Navigation – Plan du site

Territoires du dialogue : les mots de la ville et les défis de la gestion participative a Recife

Territories in dialogue: voices of the city and challenges of participative management at Recife
Territorios do dialogo: as palavras da cidade e os desafios da gestae participativa em Recife
Jan Bitoun
p. 217-222

Résumés

À Recife, comme dans d'autres villes brésiliennes, la gestion participative a rendu nécessaires de nouveaux maillages urbains et de nouveaux termes pour désigner les territoires d'intervention et de concertation ainsi délimités. Le fait s'applique en particulier aux espaces urbains occupés par les citadins pauvres. L'article présente et commente la nomenclature issue de l'histoire de la croissance de l'agglomération ou produite par la politique de participation populaire à travers la coopération entre les pouvoirs publics et les associations.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis plus de dix ans, la gestion participative fait partie intégrante de la culture politique de beaucoup de villes brésiliennes. Peu à peu la dialogue établi entre le pouvoir exécutif et les associations d'habitants des quartiers pauvres a été institutionnalisé, en même temps qu'ont été consolidées des pratiques de gestion décentralisée, telle que la négociation des plans locaux d'amélioration des quartiers, la participation à l'élaboration du budget et la mise en place de programmes communautaires de santé.

2Ces pratiques ont requis de dessiner dans les villes de nouvelles circonscriptions territoriales pour que l'on puisse développer les négociations, les interventions et l'information locale. Pour que le dialogue apparaisse, il a été surtout nécessaire qu'un vocabulaire commun pour désigner les lieux soit adopté par tous ceux qui étaient engagés dans les négociations : les résidents, les membres des associations de quartier, les militants des organisations non gouvernementales, les techniciens des diverses branches de la gestion urbaine, les responsables politiques. Or, comme on le verra dans la suite, les espaces des pauvres étaient initialement perçus d'une façon très générale, et il a donc fallu trouver des désignations plus précises et user de termes moins chargés de nuance discriminatoire pour pouvoir échanger les informations.

3La ville de Recife, où 40 % de la population environ est pauvre (revenu familial mensuel inférieur ou égal à deux salaires minimum), illustre bien ces pratiques. Plus de 700 associations d'habitants sont engagées dans des opérations de gestion participative, certaines de ces dernières ayant été institutionnalisées il y a plus d'une décennie. Cet article présente la création des divisions territoriales dans cette ville et analyse les mots qui y ont accompagné le lancement des pratiques participatives. Il cherchera à montrer que, pour les gestionnaires, appréhender l'espace des pauvres et ses différenciations internes a été difficile : cette reconnaissance est restée imparfaite. D'un autre côté, la profusion des nouvelles divisions territoriales créées par les gestionnaires pour organiser les informations et les interventions dans les espaces des pauvres a produit une cartographie de la ville mal assimilée par la population. Ces ignorances réciproques engendrent de réels problèmes de gestion telle la lenteur des processus de négociation que soulignent les opposants à la participation.

Désigner l'espace des pauvres

4Josué de Castro l'a dit, « Par son architecture, par la tonalité de chacune de ses rues, Recife déconcerte. Il est impossible de caractériser cette ville d'une façon uniforme. Les maisons y affichent tous les styles. Les couleurs vives des façades y créent des contrastes violents. Cette ville est faite de taches diverses. Il n'est pas de lieu où l'on puisse saisir dans la physionomie des maisons ce qui fait l'ambiance de cette ville » (Josué de Castro, 1957, Documentario do Nordeste, Sao Paulo, Brasiliense).

5Cette incertitude devant la complexité des paysages urbains trouve son expression dans la production abondante de mots appliqués à des échelles diverses et changeant avec le temps. Toutefois, pendant longtemps, l'espace des pauvres a reçu une désignation générique et a été peu représenté sur les cartes. Au début du XXe s., dans un Recife en croissance alors lente, la moitié des 200 000 résidents recensés en 1913 habitent des mocambos, mot d'origine angolaise qui, localement, désigne à la fois la baraque et l'ensemble formé par ces abris de fortune construits dans les marécages de l'estuaire où a été installée la ville depuis le XVIe s.

6Le mot ville (cidade) est aujourd'hui réservé au centre historique et commercial qui a été construit sur les flèches sableuses de l'estuaire commun des fleuves Capibaribe, Beberibe et Tepijio, depuis le port, lui-même protégé par des récifs. Jusqu'à la fin du XVIIIe s., ce qui est aujourd'hui le centre constituait la ville dans son entier et cherchait à s'émanciper de la tutelle exercée alors par Olinda, la vieille capitale coloniale bâtie autour de ses couvents, sur les collines situées à six kilomètres au nord de l'embouchure des fleuves. Cette permanence dans la désignation des lieux vaut d'être notée. Elle s'est maintenue malgré les transformations rapides et profondes de l'urbanisation contemporaine, le développement de nouvelles centralités commerciales et la métropolisation. Les habitants de la Zone Sud, où a été implantée une puissante infrastructure de commerces, tout comme ceux des municipes de la région métropolitaine ont gardé l'habitude d'aller en ville quand ils se rendent dans le vieux centre. On peut suggérer que la permanence de cette désignation a été renforcée quand le vieux centre, des années 1850 aux années 1970, a été la cible d'opérations de modernisation qui ont créé les paysages du progrès, les seuls en conséquence qui méritent le statut de ville.

7En opposition à la ville (cidade), il y a la banlieue (suburbio). Ce mot représente le temps long au cours duquel a été incorporé à la ville un hinterland (hinterlandia) rural dominé par les plantations de canne à sucre. Il faut donc se référer aux vieilles structures d'occupation du sol pour identifier les composantes internes de la banlieue. Quatre éléments principaux se juxtaposent dans ce paysage rural : les engenhos, les sitios, les passos et les povoados. L'engenho est l'ensemble formé par le moulin à sucre, la maison du maître, la chapelle, les maisons des esclaves, les champs de canne, les autres cultures et les bois. Les sitios sont de petites exploitations familiales qui se consacrent aux produits de subsistance et à quelques productions fruitières. Les passos étaient de modestes lieux d'entrepôt situés à la confluence des cours d'eau, ces derniers étant les principales voies d'écoulement du sucre jusqu'à la seconde moitié du XIXe s. Les povoados étaient les hameaux où habitaient les travailleurs libres employés dans les plantations des environs.

8Au fur et à mesure que l'hinterland rural s'est lié de façon plus directe à la ville, est apparue une appellation générale, le faubourg (arrabalde). Ce terme d'arrabalde, aujourd'hui tombé en désuétude, s'appliquait aux groupes de maisons à partir desquels s'étend la banlieue. Le mot a disparu, progressivement remplacé par celui de quartier (bairro) chargé, lui, d'une connotation positive et de progrès. Plutôt que d'être une délimitation précise, le quartier représente un statut acquis à partir de son origine – un moulin à sucre ou un faubourg – et se signale par des équipements et des infrastructures urbains : une église, un marché, des rues pavées, des transports publics. Les quartiers inclus dans la banlieue sont des lieux privilégiés dont le statut urbain est reconnu. Même s'ils font partie de la banlieue, ils sont assimilés à la ville qui, depuis le XVIIIe s., était constituée par les quatre quartiers de Recife, Santo Antonio, Sao José et Boa Vista.

9Or, bien qu'ignorés, les pauvres se sont faits présents au cours de cette incorporation du rural à l'urbain. Beaucoup d'espaces pauvres d'aujourd'hui, insérés au milieu des quartiers résidentiels, trouvent leurs racines dans cet hinterland rural proche où des parcelles de grandes et petites propriétés avaient été cédées à des travailleurs qui y restèrent après l'abolition de l'esclavage en 1888. C'est ainsi que beaucoup de lieux pauvres ont conservé leur toponyme de sitio : ce fait met en évidence qu'ils n'ont pas atteint le statut de bairro, lequel implique l'urbanité, et qu'ils sont restés aux yeux des gestionnaires des vestiges de l'espace rural, étrangers à la ville, ou sont stigmatisés comme les marques d'une urbanisation incomplète.

10A partir des années 1940, les paysages urbains se transforment. En cinquante ans, Recife passe de 340 000 habitants en 1940 à 1 300 000 en 1991, cependant que les municipes voisins appartenant à l'actuelle Région Métropolitaine passent de 225 000 à 1 621 000 habitants. C'est un fantastique étalement avec, ici et là, des aires verticalisées par un immobilier en grande partie financé par les politiques publiques.

11La population pauvre, qu'elle ait été expulsée des mocambos des marécages du centre par les autorités gouvernementales ou qu'elle soit venue de la campagne, occupe les collines de la périphérie urbaine. Dans les années 1950 et 1960, apparaissent dans les journaux et dans le vocabulaire politique les trois mots qui vont désigner durablement les lieux des pauvres : morros, alagados et favelas. Les deux premiers termes ne font pas référence directement à un type d'habitation, mais désignent des sites naturels (morro signifie colline et alagado signifie terrain inondé) dont l'occupation serait par nature anormale et, donc, nécessairement provisoire. Le mot favela qui remplace mocambo est importé du lexique urbain de Rio de Janeiro. A Recife, son usage généralisé par les urbanistes masque les grandes différences existant dans les constructions des pauvres. Pour ces derniers, le mot favela ne convient qu'aux baraques faites de planches, de morceaux de plastique et de bouts de zinc. Ce sont des lieux stigmatisés pour leur extrême pauvreté. Se reconnaître comme habitant d'une favela, c'est reconnaître aussi que l'on appartient au plus bas niveau de l'échelle sociale. S'ils échappent à cette stigmatisation, les espaces des pauvres reçoivent en général d'autres dénominations : vila, conjunto, loteamento et invasao.

12Le mot vila est lié à une action en faveur du logement prise en charge au début du XXe s. par des entrepreneurs du textile et des propriétaires de raffineries de sucre influencés par l'encyclique Rerum Novarum. Au cours des années 1930 et 1940, la création de vilas reste sous la responsabilité d'associations syndicales et professionnelles instituées par l'Etat sur le modèle de l'Italie faciste. Enfin, dans les années 1960 et 1970, les vilas da Cohab sont construites sur les hauteurs à l'initiative de la Companhia de Habitaçao do Estado de Pernambuco (Cohab – Pe) pour loger les sinistrés des graves inondations survenues à cette époque. En général, le mot vila désigne des ensembles de maisons identiques occupées par des familles qu'unit le métier ou le même lien avec l'Etat. Autrefois, le mot s'appliquait à de petits groupements de maisons le long d'une rue, souvent une ruelle, bâties dans un sitio et occupées en général par des familles liées par la parenté. Avec le temps, ces liens identitaires se sont relâchés et le mot lui-même a fini par tomber en désuétude. Pourtant, la toponymie le rappelle et, avec lui, la connotation de petites communautés égalitaires (Vila Sao Miguel, Vila Uniao, Vila Arraes, Vila do Siri).

13Le mot conjunto désigne des groupes de constructions réalisées dans le cadre de la politique nationale du logement instituée en 1965. A remarquer que ces conjuntos en général assez dégradés et toujours bordés d'installations précaires sur les terrains des alentours, sont considérés par leurs habitants et par les pouvoirs publics comme un progrès.

14Le mot loteamento est utilisé pour désigner un terrain cédé ou vendu par un propriétaire lotisseur. Ce lotissement est clandestin, mais l'accès au sol a été dépourvu de conflit et le mot assimile le processus à un lotissement légal.

15L'invasao ne désigne pas seulement des habitations construites sur des terrains publics ou privés envahis au cours d'une action concertée qui porte atteinte au droit de propriété, modalité d'accès au sol qui s'est généralisée dans les trente dernières années avec la raréfaction des terrains libres et la hausse des prix du foncier. Le mot désigne aussi des formes d'accès au sol qui, naguère ou aujourd'hui, ne constituent pas une voie de fait : lotissements clandestins résultant d'un accord entre les acheteurs et le vendeur sans intervention publique ; occupation pacifique de zones marécageuses ou de mangrove progressivement comblées par les habitants. Invasao correspond alors à l'ensemble des constructions dont l'accès procède d'accords entre particuliers sans intervention des pouvoirs publics, et qui constitue donc un marché immobilier parallèle où les transactions ne sont pas officiellement enregistrées. Acheter un terrain d'invasao pour construire une maison et y habiter ou la mettre en location est une façon de faire normale pour tous ceux, nombreux, qui n'ont pas un revenu suffisant pour s'insérer dans le marché formel. Aussi, dans les invasoes, les constructions ne sont pas nécessairement médiocres, même si elles le sont souvent dans un premier temps.

16Tous ces mots ne font pas que désigner divers types d'habitat populaire. Ils expriment aussi des modes d'habiter qui se situent à des niveaux différents dans l'échelle mesurant la ségrégation. Généraliser d'une façon précipitée en utilisant le mot favela conduit à ignorer cette diversité et ses racines historiques locales.

Figure 1 : Nouveaux maillages du territoire à Recife

Figure 1 : Nouveaux maillages du territoire à Recife

Les mots de la participation

  • 1  L'Estado Novo (1937 – 1945) est le régime autoritaire et centralisateur instauré par Getulio Varga (...)
  • 2  Il s'agit du gouvernement fédéral. José Sarney est le premier président de la République de la pér (...)

17Depuis la fin des années 1970 et suite à un congrès international sur la pauvreté urbaine organisé en 1978 par la Banque mondiale, la participation populaire est promue par les pouvoirs locaux. Des mots nouveaux font leur entrée dans le vocabulaire de l'aménagement pour désigner les espaces choisis comme cibles de politiques négociées avec les pauvres et leurs associations de résidents. Ces dernières renaissent ou se multiplient. Certaines sont très anciennes, remontant aux années 1940, et furent créées pour résister aux campagnes d'éradication des mocambos lancées par Agamenon Magalhaes sous l'Estado Novo1. D'autres associations ont vu le jour avec le Mouvement de la Culture Populaire du début des années 1960. D'autres encore ont été créées en bénéficiant de la protection de l'Eglise catholique sous la dictature militaire. Il existe aussi des associations plus récentes, liées au programme de distribution de lait (gouvernement Sarney, 1985-19892) et au système participatif mis en place par Jarbas Vasconcelos durant ses deux mandats municipaux (1986-1988 et 1993-1996). A cette époque, on compte environ 700 associations enregistrées au Secrétariat des politiques sociales de la ville de Recife.

  • 3  Zonas Especiais de Interesse Social – ZEIS.
  • 4  Nouvelle République est le nom donné au Brésil au régime civil et démocratique mis en place en 198 (...)
  • 5  Comunidades

18La politique d'amélioration des zones de pauvreté s'occupe des Zones spéciales des affaires sociales3créées en application d'un arrêté municipal pris en 1980 par le maire Gustavo Krause. Il était, à l'époque nommé par le pouvoir central, mais le gouvernement militaire était déjà sur son déclin (fin des années 1970) et le climat politique était à une libéralisation lente et progressive. Gustavo Krause mit en place des locaux municipaux d'accueil du public dans les zones pauvres. On y écoute la population, on y enregistre ses revendications et on lui propose des services d'assistance. Cette expérience conduit les techniciens à reconnaître qu'il est impossible de traiter ces zones de pauvreté en y appliquant le droit de l'urbanisme classique. Pour la première fois, 27 zones d'autoconstruction furent délimitées officiellement dans l'espace urbain. En 1987, alors que le régime civil de la Nouvelle République4 était déjà en place et que le maire de la commune était élu par vote direct, le conseil municipal adopta un Plan de régularisation des zones spéciales des affaires sociales. Ce plan institua un mécanisme de régularisation juridique de l'usage du sol. Il promut des programmes locaux de réhabilitation destinés à l'amélioration de l'habitat qui laissaient en place les constructions faites par les pauvres et adaptées aux sites concernés. Surtout, cette mesure établit comment peuvent être reconnues de nouvelles Zones spéciales des affaires sociales : demandes de communautés5 d'habitants, analyse technique, examen par le Conseil municipal des amendements apportés au zonage d'occupation du sol, institution d'un dialogue permanent entre les représentants des services techniques de la ville, les dirigeants des communautés et les organisations non gouvernementales. Il existe aujourd'hui 66 Zones Spéciales des Affaires Sociales dont 45 participent à ce forum du Plan de Régularisation les concernant.

  • 6  Prefeitura nos Bairros
  • 7  Regioes politico-administrativas.

19En 1986, a été lancé également le programme Mairie dans les quartiers6, cadre dans lequel allait être organisée en 1996 la participation populaire à l'élaboration d'une partie du budget municipal. A noter que ce programme utilise le mot quartier pour exprimer la volonté de donner leur place dans la gestion de la cité à des catégories sociales pauvres, de voir dans les espaces occupés par elles des quartiers comme les autres, et de leur réserver un traitement identique aux autres. Pour la mise en œuvre de ce programme, la ville a été divisée en douze secteurs politico-administratifs7, un calendrier de réunions avec les associations d'habitants étant fixé pour chacun d'eux. Ces secteurs avaient été initialement nommés par les toponymes de leurs quartiers principaux, mais, pour éviter les querelles de clocher, cette pratique a été abandonnée et chaque secteur reçoit simplement un numéro.

20En 1988, un arrêté municipal pris dans le cadre des secteurs politico-administratifs délimite 94 quartiers. La reprise du programme Mairie dans les quartiers a lieu dès le début de la seconde mandature de Jarbas Vasconcelos, en 1993. Pour des raisons techniques de calendrier des réunions, le nombre des secteurs est réduit à six : 1 = Centre, 2 = Nord, 3 = Nord-Ouest, 4 = Ouest, 5 = Sud-Ouest et 6 = Sud. Contrairement à ce qu'elle avait fait lors de la première expérience des années 1986-1988, la municipalité rend public dans les assemblées le nom des quartiers définis en 1988. Cela provoque de nouveaux conflits parce que certains noms de quartiers correspondent à un lieu précis représenté par une association, d'où des réactions de jalousie et d'incompréhension chez les autres. On a rapidement surmonté cette difficulté en annonçant dans les assemblées, tout de suite après le nom du quartier les noms des unités plus locales représentées par les associations. Ainsi, un nouveau terme apparut dans le lexique du programme : localidade.

21En 1995, se produisit un nouvel enrichissement lexical : pour lancer le budget participatif en partie inspiré par l'exemple de Porto Alegre, on a divisé chacun des secteurs du programme Mairie dans les quartiers en trois micro-régions constituées chacune d'un ou de plusieurs quartiers selon le nombre des associations existantes. Ces associations se réunissent dans chaque micro-région pour élire des délégués chargés du budget participatif. Au total (titulaires et suppléants), 360 délégués négocient le budget de chacune des 18 micro-régions, la procédure se terminant par une assemblée des secteurs politico-administratifs. Ainsi, en moins de dix ans, l'évolution du programme Mairie dans les quartiers a conduit l'administration municipale à concevoir un système imbriquant quatre niveaux de territoires imbriqués les uns dans les autres : localidade, bairro, micro-region, secteur politico-administratif.

22La réforme sanitaire instituée par la Constitution de 1988 attribue au niveau municipal la gestion des services de santé. A Recife, ce transfert de compétence a progressé d'une façon significative durant le second mandat de Jarbas Vasconcelos (1993-1996). Les services d'épidémiologie ont fait des études locales et ont établi des banques de données (naissances vivantes, mortalité, maladies comportant obligation de déclaration) à l'échelle des 94 quartiers définis en 1988. Furent installées des unités de gestion décentralisée des services de santé : les six districts sanitaires calées sur les six secteurs politico-administratifs. Au cours des années 1990 et à mesure que se sont développés les programmes communautaires de santé, ont été introduits de nouveaux vocables concernant les zones de pauvreté. Chaque agent communautaire de santé, résident du lieu, visite mensuellement 100 à 200 foyers qui composent une micro-aire d'une communauté. Outre son travail d'éducation et de prévention, il collecte des informations socio-économiques et sanitaires. Ces informations sont rassemblées par des superviseurs chargés d'une aire regroupant de six à trente micro-aires. Avec ce développement des services de santé à l'échelle locale, les mêmes lieux peuvent ainsi recevoir des appellations différentes de la part des divers services municipaux : Zones Spéciales des Affaires Sociales par les services d'urbanisme, localidades par le secrétariat des politiques sociales, comunidade par le secrétariat de la santé.

Les acteurs et l'usage des mots de la participation

  • 8  On entend dans les assemblées certains se présenter de la manière suivante : je suis délégué du MR (...)

23La production de termes nombreux et les découpages géopolitiques sont rapidement assimilés par les dirigeants des associations. Cette habileté dans l'adoption d'un lexique imposé par les gestionnaires8 est une tactique adoptée dans le but de défendre les intérêts d'une association ou d'un lieu très précis : pour défendre ses intérêts, il vaut la peine de se pénétrer des règles du jeu. Au fil des années, les leaders des associations sont devenus experts dans le maniement de ces termes et fins connaisseurs des limites établies par les pouvoirs publics.

24Dans les négociations, comunidade est le mot le plus entendu. Il ne correspond pas strictement à un périmètre géographique et se réfère plutôt à une catégorie sociale, plus instrumentalisée que réellement vécue. Il est fait usage de ce mot en particulier quand on débat avec apreté des revendications. A Recife, le terme est chargé de connotations diverses. La principale vient de l'Eglise catholique qui a protégé et influencé les associations et les ONG. Dans les textes techniques destinés aux agences de financement, la référence est le modèle nord-américain de comunity development. Finalement, ce terme est instrumentalisé pour dénoncer des problèmes et revendiquer des interventions, comme il apparaît dans les programmes de télévision qui mettent au grand jour des situations locales douloureuses : Globo Comunidade en est un bon exemple. Le mot s'est donc imposé dans toutes les réunions qui se sont multipliées avec la création de nouvelles limites par l'administration municipale.

25Au demeurant, ceux qui finissent par se perdre dans la terminologie, ce sont les techniciens quand ils ne prennent pas en compte que ces délimitations ont une fonction géopolitique locale et servent strictement à des politiques sectorielles spécifiques. Engagés à plein dans ces politiques, il n'est pas rare que les techniciens prennent les zones de cette ingénieuse cartographie pour de simples morceaux d'espace, alors qu'il faut prendre en compte l'épaisseur sociale des territoires et la charge affective des lieux habités. Les localidades ne sont pas des lieux, mais des noms enregistrés parce qu'existe une vie associative répertoriée par le Secrétariat des politiques sociales ; quand on y met en place le programme des agents communautaires de santé ou que l'on y institue une Zone spéciale des affaires sociales, on procède, dans le premier cas, à la délimitation d'une communauté, et, dans le second cas, à la délimitation d'un nouveau périmètre inclus dans le règlement d'occupation du sol.

26A la vérité, les quartiers institués en 1988 sont des unités statistiques qui permettent d'associer les chiffres du recensement avec d'autres données issues des registres municipaux. Il n'est pas possible, sinon avec beaucoup de précautions, d'y insérer des informations obtenues par enquête directe auprès des habitants et même des techniciens, parce que les noms des quartiers et, surtout, leurs limites ne correspondent pas à l'appréhension du milieu urbain par la population.

27Les gestionnaires des différents programmes ont finalement tendance à considérer les périmètres où ils interviennent comme des ensembles cohérents et clos, que ce soit les Zones spéciales des affaires sociales, les districts sanitaires ou les secteurs politico-administratifs. Dans l'action, ils oublient que ces divisions ont été créées dans une stratégie visant principalement à fixer le nombre d'associations avec lesquelles on prétendait établir des canaux permanents de négociation en matière d'urbanisme, de services de santé et de répartition des investissements municipaux.

28Malgré ces difficultés, la gestion participative permet de dépasser une vision trop globalisante de l'espace des pauvres. La collecte de données plus précises grâce à un maillage plus fin du territoire donne mieux à voir des réalités diversifiées. Les nouveaux systèmes d'information, en particulier dans le domaine de la santé et dans celui du logement, se perfectionnent dans la mesure où chaque secteur technique entreprend, en fonction de ses besoins, un travail de délimitation à des échelles toujours plus fines qui rapprochent de la réalité vécue.

29Il résulte de cela que trois défis principaux se présentent. Le premier, pour chaque secteur administratif, consiste à bien maîtriser le vocabulaire et les délimitations utilisés par les autres secteurs de façon à réaliser un aménagement local intégrant mieux les diverses opérations. Le second concerne le dialogue avec la population : il faut bien comprendre que ces cadres spatiaux, qui ont été imposés, ne sont rien d'autres pour les pauvres que des instruments auxquels ils ont recours pour se faire entendre dans la politique urbaine. Ce ne sont pas, et ce ne seront jamais, les cadres de la vie quotidienne dans toute leur épaisseur sociale et culturelle, et encore moins des zones homogènes. Le troisième défi consiste à dépasser les illusions de la technique et à retrouver la dimension politique de toutes ces tactiques de régulation de l'espace des pauvres. Cela signifie qu'il faut replacer ces tactiques dans les options stratégiques retenues après discussion sur les priorités à fixer dans le développement urbain.

Haut de page

Bibliographie

RECIFE. Lei n. 14.511-1983. Lei de uso do solo urbano. Recife: PCR/Secretaria de Planejamento e Urbanismo, 1983.

RECIFE. Lei n. 14.947-1987. Plano de Regularização das Zonas Especiais de Interesse Social. Recife: PCR/Secretaria de Planejamento e Urbanismo, 1987.

RECIFE.  Lei n. 15.547-1991. Plano Diretor de Desenvolvimento da Cidade do Recife. Recife: PCR/Secretaria de Planejamento e Urbanismo, 1991.

RECIFE. Lei n. 16.176-1996. Lei de uso e ocupação do solo. Recife: PCR/Secretaria de Planejamento urbano e ambiental, 1996.

BARRETO Â. M. M. , 1994, O Recife através dos tempos : a formação da sua paisagem. Recife, FUNDARPE.

BITOUN J., 1994, Recife : cinquante ans d’interprétation géographique. Travaux de l’Institut Géographique de Reims, n° 89-90, p. 25-43.

COSTA F. A. P., 1983, Anais pernambucanos. V.1,2,3,4,5,6,7,8,9,10, Recife, FUNDARPE (Col. Pernambucana 2a fase).

COSTA F. A. P., 1981, Arredores do Recife, Recife, Fundação de Cultura Cidade do Recife.

FALCÃO J. A. (Org.), 1984, Conflito de direito de propriedade : invasões urbanas, Rio de Janeiro, Ed. Forense.

MAJOR M. S., SILVA L. D. (Org.), 1992, O Recife : quatro séculos de sua paisagem, Recife, FUNDAJ/Massangana/Prefeitura da Cidade do Recife.

MENEZES J. L. M. (Org.), 1988, Atlas histórico cartográfico do Recife, Recife, FUNDAJ/Massangana/PCR/URB/DPSH.

SETTE M., 1978, Arruar : história pitoresca do Recife antigo, 3a ed., Recife, Governo do Estado de Pernambuco/Secretaria de Educação e Cultura.

RECIFE, Retrato do Recife: situação econômica e social, Recife, PCR/Secretaria de Planejamento urbano e ambiental, 1994.

RECIFE, 1998, Perfil da Cidade do Recife, Recife, PCR/Secretaria de Planejamento, Urbanismo e Meio Ambiente.

VILLAS-BÔAS R. (Org.), 1996, Para que participação popular nos governos locais?, São Paulo, Recife, SUDENE, Instituto Polis.

Haut de page

Notes

1  L'Estado Novo (1937 – 1945) est le régime autoritaire et centralisateur instauré par Getulio Vargas. Le renforcement de l'Etat fédéral s'est alors concrétisé notamment par l'envoi d'un interventor, représentantle pouvoir central, dans chaque Etat fédéré. Agamenon Magalhaes était interventor dans le Pernambouc (ndt).

2  Il s'agit du gouvernement fédéral. José Sarney est le premier président de la République de la période postérieure à la dictature militaire. Ancien hiérarque du régime militaire, il avait été élu vice-président et a été en fait président parce que le président élu, Tancredo Neves, est décédé avant même de prendre ses fonctions (ndt).

3  Zonas Especiais de Interesse Social – ZEIS.

4  Nouvelle République est le nom donné au Brésil au régime civil et démocratique mis en place en 1985.

5  Comunidades

6  Prefeitura nos Bairros

7  Regioes politico-administrativas.

8  On entend dans les assemblées certains se présenter de la manière suivante : je suis délégué du MR 2, numéro 1 de la RPA 2. Cela signifie : je suis délégué de la micro-région 2 du secteur politico-administratif Nord.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Nouveaux maillages du territoire à Recife
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1561/img-1.png
Fichier image/png, 172k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jan Bitoun, « Territoires du dialogue : les mots de la ville et les défis de la gestion participative a Recife », Géocarrefour, vol. 81/3 | 2006, 217-222.

Référence électronique

Jan Bitoun, « Territoires du dialogue : les mots de la ville et les défis de la gestion participative a Recife », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/3 | 2006, mis en ligne le 01 février 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1561 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1561

Haut de page

Auteur

Jan Bitoun

Universidade Federal de Pernambuco
Centro de Filosofia e Ciencias Humanas
Avenida Academico Helio Ramos
Cidade Universitaria
Caixa Postal 7803
50670-901 Recife – PE
Brasil
courriel : jbitoun@terra.com.br

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page