Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

SIVIGNON M., AURIAC F., DESLONDES O., MALOUTAS T. (éds.), 2003, Atlas de la Grèce

Paris, CNRS et La Documentation française, 2003, (Coll. Dynamiques du territoire), 190 p., 281 cartes, 59 graph., 29 tabl.
Pierre-Yves Péchoux

Texte intégral

1Reprendre l'ouvrage était nécessaire : tant la distribution en Grèce de la population et de ses activités que notre connaissance du territoire grec et des dynamiques spatiales qui l'affectent ont effet bien changé depuis la publication en 1964 de l'ancien Atlas économique et social de la Grèce.

2Les moyens de travail utiles à la relance d'un tel ouvrage sont, d'autre part, devenus plus sûrs et plus précis - on le mesure aisément à travers le tableau intitulé "évolution des causes de la mortalité ", p. 57 - et les voilà bien plus variés qu'ils n'étaient, surtout grâce à l'amélioration de l'appareil statistique accessible aux échelles des divers compartiments administratifs et géographiques ; mais on constate qu'il reste mal commode d'apprécier avec toutes leurs nuances et leurs discontinuités toutes les dimensions du principal amas de population et d'activités du pays : l'agglomération d'Athènes, quel que soit le nombre des cartes qui l'envisagent, surtout dans le riche chapitre 5. Les conditions de travail sont elles mêmes meilleures : l'information est accessible comme elle peut l'être dans toute société démocratique ; d'autre part, une génération de géographes formés à la géographie est aujourd'hui à l'œuvre dans quelques universités de Grèce, notamment celle de Thessalie ; enfin le gros chantier que représente la confection d'un tel atlas ne pouvait que bénéficier de la réouverture de l'École française d'Athènes aux études consacrées à la Grèce moderne et de l'intérêt pour les études spatiales entretenu au Centre national de recherches sociales, lequel perpétue la tradition géographique du Centre des sciences sociales d'Athènes qui fut autrefois le berceau de l'ancien Atlas.

3Les méthodes de travail ont, elles aussi, bien changé. L'ancien Atlas , une entreprise d'édition trilingue, avait rassemblé au centre d'un petit réseau d'informateurs et de préparateurs un trio de spécialistes convaincus, Kayser, Thompson et Coukis, autour d'un cartographe détaché par l'IGN, Vaternelle, et d'un excellent imprimeur, Aspioti Elka, dont la modestie qui prévalait à l'époque fit qu'il ne fut même pas mentionné parmi les "auteurs". Le nouvel Atlas de la Grèce édité en français seulement par le CNRS et La Documentation française a mobilisé, à partir de quelques assemblées initiales où participèrent même des spécialistes qui ignoraient tout des cartes et de la cartographie, une foule de concepteurs et de rédacteurs : illustration immédiate de l'attention désormais accordée à la Grèce contemporaine. D'autre part, plusieurs cartes du nouvel Atlas, initialement élaborées par leurs concepteurs, ont été utilisées ensuite par l'équipe centrale des rédacteurs et parfois commentées par d'autres auteurs : il arrive que cela engendre l'impression d'une distance entre le commentaire et la carte ; cette impression est accentuée du fait que beaucoup de cartes ont été construites à partir des données du recensement de la population de mars 1991 et du recensement de l'agriculture de 1991 alors que les spécialistes qui les commentent savent tenir compte de données accessibles par la suite, notamment depuis le dernier recensement de la population.

4L'Atlas de la Grèce constitue désormais une référence aussi indispensable que commode à propos de la Grèce entrée dans l'Union européenne et dans le siècle nouveau.

5Les dimensionsde l'ouvrage (21 cm par 25) font que son maniement est aisé, mais elles ne suffisent pas à contenir tout le territoire grec. Habité et désormais équipé d'un petit aéroport, l'îlot de Kastellorizo, où le ministre des Affaires étrangères de la Grèce a récemment transporté tous les ministres des Affaires étrangères des États membres de l'Union européenne d'aujourd'hui et de 2004 qu'il venait de rassembler à Rhodes, n'est évoqué, par raccroc, qu'à la page 31, après être apparu, un peu trop à l'ouest, à la page 21. De plus, dans le quadrilatère capable de contenir presque toute la Grèce, on néglige parfois, sans préciser quels furent les principes de cette généralisation, de mentionner quelques détails, tel l'îlot habité d'Antipaxi, même dans une carte, p. 21, qui mentionne le régionyme historique d'Heptanèse et même dans la carte des "formations végétales", alors qu'Antipaxi figure dans celle des "espaces protégés" au titre d'une directive internationale.

6Typographie, choix des couleurs d'impression des cartes et registre de leurs densités chromatiques rendent la consultation de ce nouvel Atlas facile, à quelques exceptions près, quand l'échelle de la carte est trop petite pour y laisser distinguer aisément les unités spatiales cartographiées : "dèmes et communes en 1988", ou quand la gamme des couleurs utilisées est supérieure à six ou sept : "orientation dominante de la production agricole" - qui est cependant une des cartes les plus nouvelles de cet Atlas, en même temps qu'une illustration de son souci de servir d'introduction à une géographie régionale de la Grèce, dont quelques chapitres sont esquissés, à propos de la région de la capitale nationale, du Péloponnèse et d'une subdivision de la Thessalie méridionale. Toutefois, l'étroitesse de beaucoup de ces cartes, qui sont parfois quatre à occuper moins d'une page, jointe à l'absence d'une carte de repérage des toponymes et des régionymes qui serait venue compléter "l'index des noms de lieux", entraîne que l'Atlas reste immédiatement moins utilisable par des novices. Cela est manifeste à propos de l'excellente série de cartes consacrées à la description et à l'explication de l'agriculture dans l'ensemble de la Grèce : irrigation, valeur de la production, revenu des exploitations, puis à l'analyse du cas de l'agriculture dans le Péloponnèse, p. 108 à 113 ; chacune de ces cartes aurait mérité d'être présentée à une échelle plus grande pour permettre d'en mieux saisir la précision : elles suggèrent bien mieux des silhouettes et des traits d'ensemble qu'elles n'aident à repérer sans délai un canton précis.

7Cependant, même des connaisseurs peuvent s'agacer, surtout dans une époque marquée par les engouements géopolitiques, de ce que la plupart des cartes présentent le territoire de la Grèce comme s'il s'agissait d'un archipel : voisinage continental et mitoyennetés de l'état grec n'apparaissent guère au-delà de frontières qui semblent tracées dans le vide. Rares exceptions avec une carte historique : "la formation du territoire", où les teintes accordées à l'Épire du nord et à la Thrace orientale sont décidément trop denses, ou bien, p. 179, à propos de voies ferrées, de routes et de camionnage.

8Quoiqu'il en soit, la Grèce contemporaine est là et ses grandes lignes solidement mises en évidence. Avec leurs archaïsmes, qui transparaissent dans les deux petites cartes de factures différentes, p. 34 et p. 70, où l'on a comparé pour chaque département le nombre d'électeurs inscrits au nombre d'habitants recensés. Avec l'illustration de leurs déséquilibres structurels : la carte de la proportion de logements vacants par rapport au total des logements confirme les commentaires relatifs aux cartes des densités de population et à celles du semis urbain. Avec leurs nouveautés que signalent aussi bien l'évolution de la pyramide des âges, la distribution des habitations de vacances, la place prise par les tabacs de Virginie et le déclin de la culture du tabac d'Orient dans ses terroirs d'autrefois, ou le nouveau cours de la croissance de la population urbaine, plus marquée désormais dans les villes moyennes qu'à Salonique et à Athènes, ou encore la répartition des immigrés étrangers, lesquels représentent en 2001 un habitant sur dix, alors que l'on cartographiait autrefois l'émigration des Grecs. Avec leurs innovations, enfin : multiplication des serres à usage agricole, fréquence des phénomènes "d'agriculture à distance" qui attirent l'attention sur la difficulté de définir en Grèce les "genres de vie" agricoles ou urbains...

9La masse des informations mises à notre disposition dans cet Atlas est considérable. Mais son orchestration laisse parfois une impression d'inachèvement. Ainsi la carte de répartition de la population par communes en 1991, autre expression de la carte des densités en 1990, p. 36, fait-elle évidemment ressortir le poids de l'agglomération d'Athènes. De celle ci l'extension est évoquée à plusieurs reprises. Mais aucun des cartons présentés ne rend entièrement compte de la "grande région athénienne" dont nous apprenons qu'elle s'étend au moins de Chalkis en Eubée jusqu'au Laurion, au cap Sounion et bientôt à l'île de Kéa, des plages des Saints Théodores, de la plaine de Mégare et du bassin d'Éleusis jusqu'aux rives sud du golfe Argosaronique et dont la carte des "ovins et caprins", p.113, suggère qu'elle s'étend à l'ouest au delà de Corinthe, dans l'intérieur de l'Argolide et de la Corinthie où des troupeaux  sont élevés en nombre pour nourrir les Athéniens. Même impression à propos des points de vue cartographiques relatifs au  relief, aux structures morpho-tectoniques, comme à propos de la formule climatique et des associations végétales ou à propos de divers risques à forte composante naturelle: l'usage de mots-clés, tel celui de mobilité, ou le recours à des notions cardinales, telle celle d'irrégularité interanuelle, auraient aidé à harmoniser les commentaires de l'ensemble consacré au "cadre naturel" sans pour autant suffire à ce que les lecteurs superposent clairement les "grandes fractures " signalées p.17 aux tracés des linéaments structuraux évoqués p.11 ou qu'ils passent aisément de l'exposé relatif à l'"affrontement des plaques lithosphériques", lequel relève du destin géologique de la planète, à la réalité saisonnière des mouvements de terrrain sur des versants fragilisés qui participent d'aléas morphologiques, biogéographiques et agro-pastoraux . Il restait d'ailleurs, p. 17, un peu de blanc pour expliquer si la "dégradation des écosystèmes" cartographiée p.16 par rapport à des "surfaces occupées" est définie par référence à un climax idéal ou à un état ... provisoire, puisque cette dégradation présentée en trois degrés ne peut être saisie que dans sa dynamique.

10Une des innovations de cet Atlas par rapport à son prédécesseur réside dans les mentions faites de l'histoire des Grecs et de l'hellénisme, ce qui a entrainé cartographes et commentateurs au delà des limites territoriales de la Grèce et au delà du rappel des échanges de populations turques et bulgares contre populations grecques au sortir des guerres balkaniques du début du XXème siècle: il s'agit en effet de mieux situer l'espace des Grecs dans l'Europe du début du XIXème siècle et dans le monde d'aujourd'hui avec leurs émigrés, leurs expatriés, leur langue, leurs églises et leurs ambassades. Mais, au delà de la démonstration implicite que la Grèce est comme au centre du monde, cela ne va guère plus loin qu'un panorama ethnographique: aucune analyse économique, aucune référence à l'implantation et aux réseaux des armements maritimes, ni à la distribution des enregistrements de navires ou à l'organisation des réseaux aériens ou bancaires. Aucune analyse non plus de l'évolution diachronique de l'idée de nationalité grecque dans le cadre plus général des diverses formes et des différents moments d'extension des sentiments d'appartenance à l'hellénisme ; on aurait d'ailleurs contribué à mieux faire entendre ces sentiments en recourant plus souvent au terme géographique d'habitants et un peu moins à celui de population...

11À un autre niveau que ceux des intentions de l'Atlas , de sa composition et de son orchestration, l'expression de l'ouvrage est parfois incertaine, ou défaillante, et quelques fois discutable. Incertitudes, à propos de qualificatifs employés quand il s'agit de stratifications socio-professionnelles: vise-t-on les revenus ou les formations en signalant des catégories "hautes" ou "élevées"? Ambiguïtés, tantôt faciles à surmonter s'il suffit de comprendre que le taux de nuptialité est élevé quand on a lu que "la nuptialité est forte" ou de réfléchir que l'allusion au "déficit des grandes exploitations agricoles" signale probablement leur rareté, tantôt problématiques, notamment p. 151, à propos des notions de "produit industriel", de "productivité", de "classe de productivité industrielle brute". On aurait sans doute pu, aussi, éviter la préciosité qui consiste à suremployer l'adjectif "frangrec" hellénique en lieu et place du mot grec dont l'usage est bien établi depuis quatre siècles; cela aurait d'ailleurs aidé à bien faire sentir ce qui distingue la réalité présente du territoire grec des espaces historiques de l'hellénisme. Nous savons tous, enfin, à quelles complications difficiles à surmonter entrainent et la translittération, d'un alphabet à l'autre, des noms propres et le fait que bien des toponymes grecs ont depuis très longtemps un doublet en français ; on aurait pu, dans cette circonstance se souvenir que l'on continue, en français, de distinguer par des accents les voyelles e qui ne sont pas muettes: si nous entendons bien Serrès quatorze fois dans cet Atlas et si nul n'hésitera à y dire Kéa, combien sauront y prononcer "Keratea" , "Menidi" ou "Perama" sans inquiétude?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Yves Péchoux, « SIVIGNON M., AURIAC F., DESLONDES O., MALOUTAS T. (éds.), 2003, Atlas de la Grèce », Géocarrefour [En ligne], Vol. 78/1 | 2003, mis en ligne le 29 mai 2007, consulté le 17 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/163

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page