Navigation – Plan du site
Comptes rendus et chroniques bibliographiques

Chronique bibliographique : L’actualité éditoriale récente dans les revues de géographie

Jacques Donze
p. 91-93

Texte intégral

1L’actualité éditoriale des revues de géographie ainsi que quelques manifestations et initiatives récentes témoignent du dynamisme de la recherche sur les risques en géographie, signe qu’il s’agit plus que jamais d’un thème fédérateur au sein de la corporation, et porteur sur le plan social. Le colloque organisé par le CNFG début juin 2007 à Nanterre (Veyret dir., 2007) sur l’évolution de la recherche sur les risques au travers des thèses récentes en a apporté la preuve. Quelques collègues des universités du Nord (Lille, Artois et Dunkerque) avaient d’ailleurs déjà tenté de porter un regard rétrospectif sur cette question à partir des publications universitaires depuis 1980 (Deboudt, Hellequin,, Herbert, Meur-Férec, Morel, 2006). Les bases de données établies par la commission « géographie physique et environnement » du CNFG, sous la direction de Y. Veyret et N. Meschinet de Richemont, ainsi que celle enrichie régulièrement par le Pôle « risque » de l’UMR 5600 « Environnement, Villes et Sociétés » du CNRS à Lyon permettent de faire le point (http://umr5600.univ-lyon3.fr/​proj_risques.html). Plus récemment, Damienne Provitolo (chargée de recherches au CNRS à Besançon) a publié deux intéressantes mises au point sur les concepts de vulnérabilité et de résilience dans une optique systémique (Provitolo, 2007a ; 2007b), alimentées par sa thèse de doctorat soutenue sous la direction de A. Dauphiné (Provitolo, 2002). De leur côté, des publications récentes de revues « régionales » témoignent de la mise en place, déjà ancienne pour certaines, de solides équipes de recherche sur la question. Les grenoblois, avec le groupe « Risque, Crises et Catastrophes » rattaché à l’UMR PACTE du CNRS (Politiques publiques, Action politique et Territoires) autour de J.C Gaillard, F. Mancebo, C. Lutoff et, très récemment, Elise Beck dont la thèse de doctorat, soutenue à Strasbourg en 2006, est un bon exemple d’approche pluridisciplinaire (Beck, 2006). Ils viennent d’ailleurs de publier un ensemble de textes sur la gestion des risques naturels et les dispositifs d’alerte (Mancebo dir, 2007). Les montpelliérains, autour de F. Léone et F. Vinet, publient les résultats des travaux de l’équipe d’accueil GESTER (Gestion des Sociétés, des Territoires et des Risques), étoffés par leur master professionnel « gestion des risques naturels » dans un très intéressant bulletin, encore un peu confidentiel (Géorisques) (Léone F, Vinet F. (dir. de), 2006). Les nantais, enfin, qui viennent de publier un Cahier dont il sera rendu compte ici plus en détail. Il n’est pas jusqu’aux revues d’ingénieurs ou autres revues professionnelles qui n’accueillent désormais des signatures de géographes, ce qui témoigne de la percée de la pensée géographique dans d’autres mondes que le nôtre (Veyret, Reghezza, 2005 ; 2006 ; Propeck, 2002). Mais tout cela reste encore très cloisonné, rendant la recherche en géographie peu lisible vis-à-vis des autres sciences et même à l’intérieur des SHS, l’empêchant ainsi d’assurer pleinement l’utilité sociale qu’elle devrait être en mesure de remplir. Cette lisibilité passe d’abord par le recensement des forces avec des initiatives coordonnées, ce qui n’est pas toujours le cas. N’est il pas surprenant en effet de relever deux initiatives concomitantes à Grenoble : celle du groupe « risque » de l’UMR PACTE, formé essentiellement de géographes, et dont on peut regretter qu’elle se borne aux risques naturels (Enquête SHS et risques naturels, 2007) et celle, plus ambitieuse, du pôle Envirônalp1 qui vise à opérer un état des lieux de la recherche sur les risques en Rhône-Alpes, toutes disciplines confondues, en vue d’une mise en réseau et qui devrait faire l’objet d’une publication à l’automne 2007.

2Ainsi, la recherche sur les risques devient-elle un objet d’étude en soi, signe d’une certaine maturité. Mais l’affirmation de ce champ de recherche passe aussi par la poursuite de la réflexion sur le réseau conceptuel qui le structure. C’est ce qu’ont entrepris Y. Veyret et M. Reghezza, après bien d’autres (pour ne citer que A. Dauphiné, R. D’Ercole, T. Coanus), dans plusieurs publications dont celle de la dernière livraison des Cahiers Nantais dont je voudrais rendre compte plus précisément ici (Cahiers Nantais, 2005).

3En effet, les collègues géographes nantais se mettent à leur tour aux risques ! Ce n’est pas nouveau puisqu’ils avaient failli organiser les journées de géographie industrielles et urbaines du CNFG sur les risques technologiques en mars 1992, journées qui furent en définitive tenues à Lyon à l’automne de l’année suivante et qui furent à l’origine d’un des premiers numéros de revue de géographie sur la question (Revue de géographie de Lyon, 1993). Ce n’est pas étonnant non plus, vu les risques que représentent l’industrie dans l’estuaire de la Loire et l’urbanisation du lit majeur du fleuve. Ce Cahier reprend les actes d’un séminaire organisé par A. Miossec en février 2005 à l’occasion du départ à la retraite de B. Bousquet, et coordonnés par J. Guillaume. Loi du genre sans doute, les 7 articles qui composent ce numéro sont très inégaux.

4L’article de Y. Veyret et M. Reghezza constitue une solide étude sur l’émergence et l’histoire du concept de risque en géographie. Il s’agit d’une contribution à la construction d’une épistémologie du risque dont la matière provient essentiellement des recherches de M. Reghezza dont la thèse, soutenue en 2006, porte plus précisément sur le concept de vulnérabilité (Reghezza, 2006). Les auteurs montrent comment les géographes américains, derrière G.F. White, participant aux grands travaux d’aménagement de l’ère rooseveltienne, ont très tôt privilégié le volet social du risque, ce qui les a amenés à approfondir la question des représentations sociales et la vulnérabilité du territoire, contrairement aux géographes français restés longtemps proches, de par leur culture de géographie physique, du corps des ingénieurs de l’État, privilégiant ainsi la connaissance des aléas, les solutions techniques -et la cartographie- dans la gestion du risque. Ceci n’a pas été sans effet sur l’élaboration des PPR et leur acceptabilité sociale. Reconnaissons toutefois que l’analyse va beaucoup plus loin dans le bulletin du GESTER cité ci-dessus (Léone, Vinet, 2006).

5Suivent trois articles très proches de F. Vinet, V. Jousseaume et D. Mercier sur les risques d’inondation en Languedoc et dans le val nantais, ainsi que de B. Commentale sur les versants du Vésuve en Campanie. Ils constituent à n’en pas douter l’essentiel de l’apport de cette parution. Chacun souligne que l’absence de catastrophe majeure pendant une quarantaine d’année en Languedoc, plus encore dans le val nantais et dans la région napolitaine, au moment où le territoire connaissait des mutations territoriales accélérées, ont « endormi » la conscience du risque, créant ainsi un véritable complexe cindynogène. Aléas sous-estimés ou survalorisation des équipement de protection, urbanisation des zones inondables, mutations agricoles et pression de la périurbanisation forment une boucle de rétroaction positive entraînant la catastrophe, elle-même provoquant la mise sous contrainte réglementaire du territoire. L’analyse fouillée des « processus et des acteurs de l’aménagement des zones inondables du val nantais » de V. Jousseaume et D. Mercier est remarquable. La pression foncière exercée par les maraîchers d’abord (la mâche et le muguet…), la périurbanisation nantaise ensuite, ont transformé cette plaine alluviale « protégée » par la levée de 1856 en une des zones les plus vulnérables de la vallée de la Loire. Cependant la périurbanisation fait apparaître une différenciation socio-spatiale dans les comportements et la gestion du risque, bref, dans les relations que ces sociétés entretiennent avec le fleuve. Phénomène observé aussi sur la Loire moyenne par S. Rode et P. Garnier (Garnier, Rode, 2006) lorsqu’ils montrent comment deux communes de l’agglomération tourangelle peuvent avoir des stratégies de gestion des risques opposées. Ceci n’est pas sans rappeler certaines observations faites dans le sud de l’agglomération lyonnaise (le « couloir de la chimie »). De son côté, B. Commentale montre comment les rapports ancestraux qu’une société rurale entretenait avec son volcan sont transformés par l’arrivée de nouvelles populations urbaines dont la proximité mentale avec le volcan s’estompe. La encore, c’est d’un véritable complexe cindynogène dont il s’agit.

6L’article de P. Fattal sur les problèmes environnementaux et sanitaires liés à l’extraction pétrolière en Sibérie occidentale (Tioumen) est très ponctuel et ne pourrait être intéressant, pour les programmes de concours par exemple, que si il était intégré à un corpus plus important. Il aurait été intéressant en particulier de rappeler les deux articles de Y. Marchand et surtout de Y. Carlot parus dans Géocarrefour en 1999 (Carlot, 1999 ; Marchand, 1999). C’est d’autant plus dommage que les deux articles portent sur la même région, les mêmes problèmes et s’appuient en partie sur les mêmes sources, sans qu’il y ait pour autant plagiat. Si l’article de P. Fattal permet évidement d’avoir une mise au point plus récente, encore que les sources les plus récentes ne dépassent pas 2001, il faut reconnaître que celui de Y. Carlot constituait à l’époque une analyse beaucoup plus charpentée. Le cloisonnement sévit partout !

7Enfin, le témoignage et les interrogations de P.Y. Péchoux sur l’incidence du risque industriel sur Toulouse est sans doute plus à prendre comme un billet d’humeur d’un Toulousain qui, si ce n’est dans sa chair, a sans doute été affecté par les dégâts causés aux bâtiments de son université par l’explosion du 21 septembre 2001. Voila un géographe « de terrain » qui connaît évidement bien sa ville et son terrain d’étude privilégié (le contexte sismique des Balkans et de la Grèce, y compris la façon dont les sociétés antiques percevaient le phénomène), mais qui connaît mal le risque technologique. Que d’imprécisions et d’oublis! Ainsi, si Mexico en 1984 est cité, la catastrophe de Feyzin en 1966 ne l’est pas. C’est pourtant celle qui, à bien des égards, a été à l’origine de la réglementation et de l’élaboration des modèles de calcul des effets d’une explosion de gaz (le « Blève », Boiling Liquid Expanding Vapor Explosion). L’auteur oublie de préciser que le décret ministériel de 1977 prescrivant les études de danger qu’il cite a été pris en application de la loi de 1976, dite ICPE, et que cette loi a largement inspiré la directive Seveso. La loi du 22 juillet 1987 sur l’organisation de la sécurité civile et surtout la notion de PIG (Projet d’intérêt général), pourtant si important à Toulouse, sont ignorés. Cette disposition du code de l’urbanisme que le préfet a été obligé d’imposer en 1989 (le PIG Toulouse Sud) signifie que les soi-disant « périmètres Seveso » n’ont pas été établis sans conflits. Surtout, aucune bibliographie n’est citée, ce qui est bien dommage, alors que l’auteur entreprend une histoire du risque industriel d’après un choix de références dont le moins qu’on puisse dire est qu’elles sont extrêmement traditionnelles, voire reflétant le productivisme industriel des années 1960 (P. George). Occasion perdue de faire le point quatre ans après la catastrophe. Sans parler des publications de la propre université de P.Y. Péchoux (C.I.E.U. (ouvr. coll.), 2002). Il est d’autre part dommage que les Cahiers Nantais n’aient pas profité de l’occasion pour rappeler l’incendie des entrepôts de la société Loiret et Haentjens à Saint-Herblain le 29 octobre 1987. C’est pourtant LE cas de figure sur lequel s’appuyaient jusqu’à ces derniers temps le Ministère et les DRIRE pour établir leur doctrine en matière de zonage du risque technologique. Rappelons que l’incendie du dépôt d’engrais a provoqué un nuage toxique qui aurait dû, par vents dominants d’ouest, provoquer l’évacuation de la moitié de la ville de Nantes. Mais ce jour là, le vent était exceptionnellement d’Est, rabattant le panache jusqu’à Saint-Nazaire et nécessitant l’évacuation de seulement 25 000 personnes. Cet épisode constituait, jusqu’à la loi « Bachelot » du 30 juillet 2003 et ses décrets d’application de 2005, l’argument principal justifiant l’approche déterministe du zonage du risque (de l’aléa en fait) débouchant sur ces fameux cercles de danger ou autre enveloppes plus ou moins géométriques qui ont tant scandalisé, lorsqu’ils en ont eu connaissance, les Toulousains.

8Signalons pour terminer la place flottante du y de cindynique dans les écrits des géographes, déjà constatée en maintes occasions (du grec kindunos, science du danger). Sur une douzaine d’occurrences, on en relève la moitié ou il est mal placé. Pire encore, les 4 occurrences d’un même article se répartissent également entre cyndi et cindy. Ce serait bien ennuyeux pour notre image si par hasard les fondateurs de cette nouvelle science avaient la curiosité de consulter la littérature géographique. Ils rappelleraient avec humour le moyen mnémotechnique de s’en souvenir, sous la forme du prénom d’une actrice américaine qui semble avoir beaucoup impressionné les auteurs de « l’archipel du danger » (Kervern, Rubise, 1991) : Cindy Crawford.

Haut de page

Bibliographie

Beck E., 2006, Approche multi-risques en milieu urbain. Application à l’agglomération de Mulhouse, Thèse de doctorat de géographie, Université Louis Pasteur, Strasbourg.

Cahiers Nantais, n°64, 2005, Risques et problématiques géographiques, juillet, IGARUN.

Carlot Y., 1999, Exploitation pétrolière, pollutions et risques en Sibérie occidentale : l’urgence face à la complexité, Revue de géographie de Lyon (Géocarrefour), vol. 74, n°3, p. 253-267. 

C.I.E.U. (ouvr. coll.), 2002, L’explosion de l’usine AZF à Toulouse, Mappemonde, n°65, 23-28.

Deboudt P, Hellequin A.P., Herbert V., Meur-Férec C, Morel V., 2006, Regard rétrospectif sur l’étude des risques en géographie à partir des publications universitaires (1980-2004), Information géographique, n°1, p. 6-34.

Enquête SHS et risques naturels, 2007, Equipe « Risques, Crises et Catastrophes », UMR PACTE-Territoires, UJF, Grenoble, nov.

Garnier P, Rode S., 2006, Construire l’acceptabilité du risque, une priorité pour les communes ? Information géographique, n°1, p. 25-40.

Kervern G.Y., Rubise P. , 1991, L’archipel du danger, Economica, 444 p.

Léone F, Vinet F. (dir.), 2006, La vulnérabilité des sociétés et des territoires face aux menaces naturelles. Analyses géographiques. Géorisques 1, équipe GESTER, Université P. Valéry, Montpellier 3.

Mancebo F. (dir.), 2007, Gestion des risques et dispositifs d’alerte, Revue de Géographie Alpine, tome 95, n°2, juin.

Marchand Y., Hydrocarbures, environnement et télédétection dans le domaine polaire russe, Revue de géographie de Lyon (Géocarrefour), vol. 74, n°3, p. 267-275.

Propeck E. , 2002, Risques technologiques majeurs. Concertation et communication à l’aide de la carte, Préventique-sécurité, n°65, p. 36-39.

Provitolo D., 2002, Risque urbain, catastrophes et villes méditerranéennes, Thèse de doctorat de géographie, Université de Nice Sophia Antipolis.

Provitolo D., 2007a, Vulnérabilité aux inondations méditerranéennes en milieu urbain : une nouvelle démarche géographique. Annales de géographie, n° 653, p. 23-40.

Provitolo D., Dauphiné A., 2007b, La résilience, un concept pour la géographie des risques, Annales de géographie, n° 654, p. 115-125.

Reghezza M. , 2006, Réflexions sur la vulnérabilité métropolitaine : le cas de la métropole francilienne face au risque de crue centennale, Thèse de doctorat de géographie, Université Paris X Nanterre.

Revue de Géographie de Lyon (Géocarrefour), 1996, Risques et pollutions industriels et urbains, vol. 71, n°1.

Veyret Y. (sous la présidence de), L’évolution de la recherche sur les risques en géographie, Colloque organisé par le CNFG, Paris 10, Nanterre, 31 mai – 1er juin 2007.

Veyret Y., Reghezza M. , 2005, Aléas et risques dans l’analyse géographique, Annales des Mines, série responsabilité et environnement, n° 40, octobre , p. 61-70.

Veyret Y., Reghezza M., 2006, Vulnérabilité et risques. L’approche récente de la vulnérabilité. Annales des Mines, série responsabilité et environnement , n°43, juillet, p. 9-13.

Haut de page

Notes

1 Envirhônalp, Pôle Rhône-Alpes Environnement pour un Développement Durable, est un réseau fédérateur de centres de recherche sur quatre thématiques : santé, milieux naturels, procédés propres et prévention des risques qui a été crée à l’origine par les universités scientifiques et les écoles d’ingénieurs de Lyon et Grenoble (INSA, INPG) et par le CNRS. L’UMR 5600 Environnement, Villes et Sociétés, de Lyon, et le groupe « risques collectifs et situations de crise » animé par C. Gilbert (MSH-Alpes) à Grenoble, y participent au titre des SHS. Outre ses missions propres, Envirhônalp cherche à organiser des synergies avec les cluster de recherche de la région, et le pôle de compétitivité AXELERA chimie-environnement. http://envirhonalp.obs.ujf-grnoble.fr/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Donze, « Chronique bibliographique : L’actualité éditoriale récente dans les revues de géographie », Géocarrefour, vol. 82/1-2 | 2007, 91-93.

Référence électronique

Jacques Donze, « Chronique bibliographique : L’actualité éditoriale récente dans les revues de géographie », Géocarrefour [En ligne], vol. 82/1-2 | 2007, mis en ligne le 25 janvier 2008, consulté le 28 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1507

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page