Navigation – Plan du site

Gestion de la qualité de l'eau, conflits et risques dans la ville de Bangui (République centrafricaine)

Management of water quality, conflicts and risks inherent in the town of Bangui (Central African Republic)
Cyriaque-Rufin Nguimalet, Diana Alisson Balikouzou-Hinna, Marie-Céline Rasoanantoandro Gothard-Bassebe et Silla Semballa
p. 325-334

Résumés

La ville de Bangui, capitale de la République centrafricaine, souffre d’une insuffisance qualitative de la ressource hydrique pour les besoins de la population. Le manque d’eau propre et en suffisance rend nécessaire la sécurisation de l’eau potable. L’insécurité se caractérise par la vétusté du réseau d’eau, à l’origine de l’altération de la qualité de l’eau potable et de relations conflictuelles dont fait partie le “doute” exprimé par les citadins quant à la qualité de la ressource. Une analyse de la qualité de l’eau potable isolée dans une canalisation à deux pas de temps (séjour de 6 jours et 2 mois) met en évidence une dégradation de la qualité de l’eau recueillie au robinet. Ces résultats, couplés à d’autres informations, renforcent l’incertitude planant sur cette “eau” et permettent de définir trois niveaux imbriqués de conflits, impliquant les risques sanitaires. Ils rendent compte du comportement des acteurs qui hypothèque la gestion de la qualité de l’eau. Ainsi, l’usage combiné d’eau souillée et d’eau de robinet par les citadins pour combler les besoins amplifie les contraintes. Des esquisses de solutions sont proposées dans le but de réduire les contraintes posées par la qualité de l’eau et de pallier cette pénurie qualitative, “ conflictuelle” dans la ville de Bangui. La prise en compte d’un seuil de qualité garantirait une production d’eau propre à Bangui.

Haut de page

Texte intégral

  • 2

1Bangui, Capitale de la République centrafricaine (fig. 1), est localisée dans un espace où il pleut neuf mois dans l’année1. Ainsi, y parler de pénurie d’eau semble anormal, du fait de la variété des ressources en eau (pluies, cours d’eau, marais et nappes aquifères). Néanmoins, la pénurie d’eau est caractérisée ici par la question de l’eau souillée dont l’utilisation constitue une entrave à l’émergence économique de la société. Le faible accès à l’eau potable, la prépondérance des maladies liées à l’eau et surtout le “doute” qu’ont les consommateurs sur la qualité de cette ressource sont des critères qui fondent la pénurie d’eau à Bangui. Cette dernière résulte de l’insuffisance quantitative et qualitative de la ressource hydrique par rapport aux besoins. Cette question sociale difficile est entretenue par la déficience et l’inadéquation des installations hydrauliques destinées à la production et à la distribution d’eau potable.

Figure 1 : Plan de situation de la ville de Bangui

Figure 1 : Plan de situation de la ville de Bangui

2L’aspect “conflit” porte sur la qualité de l’eau produite car, pour tous les consommateurs, les risques sanitaires sont l’effet de l’utilisation de cette eau. Cette question revêt deux aspects (Nguimalet, 2004) : l’incapacité du réseau à fournir de l’eau potable à tous, ce qui oblige les citadins à consommer l’eau polluée des puits traditionnels, et le “doute” exprimé par les citadins sur la qualité de l’eau de robinet. Mais le fait que la majorité des citadins utilisent simultanément l’eau impropre aux autres usages et l’eau du robinet pour la boisson, constitue une insécurité traduite par l’importance des maladies d’origine hydrique à Bangui. La qualité de l’eau induit une question de gestion aussi bien pour le producteur que pour le consommateur d’eau potable. Elle est l’épicentre des conflits et risques liés à l’eau potable encourus par les citadins. Comment faire pour lever les gênes relatives à l’eau potable, source des conflits imbriqués, afin que la qualité de l’eau soit acceptable à Bangui ?

Méthodologie de l’étude

3Pour la réalisation de ce travail, un historique de la fourniture d’eau potable dans la ville de Bangui a été préalablement fait à partir des documents existants pour comprendre l’évolution des niveaux d’accès à l’eau potable. Des informations écrites ainsi que des statistiques démographiques et de volumes d’eau potable produits ont été également collectées et analysées dans le but de suivre le rythme des besoins en eau d’une population toujours en croissance. Cette approche rend compte des méthodes utilisées par les différentes administrations (coloniale et post-indépendance) pour l’alimentation en eau potable selon le niveau d’équipement des quartiers urbains. Les problèmes posés aujourd’hui par la gestion de la qualité de l’eau destinée aux usages sont anciens et sont liés aux dynamiques démographiques et spatiales, ainsi qu’aux difficultés d’urbanisation à l’échelle de la ville.

  • 2  C’est le nom donné au projet de la Promotion de la culture scientifique et technique sur deux thèm (...)

4Différents contrôles de la qualité du traitement de l’eau sont effectués au laboratoire de la SODECA (Société de Distribution d’Eau en Centrafrique), selon les temps de séjour de l’eau dans le réseau (6 jours et 2 mois) ; le but est de vérifier la potabilité de l’eau qui arrive au robinet du consommateur (Balikouzou-Hinna, 2004, p. 26). Ces analyses permettent de rendre compte de la vétusté du réseau et du doute qui s’amplifie vis-à-vis de la qualité de l’eau du robinet. Ces contrôles sont de nature physico-chimique et bactériologique. Pour observer l’évolution de la qualité de l’eau traitée à sa sortie de l’usine, selon le temps de séjour dans le réseau, une canalisation a été isolée pour servir de site d’expérimentation. Après un séjour de 6 jours et 2 mois dans celle-ci, l’eau a été analysée aux laboratoires de SODECA à Bangui. Les résultats obtenus sont comparés à ceux d’une eau ayant fait un séjour de moins d’un jour dans le réseau. On a en outre exploité les données du “livre d’or” de la “Caravane de la science“2. Des avis du public sur le faible accès à l’eau potable de la majorité des citadins et sur la “qualité” de l’eau du robinet y ont été recueillis. Ces informations constituent la base du sondage réalisé lors d’une campagne de sensibilisation menée en 2005 dans les lycées et quartiers de Bangui ; il portait sur la prépondérance des maladies liées à l’eau, et sur la façon de les éviter et de disposer d’eau propre pour les besoins humains.

La gestion de la qualité de l’eau destinée aux usages à Bangui : historique d’une pénurie

Analyse de la pénurie d’eau et des besoins

5La rareté de l’eau potable a été notée dès la fondation de Bangui en juin 1889, et elle s’exprime actuellement par l’insuffisance qualitative de la ressource. Une source potable a été découverte le 22 février 1894 aux confins de la mission, sur la rivière marécageuse Gbangouma, affluent de la rive gauche de la rivière Nguitto, non loin de la confluence avec l’Oubangui (fig. 2), et elle aurait fonctionné jusqu’en 1912 (Nguimalet, 2004, p. 28). D. A. Balikouzou-Hinna (2004, p. 4) a montré qu’avant la création en 1948 d’un premier établissement chargé du traitement et de la gestion d’eau à Bangui, on s’alimentait encore à une source. Les difficultés de ravitaillement en eau avaient amené les prêtres de Saint-Paul à creuser un puits traditionnel dès 1895 (Nguimalet, 2000, p. 7). Ce contexte témoigne du difficile accès à l’eau potable. Entre 1953, date de la création de la Société des Eaux et 1969, seul le centre-ville bénéficiait du réseau d’adduction. Les quartiers périphériques, d’implantation spontanée, ne disposaient pas d’infrastructures adéquates. Le problème de l’eau potable à Bangui a été aggravé par la croissance démographique, due à l’exode rural et à la réalisation des grands travaux. Les aménagements collectifs n’ont pas soutenu la croissance spatio-démographique de la ville.

6L’insuffisance de l’eau potable persiste encore à Bangui. Sur la période 1993-2002, on constate que les volumes annuels et journaliers d’eau produits ne couvrent pas les besoins de la population : les volumes extrêmes produits chaque jour ont varié de 17 385 m3 en 1996 à 22 458 m3 en 2002, soit respectivement 28 l.hab-1.j-1 et 36 l.hab-1.j-1. Le volume d’eau produit en 2002 pour une population de 622 771 habitants (BCR, 2005, p. 5) semble erroné au vu des réalités quotidiennes. Ce ratio masque les besoins en eau des gros consommateurs (commerce et industries, administrations et institutions publiques…) dont la part n’apparaît pas clairement. En réalité, la consommation réelle des citadins ne dépasserait pas 5 l.habitant-1.jour-1. Cette analyse conduit à penser que la quantité d’eau potable consommée par citadin et par jour aurait été bien médiocre dans les années allant de la fondation de Bangui jusqu’au début des années 1990. Si l’on voulait offrir de l’eau propre sur la base de 50 l.hab-1.j-1 aux 623 000 habitants recensés en 2003 (BCR, 2005), la Société devrait produire plus de 31 000 m3.j-1, soit près de 11 500 000 m3.an-1 (soit environ 1,5 fois plus qu’en 2002) ; pour 100 l. hab-1. j-1 par exemple, la production d’eau serait de plus 62 000 m3.j-1 et de près de 23 000 000 m3.an-1 (3 fois plus qu’en 2002).

7Ainsi, le faible volume délivré aux consommateurs est à mettre sur le compte d’une absence de politique volontariste visant à équiper et à intégrer les quartiers populaires dans les processus effectifs de gestion urbaine. Aucune alternative crédible n’est proposée par les décideurs : les quartiers “populaires”, installés souvent sans aucune planification, constituent environ 80 % de la superficie de la ville. Ce laxisme, couplé au sous-équipement des quartiers périphériques de la ville, réduit l’accès à l’eau potable pour la majorité des “citadins” et explique une forte consommation d’eau polluée tirée des puits traditionnels, avec les risques connus. La gestion de la qualité de l’eau est d’actualité dans la ville de Bangui.

Le comportement des usagers face à la pénurie d’eau et les effets d’un réseau limité

8L’implantation spontanée des quartiers ne s’étant pas accompagnée d’une planification urbaine ni de la mise en place d’infrastructures, les puits traditionnels sont devenus le mode courant d’alimentation en eau. Dès les années 1930, le voisinage des puits et des latrines a exposé la nappe phréatique superficielle au risque de pollution fécale (Nguimalet, 2004, p. 282). C’est ainsi qu’est née et/ou s’est renforcée l’habitude d’utiliser des eaux d’origines diverses, sans que des règles minimales d’hygiène soient observées dans le même temps, ce qui peut entraîner des risques de maladies liés à l’eau. En effet, l’usage combiné de l’eau de robinet (boisson), de l’eau des puits traditionnels (autres usages) et de l’eau de pluie (vaisselle, lessive, cuisson…) est une réalité dans la ville Bangui, mais les citadins ne prennent pas toujours la précaution d’utiliser de l’eau propre pour laver ou rincer les ustensiles dans lesquels l’eau est recueillie au robinet ou aux bornes-fontaines (fig. 2), afin d’éviter les risques de contamination.

Figure 2 : Le réseau d’eau traitée dans la ville de Bangui

Figure 2 : Le réseau d’eau traitée dans la ville de Bangui

9Lorsque les ustensiles sont lavés ou rincés avec de l’eau douteuse, l’eau du robinet recueillie, même potable, est contaminée et la qualité de l’eau à la sortie du robinet est à tort accusée. Or le principal problème ici est de faire attention aux habitudes de vie en matière d’hygiène, sinon l’eau propre récoltée dans un récipient souillé est elle-même infectée. Il ne s’agit pas de plaider pour la bonne qualité de l’eau courante, mais plutôt de soulever la question des comportements individuels et collectifs vis-à-vis de l’altération de la qualité de l’eau, ce qu’on ignore souvent à Bangui. Cette question comportementale implique l’Etat, la Société d’eau et les consommateurs. C’est en effet la faible extension du réseau d’adduction et les insuffisances de l’urbanisation qui empêchent l’usage unique de l’eau courante (ou de robinet) comme “eau de boisson” pour la majorité des citadins. Ces habitudes ne semblent pas être sans conséquence sur la perception de l’eau du réseau et sur l’état sanitaire de la population. C’est pour ces raisons qu’on s’est demandé si l’eau traitée contient encore du chlore en fonction de son temps de séjour dans le réseau et de son éloignement par rapport au centre de traitement.

10S’agissant de l’eau propre et de sa qualité, le lieutenant-colonel Burthe d’Annelet faisait état en 1928 d’une fontaine de fabrication européenne qui distribuait l’eau potable à volonté sur la place centrale de Bangui (cité par Boulvert, 1989, p. 137). Les quartiers autochtones n’étaient pas desservis par l’eau potable à l’époque et les populations environnantes se ravitaillaient au puits, dans les marais, ou aux cours d’eau. De même, M. Homet (in Boulvert, 1989, p. 152), dénonçant les abus coloniaux, signalait que les filtres municipaux encrassés laissaient passer des impuretés et que les Européens étaient contraints de filtrer une seconde fois l’eau distribuée par la fontaine municipale. De son côté, R. Susset en 1933 (cité par Boulvert, 1989, p. 173), à l’occasion d’une mission parlementaire en AEF, s’inquiétait déjà des problèmes d’eau pour le fonctionnement de l’hôpital de Bangui. Selon lui, l’eau était apportée tous les matins par une corvée de prisonniers, à raison de 800 litres véhiculés dans des vieux tins à essence, alors qu’il aurait fallu, pour le nombre de lits, un minimum de 8 000 litres par jour, soit 10 fois plus d’eau. Cette eau aurait dû être distribuée par des robinets puisque le transport de l’eau potable l’exposait au risque de pollution par les poussières. Certes, le robinet économise l’eau mais lorsque le réseau n’a pas été renouvelé après cinq décennies d’utilisation, sa vétusté altère vraisemblablement la qualité de l’eau.

Problématique actuelle de la qualité de l’eau du réseau

11Les contrôles physico-chimiques et bactériologiques de l’eau traitée, qui a séjourné 6 jours et 2 mois dans le réseau vétuste en acier galvanisé, indiquent en effet la dégradation de la qualité de l’eau destinée aux particuliers. Ils confirment implicitement les réserves émises sur la qualité de cette eau qui peut engendrer des risques sanitaires pour la population.

La qualité physico-chimique de l’eau traitée ayant séjourné dans le réseau

12L’analyse physico-chimique (tabl. 1) effectuée au laboratoire de la Société d’eau (SODECA) à Bangui en 2003 permet de remarquer pour les échantillons A (eau traitée avec séjour de 6 jours dans la canalisation) et B (eau traitée avec séjour de 2 mois dans la canalisation) :

13- un abaissement du pH pour l’échantillon A alors que le pH est proche de la neutralité pour l’échantillon B ;

14- une augmentation de la turbidité (MES) ; elle est faible et comparable à celle d’une eau brute pour l’échantillon B, et plus élevée dans l’échantillon B ;

15- l’absence de l’agent désinfectant, le chlore résiduel, dans les deux échantillons, ce qui les expose à d’autres contaminations bactériennes avant d’arriver au consommateur ;

16- une coloration de l’eau dans les deux cas (<15 Hazen pour A et 30 Hazen pour B) qui fait perdre la potabilité ;

17- le test d’oxydabilité indique la présence de matières organiques dans les échantillons. Celles-ci sont indésirables dans l’eau potable car elles peuvent rendre l’eau trouble et favoriser le développement des micro-organismes pathogènes.

Tableau I : Résultats de l’analyse physico-chimique de l’eau potable ayant séjourné 0 jour, 6 jours et 2 mois dans un conduit isolé pour la circonstance.

Paramètres physico-chimiques

Eau brute

Eau de référence

(0 jour)

Echantillon A

(eau de 6 jours)

Echantillon B

(eau de 2 mois)

pH

7,27

6.69

6.1

7.0

TAC* (° f)

29,0

2.0

2.0

2.4

Turbidité (NTU)

3,5

0.50

6.45

27

Cl2 (mg/l)

-

2.25

0.00

0.00

Fer total (mg/l)

0,002

0.007

0.007

0.008

Nitrites (mg/l)

0,017

0.041

0.001

0.000

Mn (mg/l)

0,000

0.011

0.001

0.015

Chlorures (mg/l)

0,001

0.001

0.000

0.000

Sulfures (mg/l)

0,002

0.001

0.000

0.000

Nitrates (mg/l)

0,001

0.000

0.001

0.006

Ammonium (mg/l)

0,005

0.002

0.003

0.005

Sulfates (mg/l)

0,001

0.009

0.093

0.188

Couleur (unités Hazen)

> 15

< 15

15

30

Oxydabilité au KMnO4 mg/l O4

0,2

0.2

3.6

4.0

18*Titre Alcalimétrique Complet

19De même, certains éléments minéraux comme le fer (Fe) et les sulfates (SO4--) non seulement affectent la qualité organoleptique de l’eau produite (tabl. 2), mais aussi favorisent la prolifération de certaines bactéries. L’analyse physico-chimique de la qualité de l’eau du réseau met en évidence des effets indésirables liés à l’altération de la qualité de l’eau traitée et distribuée après un temps de résidence variable (tabl. 1 et 2). Le goût, l’odeur et la couleur de l’eau potable, qui sont des critères permettant d’apprécier la bonne qualité de l’eau, deviennent avec le temps des variables indicatrices de la dégradation de la qualité de l’eau traitée.

20Si les susbtances telles que le fer et les sulfates se trouvent dans un milieu anaérobie (absence d’oxygène), de pH compris entre 5.5 et 8.5, ils auto-entretiennent la multiplication des bactéries sulfito-réductrices (les clostridium) qui réduisent les sulfates en sulfures d’hydrogène. Les traces de fer sous forme de Fe++ (ions ferreux) et Fe+++ (ions ferriques) peuvent réagir avec SO4--, notamment Fe++ peut se transformer en Fe(OH)3 (hydroxyde ferrique) et en FeS (sulfure de fer). Il faudrait aussi noter que l’altération du goût, de la couleur et secondairement la corrosion des canalisations en acier galvanisé peuvent être dues à la présence des ferrobactéries. Les clostridium, quant à eux, sont responsables de la corrosion des ouvrages de distribution.

Tableau II : Effets indésirables causés par certains éléments minéraux

Minéraux

Si concentration dans l’eau potable

Effets indésirables observés

Aluminium

> 0.2 mg/l

Coloration et dépôt

Fer

> 0.2 mg/l

Dépôt visqueux et coloration

Prolifération des ferrobactéries

Sulfates

> 0.2 mg/l

Goût et odeur

Prolifération bactérienne

Nitrites

> 0.1 mg/l

S’oxyde facilement en nitrates

La qualité bactériologique de l’eau traitée et recueillie dans le réseau

21L’analyse bactériologique a été menée selon le même protocole (tabl. 3). Elle visait à détecter et à dénombrer les germes susceptibles d’altérer la qualité de l’eau potable destinée aux consommateurs. Trois approches de milieux de cultures (jaune, bleu et rouge) ont été réalisées dans le but de rechercher respectivement des levures et moisissures, des coliformes et des bactéries totales.

Tableau III : Analyses bactériologiques des échantillons de l’eau traitée

1ère expérience

2e expérience

3e expérience

Milieux de culture

Eau de 6 jours

Eau de 2 mois

Eau de 6 jours

Eau de 2 mois

Eau de référence 0 à 1 jour

Jaune1

1 colonie

0

0

0

0

Bleu2

0

0

50 colonies

17 colonies

0

Rouge3

1 colonie

0

200 colonies

100 colonies

0

221 : milieu jaune, mise en évidence des levures et moisissures.

232 : milieu bleu, mise en évidence des coliformes.

243 : milieu rouge, mise en évidence des bactéries totales

25Ces expériences ont globalement montré que l’eau est contaminée par des colonies de germes tels que les levures et moisissures, des coliformes et des bactéries totales. Néanmoins, une faible présence de levures, des moisissures, et des bactéries totales est relevée lors de la première expérience. Par contre, des coliformes et bactéries totales abondent dans la seconde expérience. L’effectif des colonies baisse paradoxalement avec le temps : l’eau séjournant 6 jours produit dans les deux cas possède le double des colonies de germes développées dans l’eau après 2 mois de séjour. L’analyse de l’eau de référence n’avait enregistré aucun indice de contamination (tabl. 3). Une analyse plus poussée à l’Institut Pasteur de Bangui pourrait renseigner sur la nature même de ces différents germes, mais, au vu des résultats obtenus lors de l’analyse physico-chimique, on peut supposer que :

26- les bactéries totales sont les ferrobactéries et les clostridium,

27- les levures et les moisissures peuvent être l’Histoplasma capsulatum qui est un champignon caractéristique des conduits,

28- les coliformes sont des indicateurs d’une contamination d’origine fécale de micro-organismes entéropathogènes. On a comme exemple l’Escherichia coli.

29Il s’avère ainsi que l’eau séjournant au minimum 6 jours et au maximum 2 mois dans le réseau connaît une altération de sa qualité physico-chimique et bactériologique. En principe, une eau potable doit selon la législation répondre à deux impératifs :

30- ne pas nuire à la santé du consommateur,

31- répondre aux critères physico-chimiques et bactériologiques fixés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

32Ces analyses physico-chimiques et bactériologiques ont permis de démontrer les effets néfastes de la vétusté du réseau sur la qualité de l’eau traitée dans la ville de Bangui. Ces expériences méritent d’être répétées au laboratoire de l’Université de Bangui, construit récemment, et transposées peut-être sur les différents tronçons de canalisations qui jalonnent les secteurs de la ville couverts par un réseau dense ou lâche (fig. 2), ou qui sont éloignés de l’usine de traitement et de distribution d’eau. Ainsi, elles pourraient apporter d’autres informations plus précises que celles déjà acquises, lesquelles mettent en jeu des conflits portant sur la qualité de l’eau du réseau.

33Les conflits LIÉS à la qualité de l’eau et les risques associés : origine, niveaux de détermination et implications pour la population banguissoise

34L’altération de la qualité d’eau produite par le réseau engendre des conflits et des risques pour les utilisateurs qui sont à la fois des acteurs et des victimes potentielles. Les antagonismes qu’induit “l’eau potable” sont centrés sur l’inadéquation des ouvrages hydrauliques, sur le faible accès au réseau d’adduction en eau pour plus des trois-quarts de la population urbaine et sur la récurrence des maladies d’origine hydrique dans la ville de Bangui. Ces arguments conduisent à définir trois niveaux de conflits (fig. 3), imbriqués et interdépendants, impliquant trois types d’acteurs, l’État, la Société d’Eau et les consommateurs :

35- les conflits entre l’État et la Société d’Eau,

36- les difficultés et les oppositions internes à la Société d’Eau,

37- les conflits entre les consommateurs et la Société d’Eau.

38Ces difficultés, qui résultent d’une mauvaise gestion de l’eau à Bangui, font ressortir clairement cette hiérarchie de relations et leurs conséquences sur la qualité de l’eau destinée aux usages locaux.

Figure 3 : Les conflits, leurs acteurs, leur hiérarchisation

Figure 3 : Les conflits, leurs acteurs, leur hiérarchisation

39Les conflits entre l’État et la Société d’Eau sont nés d’incompréhensions et de l’échec des plans de modernisation du système d’adduction. L’État est en effet actionnaire de la société et propriétaire du réseau de canalisations (en acier galvanisé) qui date de 1948. La Société de production d’eau, une société privée, loue les ouvrages de distribution et les installations appartenant à l’Etat centrafricain, lequel n’entend pas les vendre. La vétusté du réseau, qui dégrade la qualité de l’eau produite (couleur, caractéristiques physico-chimiques et /ou organoleptiques etc.), entraîne des conflits en chaîne et de conséquences pour les différents acteurs de cette branche (fig. 3). Les canalisations en acier fonctionnent encore et la Société exploitante y greffe des tuyaux en plastique (PVC = Polychlorure de vinyle) en cas de fuites d’eau dues à l’éclatement de tuyaux vétustes. Cette attitude de l’État explique environ 60 % des dysfonctionnements du secteur.

40Le second niveau de difficultés, interne à la Société d’Eau, met en jeu le personnel technique et la gestion des stocks de produits chimiques. Très peu d’hydrauliciens, d’après nos enquêtes, sont embauchés par la Société ou stagiaires du laboratoire de l’usine de traitement d’eau à Bangui. Cet état de fait handicape le bon fonctionnement de la Société, nuit à la cohésion du personnel et à la qualité de prestations d’ensemble de l’institution. Par ailleurs, le fait que l’Etat nomme le Directeur général de la Société sur des considérations politiques ou autres, réduit l’efficacité du système. Le DG “venu d’ailleurs” est “comme un cheveu sur la soupe”, car il n’a pas la maîtrise des priorités de gestion. Il pourrait aussi manquer d’efficacité à cause d’une collaboration difficile avec ses subalternes, ce qui est souvent le cas. Si un responsable de société ne fait pas l’unanimité au sein de la base, quels sont ses appuis ? Quels intérêts gère-t-il ? En outre, lorsque les plans de gestion adoptés par la Société ne sont pas efficaces, la gestion des produits chimiques est déficiente et des ruptures de stock surviennent.

41En fait, les résultats des analyses physico-chimiques de la qualité des eaux brutes du fleuve Oubangui prélevées et traitées devraient, à l’échelle annuelle, contrôler les commandes et la gestion des produits chimiques destinés à la potabilisation de l’eau. Ces résultats permettent de connaître la période où il faudrait davantage de produits chimiques pour le traitement de l’eau (saison pluvieuse notamment) et celle où il en faudrait moins (février à avril ou mai). Ce principe devrait orienter les dépenses et les économies de la Société pour éviter des crises liées au défaut de production d’eau potable. Un cas remontant à la semaine du 6 décembre 2004 a occasionné l’arrêt de la production d’eau durant presque une semaine, engageant la double responsabilité de l’État et de la Société d’Eau. On estime que la part de responsabilité de la Société serait de l’ordre de 30 % ; les difficultés qu’elle rencontre dans sa gestion ne lui permettent pas de gagner la confiance des utilisateurs, qui soupçonnent toujours la qualité du “produit” mis à leur disposition.

42Le dernier type de conflits oppose l’État et la Société d’Eau aux consommateurs. Il porte d’abord sur le “doute” que les citadins laissent planer sur la qualité de l’eau du réseau, et ensuite sur le manque d’efforts de la part de l’Etat visant à densifier le réseau d’adduction, afin que tous puissent à accéder à l’eau propre. Les consommateurs demeurent les principales victimes de la “non potabilité” de l’eau traitée (fig. 3) ; ils sont souvent sous-informés ou non informés des problèmes que rencontre la Société d’eau, ignorant comment y pallier : questions de sensibilisation, de sabotage de cette eau, de réactions populaires contre l’État etc… Par ailleurs, ils radicalisent leurs regards sur la coloration de l’eau qu’ils prennent au robinet. C.-R. Nguimalet (2004, p. 331) note que l’eau distribuée, du point de vue limpidité, saveur et odeur, ne laisse pas insensibles les consommateurs qui remettent en cause la qualité de “l’eau courante”. Ceci tient à plusieurs arguments. Le premier, c’est que l’eau du réseau tirée au robinet a la même coloration que les eaux brutes de l’Oubangui. Parfois elle est blanchâtre, ce qui traduirait la simultanéité du traitement et de la distribution d’eau. L’autre souci est que la consommation de cette eau ne réduirait toujours pas les risques de parasitoses (amibiase, schistosomiase, typhoïde…) pour la population, ce qui suppose soit des conditions d’hygiène très insuffisantes, soit des traitements chimiques non satisfaisants de l’eau. D’aucuns estiment que l’épuration de l’eau ne se fait pas avec la même efficacité et compétence que par le passé, il y a plus de vingt ans. Ceci entraîne que parmi les populations, une frange refuse de boire cette eau “potable”, préférant l’eau de puits ou l’eau de pluie, elles-mêmes parfois impures. Néanmoins, la part de responsabilité des consommateurs (estimée à près de 10 %) est due à l’absence de précautions en matière d’hygiène. Tout ceci rend difficile une définition précise du niveau de responsabilité de la Société par rapport au manque d’effort des citadins pour préserver la qualité de l’eau destinée aux usages, voire pour maintenir la qualité de l’eau collectée au robinet, lorsqu’elle est réellement saine.

43L’examen de ces différents niveaux de conflits au sujet de l’eau met en évidence l’ampleur des risques sanitaires relatifs à la consommation d’eau (boisson et autres usages) à Bangui, car “l’eau” est à la fois “ressource” et “risque” (fig. 4), ainsi que l’exposition des citadins aux maladies hydriques. Ces derniers sont des victimes passives d’un système déficient de gestion de l’eau potable, manquant de transparence et d’efficacité, et bien sûr de leurs propres comportements (absence d’hygiène) et de leur incapacité à exiger aussi bien de l’État que de la Société d’Eau une “sécurité pour l’eau potable”. D’après C. Dourlens et P. A. Vidal-Naquet (1992, p. 56), c’est l’État qui doit par décret réglementer les normes de la qualité de l’eau potable ou des eaux destinées à la consommation humaine : “les principes de la normalisation, qui sont évolutifs, se fondent sur le fait que pour certaines substances susceptibles de nuire à la santé de l’homme, il suffit de prendre les dispositions nécessaires pour que celles-ci soient absentes de l’eau distribuée ou ne dépassent pas un certain seuil admissible”. Dans le cas de la présente étude, les conflits constituent en effet l’expression de profonds malaises qui modèlent la branche de l’eau potable en Afrique, plus particulièrement à Bangui, avec notamment la mainmise de l’État sur la Société productrice d’eau dans le seul but d’y puiser de l’argent quand il est en difficulté, ce qui retarde la modernisation du secteur et l’extension du réseau.

Figure 4 : Schéma conceptuel présentant l’eau, ses enjeux et les risques pour l’équilibre social des citadins

Figure 4 : Schéma conceptuel présentant l’eau, ses enjeux et les risques pour l’équilibre social des citadins

44Le fait que les problèmes liés à l’eau potable à Bangui ne soient pas médiatisés révèle un équilibre précaire. Ainsi, les enquêtes réalisées durant la “caravane de la science”, notamment à propos de l’eau, ont révélé que 60 à 80 % des avis recueillis dénoncent l’État et la Société d’Eau non seulement de n’avoir pas offert de l’eau propre à tous, mais d’avoir marginalisé les quartiers populaires qui constituent plus des trois-quarts de quartiers urbains, et pour n’y avoir pas installé le réseau d’eau potable (Nguimalet, 2005). Dans un tel contexte, la vulnérabilité de la majorité de la population citadine aux risques et maladies liés à l’eau est évidente, du fait que beaucoup de consommateurs sont obligés de s’alimenter, au moins en partie, à des eaux non contrôlées (pluviales et de puits traditionnels) pour satisfaire leurs besoins. Une telle démarche ne garantit pas des conditions de “sécurité pour l’eau” et nuit au développement harmonieux des citadins et de leur cadre de vie. Ceci constituera pour longtemps un frein au développement local et urbain.

Quelles issues à ces conflits ?

45Les conflits découlant de la gestion de la qualité de l’eau traitée sont complexes dans le cas de la ville de Bangui. Ils sont non ouverts, latents, n’étant pas légitimés par un quelconque acte de plainte de la part d’un des acteurs devant une juridiction du pays. Le fait que les différents conflits ne soient pas rendus publics montre qu’il n’y a pas de soucis officiels vis-à-vis de l’eau potable, bien que les divers niveaux de conflits qu’on a établis (fig. 3) signalent en effet des malaises, des oppositions et des lacunes qui entravent l’amélioration du secteur de l’eau potable et en conséquence, celle du cadre de vie urbain. Néanmoins pour contribuer à réduire les contraintes instituées par la pénurie qualitative “conflictuelle” d’eau dans la ville de Bangui, une esquisse de solutions en quatre actes est proposée ; elle définit un seuil de protection qui assurerait la production d’eau potable et l’auto-suffisance à Bangui.

46Le premier suggère une profonde remise en cause des structures urbaines actuelles, en intégrant effectivement les quartiers populaires dans les processus de développement et de gestion urbains. En effet, l’absence d’une couverture véritable du réseau d’eau courante dans les quartiers à développement anarchique les oppose aux quartiers lotis, dotés d’infrastructures urbaines telles que routes, eau, électricité, téléphone etc. Ainsi, la zone globalement couverte par les systèmes d’alimentation en eau est faible (63 km2) par rapport à la superficie totale de la ville de Bangui (93 km2), incluant les espaces urbains et périurbains (tabl. 4 ; fig. 2). Les quartiers popu-laires, occupant 50 km2 (soit 79 % de l’aire urbaine), sont sous-alimentés en eau, alors que l’essentiel du réseau d’adduction est concentré sur un espace réduit (13 km2). Cette démonstration accentue la nécessité de porter un regard positif sur les quartiers populaires et de rechercher les voies et moyens pour les prendre en compte dans les nouveaux plans de développement de la ville.

Tableau IV : Extension relative de l’espace urbain et périurbain par degré de couverture du réseau d’adduction d’eau

Zones urbaines et périurbaines concernées / données sur le réseau d’eau

Superficie totale

Zone à fort taux de couverture

Zone à faible taux de couverture

Zone non couverte par le réseau d’eau

km2

%

km2

%

km2

%

km2

%

Extension du réseau d’eau potable

63

100

13

21

50

79

-

-

Extension actuelle de la ville (espace urbain et périurbain)

93

100

13

14

50

54

30

32

47N. B. : ces différents degrés de couverture du réseau d’AEP sont numériquement calculés.

48Le second acte consisterait à privatiser réellement la Société de distribution d’eau, au lieu de se contenter de la semi-privatisation actuelle qui ne crée pas les conditions favorables à une gestion saine des contraintes liées à l’eau potable. Il serait également envisageable de la part de l’État, au cas où celui-ci ne souhaiterait pas lâcher entièrement la Société, de la financer en vue de renouveler et de moderniser les ouvrages hydrauliques. Ces actions engageraient cependant davantage de moyens matériels, logistiques, financiers et humains qu’un organe de cette taille est en mesure d’assurer. Il serait aussi possible de changer systématiquement les méthodes actuelles de gestion au profit d’une approche caractérisée par une bonne gouvernance, instituant une autonomie effective de gestion par de véritables managers. Ces attitudes restaureraient l’image de la Société.

49Le troisième acte créerait les conditions d’une bonne cohésion au sein de la Société d’Eau, gage de performance et d’efficacité. Pour mettre les personnels en confiance, il faudrait tenir compte de leur compétence. Or souvent, des critères non-citoyens, à savoir des affinités tribalo-ethniques, politiques etc., prévalent pour la nomination des cadres et agents techniques de la Société d’Eau. L’expérience a montré dans le pays, de même qu’en Afrique, que la gestion tribalo-ethnique (réalisée par des ressortissants d’une même région ou ethnie) ou par affinité politique (appartenance à un même parti ou à une majorité politique) a toujours entraîné une gestion catastrophique des institutions, induisant beaucoup de types de risques et des frustrations. Leurs conséquences se marquent par des dépenses de prestige, des détournements des fonds, l’absence d’investissements etc. Un effort de recherche et de développement doit par ailleurs être entrepris par la Société d’eau afin d’améliorer ses performances, et surtout être à l’écoute des consommateurs. Un tel état d’esprit serait certes difficile à adopter, mais il est indispensable dans une position de quasi-monopole.

50Il faudrait enfin un syndicat des consommateurs d’eau potable, servant d’interface entre ces derniers et la société productrice. Son rôle consisterait à dénoncer en amont les cas de traitement insuffisant de l’eau, et aussi à sensibiliser et organiser les citadins touchés par ces problèmes, à lutter contre les maladies hydriques en améliorant leurs comportements vis-à-vis de l’eau qui est ressource, source de santé et facteur de développement durable (fig. 4).

51Les conflits naissent en effet de la mésentente entre le producteur et les consommateurs d’eau courante. Pour le producteur, l’usine doit faire un effort d’information, de sensibilisation et d’éducation de sa clientèle par des diffusions, des spots informatifs à la télévision, à la radio ou lors des manifestations sportives, et doit organiser des visites guidées de ses sites pour des groupes-cibles (députés, élèves, associations des femmes etc.). Elle doit cesser de se comporter comme un ministère d’État (avec des agents corrompus, incompétents, aux méthodes arbitraires) ; elle doit cesser de se considérer comme au-dessus des lois et de donner l’impression de ne pas avoir de comptes à rendre. Cette attitude d’assimilation à l’État et de sous-information entraîne un sentiment de rejet de la population vis-à-vis de la Société.

52Ainsi, la prise en compte de ces propositions de solutions induirait un nouvel élan dans la production et la gestion de l’eau potable à Bangui. Les citadins auraient l’obligation d’adapter leurs regards aux processus et changements envisagés, dans l’optique de contribuer aussi à une réduction générale des retards dus à l’insuffisance qualitative de l’eau et aux dangers associés.

Conclusion et perspectives

53La pénurie d’eau à Bangui, de nature artificielle et sociale, touche plus des trois-quarts des citadins. Les conflits évoqués sont les réponses des différents acteurs du système aux incompréhensions, au mutisme et aux comportements arrogants. Ils peuvent entraîner des sabotages tels qu’on les constate dans Sara, un quartier populaire de Bangui, où les habitants sabotent systématiquement les installations de la Société d’eau. Ainsi, il apparaît que ce sont l’Etat et la Société d’eau qui produisent les risques conflictuels, et les consommateurs en payent les factures. Néanmoins, ces incompréhensions réciproques peuvent être levées par un effort d’explication, de sensibilisation et de participation motivée des utilisateurs de cette eau.

54Les conflits relatifs à cette pénurie d’eau « artificielle » à Bangui suggèrent la nécessité de « normaliser » l’eau destinée à la consommation humaine. Les différents niveaux normatifs (cf les normes de l’OMS), même scientifiquement démontrés, ne sont effectifs que sur décision politique. Or le fait que l’Etat soit partie prenante des conflits analysés nuit à son efficacité en matière de réglementation et de réalisation de dispositifs de « sécurité pour l’eau propre ». Dans ce contexte, la faible fiabilité de réseaux vétustes, les ruptures d’alimentation et la qualité douteuse de l’eau constituent des risques qui doivent rentrer dans les normes de sécurité à définir.

55Cette étude insiste en outre sur la dégradation de la qualité de l’eau potable, elle-même due à la vétusté du réseau d’adduction d’eau et aux comportements collectifs et individuels qui conditionnent les niveaux d’insécurité relatifs à l’eau potable. Il serait cependant envisageable de contrôler la qualité bactériologique de l’eau traitée que les ménages ou familles des quartiers populaires de Bangui recueillent au robinet ou aux kiosques/bornes-fontaines pour la boisson. L’eau entreposée habituellement dans des ustensiles en plastique, ou en aluminium peut passer un ou plusieurs jours dans une maisonnée, avec risque d’altération de sa qualité. Ainsi, comprendre le rythme de déperdition du chlore, produit volatil, avec le temps, et les risques qu’encourt la population buvant cette eau dans ces conditions, est une piste pour analyser l’altération de la qualité de l’eau courante offerte aux ménages. Si l’on admet que la longueur du réseau abaisse la concentration en chlore pour les consommateurs éloignés du centre de traitement, en l’absence de diffuseurs à chaque bouche d’alimentation, l’eau recueillie dans divers ustensiles de ménage est faiblement concentrée en chlore, voire dépourvue de chlore. Le but recherché est d’établir les niveaux de dégradation de l’eau traitée (allant de la production à la consommation), impliquant des comportements collectifs et individuels.

561  Remerciements : Ce travail est un produit de la collaboration entre les enseignants de la Faculté des Sciences et de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Bangui. Il fait suite aux études de terrain et aux séances de sensibilisation menées conjointement par les collègues des deux établissements dans le cadre de la Promotion de la culture scientifique et technique au nom de la « Caravane de la science ». Les publics des lycées et des sites visités de Bangui, Bimbo… durant cette « caravane » ont contribué à ces échanges de connaissances. Une partie des informations étant valorisée dans cet article, qu’ils en soient sincèrement remerciés. Notre reconnaissance s’adresse également à M. Alfred Bangara, du laboratoire de climatologie, de cartographie et d’études géographiques (LACCEG) qui, à partir d’une base de données numérisées, nous a fourni les données de superficie des degrés de couverture du réseau d’eau à Bangui. Il en est de même pour M. Noël Ramadane qui s’est occupé du résumé en anglais de cet article.

Haut de page

Bibliographie

BALIKOUZOU-HINNA D. A., 2004, Contrôle de la qualité de l’eau potable en fonction de son séjour dans une canalisation en acier galvanisé de la SODECA. Mémoire de Maîtrise, Fac. Sciences, Université de Bangui (RCA),34 p. + annexes (inédit).

BOULVERT Y., 1989, Bangui 1889-1989. Points de vue et témoignages. SEPIA, Saint-Maur (France), 311 p.

BUREAU CENTRAL DU RECENSEMENT (BCR), 2005, La République centrafricaine en chiffres. Résultats du Recensement Général de la Population et de l’Habitation (RGPH) de décembre 2003. République centrafricaine, Ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération Internationale, Direction Générale de la Statistique, des Etudes Economiques et Sociales, Bangui, 23 p.

DOURLENS C., VIDAL-NAQUET P. A., 1992, La ville au risque de l’eau. La sécurité dans les secteurs de distribution de l’eau et de l’assainissement pluvial, Editions l’Harmattan, Collection « Logiques Sociales » dirigée par D. Desjeux, Paris, 128 p.

NGUIMALET C.-R., 2000, Approches de l’eau sur le site de la ville de Bangui (République centrafricaine) : un essai de bilan depuis la création du poste colonial à nos jours. Université de Bangui (RCA), 25 p. Inédit.

NGUIMALET C.-R., 2004, Le cycle et la gestion de l’eau à Bangui (République centrafricaine). Approche hydrogéomorphologique du site d’une Capitale africaine, Thèse doctorat, Géographie, Aménagement et Urbanisme, Université Lumière Lyon 2 (France), Lyon, 449 p.

NGUIMALET C.-R., 2005, La consommation d’eau et les risques sanitaires dans les quartiers populaires de la ville de Bangui. Poster, Promotion de la culture scientifique et technique, « Caravane de la science » en Centrafrique, 15 juin-27 août 2005, Bangui.

Haut de page

Notes

2  C’est le nom donné au projet de la Promotion de la culture scientifique et technique sur deux thèmes : l’eau et le manioc, financé par le Ministère français des Affaires étrangères en 2005, ayant permis aux enseignants de l’Université de Bangui de vulgariser la science et la technique dans les lycées et quartiers de Bangui, Bimbo et Mbaïki.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Plan de situation de la ville de Bangui
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1295/img-1.png
Fichier image/png, 322k
Titre Figure 2 : Le réseau d’eau traitée dans la ville de Bangui
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1295/img-2.png
Fichier image/png, 557k
Titre Figure 3 : Les conflits, leurs acteurs, leur hiérarchisation
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1295/img-3.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 4 : Schéma conceptuel présentant l’eau, ses enjeux et les risques pour l’équilibre social des citadins
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1295/img-4.png
Fichier image/png, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyriaque-Rufin Nguimalet, Diana Alisson Balikouzou-Hinna, Marie-Céline Rasoanantoandro Gothard-Bassebe et Silla Semballa, « Gestion de la qualité de l'eau, conflits et risques dans la ville de Bangui (République centrafricaine) », Géocarrefour, vol. 80/4 | 2005, 325-334.

Référence électronique

Cyriaque-Rufin Nguimalet, Diana Alisson Balikouzou-Hinna, Marie-Céline Rasoanantoandro Gothard-Bassebe et Silla Semballa, « Gestion de la qualité de l'eau, conflits et risques dans la ville de Bangui (République centrafricaine) », Géocarrefour [En ligne], vol. 80/4 | 2005, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 24 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1295 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1295

Haut de page

Auteurs

Cyriaque-Rufin Nguimalet

CNRS–Laboratoire de Géographie Physique  “P. Birot”,
1, Place Aristide Briand
92195 Meudon Cedex
(France)
Département de Géographie, Faculté des Lettres et Sciences Humaines
Université de Bangui
B. P. : 1037
Bangui
République centrafricaine
E.mail : cnguimalet@yahoo.fr

Diana Alisson Balikouzou-Hinna

Département de Chimie et Département de Chimie-Biologie-Géologie
Faculté des Sciences
Université de Bangui
B. P. 908
Bangui
République centrafricaine
E.mail : diana_alisson@yahoo.fr

Marie-Céline Rasoanantoandro Gothard-Bassebe

Département de Chimie et Département de Chimie-Biologie-Géologie
Faculté des Sciences
Université de Bangui
B. P. 908
Bangui
République centrafricaine
E.mail : gothardrasoa@yahoo.fr

Silla Semballa

Département de Chimie et Département de Chimie-Biologie-Géologie
Faculté des Sciences
Université de Bangui
B. P. 908
Bangui
République centrafricaine
E.mail : semballa.silla@caramail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page