Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Kibicho Wanjohi, Tourisme en pays maasaï (Kenya)

Jean-Michel Dewailly
p. 208
Référence(s) :

Kibicho Wanjohi, 2007, Tourisme en pays maasaï (Kenya) : de la destruction sociale au développement durable, Paris, L’Harmattan, coll. Tourismes et sociétés, 264 p. ISBN 978-2-296-02669-8, 22,50 €

Texte intégral

1Dans la littérature francophone sur le tourisme, rares sont les travaux de première main permettant de saisir de l’intérieur les problèmes vécus par les communautés locales confrontées au tourisme, a fortiori dans les grands pays touristiques anglophones en voie de développement. L’ouvrage de Wanjohi Kibicho apporte donc une contribution heureuse et très accessible au débat sur le « tourisme durable ». L’auteur, universitaire kenyan, est en effet lui-même originaire du pays maasaï méridional, qu’il passe au « crible touristique » de façon scientifique. Son vécu personnel et familial comme sa connaissance des langues kiswahili et maasaï lui ont donc permis d’appréhender plus facilement bien des réalités restituées dans cet ouvrage, adapté de sa thèse soutenue en 2005 à l’Université Lumière Lyon2.

2Le thème, en effet, est d’importance, et prête à controverse. D’une certaine manière, il traite de la façon dont, au fil des décennies, des citadins, administrateurs et touristes kenyans et étrangers ont imposé à une communauté locale, celle de la région d’Amboseli, des modes de fonctionnement qui la destructurent, au nom d’une certaine idée de la protection de la vie sauvage, notamment de la grande faune génératrice de flux et retombées touristiques. En posant la question (le point d’interrogation est dans le texte, mais manque dans le titre) de la destruction sociale induite par ces formes de tourisme, avant qu’un éventuel « développement durable » ne se manifeste, Wanjohi Kibicho touche à un point sensible du discours tendant à affirmer sans nuance que le tourisme est facteur de développement. Voire…, à considérer l’analyse serrée que mène l’auteur du Parc National d’Amboseli (PNA), l’un des hauts lieux touristiques du Kenya, où l’on n’en est qu’aux prémices d’une politique qui, depuis quelques années, prend partiellement le contre-pied de celle qui a été menée pendant plus d’un siècle.

3Les deux premiers des 9 chapitres de l’ouvrage présentent la problématique du tourisme dans les aires protégées et au Kenya, d’où ressortent l’importance et le poids de l’héritage britannique, tant dans leur mise en place que de leur gestion. Un certain type de relations s’est perpétué très longtemps entre la nature et ses gestionnaires : le colonisateur protégeait la nature surtout pour ses safaris de chasse, le Kenya indépendant le fait pour la contemplation, dans des safaris photographiques exclusivement. La nature, surtout la grande faune, est intouchable, on ne peut que la regarder.

4C’est oublier que les Maasaï d’Amboseli, dont l’auteur nous présente en 4 chapitres le territoire de vie, ses acteurs touristiques, la vie communautaire et la façon dont le tourisme l’a influencée, sont les « producteurs » pluri-séculaires de cet espace que le monde du  tourisme et les conservationnistes estiment « naturel ». Une gestion empirique avisée des espaces agricoles et « naturels » a, depuis longtemps, conduit à un certain équilibre entre le développement des communautés villageoises et la grande faune. Cette cohabitation a façonné le « produit touristique ». Mais pour accroître les chances des touristes de voir facilement et souvent les grands fauves, disons, en simplifiant ici, que, depuis la fin du XIXè siècle, on en a progressivement écarté l’homme et les activités humaines. D’une réserve de 13000 km2  en 1899, on est passé en 1971 à un parc de  national strictement protégé de 391 km2. Certes, on a laissé ainsi à la population des espaces où ses modes de vie et sa croissance démographique lui permettent de se déployer, mais l’ « écosystème » ainsi réduit est depuis quelque temps surchargé à l’excès : le PNA « héberge », par exemple, trois ou quatre fois plus d’éléphants qu’il ne devrait. Ces grands herbivores cherchent donc à se nourrir hors du parc : pâturages extensifs parcourus par le pastoralisme maasaï (et interdit dans le PNA), cultures récemment développées…, en provoquant dégâts humains et économiques insupportables. Mais satisfaire les touristes (et lutter contre le braconnage) est si important que, selon l’auteur, la mort d’un éléphant tué par un villageois entraîne tout un remue-ménage, mais pas l’inverse.  

5Pourtant, le tourisme est une ressource que l’auteur juge indispensable aux Maasaï. Il s’agit donc d’inventer de nouveaux modes de cohabitation, si l’on peut dire, respectueux des communautés locales, des nécessités écologiques, des besoins touristiques. Les trois derniers chapitres  sont plus optimistes. Wanjohi Kibicho y expose les façons nouvelles dont le produit touristique peut être intégré plus harmonieusement dans la société locale, et commence d’ailleurs à l’être. Il existe des réalisations prometteuses, mais encore timides, qui permettent à la communauté locale de prendre en main le tourisme, en partenariat avec les acteurs et opérateurs extérieurs, Etat, institutions gouvernementales, ONG, firmes touristiques diverses… Selon l’auteur, on pourrait transférer (combien de temps ?) dans d’autres régions kenyanes (voire ailleurs) les animaux en surplus. Cela ne nous semble que déplacer et retarder  le problème dans les nouveaux espaces récepteurs, tant que les régulations environnementales restent aussi fermes. La question de l’ivoire, entre autres, demeure très sensible, et ne peut être traitée qu’à l’échelle internationale. En tout cas, le tourisme se trouve bien pris ici dans un système très complexe aux multiples échelles. Il n’y a pas de solution simple et unique une fois pour toutes.

6Le livre insiste sur des possibilités réelles de développement touristique « durable » dans ce type de milieu très sensible, mais il y faudra une réelle volonté de tous les acteurs et de gros moyens. En dépit des progrès réalisés et encore possibles, et malgré l’optimisme mesuré de l’auteur, on peut douter que les politiques récentes mises en œuvre permettent de maintenir à la fois le niveau de fréquentation touristique atteint, la densité de gros animaux que réclament les touristes et le développement harmonieux et maîtrisé des communautés concernées. Il y faudra sans doute des prétentions revues à la baisse dans des domaines sélectionnés, mais qui fera les concessions nécessaires sans « perdre son âme » ? Et le problème foncier reste essentiel.

7Au total, ce livre fournit un excellent exemple de la difficulté de mettre en œuvre des politiques touristiques « durables », qu’elles soient purement touristiques ou qu’elles se préoccupent de véritable développement local. Le « passif » d’un territoire ne se résorbe pas si facilement, surtout quand ses habitants ont longtemps et sévèrement été mis à l’écart. L’ouvrage de W. Kibicho démontre clairement la difficulté à rendre à une population une capacité, ou plutôt le droit, à gérer un territoire, après le lui avoir dénié si longtemps : « l’établissement du PNA et le développement touristique dans la région d’Amboseli (ont) entraîn(é) une destruction sociale quasiment totale de la société maasaï » (p. 251). Le tourisme peut donc être aussi facteur de sous-développement. A l’appui de sa démonstration, il est dommage que l’auteur n’ait pas davantage fourni une illustration cartographique et iconographique plus substantielle. Mais l’ouvrage comporte une riche bibliographie largement anglophone et s’ouvre par une préface de Xavier Péron, anthropologue français spécialiste des Maasaï, qui appuie les thèses de l’auteur. On a donc là un travail qui permet d’aller au-delà des idées simplistes sur les bienfaits du tourisme et d’alimenter aussi la réflexion sur le rôle du politique dans le développement, les rapports Nord-Sud, les relations tourisme-environnement, le fonctionnement de certains Etats et leur gouvernance, les conséquences de la colonisation, les liens villes-campagnes, etc. Ce n’est donc pas seulement de folklore et d’éléphants qu’il s’agit, mais de questions de fond de notre monde que le tourisme révèle.

8Envoyé le 13 mars 2007

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Dewailly, « Kibicho Wanjohi, Tourisme en pays maasaï (Kenya) », Géocarrefour, Vol. 82/4 | 2007, 208.

Référence électronique

Jean-Michel Dewailly, « Kibicho Wanjohi, Tourisme en pays maasaï (Kenya) », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/4 | 2007, mis en ligne le 20 mars 2008, consulté le 18 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1381

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page