Navigation – Plan du site

Conflits et coopération liés à l’eau du fleuve Sénégal

Water conflicts and co-operatin over the Senegal river
Martin Kipping
p. 335-347

Résumés

La recherche sur “l’hydropolitique” - c’est-à-dire les conflits et la coopération liés à l’eau douce - a pu montrer que jamais une guerre internationale n’a été menée à cause de l’eau au cours de notre ère. Néanmoins, le discours “néo-malthusien” dominant continue à faire croire que des pénuries d’eau provoquent nécessairement des conflits et nuisent à la coopération entre les riverains de fleuves partagés. Le cas du fleuve Sénégal en Afrique de l’Ouest permet de mettre en question cette perspective : d’un côté, trois des Etats riverains - le Mali, la Mauritanie et le Sénégal - ont intensifié leur coopération au sein de l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal (OMVS) en mettant en œuvre un programme d’infrastructure commun (deux barrages) après le début de la grande sécheresse de 1968-1973. De l’autre côté, la Mauritanie a connu l’expulsion sanglante de groupes de sa population vivant dans la vallée du fleuve en 1989-1990, après que leurs terres aient pris de la valeur suite à l’accroissement de l’eau d’irrigation disponible grâce aux barrages. Ainsi, une corrélation “anti-malthusienne” existe entre l’offre d’eau disponible et le degré de conflit ou de coopération dans ces deux cas. L’article explore les causes derrière cette corrélation. Il montre que la sécheresse a augmenté l’intérêt des États riverains pour le développement commun du fleuve et leur a permis d’obtenir les finances nécessaires de la part des bailleurs de fonds. C’est la raison pour laquelle la pénurie grandissante d’eau a été une condition nécessaire à la coopération intensifiée autour du fleuve Sénégal. Concernant le conflit mauritanien, l’auteur montre que l’augmentation de la quantité d’eau d’irrigation a motivé en grande partie la “saisie de terres” par l’élite maure, conduisant à l’expulsion de la population non maure de la vallée du fleuve. Ainsi, n’étant pas forcément une condition nécessaire, l’offre grandissante d’eau a néanmoins contribué de manière significative à ce conflit violent.

En conclusion, l’auteur suggère que soit développée une recherche plus complexe sur les liens entre les pénuries d’eau et les conflits, qui devrait prendre en considération les intérêts précis des riverains. Sur le plan politique, il semble opportun de consacrer plus d’attention aux possibles conséquences non voulues de la coopération internationale liée à l’eau au sein même des pays concernés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction2: l’eau entre guerre et paix

  • 1  Une version anglaise du présent article sera publiée au sein l’ouvrage suivant : Hans Günter Brauc (...)
  • 1

1Le mot français « rival » vient du latin « rivalis », venant lui-même de « rivus » qui signifie rivière ou fleuve. Ainsi, depuis la nuit des temps, partager une même source d’eau semble avoir fait l’objet de conflits. Cependant, il a fallu attendre la fin de la Guerre Froide pour voir « les conflits pour l’eau » gagner de l’importance dans le domaine des sciences sociales en général, et plus particulièrement dans les relations internationales. Ce nouvel état de choses s’explique par la dynamique démographique, l’augmentation de la consommation d’eau due à la croissance économique, des changements climatiques inquiétants ainsi que par la prise de conscience écologique. Alors que les conséquences socio-économiques provoquées par la pénurie et la pollution sont au cœur des débats sous le label de la « sécurité environnementale » (Brauch, 2003; Kahl, 2003 ; Dalby, sous presse), la violence armée émanant des conflits liés à l’eau est examinée dans le cadre de recherches sur les « conflits environnementaux » (Diehl et Gle­ditsch, 2001; Gleditsch, 2003).

2Par rapport à la notion de « conflits pour l’eau » en particulier, l’on observe trois courants de pensée: la pensée néo-malthusienne, la pensée cornucopienne et l’approche politique (Gleditsch, 2003; Selby, 2003).

3L’approche néo-malthusienne tire son nom de Thomas Malthus, l’auteur de l’Essay on the Principle of Population (1798), dans lequel il avait reproduit une image sombre de la pénurie de ressources causée par une forte démographie, conduisant inévitablement à la famine ou à la guerre. En ce qui concerne les conflits liés à l’eau, la vision néo-malthusienne fait ressortir les conséquences conflictuelles causées par le « stress de l´eau », autrement dit la pénurie des ressources renouvelables en eau par habitant (Falkenmark, 1989).

4Les Cornucopiens affichent une vision plus optimiste, qui vante les potentialités du progrès technique, des mécanismes de marché, du commerce et des substituts qui permettraient d’éviter des carences de ressources menant à des conflits (Gleditsch, 2001, 2003). Des concepts normatifs, parfois technocratiques de la gestion des ressources hydrauliques, comme la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) et la modélisation mathématique de gestion des bassins, sont inspirés de cette pensée.

5L’approche politique, quant à elle se montre plutôt pessimiste par rapport à l’efficacité des solutions techniques. Elle souligne les problèmes de gestion des cours d’eau internationaux. D’après elle, les cours d’eau transfrontaliers engendrent des conflits amont-aval que les institutions politiques établies des pays riverains ne sont guère à même de résoudre. Pire, la possibilité qu’ont les pays en amont d’externaliser les conséquences négatives liées à leur utilisation de l’eau (comme la pollution ou l’assèchement) incite ces pays à une politique unilatérale (« beggar your neighbour’ policies »).

  • 3  Cf. Starr 1991 en tant qu’article représentatif et probablement le plus cité par rapport au « guer (...)
  • 4  La dernière guerre de l’eau entre Etats s’est produite entre les cités Lagash et Umma de Mésopotam (...)

6Le discours néo-malthusien, dominant dans les années 1990, a placé « les guerres de l’eau » au coeur d’un battage médiatique, l’eau étant parfois considérée comme la ressource renouvelable la plus susceptible de provoquer des guerres futures.3 Toutefois, les résultats des recherches quantitatives menées par Aaron Wolf, qui a pu démontrer que jamais l’eau n’a été à l’origine d’une guerre internationale pendant notre ère, ont quelque peu tempéré ces déclarations.4 En conséquence, la coopérationinternationale liée à l’eau, qui atteint des proportions impressionnantes dans les régions industrialisées, a progressivement gagné en importance dans le débat.

7Quoi qu’il en soit, l’eau continue d’être considérée comme une source de conflits au sein même de pays. En effet il a été soutenu que « geographic scale and intensity of conflict are inversely related » (Wolf, 1998, p. 6). Thomas Homer-Dixon (Université de Toronto) et Günther Baechler (ENCOP : Université de Zurich et Swisspeace) ont examiné sur la base de la pensée néo-malthusienne comment et dans quelles conditions les différentes pénuries de ressources provoquent des conflits violents à des niveaux infra-nationaux.

8S’il est vrai qu’une recherche intensive sur les conflits et la coopération liés à l’eau a été accomplie, des failles observées sur le plan méthodologique nous laissent cependant sceptiques quant à la fiabilité des résultats. En effet, la recherche menée sur « l’hydropolitique » (Elhance, 2000), c’est-à-dire les conflits et la coopération liés à l’eau, est caractérisée par un certain biais dans la sélection des cas : les épisodes dans lesquels coexistaient la pénurie d’eau et un conflit violent ont été privilégiés. En outre, la recherche sur la coopération internationale dans le domaine de l’eau s’est concentrée sur le monde industrialisé, négligeant les régions en développement où les problèmes de l’eau sont plus notoires. Pour finir, la pensée néo-malthusienne paraît trop pessimiste et partielle : a priori, il semble autant justifié d’attendre des réactions coopératives aux problèmes communs de pénurie en ressources que de supposer qu’elles soient conflictuelles.

  • 5  Le chapitre est un résumé d’une étude approfondie datant de 2004 (Kipping, 2005).

9L’objectif du présent article est d’affiner le débat sur les conflits et la coopération liés à l’eau en examinant un cas qui constitue un énigme pour le discours néo-malthusien: le fleuve Sénégal situé en Afrique de l’Ouest.5 Nous en identifierons les mécanismes causaux afin de trouver de meilleures hypothèses pour les analyses comparatives et quantitatives futures.

Sélection de cas : pourquoi le fleuve Sénégal ?

  • 6  Les groupes de population noire non maures de Mauritanie s’appellent eux-mêmes « négro-africains » (...)

10Le fleuve Sénégal (graphique 1) est pour deux raisons l’objet idéal d’une étude de cas sur la coopération et les conflits liés à l’eau. Premièrement, les deux phénomènes, à savoir coopération et conflit, ont été extrêmes dans le bassin du fleuve Sénégal. D’un côté, les trois Etats riverains en aval, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal ont atteint un point d’intégration extraordinaire quant à la gestion commune du fleuve (Andersen et al., 1993, p. 144 ; Rangeley et al., 1994, p. 33 ; Tangara, 1998, p. 553 ; GWP, 2000, p. 17 ; GCI, 2000, p. 37; Dombrowsky et Grey, 2002, p. 91 ; WWAP, 2003, p. 313). Coopérant au sein de l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal (OMVS), ils ont mis en œuvre un important programme d’infrastructures destiné à l’irrigation, à la production d’énergie électrique et à la navigation par la construction de deux barrages communs. De l’autre côté, la Mauritanie a connu l’un des conflits les plus violents liés à l’eau, lorsque la population « négro-africaine »6 vivant dans la vallée du fleuve a été déportée par l’élite maure en 1989/90. Celle-ci a exproprié et expulsé les agriculteurs non maures afin de prendre le contrôle sur leurs terres irriguées (Magistro, 1993, p. 203 ; Baechler, 1999, p. 94). La déportation sanglante a fait plus de 200 victimes et 70 000 déplacés (Libiszewski, 1999, p. 136).

Graphique 1: Le bassin du fleuve Sénégal et les barrages de l’OMVS

Source: Hamerlynck/Duvail, 2003, p. 7; imprimé avec permission

Source: Hamerlynck/Duvail, 2003, p. 7; imprimé avec permission
  • 7  De manière euphémique, ce choc de violence est souvent appelé « les événements » dans la région.

11En second lieu, outre ces événements extrêmes qui permettent une recherche sur les pôles de l’hydropolitique, leur corrélation avec la disponibilité générale de l’eau dans le bassin du fleuve Sénégal suscite notre intérêt, car elle est décisivement «anti-malthusienne»: les déci­sions de mise en place d’infrastructures communes furent prises au début des années 1970 (Reichhold, 1978, p. 148-159; Maïga, 1995, p. 80-81; Meublat et Ingles, 1997, p. 182-183). Elles coincidèrent donc avec la grande sécheresse qui a dévasté le Sahel dès 1968. En revanche, les événements survinrent en Mauritanie7 à l’issue de l’augmentation de la disponibilité en eau, rendue possible par la construction des deux barrages de l’OMVS. En somme, nous observons une corrélation entre pénurie croissante d’eau dans le bassin du fleuve et coopération intensifiée des pays riverains, d’un côté, et entre plus grande disponibilité de l’eau et conflit violent en Mauritanie, de l’autre côté.

12Pour ces deux raisons, on peut s’attendre à ce que le cas du Sénégal apporte des éclaircissements nouveaux sur les mécanismes causaux qui entraînent la coopération et les conflits liés à l’eau.

Hypothèses sur l’énigme de la corrélation « anti-malthusienne »

13Comment pourrait-on expliquer la corrélation « anti-malthusienne » de coopération et conflit sur le fleuve Sénégal ? Afin d’assurer un lien étroit entre l’étude de cas et le débat théorique, les hypothèses relatives à la coopération internationale provoquée par la pénurie d’eau seront déduites des courants classiques des relations internationales (réalisme, institutionnalisme, libéralisme), tandis que le débat sur les conflits des ressources naturelles apportera des tentatives d’explication aux événements de Mauritanie.

Une coopération internationale intensifiée par une pénurie grandissante de l’eau  

14A priori, la coopération internationale constitue une anomalie pour le réalisme, tant celui-ci considère l’anarchie et la survie comme les éléments de base du système international. Cette conception est encore plus présente dans les analyses réalistes de l’hydropolitique, puisque les réalistes adoptent d’habitude une perspective néo-malthusienne. Cependant, la notion de la « stabilité hégémonique » offre des explications réalistes pour une sorte de « fausse coopération » dans la mesure où, dans certains cas, une puissance dominante contraint des États dépendants à entrer dans des accords à son profit. Des recherches quantitatives réalisées dans cette perspective confirment la validité de la notion de « stabilité hégémonique » pour la coopération internationale sur l’eau : Bertrand Spector, par exemple, montre que des disparités entre les Etats riverains quant à la part de l’eau destinée à l’industrie, à l’accès à l’eau potable, à l’indice du développement humain et au pouvoir économique, rendent plus probable la coopération pour l’eau. Il conclut que « in the inequality among riparians, the seeds for cooperation may be found » (Spector, 2000, p. 223). Miriam Lowi recourt également au concept de la « stabilité hégémonique » dans ses recherches sur le bassin du Jourdain : « [I]f the dominant power in the basin will benefit from regional cooperation in water utilization, it will take the lead in creating and maintaining a regime, and will enforce compliance with its rules » (Lowi, 1993, p. 10). Dans cette perspective, on ne peut s’attendre à une coopération sur l’eau que si la puissance hégémonique est située en aval, puisque les pays situés en amont ne signeront pas volontairement un accord de partage de l’eau, limitant leur liberté d’agir.

15Comment le concept de « stabilité hégémonique » pourrait-il expliquer une coopération intensifiée en période de pénurie d’eau croissante ? La puissance dominante pourrait tenter de s’assurer que les pays en amont réduisent leur consommation d’eau ou tenter de redistribuer les eaux du fleuve en sa faveur afin de compenser les conséquence négatives de la sécheresse. La volonté de la puissance dominante de développer de façon conjointe le fleuve partagé pourrait aussi s’accentuer en raison de la pression grandissante exercée par les problèmes de pénurie d’eau.

  • 8  La théorie des jeux définit les situations Rambo comme des conflits dans lesquels l’une des partie (...)

16Contrairement au réalisme, où les lois de la coopération sont dictées par la puissance dominante, l’institutionnalisme considère la coopération comme le produit d’une demande partagée. Des problèmes collectifs, tels que les inondations ou le sous-développement des cours d’eau communs, créent des situations dans lesquelles s’impose un recours à la coopération (Marty, 2001, p. 38). En revanche, les asymétries d’intérêts observées dans les situations amont-aval de type « Rambo »8 (Haftendorn, 2001, p. 64-65) devront être rééquilibrées par des mesures incitatives externes, telles que des rentes fournies par l’aide au développement. Celle-ci peut également faciliter pour les pays pauvres la mise en œuvre des projets de coopération convenus. Outre la demande commune d’une coopération et les moyens nécessaires pour sa mise en œuvre, l’institutionnalisme considère des frais de transaction suffisamment bas comme précondition à la coopération. On peut les réduire au minimum par un haut degré d’intégration régionale (Durth, 1996) et en institutionnalisant la coopération (Wolf, 2001, p. 10).

  • 9  « The increasing scarcity of fresh water in the developing countries may by itself now encourage t (...)

17Comment la pénurie croissante de l’eau influencerait-elle ces facteurs ? Une période de sécheresse est susceptible d’augmenter la demande des riverains en vue de développer le potentiel économique de leurs cours d’eau afin d’alléger leurs problèmes d’approvisionnement (Sadoff et Grey, 2002, p. 402)9. Ensuite, une crise de sécheresse pourrait amener les bailleurs de fonds internationaux à augmenter leur aide dans le domaine de l’eau. Ainsi, ils pourraient apporter des incitations ainsi que des moyens supplémentaires en vue de la réalisation de projets de coopération sur les fleuves transfrontaliers des régions affectées.

  • 10  « [D]am construction projects are frequently prestige projects, symbolic for national development (...)

18Contrairement au réalisme et à l’institutionnalisme qui considèrent les Etats comme des boîtes noires, le libéralisme se concentre sur les facteurs internes de la politique étrangère. Deux arguments du libéralisme sont d’un intérêt particulier pour notre cas : tout d’abord, les régimes politiques influencent la coopération internationale, notamment dans des systèmes où règne la « politique du ventre » (Bayart, 1989), l’opportunisme, voire la corruption, constituent des facteurs importants dans les projets de grande infrastructure hydraulique. « [T]he main beneficiaries of dams are construction companies, consulting engineers, corrupt politicians and government officials, who work in tandem to promote them » (Biswas, 2004, p. 4). Des groupes de pression économiques, à l’instar de l’agro-business, les consommateurs d’hydroénergie et des groupements indigènes influencent également les processus de décision sur ces projets. Ensuite il faut noter l’aspect idéologique qui, lui aussi, occupe une place proéminente au sein de la politique de l’eau, étant donné que les grands projets d’infrastructure tendent à être hautement symboliques.10

19Si une pénurie d’eau n’affecte probablement pas les motivations opportunistes, elle peut accentuer la volonté de certains groupes de pression d’avancer dans la coopération internationale sur l’eau. De plus, la valeur symbolique des projets de cooperation liée à l’eau pourrait augmenter en temps de sécheresse, stimulant ainsi la motivation des pays riverains de s’impliquer dans de tels accords.

Un violent conflit interne causé par une plus grande disponibilité de l´eau

20Tandis que les théories classiques des relations internationales n’émettent pas d’hypothèses susceptibles d´expliquer le conflit interne à la Mauritanie, le récent débat sur les ressources naturelles comme causes de guerre civile pourrait apporter quelques arguments prometteurs pour notre cas. Ce débat se concentre sur l’abondance de ressources non renouvelables (diamant, pétrole, coltan etc.) et sur la carence de ressources renouvelables (terres fertiles, végétation, eau, etc.) comme sources de conflit. Ce qu’il y a de plus percutant dans le cas de la Mauritanie, c’est le fait qu’il combine une ressource renouvelable (l’eau) et son abondance causée par la construction des barrages en tant que cause possible des événements de 1989/90. Les deux lignes du débat sur les guerres civiles autour de ressources pourraient donc fournir des hypothèses pour notre cas.

21L’argument de la « malédiction des matières premières » se base sur la mutation structurelle de la guerre observée depuis les années 1990. D’après ce raisonnement, la mondialisation et la fin de la Guerre Froide ont entraîné la commercialisation progressive de la guerre qui a débouché sur l’instauration de véritables « économies de guerre », où des troupes rebelles et progouvernementales­, qu’on parvient de moins en moins à distinguer, se livrent à une concurrence sans merci pour l’accès aux ressources naturelles non renouvelables à forte valeur. Le manque d’alternatives économiques pour les jeunes gens rend certains pays particulièrement vulnérables à ces rebellions « avides » (Collier et Hoeffler, 1998).

22L’on ne saurait pourtant inscrire, et ce pour plus d’une raison, le contexte mauritanien dans cette perspective. D’une part parce que les produits économiques provenant de l’utilisation de l’eau douce (cultures agricoles, énergie hydroélectrique etc.), contrairement aux diamants alluviaux par exemple, ne peuvent guère être produits et vendus dans des conditions de guerre civile : « Water is not a lootable resource » (Gleditsch, 2004). D’autre part parce que les cours de marché de ces produits atteignent rarement des niveaux suffisants pour financer des économies de guerre. De plus, l’argument de l’abondance est essentiellement statique : il y a « trop d’or » ou « trop de diamants » pour que la paix soit maintenue. Ce dont on a besoin pour le cas de la Mauritanie, c’est d’une hypothèse qui établisse un lien entre l’augmentation de la disponibilité d’une ressource naturelle et l’éclatement du conflit.

23Des hypothèses plus plausibles pourront être empruntées au débat sur les conflits liés aux pénuries de ressources renouvelables, qui est fortement influencé par les études de Homer-Dixon et d’ENCOP. Homer-Dixon a développé un modèle causal poussé pour expliquer des conflits pour les ressources naturelles. Selon son modèle, des pénuries provoquées par des problèmes de demande, d’approvisionnement ou de distribution peuvent engendrer de violents conflits internes de manière indirecte, via une baisse de la production agricole, un fléchissement général de l’économie, une plus forte segmentation de la société, des mouvements migratoires et l’affaiblissement de l’Etat. Les pénuries liées à la demande, l’approvisionnement et la distribution se renforcent mutuellement dans des processus nommés « marginalisation écologique », où les groupes les plus faibles sont contraints de s’installer dans des régions écologiquement fragiles, et « capturent des ressources », où les groupes dominants manipulent le système de distribution des ressources à leur fins (Homer-Dixon, 1999, p. 73-79).

24La « capture des ressources » nous semble particulièrement intéressante pour expliquer les événements de Mauritanie, dans la mesure où Homer-Dixon s’en sert explicitement pour illustrer son concept (Homer-Dixon, 1994, p.11-13 ; 1999, p. 76-77). En étiquetant les événements de Mauritanie comme une « capture des ressources » Homer-Dixon confond cependant les variables dépendantes et indépendantes de son modèle. Car le concept de la « capture des ressources » ne fait référence qu’aux facteurs de la carence des ressources pouvant au bout du compte mener à l’éclatement de la violence, et pas à la violence elle-même. Par conséquent, ce concept n’est pas à même d’élucider le conflit de Mauritanie.

25Contrairement à Homer-Dixon, ENCOP considère également la violence infra-nationale comme une résultante directe de pénuries de ressources (Baechler et al., 1996, p. 318-321). Le concept le plus intéressant d’ENCOP est celui de « l’hétérogénéité socio-écologique », inspiré par la théorie de développement structuraliste. Selon ce concept, les clivages dans la dotation en ressources renouvelables, renforcés par les inégalités en matière de pouvoirs économique et politique, incitent les groupes les moins privilégiés au soulèvement (Baechler et al., 1996, p. 37 et 308). Cette concentration sur les clivages plutôt que sur la pénurie elle-même rend la thèse d‘ENCOP utile pour la compréhension du cas mauritanien. Même si ENCOP considère la congruence des inégalités dans la distribution des ressources et dans le partage du pouvoir comme la source de conflits, l’on peut supposer aussi que leur incongruence est la cause de conflits violents : en effet, dans des sociétés où des ressources naturelles constituent les principaux atouts économiques, les groupes politiquement dominants ont intérêt à la violence et les moyens nécessaires pour s’assurer le contrôle des ressources en question au cas où leur distribution ne correspondrait pas encore (ou ne correspondrait plus) à la distribution du pouvoir politique. Ce mécanisme pourrait expliquer les événements de Mauritanie dans la mesure où c’est l’élite maure qui avait initié les expulsions de 1989 /90.

Analyse des processus: Quels mécanismes causaux ont entraîné la coopération et le conflit sur le fleuve Sénégal ?

26Les hypothèses émises plus haut nous permettront maintenant de remonter la filière de la prise des décisions sur le programme d’infrastructure lancé par l’OMVS d’une part, et du conflit violent intra-mauritanien d’autre part. Tester les hypothèses réaliste, institutionnaliste et libérale pour la coopération internationale d’un côté, et l’hypothèse d’une incongruence dans la distribution des ressources naturelles et du pouvoir politique pour le conflit mauritanien de l’autre, nous révélera dans quelle mesure la corrélation « anti-maltusienne » sur la disponibilité de l’eau, le conflit lié à celle-ci et la coopération sur le basin du fleuve Sénégal sont soutenus par des liens causaux.

Coopération intense: Le programme d’infrastructure de l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal (OMVS)

27Les projets de développement du fleuve Sénégal remontent à la période coloniale, avec un premier champ expérimental créé dans la basse vallée en 1822 (Reichhold, 1978, p. 110-119; Tangara, 1998, p. 110-128). Les capacités technologiques croissantes permirent dès 1920 l’élaboration de projets visant à la régulation du fleuve pour l’irrigation, la navigation et les besoins en énergie électrique. Nombre d’études sur les options de développement furent commandées à cet effet par l’Administration française. Toutefois, aucun de ces projets ne fut réalisé pendant la présence française, car la puissance coloniale, doutant de la rentabilité économique des projets proposés dans la vallée du Sénégal, déplaça son intérêt vers le bassin arachidier.

28Au début des années 1960, les quatre Etats riverains, qui venaient d’accéder à l’indépendance, adoptèrent ces projets coloniaux. Soutenus par les Nations Unies, les travaux préparatoires se poursuivirent, aboutissant à la création, en 1963, de la première organisation intergouvernementale pour le développement du fleuve Sénégal, le Comité Inter-Etats (CIE). En 1968, le CIE fut supplanté par l’Organisation des Etats Riverains du fleuve Sénégal (OERS) qui visait l’intégration économique et politique des Etats riverains, dépassant ainsi le simple cadre du développement de leur fleuve commun. Dans le contexte des frictions politiques entre le Sénégal de Léopold Sédar Senghor pro-français et la Guinée de Sekou Touré hostile à la colonisation, les trois Etats situés en aval remplacèrent en 1972 l’OERS par l’OMVS, dans le but de poursuivre les projets de développement en l’absence de la Guinée (Maïga, 1995, p. 63-76).

29En 1974, les trois Etats membres de l’OMVS adoptèrent un schéma directeur pour leur programme d’infrastructure, comprenant un réservoir de régulation en amont, dans la partie malienne du fleuve, ainsi qu’une barrière anti-sel en aval afin d’éviter l’intrusion des eaux maritimes pendant la période d’étiage annuelle. Le barrage de Manantali en amont était destiné à garantir une irrigation minimale de 255.000 ha dans la moyenne et la basse vallée du Sénégal ainsi qu’une navigation ininterrompue entre l’Océan atlantique et la ville malienne de Kayes. De plus, le barrage de Manantali allait être doté d’une station hydroélectrique capable de produire 800 GWh par an (Reichhold, 1978, p. 148-159; Maïga, 1995, p. 80-81; Meublat et Ingles, 1997, p. 182-183).

  • 11  Le Mali et la Mauritanie ont été largement dépendants des infrastructures de transport sénégalaise (...)
  • 12  En raison des frictions politiques mentionnées ci-dessus, la Guinée avait même menacé le Sénégal d (...)

30Même si la conception des principaux piliers de ce schéma d’infrastructures fut l’œuvre des Français, l’internationalisation du fleuve due à la décolonisation avait conduit à la disparition de tout contrôle souverain et unitaire sur l’ensemble du bassin. Selon l’hypothèse réaliste, le Sénégal, Etat le plus avancé et le plus puissant du bassin,11 aurait pu récupérer l’héritage colonial et poursuivre le programme d’infrastructures en fonction de ses intérêts. En effet, il semble que le Sénégal ait été particulièrement actif à ce propos (LeMarquand, 1982, p. 234-235 ; 1986, p. 14-15). Cependant, le potentiel successeur des Français n’a pas vraiment agi comme une puissance hégémonique : lors des négociations qui portèrent sur le programme d’infrastructure, le Sénégal adopta une attitude plutôt bienveillante envers ses voisins, s’empressant de satisfaire leurs demandes. De plus, deux positions-clés au sein de l’OMVS, les postes de Secrétaire général et de Haut Commissaire, furent réservés à la Mauritanie et au Mali (Tangara, 1998, p. 138). Finalement, le Sénégal s’est montré incapable d’intégrer la Guinée à l’OMVS, bien que la situation de celle-ci en amont lui conférât une position stratégique (Kane, 1994, p. 174).12 L’hypothèse réaliste d’une puissance hégémonique gérant unilatéralement la coopération sur le fleuve Sénégal peut donc être rejetée.

31Ceci est d’autant plus vrai que la perspective institutionnaliste révèle qu’il n’y avait même pas nécessité d’une puissance hégémonique qui forçât ses voisins à rejoindre la coopération : « The Senegal River is a case in which there is not only a common interest among the three lower riparian countries, but, in addition, the interest is complementary » (Fox et LeMarquand, 1979, p. 16). D’où est venue cette « rare harmony of objectives among the participating States » (Godana, 1985, p. 230) ? Le Sénégal et la Mauritanie nourrissaient principalement l’envie d’étendre l’agriculture irriguée dans la vallée du fleuve Sénégal, ce qui nécessitait la régulation du fleuve par un réservoir en amont. Le Mali, pays sans façade maritime, avait en revanche désespérément besoin d’un accès direct à la mer. En outre, l’énergie hydroélectrique était supposée stimuler son développement industriel (Niasse, 2004, p. 8). Manantali était donc un projet « gagnant-gagnant-gagnant », puisque cette « composante clé » (Platon, 1981, p. 1084) du programme d’infrastructures, représentant trois quarts des coûts d’investissement, était conçue comme un barrage multifonctionnel, devant satisfaire à la fois les trois objectifs, à savoir l’irrigation, la navigation et la production d’électricité. Afin de rééquilibrer les différences dans les bénéfices attendus, la contribution de chaque Etat membre aux coûts du programme d’infrastructure était calculée selon une formule compliquée, basée sur des estimations économétriques des gains des pays respectifs (Godana, 1985, p. 224-228).

32Outre cette constellation gagnant-gagnant-gagnant, la coopération entre le Mali, la Mauritanie et le Sénégal était facilitée par des frais de transaction relativement bas : Les trois membres de l’OMVS partagent la même langue officielle, leurs systèmes politiques et juridiques sont similaires, et l’histoire coloniale ainsi que la religion (Islam) communes jouent un rôle unificateur. De plus, la somme des données assemblées par les Français sur le bassin du Sénégal et l’institutionnalisation de la coopération au sein du CIE et de l’OERS ont certainement favorisé les accords.

33Si l’explication institutionnaliste de la coopération sur le fleuve Sénégal paraît plausible, quel rôle la pénurie croissante de l’eau a-t-elle joué dans la réalisation du programme d’infrastructures commun? Bien que l’intérêt des Etats riverains pour le développement conjoint du fleuve ait été substantiel très tôt, la grande sécheresse du Sahel de 1968-1973 le rendit beaucoup plus pressant. Les déficits alimentaires et l’augmentation consécutive des importations d’aliments renforcèrent la dépendance à l’aide extérieure tout en compromettant les plans d’industrialisation de ces pays (LeMarquand, 1982, p. 53 ; 1986, p. 8-9). Par conséquent, le Sénégal et la Mauritanie redoublèrent d’efforts pour la réalisation du potentiel agricole de la vallée du Sénégal, qui offrait de bonnes conditions pour la culture du riz, nourriture de base des populations urbaines (White, 2000, p. 50 ; Park, 1993, p. XV ; Seck, 1991a, p. 17).

  • 13  Les pays arabes visaient à consolider leur influence dans les pays musulmans d’Afrique subsaharien (...)
  • 14  Cf: « In general the OMVS plans to ‘push back the desert’ struck the right political chord with we (...)

34Si l’intérêt pour le programme d’infrastructures se faisait déjà sentir avant la sécheresse, les moyens financiers en vue de sa réalisation posaient problème. La quasi-totalité (96% selon Tangara, 1998, p. 511) des coûts d’investissement ont dû être supportés par les bailleurs de fonds internationaux. Les pays arabes producteurs de pétrole, la République fédérale d’Allemagne et le Gouvernement français furent les plus grands pourvoyeurs de fonds (Maïga, 1995, p. 91). Bien que les bailleurs aient eux-mêmes tiré profit du soutien qu’ils apportaient au programme en question,13 leur accord final ne saurait être compris en dehors du contexte de la sécheresse sahélienne. La famine qui en a résulté a coûté la vie à près de 100.000 personnes et entraîné une prise de conscience par rapport à la pauvreté de la région et une véritable « course des donateurs » au Sahel (Brantly et Ramsey, 1998, p. 108 ; GWP, 2000, p. 4). Les membres de l’OMVS réussirent à exploiter cette largesse vis-à-vis des pays du Sahel. En faisant continuellement référence à la sécheresse (Reichhold, 1978, p. 291, p. 300, p. 307), les dirigeants nationaux pouvaient convaincre les bailleurs de fonds de verser des sommes considérables pour le financement du programme de l’OMVS.14 Les sommes collectées débordaient largement les quotas d’aide ordinaires des pays en question – et ceci malgré des doutes croissants quant à la rentabilité économique des infrastructures planifiées (LeMarquand, 1982, p.75-80 et 214-216 ; 1990, p. 227). C’est la raison pour laquelle la pénurie croissante de l’eau après 1968 fut une condition nécessaire pour l’intensification de la coopération sur le fleuve Sénégal.

35Bien que l’approche institutionnaliste explique de manière satisfaisante la coopération au sein de l’OMVS, les hypothèses libérales pourraient approfondir encore notre compréhension de ce développement. Aussi bien la politique intérieure que le discours sur le programme d’infrastructures sont pertinents à ce propos. Outre l’agro-business dans la vallée du fleuve Sénégal et les consommateurs d’électricité et de riz dans les centres urbains, les groupements d’intérêt qui ont le plus profité du programme d’infrastructure sont les fonctionnaires des services d’extension en activité dans la vallée. La sécheresse avait permis à la SAED sénégalaise (Société nationale d'Aménagement et d’Exploitation des terres du Delta du fleuve Sénégal et des vallées du fleuve Sénégal et de la Falémé), ainsi qu’à la SONADER mauritanienne (Société nationale pour le développement rural), d’accélérer leurs initiatives de modernisation des pratiques agricoles : la sécheresse « offered new opportunities for development planners, allowing them to suggest with some plausibility that the farming and livestock-rearing systems by which the Valley’s inhabitants lived, belonged to the past, and that the future lay with irrigated farming alone » (Adams, non daté, p. 1). Néanmoins, il semble que les dirigeants des Etats riverains aient agi indépendamment de ces intérêts particuliers, et plutôt dans ce qu’ils considéraient être l’intérêt national (LeMarquand, 1982, p. 134-135, p. 253). Leur perception de cet intérêt national a cependant été sérieusement influencée par l’importance symbolique du gigantesque programme d’infrastructures. En effet, l’OMVS jouissait d’une légitimité « moderniste » considérable (Meublat, 2001, p. 444), qui était consolidée par l’espoir d’un « re-verdissement du Sahel» (Meublat et Ingles, 1997, p. 163) depuis le début de la sécheresse.

Conflit violent: les « événements » de Mauritanie en 1989/90

36Si le degré de coopération entre les membres de l’OMVS était extraordinairement haut, l’expulsion des agriculteurs négro-africains de la partie mauritanienne de la vallée du Sénégal a été extrêmement violente. Ce fut le pic d’une escalade de violence progressive (Wegemund, 1991, p. 90-101; Leservoisier, 1994, p. 219-221). Il y eut tout d’abord une confrontation meurtrière entre agriculteurs sénégalais et éleveurs mauritaniens à proximité du village de Diawara, dans la vallée supérieure du Sénégal, en avril 1989. Ce conflit provoqua des pogroms mutuels dans les villes sénégalaises et mauritaniennes contre les citoyens (présumés) de l’autre Etat, motivant l’évacuation par pont aérien des diasporas respectives de Nouakchott et de Dakar. Ensuite, ces pogroms ont engendré des tensions inter-étatiques fortes entre le Sénégal et la Mauritanie, qui déployèrent des forces armées à la frontière commune, le long du fleuve Sénégal ; des échanges de tir s’ensuivirent. Enfin, sous le couvert de ces tensions sénégalo-mauritaniennes, les forces de sécurité mauritaniennes et des milices soutenues par le régime déportèrent systématiquement quelque 70.000 Négro-Africains habitant dans la partie mauritanienne de la vallée. Cette déportation fut orchestrée en deux vagues, en été 1989 et au printemps 1990 (Amnesty International, 1990; Magistro, 1993, p. 203-204). Même si seule cette déportation violente est l’objet de notre étude de cas, il convient de l’analyser en tenant compte des développements précédents.

37Les médias et certains analystes ont qualifié les événements « d’émeutes ethniques » ou  de « nettoyage ethnique «  (Leservoisier, 1994, p. 234 ; Wegemund, 1996, p. 284 ; Libiszewski 1999, p. 137). Bien que cette étude ne soit destinée qu’à l´évaluation du rôle joué par la disponibilité croissante de l’eau dans l’expulsion, il est évident que l’explosion de violence s’est produite entre groupes ethniques opposés: entre les Maures et les Négro-Africains de Mauritanie. C’est pourquoi nous allons examiner ces lignes de fracture ethniques avant d’analyser l’influence de l’eau dans le cours des événements.

38Les Maures, c’est-à-dire les populations arabophones de Mauritanie, sont divisés en deux groupes principaux : d’un côté les « maîtres » Beydan (habituellement de teint clair), de l’autre leurs anciens « esclaves » Haratin, d’origine noire. Pendant que les Beydan vivaient traditionnellement de l’élevage, du commerce et des razzias perpétrées sur les agriculteurs sédentaires, les Haratin s’occupaient des troupeaux de leurs maîtres et cultivaient les terres des oasis. Culturellement assimilés et économiquement dépendants, les Haratin ont maintenu des relations patron-client avec leurs anciens maîtres, même après l’affranchissement officiel (répété) de leur statut d’esclaves. La population négro-africaine de Mauritanie se compose également de plusieurs sous-groupes : les Halpulaar constituent la majorité des Négro-Africains, auxquels s’ajoutent les groupes Wolof et Soninké (Wegemund, 1991, p. 104-111). Les agriculteurs négro-africains, qui avaient abandonné les émirats maures avant la colonisation pour aller s’installer à l’abri des razzias sur la rive gauche du fleuve, ne retournèrent sur la rive mauritanienne qu’après la « pacification » de celle-ci par les Français.

39Depuis l’indépendance, la politique mauritanienne a toujours été fortement marquée par la lutte pour le pouvoir entre les groupes maures et halpulaar. Les Mauresréussirent à reprendre le contrôle de l’Etat aux Français (Baduel, 1989, p. 26), alors que l’administration publique était jusque là dominée par une élite francophone négro-africaine. En promouvant la langue arabe dans les écoles et la vie publique, les Beydan parvinrent à stabiliser leur « monopole de la vie politique » (Leservoisier, 1994, p. 192). La croissante résistance négro-africaine culmina dans une tentative de coup d’Etat perpétrée par desofficiers halpulaar en 1987, qui conduisit à la purge des forces de sécurité, désormais totalement contrôlées par les Maures (Park et al., 1993, p. 97).

40En outre, la base économique des Halpulaar fut de plus en plus remise en question. En raison des demandes pressantes des Haratin extrêmement pauvres et sans terres, d’une part (Ould Bouboutt, 1989, p. 137 ; Bâ, 1991, p. 261 ; Ruf, 1995, p. 97), et des projets d’extension de l’agriculture irriguée dans la vallée du Sénégal, de l’autre (Park et al., 1993, p. 109 ; Leservoisier, 1994, p. 166-167 ; Wegemund, 1996, p. 292), le gouvernement mauritanien procéda à une reforme du code foncier, abolissant le système traditionnel d’appropriation des terres, qui avait organisé l’agriculture de submersion pratiquée dans la vallée du fleuve Sénégal. Le contrôle des terres fut transféré de l’aristocratie halpulaar au gouvernement mauritanien, qui proclamait vouloir redistribuer les terres aux agriculteurs qui les cultivaient effectivement.

  • 15  Avant les événements, quelques 30.000 Sénégalais cultivaient des terres sur la rive mauritanienne (...)

41Après un timide début de redistribution des terres, l’élite beydan semble avoir pris goût à l’agriculture irriguée dans la vallée du Sénégal. Le gouvernement accéléra le processus de redistribution des terres en délivrant des circulaires permettant une procédure simplifiée d’octroi de concessions (Park et al., 1993, p. 109-110). La domination des Beydan dans le domaine de l’administration publique fit en sorte que les concessions de terres soient accordées exclusivement aux Maures (Leservoisier, 1994, p. 184). Lorsque les investisseurs beydan de Nouakchott envahirent la vallée, les prix des terres agricoles explosèrent (Homer-Dixon, 1994, p. 12; Libiszewski, 1999, p. 136), et un nombre croissantd’Halpulaar mauritaniens et d’agriculteurs transfrontaliers sénégalais15 furent expropriés. Cela contribua aux tensions montantes entre les deux pays, aux émeutes dans les villes et aux escarmouches militaires, créant un environnement propice aux déportations des agriculteurs négro-africains, « libérant » ainsi leurs terres au profit des Maures (Magistro, 1993, p. 203; Dessler, 1994, p. 105; Homer-Dixon, 1999, p. 74).

42Comment peut-on expliquer ce « land grab » (Horowitz, 1991, p. 172) ? Le gouvernement mauritanien investit des sommes considérables dans les périmètres d’irrigation de la SONADER depuis la fin des années 1970 : après seulement 10 pour cent de l’investissement public global en 1976-1980, ce chiffre est passé à 18 pour cent en 1981-1985, puis à 26 pour cent en 1985-1988 (Leservoisier, 1994, p. 143-144). Ce « capital transfer from the core to the periphery » (Magistro, 1993, p. 214) augmenta la valeur des actifs économiques halpulaar – les terres dans la vallée du fleuve – créant ainsi une asymétrie considérable entre le partage du pouvoir politique d’une part et le contrôle des ressources économiques de l’autre. Finalement, « [t]he Mauritanian elite, too impatient to await the legal process of eviction, has begun more forcibly to remove people from the land » (Horowitz, 1989, p. 5).

43En conséquence, il paraît évident que le moteur de la déportation était le contrôle des terres. Mais quel rôle a joué la disponibilité croissante en eau, à l’issue de la construction des barrages de l’OMVS ? L’agriculture traditionnelle de submersion était peu intéressante sur le plan commercial, parce que ne produisant que 400-800 kg de céréales par moisson. Les terres sous irrigation contrôlée, par contre, donnaient de meilleurs résultats : pendant que les revenus issus de l’agriculture de submersion ne dépassaient guère la barre des 29.000 FCFA/ha par moisson, le riz irrigué apportait jusqu’à 209.000 FCFA/ha par moisson (Horowitz, 1991, p. 173). Cependant, en raison de l’importance des capitaux requis et des coûts d’opération élevés, la rentabilité des périmètres irrigués n’était toujours pas satisfaisante, faute de régulation du fleuve : « These perimeters have been costly to prepare, maintain, and operate, in part because the river often does not contain enough water for efficient irrigation; as river levels go down, the cost of pumping water to the fields increases markedly » (Horowitz, 1989, p. 4). Mais grâce aux barrages de l’OMVS, l’eau destinée à l’irrigation est devenue disponible tout au long de l’année, permettant ainsi aux agriculteurs de réaliser trois moissons par saison. En conséquence, le retour sur capital a triplé et l’agriculture irriguée dans la vallée commença à susciter un vrai intérêt économique. Pour cela, nombre d’auteurs considèrent le surplus d’eau fourni par les barrages comme l’une des causes principales des événements de Mauritanie (Nikolaj, 1990, p. 473 ; Horowitz, 1991, p. 172 ; Leservoisier, 1998, p. 130). D’autres vont même jusqu’à considérer les « événements » comme « a conflict triggered by dam-induced pressure on land » (Adams non daté, p. 27 ; Bosshard, 1999 ; WEC, 2002).

44Cependant, en fin de compte, la question de savoir si la disponibilité grandissante de l’eau était une condition nécessaire pour le conflit de Mauritanie reste sans réponse. La lutte historique pour l’hégémonie entre les segments maures et négro-africains au sein de la société mauritanienne constituait déjà un motif de déportation, et l’investissement public dans la vallée du Sénégal créa des incitations économiques supplémentaires pour la saisie violente des terres. Néanmoins, la plus grande disponibilité en eau due à la construction des barrages a certainement accru ces incitations, en accentuant considérablement le clivage entre le contrôle du pouvoir politique d’une part et la distribution des biens économiques de l’autre. Cette asymétrie fut violemment « rééquilibrée » par l’expropriation puis l’expulsion des Négro-Africains.

Conclusion : renforcer la paix de l’eau

45L’analyse des processus causaux a révélé que la corrélation « anti-malthusienne » entre la disponibilité en eau et la conjoncture de conflit et de coopération dans le bassin du fleuve Sénégal s’explique effectivement par des relations de cause à effet. N’eut été la sécheresse du Sahel de 1968-1973, les Etats membres de l’OMVS n’auraient pas été en mesure de réaliser leur programme d’infrastructures commun. Les bailleurs de fonds internationaux auraient été beaucoup plus hésitants quant au financement des barrages controversés. Ne fut-ce que pour cette raison, la moins grande disponibilité en eau a été une condition nécessaire pour l’intensification de la coopération internationale sur le fleuve Sénégal. En outre, en l’absence de la sécheresse, l’intérêt des membres de l’OMVS pour le développement de leur rivière aurait été moins prononcé, ce qui aurait tempéré les efforts réalisés par les riverains pour réaliser leurs projets.

46Quant au conflit mauritanien, il a été démontré que si l’augmentation de la disponibilité de l’eau suite à la construction des barrages n’était pas forcément une condition nécessaire, elle a tout au moins contribué à déclencher le conflit. La flambée du prix des terres, due à la meilleure rentabilité de l’agriculture irriguée, contribua au moins en partie à l’expropriation et à l’expulsion sanglante des agriculteurs négro-africains de la vallée. Cette « saisie de terres » par l’élite maure a été favorisée par le conflit historique entre les segments maures et halpulaar de la société mauritanienne, qui avait conduit au contrôle total des forces de sécurité par les Maures et polarisé la société mauritanienne. De plus, les fortes tensions entre la Mauritanie et le Sénégal apportèrent le « brouillard » nécessaire pour la réalisation de l’expulsion.

  • 16  C’est cependant ce que semble suggérer la Croix Verte lorsqu’elle affirme que « all movement towar (...)
  • 17  Voir: « The economic benefits and costs that every water-related policy or project can and does cr (...)

47Qu’impliquent les résultats de notre étude sur le plan politique ? L’étude a montré que des acteurs externes – ici les bailleurs de fonds – peuvent être décisifs par rapport à la coopération internationale sur l’eau. Il semble que les bailleurs soient en mesure de consolider la « paix de l’eau » et de contrer les déterminismes néo-malthusiens dans les régions en développement. Cependant, on ne saurait de prime abord juger positifleur engagement en faveur de la coopération sur l’eau.16 En effet, le soutien des bailleurs de fonds au programme d’infrastructure de l’OMVS a indirectement contribué au conflit mauritanien de 1989/90. Même s’il est improbable que ces conséquences non voulues aient pu être prévues quinze ans à l’avance, cette révélation souligne le besoin de ne pas considérer la coopération internationale de l’eau comme une affaire purement technique. Elle peut avoir des impacts considérables sur la politique intérieure des pays riverains,17 et des études d’impact sont souhaitables pour prévenir les effets nuisibles sur certains groupes de la population. S’il comporte trop de risques, ce type de soutien à la coopération de l’eau devrait plutôt être annulé au cas où des mesures de précaution adéquates – telles que des conditionalités politiques fortes – ne seraient pas concevables.

48En ce qui concerne les conséquences sur le plan scientifique, le cas du fleuve Sénégal a révélé que plus de précision s’impose dans l’opérationnalisation des variables lors de la réalisation d’études comparatives et quantitatives sur la coopération internationale de l’eau. Alors qu’Aaron Wolf affirmait à propos du fleuve Sénégal que la période de grande sécheresse serait « clearly an exceptional example of political tensions following the climatic trend » (Wolf et al. a, 2003, p. 6), notre étude, elle, a prouvé exactement le contraire. Ce jugement erroné de Wolf s’explique par le fait qu’il a pris en considération les discours ambitieux mais utopiques tenus à propos de l’intégration régionale entre les Etats riverains aux années 1960, mais qu’il ne tient pas compte des décisions concrètes adoptées après le début de la sécheresse sahélienne en vue du programme d’infrastructures.

49Pour évaluer les causes de conflits et de coopération entre les Etats riverains de cours d’eau internationaux, il convient de prendre en considération non seulement les degrés respectifs de pénurie d’eau et les constellations amont-aval, mais aussi de spécifier les intérêts des riverains quant à l’utilisation de l’eau, ainsi que leurs capacités techniques et financières. Il est par exemple improbable qu’un pays comme le Mali, qui manque aussi bien d’intérêt pour la consommation d’eau du fleuve Sénégal (suite à la topographie des rives en amont, inaptes à l’agriculture irriguée) que des capacités financières pour la réalisation de prélèvements à grande échelle, se lance dans une bataille pour la distribution de l’eau avec ses voisins d’aval.

50De plus, l’on n’a jusqu’à présent pas suffisamment prêté attention au rôle des acteurs extérieurs dans la coopération internationale de l’eau dans les régions en développement. Même si bien des auteurs ont abordé l’importance de la motivation extérieure comme l’aide au développement (ex : Perrit, 1989, p. 205 ; Andersen et Rangely, 1993,  p. 151), une recherche systématique n’a toujours pas été réalisée sur la question. Cependant, des études adaptées donneraient de meilleures indications sur le degré d’appropriation (ownership) par les Etats riverains des projets de coopération internationale ainsi que sur leurs chances de durabilité.

51Finalement, il faudrait prendre plus au sérieux la nature spécifique de l’Etat pour mieux comprendre l’hydropolitique. Les recherches sur la coopération et les conflits pour l’eau adoptent le plus souvent une vision européenne de l’Etat, qui n’est pas toujours appropriée. Car dans beaucoup de pays en développement, les structures précoloniales, telles que l’aristocratie foncière des Halpulaar ou les relations patron-client entre les Beydan et les Haratin, constituent la clef des processus politiques.

52En somme, plus de précision s’impose lors des recherches sur l’hydropolitique afin de garantir une meilleure crédibilité des résultats. Pour qu’une recherche scientifique plus poussée améliore la vie des habitants des bassins des fleuves internationaux, nous devons cependant faire preuve de forte volonté politique en vue de rendre « la paix de l’eau » plus stable.

532 Ce travail, qui n’engage que son auteur, a été réalisé à l’Université Libre de Berlin, Institut Otto Suhr, département des sciences politiques.

Haut de page

Bibliographie

ADAMS, A., non daté, Social Impacts of an African Dam: Equity and Distributional Issues in the Senegal River Valley, World Commission on Dams contributing paper, pre­pared for thematic review I.1: Social Impacts of Large Dams – Equity and Distri­butional Issues, <http://www.dams.org/kbase/submissions/showsub.php?rec=SOC094>, 18/06/2004.

AMNESTY INTERNATIONAL, 1990, Mauritania – Human Rights Violations in the Senegal River Valley, AI Index: AFR/38/10/90, London, AI.

ANDERSEN, R.; RANGELEY, W. R., 1993, Prospects for Development of Sub-Saharan Rivers, in: BISWAS, A. K.; JELLALI, M.; STOUT, G. E. (Ed.), Water for Su­stainable Development in the Twenty-First Century, Delhi – Bombay – Calcutta – Madras, Oxford University Press, p. 138-156.

BÂ, B. M., 1991, La question foncière dans le bassin du fleuve Sénégal, in: CROUSSE, B.; MATHIEU, P.; SECK, S. M. (Ed.), La vallée du fleuve Sénégal – Evaluations et perspectives d’une décennie d’aménagements (1980-1990), Paris, Karthala, p. 255-275.

BADUEL, P. R ., 1989, Mauritanie 1945-1990 ou l’État face à la nation, in: Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée (RE.M.M.M.), Vol. 54, p. 11-51.

BAECHLER, G., 1999, Environmental Degradation and Violent Conflict: Hypotheses, Re­search Agendas and Theory-Building, in: SULIMAN, M. (Ed.), Ecology, Politics and Violent Conflict, London – New York, Zed Books, p. 76-112.

BAECHLER, G.; BÖGE, V.; KLÖTZLI, S.; LIBISZEWSKI, S; SPILLMANN, K. R., 1996, Kriegsursache Umweltzerstörung – Ökologische Konflikte in der Dritten Welt und Wege ihrer friedlichen Bearbeitung, ENCOP Final Report, Vol. 1, Chur – Zuerich, Rüegger.

BAYART, Jean-François, 1989, L'État en Afrique – La politique du ventre, Paris, Fayard.

BISWAS, A. K., 2004, Dams: Cornucopia or Disaster?, in: Water Resources Development, Vol. 20, n° 1 (mars), p. 3-14.

BOSSHARD, P., 1999, An Act of Economic and Environmental Nonsense - A Case Study on the Manantali Dam Project (Mali, Mauritania, Senegal), Berkley, International Rivers Network),<http://www.irn.org/programs/safrica/index.asp?id=/programs/safrica/bosshard.
study.html>, 10/05/2004.

BRANTLY, E. P.; RAMSEY, K. E., 1998, Damming the Senegal River, in: Word Resources Institute; United Nations Environmental Programme; United Nations Development Programme; World Bank (Ed.), World Resources 1998-99, New York - Oxford, Oxford University Press, p. 108-114, < http://pdf.wri.org/wr98_senegal.pdf >, 10/06/2005.

BRAUCH, H. G., 2003, Security and Environment Linkages in the Mediterra­nean: Three Phases of Research on Human and Environmental Security and Peace, in: BRAUCH, H. G.; LIOTTA, P.H; MARQUINA, A.; ROGERS, P.; SELIM, M. (Ed.), Security and Environment in the Mediterranean. Conceptualising Security and Environmental Conflicts, Berlin - Heidelberg, Springer, p. 35-143.

COLLIER, P.; HOEFFLER, A., 1998, On the Economic Causes of Civil War, in: Oxford Economic Papers, Vol. 50, n° 4 (octobre), p. 563-573.

DALBY, S., en presse, Security and Environment Linkages Revisited, in: BRAUCH, H. G.; GRIN, J.; MESJASZ, C.; DUNAY, P.; CHADHA BEHERA, N.; CHOUROU, B.; OSWALD SPRING, U.; LIOTTA,P. H.; KAMERI-MBOTE, P. (Ed.), Globalisation and Environmental Challenges: Reconceptualising Security in the 21st Century, Berlin – Heidelberg – New York – Hong Kong – London – Milan – Paris – Tokyo, Springer.

DESSLER, D., 1994, How to Sort Causes in the Study of Environmental Change and Violent Conflict, in: GRÆGER, N.; SMITH, D. (Ed.), Environment, Poverty, Conflict, Oslo, PRIO, p. 91-112.

DIEHL, P. F.; GLEDITSCH, N. P. (Ed.), 2001: Environmental Conflict, Boulder – Oxford, Westview.

DOMBROWSKY, I.; GREY, D., 2002, The Status of International River Management in Africa, in: BAZ, I.; HARTJE, V.; SCHEUMANN, W. (Ed.): Co-operation on Transboundary Rivers, Baden-Baden, Nomos, p. 83-99.

DURTH, R., 1996: Grenzüberschreitende Umweltprobleme und regionale Integration: Zur Politischen Ökonomie von Oberlauf-Unterlauf-Problemen an internationalen Flüssen, Baden-Baden, Nomos.

ELHANCE, A. P., 2000, Hydropolitics: Grounds for Despair, Reasons for Hope, in: International Negotiation, Vol. 5, n° 2 (février), p. 201-222.

FALKENMARK, M., 1989, The Massive Water Scarcity Now Threatening Africa – Why Isn’t It Being Addressed?, in: Ambio, Vol. 18, n° 2, p. 112-118.

FOX, I. K.; LEMARQUAND, D. G., 1979, International River Basin Co-operation: The Lessons from Experience, in: Water Supply & Management, Vol. 3, p. 9-27.

FREY, F. W., 1993, The Political Context of Conflict and Cooperation over International River Basins, in: Water International, Vol. 18, n° 1 (mars), p. 54-68.

GLEDITSCH, N. P., 2001, Armed Conflict and the Environment”, in: DIEHL, P. F.; GLEDITSCH, N. P. (Ed.), Environmental Conflict, Boulder – Oxford, Westview, p. 251-272.

GLEDITSCH, N. P., 2003, Environmental conflict: Neo-malthusians vs. Cornucopians, in: BRAUCH, H. G.; LIOTTA, P.H; MARQUINA, A.; ROGERS, P.; SELIM, M. (Ed.), Security and Environment in the Mediterranean. Conceptualising Security and Environmental Conflicts, Berlin - Heidelberg, Springer, p. 477-486.

GLEDITSCH, N. P., 2004, Water Wars – Myth or Reality? Conflict and Cooperation in Transboundary Water Management, Presentation at the international expert workshop „Water, Development and Cooperation – Comparative Perspective: Euphrates-Tigris and Southern Africa”, Bonn, RFA, 1-2 mars, <http://www.bicc.de/events/zef_bicc_water-workshop/pdf/presentation_gleditsch.pdf>, 08/07/2004.

Global Water Partnership (GWP), 2000, Water for the 21st Century: Vision to Action for West Africa, Paper for the 2nd World Water Forum, Le Hayes, Pays Bas, 17-22 mars.

GODANA, B. A., 1985, Africa’s Shared Water Resources – Legal and Institutional Aspects of the Nile, Niger and Senegal River Systems, London, Frances Pinter – Boulder, Lynne Rienner.

GORBACHEV, M.; MASIRE, K.; CARLSSON, I. G.; RAMOS, F. V., 2000, Statement and Proposals, in: Green Cross International (GCI) (Ed.), National Sovereignty and International Watercourses, Lausanne, Green Cross International, <http://www.gci.ch/
Communication/PDF/Sovereignty.pdf
>, 03/07/2004, p. 8-15.

Green Cross International (GCI), 2000, National Sovereignty and International Watercourses, Lausanne, Green Cross International, <http://www.gci.ch/Communi­cation/PDF/
Sovereignty.pdf
>, 03/07/2004.

HAFTENDORN, H., 2000, Water and International Conflict, in: Third World Quarterly, Vol. 21, n° 1 (février), p. 51-68.

HAMERLYNCK, O.; DUVAIL, S., 2003, La restauration du delta du fleuve Sénégal en Mauritanie, Glandet - Cambridge, UICN, <http://app.iucn.org/dbtw-wpd/edocs/WTL-029_Fr.pdf>, 07/04/2006.

HOMER-DIXON, T., 1994, Environmental Scarcities and Violent Conflict, in: International Security, Vol. 19, n°1 (été), p. 5-40.

HOMER-DIXON, T., 1999, Environment, Scarcity, and Violence, Princeton – Oxford, Princeton University Press.

HOROWITZ, M. M., 1989, Victims of Development, in: Development Anthropology Network, Vol. 7, n° 2 (automne), p. 1-8.

HOROWITZ, M. M., 1991, Victims Upstream and Down, in: Journal of Refugee Studies, Vol. 4, n° 2, p. 164-181.

KAHL, C. H., 2003, The Political Ecology of Violence: Lessons for the Mediterranean, in: BRAUCH, H. G.; LIOTTA, P.H; MARQUINA, A.; ROGERS, P.; SELIM, M. (Ed.), Security and Environment in the Mediterranean. Conceptualising Security and Environmental Conflicts, Berlin - Heidelberg, Springer, p. 465-476.

KANE, M., 1994, Le Sénégal et la Guinée (1958-1978), in: DIOP, M.-C. (Ed.), Le Sénégal et ses voisins, Dakar-Etoile, Sociétés – Espaces – Temps, p. 164-188.

KIPPING, M., 2005, Wasserkonflikte und Wasserkooperation am Senegalfluss, in: KIPPING, M.; LINDEMANN, S., Konflikte und Kooperation um Wasser – Wasserpolitik am Senegalfluss und internationales Flussmanagement im Südlichen Afrika, Münster, Lit-Verlag, p. 22-107.

LEMARQUAND, D. G., 1982, International Development of the Senegal River, Ph.D. dissertation, Oxford University.

LEMARQUAND, D. G., 1986, International Development of the Senegal River, in: VLACHOS, E.; WEBB, A. C.; MURPHY, I. L. (Ed.), The Management of International River Basin Conflicts, Proceedings of a workshop held at the headquarters of the International Institute for Applied Systems Analysis, Laxenburg, Austria, 22-25 septembre, Wash­ington D.C., George Washington University, pages pas numérotées.

LEMARQUAND, D. G., 1990, International Development of the Senegal River, in: Water International, Vol. 15, n° 4 (décembre), p. 223-230.

LESERVOISIER, O., 1994, La question foncière en Mauritanie – Terres et pouvoirs dans la région du Gorgol, Paris, L’Harmattan.

LESERVOISIER, O., 1998, Mutations dans la vallée du Fleuve Sénégal (Mauritanie): L’affaiblissement des relations de complémentarité en milieu rural, in: FREROT, A.-M. (Ed.), Espaces et sociétés en Mauritanie, Fascicule de recherches, n° 33, Tours: URBAMA, p. 127-137.

LIBISZEWSKI, S, 1999, International Conflicts Over Freshwater Resources, in: SULIMAN, M. (Ed.), Ecology, Politics and Violent Conflict, London - New York, Zed Books, p. 115-138.

LOWI, M. R., 1993, Water and Power – The Politics of a Scarce Resource in the Jordan River Basin, Cambridge, Cambridge University Press.

MAGISTRO, J. V., 1993, Crossing Over: Ethnicity and Transboundary Conflict in the Senegal River Valley, in: Cahiers d’Études Africaines, Vol. 33, n° 2, p. 201-232.

MAIGA, M., 1995, Le fleuve Sénégal et l’intégration de l’Afrique de l’Ouest en 2011, Paris, CODESRIA; Karthala.

MALTHUS, T., 1798, Essay on the Principle of Population, London, printed for J. Johnson in St. Paul’s church-yard.

MARTY, F., 2001, Managing International Rivers – Problems, Politics and Institutions, Bern, Peter Lang.

MEUBLAT, G., 2001, De la gestion des fleuves internationaux en Afrique et du bassin du Sénégal en particulier, in: Revue Tiers Monde, Vol. 42, n° 166 (avril-juin), p. 427-453

MEUBLAT, G.; INGLES, J., 1997, L’éternel retour des grands projets – L’aménagement du fleuve Sénégal en perspective, in: BARE, J.-F. (Ed.), Regards interdisciplinaires sur les politiques de développement, Paris, L’Harmattan, p. 163-199.

NIASSE, M., 2004, Prévenir les conflits et promouvoir la coopération dans la gestion des fleuves transfrontaliers en Afrique de l’Ouest, in: Vertigo, Vol. 5, n° 1 (mai), p. 1-13.

NICOLAJ, A., 1990, The Senegal Mauritanian Conflict, in: Africa (Rome), Vol. 45, n° 3 (septembre), p. 464-480.

OHLSSON, L., 1995, Introduction: The Role of Water and the Origins of Conflict, in: OHLSSON, L, (Ed.), Hydropolitics – Conflicts over Water as a Development Constraint, Dhaka, University Press Ltd. - London, N.J, Zed Books, p. 1-28.

OKIDI, C. O., 1988, The State and the Management of International Drainage Basins in Africa, in: Natural Resources Journal, Vol. 28, n° 4 (automne), p. 645-669.

OULD BOUBOUTT, A. S., 1989, L’évolution des institutions de la République Islamique de Mauritanie, in: Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée (RE.M.M.M.), Vol. 54, p. 130-139.

PARK, T. K., 1993, Preface, in: PARK, T. K. (Ed.), Risk and Tenure in Arid Lands – The Political Ecology of Development in the Senegal River Basin, Tucson – London, University of Arizona Press, p. XV-XXV.

PARK, T. K.; BARO, M.; NGAIDO, T., 1993, Crisis of Nationalism in Mauritania, in: PARK, T. K. (Ed.), Risk and Tenure in Arid Lands – The Political Ecology of Development in the Senegal River Basin, Tucson – London, University of Arizona Press, p. 87-121

PERRITT, R., 1989, African River Basin Development – Achievements, the Role of Institutions, and Strategies for the Future, in: Natural Resources Forum, Vol. 13, n° 3 (août), p. 204-208.

PLATON, P., 1981, La mise en valeur du basin du fleuve Sénégal, in: Marchés tropicaux et méditerranéens (édition spéciale sur l’OMVS), n° 1849 (17 avril), p. 1041-1099.

RANGELEY, R.; THIAM, B. M.; ANDERSEN, R. A.; LYLE, C. A., 1994, International River Basin Organizations in Sub-Saharan Africa, Technical Paper, n° 250, Washington, D.C., World Bank.

REICHHOLD, W., 1978, Der Senegalstrom – Lebensader dreier Nationen, Ifo-Institut für Wirtschaftsforschung München, Afrika-Studien, n° 102, Munich – London, Weltforum Verlag.

RUF, U. P., 1995, Mobile Seßhafte – Sedentarisierung und Geschichte der Nomaden in Mauretanien, Bielefelder Studien zur Entwicklungssoziologie, Vol. 61, Saarbrücken, Verlag für Entwicklungspolitik.

SADOFF, C. W.; GREY, D. 2002, Beyond the River: The Benefits of Cooperation on International Rivers, in: Water Policy, Vol. 4, n° 5, p. 386-403.

SECK, S. M., 1991a, La dynamique de l’irrigation dans la vallée du fleuve, in: CROUSSE, B.; MATHIEU, P.; SECK, S. M. (Ed.), La vallée du fleuve Sénégal – Evaluations et perspectives d’une décennie d’aménagements (1980-1990), Paris, Karthala, p. 17-43.

SECK, S. M., 1991b, Les cultivateurs ‘transfrontaliers’ de décrue face à la question foncière, in: CROUSSE, B.; MATHIEU, P.; SECK, S. M. (Ed.), La vallée du fleuve Sénégal – Evaluations et perspectives d’une décennie d’aménagements (1980-1990), Paris, Karthala, p. 297-320.

SELBY, J., 2003, Water, Power and Politics in the Middle East – The Other Israeli-Palestinian Conflict, London - New York, I.B. Tauris.

SPECTOR, B. I., 2000, Motivating Water Diplomacy: Finding Situational Incentives to Negotiate, in: International Negotiation, Vol. 5, n° 2 (février), p. 223-236.

STARR, J. R., 1991, Water Wars, in: Foreign Policy, Vol. 82 (printemps), p. 17-36.

STEWART, C. C., 1989, Une interprétation du conflit sénégalo-mauritanien, in: Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée (RE.M.M.M.), Vol. 54, p. 161-170.

SWAIN, A., 1997, Sharing International Rivers: A Regional Approach”, in: GLEDITSCH, N. P. (Ed.), Conflict and the Environment, NATO ASI Series, n° 2: Environment, Vol. 33, Dordrecht – Boston – London, Kluwer Academic Publishers, p. 403-416.

TANGARA, D., 1998, Les défis du développement régional et la dynamique des politiques d’aménagement du bassin du fleuve Sénégal – L’OMVS (Mali – Mauritanie – Sénégal) et le barrage de Manantali dans la vallée du Bafing (Mali), thèse de doctorat, Université Bordeaux III.

WEGEMUND, R., 1991, Politisierte Ethnizität in Mauretanien und Senegal – Fallstudien zu ethnisch-sozialen Konflikten, zur Konfliktentstehung und zum Konfliktmanagement im postkolonialen Afrika, Hamburg, Institut für Afrika-Kunde.

WEGEMUND, R., 1996, Ethnic and Transborder Conflicts in the Senegambian Region Caused by Environmental Degradation, in: BAECHLER, G.; SPILLMANN, K. R. (Ed.): Kriegsursache Umweltzerstörung - Länderstudien von externen Experten, ENCOP Final Report, Vol. 3, Chur – Zuerich, Rüegger, p. 285-313.

WHITE, J., 2000, Rural Transition: Agricultural Development and Tenure Rights – A Case Study in the Senegal River Valley, submitted in fulfilment for the African Studies Program, Paper for Professor I. William Zartman, <http://www.sais-jhu.edu/programs/ af­rica/senegal_00.pdf>, 18/06/2004.

WOLF, A. T. 1998, Conflict and Cooperation along International Waterways, in: Water Policy, Vol. 1, n° 2 (avril), p. 251-265.

WOLF, A. T., 2001, Transboundary Waters: Sharing Benefits, Lessons Learned, Thematic Background Paper to the International Conference on Freshwater “Water – A Key to Sustainable Development”, Bonn, RFA, 3-7 décembre.

WOLF, A. T.; STAHL, K.; MACOMBER, M. F., 2003, Conflict and Cooperation within International River Basins: The Importance of Institutional Capacity, UCOWR, <http://www.transboundarywaters.orst.edu/publications/Wolf_2003.pdf>, 01/03/2004.

WOLF, A. T.; YOFFE, S. B.; GIORDANO, M., 2003, International Waters: Identifying Basins at Risk, in: Water Policy, Vol. 5, n° 1 (février), p. 29-60.

World Energy Council (WEC), 2002, Potentiel de développement intégré de l'énergie au plan régional en Afrique, Annexe 5: Manantali - Etude de cas en Afrique, <http://
www.worldenergy.org/wec-geis/publications/reports/afrique/annexes/annexe5.asp>, 18/02/2004.

World Water Assessment Programme (WWAP), 2003, Water for People, Water for Life – The United Nations World Water Development Report, Paris: UNESCO – New York, Berghahn Books.

Haut de page

Notes

1  Une version anglaise du présent article sera publiée au sein l’ouvrage suivant : Hans Günter Brauch et al. (Eds.): Fa­cing Global Environmental Change: Environmental, Human, Ener­gy, Food, Health and Water Security Concepts (Berlin – Heidelberg – New York – Hong Kong – Londres – Milan – Paris – Tokyo: Springer-Verlag, Mars 2007). L’auteur remercie l’éditeur Springer pour l’autorisation d’une publication supplémentaire en français.

3  Cf. Starr 1991 en tant qu’article représentatif et probablement le plus cité par rapport au « guerres de l’eau ».

4  La dernière guerre de l’eau entre Etats s’est produite entre les cités Lagash et Umma de Mésopotamie à 2.500 avant Jésus-Christ (Wolf/Yoffe/Giordano, 2003, p. 30).

5  Le chapitre est un résumé d’une étude approfondie datant de 2004 (Kipping, 2005).

6  Les groupes de population noire non maures de Mauritanie s’appellent eux-mêmes « négro-africains » (Stewart, 1989, p. 168).

7  De manière euphémique, ce choc de violence est souvent appelé « les événements » dans la région.

8  La théorie des jeux définit les situations Rambo comme des conflits dans lesquels l’une des parties manque complètement d’intérêt pour coopérer avec les autres, sachant qu’elle ne peut que sortir perdant d’un règlement consensuel du conflit. C’est ce qui distingue une situation Rambo d’une situation de dilemme où toutes les parties pourraient profiter de l’accord s’ils parviennent à surmonter les barrières à la coopération, tels que l’intransparence, la méfiance ou le manque de mécanismes de compensation.

9  « The increasing scarcity of fresh water in the developing countries may by itself now encourage the basin countries to cooperate to achieve optimal benefits » (Swain, 1997, p. 414). « [I]f all countries involved perceive a shortage, the stakes for developing the common resource by co-operation become very high » (Ohlsson, 1995, p. 24).

10  « [D]am construction projects are frequently prestige projects, symbolic for national development aspirations » (Lipizweski, 1999, p. 123). « Water resources and projects are frequently highly symbolic to policy makers and publics both within the nation and outside » (Frey, 1993, p. 64). Cf. également Okidi 1988.

11  Le Mali et la Mauritanie ont été largement dépendants des infrastructures de transport sénégalaises pour l’accès à la mer pendant au moins vingt ans après leur indépendance (Stewart, 1989, p. 163).

12  En raison des frictions politiques mentionnées ci-dessus, la Guinée avait même menacé le Sénégal de devier le cours du fleuve avec l’aide des Chinois (Tangara, 1998, 135, note de bas de page n° 22)

13  Les pays arabes visaient à consolider leur influence dans les pays musulmans d’Afrique subsaharienne ; les Français avaient des intérêts économiques dans le delta du fleuve, et le gouvernement allemand semblait vouloir exploiter les minerais de fer dans la partie supérieure du fleuve. De plus, des compagnies de construction européennes gagnaient la part du lion des appels d’offres, encaissant ainsi les fonds arabes (Le Marquand, 1986, p. 43; 1990, p. 226).

14  Cf: « In general the OMVS plans to ‘push back the desert’ struck the right political chord with western and Arab sources of finance » (Le Marquand, 1982, p. 175; 1986, p. 31). « Politically, the major selling points of the plan [de l’OMVS, MK] were that it would lessen the impact of future droughts and help close the food gap that was emerging » (Brantley/Ramsey, 1998, p. 109).

15  Avant les événements, quelques 30.000 Sénégalais cultivaient des terres sur la rive mauritanienne de la vallée, conformément au schéma d’utilisation traditionnelle hérité de la période coloniale (Seck, 1991, p. 305).

16  C’est cependant ce que semble suggérer la Croix Verte lorsqu’elle affirme que « all movement towards collaboration must be taken as a step in the right direction » (Gorbachev/Masire/Carlsson/Ramos, 2000, p. 14).

17  Voir: « The economic benefits and costs that every water-related policy or project can and does create bring into existence new interest groups and constituencies that can seriously undermine or threaten the power and privileges of the established stakeholders » (Elhance, 2000, p. 209).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Source: Hamerlynck/Duvail, 2003, p. 7; imprimé avec permission
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1314/img-1.png
Fichier image/png, 240k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Kipping, « Conflits et coopération liés à l’eau du fleuve Sénégal », Géocarrefour, vol. 80/4 | 2005, 335-347.

Référence électronique

Martin Kipping, « Conflits et coopération liés à l’eau du fleuve Sénégal », Géocarrefour [En ligne], vol. 80/4 | 2005, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1314 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1314

Haut de page

Auteur

Martin Kipping

Lessingstr. 29, D-53113 Bonn, RFA,
martin.kipping@gmx.net

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page