Navigation – Plan du site
Comtpes rendus de lecture

Compte rendu de : Die Arabische Welt im Spiegel der Kulturgeographie, Meyer G (coord.), 2004, Zentrum für Forschung zur Arabischen Welt, 487 p.

Eric Verdeil
p. 324

Texte intégral

1Günter Meyer, infatigable organisateur de rencontres scientifiques comme le premier World Congress of Middle Eastern Studies à Mayence en 2002, a réussi le tour de force de faire publier, grâce au soutien de Sultan Bin Mohamed Al Qassimi, l’émir de Sharjah (Émirats arabes unis), à l’occasion de la foire de Francfort en 2004, cette imposante somme intitulée Le monde arabe au miroir de la géographie culturelle. Elle se compose de 54 textes, dus à 29 chercheurs, rassemblés sous six têtes de chapitres : la ville arabe, la question de l’eau et l’évolution agricole, les transformations sociales, les évolutions économiques, le développement du tourisme et les migrations. L’objectif de l’ouvrage, selon la courte préface de G. Meyer, est d’apporter au public, à l’heure où le dialogue des cultures est une ardente obligation, des éléments de connaissance objective du monde arabe, à même de lutter contre les stéréotypes et la culture de l’affrontement. Pour cela, ce livre n’offre rien de moins que le panorama des travaux de géographie humaine sur le monde arabe menée dans 9 universités allemandes depuis une quinzaine d’années. Le tout est superbement illustré, en couleur, avec de bonnes cartes très précises, des diagrammes et d’excellentes photos. La qualité de l’illustration, les tableaux et le caractère synthétique des textes facilitent, même pour le non-germaniste, l’accès à des travaux variés et riches, productions d’étudiants en master, de doctorants comme de professeurs renommés.

2Quel paysage intellectuel et quelles orientations scientifiques se dégagent de ce panorama et quelle comparaison peut-on esquisser avec les recherches comparables en France ?

3Le premier constat est celui d’une transition scientifique. Eugen Wirth a dominé les études germaniques sur le monde arabe et dirigé nombre d’étudiants dont plusieurs signataires de ce livre. Il signe trois petits textes en introduction du chapitre sur la ville arabe, où il revient sur la signification du souk, l’organisation de la ville par les institutions religieuses et la distinction public-privé. Ils illustrent ses thèmes de recherche depuis plus de vingt ans, autour du modèle traditionnel de la ville arabe et de ses réinterprétations actuelles, notamment avec la question du commerce. Les travaux des jeunes géographes restent fortement marqués par cet héritage même si on note un certaine prise de distance à l’égard des formes urbaines de la ville historique. Les changements urbains, notamment la mutation des formes d’habitat et l’occidentalisation du paysage urbain sont au centre des recherches et l’hypothèse culturelle n’y est plus centrale.

4La méthode et la restitution de ces travaux montrent une forte continuité, un style qui n’est pas seulement celui de Wirth mais d’une tradition géographique singulière. L’approche est très empirique, fondée sur des relevés de terrains, l’usage de la photographie et une cartographie détaillée à grande échelle, sur des fonds de plans léchés (usages du sol, cadastre). La matérialité du terrain s’impose au chercheur pour l’étude de la société : le pouvoir, le langage ou les représentations n’occupent, du moins dans cette publication, qu’une place subalterne. L’étiquette revendiquée de géographie culturelle paraîtra peut-être au lecteur français quelque peu controuvée. Une brève étude consacrée aux représentations de la ville arabe dans le cinéma et une autre aux femmes, se distinguent de cette approche majoritaire. La dimension politique est peu présente, hormis un texte sur la reconstruction de Beyrouth envisagée à travers l’étude des conflits d’acteurs1. L’aménagement du territoire (sauf les politiques d’irrigation), les conflits frontaliers et les constructions étatiques sont étrangement ignorés. Sur les questions urbaines, l’habitat populaire et la question des services urbains sont, au vu de l’ouvrage, des orientations de recherche presqu’inexistantes, alors qu’elles représentent en France une partie importante des travaux.

5 

6La répartition spatiale des études fait apparaître un net tropisme égyptien, pour partie dû à la prolixité de G. Meyer lui-même. Les autres pays les plus étudiés sont le Maroc, la Syrie et le Liban : on retrouve donc les terrains prisés par les chercheurs français, qui francophonie oblige, sont aussi, pour leur part, présents en Tunisie et en Algérie. La recherche géographique allemande sur la région se distingue toutefois par une présence remarquable dans les pays du Golfe (arabo- disent-ils justement)-persique. Les recherches des géographes allemands ne sont pas méconnues en France, où plusieurs travaux ont fait l’objet de traductions récentes2. De surcroît, des résumés en sont souvent accessibles en anglais. Elles méritent toutefois certainement d’être mieux connues et cet ouvrage pourra y contribuer. On s’étonne en revanche que la sélection bibliographique en fin d’ouvrage ne fasse pas la place qui leur revient aux nombreux travaux des géographes français sur la région, en particulier les publications d’URBAMA. Pourtant, les chercheurs allemands lisent tous le français. Voilà un dialogue des cultures qui se perd.

Haut de page

Notes

1 Lire par ailleurs : Heiko Schmid, 2002, Der Wiederaufabau des Beiruter Stadtzentrums. Ein Beitrag zur handlungsorientierten politish-geographischen Konfliktforschung [La reconstruction du centre-ville de Beyrouth. Contribution à une géographie politique des conflits du point de vue de l’action], SelbstVerlag des Geographischen Instituts der Universität Heidelberg, Heft 114, 284 p.
2 Par exemple, Horst Kopp et Eugen Wirth, 1993, Sanaa : développement et organisation de l'espace d'une ville arabe, trad. par Blandine Blukacz-Louisfert et François Blukacz, [Beiträge zur Stadtgeographie von Sana'a, Tübinger Atlas des Vorderen Orients, vol. 95, 1990], Sanaa, Aix-en Provence, Centre français d'études yéménites - Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman (Cahiers de l’IREMAM n°5), 125 p., 3 cartes hors texte ; Helmut Ruppert, 1999, Beyrouth, une ville d’orient marquée par l’Occident, Traduit par E. Verdeil, Beyrouth : CERMOC (Cahiers du CERMOC, n°21),169 p. [Beirut, eine westlich geprägte Stadt des Orients, Erlanger Geographische Arbeiten, Heft 27, 1969] ; Eugen Wirth, 2002, Dubaï. Un centre urbain moderne de commerce et de services dans le golfe arabo-persique, traduction coordonnée par Alain Battegay, [Dubai. Ein modernes städtisches Handels- und Dienstleistungszentrum am Arabish-Persischen Golf, Erlangen Geographische Arbeiten, 1988], Lyon : Maison de l’Orient méditerranéen, Cahiers de recherche du GREMMO, 115 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Verdeil, « Compte rendu de : Die Arabische Welt im Spiegel der Kulturgeographie, Meyer G (coord.), 2004, Zentrum für Forschung zur Arabischen Welt, 487 p. », Géocarrefour, vol. 80/4 | 2005, 324.

Référence électronique

Eric Verdeil, « Compte rendu de : Die Arabische Welt im Spiegel der Kulturgeographie, Meyer G (coord.), 2004, Zentrum für Forschung zur Arabischen Welt, 487 p. », Géocarrefour [En ligne], vol. 80/4 | 2005, mis en ligne le 24 janvier 2008, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1294

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org