Navigation – Plan du site
Comptes rendus et chroniques bibliographiques

Compte rendu de : Démocratie et gouvernement local en PologneMAUREL M.-C., HALAMSKA M., 2006, Paris, CNRS Ed., collection Mondes russe et est-européen, 265 p.

Lydia Coudroy de Lille
p. 101

Texte intégral

1L’ouvrage Démocratie et gouvernement local en Pologne est le fruit d’une collaboration entre une géographe, Marie-Claude Maurel (EHESS) et une sociologue, Maria Halamska (Académie des sciences de Pologne), deux spécialistes des campagnes polonaises. Initiée au début des années 1980, cette collaboration s’est inscrite dans la durée. Cet ouvrage synthétise plus de vingt ans de travaux de terrain, y compris des enquêtes lourdes menées en 1991 et 1999. Il s’interroge sur les modalités de mise en œuvre de la démocratie locale en Pologne, qui, impulsée « d’en haut », est observée ici « par le bas » au niveau de la commune (gmina).

2Trois communes témoins, situées dans des environnements géographiques contrastés, servent de fil conducteur à l’entreprise  l’une est en Grande Pologne, à 15 km de Poznan, une deuxième au fin fond de la Mazovie, et la troisième en Petite Pologne, entre Cracovie et la Haute-Silésie. Elles se distinguent également par leur situation dans les régions historiques polonaises. Ainsi ces communes appartenaient chacune à un des empires dans la Pologne des partages (Prusse, Royaume de Pologne, incorporé dans l’empire russe, et Autriche-Hongrie).

3La première partie (« Du monopole du pouvoir au partage du pouvoir ») rappelle comment on est passé en Pologne du centralisme démocratique à la décentralisation (1990) puis à la réforme territoriale (1998). Elle commence par jeter les bases de l’hypothèse « historique » latente de l’ouvrage, celle de la « dépendance du chemin » : l’appartenance à l’une ou l’autre des zones des partages serait encore tangible dans le fonctionnement politique actuel au niveau local. Pourtant cette analyse (p.40-41) ne permet pas de conclure dans laquelle de ces trois zones l’échelon local jouissait de la plus grande autonomie. L’échelon communal a bénéficié de la décentralisation dès 1990, alors que les deux autres niveaux infra-étatiques en ont bénéficié en 1998 seulement : la voïvodie et le powiat (restauré à cette occasion).

4La deuxième partie de l’ouvrage s’intéresse à la recomposition des scènes politiques locales. Elle s’ouvre par une analyse synthétique des douze scrutins qui se sont échelonnés entre 1990 et 2002, en s’appuyant sur les études menées par de nombreux auteurs polonais sur la question ; celle-ci donne l’occasion de rappeler les grandes pulsations politiques au niveau national, et surtout la stabilité de clivages géographiques d’une élection à l’autre. Ces clivages dessinent assez nettement les frontières des partages de la Pologne, et les auteurs se rallient à la thèse de chercheurs polonais affirmant « une logique d’identification politique prenant ses racines dans les traditions historiques régionalement différenciées de la Pologne » (p. 106). Lors des quatre scrutins municipaux successifs de 1990 à 2002, ces trois communes s’inscrivent en continuité avec les modèles régionaux.

5La question de la reproduction ou du renouvellement a été maintes fois posée à propos des élites nationales dans les États post-communistes, mais délaisse en général le niveau local. L’ouvrage vient à point nommé combler cette lacune pour montrer que sur les cas traités, le renouvellement des élites est progressif, et que les électeurs puisent dans l’élite intellectuelle locale, qu’elle soit nouvelle ou non. Cette dernière montre volontiers une conception autoritaire du pouvoir (p. 172). Mais là aussi, les appartenances régionales induisent des choix différents.

6La troisième partie de l’ouvrage interroge la naissance d’une nouvelle gouvernance locale. Elle s’ouvre par une analyse classique du « gouvernement » au sein des communes étudiées et se poursuit par celle des budgets et des actions menées par les communes. Les auteurs montrent ensuite que le développement local dépend des relations entre le gouvernement local et les autres acteurs, notamment économiques, ce qui en fait au fond une question de gouvernance. L’exemple le plus intéressant est le montage d’un territoire de projet autour d’une activité piscicole : la « Vallée des carpes ». Le constat final sur les relations entre la population et le pouvoir local est plutôt amer : celui-ci est souvent considéré comme le bouc émissaire de toutes les difficultés socio-économiques, en particulier dans une des communes soumise à une intense paupérisation, et la population a une attitude globalement passive face au pouvoir local.

7L’étude conclut sur la force du « potentiel local », c’est-à-dire une combinaison de facteurs déterminant la capacité des territoires à s’imposer dans les conditions de transformation du post-communisme.

8Au total, l’ouvrage se lit très aisément, grâce à des articulations très claires d’un bout à l’autre de la démonstration, et il restitue au lecteur français l’essentiel des débats de la sociologie politique polonaise des années récentes. Par ailleurs, il livre un matériau empirique très riche et inédit. Le lecteur est toutefois surpris de la discrétion de l’outillage théorique de la géographie dans un ouvrage pourtant bi-disciplinaire. Ainsi le « territoire » communal est-il toujours considéré comme un cadre homogène alors que les cartes de situation en montrent bien la complexité et la diversité. Les relations entre le chef-lieu et les villages de chaque commune sont trop rarement évoquées, ainsi que le rôle de la proximité des grandes agglomérations. La notion de territorialisation est la grande absente d’une réflexion qui aurait alors acquis une dimension géographique plus affirmée.

9Autre regret : alors que la période étudiée est placée sous le signe de la préparation à l’adhésion européenne, rien n’est dit sur l’opinion des élites sur ce point ni sur le referendum d’adhésion de 2003. Or il aurait été intéressant de questionner l’articulation entre adhésion au projet européen et démocratie locale. De même, l’analyse des acteurs sociaux dans la troisième partie reste très discrète sur le rôle de l’Église qui a certainement un rôle différencié dans les communes témoins.

10Enfin, la carte historique page 41 est confuse : la Silésie est appelée Territoires occidentaux, et les frontières des voïvodies sont représentées tantôt en pointillées, tantôt en traits pleins ; par ailleurs, le trait épais noir désigne d’après la légende les limites historiques des partages, alors que sur la carte, celles-ci sont selon le cas noires ou blanches, et qu’en outre le tracé épais noir est aussi utilisé pour les frontières actuelles du territoire.

11Le lecteur pourra comparer avec profit ce cas polonais avec d’autres expériences d’apprentissage de la démocratie locale comme la Roumanie, analysée par Catrinel Trofin et Marius Suciu dans Rey et al. (2004) (cf. p. suivante).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lydia Coudroy de Lille, « Compte rendu de : Démocratie et gouvernement local en PologneMAUREL M.-C., HALAMSKA M., 2006, Paris, CNRS Ed., collection Mondes russe et est-européen, 265 p. », Géocarrefour, vol. 82/1-2 | 2007, 101.

Référence électronique

Lydia Coudroy de Lille, « Compte rendu de : Démocratie et gouvernement local en PologneMAUREL M.-C., HALAMSKA M., 2006, Paris, CNRS Ed., collection Mondes russe et est-européen, 265 p. », Géocarrefour [En ligne], vol. 82/1-2 | 2007, mis en ligne le 03 mars 2008, consulté le 17 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1514

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page