Navigation – Plan du site

La « réhabilitation » du lac Karla (Grèce). Le développement durable en tant que réponse à la pénurie d’eau : discours et réalités

The rehabilitation of lake Karla (Greece). Managing water shortage through sustainable development: views and realities
Christèle Allès
p. 309-318

Résumés

L’assèchement du lac Karla en 1962 et l’explosion des cultures cotonnières dans les années 1980 ont engendré une situation de pénurie en eau dans la plaine orientale de Thessalie. La solution imaginée est la construction d’un réservoir, projet présenté comme la réhabilitation de tout un écosystème et prolongé d’un plan de réforme de la plaine sur le mode du développement durable. Cependant, le développement durable est utilisé comme une stratégie destinée à obtenir des financements de l’Union Européenne. L’application de ses principes est par conséquent incertaine. Malgré la prise en charge du projet par un petit groupe d’acteurs à l’échelon local, l’absence de débat public autour de l’aménagement nuit à l’appropriation du projet par les populations concernées.

Haut de page

Texte intégral

  • 2

1Les conflits autour de la gestion de l’eau sont de plus en plus fréquents. Ils prennent une place grandissante dans les médias, souvent tentés d’y voir les prémices d’une future « guerre de l’eau ». Certes une telle conclusion est un peu hâtive, mais les problèmes liés à la pénurie en eau doivent être placés au cœur des réflexions des sociétés sur leur avenir et les moyens de s’y préparer1.

2De multiples acteurs prennent part au débat, chacun produisant son propre discours sur la manière de résoudre ces problèmes. Toutefois, le concept de développement durable semble s’être imposé aujourd’hui pour la gestion de l’ensemble des problèmes environnementaux, parmi lesquels les pénuries en eau. La construction d'un réservoir dans la plaine de Karla en Thessalie orientale en constitue une illustration parfaite.

3 Le lac qui occupait la plaine de Karla a été asséché en 1962 dans le cadre de grands projets d’extension des terres agricoles, concomitants d’un formidable essor de la production cotonnière (figure 1). On observe depuis une très nette diminution du niveau des aquifères et une forte dégradation de la qualité de l’eau. Le terme de désertification a même été évoqué pour décrire ce processus (Comité National Grec pour Combattre la Désertification, 2000). La construction d’un réservoir à l'emplacement de l'ancien lac est présentée comme une solution globale aux problèmes de la plaine : mise en place d’une gestion durable de toutes les eaux du bassin versant à la fois pour l’irrigation et l’eau potable, et transformation de la plaine par la promotion d’un développement respectueux de l’environnement.

Figure 1 : Carte de localisation

Figure 1 : Carte de localisation

4Des intérêts contradictoires affectent toutefois la gestion de la pénurie : d’une part, les besoins en eau d’une agriculture cotonnière intensive soutenue par de puissants syndicats d'agriculteurs, d’autre part, l’obtention d’un cofinancement de l’Union Européenne nécessaire à la construction du réservoir, au moment où Bruxelles promeut une agriculture durable et un développement rural global.

5C’est dans ce contexte conflictuel qu’il convient d’appréhender la construction du réservoir de Karla et d’évaluer la politique de promotion du développement durable du gouvernement grec dans cette zone. N’est-ce qu’un discours séduisant ou existe-t-il une réelle volonté de changement ?

6La diffusion des thématiques environnementales a toutefois pu entraîner une certaine prise en charge des projets de développement durable à l’échelon local. Un tel discours serait donc de nature à produire une réalité, trouvant une certaine efficacité par l’adhésion qu’il suscite. Efficacité toutefois bridée par les conflits d’acteurs locaux, les distances qu’ils peuvent créer, et l’absence de débat public capable de provoquer la création d’une entité locale autour d’un projet commun.

Le « développement durable », une réponse à la pénurie d’eau en Thessalie orientale

Une rapide dégradation des ressources en eau dans la plaine de Karla

7 En Grèce, les précipitations sont réparties de façon très dissymétrique, avec une nette opposition entre le versant ionien, bien arrosé, et le versant égéen, plus sec. La plaine orientale de Thessalie connaît de ce fait une importante aridité estivale. En 1975, Michel Sivignon localisait d’ailleurs les stations de Larissa et Volos dans une zone de climat semi-aride sur le climogramme d’Emberger (1975, p. 52). Concernant l’agriculture, il précisait cependant que cette aridité pouvait être contrebalancée par les apports fluviaux. Cela ne semble plus être le cas aujourd’hui.

8 Le Pinios, principal cours d’eau de Thessalie, est largement exploité pour irriguer les plaines occidentales et orientales, mais la grande irrégularité de son débit en fait une ressource peu fiable pour l’agriculture. Les grands systèmes d’irrigation construits à partir du fleuve et de ses affluents ne représentent d’ailleurs plus qu’une faible part de l’eau d’irrigation (7,8%) (Manoudis, 1999, p. 34).

9 Aujourd’hui, les agriculteurs ont principalement recours aux eaux souterraines. Les puits privés se sont multipliés, entraînant, depuis les années 1980, une chute importante du niveau des nappes alluviales et karstiques de la plaine (figure 2).

Figure 2 : Profondeur (en mètres) de l’eau dans les puits publics de la plaine de Karla entre 1975 et 2000 (Manoudis, 1999).

Figure 2 : Profondeur (en mètres) de l’eau dans les puits publics de la plaine de Karla entre 1975 et 2000 (Manoudis, 1999).

10 L'assèchement du lac Karla est l'argument le plus souvent invoqué pour expliquer cette rapide détérioration de l’hydrologie locale. Après la seconde guerre mondiale et la guerre civile, de grands projets de drainage et d’irrigation ont été mis en œuvre pour augmenter les superficies cultivées. Le bassin versant du lac Karla avait déjà été réduit de façon significative dans les années 1930. En 1961, la construction d’un tunnel vers le golfe Pagasitique provoque l’assèchement total du lac. Une source majeure pour l'alimentation des aquifères disparaît, ainsi qu'un microclimat propice à l’arboriculture, auparavant caractérisé par des hivers plus doux, des étés plus frais et des pluies plus abondantes (Zalidis et Gerakis, 1999, pp. 201-202). Les précipitations dans la plaine ont diminué de 7,3% entre les périodes 1950-1962 et 1962-1974 (Ministère de la jeunesse, 1984, p. 44) et de 22,2% entre les périodes 1950-1972 et 1984-1998 (Manoudis, 1999, p. 34). Ces chiffres sont des comparaisons de moyennes auxquels on pourrait reprocher de ne pas intégrer la grande variabilité interannuelle des précipitations et des variations à une échelle régionale plus vaste. Néanmoins, on peut admettre que l’assèchement du lac Karla a renforcé l’aridité propre à la zone étudiée.

11 Toutefois, l’engouement pour la culture du coton et la généralisation de l’irrigation ont certainement une responsabilité bien supérieure dans l'état de pénurie qui caractérise la période actuelle. En Grèce, le coton est une culture traditionnelle, introduite en culture sèche par les Ottomans. La production irriguée s’est rapidement étendue après la guerre grâce au soutien de l’Etat qui assurait des prix garantis ainsi qu’une prime à la production et une aide à la mécanisation. En Thessalie, la culture du coton passe de 4 140 à 43 780 hectares entre 1950 et 1970. Après une légère diminution des superficies cultivées provoquée par l’exode rural, l’installation par l’Etat de vastes réseaux d’irrigation et de puits profonds favorise un rapide redémarrage.

12L’entrée de la Grèce dans l’UE en 1981 permet un véritable essor de la production cotonnière grâce à la mise en place de subventions très attractives. Elles représentent 32,3% de la valeur de la production en 1983 et 63,5% en 1986 (Maravyas et Martinos, 1997, p. 291)). Le coton se fait exclusif, envahissant, comme l’a parfaitement décrit Michel Sivignon (1996, pp. 206-207) : « Partout, il est devenu une quasi-monoculture, refoulant le maïs, la luzerne, la betterave à sucre et naturellement, le blé et l’orge. On ne se préoccupe pas de rotation, tant les prix sont élevés et justifient un recours massif aux pesticides et aux insecticides et on plante coton sur coton, une année après l’autre (…). Les extensions des surfaces irriguées, à la périphérie des réseaux organisés, se font pour y planter du coton. Dans les collines argilo-sableuses des Revenia, dans le centre de la Thessalie, on voit les champs irrigués monter à l’assaut des pentes, sur les cônes de déjection, grâce à des pompes qui parviennent à refouler l’eau des nappes souterraines de la plaine jusqu’à une distance de six kilomètres des forages. »

13La production de coton entraîne une exploitation massive des ressources en eau, illustrée par le nombre de forages effectués durant les décennies 1980 et 1990. En effet, en Thessalie, 13 725 puits sont creusés entre 1980 et 1989, et 9 981 de plus entre 1990 et 1998. Le pompage assure l’irrigation de plus de 170 000 ha, soit plus de 60 % du total des terres cultivées dans la région. A l’heure actuelle, les agriculteurs doivent approfondir leurs puits presque chaque année, la salinité et l’alcalinité des sols se renforcent par manque de lessivage et l’épuisement des nappes souterraines provoque des effondrements de terrain.

Un réservoir pour préserver l’avenir

14La solution envisagée pour résoudre ces problèmes est la construction d’un réservoir au sud-est de la plaine et l’élaboration d’un plan de gestion de l’eau, destiné à éviter la reproduction des erreurs du modèle productiviste.

15En construction actuellement, le réservoir couvre une surface de 3 800 hectares dans la partie la plus basse de la plaine. Il sera alimenté par des pompages dans le Pinios ainsi que par toutes les eaux du bassin versant de l’ancien lac Karla, à l’exception de celles des collines des Revenia, à l’Ouest. Il est destiné à alimenter l’irrigation de façon à soulager les aquifères, leur permettant ainsi d’assurer l’approvisionnement de Volos et des villages du Sud de la plaine.

16 Selon la description du projet, il n’est pas prévu d’augmenter la surface irriguée dans la zone mais d’utiliser le réservoir pour améliorer l’approvisionnement en eau et l’organiser par la construction d’un réseau d’irrigation. Les besoins prévisionnels sont de 60,4 millions de m³ répartis entre l’eau du réservoir (53 millions de m³) et les eaux souterraines (7,4 millions de m³). 37 millions de m³ d’eau sont aujourd’hui prélevés dans les nappes phréatiques. Ainsi, la construction du réservoir permettrait une diminution du pompage destiné à l’irrigation de l’ordre de 29,6 millions de m³.

17Le réservoir de Karla rendrait donc possible une meilleure alimentation en eau de Volos et des villages, une utilisation durable des eaux souterraines et une irrigation plus efficace. La construction d’un réseau d’irrigation convenable et l’augmentation du volume d’eau pour une même surface est susceptible de diminuer la salinité des sols en offrant la possibilité d’un lessivage.

« Réhabiliter » l’ancien lac Karla : valoriser le réservoir

18« Restauration », « réhabilitation », ou encore « restitution » de l’ancien lac Karla ; le vocabulaire employé pour désigner cet aménagement fait appel à un imaginaire qui va bien au-delà du caractère technique de la construction d’un réservoir pour l’irrigation. Un retour en arrière semble possible, les erreurs du passé pourraient être effacées par la restauration de tout un écosystème lacustre.

19 De nombreux équipements sont en effet destinés à favoriser l’implantation de la végétation et le retour d’une faune aquatique autrefois abondante : digues en escaliers, îles pour accueillir des nichées d’oiseaux, zone de nutrition pour les poissons, aire marécageuse… Le retour des oiseaux migrateurs dans de petits réservoirs construits à la fin des années 1980 est d’ailleurs un signe encourageant.

20De plus, l’ensemble du bassin versant du futur « lac » doit être constitué en une zone de protection de l’environnement dite « zone d’éco-développement ». Son objectif est double : préservation de la qualité de l’eau et réforme des activités sur le thème du développement durable. Le plan de gestion élaboré par le Ministère de l’environnement (2002) reprend en effet les aspects majeurs de ce concept.

21 La mise en avant d’un développement respectueux des ressources naturelles introduit la notion de justice intergénérationnelle (transmettre aux générations futures un environnement de qualité). Concernant l’agriculture, diverses mesures sont envisagées : assolement des cultures, usage limité des engrais et des pesticides, lutte contre l’érosion des sols et formation des agriculteurs à des pratiques durables et à l’écotourisme.

22 La notion de justice spatiale est également présente grâce à des projets de développement de nouvelles activités, principalement touristiques. L’assèchement du lac a engendré de très fortes disparités entre ses anciennes rives est et ouest, favorisant les villages de la plaine qui ont pu mettre en place une agriculture très rentable, au détriment des villages de pêcheurs du piémont du massif du Mavrovouni. Depuis, ces derniers sont restés dans une situation précaire. Une part importante de la population est partie après l’assèchement et rares sont les jeunes qui travaillent aujourd’hui dans les villages. L’élevage et la culture des amandiers sont une source de revenu importante mais insuffisante car les exploitations sont petites et généralement très parcellisées. Qui plus est, les anciens pêcheurs n’ont jamais pu obtenir réparation auprès du gouvernement pour la perte du lac. Ils étaient seulement autorisés à lui louer les terres asséchées pour une somme symbolique. Le développement du tourisme pourrait venir contrebalancer ces inégalités car il devrait être localisé en priorité sur le piémont du Mavrovouni. Les villages y offrent un visage beaucoup plus pittoresque que dans la plaine, avec l’avantage d’être situés à l’interface entre le réservoir (activités nautiques) et le massif montagneux (randonnées pédestres, découverte de la faune et de la flore…).

23 Enfin, la création d’un organe de gestion pour la zone d’éco-développement introduit un élément de démocratie locale. Les différents acteurs du projet sont impliqués, signe encourageant pour une future gestion de l’eau fondée sur la discussion et le compromis entre les différents usages. C’est un développement consensuel et ascendant qui est proposé, tenant compte des désirs de tous pour parvenir à forger un dessein commun.

  • 2  Réseau écologique européen, le réseau Natura 2000 regroupe des zones de protection de l’environnem (...)

24 Le projet apparaît donc comme un élément fort de convergence environnementale aux échelons mondial et européen. L’attention portée à la réhabilitation d’un écosystème détruit par le système productiviste constitue un symbole fort de mise en application de l’idéologie du développement durable : « Le projet de réhabilitation partielle du lac Karla est un projet exemplaire dans l’optique d’un effort pour réparer les dommages provoqués par l’application d’un modèle de développement non durable » (Comité national grec pour combattre la désertification, 2000, p. 19). C’est prioritairement la convergence avec les politiques européennes qui est ici recherchée. La partie montagneuse de la zone d’éco-développement fait partie des espaces proposés par le gouvernement grec pour intégrer le réseau Natura 20002. L’agriculture durable est aujourd’hui promue par la PAC et les mesures envisagées dans la zone devraient favoriser une reconversion en douceur de cette région cotonnière vers des cultures plus respectueuses de l’environnement, au moment où une diminution drastique des subventions sur le coton est annoncée par l’UE.

25 Cependant, comme l’a souligné un émissaire européen lors d’une « réunion contre la désertification de Karla » en 2000, il subsiste des ambiguïtés quant aux bénéfices environnementaux liés à la construction du réservoir. Le renversement de la chronologie opéré par les promoteurs du projet en est un bon exemple. Alors que ce réservoir est envisagé dès les années 1970 pour améliorer l’irrigation du coton, il a été présenté lors de cette réunion comme le résultat d’une politique environnementale, l’agriculture n’étant concernée que grâce à un tour de passe-passe. Les canaux transportant l’eau du Pinios vers le réservoir traverseront des sols très salins. Une salinité trop forte de l’eau du réservoir serait nuisible à l’écosystème. Il faut donc la renouveler périodiquement. Pourquoi rejeter cette eau dans le golfe Pagasitique alors qu’elle peut être utile à l’irrigation ? Le sophisme est sans appel et on notera simplement que la quantité d’eau qui devra être renouvelée chaque année (53 millions de m³) correspond exactement au volume d’eau superficiel qui a été jugé nécessaire aux besoins de l’agriculture.

26 Malgré les nobles ambitions de ce projet, il paraît donc légitime de s’interroger sur sa composante environnementale : n’est-elle pas seulement un prétexte pour obtenir un financement de l’Union Européenne ?

Le développement durable en tant que discours

27 Nous tenterons ici d’évaluer cette hypothèse à partir de l’analyse des nombreuses contradictions du projet Karla.

Une contradiction majeure : construire Karla et détourner le fleuve Acheloos.

28 Le fleuve Acheloos prend sa source dans les montagnes du Pinde et se jette dans la mer Ionienne. Un projet de détournement d’une partie de ses eaux vers les plaines thessaliennes à des fins d’irrigation et de production hydroélectrique a vu le jour dès 1955 et a été relancé dans les années 1980.

29 Cet aménagement a toujours été très contesté par les mouvements écologistes qui ont réussi à empêcher son cofinancement par l’UE et à faire arrêter les travaux à de nombreuses reprises. Le gouvernement grec est néanmoins toujours parvenu à les faire reprendre, même si le projet a du être revu à la baisse.

  • 3  Convention internationale pour la protection des oiseaux.

30 Le détournement de l’Acheloos est donc un projet activement soutenu par les gouvernements successifs, qui le relancent systématiquement malgré l’opposition ferme des associations de défense de l’environnement. Il devrait entraîner la dégradation du lagon de Messolonghi à l’embouchure de l’Acheloos - un site RAMSAR3 - , ainsi que l’ennoiement d’une grande partie de la haute vallée du fleuve qui, comme Karla, est un site proposé pour le réseau Natura 2000. Sans compter que la légitimité d’un tel projet suscite des interrogations : « a-t-on le droit de priver une partie de la population grecque d’un bien qui, pour n’être point marchand, ne leur appartient pas moins, au profit d’une autre partie de la population, en l’occurrence les habitants des plaines thessaliennes ? » (Sivignon, 1996, p. 210).

31 L’autoritarisme du gouvernement central, l’accentuation des inégalités de développement entre une région de montagne et une riche plaine agricole et la destruction de sites naturels protégés par des conventions internationales nous éloignent fort des principes de bonne gouvernance et de protection de l’environnement mis en avant pour la construction du réservoir de Karla au nom du développement durable.

Les contradictions internes au projet Karla

32 La comparaison entre le discours tenu sur Karla et les réalisations en cours nous a permis de distinguer deux éléments principaux de discordance à l’égard des notions de démocratie locale et d’équité spatiale.

33Il faut tout d’abord noter que les populations locales ont finalement très peu participé à l’élaboration du projet. Même les municipalités n’ont pu le consulter qu’après sa finalisation. On trouve bien un chapitre « opinion des populations locales » dans l’évaluation environnementale réalisée pour la zone d’éco-développement, mais il ne concerne que les villages du massif du Mavrovouni, et il y est affirmé que les personnes ne soutenant pas la protection de l’environnement sont mal informées.

34 L’organe de gestion quant à lui, apparaît davantage comme un instrument de contrôle de la zone par les autorités nationales, que comme un réel moyen de promouvoir la démocratie locale. La loi prévoit.qu’un scientifique préside le conseil. Ici, c’est le président de la région qui a été choisi, ce que l’on pourrait considérer comme un exemple de décentralisation. Cependant, le président de région n’est pas élu mais nommé par le gouvernement. Il n’est donc en rien un représentant des populations locales. Sa position assurera au gouvernement de pouvoir diriger à sa guise la répartition de l’eau et des terres.

35Et comment parler de développement participatif lorsqu’on observe le déroulement de la récupération des terres de l’ancien lac par le gouvernement pour la construction du réservoir ? Dans le village de Kanalia, plus de la moitié des exploitations a disparu et tous les agriculteurs, ou presque, ont perdu une partie de leurs terres. Mais il semble qu’ils n’aient même pas été avertis du non renouvellement de leur contrat de location. Selon les habitants du village, ils ont compris ce qui se passait quand ils ont vu les engins de génie civil arriver et les travaux commencer. Cette information est à prendre avec précaution car ils éprouvent un très fort ressentiment envers le gouvernement, mais le maire de Karla confirme n’avoir pas été informé de la surface préemptée par le réservoir avant le lancement des travaux. Plus grave, aucune indemnisation n’a été prévue. Des procès sont actuellement en cours contre l’Etat et une première décision de justice, favorable aux anciens pêcheurs, a été rendue.

36Une telle attitude ne peut s’accorder avec les principes qui sous-tendent le projet Karla et correspond davantage à une conception autoritaire et centralisée de l’aménagement du territoire.

37C’est donc une situation de conflit qui domine aujourd’hui les débats, loin du compromis annoncé. Et comment parler de justice spatiale alors qu’une fois encore, on laisse les populations du piémont sans soutien, au bénéfice de celles de la plaine. Bien que le développement du tourisme puisse venir nuancer ce constat, les méthodes sont en contradiction avec le discours présenté.

38 La poursuite concomitante de deux aménagements soutenus par des idéologies entièrement contradictoires d’un côté, la mise en route du projet Karla à l’encontre des principes énoncés dans les études de l’autre, nous incitent une fois de plus à douter de la crédibilité du discours tenu sur la construction du réservoir. Sentiment d’ailleurs confirmé par l’ancien secrétaire du ministre de l’environnement, Elias Beriathos, dont l’opinion est sans ambiguïtés : « l’Etat grec voulait de l’argent. C’est pour ça qu’on l’a mis [le projet Karla] dans le programme opérationnel sur l’environnement. Autrement, on aurait pu l’intégrer au programme opérationnel sur l’agriculture, mais on n’aurait pas pu le financer».

39 Dans ce débat, l’absence de discussion avec les populations locales n’est pas à prendre à la légère. Non seulement elle est contraire à la démarche du développement durable, mais elle pose la question de l’appropriation du projet par les habitants de la zone, voire même de l’appropriation commune de l’espace du réservoir, sa constitution en lieu, en un espace de référence à partir duquel construire un projet commun.

Karla ? Un lieu a construire

40 Le projet de réforme de la région dans le respect des principes du développement durable est donc un discours creux, déjà vidé de son sens alors que les travaux ne sont pas encore achevés. Sa mise en œuvre semble donc compromise, d’autant que les forces d’opposition ne sont pas négligeables.

Des forces d’oppositions…

41Au-delà du discours et de ses contradictions, il faut bien constater que l’absence de réelle volonté politique de réformer la région n’a d’égal que le peu d’empressement des populations à évoluer.

42En premier lieu, l’organe de gestion n’a pas les capacités d’initier une dynamique nouvelle. Il n’a à sa disposition qu’une réglementation très sommaire ne comprenant ni mesures de sanction, ni mesures contractuelles, ni mesures d’incitation financière. Tout semble finalement reposer sur sa capacité à convaincre les agriculteurs, tâche difficile s’il en est.

43La notion de protection de l’environnement est étrangère à la population. Les espaces intermédiaires entre les villages et les champs sont généralement de véritables dépotoirs publics. De plus, les exploitants n’effectuent aucun retour critique sur leurs pratiques. Si l’eau est de mauvaise qualité dans les canaux, c’est à cause des usines de Larissa. Les problèmes de nitrification existent bien, mais dans d’autres régions. La diminution du niveau des eaux souterraines est toujours comprise comme une conséquence directe de l’assèchement du lac et non comme le résultat de pompages excessifs destinés à l’irrigation. A cela s’ajoute une capacité à évoluer relativement limitée. Le vieillissement des chefs d’exploitation et leur manque de formation les incitent à reproduire des pratiques déjà connues et expérimentées. D’autant plus que l’encadrement traditionnellement étatique de l’agriculture (formation, vulgarisation, coopératives agricoles…) a été presque entièrement privatisé. La vulgarisation est dorénavant assurée par de grandes entreprises privées qui diffusent des technologies créées dans le cadre du modèle intensif.

44 Le réservoir pourrait, dans un tel contexte, être l’occasion d’un renforcement des problèmes existants, d’une fuite en avant des agriculteurs vers une utilisation toujours plus intensive des ressources, plutôt qu’une solution à la pénurie d’eau. Malgré tout, en parallèle à ces forces d’opposition, on observe des initiatives allant dans le sens du discours proposé par les autorités. Celui-ci aurait donc trouvé localement une certaine efficacité.

…mais une prise en charge locale des objectifs du développement durable.

45 En effet, certains acteurs locaux envisagent la construction du réservoir comme une réelle opportunité pour la région, misant notamment sur le développement des activités de tourisme et de loisir. Le maire de la municipalité de Karla est particulièrement enthousiaste à ce propos. Lorsqu’on lui demande quelles activités devraient être les plus importantes pour la commune dans l’avenir, il répond sans hésiter : « les sports nautiques et le tourisme. » La création d’un club d’aviron lui tient particulièrement à cœur et il a relancé la rénovation d’une ancienne église. Il est soutenu dans ces projets par des organismes de développement locaux. L’ANEM (organisme de développement local de Magnésie) a préparé un plan de développement pour la commune de Karla dont les axes principaux sont l’agriculture biologique et l’écotourisme. Un autre organisme, le KEKANAM (Centre de formation et de recherche de l’administration de la préfecture de Magnésie), participe au programme européen ECOSERT (Coopération européenne pour le développement régional durable et environnemental par le tourisme). Dans ce cadre, un plan pour le redéploiement du tourisme de Magnésie sur d’autres lieux que le littoral a été développé. Le futur réservoir en est un pôle important.

46Le tourisme n’est pas en soi un objectif de développement durable. Il peut toutefois favoriser la protection de l’environnement car il est ici envisagé sous la forme de la découverte de la faune et de la flore, de randonnées pédestres… La mise en place d’activités nautiques pourrait quant à elle forcer à une gestion de l’eau du futur réservoir qui ne soit pas uniquement tournée vers la satisfaction des besoins des agriculteurs.

  • 4  On utilise ici la définition du patrimoine d’Olivier Lazarotti : « un ensemble d’attributs, de rep (...)

47La patrimonialisation du réservoir produite aux échelons du village, du département et de la région est également tout à fait révélatrice de la prise en charge du projet par le local4. Elle est déjà présente dans l’idée de « restitution » ou de « réhabilitation » qui conduit à la fois à une patrimonialisation rétrospective du Karla - le lac aurait du être conservé et transmis aux générations futures - et à une patrimonialisation prospective du réservoir - il faudra conserver ce nouvel écosystème. Ces termes, lancés par le ministère de l’environnement, sont réutilisés et réinvestis aux échelons régionaux et locaux.

48Deux ouvrages ont été réalisés en collaboration avec les autorités régionales, l’un par la chambre des techniques de Magnésie (TEE, 1999), l’autre par un particulier, Yannis Rouskas (2001), en partenariat avec la préfecture de Larissa. Dans les deux cas, la référence à l’ancien lac Karla tient une place prépondérante, comme le montre le titre des ouvrages : Le lac Karla, anciennement Viviis (TEE, 1999) et Le retour de Karla (Yannis Rouskas, 2001). Dans Le retour de Karla, la vie des anciens pêcheurs du lac est longuement présentée. On cherche à mettre en valeur une culture, avec des techniques particulières, un mode de vie, un langage et un artisanat. La période précédant l’assèchement est présentée comme une période heureuse avec des photos de pêcheurs unis et souriants (Photo 1). La catastrophe que la disparition du lac a pu représenter apparaît alors avec d’autant plus de force qu’elle est associée à des images de mort (Photo 2) et que ses conséquences néfastes sont soulignées (Photos 3a, 3b et 3c). La construction du nouveau réservoir s’en trouve extrêmement valorisée car elle apparaît comme une réparation de ce désastre. Nous sommes face à une véritable mise en scène de l’histoire, qui accentue les conséquences du « crime » et fait plonger les racines du nouveau réservoir dans l’histoire longue de la région, l’investissant d’une forte connotation identitaire qui peut conduire à son appropriation par les populations locales.

49Cette patrimonialisation est d’ailleurs reprise par la municipalité de Karla. Une brochure intitulée Kanalia et Karla, qui évoque les éléments du patrimoine culturel et naturel du village, a été distribuée, ainsi qu’un calendrier décoré de photos d’anciens pêcheurs ; des huttes de pêcheurs ont été construites sur les places de Stefanovikio et Kanalia ; une représentation de l’ancien lac est présente sur le panneau signalant l’entrée du village de Stefanovikio (Photo 4). L’ambition est sans doute double : marquer l’appartenance de la commune au territoire de projet qu’est aujourd’hui la plaine et susciter l’adhésion des populations à celui-ci. Cela semble d’ailleurs fonctionner. Ce sont les habitants de Stefanovikio, où il n’y a aucune tradition de pêche, qui ont réclamé la construction de huttes dans leur village. Cet espace et cette culture sont donc aujourd’hui revendiqués par l’ensemble des villages riverains de l’ancien lac. La construction du réservoir parviendrait à rapprocher les différents habitants de la région autour d’un passé commun, et c’est peut-être là que réside le plus grand espoir de voir se ralentir l’utilisation intensive des ressources.

50 Ces actions ponctuelles sont-elles suffisantes pour que le futur réservoir parvienne à « faire lieu », à fédérer les populations non seulement autour d’un passé mais aussi autour d’un projet commun ?

Photo 1 : La joie avant la catastrophe (Rouskas, 2001, pp. 127 et 135)

Photo 1 : La joie avant la catastrophe (Rouskas, 2001, pp. 127 et 135)

Photo 3 : pollution du golfe Pagasitique

Photo 3 : pollution du golfe Pagasitique

Photo 5 : abandon des anciens villages de pêcheurs (TEE, 1999, pp. 107, 115 et 120).

Photo 5 : abandon des anciens villages de pêcheurs (TEE, 1999, pp. 107, 115 et 120).

La fabrique du lieu par la controverse

51Nous utilisons ici un article d’Elisabeth Rémy, Valérie November et Cristina D’Alessandro, L’ « espace » d’une controverse (2004), qui montre comment la controverse publique peut être productrice de lieu. Les auteurs s’appuient sur la définition du lieu proposée par Denis Retaillé dans le monde du géographe. Pour lui, « le lieu a comme propriété finale la coprésence » et sa constitution nécessite « un déclenchement, une circonstance qui place les sujets et les objets en position d’interaction ». Dans l’article, ce déclenchement est une controverse technologique publique à propos de l’implantation d’une ligne haute tension par EDF. Le débat public s’ouvre entre différents groupes d’acteurs qui opposent leurs divergences, lesquelles sont associées à différentes caractéristiques de l’espace : qualité des terrains, distances, paysages… La controverse permet la mobilisation de personnes, qui n’ont a priori rien en commun, mais qui doivent dorénavant « discuter des coexistences possibles, du monde commun dans lequel on souhaite vivre, lequel associe un ouvrage technique, un paysage que l’on ne souhaite pas défigurer… ». Un lieu est donc produit par la réduction des distances que provoque le débat public et la prise en compte dans ce débat des caractéristiques de l’espace qui importent à chacun.

52 On peut alors changer de perspective en se demandant si l’absence de débat public autour de la construction du réservoir de Karla n’empêche pas justement la construction d’un « lieu » dans cette zone, en nuisant à la réduction des distances entre les différents villages de la plaine. Malgré notre précédente évocation d’un territoire revendiqué par tous ses habitants, nous avons clairement noté au cours d’entretiens réalisés dans un village d’anciens pêcheurs, Kanalia, et un village d’agriculteurs, Stefanovikio, la persistance d’une très nette fragmentation de l’espace

53 Une nette opposition existait déjà entre les rives Est et Ouest de l’ancien lac. La rive est, plus prospère, vivait de la pêche et de l’arboriculture alors que l’économie de la rive ouest reposait essentiellement sur un élevage extensif peu rentable.

54La disparition de l’obstacle physique entre les deux rives n’a pas réussi à gommer cette dichotomie et semble même l’avoir renforcée. Le différentiel économique persiste, bien que renversé. La rive ouest a connu un développement fulgurant grâce à l’expansion de l’agriculture cotonnière, alors que la rive est ne s'est jamais relevée de la disparition de la pêche. Les infrastructures de communication entre les deux rives de l’ancien lac sont très mauvaises. Aucune route ne traverse la plaine dans sa partie sud à l’exception de celle suivant le piémont du Pilion. Il est donc beaucoup plus long d’aller de Stefanovikio à Kanalia que de rejoindre Larissa ou Volos. De ce fait, les relations entre les deux rives sont très peu développées. On peut même faire état d’un certain mépris respectif pour « ceux d’en face ».

55L’opposition la plus flagrante concerne les valeurs que les habitants des deux villages accordent à cet espace, valeurs révélatrices de temporalités et de spatialités complètement distinctes.

  • 5  Les dèmes sont le résultat d’un regroupement communal.

56Les habitants de Kanalia ont construit un récit presque mythique autour de leur histoire ; un discours cohérent et homogène conçu sur le mode d’une tragédie dont le nœud serait l’assèchement du lac, point de passage entre « on pouvait faire ce qu’on voulait » et « chacun fait ce qu’il peut ». Ils décrivent un avant entièrement organisé autour de la pêche, activité porteuse d’une culture et de solidarités villageoises, qui rythmait les années et les semaines et faisait la réputation du village dans toute la région. L’après est quant à lui catastrophique, marqué par une dégradation continuelle de la vie au village, un exode de sa jeunesse et un abandon de la part du gouvernement dont l’aboutissement est la récupération des terres de l’ancien lac en 2000. Cette construction révèle un point très important : le lac constituait un repère, à la fois géographique, social et culturel. Sa disparition représente une rupture majeure dans l’histoire du village et elle constitue aujourd’hui un repère temporel à partir duquel la situation présente est évaluée. Mais aucun repère géographique fort n’est venu le remplacer. Les terres asséchées n’ont jamais été données et ont toujours été considérées comme un élément temporaire, instable dans la vie du village. Aucune appropriation n’a pu avoir lieu. Ces terres restent dans les entretiens « les terres de Karla », et s’opposent à « mes terres ». On peut d’ailleurs noter que lors de la constitution des dèmes5, les habitants de Kanalia ne voulaient pas être regroupés avec les villages de la plaine mais avec ceux du Mavrovouni et de son piémont. Cet espace n’est pas le leur. Leur territoire propre a disparu lors de l’assèchement.

57A l’inverse, à Stefanovikio, l’assèchement du Karla est perçu de manière anecdotique et aucun discours collectif n’a été construit autour de cet événement. Selon les agriculteurs, le véritable moment pivot pour le village se situe dans les années quatre-vingt : extension du coton, entrée de la Grèce dans l’Union Européenne et mise en place du système de subventions. Ce sont l’intensification de l’agriculture et l’augmentation des revenus qui en découle qui constituent le moment fondateur de la vie du village. Comme le fait remarquer Dimitri Goussios (1995, p. 109), ce mode d’agriculture fait abstraction de l’espace agricole. Les engrais viennent pallier les déficiences des sols, l’irrigation la faible pluviométrie…. De ce fait, l’espace ne représente qu’un instrument de travail comme les autres et les valeurs qui lui sont liées ne tiennent pas compte des particularités locales. L’espace est perçu en fonction de sa valeur économique qui l’intègre dans l’ensemble « plaine de Thessalie ». Associé à cet ensemble, le village est le lieu du passage à la modernité, du développement de nouvelles technologies et d’une marche vers le progrès, c’est-à-dire des valeurs qui ont mené à la prospérité. Elles ne sont pas exprimées directement par les personnes interrogées mais elles sont perceptibles dans les rapports qu’ils disent entretenir avec les autres espaces. Ils se sentent proches de la ville et ont d’ailleurs tendance à rétrécir les distances qui les en séparent. On peut selon eux trouver les mêmes activités et les mêmes services à Stefanovikio qu’à Volos, à quelques exceptions près. Mais surtout, il n’y a que peu de signes de la vie rurale dans le village. Les machines agricoles sont essentiellement visibles à sa périphérie : sur le bord de la route et sur des terrains vagues limitrophes des champs. Lorsqu’elles sont dans le village, elles sont le plus souvent cachées dans les arrières-cours des maisons, qui sont d’ailleurs construites sur un modèle urbain.

58 Nous avons donc d’un côté un village qui a construit un patrimoine fort autour de l’ancien lac. De l’autre, un village dont l’espace référentiel ignore le lac et qui prête à son propre territoire une valeur essentiellement productive.

59La construction du réservoir aurait pu être le facteur déclencheur d’une mise en présence de ces deux rives, d’une réduction de la distance par le débat public que cet aménagement aurait pu susciter. Mais la discussion est presque inexistante à l’échelon local. Le maire a bien organisé des réunions, mais à l’échelon des villages et non du dème de Karla, qui regroupe les villages des deux rives de l’ancien lac. Les avis des uns et des autres n’ont donc pu être confrontés. Les visites des différents organismes gouvernementaux et des agences de développement ont été organisées de la même façon. Les interactions les plus fortes sont verticales, entre les villages et le gouvernement : position attentiste des agriculteurs qui lui font toute confiance pour satisfaire leurs besoins ; relations conflictuelles avec les anciens pêcheurs, en procès pour obtenir une indemnisation pour la récupération des terres de l’ancien lac.

60La distance persiste donc, et se trouve même renforcée par des attentes contradictoires vis-à-vis du réservoir, ce qui devrait provoquer de nombreux conflits d’usage. Tous attendent bien sûr une amélioration de leur situation. Les agriculteurs la comprennent comme la possibilité de continuer leurs pratiques intensives par l’augmentation du stock d’eau disponible, alors que les anciens pêcheurs espèrent une valorisation de leur patrimoine et un développement du tourisme.

61La prise en charge locale du projet de développement durable reste donc problématique malgré les initiatives positives évoquées précédemment.

Conclusion

62Gérer une pénurie d’eau par le développement durable, ce pourrait être saisir l’opportunité d’un véritable règlement des problèmes sur le long terme. Mais, comme on a pu l’observer à travers l’exemple du lac Karla, la mise en avant de cette notion est aussi l’occasion de galvauder une fois de plus une idée qui pourrait avoir une réelle efficacité. L’impact de la rhétorique construite par le gouvernement grec est cependant ambivalent. L’absence de volonté politique pour faire appliquer les principes du développement durable est susceptible de mener à une aggravation des problèmes existants. Dans le même temps, la diffusion d’un discours sur la protection de l’environnement peut néanmoins trouver une certaine efficacité auprès de quelques acteurs particulièrement réceptifs.

63Cependant, il nous semble important d’insister sur la nécessité d’ouvrir un débat public autour d’un tel aménagement de manière à ce qu’il soit pris en charge par les populations. Un tel débat permet la confrontation des intérêts des différents acteurs et leur négociation, la réduction de la distance qui peut séparer ces populations et la construction d’un espace commun. Dans le contexte actuel, il est difficile d’attendre autre chose qu’une perpétuation des pratiques existantes et la construction du réservoir n’apparaît que comme un palliatif temporaire à la pénurie d’eau que connaît la plaine de Karla.

641  Cet article est issu d’une maîtrise de géographie effectuée à l’université lumière Lyon II sous la direction d’Olivier Deslondes en 2003-2004. Je remercie Olivier Deslondes de m’avoir suivie dans mes recherches et soutenue dans la rédaction de cet article. Merci également à Efstathios Koutséris, professeur à l’université de Thessalie, qui m’a été d’un grand secours lors de mes séjours de terrain, en m’apportant à la fois une aide logistique et sa grande connaissance de la région étudiée.

Haut de page

Bibliographie

Comité national grec pour combattre la désertification, 2000, Premier rapport national pour l’application de la convention des Nations Unies pour combattre la désertification, Athènes, 27 p. (en anglais).

GOUSSIOS D., 1995, Innovations et transferts technologiques dans la culture du coton en Thessalie : les systèmes d’irrigation, La vulgarisation agricole dans les pays de la Méditerranée du nord-est, Montpellier, CIHEAM-IAMM, cahiers options méditerranées, vol.2, pp. 39-48.

LACOSTE Y., 2001, Géopolitique de l’eau, Hérodote, n°102.

LUSSAULT M. et LEVY J., 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, Paris, 1033 p.

MANOUDIS N., 1999, Hydrologie dynamique de Thessalie : état des eaux superficielles, chambre géotechnique de Grèce (en grec).

MARAVEYAS N. et MARTINOS N., 1997, Les politiques de subvention et de prix appliquées en Grèce et leurs résultats. 1980-1990, Options méditerranéennes, n°11, p. 281-295.

Ministère de l’environnement, de la planification régionale et des travaux publics, 1999, La restauration du lac Karla : Rapport technique-environnemental, Etude coût-bénéfice et étude de soutien, Athènes (en grec).

Ministère de l’environnement, de la planification régionale et des travaux publics, 2002, Etude pour la zone spéciale de protection de l’environnement de Karla – Mavrovouni – Kefalovrisso Velestino, Athènes (en grec).

Ministère de la jeunesse, 1984, Etude des conséquences de l’assèchement du lac Karla, gestion unique du lac et du réservoir, Athènes (en grec).

REMY E., NOVEMBER V., D’ALESSANDRO C., 18.01.2004, L’ « espace » d’une controverse, EspacesTemps.net, Textuel.

RETAILLE D., 1997, Le monde du géographe, Paris, Presses de Science-Po, 283 p. 

ROUSKAS Y., 2001, Le retour du lac Karla, ed. Yannis Rouskas, Athènes (en grec).

SAKELLARIOU M., ANGELAKI A., KUNGOLOS A., PATERAS D., TSIROPOULOS N., 1998, Study of water quality and toxicity assessment in former Karla lake reservoir in an agricultural area in Greece, in Fourth international symposium on waste management problems in agro-industries, Istambul.

SIVIGNON M., 1996, La question de l’eau en Grèce, Espace rural, n°36.

SIVIGNON M., 1975, La Thessalie, analyse géographique d’une province grecque, Thèse, Institut des études rhodaniennes des universités de Lyon, 572 p.

TEE Magnesia, 1999, Le lac Karla, anciennement Viviis (en grec).

ZALIDIS et GERAKIS, 1999, Evaluating sustainability of watershed resources management through wetland functional analysis, Environmental Management, vol.24, n°2.

Haut de page

Notes

2  Réseau écologique européen, le réseau Natura 2000 regroupe des zones de protection de l’environnement dans tous les pays de l’Union Européenne.

3  Convention internationale pour la protection des oiseaux.

4  On utilise ici la définition du patrimoine d’Olivier Lazarotti : « un ensemble d’attributs, de représentations et de pratiques fixé sur un objet non contemporain (chose, œuvre, idée, témoignage, bâtiment, site, paysage, pratique) dont est décrété collectivement l’importance présente intrinsèque (ce en quoi cet objet est représentatif d’une histoire légitime des objets de société) et extrinsèque (ce en quoi cet objet recèle des valeurs supports d’une mémoire collective), qui exige qu’on le conserve et le transmette. » (Michel Lussault et Jacques Lévy, 2003, p.692). La patrimonialisation ou mise en patrimoine est alors l’identification d’un objet comme patrimonial et la diffusion d’un discours démontrant la nécessité de sa conservation et de sa transmission.

5  Les dèmes sont le résultat d’un regroupement communal.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de localisation
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1352/img-1.png
Fichier image/png, 170k
Titre Figure 2 : Profondeur (en mètres) de l’eau dans les puits publics de la plaine de Karla entre 1975 et 2000 (Manoudis, 1999).
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1352/img-2.png
Fichier image/png, 11k
Titre Photo 1 : La joie avant la catastrophe (Rouskas, 2001, pp. 127 et 135)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1352/img-3.png
Fichier image/png, 189k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1352/img-4.png
Fichier image/png, 287k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1352/img-5.png
Fichier image/png, 387k
Titre Photo 3 : pollution du golfe Pagasitique
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1352/img-6.png
Fichier image/png, 202k
Titre Photo 5 : abandon des anciens villages de pêcheurs (TEE, 1999, pp. 107, 115 et 120).
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1352/img-7.png
Fichier image/png, 463k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1352/img-8.png
Fichier image/png, 544k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christèle Allès, « La « réhabilitation » du lac Karla (Grèce). Le développement durable en tant que réponse à la pénurie d’eau : discours et réalités », Géocarrefour, vol. 80/4 | 2005, 309-318.

Référence électronique

Christèle Allès, « La « réhabilitation » du lac Karla (Grèce). Le développement durable en tant que réponse à la pénurie d’eau : discours et réalités », Géocarrefour [En ligne], vol. 80/4 | 2005, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 30 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1352 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1352

Haut de page

Auteur

Christèle Allès

Université Lumière - Lyon 2
Faculté de Géographie, Histoire, Histoire de l’Art et Tourisme
5 avenue Pierre Mendès-France
69676 BRON
E.mail : c.alles@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page