Navigation – Plan du site

Références scientifiques et préférences littéraires. Pour un déchiffrement brunetien

Scientific references and literary preferences. The decoding of Brunet
Isabelle Lefort
p. 79-88

Résumés

Conçu et rédigé sur le principe d’une certaine mimesis, cet article a pour objectif d’identifier les caractéristiques démonstratives, argumentatives et rhétoriques de l’auteur du Déchiffrement du monde. La tension entre références scientifiques souvent allusives et références littéraires explicites sert de base à la problématique. Par le biais d’une analyse stylistique l’auteur cerne les fonctions des tropes les plus usités (métaphore, analogie). Les formes rhétoriques sont abordées dans cet article comme une clef de lecture possible de la tentative brunétienne de fonder une géographie légitimée par les lois et nourrie du sensible et des représentations, à l’articulation du structuralisme et de l’herméneutique. Comme si la facture litttéraire, l’ironie constante, les changements de registre également, permettaient simultanément à Roger Brunet de dire un projet et d’exprimer, implicitement, les conditions de sa fabrication.

Haut de page

Texte intégral

"La forme, c’est le fonds qui remonte à la surface"
Victor Hugo

"Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre"
Frontispice célèbre

1Il est des géographes plus écrivains que d’autres. Il est des géographies plus littéraires que d’autres, celles dont l’expression stylistique permet de signer, de dater aussi, des époques et leurs enthousiasmes. Il est des discours géographiques plus novateurs et plus volontaristes, plus impliqués également que d’autres. Roger Brunet est un de ces ceux-là, sa géographie est une de celles-ci.

  • 1 Sauf indication particulière, les références de page données entre parenthèse sont celles du Déchif (...)

2Au demeurant, une pensée militante, revendiquant une situation de bifurcation disciplinaire ne saurait faire table rase de son passé et de son environnement. Elle ne saurait non plus faire l’économie explicite de ses horizons théoriques, surtout lorsqu’elle revendique haut et fort un statut scientifique réaffirmé. Or la lecture de quelques pièces de l’opus1 - au demeurant une petite partie d’un vaste corpus, mais dont la portée théorique et programmatique est toute particulière - surprend. La surprise est double.

3L’affirmation est forte, l’assertion récurrente, et on ne demanderait au bout du compte qu’à suivre une démonstration éclairée, quitte, à adhérer plus ou moins aux propositions disciplinaires et intellectuelles - ce dernier point relevant finale-ment d’une affaire personnelle, de "croyance". Mais ce serait alors lire un de ces ouvrages connus, obéissant aux protocoles de la production scientifique. Ce serait se frotter à des appareils critiques roboratifs, à des démonstrations référencées et contradictoires, à des mises en perspective explicites. Leur quasi absence est la première surprise. En revanche, la lecture fait valoir des textes éminemment littéraires, "écrits", traquant l’étymologie et la polysémie, jouant sur les mots, avec plus ou moins de provocation et d’ironie. Une grande liberté de ton, un usage inusité (en géographie) des (belles)-lettres et des aphorismes, de multiples références culturelles d’outre-discipline font la manière brunetienne. Cette dernière n’est pas coutumière et c’est là la seconde surprise.

4Que l’on nous comprenne bien. Ce n’est pas tant la nature des références scientifiques et intellectuelles - elles sont nombreuses - que le traitement souvent elliptique, voire implicite, que Roger Brunet leur impose qui est ici mis en question. De même, loin de nous l’intention de dénier à l’écriture scientifique la possibilité (le droit, la nécessité ?) de travailler et de jouer sur les mots pour décoder l’ombre et la lumière, pister les indices et les indicateurs, exprimer et construire une pensée rationnelle sur l’étrangeté du monde. C’est en revanche la congruence de ces deux pratiques que nous voudrions interroger.

5Il serait trop facile, et d’ailleurs injustifié, d’expliquer ce mode scientifique et rhétorique en bottant en touche du côté de l’essai, dont le statut intellectuel permet à la fois plus de "style" et de surplomb. Ces ouvrages sont - ou plus exactement ont été conçus comme - des pierres angulaires d’une géographie innovante, volontairement en rupture avec des antiennes disciplinaires insatisfaisantes.

6On ne saurait non plus arguer d’une production savante assumant le "je" d’une subjectivité affirmée, se rattachant alors à une démarche foncièrement interprétative. Roger Brunet est suffisamment revenu, et de façon critique, sur le "tout se vaut" pour que nous ne puissions pas donner suite à cette piste. Sur le fond, l’approche structurale, systémique et légiférante, radicale dans cette production, l’empêche définitivement.

7Et pourtant, l’inconnu(e) de l’équation gît, nous en faisons ici l’hypothèse, dans ces deux dernières remarques. La tension qui nous semble la plus forte dans l’ensemble de ce corpus est celle qui balance (et tend vers l’équilibre ?) entre références structuralistes et pratiques interprétatives, entre "heuristique et herméneutique". Le débat est conséquent. Il est de ceux qui mobilisent une réflexion radicale sur le statut (science/savoir), le coeur de cible (le socio-spatial), les méthodes (le chiffre/les représentations) de la géographie.

8Et si l’écriture chez Roger Brunet était une façon de résoudre cette difficulté épistémologique, de construire une passerelle entre structuralisme et herméneutique ? L’objectif du présent article est de proposer quelques pistes interprétatives de cette nouvelle voix(e) ! C’est donc par l’écriture, les mots, les choix lexicaux, les tropes usités que nous commencerons, pour déchiffrer cette écriture stylée et personnelle qui donne à lire un plaisir d’écrire.

Au début était le verbe

9Roger Brunet est un géographe soucieux et amateur de mots. Il les dissèque, les invente, les lit et les re-lie, les dé-plie, les scrute et les gratte jusqu’à l’os. Il les accumule aussi, les fait jouer en connivence de sens et de son. Sa pensée géographique est déchiffrement du monde, au double sens du chiffre et du nombre, mais également de la découverte d’une écriture jusqu’à ce jour occultée ou oubliée. Tel un Champollion de la surface terrestre, il propose à la communauté scientifique géographique tout à la fois un alphabet et une grammaire de l’espace. "Les chorèmes qui font l’écriture du monde, se représentent en quelques figures clefs. Il faut les apprendre pour comprendre la géographie du Monde. Ces signes sont comme l’alphabet de la géographie par quoi s’écrivent les formes des espaces produits par les sociétés" (p. 118).

10On voudra bien nous pardonner cette grossière référence introductive, mais il est vrai aussi que l’origine linguistique du structuralisme a définitivement pesé sur la réflexion des sciences sociales durant le dernier demi-siècle. Vouloir -après l’anthropologie, la sémiologie, l’histoire -arrimer la géographie au train structuraliste a pu constituer dans les années 1970 une sortie par le haut des enlisements, voire des apories partielles de la discipline. La volonté du transfert était compréhensible, tentante aussi, mais l’opération difficultueuse. Il était alors normal que tout commençât par les mots.

Le souci de la racine

11L’exercice classique mais limité, reconnaissons-le, jusqu’à de récentes publications, qui consiste à (re)fonder une démarche par le détour étymologique, se résolvait le plus couramment par l’explicitation du terme même de géographie. On a beaucoup écrit, et glosé, sur le graphein, beaucoup plus d’ailleurs que sur le géo, tandis que la chorê restait alors à peu près vierge d’inves-tigation. Brunet comme tout fondateur en revient aux origines, mais en s’appliquant à dé-plier le plus grand nombre des mots disciplinaires. Culture humaniste et connaissance rapprochée des débats qui ont traversé les sciences sociales, expliquent sans doute ce souci de l’ex-plicitation conscientisée des usages langagiers. Le scientifique n’est jamais assez prudent, ni trop critique et rigoureux sur les mots qu’il emploie. Les Mots de la géographie, marque de fabrique du GIP Reclus, constituent le résultat patent de cette pratique.

12Un des exercices les plus prisés des Mondes Nouveaux est donc l’ex-plicitation des termes, "ad-venir, a-venture, ac-cident, en-droit", "Définissons d’abord les mots (...). Les formulations proposées ici sont celles qui paraissent aux auteurs de la Géographie Universelle, correspondre le mieux à leur sentiment ou à leur pratique, en dépit de leurs propres différences" (p. 31).

13Que servent l’explicitation étymologique, la sensibilité à la polysémie ? Une volonté farouchement ancrée d’éclaircir le champ notionnel de la discipline ? Certes. Mais également le souci du mot ET de la chose. Débusquer les pratiques sémantiques erronées et indurées, les dérives faciles, pour en revenir à la vérité des mots et donc du déchiffrement du monde.

14Mais l’étymologie ne sert pas uniquement à déminer les usages communs. Elle constitue aussi une référence brunétienne fondamentale dans la fabrique inventive et dans le bouquet de propositions notionnelles et méthodologiques. Le chorême, le géon comptent parmi les plus importants, le premier signant clairement l’arrimage structuraliste, en forme de retour aux sources linguistiques. De fait, les détours étymologiques servent chez Roger Brunet au moins deux objectifs : dé(conta)miner les usages abusifs, nommer justement le réel.

"Le style, c’est l’homme"

15La référence hugolienne ne saurait manquer. Brunet est sûrement le géographe de langue française à avoir le plus consciemment travaillé l’expression à ce niveau de recherche d’images, de consonances, de références également. Bref, à avoir joué sur les mots pour soigner et peaufiner des textes destinés à faire date. C’est là le travail d’un géographe consommateur averti de textes littéraires et critiques. Les titres et sous- titres qui charpentent les Mondes Nouveaux en sont une belle illustration : "La mesure du travail, Le secret de la performance, L’apparence et l’appartenance, Un être et le Monde, Pépinières et bois d’amour, Du couloir au boulevard, Un golfe, un cap, une péninsule, Des cassettes sous des parapluies...". Clins d’oeil et références cultivées donnent le ton. Mais, on conviendra pour le moins qu’ils nécessitent (presque) tous d’y aller voir pour identifier les sujets traités. Cette petite opacité de surface ne serait-elle que coquetterie d’auteur taquin, s’essayant à interpeller ses lecteurs pour mieux les subjuguer ? Gageons pour l’heure que l’ironie sert une composition de l’ouvrage par indices, susceptibles d’éclairer un enquêteur chargé de reconstituer le puzzle du monde ("ces conver-gences et divergences sont connues de tous ceux qui cherchent, détectives ou scientifiques" p. 28).

16Du bon usage de l’euphonie et de l’image, telle pourrait donc être une des marques de la fabrique brunétienne. Le florilège n’est, par définition, qu’extrait des meilleurs moments. Nous en citons ici quelques fleurons : "Les forces qui font l’espace" (p. 130) ; "Entre cristal et fumée, le géon prend vie" (p. 164) ; "L’espace des hommes reste une oeuvre sous-estimée qui fait tapisserie au bal des idées" (p. 36) ; "L’esthétique du paysage est un de ces sujets inépuisables. Elle anime les arts et les bavards" (p. 26). Heureuse trouvaille stylis-tique ? Si ce n’était que cela, l’apport en serait, au bout du compte, fort réduit. Si l’on souhaite aller plus avant, ces citations pointent au moins deux sujets de questionnement : l’emploi et le statut des métaphores d’une part, de l’ironie d’autre part.

17Cette dernière balance clairement du côté de la facilité stylistique qui permet à son auteur à la fois de prendre du champ par rapport aux débats scientifiques en question, de reconnaître ici la spécificité (et donc l’écart) entre pratiques esthétiques et pratiques scientifiques, tout en égratignant au passage, au bénéfice d’une élégante allitération les gIoses scientifiques (et accusées d’apories) sur le paysage. Cette ironie-la est du côté du trait d’esprit. Mais l’ironie n’est jamais gratuite. Elle exprime toujours autre chose que ce qu’elle dit. Les mots seraient-ils piégés ? Nous y reviendrons.

18Les usages de la métaphore, en revanche, sont aujourd’hui lestés d’un lourd appareil critique. Ce trope sert-il des facilités langagières pédagogiques ou plus fondamentalement constitue-t-il une figure opératoire et heuristique ? Dans notre cas, les deux options semblent avérées. La première pour la naissance du géon (encore que la valeur pédagogique de l’image soit discutable), la seconde pour les processus de structuration de l’espace, si tant est que derrière les forces se cachent, bien sûr, celle des champs gravi-tationnels.

19L’image, la métaphorique et l’analogie courent dans le texte brunétien. Elles en constituent comme la trame langagière. Or, Les Mots de  la géographie rappellent, par exemple, à l’article métaphore, les effets de cette pente facile et dangereuse et prévient contre les débordements langagiers malencontreux : "Parce que les géographes quand ils n‘y prennent pas garde, prêtent à des territoires des comportements humains" (Les Mots de la Géographie, p. 300).

20Mais alors quid des expressions suivantes ? "Les contrées aussi vivent, naissent et meurent, à travers leurs sociétés. (...) . Nous avons à raconter la vie de ces contrées : les mots de système et de structure ne cachent qu’aux aveugles leur humanité radicale" (p. 162) ; "II en va des lieux comme des personnes" (p. 32). "Les espaces géographiques naissent et vivent dans les conflits et les contradictions, et sont en mouvement à leur place même, qui est apparemment fixe" (p. 178).

L’être et l’étant

21Est-ce à dire que la plume brunétienne se laisse emporter parfois par les antiennes disciplinaires, nul n’étant jamais à l’abri de quelques dérapages sous la pression de l’en-thousiasme (dont l’étymologie est féconde) et de la fougue oratoire. Ou bien, plus sérieusement, ce trope demeure-t-il incontournable et conduit-il au cœur de la matrice intellectuelle ?

22Même si la métaphore est sensiblement moins présente que l’analogie - Roger Brunet a manifestement lu les bons auteurs sur la question - il n’en reste pas moins que ces figures rhétoriques posent problème. Certaines sont plus légères que d’autres et constituent comme les cailloux blanc du Petit Poucet, ainsi de la métaphore "textile". Le monde vu comme un tissu amène doucement à l’idée de la maille et du réseau ("Ce sont les ornements de l’espace ; ce n’en n’est pas le tissu commun" p. 55 ; "Le Monde est tissé par la répétition de formes identiques", (p. 78). Nous l’illustrerons par un point qui nous semble autrement plus crucial, celui qui touche à "l’être géographique".

23"La réification de l’espace dans les représentations sociales est une autre voie de l’aliénation. Elle a fait se tromper plus d’un investisseur, d’un stratège ou d’un immigrant, et n’est pas réservée aux géographies malheureux. L’espace en effet est souvent transformé en chose, en chose autonome, voire en être indépendant, doté d’une volonté propre" (p. 23). Nous prendrons pied sur cette assertion, qui, même si nous suivons Roger Brunet sur le premier temps de l’affirmation, ne laisse pas de poser quelques problèmes épistémologiques. Ne lit-on pas, en effet, plus avant dans le texte que, "Chaque lieu, chaque espace géographique est unique. Mais, comme pour tout organisme vivant, il existe à la fois des structures communes aux individus, et des familles d’individus ou du moins des types carac-téristiques" (p. 195). L’analogie (recevable au titre de l’expressivité pédagogique et démonstrative ?) ne saurait cependant manquer d’évoquer quelque paradigme tenu en héritage par la communauté des géographes (entre autres).

24D’autant que les développements suivants continuent d’indurer une représentation sinon anthropomorphique, du moins fortement person-nifiée. "Les entités géographiques se manifestent sous la forme d’individus présents dans l’espace, uniques et nommables sinon toujours dénommés" (p.195) ou "Ces espaces, comme des personnes, sont uniques" (p. 171). Le glissement rhétorique fait d’évidence apparaître un passage - ailleurs critiqué - de l’objet géographique à l’Individu, dont on peut, intellectuellement, dans le contexte culturel qui est le nôtre, établir qu’iI s’agit d’un individu assujetti à un mode de fonctionnement conscientisé. Ce qui d’ailleurs arrive au  fil du texte sous l’expression suivante : "Le Monde présent est plus organisé et plus différencié à la fois. Au point que l’on peut se demander s’il n’organise pas consciemment sa différence" (p. 197).

25Au demeurant, le glissement lexical qui va de "l’Individu" - qui pourrait être entendu dans le sens que les sciences statistiques lui ont accordé ou est-ce là une des origines du glissement séman-tique ?- à "l’être" est maintes fois réitéré, au point d’atteindre au coeur de la problématique. "La différence est dans le Monde. Les conditions de sa production et ses effets peuvent s’analyser. Le Monde se divise et s’organise en une multitude d’êtres géographiques différents et cette différence est un mode d’existence du Monde, c’est-à-dire des sociétés qui le font" (p. 163). A ce moment-là du texte, le terme est employé de façon évidente et lisse, ce qui n’est pas le cas un peu plus loin, où il est mis en relief (ou en excuses ?) par des guille-mets : "Ces différences sont essentielles. Nous avons affaire, à ce niveau, à deux 'êtres géogra-phiques' distincts : la maille et le géon" (p. 168).

26Ce glissement, l’émergence du terme et son emploi clairement souligné ne peuvent que ques-tionner un lecteur prévenu contre toute subjecti-vation/personnalisation de l’espace. On trouvera plus loin un début de réponse : "Au contraire, nombre de réseaux s’appuient sur la géographie et mieux, beaucoup peuvent être considérés comme des êtres géographiques, dans la mesure même où ils lient des lieux sur une certaine durée" (p. 171). Serait-ce que la mise en relation matérielle et la longévité de cette mise en relation constitueraient des critères de définition d’un être géographique ? Nous ne saurions en rester là.

27L’entrée "être" des Mots apporte un nouvel éclairage : "Catégorie de phénomènes ou d’objets produits par la dimension spatiale des activités humaines, qu’étudie la géographie et qui, ainsi, deviennent sujets. Les principaux sont : le lieu, (dont la ville, le village, le hameau), le réseau, le 1 champ, la maille, (dont l’État, la région, les circonscriptions, les parcelles) ; la contrée ou le géon ; la distribution spatiale" (Les Mots de la géographie, p. 186). Voir "sujet" : "ce qui est soumis à l’esprit, alors que l’objet est placé devant, face à. Mais dans un processus de connaissance, on soumet l’objet étudié, qui dès lors devient sujet : le sujet est l’objet approprié, soumis. Sujet et objet scientifique sont donc synonymes : un sujet de thèse". Voir aussi "Depuis Kant, le sujet est aussi celui qui parle, qui agit : l’acteur, l’auteur, moi. il est soumis à lui-même. De cette manière, comme être connaissant, il s’oppose à l’objet, qui lui est extérieur mais qui va lui être soumis" (Ibid., p. 425). La liaison logique et le passage de l’objet à l’être géographique passe par le suivi étymologique de l’ob au sub, du posé devant à ce qui posé sous. En effet, si un objet soumis à un sujet devient lui-même sujet et si dans le même temps sujet équivaut à être, objet et être géographique ne sauraient manquer de faire un.

28L’adoption du terme "être géographique" permet, dans ces conditions, à Roger Brunet "d’achever" - dialectiquement - le problématique couple kantien objet/sujet. On objectera que l’acception, coutumière on nous l’accordera, de l’être et du sujet comme individu doué de raison, susceptible d’une appréhension du monde et d’une construc-tion de sa réalité à partir de connaissances perceptives, empiriques et intellectuelles ne saurait être obviée à ce point, sauf à considérer que le fait pour un objet du monde d’être soumis à la raison impliquerait nécessairement alors d’en faire un sujet et donc un être, selon la même acception.

29Ce glissement n’est recevable que s’il résout dans le même temps l’impossible équation géogra-phique qui prend en charge le "socio-spatial", les rétro-actions du social et du spatial, les interactions entre les espaces et les sociétés qui en sont en même temps des productrices. Bref, qui prend au mot "le Monde comme espace produit", l’instituant en matérialité in-carnée de ce qu’on a du mal à appeler autrement que l’esprit humain. Ce glissement terminologique doit-il alors finalement être compris comme la construction du triangle Sujet/Objet/Être par lequel l’objet disciplinaire devenant nécessairement Sujet et donc Être permettrait de dépasser la classique tension entre objet et sujet, entre objectif et subjectif, entre les chiffres et les représentations, entre la matérialité du monde et son immatérialité imaginaire et symbolique ?

30"L’être géographique" serait alors, en soi, la solution aux tensions qui animent la démarche géographique dans son effort d’appréhension/ compréhension du monde. Il incarnerait à lui seul la médiation (la trajection ?) entre l’objet et le sujet, entre le réel et ses images, il subsumerait aussi et à la  fois les processus et la résultante des interactions entre lieux et groupes. Acceptons cette hypothèse.

31Mais reprenons maintenant la définition proposée : "Les principaux (êtres) sont : le lieu, (dont la ville, le village, le hameau), le réseau, le champ, la maille, (dont l’État, la région, les circonscriptions, les parcelles) ; la contrée ou le géon ; la distribution spatiale".

32Pourquoi distinguer ainsi, dans la très grande diversité de la matérialité du monde, seulement quelques configurations ? Pourquoi ne pas concevoir que "tout vit, tout est plein d’âme" ? Ce qui, on le reconnaîtra, serait verser dans un anthropomorphisme et un spiritualisme détesta-bles, anthropomorphisme dont il est d’ailleurs dit dans Les Mots de la géographie qu’il s’agit "d’une maladie endémique ou vertu poétique de la géographie" (Les Mots de la Géographie, p. 32).

33Première hypothèse, parce que seules les configurations conceptualisées sont susceptibles d’advenir au statut d’être (ou d’étant : "Lieu, géon, maille, champ et réseau sont des concepts qui sont représentés par des étants particuliers, désignés par des noms propres, ou susceptibles de l’être" (p. 198) dans le cadre d’une géographie réellement scientifique. Les étants géographiques seraient alors des modes de l’être géographique. Mais l’étant ne constituant qu’une variation de l’être, pourquoi dénier à l’ensemble de la matérialité du monde (objet de connaissance de la géographie) le statut d’être géographique ? D’autant que la définition distingue - sans exclusive (les principaux) - deux critères d’identification : le premier renvoie à une possible perception par les sens, (la ville, la parcelle, la contrée), le second à une possible (et nécessaire dans la logique brunétienne) construction intellectuelle (la circonscription, le géon, la distribution spatiale), soit deux types d’entrée (la première empirique, la seconde théorique). La seule approche conceptuelle ne peut donc pas, in fine, servir de caution et de légitimation à la définition d’un être géographique. Sauf à considérer, et c’est là la seconde hypothèse, que l’immédiate (re)connaissance empirique (l’objet devient sujet par cette opération même) suffit à identifier le monde à un être. On devrait alors pouvoir faire l’économie intellectuelle d’une définition spécifique, puisque, d’emblée, le Monde soumis à la connaissance est un Être géographi-que…. Reconnaissance empirique et connaissance théorique fonctionnent alors conjointement dans la construction scientifique, mettant à mal le souhait brunétien que la géographie puisse effectivement devenir "poppérisable".

34Sauf à considérer encore qu’il existe une identité, une homothétie entre les concepts et la réalité, plus exactement que les formes théoriques dégagées rationnellement concordent et traduisent les formes empiriques, bref que les structures du réel correspondent aux structures du langage. Il ne s’agit donc pas de métaphore mais d’un plein usage des pré-requis d’une démarche structuraliste, penchant d’ailleurs davantage du coté de L’Anthropologie structurale que du côté de La Pensée sauvage (P. Ricœur)... L’écriture du monde équivaut à l’écriture sur le monde. Nous y reviendrons.

35Mais, puisque le Monde n’advient au statut d’être géographique qu’assujetti, le sujet est, redevient, continue d’être la mesure de toute chose. Le sujet, l’homme, non plus seulement dans sa seule dimension rationnelle, mais incluant celle du sens et de la valeur. C’est passer alors du registre de l’explication à celui de l’interprétation, des causes aux raisons, du pourquoi au comment. Bref, c’est poser la question du statut et de la validité du discours scientifique (produire des lois) alors même qu’on refuse le simple  transfert d’un paradigme mécaniste ou organiciste à l’étude et la connaissance des sociétés et de leur culture (la Terre n’est plus un Organisme, le Monde est un Etre), conception rectrice de l’herméneutique.

36Comment concilier ces deux schèmes intellectuels, structuralisme et herméneutique ? Que l’on ne se méprenne pas : il ne s’agit pas ici de revenir à un déjà vieux débat qui les opposerait, telles deux postures antagonistes, mais, au contraire, de prendre (toute) la mesure de leur possible complémentarité. Ce à quoi s’essaye explicitement Roger Brunet. Et dans le fond, c’est là que réside l’enjeu fort, radical des Mondes Nouveaux et du "drame" (J. Dresch) géographique en général. Le lecteur séduit, mais vigilant, traque derrière les mots - faute de garde-fous théoriques bien balisés - la résolution de l’équation. Il voudrait bien suivre la piste qui mène "(du) Monde vu comme une oeuvre humaine" (p. 10) à la vérité des lois décodées et révélées, pour adhérer, in fine, à la suprématie des dernières sur l’intentionnalité de la première. Revenons aux mots.

Chiffre, codes et autres brouillages

Sens et intelligence

37"Le paysage est signe et signature" (p. 24) : voici qui permet de (com)prendre le monde comme un texte, écrit à plusieurs mains par des sociétés différentes et/ou successives. Il se dé-écrit et s’interprète parce "qu’II est signe et sème" (p. 24). Mais plus avant, "le paysage indique. Il ne fait pas signe, il est fait signes par le travail de l’obser-vateur. On ne décode pas un paysage, on l’inter-prète" (p. 28). C’est donc bien encore l’observateur averti qui fait parler, qui dé-crypte et déchire le voile, qui traduit, qui révèle du sens dans le paysage ("ce sont les chercheurs qui le constituent peu à peu en établissant de relations cachées dans les indices" p. 29) sans que pour autant ce sens soit nécessairement voulu par ses producteurs : "L‘herméneutique des paysages peut offrir des solutions opposées, et des compromis ineptes. Il n’est pas simple d’imaginer si ce que dit un paysage, ou un trait du paysage, a été voulu par ses auteurs même consciemment. Certaines intentions sont évidentes, le message passe clairement... Rien ne s’oppose évidemment à ce qu’ensuite et en outre, l’on interprète ces indices comme signes du destin, de la divinité ou du souverain. Mais l’interprétation scientifique suppose que l’on ne confonde pas le décodage de l’indiquant avec l’herméneutique populaire ou cléricale" (p. 27-28). C’est là, et nous en sommes d’accord, marquer la mesure (et la spécificité) du travail scientifique.

38Mais, au final, le paysage s’interprète-t-il ou se décode-t-il ? D’un côté, l’indice, le sens et la valeur ; de l’autre l’indicateur, le code et la loi. L’ambiguité et le glissement lexical - encore -parasitent le texte et posent la méthode entre deux feux, deux références, deux paradigmes de savoir. Ce "bruit" dans la démonstration se poursuit plus avant si l’on suit l’enquêteur à la recherche "d’indicateurs" : "Or la production de l’espace en laisse une infinité, qui ne se voit pas dans le paysage : des lois, des ressources, des opinions... des archives et des statistiques. D’autres codes, de vrais codes, s’y cachent. Le paysage-objet est survalorisé, surtout lorsqu’il est réduit à des éléments physiques. Le paysage statistique n’éveille qu’ironie et hostilité. On aime le premier. Le second n’est pas aimable. Reste qu’en matière d’indices, il est autrement signifiant" (p. 29).

39Là réside le glissement initial. L’indication se joue de ses sources, tantôt indice, tantôt indicateur (tous deux d’ailleurs de la police). Le premier se cherche et se trouve (parfois), le second se construit, renseigne (dénonce parfois). Le premier se donne à qui sait l’observer, le second est toujours un intermédiaire entre la "vérité" et celui qui la cherche. Bref, le premier est immédiat, le second médiat.

40Il existerait alors deux types de paysage : l’un appréhendable par les sens, l’autre par l’intellect. Le premier est un donné/perçu ; le second est un construit. Le premier relève de l’observation empirique de formes, accessibles par les sens ; le second construit des formes théoriques. Le  pre-mier découvre des valeurs et du sens, le second découvre des structures. Le passage d’un registre à l’autre empoche les dividendes d’un glissement sémantique que rien ne légitime a priori. Que rien dans le texte n’explicite ni ne justifie. Sauf à revenir à la carte, truchement majeur, c’est-à-dire nouvel interprète… Le surplomb cartographique devient la médiation nécessaire à la construction de paysages que nul n’a jamais ni vu, ni entendu, ni humé, bref que nul sujet n’a jamais perçu. Qui ne sont donc pas des paysages puisqu’un "paysage perçu est un pléonasme". Mais qui deviennent des objets géographiques, donc des sujets, donc des êtres. CQFD.

41Les mots et les tournures disent aussi l’équivocité au coeur du projet, quand la vérité des structures et des systèmes apparaissent en pleine lumière. "Les structures spatiales et leurs compositions sont certes des représentations, des construits du chercheur qui interprète la réalité ; néanmoins, elles s’efforcent de traduire les structures du réel, et elles sont soutenues par les traces visibles des organisations" (p. 129). La citation est d’impor-tance puisqu’elle ouvre la boîte de Pandore des deux grandes familles de structures. Structure formelle et structures théoriques constituent, on le sait, les deux versions, les deux lectures d’un même concept. C’est par la connaissance des structures que le géographe se donne les moyens de l’édiction des lois de l’espace. On remarquera cependant que la copule logique est ténue ("néanmoins") alors que nous sommes en plein drame géographique, tandis que la personna-lisation et la pronominalisation verbale font disparaître l’interprète… L ‘emploi des verbes  "révéler" et "traduire" est d’ailleurs suffisamment récurrent pour faire signe (par exemple "Prises ensembles, toutes ces sortes d’indices et de signaux révèlent", p. 30). Au delà du classique doublet linguistique du signifié et du signifiant, on remarquera que l’un et l’autre verbes ont à voir avec l’herméneutique et donc avec l’exégèse. Avec la psychanalyse et la révélation aussi.

Affaires de famille

42"II est possible de présenter quelques" idéal-types "de ces formes, structures et systèmes, c’est-à-dire de ces géons. La science n’est pas assez avancée pour qu’il s’en puisse dresser une véritable systématique. Il n’est d’ailleurs pas certain qu’une mise en ordre aussi complète soit réellement possible, voire souhaitable, car elle contraindrait à privilégier un principe de classement : ce qui réussit en botanique ou en linguistique pourrait n’être ailleurs que caricature" (p. 195).

43La référence à l’idéal-type mérite qu’on y insiste. On sait la place que cette construction intellec-tuelle tient dans les propositions intellectuelles de Max Weber : cette figure conceptuelle correspond à une modélisation d’une réalité fondée sur les traits les plus significatifs. Comme concept, il constitue un outil d’intelligibilité dont on ne rencontre jamais aucun exemplaire dans la réalité mais qui permet d’identifier certaines catégories de phénomènes. L’idéal-type renvoie à un paradigme sociologique de type individualiste (les êtres géographiques sont uniques) et fait, par ailleurs, pencher la balance du côté de la structure entendu comme forme théorique.

44Or, si Fernand Braudel par exemple (Braudel, 1958) identifie la structure à "une forme empirique, concrète et qui dure" (Franck, 2001) et refuse de lui octroyer une fonction généralisante, (refus de la structure formelle), chez Roger Brunet, la reconnaissance empirique des configurations (combinaisons) particulières permet la connais-sance de structure formelle. Or ce glissement - de la formalisation empirique et méthodologique-ment expérimentale de la réalité à la structure - n’est pas explicite. Il ne se fonde que sur des régularités (ici statistiques) mises à jour, révélées et codifiées. Elles peuvent alors devenir des lois. La manière est connue, la critique de ses limites aussi (Hume, 1748).

45C’est donc vers une autre conception de la loi que Roger Brunet ouvre des pistes. La loi peut en effet également s’entendre comme un modèle théorique, permettant de découvrir les conditions théoriques qui doivent être réunies pour que puisse se produire les phénomènes qu’on observe (celui de Christaller et d’autres en ont fourni la matière première privilégiée ).

46"Il apparaît que toute l’organisation de l’espace, parce qu’elle met en jeu des énergies, se résout par le jeu combiné des masses et des distances. (…). La relation entre masses et distances évoque immédiatement la gravitation. L’emploi du mot attraction, fréquent en géographie aussi, n’exprime pas autre chose. L’hypothèse fondamentale des lois de l’espace est qu’elles se fondent sur la gravitation. Tout se passe 'comme si'. Comme si tout lieu dans l’espace géogra-phique exerçait sur les autres une attraction en fonction directe de sa masse et en fonction inverse de la distance qui les sépare de lui" (p. 81). On le sait, il s’agit dans la géographie brunétienne du cœur théorique, du noyau en fusion pourrait-on dire. Il ne s’agit aucunement ici de débattre sur le fonds mais de considérer la manière et la façon dont l’écriture exprime ou occulte une pensée. Or le passage intellectuel et théorique définitif s’appuie sur un verbe : "évoquer", dont on recon-naîtra la faiblesse argumentaire et logique. Plus loin, "La distance apparaît ici comme l’inverse de la vitesse : c’est bien ainsi que les choses se passent, on est moins vite rendu au lieu de destination s’il est éloigné que s’il est près… Cette remarque triviale est aussi là pour exprimer que l’application de la loi de la gravitation à l’espace n’est ni une fantaisie de l’esprit, ni un simple transfert analogique. La gravitation a ici un fondement réel, nourri des pratiques de l’espace ; elle est socialement fondée, en quelque sorte" (p. 82).

47Ces lignes sont le cœur du dispositif  théorique. Elles disent à la fois le registre de l’intuition "évoque", la culture scientifique conscientisée "comme si", le fameux als ob de la logique allemande, qui guideraient plutôt le lecteur vers le registre analogique. Celui-là même que le texte réfute (ni "un simple transfert analogique"). Il n’en reste pas moins que d’une proximité textuelle à l’autre, Roger Brunet passe des modèles empiriques aux lois avérées. Le saut logique n’est pas convaincant. "Un chorème reste une structure élémentaire de l’espace d’extension universelle, ou au moins assez générale" (p. 198).

Entre Modèle et Récit

48Ces moments cruciaux du texte font d’ailleurs l’objet d’une forte rupture d’écriture. Exeunt les textes travaillés, remplacés alors par des schémas, graphiques et équations. Comme si le coeur de l’expression légiférante ne pouvait faire l’économie d’une rupture avec la langue commune, comme si, (par tradition ? par analogie ?), elle nécessitait un changement de signe, comme si le style servait les travaux d’approche mais que l’acte fondateur nécessitait d’autres langages. Le Déchiffrement du Monde constitue de ce point de vue une belle et heureuse illustration de la recherche d’écriture, de fabrique et de légitimité des sciences sociales. Ainsi concernant "de la gravitation à la relativité générale", l’expression abandonne clairement l’image et le style pour en venir aux équations "L’équation générale qui exprime ces relations est donc de la forme e=M/d, si M est la masse et d la distance, e exprimant une énergie, celle de l’attraction. Elle est en général améliorée en e=M/dn, ou Md-n, n étant un coefficient de friction de l’espace, et traduisant le fait que la fonction de la distance est très généralement perçue, et mesurée, comme exponentielle" (p. 81). Mais le récit revient vite puisque la traduction en langage courant est que "plus c’est gros, plus ça attire (M) ; plus c’est loin, moins ça compte (I/d)" (p. 82). Entre modèle et récit, le texte brunétien utilise au demeurant des versions "faibles" plutôt que "fortes" (C. Grignon) : ni mathématisation lourde réellement développée, ni virtualité totale mais un peu d’équation et de modèles, beaucoup de style et d’images .

49D’où la mise en question de ce que je nommerai "l’équation rhétorique brunetienne". Comment comprendre et interpréter cette alternance des genres, cette scansion formelle entre texte (très) écrit et écriture graphique, cette mixité d’écriture ? effort pédagogique ? nécessité vulgarisatrice ? La linéarité textuelle constituerait-elle une aporie du schème systémique ? Et si oui, quel est alors le statut des textes à forte connotation littéraire ?

50Roger Brunet a du surplomb par rapport aux codes de cette fabrique, il les connaît et en sait les enjeux. "Un élément du réel ne devient un fait qu’après avoir, sur ces hypothèses, été vu, extrait et retenu. Selon les langages et les tempéraments, on les appellera théorie, axiomatique, énoncés de base ou propositions ; on les formulera en langage simple ou en langage codé ; les querelles autour de ces mots, qui sont nombreuses, n’ont d’intérêt que dans leur éventuelle exigence de rigueur. Essayons d’énumérer ici un corps logique d’hypothèses, ou d’axiomes, qui définissent notre façon de voir les choses, telle qu’elle s’est révélée et construite dans l’exposé des chapitres précédents ; qui bien entendu, les sous-tendait, comme graine et fruit d’une géographie de maintenant" (p. 235). C’est donc dans l’anté-pénultième chapitre que Roger Brunet localise les lieux d’où il parle. Mais cette explicitation met sur le même pied l’hypothèse et l’axiome, et s’auto-appose le principe de la révélation.

51D’autres détours théoriques sont soumis à l’ellipse. "L’ensemble et l’élément", qui renvoient aux assises sociologiques de la démonstration,  laissent au final peu renseigné. Il est sans doute utile et nécessaire de rappeler que le tout est autre que la somme des parties, de citer Serres, Bourdieu et Popper, tous bons auteurs en la matière. Mais l’usage référentiel n’alimente aucune démonstration particulière, ni ne renseigne sur les options non plus que sur les choix de l’auteur. Ainsi du métissage épistémologique entre heuristique et herméneutique. Botter en touche en expliquant que "si l’explication n’est qu’une mise en ordre provisoire, quelle est la différence réelle entre heuristique et herméneutique ?" (p. 247) c’est certes refuser un positivisme naïf mais c’est aussi, pour le moins, faire silence sur la distance entre raison et valeur, explication et compréhension. Plus radicalement encore, subsumer la première par la seconde revient à accepter un relativisme qu’une grande et lourde partie du texte ne cesse  de refuser.

52Modèle et récit sont aujourd’hui répertoriés comme deux "classiques" de l’écriture des sciences, toutes, pas seulement sociales, mais avec de multiples pondérations. La géographie est effectivement aujourd’hui une sciences comme les autres - si tant est qu’il en fut jamais autrement - et Roger Brunet en fait la démonstration. On y trouve, en effet, aussi bien les versions faibles que fortes de la modélisation caractérisées par "un outillage logico-mathématiques dans le déroule-ment de la construction et une formulation axiomatique" (C. Grignon). Du côté du récit, on reconnaîtra la version "faible". Non pas donc celle qui revendique une subjectivité créative et imaginative, poétique et bachelardienne pour tout dire. Brunet n’est pas Roupnel. Mais la part du récit domine largement, comme si le Déchiffrement du Monde racontait une histoire, de celle qui commence par "II était une fois" ("Nous avons à raconter la vie de ces contrées", p. 162). Les formes impersonnelles, passives et pronominales des verbes ("II peut se faire, il arrive, il en est, il advient ; on y trouve, on y voit") disent clairement le récit, fonctionnent comme en litanie, pressent le lecteur de cas, de noms, font le tour du monde, comme un immense voyage dans une très vaste culture de l’espace des hommes, impression-nent… et charment bien sûr. Séduisent mais ne con-duisent pas vraiment.

53Roger Brunet raconte le travail du géographe mais ne le montre pas. Ainsi des méthodes statistiques qui sont référencées mais non illustrées. Il n’en démontre pas d’exemple, il cite des occurrences, des pratiques, des phénomènes, en salve le plus souvent. L’évocation est une de ses tournures préférées. "Il faut aux populations des moyens de communication et d’expression, et des symboles ; des édifices édifiants, qui font la cohésion sociale ; des lieux tabous et des lieux sacrés, comme autant de signes de reconnaissance, et de repères sur le territoire. Le beffroi et le château, l’église ou la 'grande maison' des hommes 'faits', l’arbre à palabres et le forum, le bistrot et le stade, l’école et la caserne sont en principe lieux de rencontre et de fusion. La prison, les gibets et les piloris, jadis bien exposés en place publique, en sont au contraire, parce qu'ils aliènent, les parfaits antimodèles, auxquels il convient sans doute d’ajouter l’hôpital psychiatrique, au moins dans certains pays. Des lieux de rencontre et de règlement, des lieux de fusion et de défoulement renouvellent les formes atténuées, et si possible transcendées, des sacrifices rituels; tous les temples, et tous les cirques" p. 45).

54L’accumulation binaire, servie d’allitérations, et soigneusement balancée sert ici une large culture et une pensée synthétique, où géographe, histo-rien, ethnologue, anthropologue reconnaissent leurs entrées et leurs références - implicites - en forme de surplomb transdisciplinaire. Mais le  béotien n’a pas forcément droit de cité. Cette écriture pratique des référencements suffisam-ment larges pour entraîner un premier niveau d’adhésion mais trop allusifs pour qu’on puisse en reprendre la démonstration. Ce texte devient difficilement appropriable, il n’appartient qu’à son auteur. Et les références précises demeurent quant-à elles en clin d’oeil, "Changer de point de vue peut être fécond ; passer d’une réduction à l’autre ne l’est jamais. Quand on sait ce qu’il est advenu des jugements sans appel du Cercle de Vienne, du matérialisme dialectique, de Kuhn et même des décrets de Karl Popper, on ne peut que garder quelque distance" (p. 245). Certes, le lecteur ne demande qu’à garder les siennes si, bien sûr, il est lui-même au fait des mésaventures sus-dîtes. Pour répondre aux enjeux, on peut reconnaître que "l’intérêt est de distinguer des tendances, d’évaluer des exagérations, d’admettre des points de vue ; la faute est d’y chercher des planches de salut, des vérités premières pour dogmes établis, et de prétendre dénoncer des erreurs, des pratiques diaboliques ou inintelligentes, ou des 'naïvetés' - tout philosophe s’est fait un jour traité de naïf par un autre" (p. 245). Pourquoi ne pas fournir alors l’aune qui permettra au lecteur de prendre la mesure du texte proposé ?

55Sans doute parce que le Déchiffrement du Monde illustre une "théorie-œuvre", de celle qui le fait appartenir à la catégorie où l’on reconnaîtra l’identification qu’en propose Jean-Michel Berthelot ; à la communauté des "artisans de la preuve" thématisée par Bachelard se substitue, autour de l’essai, une communauté virtuelle, non professionnelle se définissant par une sensibilité esthétique et herméneutique, une disponibilité à suivre un parcours, une liberté d’interprétation et de référence. L’allusif, le connotatif, l’impertinence conceptuelle, la réflexivité des significations dessinent la figure d’une communauté aristocratique de libre élection, imperméables aux préventions et aux intérêts pusillanimes des institutions scientifiques et mue par le seul goût de l’aventure intellectuelle".

56Parce que fondamentalement  donc, la nature de cet ouvrage n’est pas de démontrer mais de montrer, n’est pas de convaincre mais de séduire. Il garde sa part de mystère, c’est-à-dire qu’iI privilégie l’initié. Il garde occulte une part de ce qu’il révèle, il tait pour mieux séduire. Le voile n’est alors qu’à moitié levé. Mais l’énigme et la curiosité sont aussi, on le sait, un levier fécond. Pour qui veut comprendre et reconstituer le puzzle.

Un projet "péreccien" ?

57Ce jeu ancestral, fait de pièces disjointes et disparates que l’on cherche à ajuster pour re-construire le dess(e)in initial, court en filigrane dans le texte brunetien. Il ne saurait manquer d’évoquer pour l’auteur de La Carte mode d’emploi, ce même jeu qui trame l’intrigue du plus célèbre "Roman" de Georges Perec. On nous permettra en effet de retrouver dans cette première partie des Mondes nouveaux davantage qu’une "patte" perrecienne. Non seulement parce que l’auteur des Espèces d’espaces est plus que d’autres sollicité, mais surtout parce que, fondamentalement, la mise en abîme scalaire de la complexité, le mise à distance ironique, le goût et le dispositif privilégié de l’enquête, l’art de disposer les indices, la mixité des écritures, la mise en miroir du vrai et du faux (superbe illusion du Cabinet d’amateur !) présentent de fécondes analogies. Pour faire bonne mesure, la figure ci-dessous devrait soulever quelques pistes.

58L’ironie chez Roger Brunet constitue une de ses grandes forces rhétoriques. Elle agit comme un charme, comme une sé-duction du lecteur. Elle rend la géographie attractive, et ce n’est pas là une de ses moindres qualités.

59L’ironie sert la mise en dérision et pointe le dérisoire, elle se moque entre soi, elle cultive la private joke, elle peut se faire plus sarcastique aussi.  Mais Qui bene amat, bene castigat. Elle est parfois étonnante quand elle fait le détour par le coin du bon sens et de la sagesse populaire. "On assure même qu’il (le sens de l’orientation) aurait son siège dans l’un des lobes du cerveau, celui sans doute que les femmes laisseraient en friche" (p. 15) ; "on ne peut pas faire n’importe quoi n’importe où. Et d’ailleurs on le fait pas" (p. 131). Ces aphorismes, connus ou originaux, sont le plus souvent disposés en fin de paragraphe. Un peu comme des clefs de voûte. ln cauda venenum en quelque sorte. Pour marquer de la distance, ne pas se laisser prendre par son propre jeu, ne pas se laisser prendre aux mots et s’appliquer la même arme qu’on cultive sur autrui ?

60L’ironie joue toujours, au moins, sur deux tableaux. Mise à distance obligée du structura-lisme, elle traduit aussi, en creux, le propre de son auteur, son propre point de vue. Elle lui permet alors de signer des deux mains, à droite le structuraliste, à gauche l’herméneute. L’ironie incarnerait alors l’ultime outil rhétorique de l’auteur qui se regarde écrire, et qui le montre. Mise à distance, mise en miroir, mise en abîme.

61L’ironie enfin, si elle fonctionne en usage externe -quand elle égratigne ou règle pour solde de tout compte - peut aussi servir, intrinsèquement, l’enquête. C’est quand elle est heuristique qu’elle est des plus riches. Les seuls du reste auxquels on prête. Elle n’est pas que le bon mot. Encore que. Pour un féru d’étymologie (grecque surtout), l’ironie ne saurait s’employer sans référence à celle de Socrate, celui qui feint l’ignorance pour mieux interroger. Elle sert alors une maïeutique en phase avec la révélation qui court tout au long du texte (chez Roger Brunet, c’est sous sa forme verbale qu’elle domine).

62Et si la métis était l’antidote au mythos ? Et si, contre les vaticinations des chamans et les enchantements des poètes, ceux qui disent les mythes, la ruse de l’esprit pouvait dire le vrai ? La ruse (Détienne, Vernant, 1974), celle qu’on lit chez Platon et Homère, ceux-là mêmes qui ont transcrit – et interprété - les pratiques philosophiques de Socrate et les voyages initiatiques d’Ulysse, le polymétis bien nommé. Maïeutique de la raison et expérience du monde. La loi et le poème. Non pas une géographie poétique du monde mais une véritable poïétique ?

Haut de page

Bibliographie

Berthelot J.-M., 2002, Texte scientifique et essai : le cas des sciences humaines, in Glaudes P. (éd.), L'essai, métamorphose d'un genre, Toulouse, PUM, 472 p.

Bouveresse J., 1999, Prodiges et vertiges de l'analogie. De l'abus des Belles-lettres dans la pensée, Paris, Raisons d'agir, 158 p.

Braudel F., 1958, La longue durée, Annales ESC, n°4, octobre-décembre.

Brunet R., 1987, La carte, monde d'emploi, Paris, Fayard/Reclus, 270 p.

Calvino I., 1993, Pourquoi lire les classiques, Seuil, Points, 245 p.

Christaller W., 1933, Die zentralen Örte in Süddeutschland, Iena, Fischer ; trad. am., Central places in Southern Germany, Prentice Hall, Englewood Cliffs, 230 p.

Detienne M., Vernant J.-P., 1974, Les ruses de l'intelligence, la mètis des Grecs, Paris, Flammarion, 316 p.

Dolfuss O. et al., 1990, Le Système Monde, livre second, in Mondes nouveaux, Paris, Hachette-Reclus, p. 277-529.

Dresch J., 1984, Il n'y a pas de géographie sans drame, Hérodote, avril-septembre, p. 33-49.

Franck R., 2001, "Histoire et structure", in Berthelot J.-M. (dir.), Épistémologie des Sciences sociales, Paris, PUF, p. 317-356.

Grignon C., 1996, Le savant et le lettré, ou l’examen d’une désillusion, Revue européenne des sciences sociales, vol. XXXIV, p. 81-88.

Hume D., 1739-1748, Traité de la nature humaine, trad. A. Leroy, Paris, Aubier, 1946, 2 vol.

Perec G., 1978, La vie mode d'emploi, romans, Paris, Hachette, 699 p.

Ricoeur P., 1969, Structure et herméneutique, in Le conflit des interprétations, essais d'hermé-neutique, Paris, Seuil, p. 31-63.

Haut de page

Notes

1 Sauf indication particulière, les références de page données entre parenthèse sont celles du Déchiffrement du Monde, Livre premier in Mondes nouveaux, Paris, Hachette, Reclus, 1990, 551 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Lefort, « Références scientifiques et préférences littéraires. Pour un déchiffrement brunetien », Géocarrefour, Vol. 78/1 | 2003, 79-88.

Référence électronique

Isabelle Lefort, « Références scientifiques et préférences littéraires. Pour un déchiffrement brunetien », Géocarrefour [En ligne], Vol. 78/1 | 2003, mis en ligne le 29 mai 2007, consulté le 26 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/140 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.140

Haut de page

Auteur

Isabelle Lefort

CNRS UMR 5600 Environnement-Ville-Société
Faculté GHHAT, Université Lumière Lyon 2
5, avenue Pierre Mendès-France, 69670 BRON cedex
E-Mail : isabelle[point]lefort(at)univ-lyon2[point]fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page