Navigation – Plan du site

Changements récents de l’usage du sol au Brésil

Recent land-use changes in Brazil
Mudanças recentes na ocupaçao do solo no Brasil
Claudio A. G. Egler
p. 193-202

Résumés

A l'interface dynamique entre société et environnement, l'article étudie les changements dans l'usage du sol au Brésil et relie l'inégalité sociale et territoriale avec la mobilité spatiale de la population. Les tendances en sont l'urbanisation, le défrichement, l'intensification agricole, la croissance de l'élevage bovin. Ces processus sont analysés à l'échelle des grandes régions alors que se ralentit la conquête des nouvelles terres agricoles.

Haut de page

Texte intégral

  • 2

1Ce travail décrit l’usage social du sol au Brésil1, ses transformations, ses effets sur la couverture végétale naturelle, sa part dans le changement global. A l’interface dynamique entre société humaine et environnement défini à différentes échelles géographiques, il s’efforce de rester cohérent avec les orientations formulées par le Land Use and Land Cover Research Plan (LUCC) intégré à l’International Geosphere-Biosphere Programme (IGBP) et à l’International Human Dimensions Programme on Global Environmental Change. Les études des changements de l’usage du sol sont fondamentales sur le plan théorique et sur le plan méthodologique. Leur caractère interdisciplinaire établit un pont entre les sciences de la nature et celles de la société : dans la tradition géographique, elles fondent leur réflexion sur l'examen du territoire dans ses conditions effectives, c’est-à-dire l’espace approprié et travaillé par les groupes sociaux, marqué par le développement technique et par les conflits entre les différents acteurs sociaux.

2Modèles territoriaux du développement brésilien

3S'agissant des relations entre l’usage du sol et le changement global, le Brésil occupe une place spécifique sur la scène internationale. Sa taille et l'effectif de sa population le placent parmi les dix premiers pays du monde. Ensuite, son immense masse continue de forêt pluviale, en grande partie encore vierge, lui confère une place centrale dans la protection de la couverture végétale naturelle de la planète. Enfin, l’extrême inégalité de la distribution sociale et territoriale du revenu parce qu'elle réduit les possibilités d’ascension sociale et renforce l'intense mobilité spatiale de la population constitue l’un des principaux facteurs explicatifs des transformations rapides et étendues de l‘usage du sol.

4La présente étude prend pour point de départ le début des années 1970 quand, à l'initiative de l'Etat fédéral (premier et second Plans Nationaux de Développement - PND), ont eu lieu la densification de la matrice industrielle et l’expansion territoriale. Ces orientations furent décisives dans la redistribution spatiale de la structure productive nationale et l’accélération de l’occupation de la frontière en Amazonie, comme le montre la Carte n°1.

Figure 1 : Densité démographique, 2000

Figure 1 : Densité démographique, 2000

5Bien qu’atténués par la crise des décennies suivantes, les effets de ces processus sont encore visibles de nos jours. Une plus grande insertion dans le marché mondial et la réduction significative de la capacité financière de l’Etat ont conduit à remplacer le projet de développement national par un objectif de stabilité macroéconomique. L'aménagement du territoire a réduit ses ambitions, s'est montré plus sélectif dans ses interventions et y a augmenté la part du secteur privé et des capitaux étrangers, ce qui a eu des effets contradictoires. D’une part, loin de réduire la pression sur les sources originelles de richesse la terre et le travail, cela a conduit la société brésilienne à reproduire ses tendances historiques lourdes : l’exploitation prédatrice des ressources naturelles, l'avilissement de la condition sociale du plus grand nombre, la concentration du revenu. Mais, d’autre part, cela a aussi laissé le champ libre à de nouveaux acteurs et à de nouvelles formes d’organisation sociale susceptibles de combler le vide laissé par l’action étatique et de rechercher des solutions innovantes et des alternatives de développement plus durables que le modèle alors en vigueur. Tant sur la question agraire que sur la question environnementale, la terre est devenue le thème favori de ces nouvelles forces qui cherchent à s’affirmer. Le moment présent apparaît donc comme une phase de transition dans le modèle territorial de développement. Ses résultantes à long terme demeurent indéfinies car elles dépendent de forces sociales qui ne sont pas encore hégémoniques sur la scène politique nationale ou internationale.

6Cela revêt une importance particulière dès lors que l’un des objectifs principaux du LUCC est justement de comprendre de quelle manière la couverture du sol a été modifiée par l’usage humain au cours des trois cent dernières années et d'établir comment les changements de l’usage affecteront la couverture du sol dans les cinquante ou cent années à venir .

7Au Brésil, ces questions peuvent susciter des réponses précipitées, mais pas nécessairement exactes. Au cours des trois cents dernières années, le Brésil s'est inséré dans l’économie mondiale au moyen d'un intense défrichement qui, comme l‘a décrit Dean (1998), a supprimé par le fer et le feu de vastes étendues de la forêt atlantique – la Mata Atlântica - dont les vestiges actuels sont menacés par l'industrialisation et la croissance des villes. L'urbanisation est en effet une autre caractéristique marquante de la dynamique spatiale brésilienne. Dans une structure agraire extrêmement concentrée, l’exode rural est une conséquence directe de la croissance démographique. Faute d'avoir accès à des terres disponibles à la campagne, les hommes sont contraints de chercher refuge et moyens de subsistance dans les villes : ces dernières grandissent à une vitesse accélérée sans remplir les conditions minimales de l’urbanité.

8Cette tendance historique pourrait réserver le même sort à la forêt amazonienne, la plus grande réserve de forêt pluviale de la planète (plus de 3,5 millions de km² dans le seul Brésil). A partir des années 1960, son occupation fut directement stimulée par l’Etat qui ouvrit des routes servant d’axes de pénétration pour les fronts de peuplement et d’expansion des activités économiques. Dans les années 1960, on ouvrit notamment la Transamazonienne et les axes Cuiabá-Santarém et Cuiabá-Porto Velho. Associé à la conquête des cerrados par l’agro-industrie dans les années 1980, ce phénomène a produit l’expansion de l'arc de défrichement par le feu, la concentration foncière et l’implantation de nouvelles villes en Amazonie du Sud. Persiste ainsi au Brésil une tendance séculaire à la dévastation de la forêt et à la concentration sociale et territoriale du revenu.

9Cependant, de forts indices conduisent à penser que les faits historiques et géographiques ne se déroulent pas d'une façon linéaire. Le présent article se propose justement d'explorer ces indices pour mieux comprendre les relations existant entre la dynamique spatiale récente et les transformations de l’usage du sol au Brésil. Pour cela, quelques certitudes apparentes doivent être remises en question. La première vise la production agricole brésilienne, dont la croissance dépendrait essentiellement de l’incorporation de nouvelles terres, ce qui ferait de ce secteur le responsable principal de la déforestation du pays. La seconde concerne le processus d’urbanisation du Brésil, qui serait sur le point de se terminer puisque, selon les statistiques officielles, huit Brésiliens sur dix vivent aujourd'hui en ville.

10Métropolisation, croissance et expansion des agglomérations urbaines

11Le terme urbanisation n’est pas le plus adéquat pour appréhender les caractéres majeurs de la dynamique spatiale brésilienne. Il désigne en effet un changement radical des conditions de la reproduction sociale par rapport aux modèles en vigueur à la campagne, ce qui ne correspond pas exactement à ce qui se passe au Brésil, où se multiplient les petites agglomérations dispersées sur le territoire. Dire que plus de 80% de la population brésilienne est urbaine devient alors, pour le moins, fallacieux. La majorité des petites agglomérations ne disposent même pas d’un médecin, d’un dentiste ou d’un avocat, entre autres professions de niveau supérieur. Beaucoup ne possèdent que des écoles primaires, seule une proportion réduite assurant un enseignement secondaire. Comme le montre Veiga (2000), cette erreur de perspective dissimule la véritable dimension de la question agraire au Brésil car elle en fait un problème secondaire qui toucherait à peine un Brésilien sur cinq, alors qu’en réalité une proportion plus élevée de la population tire de la campagne une grande part de ses moyens d'existence. Une étude a montré qu'environ 65% seulement des Brésiliens vivent en un lieu qui, selon une définition minimale des services, mériterait d’être classé comme ville. Plusieurs raisons à cet état de fait :

121. La fragilité du concept de population urbaine reposant sur le critère politico-administratif : des établissements humains d’à peine plus de 100 habitants sont considérés comme des villes, indépendamment des fonctions qu’ils remplissent ou des services collectifs dont ils disposent. Cette simplification qui classe 80% de la population brésilienne comme urbaine occulte une réalité : beaucoup de Brésiliens vivent à la campagne sans être exactement des paysans au sens classique du mot.

132. La création de nouveaux municipes: facilité par la Constitution de 1988, ce phénomène se produit aussi bien dans les zones de frontière exemple : le Nord du Mato Grosso ou du Tocantins) que dans les régions consolidées (exemples : la zone dite coloniale du Rio Grande do Sul et l‘Ouest de Santa Catarina). L'avancée encore limitée de la division territoriale du travail entre ville et campagne, voire entre les villes elles-mêmes, a pour conséquence qu’une grande partie de la population résidant dans de petites villes vit encore d’activités typiquement rurales, que ce soit des cultures de subsistance dans les petites propriétés, ou que ce soit, dans les exploitations agricoles grandes ou moyennes, un travail fourni sous des formes diverses, en général non salariées.

14La faible division territoriale du travail, fruit de la forte concentration du patrimoine et du revenu, a pour conséquence que n'existe pas un marché correspondant aux effectifs de population. Cette absence a des implications importantes sur le développement urbain car elle bride l’expansion des activités productives qui approvisionnent les villes : l’excédent obtenu grâce à des ressources naturelles disponibles ou à la faible rémunération du travail, est approprié, sous de multiples formes, par le capital agricole et/ou commercial. Se trouve aussi limité le marché des services urbains. Ce phénomène explique que, parallèlement à la croissance de petites agglomérations dépourvues d’urbanité, la concentration démographique se renforce dans les villes comprises entre 1 et 5 millions d’habitants, lesquelles forment les noyaux des aires métropolitaines situées hors de l’axe Rio de Janeiro - São Paulo. Aujourd’hui, l'effectif de ces deux mégapoles a été dépassé par le total des villes dites millionnaires représentées sur tout le territoire national : Manaus et Belém en Amazonie, Brasília et Goiânia dans le Centre-Ouest, Salvador, Recife et Fortaleza dans le Nordeste, Curitiba et Porto Alegre dans le Sud et enfin Belo Horizonte dans le Sudeste.

15Parmi les villes de plus d’un million d’habitants, les métropoles de la région amazonienne Belém et Manaus sont justement celles qui présentent les taux de croissance de la population les plus soutenus. Ainsi, l’attraction exercée par les grandes villes se vérifie dans tout le pays, ce qui a des implications importantes sur la couverture végétale et l'usage du sol : étant celles qui consomment le plus de surface pour les constructions, ces villes exercent de fortes pressions sur leurs anneaux périphériques respectifs.

Tableau n°1 : Brésil – Municipes de plus d’1 000 000 d’habitants en 2000

Municipes

Population urbaine

(nombre d’habitants)

Population urbaine

(nombre d’habitants)

Taux de croissance annuel (1991 – 2000)

1991

2000

(% )

Guarulhos

777 921

1 048 280

3,37

Goiânia

913 485

1 083 396

1,91

Belém

849 187

1 271 615

4,59

Porto Alegre

1 247 529

1 320 069

0,63

Manaus

1 006 585

1 394 724

3,69

Recife

1 298 229

1 421 947

1,02

Curitiba

1 315 035

1 586 898

2,11

Brasília

1 515 889

1 954 442

2,86

Fortaleza

1 768 637

2 138 234

2,13

Belo Horizonte

2 013 257

2 229 697

1,14

Salvador

2 073 510

2 439 881

1,82

Rio de Janeiro

5 480 768

5 850 544

0,73

São Paulo

9 412 894

9 785 640

0,43

16Source : Instituto Brasileiro de Geografia e Estatísticas, Résultats préliminaires du recensement - 2000

Figure 2 : Macrozones environnementales, 2000

Figure 2 : Macrozones environnementales, 2000

17L’urbanisation a déjà conquis beaucoup de bonnes terres originellement consacrées à la production agropastorale C'est flagrant dans l’Etat de São Paulo où la grande tache urbaine formée par les trois aires métropolitaines de São Paulo, de Campinas et de la Baixada Santista ressemble déjà presque à une conurbation. Cette tache s’étend vers le Nord en direction d’Araraquara, à l’Ouest le long de l’ancienne voie ferrée Sorocabana et suit vers l’Est la vallée du fleuve Paraíba do Sul (Sorocaba et São José dos Campos). Les axes routiers jouent un rôle évident pour guider l'urbanisation, y compris sur les fameuses terres violettes des interfluves du plateau pauliste reconnues parmi les plus fertiles du pays.

18Dans l’Etat de Rio de Janeiro, outre la vallée du rio Paraíba do Sul en direction de Sao Paulo certains auteurs y voient l’embryon de la ville mondiale brésilienne, l'urbanisation avance sur le littoral pratiquement de façon continue jusqu’à Macaé où trouve la base terrestre de l'extraction pétrolière off-shore située dans le Bassin de Campos. Le pont qui traverse la Baie de Guanabara et relie Rio de Janeiro à Niterói a ouvert la façade atlantique à la spéculation immobilière pour la résidence secondaire ou permanente des personnes employées dans la métropole de Rio de Janeiro. Il faut ajouter à cela le réseau de canalisations, l’intensification de la circulation de véhicules lourds pour l'extraction pétrolière, la centrale nucléaire du littoral sud et la construction du port de Sepetiba, autant d'éléments qui ont transformé cette agglomération urbaine en l’un des espaces les plus exposés au risque environnemental. Parallèlement s’accroit la pression sur ce qui reste de forêt –la Mata atlantica.

19Dans la région Sud, l’urbanisation a également un impact fort sur la végétation et l’usage du sol de la zone littorale. Le tissu urbain se densifie de façon visible entre Curitiba (Parana) et Porto Alegre (Rio Grande do Sul), incluant la Vallée de l’Itajaí et Florianópolis (Santa Catarina). L’aire métropolitaine de Curitiba est devenue une alternative intéressante pour les investisseurs industriels qui cherchent à échapper aux déséconomies d’agglomération de la métropole pauliste, raison pour laquelle certains municipes périphériques, tel São José dos Pinhais, sont devenus des foyers de l’industrie métallurgique et mécanique. L’intégration au Mercosul fait ressentir également ses effets indirects. Paranaguá, est devenu le premier port d'exportation du soja produit au Paraguay. Le littoral catarinense est aujourd'hui une des principales destinations touristiques des Argentins qui acquièrent des immeubles et arrivent en masse durant la saison estivale, ce qui aggrave la pression foncière et immobilière.

  • 2  gaucho signifie du Rio Grande do Sul.
  • 3  le cerrado est la savane arborée caractéristique des plateaux intérieurs.

20En croissance ralentie depuis que les agriculteurs gaúchos 2migrent vers les cerrados3, la région métropolitaine de Porto Alegre, subit une double influence : celle de la déconcentration du complexe métallurgique et mécanique (installation de la General Motors à Gravataí) et celle du Mercosul, qui a fait augmenter le transport routier de transit. Les autres agglomérations importantes du Rio Grande do Sul s'étendent elles aussi : Santa Maria au centre de l'Etat, Pelotas-Rio Grande où des investissements veulent faire du terminal portuaire un pôle pour le trafic des conteneurs et du vrac à l'échelle du Cône Sud. Les agglomérations de l’intérieur du Paraná grandissent elles aussi : Londrina, Maringá, Ponta Grossa et Cascavel. Ces villes, dont la dynamique repose aujourd’hui essentiellement sur des fonctions proprement urbaines, tiennent encore un rôle important d'encadrement de l’activité agricole.

21Un processus similaire peut être observé dans le Minas Gerais, particulièrement dans la région dite du Triangle minier, où des villes comme Uberlândia et Uberaba, étendent leur emprise urbanisée en conséquence de la délocalisation d'activités industrielles et de services de São Paulo. De même, mais avec l'effet aggravant de l'impact de l'extraction du minerai de fer, Belo Horizonte, la capitale de l'Etat, s’est transformée en un court laps de temps en un important complexe d'industries métallurgiques et mécaniques, en grande partie grâce à l’implantation de l’usine Fiat à Betim au milieu des années 1970.

22Goiânia, Anápolis et Brasília forment un complexe territorial urbain nouveau et dynamique au cœur du Plateau Central brésilien. Nonobstant leur jeunesse, Goiânia, fondée en 1942, et Brasília, en 1960 concentrent conjointement plus de 3 millions d’habitants et maintiennent leur rythme de croissance. Sur les cerrados dont la topographie calme est dépourvue d'obstacles notables qui gêneraient les constructions, prolifèrent des noyaux périphériques habités en majorité par une population à bas revenu.

23Dans le Nordeste, le littoral oriente l'avancée de l’urbanisation, bien que des axes d’intériorisation soient déjà visibles, par exemple en direction de Feira de Santana (Bahia), de Caruaru (Pernambouc) et de Campina Grande (Paraíba). Les trois zones métropolitaines nordestines, Salvador, Recife et Fortaleza demeurent, sous des formes distinctes, les grands foyers démographiques et d’expansion urbaine,.

24Salvador s’étend le long de la côte de la Baie de Tous les Saints. L'axe vers Feira de Santana ne comporte aucun autre noyau urbain d’importance dans son aire d’influence immédiate. Aracaju, la capitale la plus proche, est relativement éloignée et séparée de Salvador par un secteur de peuplement peu dense. Recife, au contraire, se situe à l’intérieur d’une zone de plus grande densité urbaine : la portion centrale de la Zona da Mata Nordestina, au cœur de ce qui fut la Mata Atlântica. La capitale du Pernambouc se trouve à proximité de centres tels que Natal, Joao Pessoa, Campina Grande et Maceio. Fortaleza, pour sa part, compte parmi les régions métropolitaines qui ont le plus rapidement grandi au cours des dernières décennies. Cependant, son étalement se restreint aux municipes voisins : le climat semi-aride du littoral constitue un facteur limitant. Dans le Nordeste, la faible disponibilité en eau pour la consommation humaine aggrave la crise urbaine. Des noyaux métropolitains comme Fortaleza et Recife en souffrent directement. Fortaleza, par exemple, est alimenté par le lac-réservoir d'Orós situé à des centaines de kilomètres à l’intérieur de la zone semi-aride où l’eau est un bien rare et disputé.

25En Amazonie, l’expansion des zones urbanisées se limite encore pratiquement aux capitales régionales. D’ailleurs, Belém et Manaus sont les agglomérations métropolitaines qui ont connu la plus forte croissance entre 1991 et 2000, fait soulignant que le processus de métropolisation a déjà gagné l'intérieur. Les villes d'Imperatriz et de Marabá ont également grandi et sont devenues deux pôles polarisateurs pour l’Amazonie orientale, espace où les réseaux logistiques se densifient, ce qui accélère la transformation de l’usage du sol et de la couverture végétale sur la bordure sud de la forêt amazonienne.

26Bien que le phénomène urbain n'ait pas exactement atteint les dimensions que disent les statistiques officielles, la croissance de la surface urbanisée au Brésil est une réalité préoccupante : forte pression sur les ressources naturelles, consommation d’eau, consommation d'espace, et parallèlement, en l’absence d’infrastructures efficaces, pollutiondes sols et des eaux.

27L’expansion agricole et le déboisement au Brésil

28Historiquement, l’expansion des activités agropastorales a été responsable des principales transformations de la végétation et de l’usage du sol au Brésil. Les fronts pionniers, abondamment décrits par la littérature scientifique brésilienne, en constituaient le principal vecteur de croissance. Au cours des cinquante dernières années, les faits marquants sont la progression de l’agriculture sur les forêts et de l’élevage extensif sur les campos et les cerrados, au moyen du déboisement et du feu.

29L’agriculture itinérante (ou roça) et l’élevage hyper-extensif ont été et sont encore de gros consommateurs de terres, épuisant rapidement les sols. Mais plus important encore, l'incorporation de terres nouvelles a joué un rôle fondamental dans le processus d'industrialisation : les terres nouvelles ont fourni l'alimentation qui était nécessaire pour maintenir à des niveaux bas les salaires réels des travailleurs urbains, sans qu'apparaisse une pression sociale en faveur d'une réforme agraire.

Figure 3 : Espace agricole dans la surface totale des municipes en 1995

Figure 3 : Espace agricole dans la surface totale des municipes en 1995

30Des signes montrent aujourd'hui que la dynamique territoriale de la formation sociale brésilienne connaît une transformation profonde.

Tableau n°2 : Brésil - Utilisation principale des terres dans les établissements agro-pastoraux – 1975-1995

#Catégories

1975

1980

1985

1995

Nombre d’établissements

4 993 247

5 159 851

5 801 809

4 859 865

Surface totale (hectares)

323 896 378

364 852 419

374 924 929

353 611 246

Surface ouverte(1)

115 411 007

148 128 023

167 390 594

171 512 594

Cultures permanentes

8 385 435

10 470 167

9 903 487

7 541 626

Cultures temporaires

31 615 982

38 630 167

42 244 221

34 252 829

Cultures en jachère

2 206 316

8 617 901

10 662 715

8 310 029

Terres productives non utilisées

30 637 470

24 794 718

24 519 143

16 360 085

Pâturages plantés

39 701 465

60 600 459

74 094 402

99 652 009

Bois et forêts plantés

2 864 339

5 014 611

5 966 626

5 396 016

Pâturages naturels

125 950 905

113 895 395

105 094 029

78 048 463

Bois et forêts naturels

67 857 692

83 150 078

83 016 973

88 897 582

Terres impropres

14 676 774

19 678 923

19 423 333

15 152 607

(1) Correspond à la somme des cultures permanentes, temporaires et en jachère, pâturages plantés et terras productives non utilisées.

Source : IBGE, Censos Agropecuários de 1975, 1980, 1985 et 1995/1996

31Aujourd’hui, l’alimentation de base des Brésiliens provient pour l’essentiel de l’agro-industrie tandis que, parallèlement, l’acquisition des terres vacantes a progressivement fermé la frontière agricole. Ce double phénomène a renversé la tendance historique selon laquelle le nombre des exploitations et la surface occupée par elles croissaient régulièrement (Tableau n°2). La frontière agricole amazonienne continue d’avancer seulement dans le Mato Grosso, le Rondônia et le Pará. Toutefois, si la surface totale des exploitations a diminué entre 1985 et 1995, la surface dite ouvertecelle dont la couverture originelle a subi une transformation a continué de croître, moins vite toutefois que dans la décennie antérieure.

Graphique n°1 : évolution des types d’usages de la terre

Graphique n°1 : évolution des types d’usages de la terre

Figure 4 : Usage dominant du sol par zone physiographique, 1975

Figure 4 : Usage dominant du sol par zone physiographique, 1975

32La croissance des pâturages artificiels a été la cause majeure principale de cette augmentation. Au début des années 1980, les surfaces cultivées ont baissé et les surfaces consacrées à l'élevage ont augmenté. Deux raisons à cela : l’expansion des aires urbaines, périurbaines et rurbaines, et l'intensification de l'agriculture permise par le progrès technique. Pour les cinq produits que sont le maïs, le soja, le riz, la canne à sucre et le café, la surface totale récoltée est passée de 33 083 000 ha à 29 100 000 ha entre 1985 et 1995-1996. Mais la période enregistre des hausses de rendement, notables pour le maïs, le soja et le riz. La production de maïs a grossi de 43,5% entre les deux dates pour une surface récoltée en baisse de 11,9%. Dans le cas du soja, la production a augmenté de 29,4% sur une superficie quasi-identique. Quant au riz, produit réservé au marché interne, si la production a chuté de près de 10%, la surface récoltée, elle, a baissé d'un tiers (Tableau n°3).

Tableau n°3 : Brésil, 1985 - 1995/1996

Production, surface récoltée et rendement des cinq cultures principales

Cultures

Production (tonnes)

Surface récoltée (ha)

Rendement (quintaux/ha)

1985

1995/1996

1985

1995/1996

1985

1995/1996

Maïs

17 774 404

25 511 987

12 040 441

10 603 646

14,76

24,06

Soja

16 730 087

21 650 696

9 434 686

9 478 823

17,73

22,84

Riz

8 986 289

8 076 751

5 173 330

2 989 209

17,37

27,02

Canne à sucre

229 882 037

259 806 703

3 798 117

4 216 427

605,25

616,18

Café

3 700 004

2 838 195

2 636 704

1 812 250

14,03

15,66

Source : IBGE, Censos Agropecuários de 1985 et 1995/1996

33Pour un cheptel parmi les plus abondants au monde (deuxième rang après l’Inde), le taux d’abattage relativement faible révèle le caractère semi-extensif d'un élevage qui a besoin de vastes surfaces. C'est ainsi la croissance de l'élevage bovin qui a causé l'occupation de nouvelles terres dans le Nord et le Centre-Ouest. Outre qu'il dispose d'un marché interne considérable, le Brésil accroit rapidement sa part sur le marché mondial des viandes. Quelques lignes seulement ont été consacrées aux progrès de l’élevage dans le chapitre Agriculture Durable de l’Agenda 21 consacré au Brésil, alors que la production des grains y fait l'objet d'un long exposé. Malgré l’avancée des cultures, dans ce pays de tradition pastorale décrite dans l'ouvrage classique de Sodré (1941), l’élevage à viande et à lait occupe encore, dans toutes les régions, les plus grandes surfaces. Dans le Sudeste, des 841 000 exploitations recensées en 1995-1996, 541 000 étaient spécialisées dans l’élevage. Dans le Minas Gerais la surface en pâturage atteint 62% du total (cf. IBGE, 1998).

Graphique n°2 Croissance des effectifs bovins, 1975-195

Graphique n°2 Croissance des effectifs bovins, 1975-195
  • 4  y compris les buffles de l'île de Marajo, ou ils furent introduits en 1882

34L’élevage a connu une expansion vertigineuse dans la région Centre-Ouest et en Amazonie (graphique 2). Outre la disponibilité en terres et les incitations fiscales, on peut expliquer la chose par le lien qui unit cette activité au bûcheronnage. Mais, en conséquence, le déboisement et le brûlis sont devenus les principaux problèmes écologiques en Amazonie. En 1994, le cheptel bovin4 de la région Nord représentait 11% du total national, et 20 % avec le Mato Grosso. L’élevage est considéré par les propriétaires fonciers comme une activité à faible risque, peu exigeante en main-d’œuvre et en investissements, sauf pour la création des pâturages. Mais, selon le mécanisme classique, les fronts pionniers sont généralement ouverts par de petits agriculteurs qui déboisent la forêt par le feu pour y faire des cultures de subsistance.

35Une interrogation demeure. Alors que la production végétale a fait évoluer ses techniques pour maintenir ses positions sur le marché mondial, l’élevage se trouve encore dans une phase de transition et connaît des situations très dissemblables d'une région à l'autre. Ainsi, le Brésil est le seul pays au monde dont le territoire soit réparti en trois zones de contrôle de la fièvre aphteuse : le Nord, le Nordeste et une portion du Sudeste font partie du secteur contaminé, le Centre-Ouest et São Paulo sont vaccinés et considérés comme sains tandis que le Sud est exempt du danger et ne nécessite pas de vaccination. Or, sur un tel sujet et dans la perspective de l'exportation, le maintien de trois zones à l’intérieur d’une même économie nationale est ingérable à long terme.

Usage du sol et vulnérabilité des systèmes naturels

36Pour analyser l'impact des transformations récentes des usages du sol dans les principaux écosystèmes brésiliens, les unités territoriales adéquates sont les zones physiographiques qui rassemblent des municipes aux caractéristiques environnementales similaires. Outre leur efficacité liée à la netteté du critère écologique qui les définit, elles ont l'intérêt que l'échelle méso-régionale utilisée (fig. 4) autorise les comparaisons intercensitaires indépendamment des changements de la maille administrative municipale.

Amazonie

  • 5  l'extractivisme désigne la cueillette à des fins commerciales des produits non ligneux de la forêt (...)

37Les écosystèmes amazoniens occupent au Brésil une superficie de 4 005 082 km². Les eaux et la végétation naturelle en recouvrent encore environ 92%. L’usage du sol s'y caractérise par l’extractivisme5 animal et végétal, l'exploitation du bois, l’élevage, l’agriculture de subsistance et quelques cultures permanentes.

  • 6  un fazendeiro est le propriétaire d'une fazenda, propriété agricole.

38La persistance des méthodes traditionnelles d’exploitation conduit à une déforestation continue, problème environnemental majeur auquel on ne parvient pas à mettre un terme. Pour les grands fazendeiros6, le déboisement et l’élevage légitiment leur propriété sur le plan juridique ; pour les petits producteurs, l’élevage est l'alternative immédiate qui valorise une terre dégradée juste après les premières cultures annuelles.

39Remplacer la forêt par des fourrages signifie plus de phosphore dans le sol et plus d'érosion par augmentation du ruissellement, ce qui peut aggraver les inondations dans la saison des pluies et la réduction de débits des cours d'eau lors de la saison sèche.

40L’extraction sélective des bois de plus grande valeur, outre qu'elle pousse à l’occupation de la forêt, augmente le risque que cette dernière soit exposée aux feux allumés dans le voisinage pour la repousse des pâturages et la culture. Le feu devient ainsi un facteur d'évolution quotidienne du paysage dans les parties peuplées de l'Amazonie. C'est autour des surfaces encore boisées, sur ces terrains défrichés les plus secs où le brûlis est fait chaque année pour préparer le sol avant les semis que se concentrent les foyers de chaleur. Ailleurs, l'assèchement de l'atmosphère dû à la disparition de la forêt favorise des incendies désastreux, comme dans le Roraima en 1998.

  • 7  L'Amazonie légale est un périmètre d'aménagement du territoire défini par la loi

41Produire des grains est une nouveauté en Amazonie. La culture emblématique de cette innovation est le soja qui, avec le riz et le maïs, a pénétré les cerrados de l’Amazonie légale7 et avance vers le nord le long des routes. Les surfaces les plus importantes se situent dans le Mato Grosso, principalement dans la Chapada dos Parecis, où les conditions climatiques et topographiques sont particulièrement favorables à la culture mécanisée. L'abondante pluviométrie, avec pour conséquence la prolifération des insectes et des champignons, et la forte acidité des sols lessivés rendront malgré tout difficile de reproduire en forêt, à des coûts compétitifs, les rendements obtenus dans la pré-Amazonie.

Cerrados

42Les cerrados s'étendent sur 2,04 millions de km2 (environ 23% du Brésil). Occupant l'essentiel de la partie centrale du territoire (Goiás, Tocantins, Mato Grosso, Mato Grosso do Sul et District fédéral), ils sont limitrophes avec tous les autres écosystèmes importants.

43Les cerrados sont l’une des plus importantes réserves d'espaces encore disponibles dans le monde et capables de fournir à court terme les grains et les pâturages pour répondre à la demande actuelle en hausse. Pour cette raison, la région présente des frontières agricoles très actives. Cette occupation plus intensive entraîne divers problèmes environnementaux : l’érosion, le compactage du sol, la contamination chimique des eaux et du biotope par les pesticides, la mauvaise maîtrise hydraulique, le déboisement, le feu. L'utilisation dans les cerrados de procédés conçus pour d’autres écosystèmes n'est pas sans danger. Tel est le cas de l'irrigation par aspersion qui gaspille des quantités d’eau considérables et sollicite à l'excès la nappe phréatique, d'où, à terme, des problèmes possibles d’approvisionnement, y compris pour la consommation humaine. La création des pâturages par le défrichement et l'incendie de la forêt implique une consommation élevée de produits chimiques (engrais, herbicides, pesticides, etc.) et l’utilisation d'engins lourds. Immédiatement le biotope s'appauvrit : moins d'espèces végétales originelles, plus de maladies végétales, plus d'insectes et de mauvaises herbes.

44La modernisation de la culture du soja, du maïs et du riz dans les cerradosest allée de pair avec la mise en place d'une filière productive : intégration technique verticale comportant une valeur ajoutée industrielle telle que la trituration du soja. La production de farines, de tourteaux et d’huiles végétales a permis l’articulation de l'agriculture avec le reste de l’économie et a permis la modernisation de l'élevage bovin, avicole et porcin (fourniture de rations animales).

45A la fin des années 1990, la production de soja des cerrados représentait 40% de la production nationale et atteignait des rendements supérieurs à la moyenne brésilienne, particulièrement dans le Mato Grosso. De même, le maïs s'y distingue par des rendements dépassant la moyenne nationale, (34,7 quintaux à l'hectare dans le Goiás contre 23,6). Le riz et le coton représentent aussi une part importante de la production brésilienne, avec des rendements supérieurs à la moyenne nationale.

46L’élevage bovin, lui aussi de plus en plus technique, tient une place grandissante dans le total national : 17,2 millions de têtes dans le Centre-Ouest en 1970, 39,6 millions en 1985, 52,2 millions en 1993 (à cette date 34% du total). La partie orientale de la région concentre le plus grand nombre de bêtes et le système s’intensifie particulièrement dans l’Etat du Mato Grosso du Sud, le long de la frontière avec l’Etat de São Paulo et dans le centre du Goiás. A l'Ouest, le Pantanal conserve ses méthodes traditionnelles extensives.

Caatingas

  • 8  la caatinga est une brousse à épineux

47Les caatingas8et les forêts décidues du Nordeste couvrent une étendue de 939 391 km². Sur environ les trois cinquièmes de cette surface, la végétation originelle est plus ou moins dégradée par l’exploitation intense du bois, le surpâturage et parfois le feu. A l’inverse de ce qui se passe dans les cerrados, la strate herbacée de la caatinga disparaît durant la saison sèche, ce qui rend inutile la pratique du feu comme moyen d'améliorer les terrains de pacage. L’élevage et les cultures de cycle court l'emportent sur les cultures de cycles moyen et long (fruticulture dans les périmètres irrigués).  

  • 9  le bicudo est un insecte responsable d'une maladie des cotonniers.

48Jusqu’au milieu des années 1970, le triptyque élevage/coton/cultures vivrières a caractérisé ce milieu semi-aride. Malgré la faible productivité de son travail, la population pauvre (petits propriétaires, métayers, moradores et travailleurs sans terre) vivait de ces productions. La sécheresse de 1979-1983 et l’invasion du bicudo9 dans les champs de coton dans les années 1980 ont largement désorganisé ces activités, diminué les revenus et réduit l'emploi.

  • 10  le sertão est l'intérieur peu peuplé.

49Bien qu’en progrès dans le sertão10 semi-aride, l’agriculture moderne n’a pas encore une taille suffisante pour fournir de l'emploi aux travailleurs naguère occupés par le triptyque élevage/coton/cultures vivrières. Le coton herbacée en monoculture n’a pas donné les résultats escomptés. Plus prometteuse, la fruticulture irriguée se limite aux rares terres irrigables des vallées humides ; son extension exigerait un capital et une main d'œuvre qualifiée qui font défaut sur place. Quant à l’élevage bovin, de niveau technique encore médiocre, il demeure limité aux exploitations supérieures à 200 ha, voire à 500 ha.

  • 11  le polygone des sécheresses (936.993 km2) est le périmètre défini par la loi, susceptible de conna (...)

50La dégradation environnementale déjà ancienne dans le sertão, mais aggravée par la densification du peuplement, résulte de la réduction de la couverture végétale. L’érosion qui en est la conséquence naturelle la plus visible s'exerce principalement sur le socle cristallin où la capacité de stockage de l’eau dans le sol et le sous-sol, déjà réduite dans toute la zone semi-aride, devient nulle : à chaque saison des pluies, le fort écoulement superficiel relance le processus d'érosion des éléments fins du sol. Les petits cours d'eau intermittents autrefois alimentés quelques mois durant par les nappes phréatiques elles-mêmes rechargées par les pluies, ont aujourd'hui disparu. La situation s'aggrave car la crise du Polygone des sécheresses 11 laisse l'opinion largement indifférente.

Pantanal

51Le Complexe du Pantanal occupe 165.000 km2. Singulier, il constitue la plus grande plaine humide et l’un des plus importants viviers naturels de la planète. Il compte la faune la plus riche des Amériques. La végétation naturelle en couvre 97%, altérée en partie par l’élevage et les traitements appliqués pour améliorer les pâturages. L’élevage est quasi exclusif, très loin devant la pêche, la chasse (pas toujours légale), les activités touristiques. L'orpaillage demeure ponctuel, à Corumbá. Le système productif du Pantanal entretient de fortes relations de complémentarité avec les zones alentour, ce qui, en contrepartie, a des répercussions négatives sur son propre écosystème. Malgré l'adaptation de l’élevage bovin au milieu, l’augmentation inconsidérée du cheptel a déséquilibré l’écosystème régional. De longues périodes de crue alternent aujourd'hui avec des périodes de sécheresse rigoureuse.

Mata Atlântica

52L’exploitation agricole des écosystèmes qui forment la Mata Atlântica s’est intensifiée dans les dernières décennies du xviiie siècle et au début du xixe siècle. Les semis s’effectuaient alors sur les brûlis, ce qui rendait inutiles le labour, le désherbage, les engrais chimiques ou organiques. Dans ces conditions, les rendements étaient très élevés durant deux ou trois ans, après quoi le sol était laissé en jachère. Une végétation secondaire (capoeira) naissait, qui connaîtrait, après un laps de temps plus ou moins long, le même sort que la forêt : ses cendres porteraient des cultures pendant deux ou trois années. Mais la pression démographique et la demande du marché ont accéléré le rythme de rotation, et aux jachères longues (plus de dix ans) ont succédé des jachères courtes ne permettant la repousse que d’une végétation arbustive.

53Ce système de production a donc montré ses limites. A la fin des années 1960 et face à la raréfaction des terres disponibles, il a fallu adopter les engrais chimiques, puis le paquet technologique de la Révolution verte. Furent ainsi rendues possibles des cultures à grande échelle qui ont profondément transformé le Sud et le Sudeste. Ont contribué aussi à cette modernisation le crédit à des taux bonifiés, des investissements massifs dans la recherche agronomique et l'enseignement agricole, la bonne tenue des cours des produits sur les marchés internationaux, la conjoncture favorable de l'économie brésilienne à l'époque dite du miracle. Mais, après l'euphorie des premières années où les progrès techniques donnaient des récoltes remarquables, sont apparus les problèmes socio-environnementaux encore présents aujourd’hui.

54La progression de l’agrobusiness dans presque tout le Sud-Sudeste est l’autre fait marquant de la fin du xxe siècle. Le soja, la canne à sucre, les oranges, le café, le maïs, les volailles et les porcs sont autant d'exemples caractéristiques de cette agro-industrie : des productions qui ont fortement transformé le paysage agricole, qui sont dépendantes d'entrants chimiques, mécaniques et génétiques d’origine industrielle en amont, et qui, en aval, sont destinées à un traitement industriel. Les firmes géantes de l'agrobusiness sont aussi celles qui consomment le plus les ressources naturelles des écosystèmes de ces deux régions et y provoquent, parfois, des dommages environnementaux de grande ampleur.

55Zone côtière

56Dans la zone côtière où l'occupation humaine est dense, la couverture originelle, principalement des mangroves dans les marécages et des végétations pionnières sur les flèches sableuses, a été profondément altérée. Les complexes industriels y augmentent fortement les risques d’accident et entraînent à long terme l'exposition des populations à la pollution de l'air et de l'eau. Les fuites d'huile, de gaz et de produits toxiques sont des accidents récurrents en plusieurs points du littoral brésilien, avec leurs effets très négatifs sur toutes les formes de vie.

Conclusion

57On estime qu'au Brésil, le brûlage de la biomasse serait responsable de plus de 70 % des émissions de gaz à effet de serre. L'analyse ici faite a voulu montrer que le modèle territorial à l’origine de ce problème se trouve dans une phase de transition et que les résultats à long terme des changements en cours ne sont pas encore complètement établis.

58Cette transition se caractérise par deux évolutions. D’une part, dans les régions consolidées du territoire brésilien et selon un modèle spatial typique des économies qui ont atteint la maturité, les zones urbanisées s’étalent et empiètent largement sur les terres cultivables ; d‘autre part, la conquête de nouvelles terres agricoles se ralentit en conséquence de la hausse des rendements.

59Il serait toutefois prématuré d’affirmer que ces tendances se confirmeront pleinement dans l’avenir : les indéterminations d’une période de transition rendent difficiles des prévisions fiables, mais ouvrent en contrepartie un large éventail de possibilités d'interventions à qui veut agir en ayant conscience des problèmes.

601  Ce texte est issu d'une communication présentée en juin 2001 à l’université UNICAMP de Campinas, lors du séminaire Dimensoes humanas de mudanças ambientas globais : perspectivas brasileiras (Les dimensions humaines du changement global : perspectives brésiliennes). *Traduction Stéphanie Nasuti – août 2006

Haut de page

Bibliographie

ARNT, R. A. (éd.), 1994, O destino da floresta. Reservas extrativistas e desenvolvimento sustentável na Amazônia. Rio de Janeiro, Relume-Dumará.

BECKER, B. K., 1995, A Amazônia nos Cenários para a Gestão Ambiental. ”. In Ministério do Meio Ambiente, dos Recursos Hídricos e da Amazônia Legal. Os Ecossistemas Brasileiros e os Principais Macrovetores de Desenvolvimento. Subsídios ao Planejamento da Gestão Ambiental. Brasília: MMA..

BECKER, B. K., 1999, Amazônia, Fronteira Experimental para o Século XXI. In Bioética no Brasil, org. Becker, p. Rio de Janeiro. Ed. Espaço e Tempo.

BECKER, B. K., & EGLER, C. A. G., 1992, Brazil; a new regional power in the world-economy. Cambridge: Cambridge University Press.

BECKER, B. K. , & EGLER, C. A. G., 2000, Sustentabilidade e Desenvolvimento Regional da Amazônia. Opções Estratégicas para a Dimensão Ambiental do Plano de Desenvolvimento da Amazônia (PDA– 2000-03), Belém, SUDAM, mimeo.

BELTRAO, V. d. A. , & LAMOUR, C., 1984, Uso atual e potencial dos solos do Nordeste. Recife, SUDENE.

BRASIL, MMA, Ministério do Meio Ambiente, dos Recursos Hídricos e da Amazônia Legal (1995), Os Ecossistemas Brasileiros e os Principais Macrovetores do Desenvolvimento. Subsídios ao Planejamento da Gestão Ambiental, Brasília, MMA.

BRASIL, MMA, Ministério do Meio Ambiente, dos Recursos Hídricos e da Amazônia Legal (2000). Agenda 21: Agricultura Sustentável, Brasília, MMA.

DEAN, W., 1996, A ferro e fogo. A história e a devastação da Mata Atlântica brasileira, São Paulo, Companhia das Letras.

EGLER, C. A. G., 1995, Os impactos da política industrial sobre a zona costeira, Brasília, MMA.

EGLER, W. A., 1951, Problemas Agrários do Brasil. Boletim Carioca de Geografia, 4(2-4), 39-61.

FIBGE, Fundação Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (1988), Brasil : uma visão geográfica dos anos 80. Rio de Janeiro, FIBGE.

FIBGE, Fundação Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística, Censos Demográficos (Vários anos)

FIBGE, Fundação Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística, Censos Agropecuários (Vários anos)

FUNATURA-Fundação Pró-Natureza (1996). Alternativas de Desenvolvimento dos Cerrados : manejo e conservação de recursos naturais renováveis, Brasília, FUNATURA.

GUSMÃO, R. p. d. (Ed.), 1990, Diagnóstico Brasil : a ocupação do território e o meio ambiente, Rio de Janeiro, FIBGE.

IPEA/IBGE/NESUR-UNICAMP, 1999, Caracterização e Tendências da Rede Urbana no Brasil, Campinas, SP, IE-UNICAMP.

LUCC, Land-Use and Land-Cover Change, 1999, Implementation Strategy, Stockholm, IGBP, International Geosphere-Biosphere Program,.

MEYER, W. B., & TURNER II, B. L. (Eds.), 1994, Changes in Land Use and Land Cover: a global perspective. Cambridge, UK, Cambridge University Press.

MICHELS, I. L., 2000, A bovinocultura de corte brasileira e o mercado externo: regiões sanitárias e a cadeia produtiva da carne bovina de Mato Grosso do Sul [Doutorado (Tese)], São Paulo, Universidade de São Paulo.

SODRE, N. W., 1941, Oeste : ensaio sobre a grande propriedade pastoril. Rio de Janeiro, Jose Olympio.

VALVERDE, O., 1979, A organização do espaço na faixa da Transamazonica. (1). Rio de Janeiro, FIBGE.

VELLOSO, J. p. d. R., Ed., 1992, A ecologia e o novo padrão de desenvolvimento no Brasil, São Paulo, Nobel.

Haut de page

Notes

2  gaucho signifie du Rio Grande do Sul.

3  le cerrado est la savane arborée caractéristique des plateaux intérieurs.

4  y compris les buffles de l'île de Marajo, ou ils furent introduits en 1882

5  l'extractivisme désigne la cueillette à des fins commerciales des produits non ligneux de la forêt ainsi que la chasse, toujours à des fins commerciales. Cela exclut le bucheronnage, l'agriculture et l'élevage. Le caoutchouc de cueillette est un bon exemple de ce qu'est l'extractivisme.

6  un fazendeiro est le propriétaire d'une fazenda, propriété agricole.

7  L'Amazonie légale est un périmètre d'aménagement du territoire défini par la loi

8  la caatinga est une brousse à épineux

9  le bicudo est un insecte responsable d'une maladie des cotonniers.

10  le sertão est l'intérieur peu peuplé.

11  le polygone des sécheresses (936.993 km2) est le périmètre défini par la loi, susceptible de connaître des sécheresses et, à ce titre, de recevoir des aides fédérales.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Densité démographique, 2000
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1606/img-1.png
Fichier image/png, 166k
Titre Figure 2 : Macrozones environnementales, 2000
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1606/img-2.png
Fichier image/png, 178k
Titre Figure 3 : Espace agricole dans la surface totale des municipes en 1995
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1606/img-3.png
Fichier image/png, 137k
Titre Graphique n°1 : évolution des types d’usages de la terre
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1606/img-4.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 4 : Usage dominant du sol par zone physiographique, 1975
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1606/img-5.png
Fichier image/png, 199k
Titre Graphique n°2 Croissance des effectifs bovins, 1975-195
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1606/img-6.png
Fichier image/png, 17k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudio A. G. Egler, « Changements récents de l’usage du sol au Brésil », Géocarrefour, vol. 81/3 | 2006, 193-202.

Référence électronique

Claudio A. G. Egler, « Changements récents de l’usage du sol au Brésil », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/3 | 2006, mis en ligne le 01 février 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1606 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1606

Haut de page

Auteur

Claudio A. G. Egler

Universidade Federal do Rio de Janeiro
Instituto de Geociencias
Ilha do Fundao
21941-590 Rio de Janeiro – RJ
Brasil
courriel : cegler@terra.com.br

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page