Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Rieucau J., Lageiste J. (dirs.) , 2006, L'empreinte du tourisme : contribution à l'identité du fait touristique, Paris, L'Harmattan, 344 p.

Philippe Bachimon
p. 276

Texte intégral

1Cet ouvrage se présente comme un ensemble de contributions traitant de la question des traces qu'inscrivent de manière plus ou moins durable dans le paysage et la signalétique les activités et aménagements touristiques. Il s'agissait dans ce livre de faire la somme des apports des textes présentées lors du séminaire tenu en mars 2004 à l'université d'Artois. Le résultat est à la hauteur du défi qui consistait à défricher une problématique, qui sans être totalement innovatrice, méritait en effet les enquêtes et des approfondissements que l'on trouve dans ce livre

2Les contributions variées permettent un éclairage en plusieurs sous-thèmes. Celui des marqueurs touristiques est traité dans le chapitre : « Marquer, spécifier, communiquer les espaces du tourisme » par l'article introductif de Jérôme Lageiste sur: « Les marqueurs spatiaux des lieux touristiques » qui apparaît comme l'un des textes clefs de l'ouvrage. Il pose clairement le contenu de cet objet symbolique et matériel qu'est le marqueur spatial. La typologie des marqueurs donne une matrice d'analyse qui doit se révéler utile à la compréhension des rapports médiatisés. Un recours plus marqué aux apports théoriques et en particulier à D. W. Winnicot sur les objets transitionnels aurait sans doute permis à l'auteur d'affiner son propos.

3Jean Rieucau dans: « L'empreinte nominale du tourisme » analyse la dénomination touristique des lieux en ce qu'elle brouille, ou pour le moins complexifie l'espace, au-delà de toute réalité territoriale a priori. Il décrit avec justesse les processus d'une « topo » nomination qui résulte de superpositions toponymiques à différentes échelles qui aboutissent à des stratifications venant brouiller le message territorial. L'article de Carine Fournier sur: « Les Costas, empreintes nominales durables de la territorialisation touristique en Espagne » illustre cette approche par l'étude d'un cas particulier. On aurait pu dans ces articles faire référence à d'autres  travaux que ceux cités. Nous pensons en particulier à ceux de Céline Tritz sur l'invention de l'image touristique des littoraux méditerranéens français et espagnols.

4Un deuxième article de Jean Rieucau portant sur «  la promenade maritime, de la station aristocratique à la ville de l'âge postourisitique » reprend en les approfondissant les travaux qu'il mène depuis de nombreuses années sur le littoral du Languedoc et la Costa valencia en élargissant sa réflexion dans l'espace et le temps. L'essentiel de l'étude porte sur le lien existant entre l'urbanité classique (en particulier hispanique) et celle de la station dans l'évolution de la promenade. On pourrait suggérer que cet article, dédié à une intéressante typologie des formes urbanistiques, soit prolongé par une étude des appropriations par les usagers habituels, voire alternatifs, de ces lieux.

5L'article de Vincent Coeffe intitulé : « Les marqueurs spatiaux comme enjeux de la mise en tourisme de Waikiki » reprend les idées développées dans son excellent travail de thèse sur la place des représentations dans la production des territoires touristiques. Le texte de Sylvie Christofle intitulé : « L'empreinte achitecturale et urbanistique du tourisme de réunions et de congrès » montre que les palais et centres de congrès sont conçus, par leurs promoteurs politiques, comme des symboles de la hiérarchie urbaine et sont des objets de la différenciation spatiale qui mobilisent des investissements importants, voire des surinvestissements, de la part des stations. L'article suivant, de Nathalie Lemarchand intitulé:« Le magasin de souvenirs et d'artisanat: marqueur spatial du tourisme » clôt ce chapitre par une intéressante approche de ces objets « voyageurs » qui vont au final décorer les étagères des touristes dans l'environnement intime de leur résidence quotidienne. C'est d'ailleurs là, en tant que lieu d'aboutissement d'un processus accumulation, que ce marqueur important pourrait être étudié.

6Le chapitre 3 porte sur la question des représentations, du balisage et des pratiques des territoires touristiques. L'article d'Edith Fagnoni sur le renouvellement urbain endogène d'Amnéville (Lorraine) - devenue Amnéville-les-Thermes - montre un cas de tourisme sur friche industriel tournant le dos à son passé. Ce qui pose des problèmes d'identité perdue que l'article traite avec pertinence. Une étude comparative avec ce qui s'est passé dans le bassin pas si éloigné de la Rhur en terme de reconversion profonde dans le tourisme (TUI le grand tour opérateur est issu de cette reconversion) devrait pouvoir mettre en perspective le cas d'Amnéville.

7« Les bulles touristiques en milieu tropical », article signé par Olivier Dehoorne, étudie les complexes touristiques enclavés, et les raisons « politiques » de leur enclavement, qui en font des « ailleurs spatiaux » coupés de l'autre « ailleurs social » que constitue la population environnante. Cette question de l'incommunicabilité est particulièrement pertinente en terme de durabilité et le texte approfondit l'approche initiale que l'on doit en la matière à Georges Cazes. Une interrogation cependant peut être soulevée sur le terme de « bulle » employé pour désigner le tourisme enclavé. S'agit-il d'une référence à la définition d'Abraham Moles ou à la notion de bulle tropicale qui est un concept touristique s'appliquant à une artificialisation (ou tropicalisation) en milieu tempéré? Cette ambiguïté terminologique mérite sans doute d'être levée par un approfondissement thématique ultérieur.

8Enfin l'article : « Du Kilimandjaro à Biscarosse » de Bernard Calas traite des marqueurs spatiaux comme de dispositifs permettant de qualifier les espaces. Les notions de mise en récit et de mise en scène, celles d'anticipation des parcours et de promotion de la fréquentation touristique nous semblent devoir devenir des concepts opérationnels.

9Pour la loi du genre nous adresserons deux critiques à cet ouvrage géographique de très bonne tenue. La première est qu'à notre avis, il ne distingue pas suffisamment les indicateurs comme objets d'étude (les marqueurs) des indicateurs comme outils d'analyse scientifique. La deuxième porte sur l'inégale valeur des référencements bibliographiques. Ils apparaissent parfois redondants et d'autres fois « taiseux » sur le référentiel bibliographique réel, qui est de toute évidence plus vaste que celui cité. Cette coutume de se jouer d'une pratique scientifique admise dans d'autres domaines des sciences sociales, reste encore le propre de la recherche en tourisme. Outre qu'elle interroge sur sa scientificité, elle rend parfois malaisée la recherche exhaustive des sources. Notons que cet ouvrage est en la matière loin d'être le plus condamnable d'une production qui commence à prendre une certaine ampleur dans ce domaine de recherche. Ce doit être un biais de toute approche innovante.

10Répétons, au final, qu'il s'agit d'un ouvrage qui, jouant de la diversité des contributions qu'il rassemble, donne une base de réflexion constructive, voire opérationnelle, pour de grandes questions qui traversent les présentes réflexions sur le tourisme dans les sciences humaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Bachimon, « Rieucau J., Lageiste J. (dirs.) , 2006, L'empreinte du tourisme : contribution à l'identité du fait touristique, Paris, L'Harmattan, 344 p. », Géocarrefour, vol. 81/4 | 2006, 276.

Référence électronique

Philippe Bachimon, « Rieucau J., Lageiste J. (dirs.) , 2006, L'empreinte du tourisme : contribution à l'identité du fait touristique, Paris, L'Harmattan, 344 p. », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/4 | 2006, mis en ligne le 07 février 2008, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1642

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org