Navigation – Plan du site
Comptes rendus et chroniques bibliographiques

Compte rendu de : Nîmes romaine et l’eau

André Buisson
Référence(s) :

VEYRAC A., Nîmes romaine et l’eau, 2006, Paris, CNRS éd., 57e suppl. à Gallia, 424 p., 225 plans, 18 tabl.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 21 mars 2008.

1L’ouvrage, dans lequel l’auteur a effectué une remarquable synthèse des connaissances sur les travaux d’hydraulique publique et privée, oriente la réflexion sur deux axes complémentaires : d’un côté, l’alimentation en eau, et son corollaire, l’évacuation des eaux usées publiques et privées et, de l’autre, la gestion des flux hydriques en milieu méditerranéen.

2Nîmes romaine est, comme le souligne Philippe Leveau dans la préface de cet ouvrage, la ville de Gaule qui « offre la meilleure possibilité d’observer les installations urbaines de l’eau », voire « l’hydraulique dans sa totalité ». Nîmes était l’une des plus grandes villes de la Gaule romaine avec 220 ha intra muros, dont 165 ha habitables (dont 65 ha environ consacrés aux espaces publics, voierie, sanctuaires, jardins, cours, places…) pour une population évaluée à 20 000 habitants (si tant est qu’on puisse aller au-delà des approximations déjà mises en évidence pour d’autres villes comme Lyon (Lugdunum) ou Autun (Augustodunum), ce qui ramène la densité à 123 habitants par hectare.

3Tout d’abord, le sujet principal de l’ouvrage : l’alimentation en eau. Tous les archéologues ont mis en évidence que la ville préromaine et romaine s’est développée en symbiose avec sa « fontaine », exurgence karstique au pied du mont Cavalier, source pérenne à l’origine de la formation (par la fraîcheur et l’humidité dégagées, dans un climat méditerranéen sec), d’un véritable écrin de verdure autour d’un petit bassin naturel. Dès le second siècle avant notre ère, un culte de la source est avéré par une inscription en langue gallo-grecque, culte vraisemblablement lié à la Tour Magne préromaine. Après la conquête, la fonctionnalité du captage a rapidement fait place à la monumentalité et à la scénographie des lieux (source, temple de Diane-nymphée, tour Magne, odéon), le dieu de la source Nemausus étant très vite associé au culte impérial. Le bassin naturel a fait place rapidement à un lacus aménagé par les hydrauliciens romains, déjà réparé vers 25 avant notre ère, pour capter les 100 l/s qui sourdaient, bon an, mal an, de cet emplacement encore en activité en 285 après J.-C. et reconnu dans la toponymie médiévale avec le monastère de Saint-Sauveur-de-la-Font installé en 991 (surimposition qui, soit dit en passant, souligne encore l’attachement des populations locales à un culte vernaculaire). Qu’il soit question de Nemausus, dieu des eaux locales (dont le nom comporte le radical nem-), honoré au sanctuaire du jardin de la fontaine (nem-eton = sanctuaire), dont les eaux ont servi à l’alimentation primitive de la ville, ou des Deae Urae, déesses de la fontaine d’Eures, à Uzès, au point de départ de l’aqueduc qui servit à compléter les besoins d’eau de la capitale romaine des Volques Arécomiques, on remarque que, dès l’origine, les divinités locales des eaux s’étaient penchées sur le berceau de cette très grande ville romaine.

  • 1  FABRE G., FICHES J.-L., PAILLET J.-L. (dir.), L’aqueduc de Nîmes et le Pont du Gard : archéologie, (...)

4Malgré la régularité de son débit, cette source s’est donc vite révélée insuffisante pour assurer, à elle seule, l’alimentation en eau d’un ville en forte croissance. Aussi cette dernière s’est-elle rapidement dotée d’un réseau d’aqueducs, l’aqueduc d’Uzès (dont le fameux « Pont du Gard » est, encore aujourd’hui, l’expression la mieux connue, grâce aux travaux « définitifs » de Fabre et al., 1991)1 et celui, plus énigmatique, de Valz. L’aqueduc d’Uzès emprunte, durant 7,5 km, un parcours urbain (soit 15% de sa longueur totale), pour aboutir au castellum diuisorium (rue de la Lampèze) dont le rôle est multiple : bris de la lame d’eau, filtrage et distribution/répartition. L’édifice, bien connu grâce aux fouilles de A. Veyrac, comportait une grille pour le filtrage, 10 tuyaux correspondant à 10 « directions » données à l’eau canalisée, et 3 bondes de vidange pouvant jouer le rôle de canal de fuite en cas de trop fort débit, ou d’orifices de nettoyage du lieu. Mais peut-être un culte était-il associé à ce lieu, à cause de l’importance donnée à la pureté de l’eau de consommation ? À partir de ce lieu, un réseau de tuyaux en plomb (quelques-uns estampillés COL(onia) NEM(ausus)) conduisait cette eau potable vers les thermes (9 sont connus), les latrines et les fontaines et bassins publics (décoratifs, voire tournés vers la protection contre les incendies) ou privés. Plus tard, toute cette eau se retrouvait dans le très sophistiqué, bien qu’encore mal connu, réseau d’égouts. Enfin, les puits formaient un non-négligeable appoint aux personnes privées comme aux édifices publics (62 ont été repérés et sont localisés fig. 52). Dans tous les cas, la recherche s’était tournée vers une eau de qualité, abondante dans la nappe, en profondeur, par un percement du sistre (substratum en calcaire dur).

5Ensuite, le risque pluvial et l’évacuation des eaux. Plusieurs problèmes se sont posés : celui de l’hygiène collective et de l’assainissement, d’abord, et celui de l’évacuation des eaux pluviales, ensuite. Le grand nombre de caniveaux, puisards et égouts, montre combien cette question était au cœur de la réflexion des urbanistes antiques (voir notamment ch. VI et suivants). Sur un édifice public de grandes dimensions comme l’amphithéâtre, construit sans doute sous le règne de Domitien, la forme même du lieu, « en entonnoir », prédisposait à l’expérimentation de tous les dangers (p. 275 sq). Un réseau conséquent d’égouts assurait l’évacuation, particulièrement plusieurs drains et collecteurs annulaires, au tracé aujourd’hui assuré (plans récapitulatifs p. 307), à l’image d’autres édifices similaires, comme ceux d’Arles, de Pouzzoles ou de Rome. Pour l’évacuation des eaux usées de la ville, le réseau d’égouts, déjà très élaboré pour l’amphithéâtre, semble remarquablement structuré (plan de synthèse p. 355). L’auteur souligne enfin les amples dimensions des sections moyennes de ces constructions souterraines, ce qui démontre que les ingénieurs n’avaient en aucun cas sous-estimé les flux à évacuer.

  • 2  www.languedoc-roussillon.ecologie.gouv.fr/meteocdrom/Evenements_memorables/doc/19881003_nimes.htm (...)

6Le grand problème de la région est celui de la gestion de l’afflux, très irrégulier, de l’eau pluviale qui, en temps normal, rejoint le Vistre qui coule dans la plaine, par les nombreux « cadereaux » presque toujours à sec et évacuant l’eau en cascades lors des crues soudaines (cadereau d’Alès, c. de la Pondre, c. de Valladas, c. d’Uzès, c. de Valdegour ou c. de Camplanier, longs en moyenne de moins de 5 km). La catastrophe moderne du lundi 3 octobre 1988 nous ramène à la dure réalité du climat méditerranéen : en 6 heures, 420 mm d’eau se sont abattus sur la ville (sur une pluviométrie annuelle moyenne de 760 mm), les cadereaux (dont l’urbanisme moderne avait occulté le rôle) drainant, quant à eux, plus de 15 millions de m3 d’eau sur la ville. Or les archives municipales conservent la trace d’événements analogues, survenus le 29 août 1399 ou le 9 septembre 1557, ce qui signifie que de telles catastrophes étaient déjà intervenues dans l’histoire…2. Il paraît intéressant de savoir si les ingénieurs « romains » avaient envisagé ce risque, s’il a eu des occurrences à l’époque romaine et comment l’archéologue a pu repérer ces faits. Or, les hydrauliciens ont été amenés à gérer l’évacuation « normale », « quotidienne », voire « exceptionnelle » de l’eau conduite dans la ville que les urbanistes avaient fermée, car la « politique augustéenne » l’avait dotée d’une forte enceinte destinée à la rendre imprenable (ou tout au moins imposante). Celle-ci évolue en plaine entre 40 et 45 m d’altitude. Son tracé se confond parfois avec le rempart médiéval dans lequel certains de ses vestiges apparaissaient autrefois en remploi. Une fouille effectuée en 1849 a permis à E. Pelet de retrouver l’un des passages monumentaux qui permettaient aux produits des égouts de s’écouler à l’extérieur de la ville : « ce pavé formait un seul dos-d'âne sur toute la largeur des grandes entrées ; un aqueduc placé sous ce pavé facilitait l'écoulement des eaux de l'Agau ». Son aménagement a été effectué aussitôt après l'implantation des fondations. L’enceinte remplissait donc ces deux fonctions : laisser passer l’eau, mais dissuader les assauts des hommes. Pari qui semble avoir été tenu durant toute l’époque romaine.

7Cette justesse de la construction correspond bien à l’optique « méditerranéenne » d’urbanistes déjà confrontés ailleurs au problème de la torrentialité des eaux pluviales : l’expérience de l’adaptation des villes d’Italie du Sud (Pompéi, entre autres) montre à quel point ces ingénieurs procédaient par anticipation sur l’événement, au lieu de regretter leurs actes après ce dernier. C’est sans doute l’une des bonnes leçons du passé que nous devrions méditer !

Haut de page

Notes

1  FABRE G., FICHES J.-L., PAILLET J.-L. (dir.), L’aqueduc de Nîmes et le Pont du Gard : archéologie, géosystème et histoire, Nîmes, Conseil général du Gard, 1991, 2è éd. 2000.

2  www.languedoc-roussillon.ecologie.gouv.fr/meteocdrom/Evenements_memorables/doc/19881003_nimes.htm

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Compte rendu de : Nîmes romaine et l’eau », Géocarrefour [En ligne], vol. 82/1-2 | 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 24 avril 2014. URL : http://geocarrefour.revues.org/1504

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page