Navigation – Plan du site
Comptes rendus et chroniques bibliographiques

Picon B., Allard P., Claeys-Mekdade C., Killian S., (2006), Gestion du risque inondation et changement social dans le delta du Rhône. Les catastrophes de 1856 et 1993-1994, Cemagref, éd. Quae, 122 p.

Anne Rivière Honegger
p. 94

Texte intégral

1Cet ouvrage est l’émanation d’une étude réalisée dans le cadre du programme « Evaluation et prise en compte des risques naturels et technologiques » (1999-2005) du Ministère de l’Ecologie et du Développement  durable. Il propose une approche mobilisant notamment des sociologues et un historien. La gestion du risque inondation dans le delta du Rhône, lequel est considéré comme un élément d’un système social et décisionnel, est abordée à l’aune de deux évènements majeurs : la crue de 1856 et celles de 1993-1994. Les investigations reposent sur plusieurs méthodes dont l’exposé des protocoles est particulièrement intéressant. Le lecteur trouvera ainsi matière à réfléchir sur l’utilisation des documents d’archives, l’analyse de la presse ou les modalités des entretiens semi-directifs menées auprès des gestionnaires et de la population.

2 L’objectif central réside dans l’observation de l’évolution de la gestion des risques, de ses acteurs, dans la recherche de corrélations que permet la profondeur historique et dans la formulation d’observations critiques. Ces dernières sont nourries, entre autres, par l’analyse du discours des acteurs qui permet d’interroger les différents types de représentation en présence : les représentations du risque inondation, de la Camargue et du bien public. Mais la valorisation d’un ensemble de travaux n’est pas chose facile, les logiques s’entremêlent ce que reflète parfois le plan et ce qui nuit à la clarté de l’ensemble.  Le retour sur certains faits ou la  multiplication des conclusions auraient pu être évités.

3Le plan retenu en trois parties sert la démonstration du passage d’une société rurale où le risque inondation était exclusivement assumé par le monde agricole local à travers un système associatif à un nouveau mode d’organisation qui privilégie sa prise en charge par les collectivités territoriales. L’intégration récente des préoccupations environnementales observée fait se demander aux auteurs : « ne serait-elle pas une nouvelle étape dans le développement social ? » (p. 7).

4La première partie est consacrée à la présentation du contexte géographique et historique et au décryptage des notions utilisées. Il est montré l’originalité du système socio-économique de l’Ile de Camargue et du système de gestion qui lui est associé. On retiendra l’expression de « système socio-hydraulique » qui met en valeur les interprétations complexes entre nature, technique et société. L’évolution de ce système apparaît concomitante de celle de la perception du risque inondation en Camargue. La limite entre risque acceptable et risque inacceptable peut être reliée au niveau de développement des sociétés mais aussi à la perception même du risque qu’ont les populations en fonction, par exemple, de leur culture ou de leur quête de sécurité. En Camargue, les activités humaines se sont longtemps accommodées d’inondations fréquentes. La société s’est développée en tenant compte de cet aléa naturel. Au XIXème, l’importance des investissements réalisés pour la valorisation des terres et la multiplication des acteurs font émerger l’idée de la nécessité d’une protection totale et incite à la construction des digues, protection contre l’aléa maximal théorique calculé (p. 25). En croyant maîtriser le risque, les camarguais ont contribué à augmenter leur vulnérabilité. « La gestion du risque devient alors l’arbitrage compliqué entre des intérêts généralement contradictoires. » (p. 26).  En cela, la connaissance de la perception du risque par les différents acteurs est essentielle.

5La seconde partie s’attache à relater les catastrophes étudiées, sous l’angle à la fois de la réalité des faits et de l’attitude, dans les deux cas, des autorités. L’étude de l’impact des catastrophes dans la mémoire collective s’avère un élément clé de compréhension des situations de crise. L’oubli contribue à la dramatisation, est-il souligné, en ce que l’absence de références rend les événements inquiétants car imprévisibles. Une analyse des évènements par le prisme de la presse complète l’analyse (p. 34 et suivantes). Elle permet de retracer à la fois les conséquences humaines, sociales et économiques des inondations et les décisions politiques inhérentes, reflets du cadre législatif et des orientations de la politique de l’Etat et des collectivités territoriales.

6 Une troisième partie traite de l’après catastrophe et des conséquences des inondations sur les plans sociétal et organisationnel. La crue de 1856 entraîne une refonte du rôle de l’Etat qui de compatissant (visite de l’Empereur aux sinistrés et distribution d’indemnités) devient protecteur. Par la lettre de l’Empereur au ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics, datée de Plombières le 19 juillet 1856, Napoléon III affirme ce nouveau rôle et « l’affirmation d’un nouvelle volonté politique en matière d’aménagement de la France, le cadre envisagé est national et non plus local » (p. 52 et suivantes). Le rôle de certains agents est renforcé, en particulier celui des ingénieurs des Ponts et Chaussées. Face aux inondations de 1993-1994, fait nouveau, les premiers à s’exprimer sont les victimes constituées en comité de sinistrés. Avec le relais des médias s’installe un processus de recherche d’un responsable de la situation. Les propriétaires fonciers et le syndicat de gestion des chaussées de Grande Camargue sont désignés. De leur côté, ceux-ci évoquent l’élargissement des activités économiques et le fait que la gestion des 160 kms de digues ne devrait plus incomber aux seuls propriétaires mais relever des pouvoirs publics. L’Etat est interpellé. De ces inondations, il résulte au niveau national des dispositifs nouveaux de gestion, et en Camargue le passage d’une gestion associative à une gestion publique. Les résultats d’une enquête entreprise dix ans après auprès de la population touchée sur les questions de mémoire et d’oubli des événements montrent que les acteurs locaux se sentent finalement peu concernés et que les attentes en terme de protection sont modestes. Il est vrai que d’autres inondations aux conséquences meurtrières dans les départements voisins ont depuis obligé à relativiser les évènements de 1993-1994..

7Malgré une rédaction un peu rapide et touffue qui est parfois à déplorer, cet ouvrage contribue indéniablement au renouvellement des méthodes habituelles de la compréhension du risque inondation. La prise en compte du long terme est riche en enseignements. La particularité du territoire étudié introduit néanmoins un biais à la transposition des méthodes et incite à étendre la démarche à d’autres territoires. La crue de décembre 2003, évoquée en post-face, a contraint une nouvelle fois à revoir les modes de gestion et les territoires considérés. Le plan Rhône qui en résulte et dont les premières actions sont depuis peu engagées (Contrat de Projets Interégional Plan Rhône 2007-2013) a été établi à l’échelle du bassin. Il marque le souhait d’une réflexion non segmentée et la volonté de traiter le risque inondation comme un phénomène socio-naturel. Il constitue une nouvelle page de la géographie rhodanienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Rivière Honegger, « Picon B., Allard P., Claeys-Mekdade C., Killian S., (2006), Gestion du risque inondation et changement social dans le delta du Rhône. Les catastrophes de 1856 et 1993-1994, Cemagref, éd. Quae, 122 p. », Géocarrefour, vol. 82/1-2 | 2007, 94.

Référence électronique

Anne Rivière Honegger, « Picon B., Allard P., Claeys-Mekdade C., Killian S., (2006), Gestion du risque inondation et changement social dans le delta du Rhône. Les catastrophes de 1856 et 1993-1994, Cemagref, éd. Quae, 122 p. », Géocarrefour [En ligne], vol. 82/1-2 | 2007, mis en ligne le 07 février 2008, consulté le 28 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1505

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page