Navigation – Plan du site

Contribution à une réflexion géographique sur les représentations et l'espace

A contribution to geographical reflection on representations of space
Muriel Rosemberg
p. 71-77

Résumés

Une réflexion géographique sur le rôle des représentations dans la production de l'espace n'est pas contradictoire aux fondements positivistes de la géographie théorique, contrairement à ce que suggère la "géographie culturelle", qui tend à s'approprier ce champ de recherches sous le signe d'un postmodernisme implicite. On se propose de montrer que le paradigme culturel repose sur des implicites qui conduisent à nier la spécificité du regard géographique et l'enjeu du savoir géographique.

Haut de page

Texte intégral

1La réflexion ouverte sur le postmodernisme en géographie est l'occasion de reprendre un débat déjà ancien engagé sur l'approche culturelle en géographie (L'Espace Géographique, 1981/4). Ce qui n'était qu'une démarche intégrant la dimen-sion idéelle des sociétés à l'analyse de l'espace géographique s'affirme désormais comme la géographie culturelle. En se présentant comme domaine autonome et spécialisé, elle paraît être le cadre "naturel" de tous les travaux qui intègrent une réflexion sur les représentations1. La géographie culturelle française semblerait vouloir concilier des positions postmodernistes (le relativisme cognitif, le primat du culturel) et les apports de la géographie d'avant le tournant culturel. "Les vieux paradigmes naturaliste et fonctionnaliste développés par la géographie présentent encore un intérêt" (Claval, 2001, p.10). "Il n'est pas question de condamner en bloc la géographie néopositiviste" (Staszak, 1997, p. 34 note 24). On reconnaît la matérialité de l'espace, on ne l'envisage pas comme simple espace d'intercommunication2. Il s'agit d'éviter "deux périls : la dérive objective et la dérive subjective" (Staszak, 1997, p.34). Pour autant le paradigme culturel est-il pertinent pour penser l'espace géographique ? "Toute théorie suppose que les mots à l'aide desquels elle est exprimée ont un sens, et de surcroît, un sens stable et univoque d'un énoncé à l'autre" (Boudon, 1990). Or la notion fondatrice de la géographie culturelle, y compris dans les textes de nature épistémologique sur lesquels nous nous appuyons (Bonnemaison, 2000 ; Claval, 2001 ; Staszak, 1997), est une notion floue dont les acceptions varient considérablement. Le mot "culture" désigne ainsi une partie de la réalité (on parle de faits culturels), ou sa totalité (tout est culturel) et la culture devient alors objet de recherche ; le mot désigne encore une façon d'appréhender le réel : la culture est un paradigme. Nous essaierons de montrer que le choix de la culture comme cadre a priori d'une géographie repose sur des implicites qui conduisent à nier la spécificité du regard géographique et l'enjeu du savoir géographique.

Culture ou culturalisme ?

2La géographie s'attache désormais aux faits de culture, intègre la dimension symbolique dans l'étude des processus sociaux et des réalités spatiales (Claval, 2001, p.10). Que "les problèmes culturels cessent d'être secondaires et presque négligeables dans la vision que les géographes cherchent à donner du monde" (Claval, 1997, p. 120) est incontestable et probablement peu contesté. Pour autant le géographe doit-il s'attacher "à la logique propre des faits de culture" (ibid. p.120) ? Pour autant ceux-ci sont-ils "déterminants" ?

Un paradigme culturaliste

3En s'inscrivant dans le cadre théorique de l'anthropologie culturaliste qui voit dans les cultures des sytèmes de symboles partagés, la géographie culturelle déplace son objet de recherche. Elle se propose ainsi de décrire le fonctionnement de la communication dans la société (l'espace culturel) parce qu'il joue un rôle décisif dans la transmission et la recomposition de la culture (Claval, 1997, p. 125). Il ne s'agit plus de comprendre l'espace que produisent les sociétés en s'attachant à préciser le rôle que jouent les représentations dans l'organisation, la forme et les pratiques spatiales, mais de comprendre "les fonctions de l'espace dans la vie culturelle" par l'étude des processus culturels (Claval, 2001, p. 35). Le géographe se fait ainsi anthropologue, se donnant pour tâche de décrire et d'expliquer les représentations culturelles. L'intérêt porté à la différence culturelle incarnée par les minorités, l'étude de la culture pour elle-même indépendamment des autres facteurs et conditions pesant sur les communautés humaines, la tendance à réduire la culture à des valeurs et des symboles et à l'assimiler au langage relèvent d'un paradigme culturaliste. Le "tournant culturel" de la géographie apparaît de fait culturaliste. Tout est culturel : l'espace de la géographie culturelle est celui de la culture, de la cosmologie et des mythes ; "l'environnement devient un aspect de la culture" (Claval, 1997, p. 121-128). Doit-on en inférer que la démarche satisfaisante pour appréhender le réel est l'approche culturelle qui "offre des outils fondamentaux pour opérer la reconstruction de la géographie" (Claval, 2001, p. 9) ?

4D'autre part, hors même du champ de la géographie, la pertinence du paradigme culturaliste n'est pas incontestée, et il y a quelque légèreté à ignorer le courant anthropologique cognitif qui éclaire d'un autre jour les faits culturels, par exemple leur variabilité, la relation entre culture et langage. "Les différences entre les cultures sont des variantes issues d'un même processus d'apprentissage, qui est universel" (Bloch, 1999). L'étude de B. Berlin et P. Kay sur les couleurs montre ainsi "qu'un petit ensemble universel de catégories de couleurs fondamentales est à la base de toutes les terminologies, en dépit de leur diversité superficielle" (Sperber, 1982). D'autre part, l'écart qui existe entre les représentations et les mots, entre les émotions et les mots limite la validité des descriptions anthropologiques. La culture dans laquelle vivent les gens est très différente de la façon dont ils en parlent, parce que les mots ne sont pas un reflet exact de leur représentation du monde, parce que aussi, comme le souligne l'anthropologue Roy d'Andrade, avoir une culture n'est pas la même chose que d'avoir une connaissance sur le contenu de cette culture.

Le déterminisme culturel

5Le questionnement culturel est légitime, le déterminisme culturel ne l'est pas. A quelle portion du réel et dans quelle mesure le modèle culturel s'applique-t-il ? La tentation est grande d'expliquer des comportements par l'effet des représentations, selon le principe de similarité entre la cause et l'effet. Mais, comme le montre l'exemple des corrélations spectaculaires entre la spécialité des professeurs d'universités américaines et leur confession religieuse (Boudon, 1990), la corrélation culturelle interprétée comme causalité peut n'être que l'effet du hasard.

6Appliqué à l'espace, le déterminisme culturel semble bien réducteur. La culture est-elle toujours un facteur explicatif des différenciations spatiales, joue-t-elle toujours un rôle déterminant dans les décisions ou les comportements spatiaux ?

7L'approche culturelle ne peut se contenter d'apporter un éclairage sur le réel géographique sans prendre en compte les dynamiques temporelle et spatiale des faits à éclairer. Le pont de Brooklyn est évoqué par les ingénieurs qui le conçoivent et les contemporains qui l'admirent comme une prouesse technique, symbolisant à la fois le succès de la science et la réussite de New-York. Il est aussi dès sa conception une structure spatiale destinée à assurer les flux entre New-York et Brooklyn ; une fois construit, il devient un élément organisateur de l'espace, déterminant les directions du développement urbain. C'est désormais une composante du "donné géographique".

8Il apparaît contradictoire de vouloir "voir comme" ("saisir l'espace dans la perpective des groupes qui l'exploitent et y vivent" (Claval, 1997, p.128) et de nier la complexité individuelle et sociale en n'envisageant dans les rapports à l'espace que la dimension symbolique. La route parcourue quotidiennement peut éveiller des émotions paysagères sans que le choix du parcours soit aucunement influencée par sa valeur paysagère : c'est la route la plus directe pour se rendre au lieu de travail, et elle existe. Pour un même individu, la valeur paysagère de cette route et sa fonction comme structure spatiale coexistent. Le fonctionnel peut devenir culturel : les tranchées de 1914-1918 sont devenues lieu de mémoire ; leur fonctionnalité d'hier n'y est pas pour rien. Le culturel est aussi fonctionnel, pour ceux qui le produisent et le vendent. Le symbolique a également une valeur marchande. Le culturalisme, à privilégier le symbolique et l'imaginaire, oublie que les cultures ne sont pas indépendantes des rapports sociaux, que les représentations éclairent les comportements de ceux qui ont le choix de leur comportement. Quelle part les représentations sociales et spatiales peuvent-elles encore jouer dans une décision de localisation résidentielle ou professionnelle, lorsque le "choix" résulte des contraintes qu'exercent des ressources limitées, une mobilité réduite, une formation et une information insuffisantes ? Quelle part joue l'imaginaire spatial dans l'espace vécu d'un sans-abri ? Ce qu'il connaît de la ville ne se résume assurément pas à des géosymboles, et la valeur qu'il attribue aux lieux qu'il "fréquente" est d'abord une valeur de survie. La quête du sens n'est pas égale pour tous : une science sociale peut-elle l'ignorer ?    

L'espace de la géographie culturelle

9Quel espace la géographie culturelle cherche-t-elle à déchiffrer dès lors qu'elle définit la réalité géographique comme fait culturel puisqu'elle est un artefact ? Tout est spatial répond en écho à tout est culturel : P. Claval (2001, p. 27) affirme "le rôle de l'espace dans tous les domaines de la vie collective" ; pour J-F. Staszak (1997, p.7), "la manière dont on voit et dit le Monde est en soi une question géographique".

Le territoire comme totalité

10Dans la notion de territoire, "concept-clé de la discipline" (Claval, 1997) ou "nouveau paradigme" (Bonnemaison, 2000), la réalité géographique est absorbée dans la réalité culturelle. Le territoire n'est-il pas l'envers de l'espace, le complétant, correspondant à un approfondissement de la géographie (ibid.) ? "Il est idéel et même souvent idéal, alors que l'espace est matériel. Il est une vision du monde avant d'être une organisation" (ibid., p.130). Une vision du monde, c'est-à-dire des représentations, des mythes fondateurs, des géosymboles, une mémoire (ibid., p. 94).

11Or ce territoire, nous dit J. Bonnemaison, les chercheurs l'ont découvert "en travaillant hors de l'espace du système-monde" (ibid., p.130). Mais dans l'espace du système-monde, il est douteux que le territoire soit l'envers de l'espace matériel. Dans les campagnes des pays industriels, le village ne constitue plus le lieu où coïncident l'espace économique, l'espace des relations sociales, l'espace d'une culture partagée. L'église, dans les villages de l'Oise non "francilienne" qui se dépeuplent, n'est plus qu'un symbole relictuel, le réseau des villages centres accueillant désormais la messe dominicale. Mais depuis que l'église villageoise a perdu sa fonction, elle s'est dotée d'un carillon qui rythme religieusement la journée, signifiant sans signifié. Est-il alors judicieux, lorsqu'on travaille dans l'espace du système-monde, de délaisser l'articulation de l'idéel et du matériel, de l'espace géographique et du territoire ? Et s'il existe des sociétés ou des groupes qui n'entrent pas dans la logique du système-monde, sont-ils pour autant culturellement hors du monde ? "La notion de culture isolée, autonome, est une illusion liée aux méthodes d'observation des ethnologues, qui ont tendance à se concentrer sur un village, une île, une ethnie, pour instaurer un huis clos" (Amselle, 2000). Elle est associée par ailleurs à la croyance que les différences culturelles sont plus importantes que les universaux.

12L'espace de la géographie culturelle est également envisagé de façon explicite dans le cadre de la phénoménologie. De fait, définir le territoire comme vision du monde, c'est répondre à une interrogation existentielle sur le monde, sur "le sens que les hommes donnent à leur expérience vécue", sur "la géographicité des société humaines" (Claval, 1997, p.112). A la suite de E. Dardel (1952), l'expérience géographique comme rencontre avec la Terre "répond à un intérêt existentiel" qui "précède et porte la science objective". "La réalité géographique n'est pas d'abord un objet" et ne peut être entièrement objectivée ; elle est "toujours solidaire d'une certaine tonalité affective". On retrouve dans ces notations de Dardel l'espace-territoire chargé de sens, investi de valeurs et lesté de symboles que cherche à déchiffrer la géographie culturelle, à déchiffrer, c'est-à-dire à comprendre.

13La géographie culturelle est un savoir interprétatif : "aujourd'hui, l'étude des territoires part des hommes. C'est en les écoutant, en interrogeant leurs mythes, en leur demandant quels moments de leur histoire leur apparaissent essentiels, qu'il est possible de délimiter les espaces qu'ils chargent de significations et avec lesquels ils s'identifient" (Claval, 1997, p.108). La démarche ethnographique - décrire la réalité du point de vue de, pour comprendre comment elle est vécue - se heurte à une aporie. L'incommensurabilité des cultures que postule le relativisme culturel condamne l'ethnographe à trouver toujours ce qu'il cherche, sans jamais accéder à la culture de l'autre. Chercher à comprendre comment les faits sont vécus c'est seulement chercher à se représenter la représentation qu'autrui se fait des choses. Dès lors "croire voir les choses du point de vue d'autrui c'est confondre la représentation de l'objet avec l'objet" (Sperber, 1982), le niveau de la réalité vécue avec celui de l'analyse. Et il reste à montrer comment l'approche phénoménologique peut s'inscrire dans la démarche géographique pour l'enrichir. Quelles formes spatiales produisent l'émotion, permettent la rencontre existentielle ? Tous les lieux ont-ils la même aptitude à cet égard, pour toutes les sociétés ? Mais si la culture influence l'expérience de l'espace, comment saisir la seconde sans saisir en même temps la première ?

14D'autre part, l'identité culturelle est un biais déformant pour saisir le territoire, dans la mesure où ce qui fait l'identité d'un groupe, ce n'est pas la totalité des éléments de sa culture, mais les éléments qui sont utilisés par ses membres pour affirmer et maintenir sa différence (Cuche, 1996). Et l'on oublie qu'"une collection d'individus, pourvu qu'elle soit objectivement donnée dans le temps et dans l'espace, relève simultanément de plusieurs systèmes de culture : universel, continental, national, provincial, local, etc., et familial, professionnel, confessionnel, politique, etc." (Lévi-Strauss, 1958). Le territoire défini par l'identité n'est pas l'aire culturelle, dont il n'est qu'une image réductrice. Il ne reflète pas non plus l'espace géographique dans les systèmes socio-spatiaux complexes dont l'organisation ne résulte pas seulement des interactions locales.

Savoir savant et savoir commun

15L'espace culturel et l'espace géographique sont des réalités qui mettent en jeu des conceptions différentes de l'espace et du savoir. "Refuser de distinguer objet et sujet revient à refuser de distinguer connaissance objective et subjective, et à refuser toute supériorité épistémologique à la science" (Staszak, 1997, p.23, note 7). Le rejet de la dualité sujet/objet fonde une réflexion philosophique sur "l'être géographique" de l'être humain : elle a une dimension ontologique, non une portée épistémologique. S'intéresser "à la manière dont les groupes pensent leur monde" (ibid., p.25) c'est faire du rapport au monde un objet d'étude, c'est objectiver la réalité subjective "être-au-monde". On ne peut inférer du lien sujet/objet, actualisé dans le rapport au monde, l'équivalence de la géographicité et de la géographie scientifique, fût-elle réduite à un savoir sur la géographicité3.

16Cette équivalence entre savoir savant et savoir commun est plus souvent implicite dans les études ethnogéographiques qui s'attachent à explorer le savoir vernaculaire où elle apparaît comme une transposition de l'équivalence culturelle postulée dans le culturalisme4 (fig. 1).

Figure 1 : Bases du culturalisme

Figure 1 : Bases du culturalisme

17Elle est fondée sur une ambiguïté langagière : on désigne sous la même appellation d'espace géographique (ou de géographie dans les textes culturels) l'espace produit par les sociétés et l'espace conceptualisé par les géographes. Non que le premier ne soit pas pensé : il n'y a pas d'action sans projet, sans conception qui le sous-tende. Il est également pratiqué, et ces pratiques mettent en jeu des représentations. De cet espace géographique qui existe sans le géographe, on peut dire qu'il est un savoir en usage. Non pas un savoir théorisé. La réalité géographique, dans et par l'activité scientifique, est limitée, définie par les questions qui lui sont posées, l'informent et lui donnent sens ; elle cesse d'être une donnée de l'existence pour devenir un fait interprété par une théorie.

18Qu'il y ait des interrelations entre le savoir en usage et le savoir savant n'autorise pas à affirmer l'équivalence des savoirs. "Les acteurs sociaux ne sont pas des idiots culturels" (Staszak, 1997, p. 30) ni, pourrait-on ajouter, des idiots géographiques, mais ils ne sont pas égaux devant la culture ni devant l'espace. L'inégale maîtrise de l'information géographique renforce, on le sait, l'inégalité sociale. Et l'on sait aussi que le repli social - qu'il vienne de l'âge ou des conditions économiques et culturelles - est corrélé au repli spatial. Le savoir sur l'espace d'un mineur était à la mesure de son espace de vie : l'espace du coron, adjacent à la fosse. Il est incommensurablement différent du savoir géographique que met en œuvre le diri-geant d'une entreprise multinationale lorsqu'il choisit l'implantation d'un établissement. Dissoudre cette différence "culturelle" dans une équivalence des savoirs c'est vouloir ignorer que l'espace est inégalement approprié, c'est-à-dire aussi inégalement maîtrisé par la pratique et la pensée.

19Ce qui se joue de façon implicite dans l'affirmation d'une équivalence des savoirs/regards c'est le postulat de la liberté. La liberté du sujet renvoie à sa "responsabilité personnelle" : on peut se changer en redécrivant et en redéfinissant sa propre personne5. La "description épaisse" de faits culturels comme fin en soi se comprend dans cette perspective : faire émerger les représentations pour modifier les représentations et les comportements. Mais on s'écarte ainsi d'un projet scientifique de compréhension du monde, on s'écarte aussi de la valeur subversive du projet géographique lorsqu'il démonte les mécanismes du pouvoir par l'espace. La liberté humaine, non comme objet de réflexion à opposer au déterminisme spatial, mais comme postulat fondant l'équivalence des savoirs, abolit la portée sociale du savoir géographique. Chacun est, dans un intervalle de temps et d'espace au moins, libre. Malgré les déterminismes sociaux, culturels, etc, il subsisterait toujours un "espace" de liberté, celui de l'espace domestique par exemple. On ne peut nier l'importance philosophique de la question liberté/déterminisme, même si elle fait l'impasse sur le problème du hasard. Mais elle évite une question cruciale du point de vue qui nous occupe : comment joue-t-elle dans un espace de dimension géogaphique, c'est-à-dire, quelle que soit l'échelle de l'espace où s'exercerait la liberté, dans un lieu en relation  avec d'autres lieux ? Décrire des manifestations de la liberté dans un milieu isolé par l'observateur, un isolat plus expérimental (ou idéal ?) qu'éprouvé, n'est pas montrer comment et dans quelle mesure les choix individuels ou collectifs orientent durablement la forme et l'usage de l'espace.

Représentations et espace

20"L'une des formes essentielles du progrès scientifique (…) consiste à préciser, et dans la plupart des cas à restreindre (…) le domaine de validité des théories scientifiques" (Boudon, 1990). A la notion floue et totalisante de culture il faut préférer le concept de représentation sociale, qui intègre dans l'approche de la pensée sociale la dimension cognitive. Et sans récuser aucunement l'intérêt d'une analyse des représentations et des pratiques spatiales pour comprendre l'espace, on doit mettre en question la généralisation du modèle culturel à l'analyse de l'espace.

Toutes les représentations ne sont pas géographiques

21Les représentations sociales sont définies par D. Jodelet (1989) comme "une forme de connaissance, socialement élaborée et partagée, ayant une visée pratique et concourant à la construction d'une réalité commune à un ensemble social". Elles sont donc un "savoir de sens commun" dont la visée pratique le distingue de la connaissance scientifique. "Tout connaissance est une réponse à une question. S'il n'y a pas eu de question, il ne peut y avoir de connaissance scientifique. Rien ne va de soi. Rien n'est donné. Tout est construit" (Bachelard, 1938).

22Tout savoir sur l'espace n'est pas géographique. "Où ?", "pourquoi ?" ne sont qu'en apparence des questions partagées : pourquoi là plus qu'ailleurs, quelle est la complexité du réseau causal sous-jacent à tel phénomène à expliquer sont des questions qui s'intègrent à un raisonnement géographique. "Localiser n'est pas seulement dire où c'est mais déjà annoncer en quel milieu, avec quoi, dans quel tissu de relations, de voisinage et de déterminations, c'est commencer à situer" (Brunet, 1992). L'opposition commune d'habitants du Santerre et du maire d'Amiens à l'implantation en Picardie du "3e aéroport" repose sur des visions de l'espace très différentes : les premiers défendent leur espace de vie ; le second exprime la nécessité d'un développement préalable d'Amiens, sans lequel un aéroport n'exercerait aucun effet dynamique sur la région et sa métropole. Chacun de ces regards sur l'espace cependant est d'une certaine manière "socio-centrique". Toute représentation est représentation de quelque chose et de quelqu'un, répond à un intérêt (de connaissance), est donc en décalage avec son référent. L'analyse des écarts entre le savoir spatial de sens commun et le savoir géographique pourrait être riche d'enseignements, aidant à comprendre les raisons de l'irrationalité de choix spatiaux, permettant d'éclairer les situations de rejet d'un aménagement. L'étude des représentations spatiales pour elles-mêmes est du ressort de la psychosociologie.

23Si l'on se souvient que le premier des obstacles épistémologiques est "l'expérience première" (Bachelard, 1938), on peut douter que le savoir spatial en usage soit en continuité avec le mode de raisonnement géographique. L'esprit scientifique se constitue en rupture radicale avec nos modes habituels de pensée et d'expression : "l'opinion pense mal ; elle ne pense pas ; elle traduit des besoins en connaissance" (ibid.). C'est ce que l'on pouvait observer dans les propos tenus par des habitants de communes de la vallée de la Somme lors de l'inondation de 2001. Le discours exprimait peut-être un besoin de comprendre en expliquant l'incompréhensible par le mécanisme connu du complot6. Il exprimait aussi peut-être que l'espace vécu était peu connu et mal perçu. L'inondation par remontée de la nappe phréatique est un événement exceptionnel qui a pu surprendre, on le comprend. Mais la connaissance intime de cet espace, dans la pratique de la chasse notamment, aurait dû intervenir dans la formation de l'opinion. Le système naturel de la vallée est connu : les alluvions tourbeuses fonctionnent comme une éponge, et les inondations localisées ou la résurgence de sources dans les vallées sèches sont des phénomènes récurrents. Dans le contexte des deux années pluvieuses précédant l'inondation, la saturation des sols était prévisible. D'autre part, la construction de pavillons dans la vallée, alors que les noyaux villageois sont tous établis sur les versants, témoigne chez les acteurs locaux d'une indifférence à l'espace sinon d'une méconnaissance.

24Cependant le savoir en usage n'est certainement pas réductible à des représentations formulées dans une situation particulière, et pour le cerner il peut être judicieux d'utiliser de façon seconde un matériau qui n'a pas été prévu à cet effet. L'analyse de plus de deux cents lettres adressées au journal régional, dans le contexte d'un conflit portant sur l'aménagement à Amiens du parvis de la cathédrale (Rosemberg, 2003), a permis d'observer l'expression spontanée (puisque ce n'était pas l'objet de l'enquête lancée par le journal) d'une représentation de la ville. Bon nombre de notations révèlent ainsi une perception des signes de l'urbain, une compréhension que la ville n'est pas immuable, une approche de la ville par le parcours. Dans cette perspective, les textes littéraires, pourvu qu'on n'oublie pas qu'ils sont d'abord et surtout littéraires, constituent aussi un matériau pertinent pour saisir des représentations de l'espace. Mais toutes les représentations ne se "valent" pas, c'est-à-dire ne renseignent pas également sur la connaissance ni même sur la perception de l'espace. Il en va des représentations spatiales comme des autres représentations sociales : elles peuvent n'être que des lieux communs. On ne peut les ignorer puisqu'elles font partie du réel, mais on doit les intégrer à un questionnement géographique : quel rôle joue l'imagerie spatiale dans la production d'espace ?

25D'autre part, tous les propos tenus "sur" l'espace ne mobilisent pas nécessairement des représentations spatiales. L'analyse du conflit cité plus haut a mis en évidence que, pour les protagonistes à l'origine du conflit, l'espace n'était qu'un alibi, une "ressource" pour un jeu d'acteurs dont la logique n'était ni territoriale ni spatiale. La contestation renseignait sur l'aptitude d'un groupe à se saisir de l'espace comme argument du discours. De fait l'espace n'est parfois qu'un prétexte, et l'usage du mot ne renvoie pas toujours à une représentation de la chose. L'espace, comme l'environnement ou le patrimoine, sont aussi des arguments dans une polémique particulière parce qu'on sait qu'ils constituent des enjeux d'ordre général et parce qu'ils sont des mots en usage. Si l'analyse des représentations passe par l'analyse du discours qui les véhicule et les met en forme, on ne peut pour autant considérer comme une réalité indistincte représentation et discours. Un "discours est lui-même un comportement, souvent un comportement de répétition autant que de communication, un comportement qui doit être compris à partir des croyances et des intentions qui le sous-tendent ; il n'est pas à lui-même sa propre explication" (Sperber, 1989). Les propos tenus sur l'inondation de la Somme doivent-ils être lus littéralement ? Dénoncer un complot, c'était aussi exercer une pression pour obtenir la réparation des dommages. De même, la défense de l'environnement mise en avant par les habitants opposés au projet d'aéroport en Picardie ne peut être interprétée indépendamment de leur constitution en association pour négocier les indemnités d'expropriation. Le même argument utilisé par le maire d'Amiens doit être mis en relation avec l'ambition qu'il a pour la ville : renforcer l'attractivité d'Amiens en valorisant les aménités urbaines. Les représentations de l'espace devraient être mises en relation avec les pratiques si l'on veut éviter de confondre discours et représentation. Et parce qu'on ne les saisit pas directement, parce qu'elles ne sont pas un reflet du sujet ni de l'objet, elles ne peuvent suffire à comprendre l'espace.

Saisir les représentations pour comprendre l'espace

26Mais il ne suffit pas d'établir une relation entre une représentation et un comportement spatial pour démontrer le rôle géographique de la première. L'utilisation par de jeunes citadins de rues et de places non prévues à cet effet pour la pratique du skate révèle leur compétence perceptive des formes spatiales (une place d'Amiens redessinée par l'architecte Roig constitue ainsi, avec ses plans qui se recoupent, un terrain idéal, immédiatement perçu par les skaters). Dans cette occupation de l'espace se réalise d'une certaine manière l'appropriation de la ville par ses habitants, appropriation que valorisent la communication sur le projet de la ville et la recomposition des espaces publics. Les usages de la ville, y compris les usages non prévus ou détournés, participent de son fonctionnement. Leur connaissance éviterait peut-être des aménagements inutiles (une piste de skate, conçue comme piste, localisée hors de la ville), éclairerait sur la diversité des ressources de l'espace. Mais on ne peut faire l'impasse, dans le cadre d'une compréhension géographique de l'espace, sur la façon dont interagissent la matérialité de "l'espace donné" (qui intègre des conceptions et des pratiques) et la représentation de cet espace qui conduit à de nouveaux usages (très matériels).

27Les conceptions urbaines à l'œuvre dans la ville s'appliquent à un donné urbain qui n'est pas neutre. La volonté de densifier la ville (représentation partagée par les décideurs urbains dans les villes européennes) peut être mise en œuvre à Amiens parce que les friches industrielles et militaires péricentrales, les vides urbains centraux issus des destructions de 1940, constituent une réserve foncière aussi bien qu'un espace sur lequel se projette un rêve de ville. Mais ce rêve s'ancre dans la réalité géographique d'une ville dont la taille et le profil lui interdisent de réaliser, de penser même à, un centre international d'affaires ou un technopole. Le renouvellement physique de l'espace urbain (la matérialisation des conceptions urbaines) influence en retour la vision de la ville. La reconquête de l'espace urbain de proche en proche dessine une image, autant mentale que matérielle, de la ville recomposée : l'axe de la Somme le long duquel se disposent, d'est en ouest, des lieux de récréation (hortillonnages, parc St-Pierre, parc Bonvallet, Grand Marais), qui, dans sa partie centrale (St-Leu et ses pourtours), concentre les implantations universitaires, semble avoir guidé l'action. La logique spatiale des actions menées rend visible et lisible la présence du fleuve ; le fleuve et les valeurs qui lui sont associées apparaissent déterminants dans les choix urbanistiques autant que déterminés par eux. A condition qu'on cherche à lire l'espace, non seulement les mots énoncés sur l'espace, les représentations peuvent constituer un matériau intéressant pour le géographe.

28Dans cette perspective, il est des représentations dont l'étude mérite d'être privilégiée : celle des acteurs, parce que leur savoir en usage est aussi un savoir en acte, parce que leurs conceptions spatiales produisent des décisions qui engagent le forme et l'organisation de l'espace, et non seulement son usage. La mise en regard de l’espace projeté, tel qu’il apparaît dans sa mise en forme discursive, et de l’espace réalisé, tel qu’il apparaît dans sa mise en forme spatiale, doit aider à comprendre comment on "en arrive" à produire cet espace (Rosemberg, 2000). Il faut s'interroger aussi sur l'aptitude des formes spatiales à nourrir des représentations qui orienteront l'action. Entre représentations spatiales et espace matériel les relations sont probablement des interrelations, qu'on ne peut saisir directement. Si la question est bien de comprendre comment l'espace fonctionne, c'est-à-dire comment les représentations influencent les décisions et les pratiques spatiales et comment l'organisation et la forme de l'espace nourrissent des représentations, la démarche systémique s'impose. Et puisque ce sont les relations entre les éléments qui constituent le système, la composante culturelle d'un système ne peut être ni reléguée ni privilégiée.

Conclusion

29Dans le savoir géographique subsistent des blancs et des hiatus. Comment penser liberté et déterminisme (objet du Géopoints 98), quels ressorts individuels et collectifs déterminent l'action sur l'espace, quelles "polarisations" subjectives guident les pratiques de l'espace, etc. ? L'insatisfaction produite par les questions laissées en suspens, par l'articulation insuffisante de savoirs encore en partie dissociés légitime des objets et des regards nouveaux, n'implique aucunement, pour explorer de nouvelles voies, d'adopter le relativisme cognitif. Le questionnement culturel est pleinement légitime dans la perspective d'un "approfondissement de la géographie". Cela signifie qu'on ne réduise pas le culturel au symbolique et qu'on l'intègre à l'analyse d'un système socio-spatial. Cela implique qu'on veille à ne pas contourner les problèmes que posent la réalité et le concept d'espace géographique, et qu'on lui applique l'interrogation que M. Godelier (1986) formulait sur la société : "Quelle est la part de la pensée dans la production de la société et dans sa reproduction ?". L'exploration du rapport au monde ou de la réalité du monde, la recherche du sens ou des régularités donnent à voir des réalités géographiques différentes qu'il reste à articuler.

Haut de page

Bibliographie

Amselle J.-L., 2000, Le métissage : une notion piège, La Culture, 2002, Sciences Humaines Editions, p. 329-334.

Bachelard G., 1938, La Formation de l'esprit scientifique, Paris, Vrin (éd. 1975, 257 p.).

Bloch M., 1999, Qu'est-ce que l'anthropologie cognitive ? La Culture, 2002, Sciences Humaines Editions, p. 55-62.

Bonnemaison J., 2000, La géographie culturelle, Paris, Editions du C.T.H.S., 120 p.

Boudon R., 1992, L'art de se persuader des idées douteuses, fragiles ou fausses, Paris, Seuil, 458 p.

Brunet R., 1992, Les mots de la géographie, RECLUS-La Documentation française, 470 p.

Claval P., 1997, La géographie culturelle et l'espace, in Staszak J.-F. (dir), Les discours du géographe, Paris, L'Harmattan, p. 119-144.

Claval P., 1997, L'évolution de quelques concepts de base de la géographie, Espace, Milieu, région, paysage, in Staszak J.-F. (dir), Les discours du géographe, Paris, L'Harmattan, p. 89-118.

Claval P., 2001, Champs et perspectives de la géographie culturelle 10 ans après, Géographies et cultures n°40, p. 5-28.

Claval P., 2001, Cultures et civilisations. Un essai d'interprétation géographique, Géographies et cultures n°40, p. 29-51.

Cuche D., 1996, La notion de culture dans les sciences sociales, Paris, La Découverte, 122 p.

Dardel E., 1952, L'homme et la terre, Paris, Editions du C.TH.S. (1990), 200 p.

Godelier M., 1984, L'idéel et le matériel, Paris, Fayard, 348 p.

Jodelet D. (dir), 1989, Les Représentations sociales, Paris, PUF, 7e éd., 2003, 447 p.

Lévi-Strauss C., 1958, Anthropologie structurale, Paris, Plon, 2 vol., 454 p.

Rosemberg M., 2000, Le marketing urbain en question. Discours et réalisations dans quatre projets de villes, Paris, Economica, 184 p.

Rosemberg M., 2003, Questions sur un conflit d'aménagement : l'exemple du parvis de la cathédrale d'Amiens, Editions de la MSH Villes et territoire, Tours, sous presse.

Sperber D., 1982, Le savoir des anthropologues, Paris, Hermann, 141 p.

Sperber D., 1989, L'étude anthropologique des représentations, problèmes et perspectives, in Jodelet D. (dir), Les Représentations sociales, Paris, PUF, p. 115-132.

Staszak J.-F., 1997, Introduction, in Staszak J.-F. (éd.), Les discours du géographe, Paris, L'Harmattan, p. 7-9.

Staszak J.-F., 1997, Dans quel monde vivons-nous ?, in Staszak J.-F. (éd.), Les discours du géographe, Paris, L'Harmattan, p. 13-38.

Haut de page

Notes

1"La revue Géographie et cultures, publiée depuis 1992, sert de forum à ceux que leur intérêt pour les faits de culture rassemble" (Claval P., 1995, La géographie culturelle, Paris, Nathan-Université, p.43).
2"Pour que la géographie culturelle dispose d'une puis-sance explicative satisfaisante, il convient cependant de ne pas la réduire à l'univers du discours" (Claval P., Les discours du géographe, 1997, p.140).
3"Il n'y alors pas de diffé-rence de nature entre la géographie du Monde de Monsieur-Tout-le-Monde par Monsieur Tout-le-Monde et la géographie "scientifique". (Staszak, 1997 p.13).
4"Le culturalisme quant à lui refuse cette idée de hiérarchiser les cultures dans l'optique d'un progrès définitif. Il met les cultures sur un même plan : chacune est un tout, qui doit être compris selon ses propres valeurs - de l'intérieur par conséquent. Comparer les cultures les unes aux autres n'aurait guère de sens. Porter un jugement de l'extérieur est également dangereux puisque chaque observateur est situé dans sa propre culture et ne peut donc jamais être complètement objectif" (Bonnemaison, 2000, p.124). On notera le glissement du relativisme moral au relativisme cognitif .
5C'est l'approche développée par C. Taylor, auteur souvent cité dans les textes culturels. "Ainsi, nos descrip-tions de nos motivations, et nos tentatives pour formuler ce qui nous semble important, ne sont pas des descriptions, car leurs objets n'en sont pas entièrement indépendants" (1976, Responsability for self, in Rorty A., The identities of Persons, Berkeley, University of California Press).
6L'inondation aurait été causée par le déversement d'eau du canal du Nord dans la Somme, décidé pour éviter l'inondation de Paris.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Bases du culturalisme
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/130/img-1.png
Fichier image/png, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Rosemberg, « Contribution à une réflexion géographique sur les représentations et l'espace », Géocarrefour, Vol. 78/1 | 2003, 71-77.

Référence électronique

Muriel Rosemberg, « Contribution à une réflexion géographique sur les représentations et l'espace », Géocarrefour [En ligne], Vol. 78/1 | 2003, mis en ligne le 29 mai 2007, consulté le 17 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/130 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.130

Haut de page

Auteur

Muriel Rosemberg

E.H.G.O - UMR 8504 Géographie-cités
Université de Picardie Jules-Verne
Chemin du Thil, 80 025 Amiens Cedex 01
E-mail : muriel.rosemberg@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page