Anti-Liban ou la culture de cannabis et de pavot. Des fleurs de pavot représentées sur les bas-reliefs des temples romains à Baalbek attestent de l’ancienneté de cette culture. Les débuts de la production de cannabis sont plus discutés : certaines thèses attribuent son introduction aux Ottomans au XVIè s., d’autres à un Chrétien originaire de Zahlé revenu d’Inde en 1930 (OGD, 1996). En tous cas, dans les années 1920, la culture de cannabis est généralisée dans la partie Nord de la Békaa.

36La guerre civile au Liban s’accompagne d’une extension des surfaces de cannabis et d’une réintroduction des cultures de pavot sous la conduite de trafiquants turcs et la supervision syrienne, principalement sur le versant oriental du Mont Liban. La zone de Baalbek et Hermel est la plus concernée, les terres non irriguées trouvant là un mode de valorisation (fig. 3). Des villages chiites et chrétiens sont impliqués. Dans les années 1980, les plantations de cannabis reverdissent la Békaa. Fabriques de résine, laboratoires d’héroïne et de cocaïne se multiplient sous l’œil indifférent des puissances internationales qui laissent ainsi les milices s’auto-financer. La guerre, l’érosion de la souveraineté libanaise liée aux interventions étrangères et la situation du Liban entre Méditerranée et Croissant d’Or confèrent au pays du Cèdre un rôle international inédit de producteur de haschich et de plaque tournante du trafic de drogues dures. À la fin de la guerre, les cultures illicites couvrent près de 80 000 ha et rapportent 80 à 100 millions de $ annuels à la région de Baalbek-Hermel.

Figure 3 : La plaine de la Bekaa (situation)

Figure 3 : La plaine de la Bekaa (situation)

37À l’issue des accords de Taëf (1989) et sous la pression internationale, des opérations d’arrachage des cultures sont menées dès 1995 par les forces syriennes, l’armée libanaise et les Forces de sécurité intérieure. Le fait n’est pas nouveau. Dans les années 1970, la Békaa avait connu des actions similaires et des tentatives de cultures alternatives (tournesol en 1967). La politique d’éradication des années 1990, qui ramène les surfaces plantées en cannabis autour de 300 ha, inclut un programme de cultures de substitution. Un bureau des Nations Unies est ouvert à cet effet à Baalbek. Mais sur les 55 millions de $ promis par les bailleurs de fonds (PNUD, Europe et Japon), seuls 12 ont été versés en 2000. Une partie substantielle de l’aide s’est évaporée en frais de mission et d’expertise. En mars 2002, l’antenne du PNUD à Baalbek ferme sans avoir rien réalisé. À ce jour, l’Union européenne et l’Agence internationale de Développement américaine (USAID) ne comptent aucun programme de développement alternatif. Les jeunes, dépourvus d’emplois, quittent les villages. La majorité écrasante des paysans n’a reçu ni aide financière, ni plants de remplacement.

  • 16 Trois ans de prison pour les cultivateurs, six ans pour les vendeurs, six mois pour les consommat (...)

38Contraints de s’endetter à la suite d’une diversification agricole obligée, une fraction des exploitants agricoles a repris depuis 2001 la culture du cannabis en dépit des risques officiels encourus16 et des médiatiques opérations coup de poing (été 2002, décembre 2003). Les bénéfices dégagés par le cannabis restent incomparables avec les maigres revenus tirés du tabac, de la pomme de terre, des céréales ou des vergers. Un exploitant rencontré en 2002 près de Baalbek affirme s’être relancé dans la production de cannabis depuis 2001 avec 20 ha en monoculture, soit 1/3 de sa superficie cultivée. La moitié de ses cultures de cannabis occupe des terres louées au voisin. Producteur de cannabis depuis 1946, il explique que 10 ha de cannabis lui rapportent 10 000 $ (avec une charge de travail réduite), alors que la Régie des Tabacs lui achète 2000 $ la production de tabac, plafonnée à 300 kg et coûteuse en entretien (1000 $). Vendu à des intermédiaires grossistes de Baalbek, le cannabis n’est pas consommé sur place mais emprunte des circuits vers la Suisse, l’Allemagne et l’Égypte.

39Restreintes à quelques villages pilotes de la Békaa, les cultures de substitution connaissent des résultats variés : celles du coton ont échoué en 1997/1998, le câprier est à l’essai depuis 2002 dans le Hermel. Le plus fonctionnel des projets de développement alternatif est celui de la région d’Ainata, lancé en 2000 dans le cadre d’un jumelage entre le département de l’Oise (France) et la ville de Zahlé. Ce projet vise à substituer la vigne au cannabis dans 11 villages situés entre 1100 et 1600 m d’altitude ; il est appuyé par la Chambre d’agriculture de Zahlé et le Conseil général de l’Oise qui a fourni les plants à la « coopérative des coteaux d’Héliopolis », créée en 1999. Entre 2000 et 2005, 75 ha de vigne ont été plantés ; depuis 2003, les raisins sont achetés par la société viticole Wardy à un prix supérieur au marché. À Ainata, d’où est originaire le notable porteur du projet, une route neuve asphaltée dessert depuis 2003 les vignes jusqu’à Deir el Ahmar, prélude à une future route des vins. L’opération semble donc fonctionner si l’on regarde l’extension continue des surfaces en vignoble, la liste d’attente des paysans désireux d’obtenir des plants, les pourparlers entamés par la coopérative des coteaux d’Héliopolis avec l’Union européenne et le renouvellement en 2003 de ses contrats avec le Conseil général de l’Oise et la cave Wardy. Toutefois, ce projet garde un caractère restreint (150 agriculteurs concernés) et son succès apparent est inégal selon les villages : à Yammouné, la vigne ne parvient pas à pousser à cause de l’altitude. Le président de la coopérative admet que certains adhérents se sont remis à la culture du cannabis depuis 2004...

40Sur le papier, les projets de soutien agricole destinés à venir en aide aux exploitants de la Békaa sont nombreux. La plupart se concentrent sur des actions de vulgarisation agricole, l’appui à la commercialisation et la gestion de l’eau. Début 2004, un « centre de technologies d’irrigation agricole » a été inauguré au nord de la Békaa, financé en partie par la coopération italienne et CARITAS ; il s’inscrit dans le cadre d’un projet de développement rural de la Haute Vallée de la Békaa. Ce projet agricole (2004-2007) dans la région de Baalbek-Hermel est le 5ème du genre depuis la paix…

41Le recours à la coopération internationale et l’implication d’associations et d’ONG sont une constante dans les actions de développement de la Békaa. Le corollaire de cette profusion d’interventions est un certain éparpillement et un manque de coordination régionale. Projets et micro-projets abondent, allant de la promotion d’une agriculture biologique à celle de l’éco-tourisme. Mais cette variété apparente masque des redondances, en particulier pour les équipements socio-éducatifs ou l’élevage laitier bovin. Ce dernier a été l’objet de projets concurrents, l’un financé par les Européens et l’OPEP en 1994, l’autre par le gouvernement américain en 2001. Certains projets s’arrêtent brusquement après le départ d’ONG sans donner lieu à un suivi. D’autres s’accompagnent de détournements et de scandales : la vente de vaches américaines subventionnées, en 2003, a conduit en prison l’ancien ministre de l’Agriculture libanais. Le manque de cohérence et de supervision d’ensemble des projets est flagrant. Le Conseil de la reconstruction et du développement (CDR) qui canalise les financements, maintient une approche sectorielle pour combler les insuffisances d’équipement et résoudre la pauvreté rurale. Faute de politique de développement régional, pensée de façon globale et intégrée, et faute de gestion réellement décentralisée, la Békaa est victime d’un saupoudrage d’actions éparses et désordonnées, aux impacts limités.

Un terrain d’affrontements peu propice au développement

42Le développement de la Békaa pâtit de luttes d’influences politiques et de troubles politico-militaires récurrents. Les opérations de la police et de l’armée y sont régulières, pour lutter contre le trafic de drogues ou briser des mouvements politiques contestataires (« révolte des affamés » menée en 1997 à Baalbek par un dissident du Hezbollah ; arrestation d’islamistes proches d’Al-Qaïda à Majd el Aanjar en 2004…).

43La perméabilité de la frontière syro-libanaise et l’agencement de la Békaa en un couloir de communications vers la Syrie centrale (au Nord) et la Galilée (au Sud) l’érigent en espace stratégique du point de vue de la circulation internationale. En temps de guerre, la Békaa se transforme en champ de bataille où se déploient des armées étrangères (Syrie, Israël) et ses villes sont prises pour cibles (Zahlé en 1981, Baalbek en 2006). En temps de paix, la Békaa est convoitée et surinvestie par une kyrielle d’acteurs locaux et étrangers qui cherchent à y étendre leur influence. Les actions dans le domaine économique et social répondent moins à un souci de développement régional qu’à une volonté de s’afficher et d’occuper le terrain.

  • 1

44De fait, le marquage de la région par des signes d’appropriation politiques et religieux est exacerbé. La construction et la rénovation de mosquées, d’églises et d’écoles religieuses, parfois appuyées par des associations ou des organismes étrangers (USAID, Banque islamique de développement etc.) sont intenses. Elles signalent le passage d’un front religieux dans la région et la concurrence entre puissances étrangères : par exemple, vers Baalbek, les panneaux de l’USAID17 plantés en général à proximité de localités chrétiennes, manifestent la présence américaine face au Hezbollah -tenu pour « terroriste » par Washington- mais aussi face à l’Union européenne qui finance aussi des actions de développement.

45La lutte d’influence met également aux prises les partis politiques libanais, notamment les deux partis chiites, Amal et Hezbollah. Ces derniers agissent dans la Békaa au travers de fondations, de bureaux spécialisés (Jihad el Binaa pour le Hezbollah) ou d’organes publics qui viennent en aide aux déshérités et construisent puits, écoles, dispensaires. En 2003, la fondation Amal a financé l’hôpital Dar El Hikma à Baalbek (bombardé en 2006) tandis que le Conseil du Sud, contrôlé par Nabih Berri et noyauté par Amal, a apporté son concours financier à la municipalité de Ghazzé pour forer un puits. Les fanions, drapeaux et portraits de martyrs ou de leaders qui ornent poteaux et édifices traduisent le passage d’un bastion politique à un autre et expriment tantôt un coude à coude local, tantôt une réconciliation opportune entre les partis (cf. lors du retrait syrien ou des élections législatives en 2005). Cette surenchère iconographique ne gage cependant pas d’une influence réelle sur le terrain.

46Plus feutrée est l’opposition que se livrent dans la Békaa les clans politiques syriens, en transposant leur clivage dans le champ économique et commercial. Le magasin Ghazale Superstore au centre de la Békaa serait ainsi tenu par le ministre syrien de la Défense tandis que Jdaideh Supermarket, ouvert à la frontière syrienne,appartiendrait à la belle-famille du président Hafez el Assad (Balanche, 2005).

47La Békaa est la caisse de résonance des luttes politiques internes libanaises et syriennes qui influent sur son développement. Celui-ci est aussi suspendu aux tensions syro-libanaises et aux conflits du Proche et du Moyen-Orient. Les ravages causés en 2006 par la guerre de 33 jours entre le Hezbollah et l’armée israélienne sont indissociables du conflit israélo-palestinien et de la crise suscitée par le dossier nucléaire iranien.

La guerre de 33 jours (12 juillet-13 août 2006) : bilan des bombardements dans la Békaa

  • 61 morts

  • 780 habitations détruites complètement ou partiellement

  • 10 écoles, 4 hôpitaux et cliniques endommagés

  • 11 ponts et viaducs détruits

  • usine de lait et yaourts Libanlait (à Hadeth) détruite.

  • routes bombardées et coupées : Zahlé-Baalbek-El Qaa (route de Homs) et autoroute de Damas.

  • principales localités visées : Baalbek (+ de 70 raids), poste-frontière de Masnaa et El Qaa, Rayak (aéroport), Britel, Boudaï, Bednayel, Chmistar, Taraya, Nabi Chit, Ait El Foukhar.

  • Coût des destructions : au moins 90 millions US$ (CDR).

Source : Humanitarian Information Center for Lebanon ; carte UNOSAT ; Samidoun. Voir le bilan cartographique des destructions par Eric Verdeil sur le site de Mappemonde.

Conclusion : un espace fragmenté et mal développé

48Les transformations économiques de la Békaa au cours de la dernière décennie creusent les disparités spatiales au sein de la région. Celle-ci est ordonnancée autour de quelques corridors de transit international, de pôles urbains dynamiques (ceux de la Békaa centrale) et d’îlots agro-industriels. Leur dynamisme contraste avec la pauvreté et la récession des espaces ruraux environnants. Dans une région faiblement investie par l’État, la floraison d’actions menées par des acteurs privés, des partis politiques ou des associations caritatives est remarquable. Toutefois, ces interventions restent lacunaires au niveau spatial et sectoriel et globalement peu productives, car chaque opérateur agit en fonction d’une logique propre (stratégique, électorale, clientéliste…) sans coordination générale, ou pire, souvent de façon concurrentielle. Les investissements privilégiés dans la Békaa sont les mêmes (villas, fermes industrielles, hôpitaux, universités privées, édifices religieux) et ne permettent pas d’insuffler un véritable développement. Celui-ci reste surdéterminé par le jeu politique local et international. Le voisinage syrien est à cet égard déterminant car les autorités de Damas ont la possibilité de favoriser ou de brider les dynamiques économiques locales.

494 Ce recours à des machines coûteuses et perfectionnées pose des problèmes d’utilisation étant donné le faible niveau de qualification du personnel local. En 2004, le directeur de l’usine Daliah souligne le manque de productivité liée à l’incapacité du personnel d’utiliser correctement des machines sophistiquées.

5017 L’agence de développement américaine ne dispose d’aucune antenne dans la région (son bureau est à Beyrouth) et travaille uniquement par l’intermédiaire d’ONG.

Haut de page

Bibliographie

BALANCHE F., 2005, Syrie-Liban : intégration régionale ou dilution ?, Mappemonde, 3, n° 79, 13 p.

BENNAFLA K., 2005, La région de la Békaa : les mutations d’un espace-frontière entre Syrie et Liban, Revue de l’Économie Méridionale, n°1-2, vol. 53, p. 211-218.

BIROT et DRESCH J., 1956-1964, La Méditerranée et le Moyen-Orient, Paris, PUF, 521 p.

CORM G., 2004, La situation économique du Liban et ses perspectives de développement dans la région, Confluences Méditerranée, n° 49, p. 149-150.

DEBIE F. et PIETER D., 2003, La paix et la crise : le Liban reconstruit ?, Paris, PUF, 284 p.

Groupement DAR-IAURIF, 2003, Schéma d’Aménagement du Territoire libanais (SDATL).

KANAAN ATTALAH N., 1982-1984, Le commerce, soupape de sécurité de la Békaa, Hannon, vol XVIII, p. 57-65.

KOTEK, 1996, L’Europe et ses villes-frontières, Bruxelles, éd. Complexe, 230 p.

LAVERGNE M., 1999, Des émirs de la Montagne à la reconstruction du centre-ville : disparités spatiales et littoralisation au Liban à l’ère de la mondialisation, Méditerranée, n°1-2, p. 35-44.

MAKHLOUF H., 1994, Culture et trafic de drogue au Liban, L’Harmattan, Comprendre le Moyen-Orient, 206 p.

MAPPEMONDE, 2005, n° 79 et n° 78, Dossier « Liban-Syrie », sur le site http://mappemonde.mgm.fr

MERMIER F. et PICARD E. (dir.), 2007, Liban. Une guerre de 33 jours, Paris, La Découverte. 256 p.

Observatoire Géopolitique des Drogues, 1996, Atlas mondial des drogues, PUF, 250 p.

SALIBI K., 1989, Une maison aux nombreuses demeures. L’identité libanaise dans le creuset de l’histoire, Paris, Naufal, 283 p.

SASSINE T., 1994-1995, Les structures agraires de la Békaa, Hannon, vol. XXIII, p. 33-44.

Haut de page

Notes

1 Les termes de vallée, dépression et plaine sont employés à propos de la Békaa. Deux vallées (Oronte ou nahr el-Assi au Nord, Litani au Sud) occupent une dépression synclinale.

2 Quatre missions ont été menées au nord et au centre de la Békaa (2002, 2004, 2005 et 2006), avec l’aide de Nathalie Bontems, journaliste au Liban.

3

5 La verrerie Maliban, détenue depuis 1965 par le groupe indien Madvani, illustre l’ancienneté des investissements internationaux dans la région.

6 Ces liens sont stimulés par des accords officiels libéralisant les échanges et facilitant le transit dans la région : accords du Liban avec la Syrie (ratifiés en 1994), la Jordanie (1993), l’Irak (2000) ; accord de libre-échange signé en 2004 avec le Conseil de Coopération du Golfe ; démarrage en 1998 de la zone de libre-échange arabe.

7 On compte dans ces boutiques de la frontière libanaise beaucoup de produits chinois livrés par route depuis Dubaï ou Beyrouth.

8 Signature d’un accord de libre-échange libano-irakien en 2002 et instauration en 2003 d’un cahier de passage pour la voiture (daftar) commun au Liban, à la Syrie et à la Jordanie.

9 Suppression en 2002 des taxes douanières sur les produits industriels à l’entrée du territoire libanais et instauration de « l’échange amical » avec la Syrie qui supprime les taxes sur les produits syriens.

10 Elle est conduite par le Conseil du Développement et de la Reconstruction (CDR), des députés ou dans le cadre de projets de coopération internationale.

11 En septembre 2005, les taxes sur les véhicules et les personnes syriennes désireuses d’entrer au Liban ont quadruplé et les produits libanais destinés au marché syrien sont toujours bloqués à la frontière.

12 Un ouvrier agricole syrien explique gagner 100 LS par jour en Syrie (soit 3 000 LL) contre 15 000 LL au Liban.

13 Faute de trafic commercial et de clients, beaucoup de boutiquiers syriens à Masnaa ont abandonné le bail de leur magasin. Pour la même raison, le nombre de vendeurs ambulants syriens ou d’employés des boutiques de change s’est amenuisé à Chtaura.

14 Cette taxe est passée à 800 LS depuis le 1er septembre 2005.

15 Ces allers et venues risquent d’être moins fréquents avec l’augmentation de la taxe de sortie syrienne.

16 Trois ans de prison pour les cultivateurs, six ans pour les vendeurs, six mois pour les consommateurs…

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 (à gauche) : Carte administrative du Liban Figure 2 (à droite) : Le Liban avant 1914
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1644/img-1.png
Fichier image/png, 130k
Titre Photo 1. Chtaura, route principale (juin 2005)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1644/img-2.png
Fichier image/png, 96k
Titre Photo 2. Villa près de Baalbek (2004)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1644/img-3.png
Fichier image/png, 371k
Titre Photo 3. Elevage avicole hors sol vers Iaat (Békaa nord), 2004.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1644/img-4.png
Fichier image/png, 75k
Titre Photo 4. Tentes de travailleurs syriens à Deir Zeinoun (Békaa Ouest)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1644/img-5.png
Fichier image/png, 64k
Titre Figure 3 : La plaine de la Bekaa (situation)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1644/img-6.png
Fichier image/png, 114k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Bennafla, « Le développement au péril de la géopolitique : l’exemple de la plaine de la Békaa (Liban) », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/4 | 2006, mis en ligne le 01 avril 2010, consulté le 24 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1644 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1644

Haut de page

Auteur

Karine Bennafla

GREMMO – MOM, 7, rue Raulin, 69007 LYON, karine.bennafla@neuf.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page