Navigation – Plan du site

Du territoire à la carte : l’émergence de la cartographie militante au Brésil

From territory to the map: the emergence of a 'militant' cartography in Brazil
Do territorio ao mapa: o aparecimento da cartografia militante no Brasil
Leca Enali De Biaggi
p. 235-243

Résumés

La cartographie peut être un outil au service des mouvements sociaux d'autant plus que l'automatisation démocratise l'accès aux données, leur traitement et leur représentation. Des cartes manuscrites établies dans les années 1970 par l'Eglise catholique pour localiser les conflits fonciers et défendre la cause des Indiens à la maîtrise de la géomatique par les ONG, le progrès a été considérable. Reste le souci que la carte soit un outil de débat accessible aux populations concernées. Avec des données primaires plus largement diffusées par les organismes publics, les nouveaux moyens informatiques permettent à la société civile de produire elle-même l'information géographique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Outre les services de l’armée, le Brésil dispose, depuis la fin des années 1930, d’une institution (...)

1Cet article a pour objectif d’analyser l’évolution récente de la cartographie au Brésil à partir des productions issues de sources autres qu’officielles1. Apparues sous la dictature militaire (1964-1984) et fortement développées dans la période d’ouverture démocratique qu’a connue le Brésil au début des années 1980, des productions cartographiques d’un nouveau type émanent des mouvements sociaux. Profitant de l’automatisation croissante du traitement de l'information, cette cartographie est plus dynamique, plus proche de l’action, plus proche des producteurs de données et des acteurs de la société civile. Concourt-elle à la démocratisation ? On verra comment certains acteursde la démocratisation, l’Eglise et les ONG, se sont emparés de la carte comme d’un outil militant, ensuite comment cette nouvelle production de cartes s’est peu à peu institutionnalisée dans le contexte du Brésil des années 1990. Les exemples développés ici constituent des initiatives qui comptent parmi les plus durables des projets cartographiques élaborés dans une logique engagée, dans un pays où la question de l’appropriation de la terre demeure si importante. Le propos est ici d’accompagner son développement qui privilégie une gestion participative du territoire sans pour autant entrer encore dans la logique de constitutions de SIG participatifs.

2Après vingt ans d’expériences innovatrices, quel avenir est possible pour la « cartographie militante » brésilienne ?

Situer pour exister : une cartographie « militante » se démarque

3Nombre d’auteurs soulignent le rôle des cartes comme un des instruments permettant d'agir sur l'espace et de parvenir à y bâtir une organisation politique. La production de ces repères spatiaux réaffirme un certain contrôle territorial qui rend possible le fonctionnement d'une société. En tant que discours privilégiés de la communication des connaissances spatiales, les cartes deviennent des médiateurs dans la pensée ou dans l'action politique (Harley, in Gould et Bailly, 1995) aboutissant à faire légitimer une certaine organisation sociale. Sous la dictature militaire (1964-1984), au moment où plusieurs mouvements de résistance cherchent à se structurer pour faire entendre la voix des opprimés et participer à l’élaboration des politiques publiques, la production de cartes vient donner une expression à des revendications territoriales émanant de groupes habituellement absents des plans du gouvernement. Ainsi, les informations cartographiques deviennent-elles de nouveaux outils dans les manifestations collectives, à l’échelle locale ou nationale.

 Un réseau se mobilise : L’Église s’engage dans la géomatique

  • 2  Plusieurs travaux traitent des rapports entre l’Église et l’État au Brésil (par exemple Prandini, (...)

4Un des rares lieux de liberté de réunion et d’organisation populaire au Brésil pendant le régime autoritaire est l’église catholique, au sein de laquelle un courant progressiste donne support et assistance à de nombreux groupes d’opposition. Il s’ensuit un travail de mémoire relatant les événements violents qui surviennent dans les espaces périphériques du pays, en vue de former un réseau de résistance contre les exactions commises2. Créant une organisation capable de dénoncer les conséquences des politiques menées par les gouvernements militaires, ce réseau tente de formuler des stratégies nationales de résistance dépassant distances et différences culturelles.

5Dans ce processus, la présentation de cartes sert d’appui à la mobilisation par la force de l’image : leur simple localisation sur le papier rend concrets le nombre, la concomitance et la proximité des faits. D’autres documents systématisent et archivent un ensemble d’informations, mais les cartes donnent à voir les faits en cours et soutiennent la mobilisation. Les premiers essais sont timides, imprécis et maladroits. En 1976, par exemple, lors de la publication d’un premier ouvrage de discussion sur les questions d’occupations et conflits fonciers, la Commission pastorale de la terre (CPT) témoigne du souci de rendre visible une certaine structuration de la résistance paysanne par la publication de rapports et bulletins périodiques des prélats et diocèses de l’Amazonie légale. Encore manuscrite (fig. 1), la carte qui accompagne cette publication montre les limites d’une région où les conflits apparaissent mieux soulignés que les centres politiques (les capitales). Sans indiquer les nouvelles routes d’accès à la région, qui pourraient expliquer la concentration de points d’affrontements, et sans se soucier encore de l’exactitude des localisations, la carte fait apparaître principalement l’image traditionnelle de l'Amazonie où les repères sont les fleuves, et où les fronts pionniers se marquent par la localisation des conflits.

Figure 1 : La carte utilisée par la CPT au milieu des années 1970 montre le souci de localisation, sans employer de grands moyens. Manuscrite, elle signale les lieux de conflits qui correspondent à l’avancée du front pionnier, avec de graves erreurs de localisation pour les localités difficilement accessibles (Maues, Sao Felix...), in CNBB/CPT, 1976)

Figure 1 : La carte utilisée par la CPT au milieu des années 1970 montre le souci de localisation, sans employer de grands moyens. Manuscrite, elle signale les lieux de conflits qui correspondent à l’avancée du front pionnier, avec de graves erreurs de localisation pour les localités difficilement accessibles (Maues, Sao Felix...), in CNBB/CPT, 1976)

6C’est surtout dans son travail de défense des droits des communautés indigènes que l’Eglise catholique parvient à créer une organisation capable de produire des documents cartographiques mieux finalisés et percutants. Cette action se révèle d’abord en 1972 par la fondation du Conseil indigéniste missionnaire (CIMI) pour suivre l’évolution des conditions de vie des Indiens et fournir des informations aux religieux engagés dans la défense des droits des sociétés indigènes.La commission pastorale de la cause indigène, à Brasília, affirme alors qu’avant de penser à la conversion des Indiens il fallait penser à les sauver de l’extinction. Ensuite, elle se poursuit grâce au Centre œcuménique de documentation et d’information (CEDI), fondé en 1974à São Paulo par des intellectuels souhaitant diffuser informations en dehors des canaux officiels contrôlés par l’Etat. Le CEDI relaye le travail du CIMI et publie des mises à jour sur tous les groupes indigènes du pays.

7Les publications du CEDI comportent des cartes caractérisant la situation juridique des terres indigènes, reconnues ou non par l’État brésilien. La collecte d’informations se fait grâce aux personnes sur le terrain (anthropologues, missionnaires, indigénistes, photographes, journalistes et Indiens) qui récoltent également auprès des institutions officielles du gouvernement brésilien (FUNAI, Fondation nationale de l’Indien, et le MIRAD, Ministère de la réforme et du développement agraire) toutes les données faisant référence aux terres indigènes, qu'il s'agisse d’intrusions, de l’usage du sol ou des ressources naturelles. Confrontant les informations officielles à un réseau alternatif d’informations, les publications sont conçues par régions : elles réunissent sur un même territoire des renseignements permettant une action locale directe. En ce sens, les cartes ont un rôle primordial pour fédérer et légitimer les demandes de démarcation officielle de terres, étape considérée comme essentielle pour la permanence des sociétés indigènes. Les cartes fonctionnent ainsi comme un lien entre les différents acteurs engagés dans la région.

8"La question cruciale de la démarcation de terres exige une connaissance plus rigoureuse et approfondie de la situation réelle de l’usage et de la possession des territoires indigènes, pour élaborer des stratégies et servir de base à une action qui ne parte pas seulement d’informations bureaucratiques où se mélangent des notions générales pouvant recouvrir des intérêts contraires aux Indiens" (CEDI, 1984, p. 8).

9L’ensemble de cartes publiées suit une même conception normative, mais le choix des toponymes et les sources d’informations varient assez fortement selon les conditions locales propres à chaque région représentée. Par rapport aux premiers volumes contenant des cartes (de 1983 et 1984), l’uniformisation progresse nettement dans les volumes suivants, où une légende est présentée avant l’ensemble de chapitres. De même, plus de rigueur apparaît progressivement dans les cartes, qui s’enrichissent d’échelles graphiques, d’un titre plus explicite, d’un cadre de localisation plus clair, ainsi que d’un effort pour détailler les différences au sein d’aires indigènes contiguës (fig. 2a et 2b).

Figure 2 : L’évolution de la représentation des terres indigènes par le CEDI (1984 et 1986).

En l’espace de deux ans, la carte gagne un titre plus explicite, l’usage de trames différenciées (variation visuelle de l’orientation), un cartouche plus riche, plus d’éléments de localisation et une légende commune à toutes les représentations

En l’espace de deux ans, la carte gagne un titre plus explicite, l’usage de trames différenciées (variation visuelle de l’orientation), un cartouche plus riche, plus d’éléments de localisation et une légende commune à toutes les représentations

10En 1986, le CEDI monte un groupe d’études conjointement avec la Coordination nationale des géologues (CONAGE) pour contrôler les intérêts des entreprises minières en terres indigènes. Toujours selon le principe d’utiliser la représentation cartographique pour mettre en évidence les contradictions au sein de la politique indigéniste du gouvernement, la base antérieurement préparée contenant les limites des terres indigènes est confrontée aux données de réquisition et/ou de concession de recherche minérale du Programme d’informations géologiques (PROSIG) du Département national de recherches minérales du Ministère des mines et énergie (DNPM/MME), réunies sur un calque spécialement transcrit à la même échelle.

11Le résultat est un dossier, où l’incohérence entre les différentes politiques gouvernementales est démontrée par plusieurs cartes qui donnent force aux accusations. Il ne s’agit plus de fournir une simple superposition d’informations, mais de les épurer pour donner encore plus de lisibilité aux phénomènes d’intrusion tant de fois dénoncés. Une première version du document est présentée aux ministres de l’Intérieur et des Mines et Énergie en avril 1986, lors d'une réunion qui rassemble plusieurs leaders dévoués à la cause indigène. Malgré l’impact et la reconnaissance de la véracité du document auprès des autorités officielles, deux ans plus tard aucune mesure n’avait été prise pour inverser la situation signalée. Une deuxième version du rapport est alors publiée en un plus grand nombre d'exemplaires (fig. 3).

Figure 3 : “Conflits dans l’ouest du Maranhao et la vallée du Tocantins”.

La carte d’Almeida (1994) telle qu’elle apparaît dans Droulers (1995). La carte originelle, à l’échelle 1:3 000 000e, mesure 1,15 par 0,80 m. Publiée en couleurs, avec des symboles picturaux, la carte originale est décidément une carte à lire plutôt qu’une carte à voir, comme dirait Bertin (1981). La critique qu’on peut en faire est qu’elle invite le lecteur à parcourir les détails, s’arrêtant dans la localisation singulière de chaque élément, sans parvenir à créer une image synthétique des conflits.

  • 3  Certaines de ces cartes ont constitué un travail de fin d'étude pour l’obtention d’un diplôme en C (...)

12Au cours de la même année 1986, le CEDI participe à la publication d’un autre projet cartographique, concernant les terres indigènes. Dans le cadre d’un accord entre la Technische Fachhoschule de Berlin, le CIMI et l’Institut brésilien d’analyses sociales et économiques (IBASE), les cartes de localisation des terres indigènes en parallèle des grands projets de développement du Brésil sont présentées dans de grands panneaux cartographiques, à petite échelle (1:5 000 000 pour le pays entier et 1:2 500 000 pour les études de cas, par exemple dans la région du Polonoroeste au Rondônia, et la région du Projet Carajás – voir note 4). Pour la première fois, les cartes exposent sur un même document les différentes menaces qui pèsent sur les terres indigènes et les zones de réserves forestières : activités minières, mais aussi construction de barrages hydroélectriques, présence d’activités agricoles structurées autour d’usines de production de sucre et de méthanol, réseau de voiries ainsi que les villes les plus importantes. Imprimées en Allemagne, elles constituent un document riche aussi bien par leur diversité thématique que par le souci de rigueur académique dans l’expression cartographique3.

13Riche de ces expériences diversifiées, le CEDI anime, au début des années 1990, un laboratoire d’informations géographiques et de télédétection à São Paulo. Ce laboratoire coordonne la mise à jour des bases de données rassemblées par les acteurs de terrain et soutient diverses actions dans le domaine de la localisation des conflits territoriaux. Il s’agit d’un important point de "repère" dans l’organisation d’activités d’expertise en cartographie, alliant le souci de précision à celui de la divulgation de l’information auprès des usagers grâce à ce qui est désormais considéré comme un "instrument auxiliaire de l’action" (Almeida, 1994). L’expérience du laboratoire d’informations géographiques et de télédétection du CEDI, à São Paulo, sera à l’origine d’autres initiatives non gouvernementales dans le domaine de la cartographie.

Une expérience locale de cartographie sociale comme instrument militant

  • 4  Installé sur 900 000 km2 à la frontière entre les états du Maranhão, du Pará et de l’actuel Tocant (...)
  • 5  Ou originaire des anciens villages-refuges (les quilombos) des esclaves fugitifs.
  • 6  Dans un travail de 1976, une doctorante (Lorraine, 1976) avait réalisé et diffusé des cartes pour (...)

14En 1993, à l’occasion d’un congrès d’ONGs portant sur l’évaluation de l’impact du Projet d’exploitation minière "Grand Carajás"4, une nouvelle étape dans l’utilisation militante de la cartographie est abordée avec l’aide du laboratoire de traitement d’informations géographiques du CEDI. En effet, dans la région du Projet Carajás, de nombreuses organisations mettent en cause les projets de développement du gouvernement fédéral sur des questions de délimitations, de superposition d’usage et de conflits relevés par les petits producteurs et occupants précaires, ou encore concernant des groupes indigènes ou des Noirs marrons (quilombola5). Le montage d’un document cartographique vient appuyer la discussion et est même considéré comme indispensable à la compréhension des enjeux sociaux du projet. Les cartes, dressées avec la participation d’ONGs et d’associations proposent ainsi une interprétation alternative, représentative d’autres intérêts que ceux habituellement exposés dans les cartes officielles6.

15"Un tel instrument (la carte) fut pensé comme une ressource critique face à dépolitisation qui caractérise les polémiques autour du fameux zonage économique et écologique de l’Amazonie, mettant en avant les niveaux exponentiels de disparité dans le contrôle des ressources naturelles, les indices alarmants de concentration foncière, le processus controversé de désindustrialisation, les éléments d’urbanisation forcée, les déplacements forcés, les antagonismes sociaux et les phénomènes de violence. " (Almeida, 1994)

16Coordonnée par A. W. de Almeida, sociologue engagé qui a étudié la confrontation des différents acteurs (État, Église et organisations paysannes) dans les conflits sociaux de l'Amazonie orientale et qui a vu l’usage de la carte comme un moyen d’affirmation des identités des groupes humains jusqu’alors marginalisés, l’étude s’efforce de rassembler toutes les données des institutions travaillant dans la zone pour produire un document expressif des conflits en cours. Le parcours de cet auteur manifeste sa préoccupation non seulement d’exprimer les logiques cachées derrière les représentations cartographiques, mais aussi de s’emparer d’un moyen qui fait la force des stratégies d’intervention et du contrôle de l’État. Ainsi, il consacre un livre entier à discuter le choix des sources et des éléments de représentation, explicitant la démarche collective qui conduit au document final. Pour traduire les contradictions de l’aménagement du territoire dans cette région institutionnalisée par décret fédéral, il fait référence à une "guerre de cartes", dès lors que chacune des parties suit une logique permettant de valoriser un territoire aux dépens d’un autre, ou tels intérêts sur un territoire aux dépens d’autres.

17En sociologue, l’auteur privilégie le contenu social de la carte. Il questionne la perspective à partir de laquelle les cartes sont réalisées, adressant des critiques au travail des géographes, qui auraient tendance, selon lui, à rester trop proches des éléments physiques de l’espace. Des éléments de la nature, il propose de ne retenir que ceux autour desquels se cristallise un problème d’accès aux ressources hydriques, végétales ou minérales. Ainsi, l’espace qu’il veut représenter est-il un espace vécu, un territoire d’actions ; il tente de définir une échelle compatible avec l’expression des faits quotidiens.

18L’organisation des données vise d’abord à montrer les territoires d’un ensemble d’acteurs rarement visibles dans les représentations gouvernementales, et ensuite à rendre perceptible une organisation derrière le désordre. La légende de la carte établit une liste de plus de trente rubriques, parmi lesquelles le nombre et l’importance des conflits, les zones à statut spécial : terres de populations noires (anciens quilombos), aires indigènes, parcs et réserves écologiques, ainsi que les zones d’exploitations minières, d’expériences de gestion forestière… Il apporte la preuve qu'il est possible de combler les lacunes des sources officielles pour la réalisation cartographique en s'appuyant sur les données collectées dans différentes institutions de la société civile. L’État est critiqué pour son incapacité à intégrer dans les politiques publiques les ressources fournies par les groupes locaux, les plus à même, pourtant, d'exposer les problèmes qui les touchent (fig. 4).

19"Absent dans l'arbitrage direct des antagonismes sociaux, l'Etat se signale également par omission manifeste. À l'évidence les assassinats se multiplient. L’appareil policier ne dispose pas de statistiques criminelles concernant les homicides dans les conflits fonciers (...) En d'autres termes, le manque de contrôle est poussé effectivement à l’extrême, en contradiction avec le discours officiel de l’État qui affirme toujours son indignation face à la violence et explique les événements par la faible présence des formes de pouvoir dans la région." (Almeida, 1994)

  • 7  Référence est faite de cette étude dans des publications issues d’organismes gouvernementaux (voir (...)

20Ce travail constitue une référence importante pour la discussion de la dynamique régionale amazonienne7, même si la "guerre de cartes" qu’il évoque ne parvient pas à "une synthèse critique de l’occupation spatiale et de ses contradictions", comme l’aurait voulu Martine Droulers (1995). S’il se limite à donner une image schématique de l'existence d’autres représentations, il s’assure que les images créées puissent être comprises par le plus grand nombre. En ce sens, cette cartographie, qui se veut « militante » tant elle veut agir, lutter sans violence pour les causes qu’elle défend, s’approche plutôt des idées évoquées par Paulston et Liebman d’une cartographie sociale :

21« La cartographie sociale ne suggère pas une synthèse, mais une ouverture plus large du dialogue entre les différents acteurs sociaux, y compris les individus et les groupes culturels qui veulent que leurs “mini-narrations” soient incluses dans le discours social. Les auteurs pensent que la cartographie sociale est dotée du potentiel requis pour être un style utile de discours destiné à mettre en lumière les attributs et les capacités des personnes et des cultures, le développement social et les perceptions qu'en ont les acteurs sociaux. La cartographie sociale offre une méthode nouvelle et efficace pour la démonstration visuelle de la sensibilité des influences post-modernes à l’ouverture du dialogue social, notamment avec ceux qui ont été exclus par le modernisme » (Paulston & Liebman, 1996).

L’effort pour établir un dialogue à la carte

22Pour la cartographie réalisée dans une optique « militante », la question de faire de la carte un document dynamique, apte à recevoir les critiques et suggestions de ceux qui sont concernés par sa représentation, se pose de manière centrale. Dans ce domaine, plusieurs considérations sont importantes, faisant référence aux éléments qui composent la carte et aux moyens de sa diffusion.

23- Se retrouver ensemble à la bonne échelle

24Le passage d’une connaissance concrète du terrain à une transcription abstraite sous forme de carte n’est pas immédiatement ni aisément perçu par les acteurs sociaux. Dans la réalité du terrain, la discussion s’engage plus facilement sur la base de cartes à grande échelle, où les éléments sont facilement repérables, qu’à partir de documents à petite échelle. Almeida (1994) rappelle que la préoccupation de rendre les cartes produites en cabinet plus proches d’un univers où tracés, diagrammes et croquis sont le plus souvent élaborés sur des supports éphémères, à même le sol, les a conduits, lui et son équipe, à réaliser des agrandissements de la base cartographique (jusqu’à atteindre 4 mètres sur 2) de sorte que les éléments contenus puissent faire l’objet d’une analyse par les minorités représentées.

25"Les corrélations entre les éléments de la carte, que les militants veulent mettre en valeur, peuvent se réaliser sans qu’il y ait tellement de médiations, mais l’action pédagogique n’est pas pour autant terminée. Il y a encore des difficultés pour traduire le terrain connu, qui peut être configuré dans des représentations graphiques de différentes manières et dans des positions distinctes. Dans l’imaginaire des paysans, chaque phénomène physique peut être une infinité de choses. Il n’y a pas une seule image pour un seul accident du terrain, ni un seul raccourci ou chemin pour y arriver. (…) Les coordonnées géographiques ne sont pas non plus tout de suite comprises. Nos interlocuteurs disent remonter une rivière pour aller vers ses origines sans se soucier de la direction, qu'elle soit dans le sens est/ouest ou nord/sud. En même temps, cela aide à démystifier la carte qui finalement n’est la carte d’aucun trésor, et n’a que le mérite de regrouper des renseignements dispersés et, parfois, apparemment non cohérents, ce qui contribue à éduquer les éducateurs. Cela fait de la carte un instrument, parmi d'autres, de débat et de connaissance." (Almeida 1994)

26Sans vouloir tout mettre dans la carte, l’effort pour créer un univers symbolique où figurent les éléments du vécu est une des garanties que la représentation soit accessible et corresponde aux attentes des lecteurs. Si, dans le quotidien, de nombreuses interprétations sont données de chaque fait observé, la constitution d’une légende unique, l’uniformisation dans la représentation permet de faire converger les représentations du plus grand nombre possible de personnes, et de mieux faire comprendre les intérêts contradictoires qui sont en jeu. Une fois acceptée par le groupe, la carte devient la base d’une compréhension plus large et mieux partagée des phénomènes en cours.

Faire passer le message : internet et ses défis d’intégration

27Au-delà de la réalité locale, l’augmentation de la production de cartes va à la rencontre d’un public de plus en plus soucieux de pouvoir s’appuyer sur la mise à disposition d’informations. Au-delà des canaux traditionnels de diffusion, se fait progressivement sentir l'intérêt de divulguer la production cartographique sur des supports plus souples. L’Institut socio-environnemental (ISA), qui reprend dans les années 1990 les travaux du CEDI, franchit alors une nouvelle étape et propose de rendre disponible plus largement les informations cartographiques grâce à un système de consultation d’informations recueillies par ordinateur sur internet.

  • 8  Actuellement, le système de consultation de cartes sur internet est possible à différentes entrées (...)

28Cette expérience, novatrice à l’époque, est une des premières occasions de mettre à la portée d’un nombre considérable de personnes l’accès à des informations importantes pour la compréhension des problématiques locales. Plus difficilement lisibles quand elles représentent le pays tout entier8, les cartes diffusées sur internet trouvent leur meilleure expression quand elles sont composées à une échelle régionale, accompagnées d’un habillage personnalisable : avec ou sans les routes, les limites administratives ou les villes, le lecteur peut choisir les éléments qui feront partie de la légende. Ainsi l'internet s'ouvre-t-il progressivement à la transmission d'informations graphiques qui peuvent ensuite appuyer d'autres représentations.

  • 9 En effet, les données du Woods Hole Research Center, ainsi que celles du RADAM et de l’INPE font ét (...)

29Alors même que les moyens électroniques se perfectionnent, l'ère de la carte imprimée a cependant encore des beaux jours devant elle. En 1999, l’ISA met ainsi en vente une carte synthétique de l’Amazonie sur support papier, élaborée à partir d'une sélection des fonds mis à disposition par l’Institut brésilien de géographie et statistique (IBGE). La carte localise des éléments comme l’implantation humaine, par exemple, le long des rivières et routes, ce qui rend plus précise la connaissance de l’occupation de la région. De même, elle met en rapport des sources différentes pour montrer l’effet de déforestation de l’Amazonie9. Plus récemment, dans certaines régions, comme celle du Xingu, où l’ISA développe une recherche avancée, l’accès aux données d’occupation du sol à partir de l’interprétation d’images de satellites de la région à des dates différentes, permet de mesurer la progression du déboisement vers les zones forestières protégées.

  • 10 Notamment toute la gamme ESRI, de la configuration la plus complète avec ARC/INFO, à d’autres stati (...)

30La formation d’une véritable cellule cartographique utilisant des logiciels de pointe au sein de l'ISA a été garante de cette production de qualité10. Par ailleurs, l'ONG cherche à informer et fournit un rendu qualifié des procédures techniques suivies lors de l'élaboration de chaque document (Ricardo, 1999). Elle vise la précision dans la confrontation d’un grand nombre de données distinctes, montrant l’intérêt d’investir à long terme dans le maniement de la cartographie. Rendant ainsi plus consistante la revendication des minorités dont il défend les droits d’occupation, l'ISA devient une référence importante dans la production cartographique nationale.

Une palette d’acteurs anime la cartographie numérique

  • 11  A citer le Projet RADAM, fondé sur l’imagerie radar pour la cartographie de l'Amazonie, ensuite ét (...)

31A l’heure où les cartes militantes, réalisées à l’aide des nouveaux moyens informatiques, permettent à des secteurs élargis de la société de s’approprier des outils de traitement de l’information géographique et de devenir des acteurs-clé dans la production de cartes, les agences officielles de cartographie sont obligées, elles aussi, de revoir les pratiques de production et de diffusion d'informations. Progressivement elles sont conduites à rompre une certaine « culture du secret » qui prévalait traditionnellement, et à proposer une politique plus participative de gestion des données géographiques. Les secteurs de recherche plus directement tournés vers l’application, comme ceux de la gestion des ressources naturelles11, de l’environnement et de l’agronomie, directement liés aux instances gouvernementales, doivent relever le défi de maîtriser une nouvelle approche du terrain physique et social.

L’innovation et la création dans les milieux savants

  • 12 Voir sur le site www.inpe.gov.br le logiciel SPRING et la possibilité de téléchargement d’images sa (...)
  • 13 Au Brésil, le protectionnisme sur le marché de l’informatique rendait difficile l’accès aux micro-o (...)
  • 14  Le Brésil est d’ailleurs souvent cité comme un pays « ouvert » en ce qui concerne l’accès aux donn (...)

32Afin d’échapper aux moyens trop onéreux ou sophistiqués d’acquisition de technologie et pour garder une certaine autonomie scientifique, l’automatisation progressive des représentations cartographiques au Brésil est marquée par des tentatives d’innovation. Ces tentatives apparaissent surtout dans les instituts créés dans le sillage de la réorganisation administrative survenue après le coup d’Etat de 1964, dotés de moyens importants pour le développement de technologies de pointe. L’exemple le plus connu est celui de l’Institut national de recherches spatiales (INPE)12, créé en 1971 à partir des laboratoires de la Commission nationale d’activités spatiales (CNAE), pour développer la télédétection spatiale. Dans un moment où l’importation de technologie est encore difficile13, l’équipe scientifique regroupée à l’INPE développe des systèmes capables de gérer les images satellites ainsi que les autres données géographiques du projet de mission spatiale brésilienne (MECB) grâce au prototype SITIM/SGI. Dans les années 1990, l’ensemble des applications mises en œuvre aboutira à la création d’un logiciel national, mis à disposition en libre téléchargement dès 1996. Progressivement, l’INPE met aussi à disposition, et au-delà des seuls moyens de traitement, l’information géographique proprement dite. Les images proposées sont bien évidemment l’objet de critiques de la part des organisations militantes, mais la disponibilité de tous ces moyens d’analyse constitue un progrès considérable14.

33D’autres centres, universitaires cette fois15, essayent également de développer les outils capables de conduire des analyses géo-environnementales et se lancent ainsi dans le développement de logiciels qui précèdent l’arrivée massive des grands standards de la filière SIG. Symboles d’ingéniosité nationale, face à une logique marchande qui ne tardera pas à s’imposer, ces expériences montrent combien le champ de la production cartographique est alors encore mobile et ouvert avant l’imposition de standards plus universellement partagés.

 Participation et intégration dans l’univers cartographique des années 1990

  • 16 De Symap à Microstation, l’idée de réaliser plus rapidement les cartes thématiques ou de transposer (...)

34Tout au long de la décennie 1990, l’effort de transposition définitive des activités cartographiques dans l’univers numérique se généralise16. En même temps, de nouvelles possibilités d’échanges se développent et beaucoup d’organismes gouvernementaux intègrent un nouveau vocabulaire dans la communication des activités de traitement et de diffusion de l’information.

35L’INPE, par exemple, explique son effort de mise à disposition d’outils et de données d’analyse spatiale comme faisant partie d’un souci de fournir à la population les moyens nécessaires pour qu’elle participe à la gestion des projets qui les concernent - Monteiro et Câmara en 2002 emploient le terme « empowerment » pour justifier l’attitude « d’appropriation technologique » développée par l’institut.

36L’IBGE organise à son tour, en 1996, la première rencontre nationale de producteurs et usagers des informations sociales, économiques et territoriales, qui rassemble plus de 500 participants pendant 9 jours pour discuter de thèmes allant des statistiques nationales à l’impact des SIG dans les diagnostics environnementaux. Une nouvelle rencontre, en août 2006, a contribué à réviser le Plan général d’informations statistiques et géographiques (PGIEG) de 1974 , toujours en vigueur, avec l’aide des « organismes producteurs et utilisateurs des informations dans le domaine public, ainsi que des autres segments de la société civile organisée ayant un intérêt dans cette thématique ». On mesure ainsi l’impact des nouvelles contributions cartographiques issues d’horizons plus larges de la société civile dans l’organisation de nouvelles représentations du territoire.

37« La rencontre, outre la collecte de suggestions pour planifier le travail de l’institut, prend son sens dans le contexte de décentralisation politique et administrative que le pays vit, avec une préoccupation croissante de justice sociale nécessaire, qui doit orienter le travail des institutions de production de données et son rapport aux différents segments de la société. Le débat ouvert cherche de nouvelles méthodologies et vise à renouveler l’agenda des thèmes et questions de recherche, après une longue période de régime institutionnel centralisé et peu innovateur » (Aranha Filho, 199917).

38La cartographie « militante » participe ainsi de plus en plus aux processus de décisions politiques à mesure que le pays avance dans la voie de la démocratisation. Il nous semble toutefois que le travail réalisé est encore loin des démarches de constitution de systèmes participatifs où la gestion même du dispositif est confiée à la population, comme l’illustrent des exemples que l’on trouve dans d’autres pays du monde, notamment en Asie18. Ces démarches de gestion autonome de la production cartographique, avec le transfert de savoir nécessaire, ne semblent pas encore à l’ordre du jour au Brésil, même si les représentants des ONGs insistent sur le besoin de « suivi réel des politiques publiques »19. Le rôle indiscutable de la cartographie militante dans toute la période d’ouverture politique du pays n’en est pas moins déterminant au moment de la consolidation des libertés démocratiques.

Conclusion : Production participative, enjeux techniques et sociaux

  • 20  Rimbert (1992) évoque la commercialisation de micro-ordinateurs plus performants de logiciels de S (...)

39Le nombre d’institutions qui se dotent de moyens automatiques pour assurer le suivi et la gestion de banques de données localisées et de dispositifs d’informatique graphique s’est multiplié au Brésilà partir du milieu des années 198020. Les ONGs et les secteurs organisés de la société civile profitent de cet élan pour s’emparer des méthodes cartographiques disponibles et discuter les projets d’aménagement en opposant aux cartes officielles des cartes militantes, comprenant l’utilité de ce moyen de communication et les possibilités d’intervention démultipliées qu'offrent les outils informatiques.

  • 21 Équivalent de la notion de « geoprocessing » en anglais, ou de « géomatique » en français, ce terme (...)

40Alors même que l’automatisation de la cartographie au Brésil donne lieu à la création d’une série de logiciels d’analyse spatiale originaux dans les institutions gouvernementales, la plupart des nouveaux acteurs de la scène cartographique nationale, issus du milieu associatif, s’investissent également dans ce domaine grâce à l’utilisation de produits fournis directement par le nouveau marché de « géoprocessamento21 » qui s’installe progressivement dans le pays tout au long des années 1990. La cartographie sociale développée dans la période d’ouverture démocratique vise d’abord une révolution thématique, avec la localisation de phénomènes traditionnellement absents des cartes officielles, plutôt qu’une attaque directe à logique commerciale qui s’établit peu à peu dans le domaine de la géomatique au Brésil et qui semble la cible préférée des acteurs liés aux institutions gouvernementales.

41Pourtant, pour déjouer les pièges d’un marché en forte expansion, la maîtrise intellectuelle de l’analyse est essentielle pour ceux qui souhaitent faire avancer une vision alternative de la réalité, justifiant des investissements en équipement mais aussi en formation. L’enjeu est de taille dans un monde où le langage visuel devient prépondérant et où les systèmes informatiques jouent un rôle de plus en plus déterminant dans les pratiques d’intervention territoriale. Les cartes produites par les ONGs mettent en évidence la difficulté à faire le pont entre le savoir-faire de la cartographie, de la science géographique et des possibilités techniques nouvelles. Les représentations obtenues dans une optique militante démontrent l'articulation nécessaire mais toujours difficile entre science, techniques et informations pour analyser la pertinence des modèles d'interprétations et en produire de nouveaux.

42Même remodelé, le laboratoire de « géoprocessamento » de l’ISA22 produit toujours régulièrement une série de cartes qui viennent en complément et/ou en opposition aux cartes produites par les organismes traditionnels. Tout en se servant des bases cartographiques et des données déjà élaborées et mises à disposition sur les sites officiels, son approche « militante » entend modifier la caractérisation des objets, le jeu d’échelles et les méthodes d’analyse utilisés par les instances gouvernementales, pour renforcer les messages alternatifs permettant de comprendre autrement les dynamiques territoriales au Brésil. Cet effort se traduit non seulement par la production de cartes, mais aussi par un investissement important dans la diffusion des messages cartographiques pour une utilisation effectivement élargie, le but recherché étant la réalisation d’une cartographie plus proche de la base et plus à même d’exprimer la dimension territoriale des problèmes de leur quotidien ; l’effort final serait d’appréhender les difficultés de lecture et de production individuelle des représentations territoriales.

  • 23  Ce terme est utilisé ici comme faisant référence au changement de support de réalisation de cartes (...)

43L’expérience des vingt dernières années au Brésil montre que les cartes peuvent être l’occasion d'approfondir et d´élargir la prise de conscience sur des questions de sociétés et leur dimension territoriale, en échappant aux réflexions trop hâtives ou aux pièges des automatismes. Si l’on suit les idées de Debray, selon lesquelles il y a deux temps dans une transition médiologique23, comme dans une succession politique : l’allégeance, puis l’éviction, alors nous devons nous tourner vers l’analyse des nouveaux concepts qui entourent les cartes devenues systèmes d’information géographique. En même temps, il convient de ne pas perdre de vue que l’approche géomatique ne résout pas en soi la complexité de la représentation cartographique du monde.

4418  Par exemple, le forum PPgis.net, le forum électronique sur l'utilisation participative des systèmes et des technologies d'information géo-spatiaux, qui fait la distinction entre des GIS de participation publique (PPGIS), des GIS participatifs (PGIS ou P-GIS), la Communauté intégrée (CiGIS), des technologies mobiles et système interactifs (MiGIS) et autres technologies géo-spatiales de l'information. (voir http://www.iapad.org/​participatory_gis.htm)

Haut de page

Bibliographie

ALMEIDA A. W. B. , 1994, A Guerra dos mapas. Belém, Falangola.

ARANHA FILHO J. M., 1999, Sobre política nacional de informação, Boletim da ABA, nº 31 - 1º Semestre, http://www.unicamp.br/aba/boletins/b31/b31_06.htm

BUCLET B., 2002, Les expérimentations des ONG en Amazonie - Quel pouvoir pour quelle responsabilité ?, Lusotopie n°1, p. 263-282.

CÂMARA G., ONSRUD H., MONTEIRO A. M., s.d., “Efficacious sustainability of GIS Development within a low income country : the Brazilian experience, in http://www.dpi.inpe.br/terralib/docs/papers/Sustainable_GIS_Brazil_v4.pdf

CAMBREZY L. & de MAXIMY R. (ed.) , 1995, La Cartographie en débat - représenter ou convaincre, Paris, Karthala-Orstom.

CEDI, 1984, Aconteceu - Povos indígenas no Brasil, São Paulo, CEDI.

CEDI, 1985, Aconteceu - Povos indígenas no Brasil, São Paulo, CEDI.

CEDI, 1986, Aconteceu - Povos indígenas no Brasil, São Paulo, CEDI.

CEDI/CONAGE, 1988, Empresas de mineração e terras indígenas na Amazônia, São Paulo,CEDI.

CNBB/CPT, 1976, Posse da terra e seus conflitos no modelo brasileiro de desenvolvimento (Amazônia Lega), São Paulo, Ed. Paulinas.

DE BIAGGI E. M., 2000, La cartographie et les représentations du territoire au Brésil, Thèse de doctorat sous la direction de Jean Revel-Mouroz, soutenue le 7/12/2000 à l’ Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine – Université de la Sorbonne Nouvelle Paris 3.

de CASTRO M. C. – SIG - Sistema de Informação Geográfico ou sig - sintetizador de ilusões geográficas - Desconstrução de uma forma discursiva. Thèse de doctorat sous la direction de Paulo César da Costa Gomes, soutenue en1999 à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), Brésil.

DROULERS M. , 1995, L’Amazonie, Paris, Nathan.

DROULERS M., 1999, Amazonie : défi géographique et technologique, Mars, n°163, 4e trimestre, Paris, p. 43-48.

FASE/IBASE, 1993, Anais do seminário de estudos sobre o programa piloto para a Amazônia, Belém, CUT/FASE/IBASE, 01 a 04/02/1993.

FASE/FAOR, 1994, Anais do encontro internacional de trabalho - Diversidade ecossocial e estratégias de cooperação entre ONGs na Amazônia, Belém, FASE/FAOR, 13-16 jun.

gohn m.g.m. , 1997,Os sem-terra, ONGs e cidadania : a sociedade brasileira na era da globalização, São Paulo, Cortez.

GOULD p. & BAILLY, A. , 1995, Le pouvoir des cartes - Brian Harley et la cartographie, Paris, Anthropos/Economica.

LORRAINE A. , 1976, Une femme est venue, il y a deux ou trois ans, on a parlé, elle a rempli des cahiers... Elle n’est jamais revenue..., Hérodote, n°2, Paris, p.10-22.

MONTEIRO A. M. V. & CÂMARA G., 2002, GIS and Remote Sensing Technology Development : The Brazilian Experience Reviews the Appropriate Technology Concept, ISPRS Commission VI – Education and Communications, Mid Term Symposium on New approaches for Education and Communication, São José dos Campos, September, 15th to 18th of 2002 in http://www.dpi.inpe.br/pesquisa.php

MONTEIRO M. de A. , 1998, Carvoejamento, desmatamento e concentração fundiária : repercussões da siderurgia no agrário regional, in HOMMA A.K. (org.), Amazônia, meio ambiente e desenvolvimento agrícola. Brasília/Belém, EMBRAPA-SP/EMBRAPA-CPATU, p. 187-219.

PaulstonR. G. & LiebmanM., s.d., The promise of critical social cartography, in http://www.iacd.oas.org/La%20Educa%20119/pauls.htm

Prandini F., Petrucci V.A. & Dale R. (org.), 1986, Relações entre Igreja-Estado no Brasil, São Paulo, CPV, Ed. Loyola.

RICARDO F. (org.), 1999, Interesses minerários em terras indígenas na Amazônia Legal brasileira, São Paulo, Série Documentos do Isa n°6, Instituto Socioambiental.

RIMBERT S. , 1990, Carto-graphies, Paris, Hermès.

RIMBERT S. , 1992, Géographie et Cartographie, in Encyclopédie de Géographie, Paris, Economica, p.111-139.

THERY H.& WANIEZ p. 2000-1, L’accès aux données pour la connaissance du territoire, le cas du Brésil, L’Espace Géographique, p. 53-57

THERY H et LE TOURNEAU F.-M ., s.d., Le Brésil, Eldorado de l’information géographique ?, http://halshs.ccsd.cnrs.fr/halshs-00007095/fr/ .

Haut de page

Notes

1  Outre les services de l’armée, le Brésil dispose, depuis la fin des années 1930, d’une institution fédérale coordonnant la production statistique et cartographique, l’IBGE, Institut brésilien de géographie et statistique – voir à ce sujet De Biaggi, 2000).

2  Plusieurs travaux traitent des rapports entre l’Église et l’État au Brésil (par exemple Prandini, Petrucci et Dale,1986). Gohn (1997) fait remonter l'origine de plusieurs ONG, parmi lesquelles le MST (Mouvement des Sans Terre), aux communautés ecclésiales de base (CEBs) des années 1970. Moindre aujourd'hui, le rôle de l'Église est toujours important.

3  Certaines de ces cartes ont constitué un travail de fin d'étude pour l’obtention d’un diplôme en Cartographie à Technische Fachhoschule de Berlin.

4  Installé sur 900 000 km2 à la frontière entre les états du Maranhão, du Pará et de l’actuel Tocantins, le Programme Grand Carajás constitue une enclave publique pour l’exploitation des richesses minières de la région par la Compagnie Vale do Rio Doce (CVRD). Le projet a rendu nécessaire la construction d’importantes infrastructures de transport.

5  Ou originaire des anciens villages-refuges (les quilombos) des esclaves fugitifs.

6  Dans un travail de 1976, une doctorante (Lorraine, 1976) avait réalisé et diffusé des cartes pour restituer les informations aux paysans informateurs particulièrement concernés par les plans d'aménagement et pour leur montrer le cadre régional et les difficultés à craindre pour l'écoulement de leurs produits.

7  Référence est faite de cette étude dans des publications issues d’organismes gouvernementaux (voir le travail de Monteiro (1998) publié par l’EMBRAPA - Entreprise brésilienne de recherches agricoles).

8  Actuellement, le système de consultation de cartes sur internet est possible à différentes entrées régionales – voir http://www.socioambiental.org.br/map/index.shtm

9 En effet, les données du Woods Hole Research Center, ainsi que celles du RADAM et de l’INPE font état des différentes mesures de déforestation.

10 Notamment toute la gamme ESRI, de la configuration la plus complète avec ARC/INFO, à d’autres stations plus simples.

11  A citer le Projet RADAM, fondé sur l’imagerie radar pour la cartographie de l'Amazonie, ensuite étendu à tout le pays, ainsi que les projets de traitements d’images de l’Institut National de Recherches Spatiales (INPE) (voir Silva, 1991).

12 Voir sur le site www.inpe.gov.br le logiciel SPRING et la possibilité de téléchargement d’images satellites. A l’Université Fédérale de Rio de Janeiro, le développement du logiciel SAGA - Système d'analyses géo-environnementales constitue une autre tentative d’autonomie dans le domaine des outils SIG.

13 Au Brésil, le protectionnisme sur le marché de l’informatique rendait difficile l’accès aux micro-ordinateurs encore dans les années 1980. Cette politique sera remplacée au début des années 1990 par une approche libérale, lors du gouvernement Collor (1991).

14  Le Brésil est d’ailleurs souvent cité comme un pays « ouvert » en ce qui concerne l’accès aux données cartographiques et statistiques en général – voir à ce sujet Théry H.& Waniez P., 2000, ou encore Théry H et Le Tourneau F.-M., s.d.

15  A titre d’exemple, l’Université fédérale de Rio de Janeiro et son système SAGA (http://www.lageop.ufrj.br/saga.php).

16 De Symap à Microstation, l’idée de réaliser plus rapidement les cartes thématiques ou de transposer sur support informatique les cartes au millionième fait son chemin avant la diffusion de logiciels SIG proprement dits au sein de l’IBGE des années 1990. Si la première maille municipale est réalisée grâce à la coopération française en 1992, dès le milieu des années 1990 des produits digitaux de qualité inégale seront mis en vente avant d’être mis à disposition sur le site de l’IBGE destiné au téléchargement d’images, de données statistiques et de fonds de cartes.

17 Article disponible http://www.unicamp.br/aba/boletins/b31/b31_06.htm

19  Voir http://www2.abong.org.br/final/informes_pag.php?cdm=18587

20  Rimbert (1992) évoque la commercialisation de micro-ordinateurs plus performants de logiciels de SIG dès la fin des années 1980, offrant un grand choix de méthodes d’analyse spatiale, de modélisation et de procédés d’expression graphique des résultats. Au Brésil, on peut situer dans le début de la décennie de 1990 la diffusion plus large de ce type d’outil.

21 Équivalent de la notion de « geoprocessing » en anglais, ou de « géomatique » en français, ce terme connaît une grande diffusion au Brésil. Au vu des possibilités d'action qu’il offre, plus qu’un outil, il devient vite un champ d’étude plus large que le simple mot SIG, terme réservé à l’équipement nécessaire pour la réalisation du travail. Pour une discussion plus approfondie, voir de Castro (1999) et Silva (1999).

22  Voir http://www.socioambiental.org/home_html

23  Ce terme est utilisé ici comme faisant référence au changement de support de réalisation de cartes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La carte utilisée par la CPT au milieu des années 1970 montre le souci de localisation, sans employer de grands moyens. Manuscrite, elle signale les lieux de conflits qui correspondent à l’avancée du front pionnier, avec de graves erreurs de localisation pour les localités difficilement accessibles (Maues, Sao Felix...), in CNBB/CPT, 1976)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1528/img-1.png
Fichier image/png, 280k
Titre En l’espace de deux ans, la carte gagne un titre plus explicite, l’usage de trames différenciées (variation visuelle de l’orientation), un cartouche plus riche, plus d’éléments de localisation et une légende commune à toutes les représentations
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1528/img-2.png
Fichier image/png, 1,0M
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1528/img-3.png
Fichier image/png, 616k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Leca Enali De Biaggi, « Du territoire à la carte : l’émergence de la cartographie militante au Brésil », Géocarrefour, vol. 81/3 | 2006, 235-243.

Référence électronique

Leca Enali De Biaggi, « Du territoire à la carte : l’émergence de la cartographie militante au Brésil », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/3 | 2006, mis en ligne le 01 février 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1528 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1528

Haut de page

Auteur

Leca Enali De Biaggi

Université Jean Moulin Lyon 3
UMR 5600 EVS
18 rue Chevreul. 69007 Lyon
courriel : debiaggi@univ-lyon3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page