Navigation – Plan du site

Pour mieux comprendre le Brésil

For a better understanding of Brazil
Para compreender melhor o Brasil
Bernard Bret
p. 179-182

Texte intégral

1Avec la présente livraison consacrée au Brésil, Géocarrefour souhaite ouvrir de multiples pistes à la réflexion géographique, sur des sujets croisés où se combinent les faits de société et les faits de nature et où s'articulent les échelles nationale, régionale, locale et mondiale.

  • 1  Mercosur en espagnol
  • 2  Cette idée a été développée par l'économiste Carlos Winograd, ancien ministre représentant de l'Ar (...)
  • 3  D'autres pays importants du Sud, notamment l'Inde, revendiquent eux aussi un siège permanent au Co (...)

2Sans doute est-ce le propre de la géographie que d'étudier les relations que les sociétés entretiennent avec leur espace, y compris dans ses réalités physiques, et comment elles produisent des territoires organisés à différentes échelles. C'est bien le cas ici. Pays du Nouveau Monde inséré dans les échanges internationaux par cinq siècles d'histoire, le Brésil reste entravé par des héritages du passé qui expliquent ses inégalité sociales et surtout, malgré son homogénéité culturelle, l'hétérogénéité régionale de ses structures sociales. Pays émergent, doté depuis plusieurs décennies d'un solide système industriel, il ne cache pas son ambition dans le domaine agricole où il tient déjà une grande place et où son potentiel hors du commun peut faire de lui un géant. Puissance régionale et pays de loin le plus peuplé en Amérique latine, il aspire à jouer les premiers rôles dans les affaires du monde. Contre les pays aujourd'hui dominants, il a su défendre ses intérêts dans les conférences de l'Organisation Mondiale du Commerce et coaliser autour de lui les pays qui s'estiment lésés par les échanges internationaux : le G 20 est aujourd'hui un interlocuteur avec lequel il faut compter à l'Organisation Mondiale du Commerce. Refusant toute servilité devant les prétentions de Washington, il a créé avec ses voisins une intégration macro-régionale, le Mercosul1, qui rééquilibre le continent du côté du Sud et donne le moyen de négocier avec les pays tiers, en Amérique comme ailleurs, dans une position de force relative. Le rapport de forces interne au Marché Commun du Sud est d'ailleurs lui aussi très instructif. Avec un revenu national brut qui, bon an mal an, vaut 3 à 4 fois celui de l'Argentine, 37 fois celui de l'Uruguay et 80 fois celui du Paraguay, le Brésil est la grande puissance du Mercosul. Cette inégalité de taille et surtout les différences dans les profils productifs des pays membres expliquent le caractère asymétrique des relations internes à l'association. On trouverait là matière à une réflexion théorique utile sur le développement. Le Mercosul tire sans doute, en effet, son succès de l'inégalité des pays qui le composent, contrairement aux intégrations moins réussies dans les pays andins, l'Amérique centrale et les Caraïbes. Relations asymétriques parce que, pour reprendre la terminologie utilisée à l'échelle mondiale et qui a ici le mérite de souligner l'articulation des échelles, le Brésil joue à l'égard de ses partenaires le rôle d'un Nord. Relations asymétriques aussi parce que, sur le plan strictement économique, le Brésil a beaucoup moins besoin du Mercosul que n'en ont besoin les autres pays membres. Mais, et toujours dans un raisonnement multiscalaire, c'est là que la géopolitique reprend son importance : le Brésil a besoin de ses partenaires pour consolider sa place sur la scène mondiale2. Pour obtenir un jour un siège permanent au Conseil de Sécurité de l'ONU, le Brésil doit prendre des responsabilités à la mesure de son ambition et s'assurer du vote favorable de ses partenaires latino-américains. Il convient donc que ces derniers voient dans cet objectif non pas une menace sur les rapports de forces internes au sous-continent, mais la possibilité que l'Amérique latine soit désormais mieux considérée dans les instances internationales3. De toutes les façons, un constat de succès s'impose : le Mercosul exerce une attraction sur les pays voisins. Après que plusieurs s'y furent associés, le Chili et la Bolivie d'abord en 1996, le Pérou ensuite en 2003, l'Equateur, la Colombie et le Vénézuela en 2004, ce dernier pays, le Vénézuela, en devient membre à part entière en 2007. Avec un Mercosul qui s'étend désormais de la mer des Caraïbes à la Patagonie, les données géopolitiques du continent changent : le Mercosul offre une alternative crédible à l'association avec les Etats-Unis, choix fait par le Mexique avec l'Alena, et à l'idée d'une zone de libre-échange depuis l'Alaska jusqu'à la Terre de Feu, le projet Alca (Association de Libre Commerce des Amériques) que voudrait imposer Washington et où les latino-américains voient une sérieuse menace à leur indépendance.

3Ce contexte de la mondialisation et la prétention du Brésil à y jouer un rôle majeur invite à s'interroger sur ce qui se passe à l'intérieur de ses frontières pour apprécier à l'interne sa capacité à s'affirmer à l'externe. La question est récurrente en Amérique latine du développement par l'extérieur ou par l'intérieur : faut-il s'ouvrir au grand large, ce qui ne va pas sans risques, et lier en partie son sort aux dynamiques impulsées depuis l'étranger, ou faut-il, sans se fermer car cela comporterait à terme des risques encore plus grands, valoriser d'abord chez soi ses atouts et viser un développement autocentré ? Mais, si le thème renvoie à cette interrogation, il la renouvelle. L'alternative n'est plus en effet entre fermeture et ouverture. Une relative fermeture a été nécessaire quand l'industrie démarrait et que, suivant la stratégie de la substitution d'importations, il était indispensable de protéger le marché intérieur pour donner leur chance aux entreprises nationales. Mais cette époque est depuis longtemps révolue. L'ouverture est aujourd'hui une nécessité et, plutôt que de nier vainement une mondialisation qui s'impose à tous, le vrai débat consiste à savoir comment y faire sa place et comment articuler le système national au système mondial. Par système national, sous-système du système mondial, il faut entendre système productif, structure sociale et organisation du territoire, autant d'éléments indissociables, configurés en fonction des données culturelles et transformés en enjeux dans le champ du politique.

4Les approches de ce problème pourraient être multiples. Une lecture croisée des contributions qui suivent en met en relief trois : le développement, les relations nature-société, les pratiques sociales et la démocratisation.

5Faut-il considérer les inégalités de développement entre les régions du Brésil comme un sujet si souvent traité qu'il serait devenu un lieu commun ? Pas nécessairement si les faits connus font l'objet d'une interprétation nouvelle et si sont étroitement mis en relation le social et le spatial, autrement dit si la géographie des inégalités au Brésil est entendue comme l'expression spatiale des faits sociaux. C'est ce que tente Bernard Bret dans sa lecture rawlsienne du territoire brésilien. Prenant appui sur la théorie du philosophe John Rawls, il interprète les inégalités socio-territoriales du Brésil au regard de valeurs éthiques et soumet implicitement à débat l'idée que cette perspective puisse avoir sa place dans un discours d'analyse. La démarche permet en tous les cas d'interroger certaines notions importantes pour une approche géographique : l'intégration et l'exclusion, la cohésion territoriale, la fragmentation de l'espace régional et de l'espace urbain, le sens social et politique de l'aménagement.

6Les relations complexes entre la société et la nature concernent aussi le développement, bien entendu, à travers le concept de développement durable. Claudio Egler en donne un tableau de synthèse. Il rend compte dans sa contribution des changements d'usage qu'a subis le sol au Brésil au cours des dernières décennies, leur signification sociale et leur impact environnemental. L'insistance est mise sur les transformations de l'agriculture. Traditionnellement consommatrice d'espace, l'agriculture brésilienne dispose encore de surfaces disponibles considérables. Toutefois, l'idée d'une marche pionnière qui ne trouverait pas de limite n'est aujourd'hui plus de mise, que l'espace soit effectivement moins abondant ou que les problèmes écologiques se fassent trop graves ou trop coûteux. L'intensification agricole est ainsi à l'ordre du jour, tant pour les productions végétales que pour l'élevage bovin, non sans provoquer d'autres dégâts sur l'environnement, en particulier sur les disponibilités en eau. A ce fait agricole qui est majeur s'ajoutent la croissance urbaine et l'industrialisation. Bien qu'une discussion soit possible sur l'authenticité urbaine de ce que les statistiques brésiliennes enregistrent comme ville, l'urbanisation est une réalité qui consomme des surfaces. Quant à l'industrialisation, elle montre bien l'ambiguïté d'une croissance mal maîtrisée : une dégradation de l'environnement qui pèse sur les plus pauvres au point d'avoir provoqué naguère un grave problème de santé publique sur le littoral pauliste.

  • 4  pour ses travaux sur l'Amazonie, la Professeur Bertha K.Becker a été faite docteur honoris causa d (...)
  • 5  le terme arc de déforestation qui revient à plusieurs reprises dans ce numéro désigne la bordure e (...)

7La région amazonienne offre un théâtre privilégié pour la question du développement durable. Bertha Becker4 montre qu'il y a dans l'Amazonie brésilienne une nouvelle géographie et que cela appelle une nouvelle politique régionale conduite à une nouvelle échelle : accentuation de la diversité interne de la région en liaison avec l'intensification des migrations intra-régionales, progrès de l'agro-industrie, modernisation de l'élevage. Le point majeur se trouve néanmoins dans les liens entre l'Amazonie et le reste du Brésil car il consiste en ce que, pour citer l'auteur, l'Amazonie n'est plus la grande frontière nationale d'expansion économique et démographique. Bien que cela ébranle sérieusement l'image que l'on se fait de l'Amazonie depuis que l'idée d'intégration entre les différentes régions oriente la politique d'aménagement au Brésil, il est finalement normal que plusieurs décennies d'intervention aient assez modifié la donne pour que la situation actuelle s'écarte de celle qu'il s'agissait précisément de transformer. Il faut donc voir l'Amazonie brésilienne avec un œil neuf, prendre acte que l'arc de déforestation5 est un espace aujourd'hui consolidé et incorporé au tissu productif national. Il faut en conséquence repenser la politique à conduire dans le périmètre appelé Amazonie légale, y consolider le peuplement et y réaliser le développement.

8Le thème du développement durable est repris dans l'analyse que François Michel Le Tourneau et Cristina Guerreiro font de l'aménagement du littoral nord-bahianais pour le tourisme. Ils y montrent là aussi la concurrence entre d'une part une croissance fondée sur le tourisme et d'autre part la protection environnementale, l'arbitrage étatique se concrétisant par le zonage du territoire et la création d'une aire de protection de l'environnement. Une telle question ne saurait être traitée indépendamment des retombées que peuvent en attendre les populations locales, et le cas étudié souligne l'écart entre celles-ci et les enclaves touristiques. C'est poser le problème de la capacité des investissements extérieurs à enclencher un processus de développement. Ce qui est déjà vérifiable, c'est la déstructuration des systèmes traditionnels. Ce qui reste à vérifier, c'est la restructuration dans un ensemble où les habitants du lieu auraient un rôle actif et verraient s'ouvrir pour eux des perspectives porteuses.

9L'inscription spatiale des faits sociaux ne se limite pas à l'interface nature-société ou à la question des échelles du développement inégal. L'expriment aussi les pratiques sociales territorialisées et l'approche des lieux par les acteurs sociaux et les pouvoirs publics. En milieu urbain, cela renvoie aux phénomènes de ségrégation et de fragmentation, aux représentations, aux zonages volontaires mis au service d'un projet.

Figure 1 : Carte administrative du Brésil

Figure 1 : Carte administrative du Brésil

10Dans une réflexion de géographie politique sur Recife, Jan Bitoun expose ainsi la mise en œuvre de la démocratie participative. De multiples zonages ont délimité les cadres du débat populaire et fixé les périmètres des interventions publiques touchant notamment l'urbanisme et la santé. Or, réaliser un maillage du territoire, c'est créer des circonscriptions auxquelles il faut attribuer des noms. Ceux-ci se sont surimposés à la toponymie traditionnelle produite par les étapes successives de la croissance de l'agglomération. Cet enrichissement lexical qui ne va pas sans quelque difficulté pratique reste un outil précieux pour donner la parole à ceux des citadins qui en étaient privés. Il montre le lien existant entre les pratiques sociales et politiques, en l'occurrence le processus de démocratisation, et le rapport au territoire, ou mieux, aux territoires.

11Le présent numéro s'achève pour cette raison sur deux contributions visant à mieux comprendre ce lien. Dans leur étude sur Démocratisation et territoire au Brésil, Céline Broggio et Martine Droulers s'interrogent sur les changements survenus dans les relations que la société brésilienne entretient avec son territoire. Dans cette approche géopolitique, il s'agit de voir si la tradition brésilienne de consommer l'espace sans retenue laisse la place à des pratiques spatiales plus raisonnables et plus réalistes au vu de l'épuisement progressif de la frontière agricole. Mais il s'agit aussi et surtout de comprendre ce changement culturel, et d'examiner s'il va de pair avec une révision des politiques publiques et des stratégies des partis politiques.

12Si la relation entre le territoire et la démocratie est chose complexe, il demeure évident que l'accès aux informations sur les lieux constitue une condition de l'exercice de la citoyenneté. Leca Enali de Biaggi affirme qu'une cartographie militante s'est fait jour au Brésil à travers notamment l'action des organisations non gouvernementales. Sa contribution montre bien que les informations touchant les territoires sont autant d'outils dont les citoyens doivent se saisir et que l'accès à ces informations conditionne l'exercice de la démocratie. On pourrait ici se réjouir que la diffusion large et gratuite des données produites par l'IBGE, Institut Brésilien de Géographie et de Statistiques, place aujourd'hui le Brésil parmi les pays les plus avancés en la matière.

13Tels sont les travaux proposés à la lecture par ce numéro. Puissent-ils mieux faire comprendre un pays appelé sans doute à être une puissance mondiale au cours du siècle qui commence.

Haut de page

Notes

1  Mercosur en espagnol

2  Cette idée a été développée par l'économiste Carlos Winograd, ancien ministre représentant de l'Argentine dans le Mercosul, lors d'un débat consacré aux intégrations lors du Festival International de Géographie 2006 de Saint-Dié-des-Vosges.

3  D'autres pays importants du Sud, notamment l'Inde, revendiquent eux aussi un siège permanent au Conseil de Sécurité. Comme le Brésil, ils ne peuvent se satisfaire d'un partage des responsabilités figé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale alors que le monde a beaucoup changé en 60 ans.

4  pour ses travaux sur l'Amazonie, la Professeur Bertha K.Becker a été faite docteur honoris causa de l'Université Jean Moulin Lyon 3 en 2005.

5  le terme arc de déforestation qui revient à plusieurs reprises dans ce numéro désigne la bordure est et sud de l'Amazonie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte administrative du Brésil
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1521/img-1.png
Fichier image/png, 87k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Bret, « Pour mieux comprendre le Brésil », Géocarrefour, vol. 81/3 | 2006, 179-182.

Référence électronique

Bernard Bret, « Pour mieux comprendre le Brésil », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/3 | 2006, mis en ligne le 14 mars 2008, consulté le 23 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1521

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page