Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sylvain Guyot, Rivages Zoulous

Stéphane Héritier
p. 242
Référence(s) :

Sylvain Guyot, 2006, Rivages Zoulous. L’environnement au service du politique en Afrique du Sud, Paris, IRD-Karthala, 250 p.

Texte intégral

1Rivages Zoulous constitue en partie la synthèse d’une thèse de doctorat en géographie. L’auteur s’intéresse aux régions orientales de l’Afrique du Sud, et plus particulièrement aux régions situées au nord-est de Durban, situées sur les rivages orientaux du Kwazulu-Natal, aux confins du Swaziland et du Mozambique.

2En termes méthodologiques, précisons que l’auteur engage directement son analyse par l’exposé des situations des tensions et des discours des acteurs locaux. Cette entrée « par le terrain » est revendiquée par l’auteur. Elle a le mérite de plonger le lecteur dans l’écheveau des relations entre les différents acteurs régionaux et locaux, dans une région – et plus largement un pays – qui doit gérer dans un même mouvement les héritages de l’apartheid et de son abolition, des repositionnements sociaux, des antagonismes interethniques et intra communautaires ,et des concurrences d’usage sur des territoires politiquement disputés, tant ruraux qu’urbains. Pour complexifier le tout, l’action se déroule sur un territoire où s’articulent des logiques de protection de l’environnement, d’exploitation des ressources naturelles et de production industrielle, de croissance urbaine et de croissance de la demande récréative et touristique.

3L’ouvrage se compose de trois parties : la première, intitulée Des rivages conflictuels (3 chapitres, 120 p.), pose à la fois le décor géographique, en présentant les secteurs sur lesquels portent l’étude (le port de Richards Bay et le littoral industrialisé, la station balnéaire de St Lucia enclavée dans le parc naturel de St Lucia et un gros bourg rural noir riverain d’une aire protégée : Kosi Bay Nature Reserve).

4L’entrée « par le terrain » et la mise en place du décor du conflit sont réalisées en grande partie grâce à la restitution de des témoignages recueillis au cours de nombreux entretiens. Ils confèrent à la lecture un aspect très vivant mais parfois roboratif, quoique nécessaire parce que cette démarche permet au lecteur, peu familier de l’Afrique du Sud, d’être guidé sur les chemins de la compréhension des tensions et des conflits sans tomber dans un didactisme excessif. L’un des aspects majeurs est présenté par l’étude de Richards Bay, ville industrialo-portuaire (port inauguré en 1976), dont l’organisation spatiale porte encore fortement les traces de le la politique d’apartheid. L’aménagement urbain, les pratiques industrielles (utilisation des ressources et rejets) sont considérées comme peu respectueuses de l’environnement local et littoral, enjeu d’autant plus important que s’et constitué un pôle touristique de sur le front d’eau.

5Au nord le Greater St Lucia Wetland Park, consacré par plusieurs niveaux de protection (Ramsar, patrimoine mondial en 2000), correspond à un vaste espace littoral protégé objet d’enjeux intenses en termes d’usages : les protecteurs du parc, les touristes (principalement de sud-africains blancs) et les entreprises minières de Richards Bay qui convoitent des ressources locales (extraction de matériaux projetées dans le parc) et les résidents noirs. En dépit des actions des environnementalistes, la demande sociale en faveur de l’utilisation de l’espace-parc a eu pour conséquence de valoriser les enjeux économiques et politiques. Le texte montre clairement comment la défense de l’environnement sert d’autres causes plus politiques (éviction des populations locales, développement touristique) et se traduit par des jeux d’acteurs très finement analysés à partir d’un matériau conceptuel élaboré et varié (chap. 3). L’auteur montre que la question environnementale, autour du parc St Lucia, relève de la géopolitique tant locale que nationale. La fin de l’apartheid a favorisé la redistribution des rôles entre acteurs (institutionnels, associatifs ou locaux) et a complexifié la situation, comme le montre l’analyse des « réseaux » et des « régimes » d’acteurs qui peuvent, en fonction d’intérêts spécifiques, jouer sur la dialogique environnement-développement pour faire valoir leurs intérêts particuliers.

6La seconde partie (2 chapitres, 44 p.), intitulée La genèse des conflits, entre héritages et changements, plus analytique, propose une interprétation des conflits exposés dans la partie précédente. Comme l’annonce le titre,  la réflexion envisage la temporalité et ses rythmes comme un moyen de comprendre les conflits environnementaux sur les rivages zoulous. Pour l’auteur, la question majeure concerne la résonance entre les pratiques de conservation de la nature (dont la mise en réserve de certains espaces sud-africains ne constitue qu’un aspect) et les modalités de la conquête territoriale fondée sur l’exclusion et la marginalisation socio-politique de la population sud africaine antérieure à la colonisation. Les revendications politiques des Afrikaners renforcées avec la création de Richards Bay (années 1960), leurs ambitions territoriales les conduisent à considérer que les espaces sont protégés… aussi de la population zoulou – autrefois expulsée du littoral et cherchant à récupérer l’usage de leurs « terres ancestrales », situation qui tend à se nuancer depuis 1994. Du nord de Richards Bay à Kosi Bay (frontière du Mozambique) l’espace littoral protégé a été construit progressivement mais l’environnement apparaît comme un révélateur des tensions entre les différents groupes sociaux, ce qui conduit l’auteur à conclure cette partie par l’idée que dans le cas étudié, « les conflits environnementaux sont (…) des conflits territoriaux à part entière ».

7La troisième partie (2 chapitres, 45 p.) s’intéresse logiquement à la régulation des conflits  territoriaux. Le rapport de l’acteur au territoire est fonction de la mobilité (à différentes échelles de temps et d’espace, à l’intensité des liens qu’il entretient avec le territoire, et son recours à des réseaux de relations familiales ou professionnelles. L’auteur en appelle alors à une nécessaire régulation publique et territoriale susceptible de créer les conditions d’une réappropriation du pays, à travers des modes politiques qui affichent autant leurs intentions démocratiques que leurs objectifs participatifs. L’analyse que propose Sylvain Guyot montre ainsi que l’intention affichée de développer des modes originaux de gouvernance s’avère décevant tant la participation demeure faible, ce qui l’amène à une observation très sévère dépassant sans doute le seul cas sud-africain : « L’important pour les élites est de faire exprimer les opinions fussent-elles différentes, mais pas forcément d’en tenir compte » (p. 222). Au-delà, le thème du développement durable est également maladroitement exploité et ne permet pas de résorber ni même d’espérer réduire les conflits environnementaux exprimés autour des espaces littoraux situés entre Richards Bay et Kosi Bay.

8La conclusion de l’ouvrage insiste sur le fait que la politique de conservation du littoral sert de support à l’expression des oppositions entre les différentes composantes de l’espace sud africain, aujourd’hui obligé de composer sur un territoire commun et partagé légalement mais sans que l’idée soit acceptée par tous. L’espace littoral protégé exprime et sert à canaliser les tensions et les oppositions, désignées sous la forme d’une « compétition territoriale » (p. 230) qui additionnent des tensions raciales, foncières, écologiques et économiques et qui semblent encore profiter aux blancs, au moins pour le moment. Entre espaces préservés et rivages réservés, les « rivages zoulous » pourront peut-être servir le bien commun si tant est que le pays tout entier réussisse à relever les défis internes qui le minent tant sur le plan politique et sanitaire que sur le plan de l’environnement.

9Un ouvrage très intéressant qui vient étoffer la connaissance sur les stratégies territoriales des populations en Afrique du sud et sur la connaissance des tensions autour des aires protégées en Afrique. Il vient également apporter une nouvelle pierre aux travaux existants, parmi lesquels le collectif publié sous la direction d’Estienne Rodary, Christian Castellanet et Georges Rossi, 2003, Conservation de la nature et développement. L’intégration impossible ?, Paris, GRET-Karthala, 308 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Héritier, « Sylvain Guyot, Rivages Zoulous », Géocarrefour, Vol. 82/4 | 2007, 242.

Référence électronique

Stéphane Héritier, « Sylvain Guyot, Rivages Zoulous », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/4 | 2007, mis en ligne le 20 mars 2008, consulté le 25 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1383

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page