Navigation – Plan du site
Comptes rendus et chroniques bibliographiques

Les transformations urbaines au prisme de la géographie allemande, Gans P., Priebs A., Wehrhahn R., 2006, Kulturgeographie der Stadt, Selbstverlag des Geographischen Instituts der Universität Kiel, Band 111, Kiel, 646 p.

Marcus Zepf
p. 99

Texte intégral

1En Allemagne, l’appréhension et l’interprétation des transformations urbaines se construisent le plus souvent dans un contexte socio-économique particulier, celui de la décroissance urbaine. Cette situation singulière se traduit, sur le plan démographique, par la baisse du taux de la natalité et le vieillissement de la population, ainsi que par le déclin économique des villes post-industrielles et post-socialistes. Les concepts émergents tels que : Die Metropolregionen (les régions métropolitaines), Die dezentrale Konzentration  (la concentration décentralisée) et Die schrumpfenden Städte  (les villes rétrécissantes) tentent de saisir ces mutations urbaines qui semblent désormais s’articuler autour d’une relation permanente et paradoxale entre croissance et décroissance urbaine. Ce champ d’investigation de la recherche urbaine mobilise une large gamme de compétences scientifiques et des objets d’étude variés aux niveaux local, national et international. Un changement paradigmatique de la conception du fait urbain émerge pour comprendre cette nouvelle relation entre espaces de croissance et de décroissance. De récents travaux allemands dans le domaine de la géographie culturelle en offrent une illustration intéressante.

2L’ouvrage collectif Kulturgeographie der Stadt (Géographie culturelle de la ville) paru en 2006 offre un large panorama de travaux s’intéressant aux nouveaux caractères des transformations urbaines. Cet ouvrage est tout d'abord un hommage au professeur émérite Jürgen Bähr, auteur de 240 publications en 40 ans. Il en résulte une certaine hétérogénéité avec des articles abordant des problématiques économiques et agraires en Afrique du Sud-Ouest, aux problèmes du développement des territoires non-tropicaux de l’Amérique du Sud en passant par les questions de migration et d’urbanisation en Allemagne. Une bonne partie d'entre eux fait toutefois référence au foisonnement des approches thématiques (morphologiques, spatio-sémantiques, démographiques, économiques, etc.) qui aujourd’hui sont mobilisées ensemble pour concevoir les dynamiques urbaines.

3Compte tenu de la diversité des approches à la fois thématiques, méthodologiques et géographiques présentées dans les 46 contributions de cet ouvrage collectif, il est délicat de rédiger un résumé succinct, intégral et cohérent de ce livre de 646 pages. Cependant, la référence à la double problématique de « croissance—décroissance » apparaît de manière récurrente dans l’organisation de cet ouvrage. Elle constitue une sorte de prisme au travers duquel la lecture des transformations urbaines acquiert une dimension nouvelle. La question de l’évolution des « clusters d’innovation » abordée par Javier Revilla Diez et Ludwig Schätzel (p. 35-50), par exemple, est certes posée par rapport à l’impact de la politique régionale, mais elle met en évidence l’importance des influences de dynamiques urbaines au niveau local qui ne sont pas forcément maîtrisables (Zufallsfaktoren – facteurs aléatoires). L’influence considérable de la densité d’habitants par exemple —garante d’une sociabilité bien perçue dans les espaces publics et vécue comme facteur de sentiment de sécurité— est en relation avec la mobilité résidentielle des personnes âgées en quête d’un quartier d’habitation animé (Reinhold Grotz et Stefanie Föbker, p. 111-127).

4Le « prisme germanique » sur la relation « croissance-décroissance » permet donc d’approfondir la diversité des origines du phénomène de « rétrécissement » et d’en montrer les influences potentielles sur les transformations urbaines, sociales, économiques, politiques et spatiales. C’est ainsi que Paul Gans (p. 97-110) définit cinq dimensions au changement démographique susceptible d’influencer l’évolution des agglomérations : la diminution du nombre d’habitants, le vieillissement de la population, l’internationalisation et l’hétérogénéisation de la population, l’individuation et la variabilité spatiale (quartiers en développement et quartiers en déclin, les uns à côté des autres). Face à la co-présence des phénomènes de croissance et de décroissance, l’auteur constate qu’un cadre d’action général est difficile à définir. Désormais il s’agit davantage de prendre en compte les particularités des territoires locaux dans un contexte où les évolutions économiques et sociales ont de plus en plus tendance à se différencier les unes des autres.

5Face à ces transformations urbaines cycliques, paradoxales et territorialisées, Michael Janoschka (p. 185-203) fait appel à une nouvelle culture de la planification (Planungskultur), celle du « rétrécissement et de la rénovation ». Ce concept suppose d’abord l’acceptation sociale (on pourrait dire sociétale) du phénomène de rétrécissement comme  nouveau paradigme pour la planification urbaine. Autrement dit, le rétrécissement et la rénovation urbaine devraient être considérés comme un défi politique, économique et administratif. Pour relever ce défi et pour mobiliser les différents acteurs, dont les citoyens, il s’agit de mettre en scène les enjeux de la planification dans un contexte de rétrécissement. C’est à travers des projets culturels et artistiques présentés par l’auteur que l’objet du rétrécissement et de la rénovation (notamment, les barres d’habitation sociale en Allemagne de l’Est) constitue un objet d’intégration et d’interaction pour faire participer les citoyens à la transformation de leur environnement construit et social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcus Zepf, « Les transformations urbaines au prisme de la géographie allemande, Gans P., Priebs A., Wehrhahn R., 2006, Kulturgeographie der Stadt, Selbstverlag des Geographischen Instituts der Universität Kiel, Band 111, Kiel, 646 p. », Géocarrefour, vol. 82/1-2 | 2007, 99.

Référence électronique

Marcus Zepf, « Les transformations urbaines au prisme de la géographie allemande, Gans P., Priebs A., Wehrhahn R., 2006, Kulturgeographie der Stadt, Selbstverlag des Geographischen Instituts der Universität Kiel, Band 111, Kiel, 646 p. », Géocarrefour [En ligne], vol. 82/1-2 | 2007, mis en ligne le 25 janvier 2008, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1510

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org