Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Merlin Pierre, 2006, Le tourisme en France : enjeux et aménagement, Paris, Éditions Ellipses, Coll. Carrefours, 159 p.

Jean-Michel Dewailly
p. 248

Texte intégral

1L’ouvrage que vient de publier Pierre Merlin, spécialiste reconnu en aménagement, touche à un thème géographique qui ressortit de plus en plus à l’actualité. Devant la « crise » persistante de nombre de secteurs économiques traditionnels, c’est souvent le recours au tourisme (au sens le plus large du terme) qui semble pouvoir enrayer les difficultés locales. La question est donc d’importance et mérite effectivement un examen serré. Pour tenter cette approche, dans une première partie, l’auteur passe ainsi d’abord en revue les enjeux que recouvre le tourisme (sociaux et culturels, économiques, spatiaux et environnementaux), en insistant sur leur aspect conflictuel. Il est vrai que le tourisme, en s’installant dans des espaces où il n’était pas présent, en se densifiant ou en conquérant de nouveaux territoires, offre souvent un visage conflictuel. Le seconde partie traite ensuite des types d’espaces, espaces protégés (20 p.), puis littoraux (25 p.), montagnards (23 p.), ruraux (13 p.) et urbains (7 p.).  Après avoir posé en introduction la question « L’aménagement touristique durable est-il un mythe ? », l’auteur conclut en disant qu’ « un aménagement touristique durable doit stimuler l’envie des hommes de s’enrichir intellectuellement par un contact “modéré” avec le patrimoine naturel et culturel qui leur a été légué, qu’ils doivent à leur tour léguer intact, voire enrichi, aux générations suivantes » (p. 151).

2On souscrit au sens global de cette conclusion, en regrettant cependant qu’elle ne soit pas scientifiquement mieux étayée. D’abord, la notion de « tourisme durable » invoquée en introduction et en conclusion n’est guère discutée et modulée (les termes « intact » et « enrichi » ne recouvrent sûrement pas les mêmes réalités selon les catégories d’acteurs), et l’étude du tourisme dans les 5 types d’espaces évoqués n’y fait guère référence, sauf comme une pétition de principe. Ainsi, il aurait été souhaitable de justifier la gradation des termes, et le plan consécutif, des 5 chapitres de la seconde partie : en termes de « durabilité », les « espaces protégés » semblent au sommet de la hiérarchie, suivis par le « littoral », « milieu rare et fragile », « la montagne », seulement « fragile », l’espace rural, apparemment ni rare ni fragile, et enfin la ville, confrontée au dilemme « mise en tourisme ou destruction du patrimoine ». On peut à bon droit discuter ces couplages, car il semble plutôt que cette gradation recoupe les 5 types d’espaces considérés, et l’analyse présentée semble donc à la fois inexacte et réductrice. On rappellera d’ailleurs que c’est surtout en faveur de monuments et sites urbains que s’est mise en place à partir de 1830 une protection des monuments historiques, qui fut l’amorce des mesures et politiques de protection qui s’étofferont jusqu’à nos jours. Or, ces sites et monuments étaient, comme l’attestent les guides de l’époque, l’objet très prédominant d’un tourisme dont la croissance s’affirme au cours du XIXè siècle. Et il y a aussi des gradations dans la mise en tourisme, dont certaines ne se posent pas forcément en termes de conflit. Pourquoi d’ailleurs insiste-t-on plus souvent sur les conflits engendrés par le tourisme que par l’industrie ou les transports ? Tout ce qui nécessite un aménagement n’est pas forcément à considérer comme destructeur, et la tonalité générale de l’ouvrage exprime plutôt une certaine défiance vis-à-vis du tourisme. Est-il incontestable qu’il y ait « contradiction entre la préservation du patrimoine culturel et sa mise en valeur aux fins d’attirer les touristes » (p. 145) ? Bien des propriétaires de châteaux ne sont sans doute pas de cet avis. Et n’aborder le tourisme culturel qu’à propos du tourisme urbain est faire peu de cas de la dimension culturelle du tourisme dans les autres espaces, y compris la campagne où l’on aurait « laissé s’organiser un tourisme du pauvre » (p. 134).

3Cette approche plus analytique que systémique conduit à sous-estimer sans doute certains enjeux, dont le titre pourtant laissait espérer une approche. Le volet territorial du tourisme n’est pas abordé comme tel. Si le tourisme est créateur de richesses mais aussi d’identité et de culture, il s’agit d’un enjeu essentiel, qu’ont bien pris en compte progressivement les divers « territoires » qui se sont constitués notamment depuis la mise en œuvre de la décentralisation. A cette actualité, l’auteur ne fait que de trop furtives allusions. Or, qui pourrait prétendre que les contrats de plan État-régions, les contrats de pays, de stations, et autres n’ont pas modifié très sensiblement les politiques, les équipements, les produits, les flux touristiques et, consécutivement, l’aménagement des territoires qui les portent, au-delà de la simple dimension « consommation »  ou « destruction d’espace » ? Cette dimension manque dans les enjeux examinés, et aurait pu, par exemple, être approchée à travers l’analyse d’espaces à échelles variées (région, « pays », station…), pour montrer la concrétisation géographique réelle de choix touristiques effectués et de leurs effets. Il est significatif à ce titre de constater que la présentation de « l’aménagement touristique du littoral du Languedoc-Roussillon » s’appuie sur la carte (d’ailleurs sans légende) issue des travaux de la Mission Racine (années 1960-70), présentant l’idéal alors visé, et non sur une carte des réalités actuelles. Signalons aussi quelques erreurs ou approximations : la digue du Markerwaard aux Pays-Bas n’est plus « envisagée » (p. 84), puisque la Cinquième Note sur l’aménagement du territoire, publiée en 2000, a officiellement abandonné ce projet de polder ; lier la création des « stations vertes » à l’inadaptation du « mécanisme des stations classées » (p. 134) est abusif, car le classement des premières ne résulte que d’une démarche associative entièrement privée, qui n’empêche nullement un autre classement public. Il faut d’ailleurs ajouter que la loi du 14 avril 2006 a modifié les critères de classement des « stations classées et communes touristiques ». Enfin, le centre de congrès et d’expositions de Lille ne s’appelle pas « Centrexpo » (p. 148), mais « Lille Grand Palais ». Et puis si l’auteur juge « détestable », voire « pire », les expressions « mise en tourisme » et « touristification » (p. 144), il ne propose rien d’autre pour désigner ces processus, ce qui ne l’empêche pas de parler de « démoustification » (sic. P. 93)

4Les remarques qui précèdent ne privent cependant pas cet ouvrage de ses mérites et de son utilité. P. Merlin montre bien l’évolution dans la durée des « doctrines » d’aménagement par rapport au tourisme, du moins tant qu’il s’agit du cadre national. On peut d’ailleurs y lire en filigrane l’absence constante de véritable politique du tourisme en France. Le livre comporte une foule de données sur des institutions, des dates, des procédures que les étudiants apprécieront de trouver commodément rassemblées. Il n’est pas indifférent non plus de replacer ces réflexions « touristiques » dans les espaces étudiés, ce qui fournit des éclairages utiles à la compréhension de nombreux lieux touristiques. Mais les références trop  réduites à la recherche récente en tourisme occultent certains pans de la réflexion. En somme, il s’agit davantage d’un manuel concernant l’aménagement global de la France vu à travers un angle touristique particulier qu’un ouvrage rendant réellement compte des réalités du tourisme en France. Il peut trouver son public et être une étape vers des approfondissements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Dewailly, « Merlin Pierre, 2006, Le tourisme en France : enjeux et aménagement, Paris, Éditions Ellipses, Coll. Carrefours, 159 p. », Géocarrefour, vol. 81/4 | 2006, 248.

Référence électronique

Jean-Michel Dewailly, « Merlin Pierre, 2006, Le tourisme en France : enjeux et aménagement, Paris, Éditions Ellipses, Coll. Carrefours, 159 p. », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/4 | 2006, mis en ligne le 07 février 2008, consulté le 27 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1621

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page