Navigation – Plan du site

L’exploitation de la Nappe des Sables Quaternaires pour l’alimentation en eau potable de Dakar : une offre compromise par l’insuffisance de la recharge pluviométrique

Ewploiting th NSQ to provide drinking water for Dakar: a source of supply compromised by the inadequacy of rainfall recharging
Sylvestre Dasylva et Claude Cosandey
p. 349-358

Résumés

La Nappe des Sables Quaternaires est l’une des nappes exploitées par la Sénégalaise Des Eaux (SDE) pour assurer l’alimentation en eau potable de la ville de Dakar et sa banlieue. La pluie étant le seul paramètre de recharge, la hauteur des apports est calculée sous trois scénarii pluviométriques, puis comparée aux prélèvements de la SDE pour connaître la relation Offre/Demande. Les résultats indiquent que la recharge est insuffisante pour assurer une ré-alimentation efficace de la nappe lorsque les précipitations annuelles sont inférieures à la décennale humide. Dans le contexte pluviométrique actuel où le total annuel ne dépasse guère la moyenne régionale, les pompages de la SDE ne font qu’accentuer l’épuisement progressif de la ressource qui est d’origine climatique. Dès lors, une gestion rationnelle des ressources pluviales par des techniques "alternatives" est suggérée pour atténuer la dégradation quantitative et qualitative de la NSQ.

Haut de page

Texte intégral

Tableau 1 : Moyennes mensuelles de trois paramètres climatiques (1978-2003) (Tandia et al, 2004)

P. Clim.

J

F

M

A

M

J

Jt

At

S

O

N

D

T (°C)

21.3

21.3

21.6

21.8

22.6

25.9

27.3

26.8

27.8

27.9

26.3

23.8

EP (mm)

88

79

74

66

62

64

68

57

50

66

91

102

HR (%)

68

72

74

79

79

79

77

80

81

78

90

65

1La SDE prélève des eaux dans deux secteurs avec deux objectifs différents. A Thiaroye (partie occidentale de l’aquifère), la SDE dispose d’un champ de captage de 6 forages dont la production est destinée à l’alimentation en eau potable de Dakar (cf. §1) ; la production maximale était de 10 500 m3/j pour la période de référence ou 12,76 mm/an ; au-delà, il y aurait un risque d’intrusion salée (Pigeon, 1999). Par contre, à Berr Thialane, situé dans la partie orientale de l’aquifère située au-delà de la limite administrative de la région de Dakar, la production des 4 forages installés est destinée uniquement à l’agriculture ; les débits pompés variaient entre 8 000 et 12 000 m3/j, soit une lame d’eau comprise entre 9,0 et 14,6 mm. Selon le rapport du PLT (Pigeon, 1999), la moyenne se situe actuellement aux alentours de 8 000 m3/j. Dans le bilan de BETURE-SETAME, l’ensemble des débits prélevés par la S.D.E. représente 12,6% de la totalité des "sorties" (figure 6). Concernant les prélèvements privés, le développement de l’agriculture irriguée a comme conséquence l’utilisation d’importantes quantités d’eau par les maraîchers. Le principal problème est que les volumes pompés ne sont pas contrôlés, d’où l’inexistence de statistiques officielles ; le volume moyen annuel, pour la période 1972-1984, est estimé à 24,5 mm/an, soit 15,01% de la totalité des pertes (figure 6).

Equation du bilan hydrologique

2En fonction de l’ensemble des composantes du bilan hydrologique présentées ci-dessus, la variation du niveau hydrodynamique de la nappe phréatique des sables quaternaires s’écrit sous la forme :

3Δr = P – (Qmer + ETR + Qa)

4avec : Δr = Variation de la réserve (= Evolution Niveau statique ou Evolution de la   ressource)

5P = Précipitations

6Qmer = Ecoulement vers la mer

7ETR = Evapotranspiration réelle

8Qa = Débits anthropiques (prélevés par l’homme)

9L’équation du bilan hydrologique démontre l’importance du rôle joué par la pluie dans l’évolution de la ressource. Cette évolution dépend du rapport entre les "sorties" et les eaux d’infiltration atteignant la nappe après la pluie ou recharge pluviale. L’objectif de l’analyse qui suit est de connaître la hauteur de cette recharge en fonction de la pluviosité.

Estimation des apports pluviométriques en fonction dela pluviosité annuelle

10Les piézomètres retenus pour analyser le comportement de la NSQ sont les Pz 87 (ou n° 87), Pz 111 (ou n° 111) et Pz 120 (ou n° 120). Ils sont localisés dans la partie orientale de la région et sont représentatifs du comportement différentiel de la nappe dans ce secteur. Le fonctionnement y est considéré comme "normal" car sa réactivité est conditionnée par les seules impulsions pluviométriques, les intrusions salées et les pompages de la SDE n’intervenant pas (cf. figure 3). Certes, la dynamique de la NSQ est marquée par une tendance stationnaire sur les littoraux nord et sud, mais nous avons aussi retenu ce secteur pour mettre en exergue la dynamique globale, caractérisée par une baisse au fil des ans. Selon Hubert (1921), cette évolution est observée depuis le 19e siècle. Et c’est en tenant compte de cette dynamique globale qu’une solution de gestion durable des eaux pluviales est suggérée, pour accroître les disponibilités hydriques des nappes d’eau douce. Par une démarche expliquée ci-dessous, la recharge est calculée en hauteur d’eau dans l’aquifère et en lame d’eau et non m3 comme c’est le cas habituellement. Cette méthode permet une comparaison directe avec les précipitations.

Méthodologie

11Bien que le réseau piézométrique soit assez bien réparti dans l’espace (cf. figure 3), nous ne disposons que de mesures mensuelles qui sont soit la mesure d’un seul jour, soit la moyenne de quelques jours consécutifs. Dès lors, le comportement de la nappe phréatique ne peut être étudié qu’à une échelle au mieux mensuelle. Pour estimer la recharge, on s’est basé sur la variation "relative" de l’altitude du toit de la nappe (tableau 2) ; l’avantage de cette méthode est qu’elle permet de comparer l’ensemble des sites sans tenir compte de la position altitudinale du toit de la nappe phréatique qui est très variable selon les sites. Le niveau de départ étant considéré comme égal à zéro au début de l’année hydrologique (trait rouge sur la figure 7), la recharge annuelle de la NSQ est estimée en faisant le cumul des variations "relatives" mensuelle positives durant la phase de recharge ou les mois à variation positive dans la colonne « VMNS » du tableau 2 ou de la figure 7a. Le cumul des variations "relatives" mensuelles sur une année hydrologique permet de connaître le solde final de l’évolution du niveau statique et par conséquent de la ressource hydrique (figure 7b).

12La recharge est calculée selon trois scénarii pluviométriques : 1/ une pluviosité annuelle moyenne de 529 mm (proche de la moyenne régionale qui est de 484 mm) ; 2/ une pluviosité annuelle excédentaire de 712 mm (récurrence humide décennale) ; 3/ une pluviosité annuelle déficitaire de 220 mm (récurrence vicennale sèche). Ces hauteurs de pluie annuelle correspondent aux précipitations respectivement enregistrées en 1960, 1969 et 1970. Le choix de ces années s’explique par les lacunes et les irrégularités des mesures piézométriques : par exemple, depuis 1992, le suivi de la nappe n’est plus systématique. Concernant la région de Dakar, seules quelques mesures (2 à 3 dans l’année) sont effectuées à partir de piézomètres très éloignés des sites étudiés. Dès lors, les années sélectionnées sont celles qui sont les plus représentatives des variations inter-annuelles des précipitations de ces dernières années, et pour lesquelles on dispose de données piézométriques mensuelles complètes.

Figure 7a : Représentation de la VMNS         

 Figure 7b : Représentation de la VMCNS

 Figure 7b : Représentation de la VMCNS

Tableau 3 : Hauteurs de la recharge dans les trois scénarii pluviométriques et maximum autorisable des pompages de la SDE

n° 87

n° 111

n° 120

MOIS

ANP

(en m)

VMNS

(en m)

VMCNS

(en m)

ANP

(en m)

VMNS

(en m)

VMCNS

(en m)

NP

(en m)

VMNS

(en m)

VMCNS

(en m)

Juin-60

10,57

0

0

2,97

0

0

4,62

0

0

juil-60

10,61

+0,04

0,04

2,98

+0,01

0,01

4,6

-0,02

-0,02

août-60

11,2

+0,59

0,63

3,44

+0,46

0,47

4,98

+0,38

0,36

sept-60

11,57

+0,37

1

3,68

+0,24

0,71

5,25

+0,27

0,63

oct-60

11,42

-0,15

0,85

3,58

-0,1

0,61

5,22

-0,03

0,6

nov-60

11,2

-0,22

0,63

3,41

-0,17

0,44

5,04

-0,18

0,42

déc-60

11,03

-0,17

0,46

3,28

-0,13

0,31

4,92

-0,12

0,3

janv-61

10,89

-0,14

0,32

3,2

-0,08

0,23

4,83

-0,09

0,21

févr-61

10,92

+0,03

0,35

3,1

-0,1

0,13

4,75

-0,08

0,13

mar-61

10,68

-0,24

0,11

3,02

-0,08

0,05

4,65

-0,1

0,03

avr-61

10,52

-0,16

-0,05

2,95

-0,07

-0,02

4,53

-0,12

-0,09

mai-61

10,45

-0,07

-0,12

2,92

-0,03

-0,05

4,51

-0,02

-0,11

juin-61

10,3

-0,15

-0,27

2,79

-0,13

-0,18

4,39

-0,12

-0,23

juil-61

10,48

0,18

-0,09

3,02

0,23

0,05

4,57

0,18

-0,05

VMNS = variation mensuelle « relative » du niveau statique

VMCNS = variation mensuelle  cumulée du niveau statique

Tableau 2 : Méthode de calcul du comportement de la nappe par la variation « relative » du niveau statique. Ex. année hydrologique 1960-61

Résultats

13Les différentes valeurs de la recharge (estimée par la remontée du toit de la nappe dans l’aquifère) dans les trois scénarii pluviométriques retenus sont indiquées sur le tableau 3 : en considérant la porosité efficace des sables comme étant égale à 0,15 (Béture Sétame, 1986), les colonnes grises sont la traduction des résultats en lame d’eau (mm). Quelle que soit la pluviosité annuelle (exception du Pz 120 en 1970), la nappe réagit aux impulsions pluviométriques, avec cependant des écarts importants de recharge selon la pluie annuelle (tableau 3). Il en est de même des taux d’infiltration (part des précipitations atteignant la nappe), qui sont très variables selon les sites et les quantités d’eau précipitées : les moyennes sont de 9 ; 22,5 et 30,5 %, pour respectivement une pluviométrie sèche, moyenne et excédentaire (tableau 4). Il est logique d’observer que les taux augmentent avec la pluviosité, ce qui signifie que plus le potentiel d’eau à infiltrer est élevé, plus la recharge augmente ; cet indicateur est la base de la stratégie de gestion "alternative" des eaux pluviales qui sera suggérée ultérieurement.

Tableau 4 : Taux d’infiltration ou part des eaux pluviales atteignant la nappe selon la pluviosité

Variables hydrologiques

Piez. 87

Piez. 111

Piez. 120

Moyenne

P Moy. (529 mm)

29,4%

19,6%

18,4%

22,5%

P Excédent. (712 mm)

38,4%

24,8%

28,3%

30,5%

P Déficit. 220 mm)

18%

10%

0%

9%

14En période de déficit pluviométrique ou sécheresse (année hydrologique 1970-71), comme ce fut le cas dans la zone sahélienne pendant près de 30 ans, la recharge est très faible, voire nulle dans certains secteurs : par exemple, sur le site du Pz 120 (tableaux 3 et 4), on enregistre une baisse continue du niveau piézomètre de l’année hydrologique 1969-70 à la suivante (1970-71). La faiblesse de la recharge et du taux d’infiltration s’expliquent par le fait que l’eau de pluie est reprise en grande partie par la demande climatique (Etp).

15Si on compare le rapport recharge/pompages de la SDE à Thiaroye dans les trois scénarii pluviométriques retenus, les apports pluviométriques (ou recharge) ont toujours été très largement supérieurs aux prélèvements pour l’alimentation en eau potable de la ville de Dakar et de sa banlieue (tableau 3). Mais la question est de savoir si ces apports sont suffisants pour faire face à l’ensemble des sollicitations naturelles et anthropiques évoquées plus haut, dont la nappe est l’objet. L’analyse du solde final de l’évolution relative du niveau statique dans les trois scénarii pluviométriques tentera de répondre à cette question et de préciser si on est dans un contexte de pénurie d’eau temporaire ou structurel.

Discussion et propositions

16Le résultat de la variation annuelle du niveau statique est indiqué par sa position à la fin de l’année hydrologique. En le comparant au niveau zéro de départ (en rouge sur la figure 8), il est positif si le niveau final est au-dessus du zéro de départ, et négatif s’il est en-dessous. Au départ, il est intéressant d’observer que dans une année hydrologique et en dépit de la variabilité de la recharge selon les sites, le solde final est pratiquement identique. Ce phénomène découle du processus de ré-équilibrage du niveau statique au fil du temps et témoigne de la représentativité du comportement de la nappe des piézomètres sélectionnés. Les résultats indiquent que, dans un contexte de fonctionnement « normal » (c’est à dire non perturbé par les pompages SDE et des intrusion salées), le solde final annuel est négatif pour des pluviométries annuelles moyennes et déficitaires (figure 8a et 8c). Cela signifie que la recharge, dans ces deux cas de figure, est insuffisante pour assurer une ré-alimentation efficace de la nappe, ce qui la préserve des différentes sollicitations dont elle est l’objet. C’est seulement dans le cas d’une pluviosité excédentaire de récurrence décennale que la variation annuelle du niveau statique est positive (figure 8b), gage d’une recharge pluviale permettant une reconstitution et une sauvegarde de la ressource pour le long terme.

17Il se trouve que, ces dernières années, les précipitations dans la région ont été au mieux égales à la normale, exception faite de 1989 où la moyenne pluviométrique annuelle avoisinait les 600 mm. On peut en déduire qu’actuellement la NSQ est en situation de non-recharge, d’où une dynamique globale marquée par une tendance à la baisse et un assèchement des bas-fonds agricoles (Dasylva et al, 2003). Les zones d’exception sont le littoral nord et le littoral sud, où l’évolution est stationnaire, avec une apparition variable du phénomène dans le temps selon les secteurs (figure 9) : la distance variable de la mer aux piézomètres de référence pourrait expliquer ce comportement différentiel, ceux qui sont les plus proches de la mer (littoral sud) étant les premiers affectés.  Dans les deux secteurs, le processus explicatif est le réglage du niveau statique des nappes sur celui de l’océan. Toutefois, cette situation observée sur les littoraux nord et sud ne doit pas occulter la dynamique d’ensemble à la baisse. Bien que les résultats comparant la recharge et les pompages soient largement en faveur du premier paramètre, l’étude du solde final du bilan hydrologique démontre que les apports pluviométriques ne permettent pas une préservation globale de la ressource pour le futur. Les pompages de la SDE à Thiaroye s’effectuent dans un contexte de déficit de recharge. En dehors des impacts sur les disponibilités en eau de consommation, c’est l’avenir de l’agriculture maraîchère qui est compromis dans le secteur sur le long terme. Selon un rapport de la SDE et de la SONES (cité in Pigeon, 1999), l’épuisement progressif de la ressource est doublé d’une deuxième menace d’ordre qualitatif, due à une minéralisation importante, à des taux excessifs de nitrates et à des invasions salées, ce dernier facteur risquant de provoquer une dégradation irréversible de la ressource. Ces invasions s’expliquent d’une part par le maintien d’une interface eau douce/eau salée dans le domaine continental depuis la transgression du Nouakchottien, localement sous forme de coin salé (figure 10). Si la recharge efficace de la nappe d’eau douce est inférieure aux prélèvements de la SDE, ce qui est le cas actuellement, une surexploitation de la nappe peut entraîner une réaction de cette interface pour compenser le déficit (Diakhaté, SDE, entretien oral ; Debuisson, Moussu, 1967). Cette menace est réelle dans la zone : le captage des eaux se faisant à la base de l’aquifère, ce sont les intrusions d’eau salée qui ont été à l’origine de la fermeture du forage F1 situé près du littoral (Diakhaté, SDE, entretien oral). D’autre part sur le littoral sud, un autre phénomène provoque aussi des apports massifs d’eaux salées : à marée haute, l’eau de mer déborde le cordon qui y est très bas et discontinu et envahit les bas-fonds localisés près des côtes (Dasylva, 2001).

Figure 8 : Evolution du stock hydrique par le cumul de la variation « relative » du niveau statique

Figure 8 : Evolution du stock hydrique par le cumul de la variation « relative » du niveau statique

Figure 9 : Evolution interannuelle du niveau de la nappe dans le domaine littoral

Figure 9 : Evolution interannuelle du niveau de la nappe dans le domaine littoral

18Pour faire face à tous ces problèmes et dans la perspective d’assurer les besoins en eau potable de Dakar et sa banlieue d’ici 2020, le renforcement de l’exploitation des eaux superficielles du lac de Guiers (situé à 250 km au NE de Dakar) est l’alternative suggérée dans le PLT pour réduire les prélèvements dans les nappes phréatiques de la région. De toute façon, l’exploitation actuelle de ces nappes phréatiques est un choix qui peut être justifié pour les politiques. C’est la solution du moindre coût financier pour assurer, actuellement avec beaucoup de difficultés, l’alimentation en eau potable de la ville et sa banlieue. Le dilemme est qu’il faut faire un choix entre la préservation de la ressource et la satisfaction d’un besoin élémentaire de la population, en l’occurrence l’eau potable.

19Dans le contexte pluviométrique actuel où les précipitations annuelles avoisinent la moyenne régionale, nous avons cherché à savoir si l’arrêt des prélèvements à Thiaroye aurait des impacts significatifs sur le bilan hydrique. Un débat s’est installé sur l’opportunité d’arrêter on non les pompages de la SDE dans cette zone, car pour certains il existerait localement un risque d’inondation par remontée et affleurement du toit de la nappe. Cette hypothèse est une raison suffisante pour maintenir les prélèvements, en dépit de la dégradation qualitative de la ressource. Pour avoir un ordre de grandeur de l’impact qu’un éventuel arrêt aurait sur le bilan hydrique, nous avons rajouté le maximum autorisable de volume d’eau pouvant être prélevé par la SDE pour l’alimentation en eau potable de Dakar et sa banlieue, au solde final du bilan hydrologique d’une année de pluviosité normale, selon les caractéristiques de la pluviosité actuelle ; il s’agit d’une hypothèse maximaliste, soit les 12.5 mm pompés dans le champ captant de Thiaroye. Nous n’avons pas tenu compte du volume restant (10 mm) car il est destiné à l’agriculture et les prélèvements s’effectuent en dehors de la région, à Berr Thialane. Les résultats montrent qu’un arrêt des prélèvements ne permettra pas d’inverser la tendance, car le bilan reste toujours négatif (tableau 5). Dès lors, le maintien des pompages dans l’isthme de la presqu’île produit une accélération de la dégradation quantitative et qualitative de la nappe d’eau douce observée actuellement.

Tableau 5 : Impact de l’arrêt des pompages sur le solde du bilan dans une zone non soumise aux prélèvements lors d’une année de pluviosité moyenne

Variables hydriques

Piez. 87

Piez. 11

Piez. 120

Moyenne

Solde bilan (en mm)

-40,5

-27

-34,5

-34

Qmax SDE pour AEP Dakar(en mm)

+12,7

+12,7

+12,7

+12,7

S + Q

-27,8

-14,3

-21,8

-22,3

20Compte tenu de cette situation, la problématique de la gestion de l’eau doit explorer les possibilités d’accroître les disponibilités de la nappe d’eau douce, en gérant plus rationnellement les eaux pluviales. L’eau de pluie doit être considérée comme une ressource potentielle pouvant être valorisée, même en milieu urbain. Son drainage vers la mer ou des bassins d’évaporation, souvent préconisé dans les solutions d’assainissement, constitue une perte de ressource (Dasylva et al, 2004a), d’autant plus qu’on vient de démontrer que le bilan hydrologique est négatif, et cela en relation avec un taux de recharge pluvial insuffisant.

21Dans un contexte mondial marqué de plus en plus par la recherche de mesures d’adaptation à la variabilité climatique, une gestion « durable » des ressources naturelles fait partie des recommandations suggérées. Dans le cas particulier du domaine des sables dunaires de la région de Dakar, une meilleure gestion du ruissellement est une alternative : des chercheurs ont démontré que ce dernier pouvait constituer une ressource hydrique complémentaire (Valet S. et Sarr S., 1999 ; Lamachère JM et Serpantié G., 1990). En se basant sur les perspectives offertes par les « techniques alternatives » (S.T.U., 1989 ; Chaïb J., 1997) et sur des indicateurs hydrologiques (la baisse de la nappe phréatique à cause d’un bilan déficitaire et la localisation en profondeur du niveau statique dans la plupart des bas-fonds), il est possible d’augmenter le taux d’infiltration des eaux pluviales vers la nappe phréatique. Le ruissellement est en effet le principal processus à l’origine des écoulements de surface (Dasylva et al, 2002). Pour se faire, il faut mettre en place un dispositif technique composé d’ouvrages absorbants dans la perspective d’augmenter les surfaces d’infiltration et de corriger la baisse de la perméabilité de l’horizon supérieur du sol, conséquence d’une très forte anthropisation de l’espace. En tenant compte de la pluviométrie annuelle actuelle, une recharge efficace est obtenue à partir d’un taux d’infiltration supérieur ou égal à 50% (Dasylva et al, 2004b). Les infrastructures pourraient être composées de puisards uniquement réservés à l’infiltration des eaux pluviales et/ou de puits d’infiltration. Le choix des puisards s’inspire d’une pratique locale qui les utilise pour gérer des eaux usées par infiltration (Dasylva 2001) : ils serviraient d’appoint, et non de substitution, aux ouvrages de drainage des eaux pluviales existants. Ce dispositif de proximité est préféré aux ouvrages « classiques » pour impliquer davantage les populations et communautés locales dans la gestion des eaux pluviales. Le défi est de corriger le système actuel dominé par les services centraux d’état, par une gestion durable et participative.

22Toutefois, cette infiltration massive doit être « maîtrisée » pour éviter la contamination des nappes par lessivage de zones polluées que sont les décharges d’ordures ménagères et les parcelles agricoles par exemple (Tandia et al,1997 ; Tandia, 1993 ; Collin & Salem., 1989 ; Gaye et al, 1977). Pour réduire les volumes d’eau infiltrés à partir de ces sites pollués, la prise en charge des écoulements devrait se faire le plus en amont possible, selon une forme de gestion basée sur une approche « intégrée », visant à agir avant, pendant et après la genèse des écoulements. Cette démarche de type « bassin versant » s’inspire du principe « Raisonner globalement, agir localement ». Le premier acte de gestion consisterait à retenir l’eau de ruissellement à la source, près des lieux de production. Dès lors, la parcelle habitée serait la première unité spatiale de référence, c’est-à-dire le niveau d’intervention élémentaire, d’où le choix des puisards d’infiltration, au gabarit adapté aux concessions des quartiers populaires.

Conclusion

23Les populations de la ville de Dakar et de sa banlieue sont souvent confrontées à des coupures d’eau intempestives, du fait d’une dégradation quantitative et qualitative de la ressource. Cette étude a eu pour objectif de connaître le rôle joué par les facteurs naturels dans cette situation de « pénurie ». Dans le contexte pluviométrique actuel où les précipitations annuelles avoisinent la moyenne régionale, les résultats démontrent que la recharge pluviale est insuffisante pour assurer une ré-alimentation efficace de la nappe. Les pompages de la SDE sont un facteur aggravant la dynamique de baisse. Selon les résultats obtenus, ces derniers jouent un faible rôle dans la dynamique de baisse, ce qui signifie que l’épuisement progressif de la ressource découle plus d’un phénomène naturel que d’impacts anthropiques. Pour une préservation de la NSQ dans les zones où existe une menace de dégradation irréversible de la qualité de la nappe, un arrêt des pompages s’impose : les intrusions d’eaux salées démontrent qu’elle est dans une situation de surexploitation et que le risque est réel. Car au-delà de l’AEP de Dakar, c’est l’agriculture irriguée qui est menacée dans l’isthme de la presqu’île. Pour atténuer les impacts, l’une des mesures d’adaptation pourrait provenir d’une meilleure gestion des eaux de ruissellement produites par les pluies d’hivernage. Il a été démontré dans cette étude que la recharge croît avec l’augmentation du potentiel des eaux d’infiltration, c’est-à-dire de la pluviométrie (cf tableau 4). Cela signifie que tout apport supplémentaire d’eau d’infiltration profitera à la nappe. Cette bonne réactivité aux pluies n’est pas surprenante étant données la faible profondeur de la nappe et la nature sableuse des sols, d’autant plus que les sables dunaires constituent un réservoir au très fort potentiel (figure 2).

24Dans les perspectives de recherche visant à apporter des solutions à la grave crise actuelle de l’eau, l’aspect organisationnel d’une gestion efficiente de l’offre et/ou de la demande, et l’application de mesures respectant l’intégrité des écosystèmes, sont souvent mis en avant. Face à la gravité de la pénurie dans les zones à déficit pluviométrique prononcé, une alternative serait d’entreprendre des actions techniques pour accroître les disponibilités en eau des ressources exploitées, en intervenant en amont et en dehors des économies d’eau que procure toute gestion rationnelle des usages.

Haut de page

Bibliographie

BETURE-SETAME , 1988, Renforcement de l’approvisionnement en eau de la région de Dakar, Tome 5, Dakar, Béture-Sétame, NON PAG.

CHAÏB J., 1997, Les eaux pluviales : gestion intégrée, Sang de la Terre, Paris, 173 p.

COLLIN J.J., SALEM, G.,1989, Pollution des eaux souterraines par les nitrates dans les banlieues non assainies des pays en développement. Le cas de Pikine (Sénégal), Symposium SISSIPA-Lisbonne.

DEBUISSON J., MOUSSU H., 1967, Une étude expérimentale de l’intrusion des eaux marines dans une nappe côtière du Sénégal sous l’effet de l’exploitation, Symposium of Haifa, Plublication 72, 334-349

DASYLVA S., COSANDEY C., ORANGE D., SAMBOU S., 2004b, – Rainwater infiltration rate and groundwater sustainable management in the Dakar region, Electronic Journal of International Commission of Agricultural Engineering, Vol. 6.

DASYLVA S., COSANDEY C., SAMBOU S., 2004a,– Acuité des problèmes lies à l’eau et la nécessité d’une gestion « intégrée » des eaux pluviales dans le domaine des sables dunaires de la Région de Dakar, Colloque Développement Durable : leçons et perspectives, Ouagadougou.

DASYLVA S., COSANDEY C., ORANGE D., SAMBOU S., 2003, Assèchement des « niayes » (bas-fonds agricoles) de la Région de Dakar durant la période 1960 – 1990 : variabilité spatiale et rôle joué par la pluviosité, Sud Science et Technologie, Vol. 11, p. 27-34.

DASYLVA S., COSANDEY C., ORANGE D., 2002 – Proposition de gestion « intégrée » des eaux pluviales pour lutter contre les problèmes liés à l’eau dans la banlieue de Dakar. Colloque Envirowater 2002, Ouagadougou.

DASYLVA S., 2001, Les bas-fonds des sables dunaires de la Région de Dakar. Potentialités agricoles et contraintes urbaines, Thèse de doctorat, Univ. Paris 1-Sorbonne, 405 p.

DURAND J. H., 1988, Arrêter le désert, Techniques vivantes, PUF, Paris 416 p.

GAYE C.B., FAYE A., GELINAS P.J. THERRIEN P., 1977, Analyse des processus de minéralisation et de dégradation de la qualité de l’eau dans les nappes infra-basaltiques et des sables quaternaires, Projet CRDI 3-P86-1014, Dakar, 94 p.

GEOHYDRAULIQUE, 1972, Etude sur modèle mathématique du système aquifère de la presqu’île du Cap Vert, OMS, Dakar. NON PAG.

HENRY H., 1921, Eaux superficielles et souterraines au Sénégal, Larose, Paris, 30 p.

LAMACHERE JM, SERPANTIE G., 1990, Valorisation des eaux de ruissellement et lutte contre l'érosion sur champs cultivés en zone soudano-sahélienne (Burkina Faso), Montpellier : VIe Journ. Hydrol. de l'Orstom, 1990 ; 14 p.

MARTIN A., 1970, Les nappes de la presqu’île du Cap-Vert, leur utilisation pour l’alimentation en eau de Dakar, BRGM, Dakar, 56 p + cartes.

MARTIN A., 1969, Interprétation des variations naturelles du niveau des nappes aquifères en Mauritanie et au Sénégal, Nappes de la presqu’île du Cap-Vert, BRGM, Dakar, 67 p.

OMS (1972) – Etude hydrogéologique de la nappe des sables quaternaire, tome 2. Prague, 68 p. + cartes

PIGEON J. L., 1999, Projet d’approvisionnement en eau potable à long terme, Rapport définitif, Dakar, 203 p.

SONEES,1978-1995, Notes d'information mensuelles. Production et contrôle des nappes du Cap-Vert, Dakar, non pag.

SERVICE TECHNIQUE DE L’URBANISME, 1989, Mémento sur l’évacuation des eaux pluviales, La Documentation Française, Paris, 349 p.

TANDIA A. A., DEME I., SARR M., 2004, Aquifère superficiel et pollution urbaine en Afrique. Rapport final du Sénégal, UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA

TANDIA A. A., GAYE C.B., FAYE A., 1997, Origine des teneurs élevées en nitrates dans la nappe phréatique des sables quaternaires de la région de Dakar, Sénégal. Sécheresse, Vol. 8, n° 4, p. 291-294.

TANDIA, A. A., 1993, - Origine, évolution et migration des formes de l'azote minéral dans les aquifères du Sénégal: cas de Thiaroye (banlieue non assainie), AIEA, Dakar,  n°7272/RB.

VALET S, SARR PS., 1999, Concept du report hydrique superficiel (runon), Strasbourg, 24es Journées scientifiques du GFHN , 2 p.

Haut de page

Notes

1  Martin, 1969 ; Géohydraulique, 1972 ; Béture-Sétame, 1988 ; les "Notes d’information mensuelle" de la Sonees de 1988 à 1995 et le rapport PAEPLT ou Projet d’Approvisionnement en Eau Potable en Long Terme (PLT) in Pigeon J. L., 1999

Haut de page

Table des illustrations

Titre  Figure 7b : Représentation de la VMCNS
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1385/img-1.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 8 : Evolution du stock hydrique par le cumul de la variation « relative » du niveau statique
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1385/img-2.png
Fichier image/png, 47k
Titre Figure 9 : Evolution interannuelle du niveau de la nappe dans le domaine littoral
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1385/img-3.png
Fichier image/png, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvestre Dasylva et Claude Cosandey, « L’exploitation de la Nappe des Sables Quaternaires pour l’alimentation en eau potable de Dakar : une offre compromise par l’insuffisance de la recharge pluviométrique », Géocarrefour, vol. 80/4 | 2005, 349-358.

Référence électronique

Sylvestre Dasylva et Claude Cosandey, « L’exploitation de la Nappe des Sables Quaternaires pour l’alimentation en eau potable de Dakar : une offre compromise par l’insuffisance de la recharge pluviométrique », Géocarrefour [En ligne], vol. 80/4 | 2005, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1385 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1385

Haut de page

Auteurs

Sylvestre Dasylva

Laboratoire de Géographie physique "PIERRE BIROT"
CNRS, 1 place A. Briand, 92190 MEUDON France
tel 33 (0) 1 45 07 55 77.
E-Mail : Gilbert.Dasylva@cnrs-bellevue.fr

Claude Cosandey

Laboratoire de Géographie physique "PIERRE BIROT"
CNRS, 1 place A. Briand, 92190 MEUDON France
tel 33 (0) 1 45 07 55 78.
E-Mail : cosandey@cnrs-bellevue.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org