Navigation – Plan du site

Le risque : de la recherche à la gestion territorialisée

Risk. From research to local territorial management
Jacques Donze
p. 3-5

Texte intégral

1Il ne se passe pas de jour sans que les médias nous annoncent une catastrophe, ou la commémoration d’une catastrophe dans le monde. C’est dire si la question du risque est d’actualité, voire constitutive des sociétés modernes, technologiques, sophistiquées, mais fragiles… et inquiètes, ou profondément inégales face à l’adversité. La demande d’explication, de prévision et d’anticipation, est donc forte. Face à cela, l’obligation de faire imposée aux collectivités territoriales par une réglementation rendue de plus en plus contraignante après chaque événement, leur impose une professionnalisation du métier de gestionnaire du risque. Le souci d’engager un développement durable prenant en compte ces risques dans les bassins où ils sont présents constitue un cadre désormais incontournable.

2La géographie a la prétention d’apporter des éléments de réponse spécifiques à ces questions, par ses capacités d’analyse des rapports complexes entre Nature et Société et entre ces dernières et le territoire, ses outils cartographiques, sa participation au côté des historiens à l’élaboration d’une mémoire des évènements, et plus encore de leurs gestion. D’ailleurs, le flux régulier de publications et de thèses de doctorat –dont il est rendu compte par ailleurs- et la mise en place de formations professionnelles de « risk manager » du territoire témoignent du dynamisme d’une recherche résolument tournée vers l’opérationnel. Ce numéro de Géocarrefour vient 10 ans après celui de 1996 sur les risques et les pollutions industriels et urbains et après beaucoup d’autres sur les risques naturels. Il privilégie par contre une approche globale des risques, telle qu’elle est développée dans les centres de recherche lyonnais et stéphanois regroupés au sein de l’UMR 5600 du CNRS « Environnement, Ville et Sociétés », approche qui est bien nécessaire pour sa gestion.

3Le risque, entendu ici comme la réalisation aléatoire d’un danger dont les effets se font sentir sur la société et sur un territoire vulnérable, est un thème transversal au sein de la géographie permettant de dépasser les clivages par trop traditionnels entre géographie physique et géographie humaine. Mais cela commence par un approfondissement épistémologique de son réseau conceptuel. Au-delà de la connaissance des aléas, toujours nécessaire, mais qui divise plus qu’il ne rassemble la communauté des chercheurs, car chacun d’entre eux a un mode de fonctionnement spécifique, ce qui amène à les classer par nature, à « segmenter » le risque pour reprendre le mot de P. Pigeon, le champ à investir concerne désormais la connaissance des enjeux et l’évaluation de leur vulnérabilité, voire de leur capacité à se rétablir (résilience).

4La vulnérabilité est au cœur des recherches actuelles. C’est le thème de réflexion principal de 5 des 8 articles de cette livraison, après de nombreuses autres publications récentes. Car le concept reste problématique et non stabilisé, du moins dans le domaine de la gestion du risque. Le retard pris par rapport à l’aléa vient sans doute du fait, comme l’ont bien montré Y. Veyret et M. Reghezza (2005) que les initiateurs ont d’abord été, en France du moins, des ingénieurs –ou des géographes « physiciens » très proches des sciences de la vie et de la terre-, ce qui les a amenés à privilégier bien souvent une approche analytique. Il est relativement facile aussi de classer des enjeux dont, comme le fait remarquer A. Dauphiné (2004), la palette varie selon la nature des aléas et l’importance que leur attribuent les acteurs. La vulnérabilité, qui est plus qu’une simple gradation des dommages, nécessite une approche synthétique. Il ne s’agit plus ici de traiter seulement d’une « société vulnérable » (Fabiani, Theys, 1987) mais de sociétés « territorialisées » où sources de danger (torrent, usine…) et sources de vulnérabilité sont indissociablement ancrées dans un territoire et ont légitimité à l’être.

5La relation entre les notions de territoire et de vulnérabilité ne va pas de soi pour autant. S’agit-il du territoire fragmenté des compétences institutionnelles et des circonscriptions électorales où s’exercent des jeux d’acteurs d’autant plus complexes que les niveaux d’échelle se bousculent ? Le territoire en tant que système d’acteurs en somme dans une approche plutôt politologique. Ou celui du vécu, du quotidien avec son « environnement », ses paysages, celui des riverains exposés ou de l’ensemble des citoyens simplement concernés ? Ces nuances ne sont pas sans incidences sur le degré d’information et de protection à apporter, comme le montre l’article de S. Rufat. En tout cas, ce territoire est de plus en plus urbanisé. Mais plus que l’urbanisation future, vis-à-vis de laquelle l’arsenal réglementaire semble déjà conséquent, c’est la gestion de l’héritage qui pose problème. Ce sera tout l’enjeu des futurs PPRT (Plans de prévention des risques technologiques). Il restera ensuite à en évaluer les effets sur les dynamiques territoriales dont on peut penser qu’ils seront plus importants que ceux de la loi de 1987. De leur côté, J.F. Gleyze et M. Reghezza montrent qu’au-delà d’une vulnérabilité matérielle sujette à endommagements plus ou moins bien couverts par les assurances, existe une vulnérabilité fonctionnelle et surtout une vulnérabilité rarement prise en compte de l’organisation spatiale des réseaux, d’ordre structurelle. Mais le territoire ne se réduit pas non plus à sa représentation cartographique, sous forme de zonage ou, plus encore, d’un ensemble de points géoréférrencés. C’est ce qu’ont bien compris S. Rufat, E. Propeck et alii et C. Griot qui, au-delà des outils de représentation et de gestion qu’ils proposent, s’interrogent sur leur signification. Une telle approche conduirait le géographe à ne traiter que ceux qui ont une inscription spatiale, le plus souvent à grande échelle, au détriment de ce qu’on appelle les « nouveaux risques » (épidémie, terrorisme…)

6Bien qu’il soit peu abordé ici, le concept de résilience est indissociable de celui de vulnérabilité. Comme le soulignent A. Dauphiné et D. Provitolo (2007), ce sont deux concepts intégrateurs qui gomment en partie l’opposition entre le naturel et le social. Le territoire étant vulnérable aussi bien aux aléas naturel qu’à ceux liés au fonctionnement de la société ; le gestionnaire et l’élu ayant à gérer aussi bien l’un que l’autre etparfois plusieurs ensemble en cas d’effet « domino ». La résilience, originaire de la science physique (entendue comme la capacité d’un matériau à retrouver son état initial après un choc ou une pression), a donc surgit dans le domaine des sciences humaines et sociales en ayant transité par l’écologie et l’analyse systémique (plus que par la psychologie comportementale, même si cet aspect est mieux connu du grand public par les écrits de B. Cyrulnik ; c’est peut-être pour cela d’ailleurs que les gestionnaires du risque s’en sont emparés plus vite que les chercheurs). Mais ces migrations font débat. B. Cyrulnik (2007) lui même ne parle-t-il pas, avec un certain dépit, de « baudruche sémantique de plus en plus ambiguë au fur et à mesure qu’elle gonfle » ? De fait, peut il y avoir résilience des territoires, au sens d’un individu ou d’un corps, voire d’un écosystème ? Le fonctionnement cérébral est-il analogue à celui des individus, des groupes ou des organisations ? Il y a peu de travaux encore en géographie sur ce sujet (Aschan-Leygonie, 1998). On peut s’interroger en tout cas sur l’emploi de concepts en dehors de leur champ d’application initial, c'est-à-dire l’analyse systémique. Cela ne va pas de soi. Il restera à s’interroger sur leur dimension opérationnelle. Cette résilience, comme la vulnérabilité, restent à organiser concrètement, ce qui sera la tâche des gestionnaires.

7Par contre, les géographes n’ont guère accroché à la cindynique, science du danger forgée dans les années 1980 pour l’élaboration des études de danger dans l’industrie. Cela va jusqu’à l’orthographe du mot, généralement mal maîtrisé (voir par ailleurs le compte-rendu de l’actualité éditoriale). Il faut dire que l’espace du cindynicien n’a rien à voir avec celui du géographe. L’hyperespace du danger est un espace topologique abstrait qui permet de représenter de façon « spatialisée » la complexité du système risque et son ontologie. Il n’est pas conçu non plus pour intégrer la vulnérabilité, malgré quelques tentatives (Hubert, 2005). Mais cette analyse présente de l’intérêt sur trois points : une approche systémique de la gestion du danger; une unité conceptuelle entre tous les types de risque, et surtout ceux qualifiés de nouveaux, ce qui manque dans notre discipline, et une hiérarchisation de ces risques. La cindynique fournit un outil d’explication a posteriori (pour les retours d’expérience) et d’anticipation dont la puissance a été maintes fois démontrée. Pour autant, il n’est pas sûr que nous puissions transférer directement ses concepts à la gestion des territoires, même si ces derniers sont des systèmes socio-spatiaux complexes. .

8D’autres problèmes subsistent. Celui du vocabulaire et des méthodologies d’abord. Aléa, ou danger ? Enjeux, ou vulnérabilité ? L’industrie préfère raisonner en termes de danger et se trouve mal à l’aise avec le terme d’aléa qui est privilégié en matière de risques naturels. L’industrie chimique, le nucléaire, certaines manipulations génétiques sont dangereuses. Seul le déclenchement d’un évènement peut revêtir un caractère aléatoire. Le choix du terme « aléa technologique » dans les décrets d’application de la loi « risque », dite Bachelot, du 30 juillet 2003 pose problème, de même que la méthode choisie pour l’élaboration des PPRT. Le partage des tâches entre une commission des aléas, pilotée par les DRIRE (Direction régionale de l’industrie, de la recherche et de l’environnement), et une commission des enjeux, dirigée par les DDE (Directions départementales de l’équipement), ne risque-t’il pas de déboucher sur les mêmes problèmes que ceux des PPRn (Plan de Prévention des Risques Naturels) ? les enjeux introduisent une priorité dans un ensemble de lieux ou d’institutions à protéger. C’est une préoccupation de gestionnaire, en premier lieu de l’Etat. C’est tout un territoire et sa population qui seraient vulnérables ; l’élu se trouve alors au premier plan. Mais peut-être faut-il y voir une tentative d’unification du vocabulaire (en témoigne l’élaboration de glossaires techniques pour « dire » le risque, préfigurant une fusion des Directions du Ministère (DIREN-DRIRE). Pour autant, on peut s’interroger, comme le fait J. Comby par ailleurs (Comby, 2004), sur l’aspect réducteur -voire dangereux- de cette recherche d’un langage commun si ces codes ne sont pas vraiment partagés par les acteurs en présence. Il y a là un enjeu pédagogique majeur. La question s’applique aussi aux échelles de références communes dont F. Vinet souligne la nécessité. Elle va même jusqu’aux codes couleurs des légendes des cartes de zonage, souvent très hétérogènes. Ce problème a d’ailleurs fait l’objet d’une thèse de doctorat récente (Chesneau, 2006)

9Celui des approches et des temporalités ensuite. Le débat entre des approches probabilistes, quantitatives, et des approches statistiques et déterministes, est ancien dans chaque type de risque, moins abordé cependant dans une approche globale. Parle-t-on de la même chose en climatologie et dans l’industrie ?.... Concernant cette dernière, E. Propeck et alii montrent que la préparation des PPRT, tirant les leçon de celle des PPRn et de l’impasse d’une approche uniquement déterministe pour l’élaboration du zonage, annonce une évolution majeure dans la gestion territoriale. Quant aux temporalités, qu’y a-t-il de commun en effet entre des temps de retour de 10-2 d’une crue centennale et des probabilités d’occurrence du risque majeur de 10-6 dans l’industrie (sur lesquelles sont calées toutes les simulations, et les Plans Particuliers d’intervention !) ? De quelle manière doit-on intégrer ces données dans l’élaboration des PCS (Plan Communal de Sauvegarde) et des DICRIM (Dossier d’Information Communal sur les Risques Majeurs) ? Il y a là un vrai problème dont dépend la crédibilité des discours et des mesures de protection, l’acceptabilité des contraintes, et la mémoire du risque. Ce sont d’ailleurs les questions que soulève P. Pigeon dans son article.

10Les logiques de gestion enfin, avec cette dissociation entre celle de l’urbanisation d’une part, qui n’est autre en fait qu’une gestion de la proximité entre des activités antagonistes, et qui pose in fine des problèmes de société sur la place de l’industrie et de la nature dans la ville, et celle de la sécurité de la population et de la prévention d’autre part ; la première se fait plutôt sous l’égide des services de l’Etat qui élabore les plans de prévention des risques naturels ou technologiques, selon les lois de 1995 et de 2003, la deuxième étant sous la responsabilité des maires qui doivent élaborer plans de sauvegarde et autres documents d’information selon les lois de 1987 et de 2004 sur la Sécurité Civile. Si les préfets sont les garants de l’application de ces mesures en fournissant l’information et en les prescrivant, on ne manque pas d’observer sur le terrain une relative étanchéité entre les deux démarches. C’est ce que montrent aussi P. Pigeon et V. Boudières. Ce dernier montre en particulier que ces logiques, voire les différences d’attitude de deux communes proches face à ces contraintes réglementaires, ainsi que la fragmentation des compétences, sont de nature à accentuer la vulnérabilité du territoire. C’est ce que l’auteur, suivant en cela C. Gilbert, appelle la vulnérabilité endogène. De son côté, F. Vinet montre que les distorsions dans le système d’alerte aux crues entre les services de l’État et des bureaux d’études qui n’agissent pas au même niveau d’échelle, sont de nature à entretenir la confusion entre les différents niveaux d’acteurs et la population. Ceci sans parler des démarches très complexes d’élaboration des études de danger dans l’industrie et des outils d’élaboration du zonage (le logiciel SIGALEA élaboré par l’INERIS) qui les rendent peu compréhensibles par une population qui est appelée à être « partie prenante » dans la gestion du risque, en particulier au travers des CLIC (Comités locaux d’information et de concertation). Il est inquiétant à cet égard d’entendre la responsable de l’unité « gestion sociétale des risques » au sein de l’INERIS, qui joue ici le rôle d’expert, y compris pour la concertation, déclarer au cours d’un colloque sur « risques et urbanisme » au Sénat en janvier 2007 que, lors des « procédures de mise en risque », pour reprendre le mot de C. Gilbert, la concertation est restée en panne, cristallisant les oppositions et favorisant le front du refus de l’industrie dans la ville (Mérad, 2007). Le constat s’appuyait sur le cas de Mazingarbe, premier PPRT à être prescrit et approuvé en mars 2007. Mais il risque d’être le même sur les huit autres sites expérimentaux, dont celui de Feyzin dans le Rhône, qui tarde à être finalisé (rappelons à ce propos que ces sites pilotes sont des établissements industriels, et non pas des communes. A charge pour eux de se préoccuper de l’état de vulnérabilité de leur environnement, comme les y invite la loi. L’initiative en revient au Ministère qui exerce la tutelle de l’État, par l’intermédiaire des DRIRE, sur l’industrie et non sur le territoire.

11Sur le plan thématique, le risque lié aux transports de matières dangereuses (TMD) reste à approfondir. Ce type de risque a fait l’objet de peu de recherches et d’une réglementation différente, ou d’une absence de réglementation jusqu’à la loi Bachelot (art. L 551-2) qui prescrit des études de danger pour les plus importants lieux de stationnement. La difficulté est triple : d’ordre interne d’abord, puisque la source de danger est mobile ; d’ordre méthodologique ensuite car l’approche déterministe adoptée pour l’industrie n’est pas pertinente. Elle débouche en effet sur un zonage en forme de rubans d’égale largeur quels que soient la densité de population et les enjeux. D’ordre institutionnelle enfin puisque cette activité est gérée par un ministère différent, du moins en France. D’où l’intérêt de l’article de C. Griot qui propose un outil d’évaluation de la vulnérabilité et de gestion de crise. Reste le nucléaire, à la fois précurseur, puisque la réglementation en France remonte à 1963 et les études de sûreté américaines au tout début des années 1970 (Rasmussen, 1975), et « en retard », puisque ce domaine ne ressortit pas des directives Seveso. Le nucléaire s’est construit un registre conceptuel propre et a fait l’objet d’une réglementation spécifique qui ne facilitent pas la gestion intégrée d’un bassin de risque. Rares sont d’ailleurs Les recherches en géographie sur cette question (Bardelli, 1997). On observe désormais des rapprochements intéressants entre les deux approches, sous l’égide de l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire). Les notions de « barrière » et de « défense en profondeur » que citent E. Propeck et alii, issues du nucléaire, pourraient être d’un grand intérêt pour hiérarchiser le vulnérabilité d’un territoire, et de là la prévention, face à une installation fixe ou une source mobile de danger (un moyen de transport, ou, d’une certaine manière, une rivière).

12Si les articles réunis dans cette livraison ne prétendent pas répondre à toutes ces questions, du moins les auteurs se préoccupent-ils de développer les dimensions opérationnelles de leurs recherche. La contribution la plus originale de ce point de vue est sans doute celle dirigée par F. Léone. L’analyse spatiale des dommages provoqués par le tsunami, qui a été menée sur le terrain avec la plus grande rigueur, est clairement conçue dans l’esprit d’améliorer la prévention et de diminuer la vulnérabilité du bâti à l’occasion d’une reconstruction. En France, au moment où un nombre accru de communes doivent réaliser un PCS, et où l’inscription de la question des risques aux programmes des concours de recrutement des professeurs du second degré pendant au moins trois ans laisse augurer de leur part une compétence certifiée, l’éclairage de la recherche en SHS en général et de l’analyse géographique en particulier apparaît de plus en plus nécessaire. L’enjeu est triple. Il s’agit d’abord de contribuer à l’élaboration d’une culture du risque, de façon à ce que chaque citoyen puisse participer aux débats d’aménagement dans le cadre d’une véritable gouvernance territoriale. Ensuite, plus que de développement, la question pour notre discipline n’est elle pas celle de la coexistence durable entre des activités et des éléments naturels ou des espaces urbains dont les modes de fonctionnement sont bien souvent antagonistes. Enfin, il s’agit de développer la recherche appliquée pour apporter des éléments de réflexion et de décision aux différents acteurs et pour conforter les formations professionnelles qui se mettent en place.

Haut de page

Bibliographie

ASCHAN-LEYGONIE C., 1998, La résilience d’un système spatial : l’exemple du Comtat, Thèse de Doctorat, Université Paris 1.

BARDELLI A., 1997, Contribution à l’appréciation de l’impact d’une centrale nucléaire dans une région transfrontalière en crise : Le cas de Cattenom (Moselle), Thèse de doctorat, Université de Metz, 530 p.

CHESNEAU E., 2006, Modèle d’amélioration automatique des contrastes de couleurs en cartographie. Application aux cartes de risque, Thèse de doctorat de l’Université de Marne la Vallée, 313 p.

COMBY J., 2004, Mise en carte et dérives technocratiques dans la prévention des risques, in VEYRET Y. et alii, Risques naturels et aménagement en Europe, Paris, A.Colin, p. 79-85.

CYRULNIK B., La résilience, Le Monde, 17/07/2007.

DAUPHINÉ A., 2004, Réflexions préliminaires sur les vulnérabilités analytiques et synthétiques, in VEYRET Y. et alii, Risques naturels et aménagements en Europe, Paris, A.Colin, p. 68-71.

DAUPHINE A., PROVITOLO D., 2007, La résilience : un concept pour la gestion des risques, Annales de géographie, n°654, Paris, A.Colin, p. 115-125.

FABIANI J.-L., THEYS J., 1987, La société vulnérable, Paris, Presses de l’Ecole Normale Supérieure, 674 p.

HUBERT E., 2005, Gouvernance et vulnérabilité du territoire péri industriel. Méthodologie d’aide à la réflexion pour une maîtrise de l’urbanisation, Thèse de doctorat, ENS Mines, Saint Etienne, 349 p.

MERAD M., 2007, Communication orale au colloque « Risques et urbanisme », AFITE, janvier 2007, Préventique sécurité, n°93, mai-juin, p. 56.

RASMUSSEN N., 1975, Reactor safety and assesment of accident risks in U.S.commercial nuclear power plants, Wash 1400, MIT.

VEYRET Y., REGHEZZA M., 2005, L’émergence du risque en géographie, Cahiers nantais, n°64, p. 3-9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Donze, « Le risque : de la recherche à la gestion territorialisée », Géocarrefour, vol. 82/1-2 | 2007, 3-5.

Référence électronique

Jacques Donze, « Le risque : de la recherche à la gestion territorialisée », Géocarrefour [En ligne], vol. 82/1-2 | 2007, mis en ligne le 14 mars 2008, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1395

Haut de page

Auteur

Jacques Donze

Université Lyon 3, CNRS UMR 5600 Environnement, Ville, Société.
18 rue Chevreul
69362 LYON cedex 07
E.mail : donze.jacques@aliceadsl.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org