Navigation – Plan du site

Quand le passé éclaire le présent : écologie et histoire du paysage

When the past sheds light on the present: ecology and history of landscapes
Jacky Girel
p. 249-264

Résumés

Les changements affectant le paysage au cours du temps en fonction des variations de divers facteurs naturels (climat, hydrologie) et anthropiques (déboisement, agriculture, régulation des cours d’eau…) font l’objet de recherches de plus en plus nombreuses à des échelles allant de celle du millénaire à celle de l’année. Archéologues, historiens, géographes et biologistes ont certes une définition différente du paysage mais s’accordent pour reconnaître le rôle primordial de l’activité humaine directe et indirecte.

L’histoire des inter-relations complexes entre l’homme et son milieu au cours du temps a permis dans cette dernière décennie le développement de l’Histoire environnementale, champ d’études dans lequel historiens et spécialistes des sciences de l’environnement s’appuient sur une méthodologie historique pour comprendre les relations hommes-nature. Le paysage actuel, en tant qu’objet, y est mis en relation avec des événements passés, parfois de courte durée (exemple des déboisements suivis d’abandons), gouvernés aussi bien par les conditions physiques du milieu que par les facteurs sociaux, mais toujours essentiels pour comprendre son organisation et les processus qui s’y exercent. Utiliser le passé pour comprendre le présent et prévoir le futur est une idée qui se développe dans les pays fortement anthropisés de l’hémisphère nord à partir de 1995. L’intérêt de la reconstruction historique par le biais d’une collaboration entre historiens (sciences humaines) et écologues (sciences de la nature) apparaît de plus en plus évident, en particulier pour tous les travaux de restauration des écosystèmes et paysages endommagés pour lesquels on devra définir un état antérieur à retrouver et à maintenir.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : le paysage, un objet d’étude multidisciplinaire1

  • 1  On définit la multidisciplinarité (ou pluridisciplinarité) comme étant « différentes disciplines p (...)

1Le paysage en tant que « vue qui s’offre au regard» a toujours un rapport avec un support qui est l’espace géographique (Wieber, 2002). Il comporte une partie objective étudiée par des biogéographes et des écologues intéressés par des traits spécifiques (occupation du sol) ou par la structure (agencement spatial des taches) et le fonctionnement de l’ensemble. Le paysage est aussi un objet d’étude pour des chercheurs en sciences humaines et sciences sociales (sociologues, historiens, économistes ou anthropologues) ; leurs approches mettent en avant des significations du paysage prenant en compte la manière dont les paysages sont perçus, compris et mentalement représentés dans les différentes composantes de la société (Cossin & Girel, 2003 ; Jones, 2003). En effet, le paysage est aussi chargé de significations et d’émotions ; il est indissociable de la personne qui le perçoit par tous ses sens. Selon A. Corbin (Corbin, 2001) son étude ne peut être que subjective ce qui remet en cause la vision « naturaliste», même si un paysage reste inséré dans son environnement. A. Berque (Berque, 2000) critique d’ailleurs à juste titre l’écologie du paysage qui étudie la morphologie de l’environnement avec le point de vue des sciences de la nature et appelle l’objet « paysage » alors que le paysage n’existe que par l’association du « naturel » et du « social ». Conscient de cette vision réduite de l’écologue, nous devons préciser en préambule que le paysage dont il est question dans ce texte correspond à l’écocomplexe (Blandin & Lamotte, 1988), c'est-à-dire à une entité spatiale située à un niveau hiérarchique supérieur à celui de l’écosystème, caractérisée par son hétérogénéité et par une dynamique gouvernée en grande partie par les activités humaines (Burel et Baudry, 1999).

2L’approche holistique et transdisciplinaire de l’écologie du paysage s’est développée sous l’impulsion d’écologues et de géographes nord-américains et européens confrontés dès 1980 à des problèmes d’aménagement et de gestion de milieux à l’échelle régionale. La nécessité de préserver un état "naturel" est alors devenue évidente dans les pays de l’hémisphère nord où les activités humaines ont fortement transformé l'organisation spatiale de la végétation spontanée en particulier. Que doit-on considérer comme "naturel" ? La compréhension du fonctionnement des écosystèmes et l'impact temporel des activités humaines sur ce fonctionnement semblent susceptibles d'apporter des éléments de réponses intéressants.

  • 1

3Dans les paysages anthropisés, le concept de biodiversité spécifique n’est pas suffisant pour exprimer la valeur et la complexité des systèmes. Comme le souligne Farina (2005), l’introduction du concept de paysage humanisé(équivalent dupaysage culturel= cultural landscape)2 s’avère alors particulièrement utile. Le paysage humanisé est un système complexe où interagissent des mécanismes naturels et anthropiques.Les écosystèmes y occupent un territoire résultant du croisement de deux logiques (i) une logique “naturelle” qui explique la présence d’une faune et d’une flore particulières liées à l’histoire géologique, géomorphologique et biologique et (ii) une logique “humaine” qui a organisé l’espace au fil du temps en fonction des besoins de l’homme et des pratiques culturales, par exemple (Blandin, 1996). L’histoire des sociétés humaines et de leurs impacts sur l’environnement apporte donc des informations importantes sur la constitution et le fonctionnement des paysages contemporains. Prendre en compte cette histoire, c’est analyser les impacts d’une succession de processus spontanés ou initiés par l’homme qui produisent de multiples enchaînements de cause à effet et qui expliquent la structure présente d’un système c’est à dire d’un territoire (Burel & Baudry, 1999). Comme le soulignent Blandin (Blandin, 1996) puis Briggs (Briggs et al., 2006), une analyse purement écologique n’est pas suffisante pour comprendre la structure d’un paysage où processus spontanés et anthropiques sont étroitement corrélés. A l’opposé, évaluer les changements anthropiques comme le font archéologues et anthropologues à l’échelle des besoins humains, plutôt qu’en terme de fonctions et de structure des écosystèmes, n’est pas non plus satisfaisant.

  • 3  L’interdisciplinarité dans les recherches sur le paysage se définit comme «L’implication de plusie (...)
  • 4  Le terme d’ethnoécosystème, faisant donc référence à l’ethnoécologie a été utilisé par Philippe Ma (...)

4Par conséquent, on insiste sur la nécessité de développer l’interdisciplinarité3:les caractéristiques d’un paysage ne peuvent être véritablement comprises que par la mise en oeuvre d’une véritable ethnoécologie4, interdiscipline interprétant les trajectoires évolutives des paysages en analysant l’ensemble des processus spontanés et anthropiques qui les co-déterminent.” (Blandin, 1996). Actuellement, l’évolution temporelle des paysages est particulièrement étudiée en Europe. On peut citer en particulier les travaux de l’Institut de Gestion du Paysage de l’Université Albert Ludwigs à Freiburg im Breisgau en Allemagne (Schwineköper, 2000) et la création en Grande Bretagne, à l’initiative des archéologues, de la Société pour l’étude du paysage (Society for Landscape Studies) qui rassemble des chercheurs de différentes disciplines travaillant sur l’évolution des paysages et qui publie depuis 1979 le journal «Landscape History». En France, les travaux à l’interface «Nature-Sociétés» se développent aussi ; on montre en particulier l’intérêt d’une réflexion géo-historique, à travers les thèmes du paysage et du risque dans les hydrosystèmes (Bravard et Piégay, 2000). Entre 1997 et 2002, le Programme «Environnement Vie et Société» (PEVS) du CNRS a initié des recherches portant sur l’histoire des interactions des sociétés avec leur milieu. Un dialogue interdisciplinaire très large entre les différentes communautés scientifiques sur le thème « Des temps de l’environnement » s’est établi par exemple lors du colloque organisé en 1997 par le PEVS et où furent abordés les dynamiques spatio-temporelles par les thèmes « Espace-temps et paysages » et « Temps long et anthropisation » (Barrué-Pastor, M. & Bertrand, G., 2000). Les besoins en analyses rétrospectives sur les relations entre systèmes sociaux et naturels et l’ouverture des recherches environnementales vers l’histoire et l’archéologie ont permis le montage d’un projet appelé «Histoire des Interactions Hommes-Milieux» lancé en 1999, (Burnouf et al., 2003)

  • 5  Cet "équilibre de la nature" serait un état idéal où chaque élément est en équilibre avec les autr (...)

5Comme le remarque Briggs (Briggs et al. 2006), au cours de ces dernières décennies, écologues et archéologues ont mis à mal deux conceptions qui étaient fortement ancrées dans les esprits. Les écologues ont remis en question et finalement abandonné l’idée de la stabilité dans la nature5. Ils considèrent désormais le développement des écosystèmes comme résultant d’une interaction permanente entre processus écologiques et événements historiques le plus souvent d’origine anthropique. Pour les archéologues, l’accumulation de preuves montrant que les sociétés humaines ont plus ou moins altéré ou même dégradé leur environnement depuis des millénaires a définitivement balayé le mythe des peuples indigènes vivant en harmonie avec la nature. L’objet spatio-temporel qu’est le paysage est devenu un centre d’intérêt primordial. Le rôle prépondérant qu’y joue l’homme explique pourquoi les sciences de la vie (écologie) et les sciences humaines (histoire, archéologie) ont développé parallèlement des thèmes de recherches présentant certaines similitudes. L’influence du paysage sur l’homme et l’influence de l’homme sur le paysage sont des thèmes largement explorés en particulier dans les recherches sur les paléoenvironnements. La combinaison de techniques développées par les différentes disciplines est prometteuse ; elle peut fournir des informations sur les liens et rétroactions entre processus anthropogènes et naturels et de là permettre une compréhension plus holistique de l’évolution des paysages.

Du paysage «naturel» au paysage «anthropisé»

Le paysage préhistorique (exploitation des archives naturelles)

  • 6  A partir de 1963, divers scientifiques ont montré un intérêt croissant pour l’histoire des forêts. (...)

6Depuis une cinquantaine d’années, les travaux de paléoécologie (s’appuyant sur l’identification par les pollens, les macrorestes végétaux et animaux, la valeur du ratio d'isotopes 18O/16O….) ont permis de reconstituer les paysages et les climats à diverses périodes et à proximité des gisements que constituent les sédiments des lacs et les dépôts tourbeux des marais (Berglund et al. 1996; Blackford, 2000). Les études menées partout dans le monde s’accordent pour dire que rien n’a échappé à l’influence humaine directe ou indirecte liée à la déforestation, au pâturage et aux animaux domestiques. Les analyses pédoanthracologiques (détermination des végétaux à partir des cendres conservées dans les sols après incendies (Thinon, 1978), associées à des analyses polliniques et à des datations au radiocarbone notamment, ont prouvé la mise en place d’assemblages végétaux liés essentiellement à l’action de l’homme. Par exemple, l’impact des incendies provoqués dès le Néolithique par les premiers bergers transhumants dans les Alpes, à la limite altitudinale de la forêt, a fait l’objet de nombreuses publications expliquant la répartition spatiale actuelle des espèces ligneuses comme le pin cembro, le pin à crochets, le sapin, le mélèze ou l’épicéa (Carcaillet, 1998 ; Carcaillet & Brun, 2000 ; David, 2001 ; Ali et al. 2005; Carcaillet & Muller, 2005). D’autres impacts humains moins anciens (déforestation, mise en culture de l’époque romaine, du Moyen Âge ou du 17ème siècle …) se sont également révélés prépondérants pour expliquer la composition et la structure des assemblages forestiers actuels (Segard et al., 2003). En 2004, à l’initiative de l’INRA de Nancy6, un colloque sur le thème des relations entre forêt, archéologie et environnement («La mémoire des forêts») a été organisé pour rendre compte des avancées des recherches interdisciplinaires mettant en relation biodiversité actuelle et usages anciens des forêts françaises.

Le paysage historique et ses relations avec les activités humaines passées (exploitation de documents d’archives)

  • 7  F. Braudel s'inscrit dans la lignée des historiens de l'Ecole des Annales qui proposèrent de repen (...)
  • 8  Voir les travaux du Groupe d’Histoire des Forêts Françaises (Corvol et al., 1997).

7Avec son “Histoire de la campagne française” publiée en 1932, G. Roupnel est un pionnier. En utilisant la forêt, les champs, les lisières, les vieux chemins, les villages… comme témoins, il regarde le paysage comme un palimpseste et montre, avant F. Braudel, G. Duby ou E. Leroy-Ladurie (qui ont aussi l’œil du géographe), que l’histoire est dans tout et tout est dans l’histoire quand on considère une échelle temporelle plus large7. Actuellement, d’autres chercheurs (voir en particulier : Blanchemanche, 1990 ; Chouquer, 2000 ou Antoine, 2002 ) à travers l’archéologie du paysage se sont attachés à mettre en relation le “paysage rural” secrété par l’homme au cours des siècles avec des pratiques et des techniques agricoles anciennes parfois oubliées comme l’irrigation, le drainage ou l’ écobuage. Néanmoins, les écosystèmes «naturels» et en particulier la forêt n’ont le plus souvent été pris en compte par les historiens qu’à travers l’intérêt que les sociétés humaines portaient à ces milieux (Agnoletti, 2000). C’est en particulier le cas en France où on a étudié plus l’exploitation de la forêt par l’homme (ressources nutritives, énergie, industrie) et l’histoire de sa gestion (lois, règlements) que l’évolution du paysage forestier lui-même8. En revanche, en Grande Bretagne, les historiens s'intéressent depuis les années 1960 aux relations entre histoire, agriculture, vie rurale et développement de l'habitat et du milieu environnant. La revue The Agricultural History Review (éditée par "The British Agricultural Society") publie par exemple des travaux sur l'évolution du paysage anthropisé en relation avec l’histoire de l’agriculture (exemples :: Hewlett, 1973 ; Lane, 1980…).

Les communautés biologiques, éléments du paysage marqués par les activités humaines

8La biogéographie, d’abord essentiellement descriptive, inclut maintenant le temps. Par cette approche dynamique, elle examine la variation spatio-temporelle des patrons de distribution des espèces. (Hengeveld, 1990; Tallis, 1991; Briggs, 1995; Whittaker, 1998). L’empreinte de l’homme sur les phytocoenoses et les zoocoenoses (émergence et développement de l’agriculture) occupe une part importante de cette discipline; l’activité anthropogénique y est prise en compte de la même façon que les facteurs naturels. Le concept de synanthropisation apparaît ; il traite de l’incessante substitution d’espèces par d’autres espèces, liées à l’action de l’homme, sur les couverts végétaux (Pott, 1995 ; Speier, 1996). Des cartes thématiques (floristique, phytogéographique et phytoécologique) présentent la synthèse et l'interprétation des causes et des effets de la synanthropisation sur la flore (Falinski, 1998).

9La phytosociologie (qui reste un outil pour la description des assemblages végétaux de la Communauté Européenne) a tenté de relier les associations végétales contemporaines à des événements passés. Ainsi, De Foucault (1990) a posé les bases d'une ethnophytosociologie s’inspirant des travaux plus anciens de Kuhnholtz-Lordat (1958) sur la trilogie silva-saltus-ager. En relation avec la biogéographie, la phytosociologie a alors engagé une réflexion interdisciplinaire qui “...intègre les modèles dynamiques naturalistes dans une nouvelle problématique du paysage à l’interface de la Nature et de la Société” et qui montre l’importance des études diachroniques pour analyser des territoires dont les paysages actuels relèvent autant de la géographie, de l’histoire et de l’ethnologie que de l’écologie. (Dubois, 1993).

10Le développement d’une écologie des communautés fonctionnelle et évolutive a ouvert ensuite de nouvelles perspectives à l’interdisciplinarité. En mettant les processus écologiques (dissémination, colonisation, succession végétales) en perspective avec les changements socio-économiques, à plusieurs échelles d'espace et de temps, biologistes et géographes ont montré par exemple le rôle de l’histoire des pratiques culturales sur la mise en place des communautés forestières ; on a pu ainsi proposer des scénarios d’évolution pour les paysages périméditerranéens français (Lepart, 2005 ; Caplat et al., 2006 ; Marty et al, 2006).

La prise en compte du temps en Ecologie

Ecologie historique et échelles temporelles

11En écologie, le terme "histoire" peut se révéler aussi ambigu que celui de "paysage". Il peut être utilisé dans des cas aussi différents que les changements environnementauxsurvenus dans le passé et les expériences vécues par des individus ou des populations suite à une perturbation sévère (irréversible ou non) ; il peut même désigner la chronologie des invasions dans une zone géographique quelconque.

12En cas de changements dans les facteurs environnementaux au cours du temps, des plantes dominantes caractérisées par des traits fonctionnels particuliers disparaissent au profit de nouvelles espèces dominantes présentant des traits fonctionnels différents, traduisant alors le remplacement d’un écosystème par un autre (Lavorel & Garnier, 2002). La durabilité des écosystèmes ne peut être évaluée objectivement qu’en fonction de l’échelle de temps considérée. Ainsi les changements climatiques subis par la planète au cours des derniers 10 000/15 000 ans entraînent des changements qu’on juge irréversibles en référence à un pas de temps court. Par contre, les contraintes et stress provoqués par les perturbations observables (à partir des archives naturelles et des documents historiques) à l’échelle du siècle ou du millènaire peuvent être considérés comme autant d’expériences qui permettront de mesurer la réaction et en particulier la résilience des écosystèmes (Jackson, 2006).

13En considérant l’histoire dans le cas de changements à très long terme, relatifs à l'évolution (voir par exemple Tallis, 1991 ; Brooks & Mc Lennan, 1993), on peut appeler«écologie historique» ou «biogéographie historique» la discipline (basée principalement sur la phylogénie) qui traite de l’histoire des connections géologiques entre les régions et aussi de la macroévolution de la biodiversité. Dans ce cas, on inclut l’étude des processus d'évolution comme la spéciation et l'adaptation et celle de leurs effets sur la mise en place de groupes d'organismes et d'associations multiespèces comme par exemple le gradient latitudinal de richesse spécifique (Wiens & Donohue, 2004). Si on réduit l'échelle de temps à des périodes beaucoup plus courtes, on peut concentrer les travaux en écologie historique sur les interrelations complexes qui unissent la biodiversité et l'homme. Dans cette perspective, partant de la constatation que l'écologie avait généralement, ou bien négligé l'élément humain ou bien considéré qu'il était négatif, les chercheurs ont alors établi une passerelle entre sciences humaines et sciences naturelles en proposant une exploration plus holistique des relations entre les humains et leur environnement. L'objectif de l’écologie historique est alors d'examiner les connexions existant entre les communautés végétales et animales et les populations humaines. En d’autres termes, on cherche à mettre en évidence des changements environnementaux et des faits socio-économiques permettant d'expliquer l'évolution des milieux. L'accent est mis plus précisément sur la création d'un paysage humanisé à partir d'un paysage sauvage et sur la façon dont les interrelations homme-environnement affectent la diversité culturelle. Cette écologie historique s'intéresse à la signification d'évènements historiques, c'est à dire autant à la "culture" qu' à la "nature", dans la définition des relations positives ou négatives entre les hommes et leur environnement. Le paysage est considéré comme une entité physique ayant des caractéristiques à la fois temporelles et spatiales et ayant été modifiée par les activités humaines (Crumley, 1994; Balée & Erickson, 2006). Les questions posées alors interpellent à la fois des anthropologues, des ethnologues, des archéologues, des historiens, des géographes et des écologues qui sont ainsi contraints à élargir leur vision et à travailler avec les concepts des autres disciplines. Une bonne illustration est donnée par les sujets développés : le rôle de la domestication du feu sur l'environnement culturel et naturel (dynamisme des écosystèmes) (Pyne, 2003), le rôle des maladies épidémiques comme la malaria (Sallares, 2002 ; Girel, 2005), l'influence de l'homme sur les sols (Langhor, 2001), l'influence des espèces étrangères et des fluctuations des populations d'animaux domestiques comme le lapin (Van Dam, 2002) ou le mouton (Melville, 1994).

14L’écologie historique diffère de l’écologie du paysage par le fait qu’elle reconnaît la prédominance des forces anthropocentriques sur le paysage (Balée & Erickson, 2006). Les premiers travaux effectués principalement par des équipes nord-américaines (Balée, 1994 ; Whitney, 1994 ; Russell, 1997) mettent en lumière les relations étroites tissées au cours du temps ; ils montrent par exemple que l’homme a fait face aux changements environnementaux en adaptant ses pratiques agricoles à des ressources limitées comme les nutriments et l’eau dans les sols ou que les activités humaines sont à l’origine d’une part importante de la biodiversité si on se réfère à «l’hypothèse de la perturbation intermédiaire» (Huston, 1994). Ces chercheurs, qu'ils soient biologistes ou historiens à la base, ont donc peu à peu investi des champs de recherches nouveaux en essayant de répondre à des questions somme toute assez similaires :

15- Comment les systèmes écologiques ont-ils changé au cours des derniers siècles, à mesure que se développait la population humaine et qu'évoluaient les types d'utilisation des terres?

16- Est-ce que certains types d'impacts humains conduisent à des résultats écologiques particulièrement spécifiques?

17- Quel doit être le rôle de la conservation et de la gestion des écosystèmes dans un paysage dominé par l'espèce humaine?

18La vision historique augmente notre compréhension de la dynamique des paysages et fournit un cadre de référence permettant d’évaluer les patrons et processus contemporains. Ainsi est née une écologie historique plus appliquée définie comme « l’utilisation de la connaissance historique pour gérer les écosystèmes » (Swetnam et al. 1999).

Le paysage contemporain : un legs du passé

19En Grande-Bretagne, les travaux des historiens (voir paragraphe 1-2) ont inspiré les écologues concernés par divers types d’écosystèmes relictes bien avant que l’interdisciplinarité soit d’actualité. Les précurseurs sont en particulier, G. Peterken, C.D. Pigott, O. Rackham, D.A. Ratcliffe et J., Sheail, auteurs de nombreuses publications parfois antérieures à 1970. Leurs recherches en écologie historique concernent tous les éléments du paysage contemporain. Les écosystèmes étendus (forêts de chênes médiévales et post médiévales, pelouses sèches relictuelles, prairies inondables, marais tourbeux…) comme les taches de dimensions modestes, linéaires (haies, chemins creux, fossés…) ou polygonales (prairies irriguées, mares, tumulus…) sont mis en relation avec les activités humaines qui les ont modelés parfois depuis plusieurs siècles.

20Comme le fait remarquer Peterken (1993), jusque vers le début des années 1980, la végétation poussant dans un lieu donné était interprétée comme une étape permettant d'aller vers un état "mature" final (théorie du climax); puis, peu à peu, on s'est intéressé plutôt aux communautés végétales en tant que réponses à des désastres passés (successions végétales) et on a commencé à chercher dans le passé des explications sur le présent. Depuis, beaucoup d'écologues essayent de comprendre les communautés à partir de leur histoire, en les mettant en relation avec des événements anciens qui se sont réellement passés plutôt qu'avec des évolutions qui pourraient ou ne pourraient pas se produire dans le futur. Cette approche historique (Sheail, 1980) utilise l'histoire des groupements végétaux, des événements qui se déroulèrent en leur sein ou dans leur voisinage et de leurs réponses sur des périodes les plus longues possibles. Par exemple, des preuves d’archives et des données archéologiques confirmées par des mesures topographiques ont permis à Hewlett (1973) de reconstituer le paysage de la vallée de la rivière Darent (Kent, Angleterre) depuis environ l’an mil. A la suite des travaux de Hooper (Pollard et al., 1974 ; Hooper 1976), on a pu établir une relation entre biodiversité arbustive et âge de la haie (Règle de Hooper); on a alors utilisé cette technique de datation par les haies pour reconstruire l’histoire des paysages bocagers.

  • 9  Document cadastral daté de 1086, ordonné par Guillaume le Conquérant, le Domesday Book est un outi (...)
  • 1
  • 11  Les cervidés ont une préférence pour le frêne et l'orme et délaissent le chêne ; en partie pour ce (...)

21D’autres chercheurs ont adopté des approches similaires pour expliquer les structures écologiques actuelles et mettre en relation histoire des forêts et biodiversité . Les actes notariés du Québec (Bouchard et al., 1989.) ou le Domesday Book9 d’Angleterre (Rackham, 1995) par exemple apportent des informations sur les vieilles forêts et permettent de comparer celles-ci avec des forêts secondaires plus récentes. On montre que les premières peuvent être caractérisées par une biodiversité spécifique marquée par la présence de plantes ayant un faible pouvoir colonisateur Peterken (Peterken et Game, 1981, Peterken, 1993) donne une liste de 62 espèces forestières qui ont un recouvrement particulièrement élevé dans les forêts anglaises anciennes10. En utilisant la datation au radiocarbone et les techniques de l'analyse pollinique sur des sédiments accumulés dans des fossés tourbeux, Mitchell (1990) a décrit la dynamique de la végétation de vieilles forêts irlandaises de chênes et a montré que celles-ci étaient influencées par le pâturage et d'autres perturbations anthropiques depuis des millénaires. Il a montré aussi (Mitchell & Cole, 1998) qu'une partie de la forêt de Bialowieza (Est de la Pologne) s'était maintenue de manière stable de la période 500/800 jusque vers 1750 sous la forme d'un groupement à pins, aulnes et bouleaux parfois mêlés de charmes, chênes, tilleuls et peupliers ; il a mis en évidence ensuite le rôle de la forte densité en gros mammifères (conservés dans un but cynégétique) sur l'expansion de l’épicéapuis, à partir de 1906 où la densité de gros gibier fut considérablement réduite11, sur l’abondance du peuplier, du chêne et du charme.

L’exemple des écosystèmes forestiers européens continentaux

  • 12  La combinaison du brûlis, du pastoralisme et de l’extraction de la couche organique du sol (plagge (...)

22La forêt, représentée par une large gamme de communautés végétales, constitue une part essentielle du paysage européen. Son importance en tant que ressource pour l’homme ainsi que la longévité des espèces qui la structurent expliquent l’intérêt que lui porte par exemple l’écologie historique britannique dès 1980. Cet engouement a gagné ensuite l’Europe continentale et l’Amérique du Nord où on s’est penché plus précisément sur les impacts du développement de l’agriculture à diverses époques (installation des premiers agriculteurs au Néolithique, déboisement du Bas Moyen Âge, arrivée des colons européens...). Parmi les travaux qui se développent alors, il faut citer ceux de D. Foster (Côte Est des USA) et de M. Hermy (Belgique). Hermy et son équipe (Hermy & Stieperaere,1981; Bossuyt et al. 1999; Verheyen et al. , 1999, 2004 ; Bossuyt & Hermy, 2001; Jacquemyn et al. 2001) comparent la composition floristique de forêts anciennes caractérisant des terrasses alluviales de la région de Bruges et déjà présentes en 1775 sur la carte de De Ferraris (1770-1779) avec la composition floristique de forêts plus récentes (zones nouvellement boisées apparaissant sur les cartes de 1850, 1862 ou 1911). Les premières sont considérées comme des «vieilles forêts» existant au moins depuis le Moyen Age (1278) alors que les autres sont des groupements secondaires apparus au 19ème siècle. Ils ont montré que ces massifs forestiers différent par la présence de groupes d’espèces caractéristiques liés (i) à une coenocline pédologique (sols limoneux humides sols sableux plus secs), (ii) à l’impact anthropique (gestion) et (iii) aux capacités de dissémination des plantes vasculaires. On estime qu’il faut au moins 200 ans pour qu’une forêt jeune soit colonisée par les groupes caractéristiques des forêts anciennes. On apporte aussi la preuve (Hermy, 1994) de l’influence à long terme de l'histoire de l'utilisation des terres ; celle-ci s’exprimant bien après la fin de la perturbation, en particulier à travers les caractéristiques pédologiques. La combinaison des processus d'acidification et d'accumulation de matière organique, en relation avec des pratiques de fertilisation agricole remontant parfois à plus de 4 000 ans, expliquent les relations positives entre durée des périodes de mises en culture, pH des sols et contenu du sol en phosphate et potassium. Par exemple, les «sols à plaggen12» (catégorie des anthroposols) qui caractérisent les zones sableuses de la Campine et des Flandres sont liés à une pratique agricole très ancienne qui consistait à extraire la partie supérieure humifère des sols sous bruyère pour l’utiliser comme litière dans les étables avant de la ramener sous forme de fumier dans les parcelles labourées. Le résultat est la constitution de sols à horizon Ap très épais, dépassant largement la profondeur normale du labour (Langohr, 2001).

23Des travaux effectués en Europe centrale arrivent à des conclusions identiques. (Dzwonko & Loster, 1997) Pour les forêts anciennes du Nord Ouest de l'Allemagne (Basse Saxe) on montre (Wulf, 1997) que parmi les 59 espèces répertoriées, 21 ont une préférence marquée pour les forêts anciennes et 8 sont caractérisées par leur faible capacité à se disperser sur de grandes distances (espèces myrmécochores) ; dans le Brandenburg, (Zacharias & Brandes, 1990), 14 espèces sont liées à des forêts présentes sur les cartes de 1780 et 8 (les géophytes Melica uniflora, Anemone ranunculoides, Paris quadrifolia, Circaea lutetiana, Polygonatum multiflorum et les hémicryptophytes Sanicula europea, Carex sylvatica, Galium odoratum, et Milium effusum) sont fortement corrélées à des boisements anciennement traités en taillis. En Italie (Siniscalco et al., 1996), on a reconstitué l'histoire de la végétation et des sols d'une île alluviale (sur la Doria Baltea, affluent du Pô). On montre que la richesse spécifique de l'île repose sur la persistance depuis 250 ans au moins d'une forêt de bois dur à Chêne pédonculé (40 taxa dont des espèces de forêts anciennes comme Anemone nemorosa, Convallaria majalis ou Oxalis acetosella).

24Les recherches mettant en relation usage passé et biodiversité des forêts françaises se sont développées à l’initiative de l’INRA de Nancy au début des années 2000 ; elles concernent les impacts irréversibles des usages anciens (agriculture, exploitation du bois, incendies) sur les sols et la biodiversité forestière des forêts feuillues de l’Est de la France (Dupouey et al. 2002). Un colloque sur le sujet, organisé à Nancy en 2004, a rassemblé archéologues, historiens, forestiers et écologues (voir paragraphe 1.1). On y a montré l’intérêt des massifs forestiers peu perturbés depuis leur recolonisation par la forêt en tant que conservatoire d’activités antiques. Il en découle deux conséquences : (i) meilleures conditions pour reconstruire les pratiques humaines anciennes et (ii) mise en relation entre pratiques anciennes, impacts sur les sols et biodiversité actuelle dans un but de gestion future de la forêt.

  • 13  La sous représentation du tilleul dans la forêt némorale scandinave et par conséquent la dominance (...)
  • 14  Cette pratique a eu un impact certain sur les systèmes forestiers européens de plaine depuis des m (...)

25Ces relations entre histoire de l’utilisation des terres et biodiversité actuelle sont vérifiées pour des régions plus septentrionales comme la Scandinavie. Au Danemark, on a montré (Aude & Lawesson, 1998 ; Bradshaw et al., 2005) que le type de gestion (régime des coupes, hétérogénéité des arbres, âge des parcelles) expliquait plus la variabilité floristique des forêts de bois durs à hêtres, à la fois à l'échelle locale et régionale, que les paramètres pédologiques et microclimatiques13. Cette étude qui s’appuie sur 1 600 sites montre l'importance de la gestion. L’impact des grands herbivores (Vera, 2000) et en particulier le pâturage en forêt)14, associé au prélèvement de feuilles (fourrage), de bois (charpente, chauffage) et aussi de litière (engrais) ont entraîné une dynamique cyclique dans les forêts européennes. La forêt danoise a été fragmentée par le pâturage qui y a créé des zones convenables pour la germination des espèces arborescentes pionnières (genévrier, aubépine, prunellier etc...) capables de résister au broutement par les herbivores (Buttenschon, 2003). Les coupes et les éclaircies entraînent des changements de microclimat qui favorisent par exemple la diffusion des espèces anémochores. L'hétérogénéité de la forêt et le temps écoulé depuis la dernière coupe agissent sur la biodiversité locale et régionale.

26Les besoins de la société (bois de charpente, bois d'oeuvre, bois de chauffage, charbon de bois, tannins, cendres pour la fabrication de potasse, feuilles pour nourrir les moutons ...) sont variables au cours du temps et entraînent des différences dans les modes de gestion. Ainsi, dans les forêts de plaine de Suisse, ils sont à l'origine de pratiques (taillis, taillis sous futaie, futaie jardinée, plantations...) et de sélections d'essences (conifères, hêtres, ...) qui expliquent les changements de l'environnement forestier depuis le début du 19ème siécle (Bürgi, 1999).

Vers une collaboration entre histoire et sciences de l’environnement pour la gestion des paysages.

L’émergence de l’histoire environnementale

  • 15  9000-8000 BP ; 6000-5000 BP ; 4200-3800BP ; 3500-2500 BP (déclin de la civilisation Mésopotamienne (...)
  • 16  Histoire environnementale (Environmental History), terme introduit en 1972 par Rodrick Nash

27L’histoire de notre environnement peut-être étudiée à différentes échelles de temps. A l’échelle de la dizaine de millénaires, on a constaté par exemple qu’il existait des périodes différentes en ce qui concerne la variabilité des facteurs climatiques (température, pluviosité etc…) et que ces périodes plus ou moins longues (à faible ou forte variabilité) pouvaient être ponctuées par des fluctuations de forte amplitude et des passages rapides d’un régime de variabilité à un autre. La période dite «chaude» de l’Holocène (ces dix derniers millénaires) qu’on pensait stable est en fait marquée par six changements climatiques rapides (CCR= fluctuation rapide à la baisse en quelques siècles)15 le dernier en date étant le Petit Age Glaciaire (Mayewski et al. 2004 ; Jackson, 2006). Au cours de cette période globalement favorable, l’humanité a développé les civilisations et la technologie qui ont eu des effets inédits sur la planète. Dès le milieu du 18ème siècle, on commence à s’inquiéter des impacts de l’expansion coloniale européenne sur les changements climatiques et la biodiversité des zones tropicales ; Grove (1990) fait remonter l’origine de la conservation de la nature à cette époque et note que cet intérêt pour l’environnement atteint son apogée vers 1860. Un siècle plus tard, l’histoire environnementale16 naît du renouveau d’intérêt manifesté par les historiens pour le développement des problèmes environnementaux. On peut, de manière lapidaire, définir l’histoire environnementale comme l’étude des interrelations passées entre les hommes et la nature. L’histoire environnementale fournit une vision à long terme sur les changements. Des sujets aussi actuels que la gestion de la biodiversité, le développement durable ou les changements climatiques n'ont aucune signification si on ne peut les situer dans leur contexte temporel. Des phénomènes considérés aujourd’hui comme brusques et imprévisibles peuvent s'avérer cycliques et compréhensibles si ils sont intégrés dans une échelle de temps appropriée. Le passé peut également, par analogie, fournir des informations sur le présent et le futur. L'histoire environnementale - qui intègre à la fois des données historiques et scientifiques - donne cette vision à long terme et peut donc expliquer le pourquoi et le comment des changements environnementaux.

  • 17  Ils sont regroupés en Europe et aux USA au sein de sociétés scientifiques (The European Society of (...)

28Les chercheurs se réclamant de cette nouvelle discipline17 étudient en particulier la manière dont l’homme, à une période donnée et à un endroit donné, a utilisé et géré ses ressources et son environnement. L’historien cherche dans la littérature et la philosophie une aide qui lui permettra de comprendre ce qui dans le passé a conduit l’homme à transformer son environnement. Par l’analyse des inter-relations entre l’homme et son environnement physique, l’historien cherche, cette fois auprès des sciences de la vie, une aide pour reconstruire les environnements anciens et les modifications que ceux-ci ont subi de la part des activités humaines (Oosthoek, 2005).

  • 18  Les universitaires américains s’intéressent très tôt aux conséquences de la colonisation et en par (...)
  • 19  Le premier Institut d’histoire de l’environnement est crée à l’Université de St Andrews en Ecosse (...)
  • 1

29L’histoire environnementale se développe à partir de 1975 et a pour bases d’abord la géographie et l’écologie18, puis l’archéologie et l’anthropologie, cette dernière discipline permettant directement à l’écologie d’établir des relations avec les sciences humaines. A partir des années 1990, aux USA et de manière fragmentaire en Europe (Grande Bretagne19, Pays-Bas et Allemagne), on se penche sur les changements affectant les interactions homme-environnement au cours du temps. Des œuvres comme celle de G.P.Marsh20 sont revisitées. Les chercheurs en «biohistoire» s’intéressent aux sensibilités et interdépendances des systèmes vivants, à la place de l’homme dans la nature et aux effets réciproques passés et présents qui se produisent entre “nature” et “culture” (Boyden, 1992 ; Sheail, 2002).

  • 21  Programme de recherche "LEVAN" (LEVerhulme Trust funded ANnecy Project) intitulé "The Historical I (...)
  • 22  Ces regroupements s’expliquent par le fait que les chercheurs ont en commun une méthodologie histo (...)

30L’histoire environnementale, en tant que branche des sciences humaines, devient particulièrement dynamique à partir de la fin des années 90 et s’ouvre à la pluridisciplinarité avec notamment l’implication des écologues (forestiers, botanistes,…) spécialisés en écologie historique (voir précédemment aux paragraphes 2-1 et 2-2). En établissant des connexions entre culture et nature, les historiens voient s’élargir leurs champs d’investigation. Si le temps est un facteur pris généralement en compte dans les recherches scientifiques, les processus historiques par contre ont été le plus souvent ignorés ; de leur côté donc, les écologues et les géographes apprennent beaucoup en incluant l’histoire dans les projets. De nombreux travaux publiés mettent ainsi en relation le paysage avec les changements climatiques et l’activité humaine au cours du temps (Schulze & Gerstberger, 1994; Pott, 1995; Berglund et al. 1996; Speier, 1996; Descroix & Gautier, 2002 ; Crook et al. 2002, 2004 ; Sheail, 2002). Dans les bassins inférieurs des cours d’eau de piedmont (Pichard, 1995 ; Guidoboni, 1998 ; Guzzetti et al. 2005), l’analyse des crues à partir du 14ème siècle montre l’intérêt de l’histoire hydro-climatique couplée à l'évolution de la population et à ses impacts sur le bassin versant. D'autres travaux analysent comment le développement de l’agriculture à partir du Néolithique a entraîné une évolution de la flore, de la faune, des communautés animales et végétales et donc du paysage (Smith, 1995; Harlan, 1995; Harris, 1996; Odgaard & Rasmussen, 2000 ). Certaines études (Turner, 1993; Clapp, 1994; Whitney, 1994; Kjaergaard, 1995; Rackham, 1995; Rackham & Moody, 1997) s’intéressent plus particulièrement à l’histoire des cinq derniers siècles (utilisation des ressources pour l’agriculture, l’artisanat, la production d’énergie, l’industrie et l’urbanisation). L’intérêt de histoire environnementale réside aussi dans le fait que l’histoire et l’écologie se rejoignent au travers de relations entre les hommes et des jugements de valeurs qu’on porte sur les paysages (Du Pisani, 2004). Les départements de géographie des universités britanniques qui rassemblent souvent une gamme de spécialistes ouverts à la pluridisciplinarité ont produit des études originales sur les dépendances spatio-temporelles complexes reliant économie, société et milieux. On peut citer en exemple les travaux menés par le département de géographie de l'Université de Liverpool (en association avec le BRGM) dans le projet CLIMASILAC sur les interrelations entre activité humaine, changements climatiques et inondation dans le bassin versant du Petit Lac d'Annecy (Haute-Savoie)21. L’histoire environnementale accueille des chercheurs issus de diverses disciplines (histoire, écologie, hydrologie, climatologie…) qui se regroupent parfois en fonction des thèmes étudiés : l’eau (exemple au niveau mondial, l’International Water History Association), la forêt (exemple au niveau européen, le groupe «Forest and Woodland History» de l’IUFRO) , les marais (exemple au niveau français, le Groupe d’Histoire des Zones Humides)22. Les collaborations entre historiens et écologues élargissent notre connaissance de plusieurs manières. Les historiens offrent d’abord aux écologues une perspective à long terme de l’utilisation des terres ; ensuite, ils montrent que les milieux primitifs qui fournissent les bases comparatives pour étudier les changements écologiques sont déjà en partie structurés par des perturbations anthropiques. Enfin, les biologistes, qui ont toujours considéré l’impact comme le résultat évident d’une perturbation créée par l’utilisation du sol, constatent aussi maintenant que les conditions physiques du milieu ne sont pas les seules que l’on doit prendre en compte car la dynamique sociale conduit aussi les hommes à transformer le paysage. Si l’on prend par exemple le cas du bassin versant du Petit-Lac d’Annecy (France) (Crook et al. 2002, 2004) ou le cas de ceux de la Linth en Suisse (Speich, 2002) et de l’Isère en Savoie (Girel, 2007, sous presse), on voit par une analyse approfondie des conditions économiques, sociales et politiques, en relation avec l’histoire de l’utilisation des terres, que les interrelations homme-milieux sont à l’origine du dynamisme complexe de ces systèmes. et donc de la mise en place des patrons paysagers.

Reconstruction historique et diagnostic écologique

  • 23  Hautes plantes herbacées hygrophiles (roseaux, marisques, laiches, joncs…) sans intérêt nutritif m (...)

31D’une manière générale, les impacts des activités humaines sur l’environnement peuvent être perçus comme les conséquences d’expériences non programmées, générant parfois des réponses mesurables sous la forme de rétrécissements de milieux favorables à certaines espèces ou au contraire d’extension de milieux favorables à d’autres espèces. L'extinction d'espèces indigènes et l'expansion d'espèces étrangères peuvent être considérées comme les cas extrêmes montrant soit la perte, soit l'introduction d'éléments biologiques. On prendra pour exemple les grands marais européens. Divers auteurs (Williams 1990, Bakker et al. 1994 ) y ont montré l’importance du facteur anthropique sur la création de biotopes à grande biodiversité. A partir de l’an mil, ces zones humides ont été utilisées par l’homme, en particulier pour la production de biomasse végétale verte (utilisée comme fourrage et fertilisants) et de tourbe (utilisée comme combustible). Pour ces raisons, elles ont subi divers aménagements destinés à améliorer l’exploitation : drainage, construction de canaux de navigation pour évacuer la tourbe et les “blaches”23 et colmatage pour améliorer les sols et faciliter la mise en culture. Ces travaux ont été créateurs de milieux neufs et inédits marécageux, aquatiques et semi-aquatiques (canaux, fosses d’extractions abandonnées...) qui ont servi de refuge à certaines plantes caractéristiques des tourbières et menacées par les enfoncements des aquifères. Ils ont également permis l’installation d’espèces plus basiphiles sur les sols créés par colmatage, c’est à dire par apport de limons exogènes. Par conséquent, la qualité biologique actuelle de ces milieux dépend en grande partie de l’histoire de leur utilisation ancienne (Jakupi et al., 2003 ; Girel & Manneville, sous press, 2007). Une bonne connaissance de l'histoire de l'utilisation du sol est nécessaire aussi dans toute étude d'évaluation de l'état de santé d'un écosystème. La reconstruction de l'utilisation passée d'un milieu peut permettre d'expliquer son état actuel. On montre par exemple (Rapport et al., 1998) que Pinus ponderosa a coévolué dans le sud-ouest des U.S.A. avec la présence périodique de feux de forêts ; par conséquent, la suppression de cette perturbation régulière a été ensuite préjudiciable à la santé de l'écosystème car elle a permis le développement de maladies cryptogamiques et le développement d'une strate arbustive épaisse provoquant le dépérissement du pin. De l'histoire de l'utilisation du milieu on tire donc des informations utiles pour la gestion ou même mieux, la remise en état de certains écosystèmes.

32A la suite de D. Foster qui souligna dès la fin des années 1990 (Foster, 1992) le rôle incontestable de l’histoire de l’utilisation ancienne des terres sur la biodiversité actuelle, on peut affirmer que l’action anthropique passée est devenue un sujet d’étude actuel, classique et essentiel pour les sciences de l’environnement. Les écologues, les biologistes de la conservation et les gestionnaires des ressources naturelles reconnaissent désormais que l’activité humaine, par le biais de l’utilisation des terres, a laissé comme legs un impact qui s’exprime pendant des siècles et plus après la fin de la perturbation anthropique. Des utilisations anciennes peu intensives et de faible durée (exemple du pâturage en forêt) peuvent aussi affecter un environnement sur de longues périodes (Bruun et al., 2001 ; Dahlström et al., 2006). La prise en considération des impacts de ces faits historiques aide à mieux comprendre les conditions actuelles à des échelles allant de celle des organismes à celle des biomes et permet d’éviter des erreurs lorsqu’on veut prédire ou gérer les conditions futures.

Définition d’un état antérieur «naturel» de référence

  • 24  Brown (2002) démontre l’importance de la paléohydrologie et de la paléoécologie pour reconstituer (...)
  • 25  On cherche à revenir à une variabilité de régime de perturbations correspondant à ce qui existait (...)

33L’histoire environnementale apparaît maintenant comme partie intégrante de la science écologique et de la biologie de la conservation. Les écologues peuvent bénéficier de la perspective à long terme sur l’utilisation des terres proposée par les historiens ; de la même manière, les archéologues et les historiens de l’environnement reçoivent des informations sur les impacts écologiques à long terme d’activités anthropiques comme l’agriculture préhistorique, les déboisements médiévaux ou l’ingénierie hydraulique des 17 et 18ème siècles. Par exemple, les biologistes de la conservation sont confrontés à un choix : doit-on restaurer un paysage et le gérer en fonction de critères esthétiques préalablement définis ou doit-on reconstruire ou réparer ce qui a été ? Dans cette dernière éventualité, quelle période de référence retenir puisque l’état d’équilibre n’existe pas? Doit-on revenir à une situation ou à des processus passés excluant l’homme ? Quelle doit être la part du «naturel» par rapport au «culturel» ? En Europe, aucun élément du paysage (représenté par une communauté biotique) n’est naturel, aussi les programmes de conservation ont à assurer la continuité des relations complexes de contrôle qui se sont établies depuis des millénaires entre l'homme et la nature24. Il semble que l’écologie historique (et donc l’histoire environnementale) puisse apporter des informations utiles et donc aider à redéfinir un paysage fonctionnel où le «naturel» et l’«anthropique» garderont leur part respective. Comme le souligne Hermy (1994), l’écologie historique (i) fournit un fonds d’information nécessaire pour comprendre le développement des paysages contemporains, (ii) donne des informations sur la réponse des espèces et des communautés aux changements d’utilisation des sols et aux autres perturbations anciennes et (iii) s’avère des plus utiles pour les importants problèmes de conservation, gestion et restauration des milieux. L’écologie historique est essentiellement une recherche comparative ; pour augmenter sa pertinence et pour tester les hypothèses qu’elle génère, elle doit être couplée à des expériences de terrain concernant par exemple la dynamique de la végétation (colonisation, compétition, dispersion des plantes...). Une étape fondamentale de la restauration des écosystèmes est celle qui consiste à redécouvrir le passé et à le comparer au présent pour déterminer ce qui a disparu, ce qui doit être restauré et quel est le meilleur moyen pour y parvenir. Des travaux dans ce sens commencent à voir le jour (Bowman, 2001). Les paysages alluviaux et la restauration des écosystèmes qui les composent constituaient, par exemple, le thème fédérateur du dernier colloque de l’American Society for Environmental History (Saint-Paul, Minnesota, 2006) intitulé «Rivers run through them ; Landscapes in Environmental History». Faire appel à l’histoire de l’environnement pour développer des pratiques de gestion de notre patrimoine biologique apparaît maintenant comme une évidence. L’ouvrage «The Historical Ecology Handbook : a restorationist’s guide to reference ecosystems» (Egan & Howell, 2001) a été publié aux U.S.A. à la suite d’une conférence sur l’écologie de la restauration (1999). Cette synthèse donne des informations dans une large gamme de domaines touchant à la fois l’anthropologie, l’archéologie, l’agronomie, la biologie de la conservation, l’hydrologie ou la pédologie. Elle fournit des exemples d’applications pratiques de l’écologie historique à l’usage des biologistes de la restauration et des spécialistes de la conservation des diversités biologique et culturelle. Les techniques permettant de reconstruire les assemblages animaux et végétaux d’Amérique du Nord y sont décrites avec leurs points forts et leurs limites d’applicabilité. Suite logique à cette première conférence, un atelier de réflexion organisé à l’Institut des Sciences de l’Environnement de Zürich (juillet 2006) à l’initiative de M. Hall, intitulé «Restoring or renaturing ? The presence of the past in ecological restoration» a rassemblé des chercheurs d’Amérique du Nord et d’Europe afin de voir comment écologues et historiens collaborent (ou pourraient collaborer) dans des équipes pluridisciplinaires pour améliorer la pratique de la restauration des milieux ( cas de la politique des pays neufs comme l’Amérique du Nord qui vise un retour à un état initial proche de celui existant avant la colonisation européenne25) ou plutôt de leur «renaturation» (cas de la politique des pays de l’ancien monde comme l’Allemagne, les Pays-Bas, la Suisse, la Grande Bretagne ou la France qui ambitionnent plutôt un retour vers des stades antérieurs moins anthropisés que les stades actuels). D’une collaboration entre écologues, biogéographes et historiens pourraient venir des réponses aux questions suivantes : (i) à quelles conditions antérieures revenir et en quoi ces conditions représentent quelque chose de plus «naturel» et de meilleur que la situation actuelle ? (ii) quelle période historique de référence choisir pour faire une restauration et quelles sont les implications politiques et sociales ? (iii) que nous apprend l’histoire sur le type de dégradation ? (iv) est-ce que les espèces exotiques peuvent appartenir à un site restauré ? (v) comment l’histoire peut améliorer nos efforts actuels pour restaurer la biodiversité ? En résumé, les chercheurs, issus de diverses disciplines, se sont appliqués à montrer en quoi la connaissance du passé pouvait améliorer la manière dont nous abordons la restauration et la renaturation. Par le biais de divers cas d’études provenant des deux côtés de l’Atlantique, ils se sont intéressés à l’importance de l’histoire pour aider les écosystèmes endommagés à recouvrer un état antérieur plus «naturel». Ils ont discuté de l’identification d’états de référence, de la signification de la dégradation ainsi que du passé et de l’avenir de la restauration des paysages. Parallèlement, se tenait à La Crosse (Wisconsin, USA) la «Troisième Conference sur les Grands Cours d’eau (2006 Great Rivers Conference)» intitulée «International Conference on Rivers and Civilization: Multidisciplinary Perspectives on Major River Basins». Son programme accordait une part importante à l’histoire des interactions humaines à l’échelle du bassin ; plus précisément, il consacrait une session au rôle de l’écologie historique pour prévoir l’évolution future des écosystèmes («Historical Ecology : Reconstructing the Past to guide the Future»). Les travaux concernant par exemple l’évolution des cours d’eau tressés européens depuis le 18ème siècle (Girel, 2006 ; Nilsson, 2006.) et la reconstruction des paysages alluviaux nord-américains au cours des derniers siècles (Beechie, 2006) ont montré l’intérêt de l’écologie historique dans une perspective de réhabilitation des systèmes alluviaux perturbés. Si dans certaines régions nord-américaines on a encore affaire à des plaines de tressage actives, il n’en est plus de même en Europe. Certes, dans ce dernier cas, revenir au système naturel ancien est purement utopique. Néanmoins, reculer des digues pour donner au cours d’eau un espace de liberté plus large et favoriser le transit des matériaux et des propagules semblent deux actions nécessaires. Peut-être seraient-elles suffisantes pour assurer un renouvellement des formes géomorphologiques garantissant (i) la mise en place des premiers stades de la succession végétales et (ii) la durabilité des assemblages faunistiques et floristiques qui les caractérisent (Hughes et al., 2003 ; Girel, 2006).

Conclusion 

34L’analyse des interactions entre la société et ses milieux biogéophysiques au cours du temps et en particulier l’aspect «exploitation des ressources et occupation du territoire» constituent un des chantiers de l’histoire environnementale. L’étude de la mise en place du «paysage» (c'est-à-dire pour l’écologue, d’un ensemble d’écosystèmes interactifs, liés à l’anthropisation des milieux et caractérisés par des assemblages végétaux et animaux ) amène ainsi des spécialistes des sciences humaines (historiens, géographes et archéologues en particulier) à aborder les problématiques environnementales par la question des dynamiques de l’espace concret. Ces programmes de recherche, souvent initiés par les sciences de la vie (écologie, agronomie, sciences forestières), s’inscrivent dans le cadre de recherches interdisciplinaires intégrant les concepts des différentes disciplines impliquées. En particulier, la connaissance des relations qui s’établissent entre l’utilisation du sol par l’homme (land-use) et les changements affectant la couverture du sol (land-cover) ainsi que l’évaluation des implications pour l’avenir qui en résultent sont les buts principaux des recherches en histoire de l’utilisation des terres (Land-use History), champ d’investigation permettant la mise en évidence des interactions entre les aspects techniques, économiques, sociaux et environnementaux et la genèse d’un paysage multifonctionnel à conserver et à gérer. Les travaux effectués sur les agrosystèmes de l’adret de Villar d’Arène (Hautes-Alpes) dans le cadre du projet européen VISTA (Vulnerability of Ecosystem Services to Land Use Change) en sont une bonne illustration (Lavorel et al., 2006).

35Depuis1970, en Angleterre (Station expérimentale de l'Institut d'Ecologie Terrestre du Conservatoire de la Nature de Monks Wood) (voir Sheail, 1998, 2002), puis plus récemment aux U.S.A. avec le programme “LUHNA.” (Land Use History in North America, voir Sisk, 1998, Swetnam et al., 1999 ; Jackson, 2006) ou au Canada avec la création de la Chaire de Recherche en Histoire Environnementale du Québec (Centre interuniversitaire de Trois-Rivières), quelques équipes pluridisciplinaires ont établi des projets visant à “trouver dans le passé des indications permettant de gérer l’avenir”. La tâche la plus urgente dévolue à ce type de programmes est de développer les connaissances concernant les relations entre utilisation passée de l’espace, distribution des plantes et des animaux et effet des perturbations anthropiques sur le paysage. Il y a eu longtemps une dichotomie dans la façon de considérer les relations homme/milieu ; d'un côté les spécialistes des sciences de la vie percevaient ces interactions en termes d'écosystème biotique, évolution et flux d'énergie, tandis que de l’autre, les spécialistes des sciences sociales et humaines se focalisaient sur les conséquences voulues ou non voulues des relations entre culture et nature. La coopération entre des recherches appliquées et plus fondamentales, entre les sciences biologiques et les sciences humaines, souhaitée à la fin des années 1980 (Zonneveld, 1989) est maintenant au cœur de nombreux programmes de recherches ; elle devrait permettre d’élargir nos connaissances sur le fonctionnement des paysages et sur les questions cruciales de la gestion de notre environnement. Ces questions sont les suivantes (voir notamment Lavorel & Garnier, 2002 ; Jackson, 2006)

36- Jusqu’à quel niveau de changement écologique un écosystème peut se maintenir durablement avant d’être transformé en un autre écosystème ? ou autrement dit, quel niveau de changement faut-il atteindre pour que l’abondance des espèces dominantes soit altérée ?

37- Y-a-t-il des espèces clés dont les populations seraient susceptibles de déclin et même d’élimination ?

38- Y-a-t-il des espèces locales mineures et des envahisseurs sur le point de se répandre et de changer les propriétés de l’écosystème ?

39L’histoire nous indique que tous les écosystèmes sont sensibles aux changements environnementaux qui se sont exercés depuis la dernière période glaciaire. Par contre, quels sont ceux qui se transforment suite à des changements de faible intensité ? Quels sont ceux qui résisteront aux futurs changements ?

40Pour étudier les interactions entre les sociétés humaines et leur milieu (et réciproquement), l’histoire environnementale et l’écologie historique intègrent les connaissances et les concepts de plusieurs disciplines ; ainsi elles ouvrent des perspectives nouvelles pour cerner les enjeux entourant la modification actuelle des territoires contemporains et donc de la diversité. Plus précisément, comme le montrent des écologues et des historiens investis dans des programmes interdisciplinaires (Whitney, 1994; Russell, 1997; Sheail, 1998; Sisk, 1998 ; Swetnam et al., 1999 ; Castonguay, 2004) les analyses historiques des changements écologiques liés à l'homme nous expliquent comment les actions humaines ont affecté la nature et comment celle-ci a répondu à ces perturbations. Certes, comme ils le soulignent à juste titre nous ne pourrons pas prédire les impacts de toutes les actions humaines mais nous pourrons utiliser notre meilleure connaissance des changements écologiques produits dans le passé pour créer un meilleur futur.

412  Ce terme est utilisé quand on parle des transformations du paysage «physique» sous l’action des activités humaines. En revanche, le terme de paysage naturel garde toute son utilité dans le cadre des études concernant les processus naturels qui contribuent à façonner notre environnement. Le fait que la contribution de l’homme ait été plus étendue au cours du temps qu’on ne l’imaginait au départ a conduit les scientifiques (botanistes, écologues du paysage) à utiliser le terme de «paysage culturel» pour attirer l’attention sur l’importance de l’impact humain. Il faut préciser d’ailleurs que les scientifiques ont montré que les impacts des hommes et des animaux domestiques ne sont pas obligatoirement négatifs car ils peuvent aussi, historiquement, avoir eu une influence positive, par exemple en produisant des assemblages hétérogènes donc à riche biodiversité (habitats semi-naturels ou autres écosystèmes intéressants comme les zones humides entretenues par l’exploitation du bois et des herbacées).

4210  Primula elatior, Paris quadrifolia, Anemone nemorosa sont considérées comme des caractéristiques des forêts anciennes anglaises

Haut de page

Bibliographie

AGNOLETTI M., 2000, Introduction : The Development of Forest History research, in AGNOLETTI M., ANDERSON S., (eds), Methods and approaches in Forest History, CABI publishing, IUFRO Research Series, N°3 (Wallingford & New-York), p. 1-20.

ALI A.A., CARCAILLET C., TALON B., ROIRON P., TERRAL J.-F., 2005, Pinus cembra L. (arolla pine), a common tree in the inner French Alps since the early Holocene and above the present tree line : a synthesis based on charcoal data from soils and travertines. Journal of Biogeography, 32, p. 1659-1669.

ANTOINE A., 2002, Le paysage de l’historien. Archéologie des bocages de l’ouest de la France à l’époque moderne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 344 p.

AUDE E., LAWESSON J.E., 1998, Vegetation in Danish beech forests: the importance of soil, microclimate and management factors, evaluated by variation partitioning, Plant Ecology, 134(1), p. 53-65.

BAKKER S.A., VAN DEN BERGEN N.J., SPELEERS B.P., 1994, Vegetation transitions of floating wetlands in a complex of turbaries between 1937 and 1989 as determined from aerial photographs with GIS, Vegetatio (The Hague), 114, p. 161-167.

BALÉE W.L. (ed), 1998, Advances in Historical Ecology, Columbia University Press, New-York, 429 p.

BALÉE W.L., ERICKSON C.L., (eds) 2006, Preface : Time and complexity in Historical Ecology (p. 1-17) in Time And Complexity in Historical Ecology : Studies in the Neotropical Lowlands, Columbia University press, USA, 417 p.

BARRUE-PASTOR M., BERTRAND G. (eds), 2000, Les temps en environnement, Presses universitaires du Mirail (Toulouse), 543 p.

BEECHIE T.J., 2006, Reconstructing riverine landscapes at 100 and 10,000 year time scales, Communication orale, International Conference on Rivers and Civilization (Multidisciplinary Perspectives on Major River Basins, .24 au 29 juin, La Crosse (Wisconsin, USA).

BERGLUND B.E., BIRKS H.J.B., RALSKA-JASIEWICZOWA M., WRIGHT H.E., 1996, Palaecological events during the last 15,000 years, John Wiley & sons (Chichester), 776 p.

BERQUE A., 2000, Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin, collection Mappemonde, 272 p.

BLACKFORD J., 2000, Palaeoclimatic records from peat bogs, Trends in Ecology and Evolution, 15(5), p. 193-198.

BLANCHEMANCHE P., 1990, Bâtisseurs de paysages. Terrassement, épierrement et petite hydraulique agricoles en Europe, 17e-19e s., Paris, éd. MSH, 329p.

BLANDIN P., 1996, Naturel, culturel, le paysage rural en devenir, Compte rendus de l’Académie d’Agriculture de France, 82(4), 27 mars, p. 45-55.

BLANDIN P., LAMOTTE M., 1988, Recherche d'une entité écologique correspondant à l'étude des paysages: la notion d'écocomplexe, Bulletin d'Ecologie 19(4), p. 547-555. 

BOLLIGER J., SCHULTE L.A., BURROWS S.N., SICKLEY T.A., MLADENOFF D.J., 2004, Assessing ecological restoration potentials of Wisconsin (U.S.A.) using landscape reconstructions, Restoration Ecology, 12(1), p. 124-142.

BOSSUYT B., HERMY M., DECKERS J., 1999, Migration of herbaceous plant species across ancient-recent forests ecotones in central Belgium, Journal of Ecology, 87, p. 628-638.

BOSSUYT B., HERMY M., 2001, Influence of land use history on seed banks in European temperate forest ecosystems: a review, Ecography, 24(2), p. 225-238.

BOUCHARD A., DYRDA S., BERGERON Y., MEILLEUR A., 1989, The use of notary deeds to estimate the changes in the composition of 19th century forests, in Haut-Saint-Laurent, Québec, Canadian Journal of Forest Research (Canada), 19(9), p. 1146-1150.

BOYDEN S., 1992, Biohistory : the Interplay between Human Society and the Biosphere, Unesco (Paris) and The Parthenon Publishing Group (Park-Ridge, N.-J., USA) (Coll. Man and Biosphere Series (Volume 8), 265 p.

BOWMAN D.M.J.S., 2001, Future eating and country keeping: what role has environmental history in the management of biodiversity? Journal of Biogeography, 28, p. 549-564.

BRADSHAW R.H.W., WOLF A., MOLLER P.F., 2005, Long term succession in a Danish temperate deciduous forest, Ecography, 28(2), p. 157-164.

BRAVARD J.-P., PIEGAY H., 2000, L'interface Nature - Sociétés dans les hydrosystèmes fluviaux, Geocarrefour, 75(4), p. 273-275.

BRIGGS J.M., 1995, Global Biogeography, Elsevier (Amsterdam), 472 p.

BRIGGS J.M., SPIELMAN K.A., SCHAAFSMA H., KINTTIGH K.W., KRUSE M., MOREHOUSE K., SCHOLLMEYER K., 2006, Why ecology needs archaeologists and archaeology needs ecology, Frontiers in Ecology and the Environment, 4(4), p. 180-188.

BROOKS D.R., MCLENNAN D., 1993, Historical Ecology : Examining Phylogenetic Components of Community Evolution, in RICKLEFS R.E. & SCHLUTER D. eds “Species Diversity in Ecological Communities”, Chicago, The University of Chicago Press, p. 267-280.

BROWN A.G., 2002, Learning from the past: palaeohydrology and palaeoecology, Freshwater Biology, 47(4), p. 817-829.

BRUUN H.H., FRITZBOGER B., RINDEL P.O., LUND HANSEN U., 2001, Plant species richness in grasslands : the relative importance of contemporary environment and land-use history since the Iron-Age, Ecography, 24, p. 569-578.

BUREL F., BAUDRY J., 1999, Ecologie du paysage. Concepts, méthodes et application, Paris, Editions Technique et Documentation Lavoisier, 359 p.

BÜRGI M., 1999, A case study of forest change in the Swiss lowlands, Landscape Ecology, 14, p. 567-575.

BURNOUF J., MUXART T., VILLALBA B., VIVIEN F.-D., 2003, Le passé a de l’avenir : premier bilan de l’appel d’offre « Histoire des interactions sociétés-milieux », in MUXART T. et al. (eds), Des milieux et des hommes : fragments d’histoires croisées, Paris, Elsevier et Lavoisier, 214 p.

BUTTENSCHON R.-M., 2003, Woodland pastures and livestock ; reintroduction of former livestock management systems into present day nature resource management, Proceedings of the second conference of the European Society of Environmental History (E.S.E.H.), Praha, september 2003.

CAPLAT P., LEPART J., MARTY P., 2006, Landscape patterns and agriculture : modelling the long-term effects of human practices on Pinus sylvestris spatial dynamics (Causse Mejean, France), Landscape Ecology, 21, p. 657-670.

CARCAILLET C., 1998, A spatially precise study of Holocene fire history, climate and human impact within the Maurienne valley, North French Alps, Journal of Ecology, 86, p. 384-396.

CARCAILLET C., BRUN J.-J., 2000, Changes in landscape structure in the northwestern Alps over the last 7000 years : lessons from soil charcoal, Journal of Vegetation Science, 11, p. 705-714.

CARCAILLET C., MULLER S.D., 2005, Holocene tree-limit and distribution of Abies alba in the inner French Alps: anthropogenic or climatic changes ? Boreas, 34, p. 468-476.

CASTONGUAY S., 2004, Protection des cultures, construction de la nature : agriculture, foresterie et entomologie au Canada, 1884-1959, Sillery, Ed. Septentrion, 370 p.

CHOUQUER G., 2000, L’étude des paysages : essais sur leurs formes et leur histoire, Paris, Errance, 208 p.

CLAPP B.W., 1994, An Environmental History of Britain since the Industrial Revolution, London, Longman, 280 p.

CORBIN A., 2001, L’homme dans le paysage; entretien avec Jean Lebrun, Paris, Textuel, 192 p.

CORVOL A., ARNOULD P., HOTYAT M. (eds), 1997, La forêt : perceptions et représentations, Paris, L’Harmattan, 401 p.

COSSIN M., GIREL J., 2003, De l'Ecologie du paysage à la perception paysagère des milieux ripicoles, in PIEGAY H., PAUTOU G. & RUFFINONI C. (eds), chapitre 11 : Les forêts riveraines des cours d'eau (écologie, fonctions et gestion), Paris, Edition de l'Institut du Développement Forestier (IDF), p. 218-239.

COWLING S.A., SYKES M.T., BRADSHAW R.H.W., 2001, Palaeovegetation-model comparisons, climate change and tree succession in Scandinavia over the past 1500 years, Journal of Ecology, 89, p. 227-236.

CROOK D.S., SIDDLE D.J., JONES R.T., DEARING J.A., FOSTER G.C., 2002, Forestry and flooding in the Annecy Petit Lac catchment, Haute-Savoie 1730-2000, Environment & History, 8, p. 403-428.

CROOK D.S., SIDDLE D.J., DEARING J.A., THOMPSON R., 2004, Human impact on the environment in the Annecy Petit Lac catchment, Haute-Savoie : A documentary approach, Environment & History, 10, p. 247-284.

CRUMLEY C.L. (ed.), 1994, Historical Ecology, Cultural Knowledge and Changing Landscapes, SAR Press (Santa-Fe), 304 p.

DAHLSTRÖM, A., COUSINS, S.A.O., ERIKSSON, O., 2006, The history (1620-2003) of land use, people and livestock, and the relationship to present plant species diversity in a rural landscape in Sweden, Environment & History, 12, p. 191-212.

DAVID, F. 2001, Établissements des étages de végétation holocène : vers la modélisation complète d'un massif, Comptes Rendus de l'Académie des Sciences, Paris (Sciences de la Vie), 324, 273-278.

DE FOUCAULT, B., 1990, Introduction à une ethnophytosociologie, Lejeunia (Revue de botanique, Liège), Nouvelle série, 134, 1-60.

DESCROIX L., GAUTIER E., 2002, Water erosion in southern French alps : climatic and human mechanisms, Catena, 50, 53-85.

DUBOIS J.-J., 1993, L’approche de la “Biogéographie historique “: concepts, méthodes, limites à l’interface de la phytodynamique et de l’histoire forestières, Colloques phytosociologiques, (Bailleul), 16 (Phytodynamique et biogéographie historique des forêts), 7-13.

DU PISANI K., 2004, The environmental historian and the challenges of interdisciplinary research, Unpublished paper presented at the Historical Association of South Africa Conference, University of Stellenbosch, 5-7April 2004, 32 p.

DUPOUEY J.-L., DAMBRINE E., LAFFITE J.-D., MOARÈS C., 2002, Irreversible impact of past land use on forest soils and biodiversity, Ecology, 83 (11), p. 2978-2984.

DZWONKO Z., LOSTER S., 1997, Effects of dominant trees and anthropogenic disturbances on species richness and floristic composition of secondary communities in southern Poland, Journal of applied Ecology, 34, p. 861-870.

EGAN D., HOWELL E.A. (eds), 2001, The Historical Ecology Handbook : A Restorationist’s Guide to Reference Ecosystems, Island Press (Washington DC), 457 p.

FALINSKI J.B., 1998, Maps of anthropogenic transformations of plant cover (maps of synanthropisation), Phytocoenosis, Suppl. cartograph. geobot. 9, (Bialowieza N.S. vol. 10), 15-54.Phytocoenosis, Suppl. cartograph. geobot. 9, (Bialowieza N.S. vol. 10),

FARINA A., 2005, Principles and Methods in Landscape Ecology- Towards a Science of Landscape (2nd ed.), Springer Verlag (New York), 448 p.

FOSTER D.R., 1992, Land-use history (1730-1990) and vegetation dynamics in Central New England, USA, Journal of Ecology, 80, p. 753-772.

FOSTER D., SWANSON F., ABER J., BURKE I., BROKAW N., TILMAN D., KNAPP A., 2003, The importance of land-use and its legacies to ecology and environmental management, BioScience 53, p. 77-88.

GIREL J., 2005, The 19th century hydraulic development and the control of malaria in the northern French Alps (The example of river floodplains in Savoie, France), Proceedings of the 4th Intern. Water History Association conference “Water & Civilization”, Paris, 1-4 December 2005.

GIREL J., 2006, The metamorphosis of European Alpine riverine landscapes during the 19th century : from wild braided rivers to fruitful plains, Communication orale, International Conference on Rivers and Civilization (Multidisciplinary Perspectives on Major River Basins, 24 au 29 juin, La Crosse (Wisconsin, USA).

GIREL J., (sous presse, publ. 2007), River Diking and Reclamation: The Case of an Alpine river, in MAUCH C. & ZELLER T. (eds), Designing and Conceiving Waterways in Europe and North America (The University of Pittsburg Press).

GIREL J., VAUTIER F., PEIRY J.-L., 2003, Biodiversity and land-use history of the Alpine riparian landscapes (the example of the Isère river, France), in MANDER U.& ANTROP M. (eds) Multifunctional Landscapes, Volume 3: Continuity and Change, (167-200), WIT-Press, International series on Advances in Ecological Sciences, Southampton.

GIREL J., MANNEVILLE O., (in press), L’origine de la turfigenèse dans la plaine alluviale de l’Isère (Alpes du nord), Actes du colloque national du Groupe d’Etude des Tourbières, Château de Goutelas, octobre 2006.

GOLDAMMER J.G. PAGE H., 2000, Fire history of central Europe: Implications for prescribed burning in landscape management and nature conservation, Proceedings of the “Baltic exercise forFire Information and resource Exchange (BALTEX FIRE 2000), Finland, 15 p.

GROVE R.H., 1990, The origins of Environmentalism, Nature345 (03 May 1990), p. 11-14

GUIDOBONI E., 1998, Human factors, extreme events and floods in the lower Po plain (northern Italy) in the 16th century, Environment & History, 4, p. 279-308.

GUZZETTI F., STARK C.P., SALVATI P., 2005, Evaluation of flood and landslide risk to the population of Italy, Environmental Management, 36(1), p. 15-36

HALL M., 1998, Restoring the countryside : George Perkins Marsh and the Italian land ethic (1861-1882), Environment and History, 4, p. 91-103.

HALL M., 2005, Earth repair : a transatlantic history of en vironmental restoration, Charlottesville, USA, University of Virginia Press, 352 p.

HARLAN J.R., 1995, The Living Fields ; Our Agricultural Heritage, Cambridge, Cambridge University Press, 272 p.

HARRIS D.R. (ed), 1996, Origins and Spread of Agriculture and Pastoralism in Eurasia, U.C.L. Press, 608 p.

HENGEVELD R., 1990, Dynamic Biogeography, Cambridge, Cambridge University Press, 250 p.

HERMY M., STIEPERAERE H., 1981, An indirect gradient analysis of the ecological relationships between ancient and recent riverine woodlands to the south of Bruges (Flanders, Belgium), Vegetatio (The Hague), 44, p. 43-49.

HERMY M., 1994, Effects of former land use on plant species diversity and pattern in European deciduous woodlands, in BOYLE T.J.B. & BOYLE C.E.B. (eds.), Biodiversity, Temperate Ecosystems and Global Change, (p. 123-144), Berlin-Heidelberg, Springer Verlag.

HEWLETT G., 1973, Reconstructing a historical landscape from field and documentary evidence : Otford in Kent, The Agricultural History Review, (Leeds), 21, p. 94-110.

HOOPER M.D., 1976, Historical and biological studies on English hedges, In Les Bocages : Histoire, Ecologie, Economie, INRA & CNRS, Université de Rennes, p. 225-227.

HUGHES F.M.R., (ed.), RICHARDS K., GIREL J., MOSS T., MULLER E., NILSSON C., ROOD S., 2003, The Flooded Forest : Guidance on restoring floodplain forests for policy makers and river managers in Europe, FLOBAR2, Department of Geography, University of Cambridge, UK, 96 p.

HUSTON M.A., 1994, Biological Diversity, The coexistence of species on changing landscapes, Cambridge University Press (Cambridge), 681 p.

JACKSON S.T., 2006, Vegetation, environment, and time : The origination and termination of ecosystems, Journal of Vegetation Science, 17, p. 549-557.

JACQUEMYN H., BUTAYE J., DUMORTIER M., HERMY M., LUST N., 2001b, Effects of age and distance on the composition of mixed deciduous forest fragments in an agricultural landscape, Journal of Vegetation Science, 12(5), p. 635-642.

JAKUPI A., STEINSIEK P.-M., HERRMANN B., 2003, Early maps as stepping stones for the reconstruction of historic ecological conditions and biota, Naturwissenschaften, 90, p. 360-365.

JONES M., 2003, The concept of cultural landscape : discourse and narrative, in PALANG H. & FRY G. (eds) Landscape Interfaces. Cultural heritage in changing landscape, Kluwer Academic publishers (Landscape series), (Dordrecht), p. 21-51.

KIRBY K., WARKINS C.(eds), 1998, The ecological history of European forests, Wallinggord, UK, CABI publishing, 384 p.

KJAERGAARD T., 1995, Danish Revolution, 1500-1800 : An Ecohistorical Interpretation, Cambridge, Cambridge University Press, Studies in Environment and History, 225 p.

KUHNHOLTZ-LORDAT G., 1958, L’écran vert (préfacé par Roger HEIM), Mémoires du Muséum national d'histoire naturelle, série B, botanique, t. IX, fasc. 1, Paris, Ed. du Muséum, 1-276+16 pl. photo. h.t.

LANE C., 1980, The Development of Pastures and Meadows during the Sixteenth and Seventeenth Centuries, The Agricultural History Review, 28 (1), p. 18-30.

LANGOHR R., 2001, L’anthropisation du paysage pédologique agricole de la Belgique depuis le Néolithique ancien- Apports de l’archéopédologie, Etude et gestion des Sols, 8(2), p. 103-118.

LAVOREL S., GARNIER E., 2002, Predictive changes in community composition and ecosystem functioning from plant traits: revisiting the Holy Grail, Functional Ecology, 16, p. 545-556.

LAVOREL S., QUÉTIER F., THÉBAULT A., DAIGNEY S., DAVIES I.D., DE CHAZAL J., & VISTA consortium, 2006, Vulnerability to land use change of services provided by alpine landscapes, in PRICEM.F. (ed.) Global Change in Mountain Regions, Sapiens Publishing, Perth, Scotland, p. 215-216.

LEPART J., 2005, Diversité et fonctionnement des écosystèmes et des paysages, in MARTY P., VIVIEN F.-D., LEPART J. & LARRERE R. (eds.), Les biodiversités : objets, théories, pratiques (, p. 83-96. CNRS Editions, Paris.

MARTY P., LEPART J., CAPLAT P., 2006, Géographie et écologie des paysages : quelles relations ? Bulletin de l'Association des Géographes Français, 3, p. 355-367.

MAYEWSKI P.A., ROHLING E.E., STAHGER J.C., KARLEN W., MAASCH K.A., 2004, Holocene climate variability, Quaternary Research, 62, p. 243-255.

MELVILLE E.G.K., 1994, A Plague of Sheep, Cambridge University Press (Cambridge), Studies in Environment History, 225 p.

MITCHELL F.J.G., 1990, The impact of grazing and human disturbance on the dynamics of woodland in S.W. Ireland, Journal of Vegetation Science, 1, p. 245-254.

MITCHELL F.J.G., COLE E., 1998, Reconstruction of long-term successional dynamics of temperate woodland in Bialowieza Forest, Poland, Journal of Ecology, 86, p. 1042-1059.

NILSSON C., 2006, Landscape ecology of large rivers: human modifications and management of floodplains and watersheds, Communication orale, International Conference on Rivers and Civilization (Multidisciplinary Perspectives on Major River Basins, 24 au 29 juin, La Crosse (Wisconsin, USA).

ODGAARD B.V., RASMUSSEN P., 2000, Origin and temporal development of macro-scale vegetation patterns in the cultural landscape of Denmark, Journal of Ecology, 88(5), p. 733-748.

OOSTHOEK K.J.W., 2005, What is Environmental History ?

resources.org/environmental_history.html (accessed 2006-10-12)

PEGLAR S.M., FRITZ S.C., BIRKS H.J.B., 1988, Vegetation and land-use history of Diss, Norfolk, England, Journal of Ecology, 76, p. 203-222.

PETERKEN G.F., 1993, Woodland Conservation and Management.- 2nd edition, Chapman & Hall (London & New-York), 374 p.

PETERKEN G.F., GAME M., 1981, Historical factors affecting the number and distribution of vascular plant species in the woodlands of central Lincolnshire, Journal of Ecology, 72, p. 155-182.

PICHARD G., 1995, Les crues sur le bas Rhône de 1500 à nos jours. Pour une histoire hydro-climatique- Méditerranée (Revue géographique des pays méditerranéens) (Marseille), 3/4, p. 105-116.

POLLARD E., HOOPER M.D., MOORE N.W., 1974, Hedges, London, Collins (New Naturalist series), 256 p.

POTT R., 1995, The origin of grassland plant species and grassland communities in Central Europe, Fitosociologia, 29, 7-32.

PYNE S.J., 2003, Fire : a brief history, University of Washington Press, Seattle, 204p.

RACKHAM O., 1995, The History of the countryside - The classic history of Britain’s landscape, flora and fauna, Weidenfeld & Nicolson, London, 445p. (reed. of The History of the Countryside , J.M. Dent publ., 1986).

RACKHAM O., MOODY J., 1997, The Making of the Cretan Landscape, Manchester, Manchester University Press, 237 p.

RATCLIFFE D.A., 1984, Post-medieval and recent changes in British vegetation : the culmination of Human influence, New Phytologist (Cambridge), 98(1), p. 73-100.

RAPPORT D.J., COSTANZA R., MCMICHAEL A.J., 1998, Assessing ecosystem health,Trends in Ecology & Evolution, 13 (10), p. 397-402.

ROUPNEL G., 1932, Histoire de la Campagne française, Paris, Bernard Grasset (éd.) ; réédition 1974, Paris, Plon, collection “Terre Humaine”, 374 p

RUSSELL E.W.B., 1997, People and the Land through Time- Linking Ecology and History, New Haven, Yale University Press, 326 p.

SALLARES R., 2002- Malaria and Rome : a history of malaria in ancient Italy, Oxford, New-York, Oxford University press, xv + 341 p.

SCHULZE E.-D., GERSTBERGER P., 1994- Functional aspects of landscape diversity : a Bavarian example, in SCHULZE E.D. & MOONEY H.A. (eds), Biodiversity and Ecosystem Function, New-York, Springer-Verlag, p. 453-466.

SCHWINEKÖPER K., 2000, Historische Analyse (IV-10), in KONOLD W., BÖCKER R., HAMPICKE U., (eds), Handbuch Naturschutz und Landschaftpflege, Ergänzungslieferung, Landsberg. Ecomed-Verlag, p. 1-23.

SEGARD M., WALSH K., COURT-PICON M., 2003- L’occupation de la haute montagne dans les Alpes occidentales. Apport de l’archéologie et des analyses paléoenvironnementales, in BOËTSCH G., DEWRIENDT W., PIGUEL A. (eds), Permanence et changements dans les sociétés alpines, Aix en Provence, Edisud, p. 17-30.

SHEAIL J., 1980, Historical Ecology: the documentary evidence, Huntington (Cambridge), Institute of Terrestrial Ecology, 21p.

SHEAIL J., 1998, Nature Conservation in Britain: The Formative Years, London, The Stationary Office, 282 p.

SHEAIL J., 2002,An Environmental History of Twentieth Century Britain, New York, Palgrave, 306 p.

SINISCALCO C., MINCIARDI M.-R., BARI A., POTENZA A., ZANINI E., CARAMIELLO R., 1996, Historical-cartographic, vegetational and pedological study of Isolone Del Ritanao in the bed of the Dora Baltea river, Archivio Geobotanico (Pavia), 2 (2), p. 97-112.

SISK T.D. (ed), 1998, Perspectives on the land-use history of North America : a context for understanding our changing environment- U.S. Geological Survey, Biological Resources Division, Biological Science Report USGS/BRD/BSR 1998-0003. 104 p.

SMITH, B.D., 1995, The Emergence of Agriculture, W.H. Freeman/Scientific American Library, 231 p.

SPEICH, D., 2002, Draining the Marshlands, Disciplining the Masses : The Linth Valley Hydro Engineering Scheme (1807-1823) and the Genesis of Swiss National Unity, Environment and History, 8, p. 429-447.

SPEIER M., 1996, Paläoökologische Aspekte der Enstehung von Grünland in Mitteleuropa, Berichte der Reinhold-Tüxen-Gesellschaft (RTG), Hannover, 8, p. 199-219.

SWETNAM T.W., ALLEN C.D., BETANCOURT J.-L., 1999, Applied historical ecology: using the past to manage the future, Ecological Applications, 9(4), p. 1189-1206.

TALLIS J.H., 1991, Plant Community History. Long-term changes in plant distribution and diversity, London, Chapman & Hall, 398 p.

THINON M., 1978, La pédoanthracologie : une nouvelle méthode d’analyse phytochronologique depuis le Néolithique, Comptes rendus de l’Académie des Sciences, Paris, série D, 287, 1203-1206.

TRESS G., TRESS B., FRY G., 2004, Clarifying integrative research concepts in landscape ecology, Landscape Ecology, 20, p. 479-493.

TURNER B.L. & col. (eds), 1993, The Earth as Transformed by Human Action ; Global and Regional Changes in the Biosphere over the Past 300 Years, Cambridge, Cambridge University Press, 768 p.

VAN DAM P., 2002, The role of the warren. History of the naturalisation of the common rabbit, in Aliens in Nature. Yearbook for ecological History 2000, Actes du Symposium de Vienne, Décembre 2001., Academia Press, Gent.

VERA F.M.W. (ed), 2000, Grazing Ecology and Forest History, Wallingford UK, CABI publishing, 528 p.

VERHEYEN K., BOSSUYT B., HERMY M., TACK G., 1999, The land use history (1278-1990) of a mixed hardwood forest in western Belgium and its relationship with chemical soil characteristics.- Journal of Biogeography, 26(5), p. 1115-1128.

VERHEYEN K., HONNAY O., MOTZKIN G., HERMY M., FOSTER D.R., 2004, Response of forest plants species to land-use change: a life-history trait-based approach, Journal of Ecology, 91, p. 563-577.

WHITED T., 2000, Forests and Peasant Politics in Modern France, New Haven & London, Yale University Press, 288 p.

WHITNEY G.G., 1994, From coastal wilderness to fruited plain. A history of environmental change in temperate North America from 1500 to the present, Cambridge University Press (Cambridge), 451 p.

WHITTAKER R.J., 1998, Island Biogeography:Ecology, Evolution and Conservation, Oxford University Press (Oxford), 285p.

WIEBER J.-C., 2002, Le paysage objet géographique obscur ou trop evident ? Conférence de l’ENS LSH, 30 janvier 2002.

WIENS J.J., DONOGHUE M.J., 2004, Historical biogeography, ecology and species richness, Trends in ecology & Evolution, 19(12), p. 639-644.

WILLIAMS M.(ed), 1990, Wetlands : A Threatened Landscape, Basil Blackwell (Oxford), 417 p.

WULF M., 1997, Plant species as indicators of ancient woodland in northwestern Germany, Journal of vegetation Science, 8(5), p. 635-644.

ZACHARIAS D., BRANDES D., 1990, Species area-relationships and frequency - Floristical data analysis of 44 isolated woods in northwestern Germany, Vegetatio, 88, p. 21-29.

ZONNEVELD I.S., 1989, Scope and Concepts of Landscape Ecology as an Emerging Science, in ZONNEVELD I.S., FORMAN R.T.T., (eds), Changing Landscapes : an Ecological Perspective, New-York, Berlin, Springer Verlag, p. 3-20.

Haut de page

Notes

1  On définit la multidisciplinarité (ou pluridisciplinarité) comme étant « différentes disciplines partageant le même objet d’étude (par exemple le paysage) mais avec des objectifs différents » (Tress et al , 2004).

3  L’interdisciplinarité dans les recherches sur le paysage se définit comme «L’implication de plusieurs disciplines universitaires indépendantes qui sont alors contraintes à aller au-delà des limites propres à leur champ disciplinaire. Les disciplines concernées intègrent la connaissance disciplinaire pour créer une nouvelle connaissance et une nouvelle théorie qui permettront d’atteindre un but commun» (Tress et al. 2004 ; Oosthoek, 2005).

4  Le terme d’ethnoécosystème, faisant donc référence à l’ethnoécologie a été utilisé par Philippe Marchenay dans ses premiers travaux sur les étangs et paysages de Dombes (Marchenay, P., 1976- L’ethnoécosystème des étangs dombistes- Premier Colloque d’Ethnosciences, Museum d’Histoire Naturelle, Paris).

5  Cet "équilibre de la nature" serait un état idéal où chaque élément est en équilibre avec les autres et où la diversité du vivant est nécessaire au fonctionnement de l'ensemble, chaque espèce ayant une fonction spécifique et une niche unique. Pourtant, cet état idéal n'est jamais observé ; en fonction de l’échelle temporelle de référence, les montagnes s'érodent, les lacs se comblent, le climat change et il en est de même pour les plantes et les animaux dont le nombre fluctue perpétuellement. Pourtant, cette idée d'un état d'équilibre dans la nature a persisté longtemps. Elle a dominé la pensée de nombreux gestionnaires et conservateurs qui ont cru oeuvrer pour la préservation des écosystèmes et de la biodiversité en réduisant le désordre et en créant des milieux non-perturbés. Pour les défenseurs de cette notion d'équilibre de la nature, les écosystèmes étaient en route vers un état de stabilité impossible à atteindre à cause de forces extérieures au système (crues, orages, maladies et surtout changements d'origine anthropique...) qu'on appelle «perturbations». Aujourd'hui, on sait que ces forces qui créent la biodiversité font partie du système et que la nature, à l'image de l'univers entier, est complexe et imprévisible.

6  A partir de 1963, divers scientifiques ont montré un intérêt croissant pour l’histoire des forêts. La création de l’IUFRO (International Union of Forestry Research Organizations), dédiée à l’histoire des forêts, marquait l’importance accordée par la communauté scientifique internationale pour l’approche historique en sciences forestières. La première conférence internationale sur le thème «forêt et histoire» avait lieu en 1979 déjà à Nancy (Agnoletti, 2000).

7  F. Braudel s'inscrit dans la lignée des historiens de l'Ecole des Annales qui proposèrent de repenser l'espace-temps de l'histoire ; rejetant l’histoire traditionnelle événementielle il privilégiait la longue durée et cherchait à relier l’histoire aux autres sciences sociales.

8  Voir les travaux du Groupe d’Histoire des Forêts Françaises (Corvol et al., 1997).

9  Document cadastral daté de 1086, ordonné par Guillaume le Conquérant, le Domesday Book est un outil de premier ordre pour l’écologie historique. La plus grande partie du pays est couverte de «bois» (7800 forêts dont certaines sont encore présentes de nos jours) mais aussi de marécages et de landes ou friches non propices à l’agriculture. L’élevage des moutons et porcs et la culture des céréales constituent les principales ressources du pays (Rackham, 1995).

11  Les cervidés ont une préférence pour le frêne et l'orme et délaissent le chêne ; en partie pour cette raison, le chêne serait dominant en Grande Bretagne (Rackham,1995)

12  La combinaison du brûlis, du pastoralisme et de l’extraction de la couche organique du sol (plaggen) conduit à la constitution d’écosystèmes uniques ; ils seraient à l’origine des landes à bruyères (callunaies) sub-atlantiques très développées en Allemagne, aux Pays-Bas, au Danemark, au Royaume-Uni, en Norvège et en Suède (Goldammer & Page, 2000).

13  La sous représentation du tilleul dans la forêt némorale scandinave et par conséquent la dominance du hêtre sont dus probablement à des interactions homme-plante qui s'exercent depuis le début du 17ème siècle (Cowling et al., 2001 ; Bradshaw et al., 2005)

14  Cette pratique a eu un impact certain sur les systèmes forestiers européens de plaine depuis des millénaires (Kirby & Watkins, 1998) ; elle fut aussi utilisée dans les Alpes en début et fin de saison, lorsque les pâturages d’altitude n’assuraient pas les ressources herbagères nécessaires et ceci afin d’économiser les réserves de foin hivernales (Whited, 2000).

15  9000-8000 BP ; 6000-5000 BP ; 4200-3800BP ; 3500-2500 BP (déclin de la civilisation Mésopotamienne) ; 1200-1000 BP (décadence des Mayas) ; 600-150 BP (déclin des Vikings) (Diamond, J., 2005- Collapse: How societies choose to fail or succeed, Viking Books, 592p).

16  Histoire environnementale (Environmental History), terme introduit en 1972 par Rodrick Nash

17  Ils sont regroupés en Europe et aux USA au sein de sociétés scientifiques (The European Society of Environmental History; http://www.eseh.org) et The American .Society of Environmental History ; http://www.aseh.net/.). Ils publient notamment dans deux revues internationales : "Environment and History" créée en 1995 (The White Horse Press, Cambridge, UK) et d "Environmental History" (Duke University Press, USA). Les conférences de la "European Society of Environmental History" (St Andrews, Ecosse, septembre 2001, Prague, Tchéquie Septembre 2003, Florence, Italie, Février 2005, Amsterdam, Pays-Bas, juin 2007) et les recherches pluridisciplinaires menées par le «Centre for environmental history and policy», UK. (www.stir.ac.uk/cehp/), le Centre of Environmental History de l’université de Berkeley, U.S.A. (http://www.cnr.berkeley.edu/departments/espm/env-hist/) ou la Chaire d’histoire environnementale du Québec, Canada (http://www.cieq.uqtr.ca/crc_hec/index.php) participent à l’essor actuel de la discipline.

18  Les universitaires américains s’intéressent très tôt aux conséquences de la colonisation et en particulier à l’exploitation de la nature (voir les œuvres des premiers spécialistes de la conservation que sont David Thoreau, John Muir et Aldo Leopold).

19  Le premier Institut d’histoire de l’environnement est crée à l’Université de St Andrews en Ecosse en 1991, puis, à partir de 1999, des centres universitaires de recherche et d’enseignement en histoire de l’environnement sont créés à Stirling, Dundee et Nottingham (Oosthoek, 2005).

21  Programme de recherche "LEVAN" (LEVerhulme Trust funded ANnecy Project) intitulé "The Historical Impacts of Land Use and Climate Change on Hydrology in a Prealpine Landscape" (cf: http://www.liv.ac.uk/geography/levan.

22  Ces regroupements s’expliquent par le fait que les chercheurs ont en commun une méthodologie historique pour comprendre les relations entre l’homme et la nature ; néanmoins, comme ils font aussi appel aux résultats de sciences autres que l’histoire, souvent ils ne se considèrent pas eux mêmes comme des historiens, même si leurs travaux sont des plus pertinents pour l’histoire de l’environnement.

23  Hautes plantes herbacées hygrophiles (roseaux, marisques, laiches, joncs…) sans intérêt nutritif mais utilisées comme litière dans les étables (fertilisants).

24  Brown (2002) démontre l’importance de la paléohydrologie et de la paléoécologie pour reconstituer l’état naturel de fonctionnement des cours d’eau et pour effectuer ensuite, au niveau des chenaux et de leur fonctionnement géomorphologique, des travaux de restauration susceptibles d’augmenter la biodiversité.

25  On cherche à revenir à une variabilité de régime de perturbations correspondant à ce qui existait un ou deux siècles avant l’arrivée des colons européens et susceptible de garantir le maintien d’une bonne diversité biologique. Ceci suppose une gestion des incendies, des flux de nutriments, de l’hydrologie etc…en accord avec le concept de la variabilité historique (Jackson, 2006). Les données fournies par la dendroécologie et par le General Land Office (1850) permettent de reconstruire les paysages (cartes de végétation) par diverses méthodes d'analyse spatiale (voir par exemple Whitney, 1994 ; Bolliger et al., 2004)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacky Girel, « Quand le passé éclaire le présent : écologie et histoire du paysage », Géocarrefour, vol. 81/4 | 2006, 249-264.

Référence électronique

Jacky Girel, « Quand le passé éclaire le présent : écologie et histoire du paysage », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/4 | 2006, mis en ligne le 01 avril 2010, consulté le 22 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1622 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1622

Haut de page

Auteur

Jacky Girel

Laboratoire d’écologie alpine (LECA, CNRS UJF US 5553)
2233 rue de la piscine
BP 53
38041 Grenoble cedex 9
E.mail : jacky.girel@ujf.grenoble.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page