Navigation – Plan du site

Une pénurie d’eau gérée par l’inégalité : le cas de la ville de Djibouti

A water shortage managed by inequality: the case of the city of Djibouti
Hassan-Omar Rayaleh

Résumés

La ville de Djibouti est confrontée depuis sa création à un déficit structurel de production d’eau par rapport aux besoins de sa population. Face à cette situation, l’Office National des Eaux de Djibouti a mis en place une stratégie de gestion de la pénurie qui se traduit par un certain nombre d’inégalités. Inégalité d’alimentation entre les espaces centraux de la ville, considérés comme prioritaires, et les périphéries urbaines qui reçoivent moins d’eau. Inégalité d’accès à l’eau entre les usagers solvables qui peuvent se raccorder au réseau et ceux qui ont recours au secteur informel pour leur alimentation. Inégalité enfin entre les consommateurs approvisionnés gratuitement en raison de leur statut socio-politique ou socio-ethnique et les autres qui paient leur consommation.

Haut de page

Texte intégral

1Située dans une région à climat semi-aride, la ville de Djibouti est confrontée depuis sa création par l’Administration française en 1887, à un problème d’alimentation en eau en raison de l’insuffisance des ressources mobilisables. Depuis l’indépendance en 1977, le manque d’eau s’est aggravé dans la ville sous les effets conjugués de l’exode rural, de la croissance démographique (3 % par an) et d’un solde migratoire positif. Face à cette pénurie permanente, l’Office National des Eaux de Djibouti (ONED) a mis en place une stratégie de gestion pour limiter l’accès des usagers à l’eau de réseau, tout en tolérant l’existence d’un important secteur informel de l’eau. Cette politique, qui donne pour l’instant les résultats escomptés, se traduit dans la ville par un certain nombre d’inégalités géographiques, socio-politiques et socio-ethniques devant l’alimentation en eau.

Inégalités spatiales

2La ville de Djibouti est constituée par deux ensembles urbains séparés par un élément naturel : l’oued Ambouli. Au nord, l’ancienne ville, appelée Djibouti-ville, regroupe le port, les quartiers résidentiels de haut et de moyen standing, le quartier administratif et commercial, et les quartiers populaires anciens. Au sud de l’oued, se situe la nouvelle ville de Balbala, constituée majoritairement de quartiers d’habitat spontané, viabilisés par la suite et occupés par les couches les plus défavorisées de la population. Cette opposition géographique et sociale entre les deux espaces urbains se retrouve également dans l’alimentation en eau de la ville. A partir de la station de pompage existe une différenciation complète entre les infrastructures qui approvisionnent la ville ancienne et celles qui desservent Balbala. Les pompes qui alimentent le secteur nord de la ville sont au nombre de trois, d’une capacité de 750 m3 heure chacune. Alors que deux pompes seulement de plus faible capacité (350 m3 heure) approvisionnent Balbala. Mais bien plus que la puissance des pompes, c’est la durée de fonctionnement qui crée l’inégalité la plus marquée devant l’alimentation. Les pompes réservées à Djibouti-ville fonctionnent 24 heures sur 24 pour assurer une alimentation continue à cette partie de la ville où vit une population estimée entre 250 000 et 300 000 personnes. Pour Balbala, qui compte entre 100 000 et 150 000 habitants selon les estimations, la durée de fonctionnement des pompes est limitée à 8 heures par jour. Ainsi, avec ce système d’alimentation, Balbala ne reçoit que 6 000 m3 sur les 37 000 m3 produits quotidiennement, soit une disponibilité moyenne d’eau par habitant comprise entre 40 et 50 litres par jour. Les 31 0000 m3 restants sont destinés à Djibouti-ville où la disponibilité moyenne par habitant se situe entre 110 et 124 litres d’eau par jour. Cette inégalité de traitement entre les deux secteurs de la ville de Djibouti se prolonge ensuite dans le réseau de distribution, plus dense, mieux entretenu et doté d’une plus grande capacité de stockage dans sa partie nord (11 000 m3) que dans sa partie sud (3 400 m3).

3Cette pratique de gestion différenciée de l’insuffisance entre le centre et la périphérie de la ville se retrouve à l’intérieur des quartiers de Djibouti-ville. En effet, les secteurs résidentiels de standing qui regroupent le Plateau du Serpent, le Plateau du Marabout, le Héron, la zone autour de l’aéroport, où résident les catégories les plus aisées de la population, bénéficient d’une alimentation quasi continue. A l’opposé, les quartiers pauvres : quartiers 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 7 bis, Ambouli, Poudrière, Gachamaleh et Djebel sont soumis à une alimentation discontinue avec des horaires de distribution qui correspondent souvent au soir (Figure1 : typologie urbaine de la ville de Djibouti). Entre ces deux situations extrêmes, se situe celle des quartiers modestes, souvent localisés près des grands axes de circulation empruntés par les conduites principales du réseau. Leur approvisionnement, irrégulier, dépend de leur éloignement par rapport aux conduites.

4Par ailleurs, l’ONED utilise les coupures pour gérer le manque d’eau dans la ville. Généralisées en été à tous les quartiers en raison de la hausse de la demande, elles passent inaperçues dans les quartiers riches et aisés qui disposent de réservoirs d’eau équipés de surpresseurs électriques pour réguler l’alimentation. Pour les quartiers populaires et le secteur de Balbala en revanche, les coupures d’eau quotidiennes durent entre 12 et 24 heures selon les quartiers. Placées au cœur de la stratégie de l’Office, les coupures d’eau, dont la fréquence et la durée sont fonction du statut socio-économique des quartiers, sont révélatrices des inégalités spatiales devant la distribution d’eau. A côté de cette pratique, l’Office utilise des moyens économiques pour limiter l’accès à l’eau du réseau.

Figure 1 : Typologie urbaine de la ville de Djibouti

Figure 1 : Typologie urbaine de la ville de Djibouti

Inégalités socio-économiques.

  • 1 C’est-à-dire en fonction de la distance du domicile par rapport à la canalisation principale et du (...)

5A défaut de pouvoir augmenter l’offre d’eau dans la ville, l’ONED freine la consommation pour limiter la hausse de la demande. Le coût du raccordement au réseau est l’une des mesures utilisées. Calculé au coût réel1, ce dernier demeure très élevé dans l’ensemble de la ville (le prix moyen d’un branchement standard de 50 mètres linéaires dans les quartiers populaires est de 100 000 francs Djibouti, environ 500 euros. Dans les quartiers de Balbala, le prix peut atteindre jusqu’à 300 000 francs Djibouti (1 500 euros), car en raison de la nature basaltique du sous-sol, il est difficile de creuser des tranchées. Un fois raccordés au réseau, les candidats au branchement individuel doivent s’acquitter d’une avance sur les consommations d’eau de 60 000 francs Djibouti (300 euros), destinée à couvrir les factures impayées.

6Par ailleurs, dans l’ensemble des quartiers populaires de Djibouti-ville et de Balbala, seuls les propriétaires des habitations peuvent demander auprès de l’Office des eaux l’installation des branchements d’eau. Or, ces maisons sont souvent mises en location par les propriétaires à la recherche de revenus. Ces derniers installent rarement des branchements de peur d’avoir des impayés de factures d’eau après le départ des locataires. Ainsi, grâce à cette mesure instituée par l’ONED, les ménages des quartiers populaires, majoritairement locataires, sont exclus du raccordement au réseau même s’ils ont les moyens de se l’offrir.

7Pour limiter davantage l’accès à l’eau du réseau, depuis le début des années 90, la viabilisation de nouveaux terrains constructibles dans les quartiers riches et aisés n’est plus prise en charge par l’Office des eaux mais par les futurs acquéreurs lors du raccordement au réseau. Avec cette nouvelle mesure, le prix d’un branchement individuel atteint 600 000 francs Djibouti (3 000 euros) dans certains quartiers comme à Gabode 5, voire 800 000 (4 000 euros) à 1 000 000 francs Djibouti (5 000 euros) à Haramous.

8En plus du coût de raccordement, la tarification de l’eau est utilisée comme un outil de gestion de la consommation. En 1991, l’ONED a effectué une refonte totale de ses structures tarifaires dont les principaux changements sont repris dans le tableau ci-dessous :

Tableau 1 : Ancienne et nouvelle tarification de l’eau

Tranches de consommation

et tarifs en vigueur jusqu’en

mai 1991

Tranches de consommation

et tarifs en vigueur à partir de

mai 1991

Consommation mensuelle (m3)

Prix de vente

(FD*/m3)

Consommation bimestrielle (m3)

Prix de vente

(FD/m3)

0 à 60

60

0 à 30

62

61 à 120

85

31 à 80

102

> à 120

120

> à 80

142

Chantiers et port

90

Chantiers et port

150

* 1 Franc Djibouti = 0,005 euros
Source : Arrêté Présidentiel du 7 juillet 1991

  • 2 Consommation moyenne d’un ménage type de 7 personnes résidant dans les quartiers pauvres.

9La nouvelle grille se traduit par la réduction des tranches de consommation, la hausse du prix de vente de l’eau et des redevances. Pour évaluer les impacts de la modification tarifaire, nous avons représenté dans le tableau ci-dessous la situation, avant et après 1991, d’un ménage qui consomme 30 m3 d’eau2 tous les deux mois.

Tableau 2 : Comparaison des factures d’eau du ménage

Ancienne tarification

Nouvelle tarification

Consommations d’eau

(15 m3x60 FD)x2* = 1 800 FD

30 m3x62 FD = 1 860 FD

Redevance compteur**

500FDx2 = 1 000 FD

50 m3x102 FD = 5 100 FD

Redevance branchement

500FDx2 = 1 000 FD

30 m3x62 FD = 1 860 FD

Montant total

3 800 FD

8 820 FD

* facturation bimestrielle

** Fixées à 500 FD/mois auparavant, elles sont désormais calculées en fonction du diamètre du compteur auquel est affecté un volume d’eau, facturé au tarif en vigueur.

FD = franc Djibouti

10On constate que la mise en vigueur de la nouvelle tarification a entraîné une augmentation de 132 % de la facture d’eau du ménage. Par la suite, en 1995 et 2001, d’autres modifications sont intervenues dans la tarification avec la mise en place de tranches supplémentaires, plus chères, pour contraindre les ménages aisés à réduire leur consommation. La volonté de l’Office des eaux de restreindre le nombre d’abonnés se traduit par ailleurs par l’absence de dispositions sociales pour améliorer l’alimentation des populations les plus modestes de la capitale.

  • 3 JAGLIN S., 2001, L’eau potable dans les villes en développement : les modèles marchands face à la p (...)

11Les mesures économiques de gestion de la pénurie mises en place par l’ONED ont abouti à une situation qui mérite d’être soulignée. En 2004, le nombre d’abonnés pour l’ensemble de la ville de Djibouti se situait autour de 23 000 pour une population totale d’environ 400 000 habitants, soit un taux de branchement de 5,7 %. Ce taux est extrêmement bas, comparé à ceux d’autres villes africaines (Nouakchott, Niamey, Ouagadougou, Bamako…..) qui se situent entre 35 et 55 %3.

  • 4 RAYALEH H.-O., 2004, La gestion d’une pénurie : l’eau à Djibouti, Thèse de doctorat de 3ème cycle, (...)

12Si l’Office des eaux réussit pour l’instant à ralentir la consommation d’eau dans la ville, ses pratiques de gestion ne demeurent pas moins discriminatoires. La cherté des branchements individuels, la hausse de la tarification de l’eau et les conditions du raccordement au réseau créent une certaine ségrégation des usagers en fonction de leur statut socio-économique. Ainsi, à Djibouti, seuls les consommateurs solvables qui peuvent payer le coût exorbitant du raccordement, disposent de branchements à domicile. Les autres, exclus de l’eau du réseau, font appel au secteur informel pour leur approvisionnement. Ces autres modes d’accès à l’eau que sont la revente de l’eau par les abonnés, l’alimentation aux fontaines et le ravitaillement par les camions citernes ou par les porteurs d’eau, bénéficient d’une certaine reconnaissance de la part de l’ONED. Il faut dire que ce dernier compte beaucoup sur le secteur informel pour apporter des solutions alternatives à l’alimentation des populations non raccordées. En effet, un usager qui s’approvisionne dans ce secteur consomme moins d’eau qu’un usager raccordé au réseau4.

13Cette discrimination économique face à l’alimentation en eau reproduit les autres inégalités socio-spatiales dans la ville. Les consommateurs raccordés au réseau résident le plus souvent dans les quartiers les plus aisés alors que ceux qui s’alimentent grâce au secteur informel se retrouvent dans les quartiers pauvres ou périphériques. Mais à Djibouti, les critères socio-économiques ne sont pas les seuls paramètres de ségrégation des consommateurs.

Inégalités socio-politiques et socio-ethniques

  • 5 Décret N° 2003-0196/PR/MEFPCP du 22 septembre 2003

14Bien qu’on soit dans un contexte de rareté de la ressource en eau, paradoxalement à Djibouti, un certain nombre de consommateurs bénéficient de la gratuité de l’alimentation. Il s’agit tout d’abord de l’ensemble de l’Administration qui regroupe les services publics (ministères, écoles et dispensaires), les structures militaires et policières, et les édifices religieux. En 2004, les consommations d’eau de l’Etat représentaient 45 % de la consommation totale, soit 3 983 452 m3. Initialement prises en charge sur le budget national et régularisées par le ministère des finances, depuis 1991, date du déclenchement d’un conflit armé, les factures d’eau ne sont cependant plus réglées par l’Etat. Ce manque à gagner, estimé en décembre 2004 à 2,8 milliards de francs Djibouti (14 000 000 euros), constitue un important préjudice économique pour l’ONED dont l’Etat est de loin le principal client. Ce dernier s’est engagé officiellement5 en 2003 à s’acquitter de ces arriérés de consommation d’eau sur une période de dix ans. Mais, à ce jour l’Etat ne semble pas respecter son engagement.

15A côté de l’Administration, les familles de militaires résidant dans les casernes ne payent pas non plus l’eau. Au nombre de 8, les cités militaires regroupent près de 500 abonnés dont les consommations d’eau étaient estimées en 2003 par l’Office des eaux à 151 763 m3, soit près de 2 % de la consommation totale de la ville. Ce statut privilégié dont bénéficient aujourd’hui les militaires, est à mettre en relation avec le conflit armé qu’a connu la République de Djibouti entre 1991 et 1994. Lorsque les soldats étaient envoyés au front pour combattre, l’ONED ne pouvait pas prendre le risque social de suspendre l’alimentation en eau des familles des militaires qui ne réglaient pas leurs factures. Après la fin du conflit (en 1994) et le retour des soldats dans les casernes, les familles de militaires ont refusé de régler leurs arriérés de consommation d’eau. Elles ont exigé par ailleurs de disposer dès lors de la gratuité de l’alimentation en eau et se sont opposées, parfois violemment, aux interventions de l’Office des eaux dans leurs cités. Les soldats considèrent en effet que durant les 4 années qu’a duré le conflit armé, ils ont défendu le pays au prix de leur sang. En retour, ils estiment légitime de disposer de certains avantages comme la gratuité de l’eau mais aussi de l’électricité. Face à ce sentiment, partagé semble-t-il par une partie de la hiérarchie de l’armée, l’Office des eaux, évitant de mettre sur le devant de la scène les conséquences d’un conflit qui a mis à mal l’unité nationale, continue d’approvisionner gratuitement les cités.

  • 6 La population de la République de Djibouti est composée par deux communautés ethniques : les Afar e (...)

16A côté des militaires qui ont réussi à disposer d’un statut envié par les autres usagers, il existe des quartiers dits « ethniques » qui ne payent pas leur consommation. Il s’agit du quartier Arhiba, peuplé en majorité par une population appartenant à la communauté Afar6. Construit en 1971, le quartier était destiné spécialement aux dockers Afar employés au port. Il avait un seul compteur d’eau collectif et les consommations étaient prises en charge par les Services du port. En 1988, considérant que la population originelle ne résidait plus dans le quartier, les responsables du port décidèrent de ne plus payer les factures d’eau. Pour recouvrer les consommations qui représentaient en 2004 3,5 % de la consommation totale, l’ONED devait installer des compteurs individuels dans les 886 logements du quartier. Devant le coût financier d’une telle opération (30 millions de francs Djibouti, environ 176 000 euros), l’Office s’est résolu en 2000 à accepter une solution de compromis avec les populations du quartier : le paiement mensuel d’une somme forfaitaire de 3 000 francs Djibouti (17 euros) par foyer pour sa consommation d’eau. Mais à ce jour, cet accord reste peu respecté par les ménages, qui sont seulement 23 à s’acquitter régulièrement de leur contribution. Pourquoi l’ONED n’arrive-t-il pas à faire payer les autres usagers ? La réponse à cette question renvoie à l’organisation socio-politique de la République de Djibouti. Dans un souci d’équilibre politique entre les communautés ethniques (Afar et Somali) du pays, l’administration des institutions nationales (politiques, administratives et techniques) est confiée selon le secteur à l’une ou à l’autre des communautés. Dans ce contexte, le secteur de l’eau est administré par les Afar, ethnie qui peuple exclusivement le quartier Arhiba. Aujourd’hui, devant le refus des ménages de respecter leur engagement, les responsables de l’Office des eaux, qui appartiennent majoritairement à la même ethnie, ne peuvent pas prendre la décision de suspendre l’alimentation en eau du quartier en raison des risques sociaux mais aussi politiques, puisque certains députés Afar sont issus d’Arhiba.

  • 7 RAYALEH H.-O., 1998, Projet de privatisation de la gestion des bornes fontaines de Balbala, Rapport (...)

17Mais Arhiba n’est pas le seul quartier qui bénéficie de la gratuité de l’approvisionnement. Les ménages des quartiers de Balbala, qui s’alimentent aux fontaines publiques, ne payent pas leur consommation. Les premières fontaines ont été installées entre 1985 et 1988 pour améliorer l’alimentation en eau de cette partie de la ville. Les consommations d’eau, qui avaient été prises en charge par l’Etat depuis leur installation, ne sont plus payées à l’ONED depuis 1996, date de la mise en vigueur d’un plan d’ajustement structurel à Djibouti. Pour recouvrer le montant des factures, l’Office des eaux a élaboré en 1997 un projet de privatisation des fontaines qui s’est soldé par un échec7. La population des quartiers de Balbala s’est violemment opposée aux forces de l’ordre lors des tentatives de mise en place du projet. Depuis le succès des usagers pour conserver le statut public des fontaines, ces derniers continuent de s’approvisionner gratuitement.

18Le refus du paiement de l’eau des fontaines par les ménages s’explique ici aussi par l’organisation socio-politique du pays. Composée majoritairement d’une population appartenant à la communauté Somali, les ménages de ces quartiers assimilent la privatisation des fontaines, et donc la suppression de la gratuité de l’eau, à une idée émanant d’une administration confiée à la communauté Afar. Ils considèrent donc que l’objectif de l’Office des eaux est de mettre fin à un privilège détenu par la communauté Somali. Cette conviction est d’autant plus forte que ces usagers savent bien qu’un autre quartier (Arhiba) dispose du même privilège. Ces considérations expliquent donc la forte résistance de la population de Balbala à la privatisation des fontaines, mais aussi l’empressement au retrait du projet par le gouvernement. Il faut dire que ce projet dépassait largement le simple cadre de la privatisation des fontaines. En opposant une population Somali à une administration Afar, il touchait au cœur de l’organisation socio-politique du pays et risquait de raviver de vieux contentieux ethniques entre les deux communautés.

19Face au déficit structurel de la production d’eau, les mesures techniques et économiques mises en place par l’ONED permettent de gérer le manque d’eau dans la ville. Les consommateurs s’accommodent des inégalités et des irrégularités du service, mais défendent leurs acquis lorsqu’ils considèrent qu’une certaine limite socio-politique ou socio-ethnique est atteinte.

20Si ce modèle de gestion de la pénurie, dans lequel le secteur informel tient une place importante, a jusqu’à présent permis d’assurer l’alimentation en eau d’une ville en rapide croissance, un certain nombre de facteurs extérieurs font peser des craintes quant à sa durabilité. La stagnation de la production d’eau depuis le début des années quatre-vingt-dix et la hausse constante de la demande limitent de plus en plus la marge de manœuvre de l’ONED. L’amélioration inéluctable du niveau de vie d’une partie de la population pourrait entraîner dans l’avenir une frustration des usagers devant les inégalités du service, remettant ainsi en cause les fondements du modèle. Les partenaires extérieurs, comme la Banque Mondiale ou le Fonds Monétaire International, pourraient demander dans le cadre du programme d’ajustement structurel la privatisation de l’ONED, mettant ainsi fin aux privilèges de certains et aux inégalités du système.

Haut de page

Bibliographie

AMZERT M., 1995, L’eau gérée par la pénurie, Peuples Méditerranéens n° 70-71, janvier-juin, p. 135-171.

BIENVENUE S., 2000, Accéder à l’eau dans un contexte d’ajustement en milieu urbain égyptien, Les Cahiers d’Urbama, n° 15, p. 13-24.

BOOKER A., 2003, L’approvisionnement en eau des zones urbaines du Ghana : la réglementation d’un partenariat public-privé, Afrique Contemporaine, n° 205, p. 171-193.

CHIKHR SAIDI F., 2001, Alger : des inégalités dans l’accès à l’eau », Revue Tiers Monde, T. XLII, n° 166, avril-juin, p. 305-315.

CHIKHR SAIDI F., 1997, La crise de l’eau à Alger : une gestion conflictuelle, L’Harmattan, Paris, 255 p.

JAGLIN S., 2001, L’eau potable dans les villes en développement : les modèles marchands face à la pauvreté, Revue Tiers Monde, T. XLII, n° 166, avril-juin, p. 275-303.

NEGRONI D., 2000, L’eau à Djibouti de 1945 à 1967 : un enjeu majeur pour le développement, TER d’histoire, Université d’Aix-en-Provence, 167 p.

RAYALEH H.-O., 2004, La gestion d’une pénurie : l’eau à Djibouti, Thèse de doctorat de 3ème cycle, Université d’Orléans, 312 p.

RAYALEH H.-O., 1998, Projet de privatisation de la gestion des bornes fontaines de Balbala, Rapport préliminaire, analyses et recommandations, Djibouti, 28 p.

RAYALEH H.-O., 1995, L’accès à l’eau et les inégalités sociales dans la ville de Djibouti, TER de géographie, Université Jean Monnet de Saint-Etienne, 135 p.

SAID CHIRE A., 2001, Le nomade et la ville en Afrique : stratégies d’insertion urbaine et production d’espace dans la ville de Djibouti, thèse de doctorat de 3ème cycle, Université Michel de Montaigne, Bordeaux III, 268 p.

Secrétariat Technique de l’Eau, 1999, Schéma Directeur de l’Eau, Rapport de présentation générale, Djibouti, 32 p.

Haut de page

Notes

1 C’est-à-dire en fonction de la distance du domicile par rapport à la canalisation principale et du diamètre des tuyaux et des accessoires utilisés.

2 Consommation moyenne d’un ménage type de 7 personnes résidant dans les quartiers pauvres.

3 JAGLIN S., 2001, L’eau potable dans les villes en développement : les modèles marchands face à la pauvreté, Revue Tiers Monde, T.XLII, n° 166, avril-juin : 275-303.

4 RAYALEH H.-O., 2004, La gestion d’une pénurie : l’eau à Djibouti, Thèse de doctorat de 3ème cycle, Université d’Orléans, 312 p.

5 Décret N° 2003-0196/PR/MEFPCP du 22 septembre 2003

6 La population de la République de Djibouti est composée par deux communautés ethniques : les Afar et les Somali.

7 RAYALEH H.-O., 1998, Projet de privatisation de la gestion des bornes fontaines de Balbala, Rapport préliminaire, analyses et recommandations, Djibouti, 28 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Typologie urbaine de la ville de Djibouti
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1288/img-1.png
Fichier image/png, 350k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hassan-Omar Rayaleh, « Une pénurie d’eau gérée par l’inégalité : le cas de la ville de Djibouti », Géocarrefour [En ligne], vol. 80/4 | 2005, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1288 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1288

Haut de page

Auteur

Hassan-Omar Rayaleh

Maître de Conférence en Géographie
Université de Djibouti
Av. G. CLEMENCEAU B.P. 1904 Djibouti
République de Djibouti
Tél. (253)25-04-59/60 Fax : (253)25-04-74
hassan_omar_rayaleh@univ.edu.dj
rayaleh@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page