Navigation – Plan du site
Comptes rendus et chroniques bibliographiques

Voituriez B. , Le Gulf Stream, 2006, Paris, UNESCO, 209 p.

Jacques Bethemont
p. 104

Texte intégral

1Vulgariser implique un dangereux travail de simplification. Dangereux car le vulgarisateur-simplificateur opère un tri entre les faits et les hypothèses, de façon à produire une présentation claire qui, pour être facilement intelligible n’en est pas moins dangereuse par omission ou dévoiement de certaines données. C’est donc avec circonspection que j’ai abordé la lecture de l’ouvrage de Bruno Voituriez intitulé « le Gulf Stream », mais c’est avec le plus vif soulagement que j’ai apprécié les doutes, l’esprit critique et la modestie d’un auteur qui (p.123, mais je pourrais citer d’autres référence du même ordre) précise à propos des résultats d’un modèle climatique : « cela n’enlève rien à l’importance du phénomène, mais oblige à la prudence en ce qui concerne l’utilisation simpliste que l’on peut faire d’observations d’un phénomène déterminé à un moment donné pour prévoir le climat qu’il fera dans les décennies à venir ». Ce parti d’honnêteté scientifique oblige à prendre en compte tous les faits relatifs au phénomène présenté, avec leurs interférences et leur complexité. Autant dire que la lecture de l’ouvrage, pour vulgarisateur qu’il se veuille, se révèle parfois ardue, ce dont l’auteur convient volontiers tout en espérant que le lecteur voudra bien le suivre dans sa quête.

2Une quête ou, si l’on préfère, une mise au point qui s’avère d’autant plus utile, que nos connaissances sont restées longtemps limitées faute de pouvoir observer simultanément de vastes ensembles maritimes, ce qui n’a été rendu possible que depuis le recours, somme toute récent, aux observations satellitaires. Celles-ci ont remis en cause quelques idées simples, notamment la théorie d’un Gulf Stream dont les eaux réchaufferaient la façade européenne de l’Atlantique nord.

3Non que le Gulf Stream ne soit ici que prétexte à un titre accrocheur. Il existe certes, et l’auteur lui fait sa juste place tout en précisant qu’il n’est que l’un des éléments d’un système complexe où les eaux océaniques tiennent plus de place que les vents dont l’action ne porte que sur la couche superficielle des eaux, de sorte que les échanges entre l’eau et l’atmosphère sont dissymétriques : « Il n’y a pas de commune mesure entre les deux : l’énergie fournie à l’atmosphère par l’océan est à peu près mille fois supérieure à ce que l’atmosphère rend à l’océan. Et pourtant, ce millième est essentiel ».

4Pour le reste, certains faits sont établis de longue date, en particulier le relais du Gulf Stream par la Dérive nord atlantique, seule responsable de la douceur des provinces océaniques en Europe. D’autres sont en cours d’inventaire et d’évaluation, comme la relation entre les variations des courants océaniques et les paléoclimats. Mais l’intérêt de l’ouvrage tient pour l’essentiel à la mise en évidence de l’originalité des courants de l’Atlantique nord par rapport aux phénomènes observables dans l’océan Indien qui fonctionne comme un cul de sac, dans l’océan Austral livré aux quarantièmes rugissants ou même dans l’océan Pacifique. Dans ce dernier, la masse des eaux chaudes, remontant des tropiques vers le nord, vient buter contre le détroit de Behring alors que dans l’Atlantique, la remontée des eaux tièdes peut se propager bien au-delà du cercle polaire, dans un océan ouvert. Et le Gulf Stream dans ce système ? Il est tout d’abord remarquable par sa puissance, tant en volume qu’en vitesse de propagation, grâce au forçage des eaux dans le golfe du Mexique, grâce aussi à la disposition du détroit qui sépare la Floride de Cuba. Dans sa propagation, vers le nord, il est renforcé par des tourbillons d’eaux tropicales dont l’existence n’a été réellement perçue que depuis le recours aux données satellitaires, avant de passer le relais à la dérive nord-atlantique poussée d’ouest en est, tant par les vents que par la force de Coriolis. Pour le reste, la circulation océanique profonde et le tapis convoyeur sont des phénomènes bien connus.

5L’auteur s’attaque aussi à quelques idées reçues s’agissant du réchauffement climatique. Si le fait essentiel reste bien l’accumulation de CO2 à un niveau jamais observé même lors des périodes interglaciaires, il est difficile d’augurer les impacts climatiques du phénomène. Il est en tout cas certain que, la stabilité des températures tropicales y compris celle de leurs eaux, le Gulf Stream ne disparaîtra pas, pas plus qu’il n’a disparu durant les périodes froides.

6Voilà donc un ouvrage pétri de bon sens, tout autant que de science, ce qui n’exclue pas quelques faiblesses. Certaines sont simplement formelles comme la présence de cartes accompagnées de commentaires qui seraient fort intéressantes si elles étaient accompagnées de légendes à défaut desquelles elles restent muettes. Sur un autre registre, on peut être une excellent océanologue et un spécialiste averti de l’halieutique sans être pour autant féru de climatologie. Pour tout dire, les références climatologiques de l’auteur, basées sur la bonne vieille théorie des cellules de Hadley datent quelque peu. Heureusement que l’auteur glisse rapidement sur ces phénomènes climatologiques perturbants. Le reste de l’ouvrage est de bonne tenue et sa lecture, point trop austère, s’avère des plus enrichissantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Bethemont, « Voituriez B. , Le Gulf Stream, 2006, Paris, UNESCO, 209 p. », Géocarrefour, vol. 82/1-2 | 2007, 104.

Référence électronique

Jacques Bethemont, « Voituriez B. , Le Gulf Stream, 2006, Paris, UNESCO, 209 p. », Géocarrefour [En ligne], vol. 82/1-2 | 2007, mis en ligne le 25 janvier 2008, consulté le 27 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1518

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page