Navigation – Plan du site

Aspects de la pénurie hydrique et de sa gestion dans la Cévenne vivaraise (I : le XIXe siècle)

Aspects of water shortage and its management in the 'Cevenne vivaraise' region during the 19th century
Nicolas Jacob-Rousseau
p. 297-308

Résumés

Dans le domaine péri-méditerranéen, les besoins en eau ont souvent dépassé les ressources disponibles pendant la saison estivale comme l’atteste l’ancienneté de nombreux aménagements hydrauliques visant à atténuer ces situations de pénurie. Mais il reste encore très difficile de quantifier la pénurie et très malaisé de connaître l’action de la société locale et ses logiques de gestion avant une époque récente. En adoptant dans cet article un point de vue historique, on cherche à montrer que les archives léguées par le XIXe s. sont d’un grand intérêt pour comprendre à la fois les ressorts de la pénurie et les réponses apportées par la société. Le choix a été fait de présenter ici un espace de moyenne montagne péri-méditerranéenne : la Cévenne vivaraise, soit les hauts bassins de l’Ardèche et de ses deux principaux affluents, la Beaume et le Chassezac.

Haut de page

Texte intégral

1Les usages et la gestion de l’eau dans le sud-est de la France sont des thèmes qui ont suscité d’abondantes publications, en particulier sur les aménagements des grandes vallées ou des plaines littorales (Béthemont, 1972 ; Caucanas, 1995 ; Ruf, 2001 ; Durbiano, 1999 ; Durbiano et Reparaz, 1988). Les hauts bassins des affluents restent un domaine moins connu, sans doute à cause de la relative modestie des ouvrages hydrauliques jusqu’à une époque récente, en particulier en rive droite du Rhône (Béthemont, 1997 ; Berger, 1998). En outre, peu d’études ont envisagé la pénurie et les réponses que la société y apportait sous l’angle historique (Berger, 1999), alors que certains usages actuels sont un héritage plus que séculaire (Ruf, 2001) et que l’exploitation des archives que nous a léguées le XIXe siècle rend possible une étude rétrospective de la pression sur l’eau. De nombreux documents sont en effet disponibles : enquêtes statistiques, rapports des ingénieurs des Ponts et Chaussées, archives privées. Leur qualité et leur nombre permettent des études fines, la mesure d’évolutions au cours du temps, l’évaluation des besoins en eau ou encore l’estimation chiffrée d’une anthropisation déjà ancienne des milieux (Berger, 1998 ; Jacob, 2005). L’étude du bassin de l’Ardèche permet de présenter l’évolution de l’exploitation des ressources hydriques au cours du XIXe siècle en se focalisant sur les étiages.

2Dans ce bassin versant, l’influence du climat méditerranéen et l’imperméabilité des roches affleurant se combinent pour rendre particulièrement irréguliers les régimes de l’Ardèche et de ses affluents. Les hautes eaux automnales et printanières contrastent avec des étiages sévères où les débits de ces rivières chutent sous 2 m3/s au débouché de la montagne cévenole. La période critique s’étend de juin à septembre mais peut se prolonger en octobre certaines années.

3On montrera comment on est passé entre les années 1820 et les années 1900 d’une pénurie conjoncturelle, car dominée par les aléas de la météorologie, à une pénurie structurelle désormais provoquée par une manipulation accrue des volumes d’eau. En analysant les stratégies de réponse de la société agricole et des industriels concernés, on peut identifier des facteurs limitants, naturels ou sociaux : tout autant que l’avarice de l’été méditerranéen, l’économie hydraulique produisait la pénurie et aggravait les étiages. Le soutien d’étiage que l’on envisagea dans la deuxième moitié du XIXe siècle resta ainsi à l’état de projet, pour des raisons essentiellement liées à la structure de l’industrie moulinière, en dépit du succès rencontré ailleurs par des initiatives semblables. Au terme de cette réflexion, se dessine le thème d’un déplacement spatial de la pénurie d’eau au cours du temps : au XIXe siècle et au début du XXe, la pression maximale sur la ressource amorce une descente vers les avals.

Les ressorts de la pénurie : une chronique hydraulique du XIXe siècle

4A partir du début du XIXe siècle, les besoins en eau ont connu une croissance soutenue dans le bassin de l’Ardèche sous l’effet d’une augmentation des prélèvements agricoles et industriels. Les recherches sur les documents d’archives et les travaux d’historiens permettent de mesurer cette progression entre les années 1820 et le début du XXe siècle. Une synthèse chronologique de ces données (fig. 1) montre le passage d’une pénurie conjoncturelle et saisonnière dans les années 1820 à une situation de pénurie structurelle et chronique à la fin du siècle ; elle permet de replacer certains aménagements hydrauliques dans leur contexte et d’identifier des périodes de crise ou de tensions dues aux concurrences pour l’eau. Ces situations seront analysées plus loin.

Figure 1 : Chronique des données naturelles et sociales de la pénurie hydrique au XIXe s. dans le bassin de l’Ardèche

Figure 1 : Chronique des données naturelles et sociales de la pénurie hydrique au XIXe s. dans le bassin de l’Ardèche

Les données pour mesurer la progression de la pression sur la ressource

5Au cours du XIXe siècle, des facteurs naturels et anthropiques se sont combinés pour favoriser l’apparition de situations de pénurie. Les premiers sont essentiellement de nature météorologique : il s’agit de l’irrégularité de la pluviométrie sur la période étudiée. Les seconds sont la croissance démographique, l’augmentation des besoins de l’agriculture, qui est étroitement liée à la démographie, et la croissance industrielle car le développement du moulinage du fil de soie dans les vallées ardéchoises a été fondé sur l’utilisation énergétique de l’eau. Si la connaissance des faits humains ne pose guère de difficulté grâce à la précision des statistiques, il n’en va pas de même pour les fluctuations hydro-météorologiques. On ne dispose pour le XIXe que d’observations partielles : celles qu’un savant de Joyeuse a faites entre 1805 et 1830. Force est donc de se contenter le reste du temps des témoignages qualitatifs des contemporains. Cependant, des jaugeages faits par les ingénieurs des Ponts et Chaussées permettent d’apprécier ponctuellement la faiblesse des débits.

6Par ailleurs, il convient de préciser les modalités de la mise en jeu de la ressource dans les vallées vivaraises. Pour l’essentiel, jusqu’au début du XXe siècle et pour une part encore non négligeable actuellement, les volumes sont dérivés par des moyens que l’on peut qualifier de traditionnels. Une levade, barrage en pierres mobiles puis plus tard en maçonnerie barre tout ou partie du lit mineur et fait office de prise d’eau. Deux types d’aqueducs acheminent ensuite l’eau vers les terrains irrigués ou les usines. Les béalières, simples tranchées ouvertes dans le terrain et longues de quelques dizaines de mètres à une centaine de mètres, sont une technique généralement réservée aux entreprises modestes, telles l’irrigation de prairies riveraines ou de petits vallons ou l’alimentation de petits moulins munis d’un réservoir et fonctionnant par éclusées. Les canaux, appelés aussi béals, sont construits en pierres sèches ou en maçonnerie et doivent conduire des débits plus importants vers des propriétés de plusieurs hectares ou des usines. Dans l’ensemble, on peut considérer que la seconde technique n’a été mise en œuvre que dans les fonds de vallées déjà larges ; on note toutefois quelques exceptions comme dans les gorges du Chassezac et de ses affluents (Pillon, 1977 ; Molinié, 1998 ; Jacob, 2004) et de la Bourges (Jacob, 2003) où les versants ont été équipés de béals de plusieurs kilomètres.

Le premier XIXe siècle : l’augmentation des besoins

7La figure 1 met en évidence l’augmentation des besoins en eau dès les années 1820 sous l’effet de la reprise économique et de la croissance démographique après les guerres d’Empire. Le rythme de la construction industrielle est soutenu dès le début du siècle : on passe de moins de 50 fabriques à plus de 100 entre 1810 et 1830 (Morel, 2002). La croissance démographique est remarquable, en particulier dans les hautes vallées où elle se fait à un taux de 0,86 % par an dans les années 1850 (Cornu, 1993). Or cette augmentation des besoins a coïncidé avec une période de sécheresse qu’attestent les plaintes des contemporains, comme les relevés pluviométriques de l’époque. Un diagramme dressé à partir des relevés de M. de Montravel, le savant de Joyeuse, montre en effet un creux dans les volumes précipités entre 1816 et 1825 (fig. 2). En s’intéressant plus précisément à la part relative de deux saisons dans les volumes précipités annuellement on peut déceler un point de basculement vers 1820. En effet, à partir de cette date, la réduction des précipitations affecta surtout l’été alors qu’augmentait la part relative de l’automne. Les archives signalent que, de façon récurrente, les précipitations furent indigentes en été entre 1820 et 1839, ce qui compromettait l’irrigation des prés, comme la marche des moulins et des fabriques.

8Relatant une affaire qui opposa en 1839 deux mouliniers, MM. Deydier et Bonneville, de Pont-d’Aubenas et Pont-d’Ucel, Y. Morel (2002) cite les propos d’un des protagonistes :

9« qu’on se souvienne de ce qui s’est passé pendant les été brûlants de ces dernières années. (…) Le préfet de notre département a été obligé de prendre un arrêté pour enlever aux irrigations et aux usines le peu d’eau fournie par les rivières, afin de les employer à donner le mouvement aux moulins… ».

10Une autre querelle au sujet du partage des eaux, qui survint en 1861 entre les riverains du même secteur, est l’occasion de rappeler les difficultés de ces années :

11« Heureux temps que celui de 1821 ! (…) Si l’on souffrait, de loin en loin, par suite des sécheresses produites par la main de Dieu, du moins on ne connaissait pas la sécheresse que la main des hommes tend à produire annuellement à notre époque ». (AD Ard., 7S5).

12Cette avarice du ciel n’affecte pas seulement les bassins cévenols dans les années 1820 – 1840 ; elle est aussi mentionnée pour la Deûme à la même époque (Berger, 1998) et attestée dans le Diois, outre-Rhône (Bravard, 2000). Il est donc vraisemblable qu’elle ait eu une importance au moins régionale. Il est donc tentant de voir dans cette petite oscillation sèche un des principaux facteurs qui a poussé les cévenols à développer l’irrigation de leurs terroirs et l’édification de barrages. Dans les hautes vallées comme en plaine de nombreuses initiatives de construction de canaux datent des années 1830 – 1845 comme celle du notaire Lahondès dans le bas Chassezac (Jacob, 2003). Dans la vallée de la Volane, un moulinier d’Antraigues dût édifier un barrage en 1825 pour parvenir à détourner l’eau dans son canal, ordinairement alimenté par prise directe dans la rivière (AD Ard., 7S47).

Figure 2 : Caractéristiques de la pluviométrie à Joyeuse entre 1805 et 1830, d’après les relevés de M. de Montravel

Source : AD Ardèche 1275W1

Source : AD Ardèche 1275W1

Le milieu du XIXe siècle : les concurrences avivées

13Les années 1850–1865 sont marquées par plusieurs faits. D’une part, la croissance de la population s’est poursuivie et on atteint, vers 1851-1852, le maximum démographique qui correspond à une densité moyenne de 76 hab/km2 pour l’ensemble de la Cévenne vivaraise (Bozon, 1963 ; Cornu, 1993), ce qui inclut des records de 120 hab/km2 dans certaines communes. Dans le même temps, après une période de ralentissement, la construction de fabriques a repris et on en compte désormais près de 200 en 1860. Y. Morel (2002) a ainsi montré que les premiers sites d’implantation industrielle furent peu à peu saturés d’usines et que, pour trouver un accès à l’énergie hydraulique, les nouveaux entrepreneurs s’intéressèrent aux cours supérieurs des rivières. Ajoutons que dans ces hautes vallées la construction d’ouvrages d’adduction pour l'agriculture est à son apogée et que les surfaces irriguées augmentent alors spectaculairement. A la confluence du Chassezac et de ses deux principaux affluents, le réseau d’irrigation passe de 36 km de canaux en 1852 à 87 km en 1872, pour, respectivement, 147 et 917 ha irrigués (Jacob, 2004).

14Les vallées de l’Ardèche et de ses affluents étaient alors un monde plein où les concurrences pour l’utilisation de l’eau s’exacerbaient. Les témoignages des contemporains (voir supra) suggèrent que les dérivations d’eau par les particuliers représentaient la première cause de la pénurie. La concurrence multipliait les occasions de plaintes et de procès au cours desquels les parties en présence sollicitaient le concours de l’Administration. La situation était alors assez préoccupante en période estivale pour que M. Krantz, ingénieur des Ponts et Chaussées, proposât en 1865 d’établir une retenue dans le haut bassin de la Fontolière, dans  le cratère de la Vestide du Pal, et d’utiliser les réserves pour augmenter les débits d’étiage.

15« Le temps et l’argent des populations laborieuses se consument en ces luttes stériles… L’eau manque en été pour les besoins de tous et chacun dans cette commune pénurie cherche à se faire sa part sans aucun souci de l’équité et au mépris des droits et des besoins de ses compétiteurs... En augmentant le volume des eaux estivales de l’Ardèche on fera plus pour éteindre ces conflits qu’on ne le pourrait par les règlements » (AN F103245).

16La retenue devait servir deux objectifs, d’une part alimenter les canaux d’irrigation que l’on projetait alors de créer dans la plaine de Vallon, d’autre part permettre une adduction d’eau vers la ville de Nîmes. Ce plan n’eut pas de suite concrète pour des raisons que nous développerons plus loin mais il donne la mesure de la pression sur l’eau à cette époque.

Les dernières décennies du XIXe siècle : les dérivations massives de l’industrie

17A la fin du XIXe siècle, la nature de la pression sur la ressource a changé. Ce n’est plus tant le nombre d’utilisateurs que les modalités de dérivation de l’eau qui sont en cause. La population rurale est en effet en pleine décroissance depuis le milieu du XIXe siècle et se retrouve vers 1900 à des effectifs proches des années 1820. Le nombre d’usines n’a guère augmenté depuis les années 1870 et un document de statistique industrielle de 1891 indique que 188 moulins et usines sont alors en activité (AN F105711). Cependant les besoins n’ont pas diminué pour autant. Dans les campagnes, il semble qu’on puisse déceler une augmentation des surfaces irriguées sous la forme de l’extension de la prairie artificielle à la fin du XIXe siècle. P. Bozon (1963) signale la progression des superficies herbagères depuis 1836 ; on peut aussi noter que dans le canton de Thueyts, les surfaces de prairies irriguées croissent de 55 % entre 1852 et 1912, de 67 % dans le canton de Valgorge entre les mêmes dates ; à Mayres, enfin, 237 hectares irrigués sont déclarés en 1912 contre seulement 150 en 1836 (Jacob, 2003). Dans le fond des vallées, les industriels substituent progressivement des turbines aux roues hydrauliques, ce qui les pousse à dériver de plus gros débits pour assurer le fonctionnement de mécanismes plus perfectionnés (Morel, 2002). Tout au long du XIXe siècle, l’industrie aura ainsi utilisé des volumes d’eau toujours plus importants. Les statistiques industrielles de la fin du XIXe siècle permettent d’estimer à 25 m3/s le débit moyen mis en jeu quotidiennement par les mouliniers ; la valeur représente presque deux fois le module de l’Ardèche et plus de deux fois celle du débit qui était nécessaire en 1830, si on base le calcul sur le nombre d’usines existant à cette date (Jacob, 2005). On peut montrer en réalité que la progression fut plus importante car il faut tenir compte de l’augmentation de la débitance des canaux et non pas seulement de leur nombre. Les rapports des ingénieurs permettent d’évaluer le débit du canal de Baza à environ 200 l/s en 1814, à 870 l/s après des travaux effectués en 1817 ; en 1861, les ingénieurs signalent que le débit était le sextuple de celui de 1814, soit 1200 l/s. On sait qu’à la fin du XIXe siècle, sa capacité avait été portée finalement à 2000 l/s. Sur l’autre rive, les ingénieurs estimaient que le canal de Saint-Privat débitait environ 960 l/s en 1867 (AD Ard. 7S5).On voit ainsi que la croissance des besoins en eau pendant tout le XIXe siècle a peu à peu changé les conditions de la mise en jeu des volumes : la rareté, épisodique lors des années sèches au début de la période, devient chronique à la fin. Il convient d’analyser les réponses de la société locale à cette pénurie.

Les conflits hydrauliques de la société agricole

18Par l’étude de documents statistiques, on peut reconstituer les conditions de la ponction hydrique réalisée par l’agriculture au XIXe siècle, montrer la diversité spatiale des situations et avancer quelques facteurs explicatifs de la pénurie.

Disparités spatiales de la pression sur l’eau

19La cartographie des superficies irriguées annoncées par commune dans le recensement agricole de 1912 permet d’évaluer l’importance de l’usage agricole de l’eau. Compte tenu des éléments que nous avons présentés plus haut, on doit considérer que, à cette date, les valeurs reflètent un état maximum de la pression sur l’eau (fig. 3). On atteint alors un total de 10 721 ha irrigués pour la partie cévenole du bassin, soit près de 6,65 % de sa superficie. Dans le détail, on notera des disparités spatiales sensibles puisque dans le domaine vivarais proprement-dit, le haut bassin de l’Ardèche, les surfaces irriguées atteignent 11,5 % de la superficie du bassin contre 5,3 % seulement dans les bassins de la Ligne et de la Beaume. Ces différences tiennent en grande partie à des facteurs naturels tels que l’épaisseur des formations superficielles, qui conditionne la réserve hydrique, ou la largeur des fonds de vallée, qui ménage des espaces plans pour les prairies. A ce titre, la partie nord du bassin, plus montagneuse, est avantagée par rapport aux serres schisteux qui courent de Largentière aux Vans.

Figure 3 : La pression sur la ressource en eau dans le bassin de l’Ardèche à la fin du XIXe s. : estimation par la cartographie de l’industrie et des superficies de prairies et de châtaigneraies irriguées par commune

Figure 3 : La pression sur la ressource en eau dans le bassin de l’Ardèche à la fin du XIXe s. : estimation par la cartographie de l’industrie et des superficies de prairies et de châtaigneraies irriguées par commune

20Certains documents permettent d’affiner l’analyse. Un état statistique des usines et irrigations (AD Loz. 7S214) donne le détail des prélèvements pour chacun des cours d’eau et de son système d’affluents en 1893. On apprend ainsi que 563,25 ha étaient irrigués dans le haut bassin de l’Altier (jusqu’à la confluence avec le Palhères) ; il s’agit essentiellement de prairies, parfois complantées de pommiers, et plus marginalement de châtaigneraies (17,5 ha). Si on prend en considération la partie aval de ce bassin, il faut y adjoindre 251,25 ha, dont 237 ha de châtaigneraires ; les surfaces irriguées totales représentent 814,5 ha pour un bassin de 159 km2 .

21Dans le haut Chassezac, les surfaces irriguées sont presque toujours des prairies et représentent 310,5 ha pour un bassin de 107 km2. On a ici des valeurs assez basses, si on les compare au reste de notre domaine : le rapport des surfaces irriguées à la superficie totale du bassin est de 2,85 % pour le haut Chassezac, de 3,78 % pour le haut Altier et de 5,12 % pour ce même cours d’eau si l’on prend en compte sa partie aval. Dans la haute vallée de l’Altier, le nombre de plaintes enregistrées dans les archives laisse penser que la situation de pénurie était fréquente. Ce point demande à être éclairci par une analyse des facteurs limitants dans ces deux bassins.

Une situation de pénurie estivale aigue, l’exemple du haut Altier

22Les ingénieurs des Ponts et Chaussées considéraient que 3 l/s/ha étaient nécessaires pour conduire à bien l’irrigation, de façon à tenir compte des pertes par infiltration. Or, si on répartit les débits moyens de juin à septembre sur les surfaces irriguées, on constate que les besoins peinent à être satisfaits, ce que nous montre l’exemple du Palhères, affluent de l’Altier (tableau 1). Dans ce bassin de 23 km2, on irriguait 93 ha, ce qui demandait un débit théorique total de 279 l/s. Compte tenu des caractéristiques hydrologiques du Palhères en année moyenne, les besoins n’étaient satisfaits pleinement que jusqu’en juin et difficilement en septembre, si l’on considère qu’il est impossible de mobiliser toute l’eau avec des moyens de dérivation traditionnels. En cas d’année sèche, du type de 1985, la pénurie s’accentuait en juillet et août et se prolongeait en septembre.

23 Juin Juillet Août Septembre

24Module (m3/s) 0,495 0,189 0,142 0,337

25Débit de 1985 (m3/s) 0,369 0,089 0,078 0,082

Tableau 1 : Caractéristiques hydrologiques du Palhères et débits théoriquement disponibles pour les 93 ha irrigués de ce bassin-versant — sources : EDF DTG, AD Loz. 7S214.

26Ces estimations sont certes théoriques car les surfaces à arroser s’échelonnaient d’amont en aval et que, dans la pratique, on réutilisait une partie de l’eau d’irrigation retournée dans le lit par infiltration. Cependant, les jaugeages effectués à l’époque attestent que la pénurie était une réalité très préoccupante. Au cours de l’automne 1881, un ingénieur estima que, lorsque les prises d’eau situées à l’amont étaient en service, le débit du Palhères au Pouget n’était que de 12 l/s, parfois de 4 l/s seulement; un débit de 14 l/s aurait pourtant été nécessaire aux usagers de l’aval (AD Loz. 7S54). Il est certain que, eu égard à la densité de l’équipement de ces cours d’eau, la faiblesse des étiages a entraîné des situations de pénurie fréquente.

La technique d’arrosage, facteur de pénurie

27Tout proche de l’Altier, le Chassezac semble avoir été sollicité de façon moins pressante pour l’irrigation si, du moins, on se fie à l’absence de querelle enregistrée par les archives. Cependant, la reconstitution et l’analyse du mode d’irrigation ancestral livrent à coup sûr une des causes de la pénurie (AD Loz. 7S54 et archives EDF). A Prévenchères, 22,5 hectares de prairies étaient irriguées à partir des eaux du Chassezac, ce qui nécessitait en principe un débit minimum de 67,5 l/s (fig. 4). Une campagne de jaugeage faite du 9 au 13 juillet 1956 montre que les débits prélevés par les prises d’eau étaient plus que suffisants pour assurer les besoins. Alors que le débit du Chassezac était de 600 l/s, le débit cumulé des dérivations s’élevait à 1100 l/s aux prises d’eau, et à 506 l/s à l’entrée des prairies. Ces valeurs ne doivent pas surprendre car une bonne partie de l’eau retournait à la rivière par infiltration ou perte le long de la tête morte des canaux et dans le cailloutis des terrasses ; on dérivait en fait à plusieurs reprises la même eau. Il convient toutefois de remarquer que cela correspond à la mise en jeu de 22,5 l/s par hectare de prairie soit sept fois plus que le minimum nécessaire. Il est évident qu’une telle pratique était liée au caractère très perméable des ouvrages d’adduction (photo 1) qui impliquait qu’on dérivât beaucoup d’eau pour assurer l’écoulement jusqu’à l’extrémité des canaux. En cas d’étiage prononcé, comme ceux de 1976 ou 1985 où le Chassezac roulait 125 à 130 l/s, l’irrigant colmatait autant que faire se pouvait les interstices de sa prise d’eau et privait l’aval immédiat de la ressource. Un des principaux facteurs de la pénurie a donc été de nature technique.

Figure 4 : L’irrigation à Prévenchères

Figure 4 : L’irrigation à Prévenchères

Le rôle des blocages sociaux

28Le cas du bassin de l’Altier est intéressant dans la mesure où il permet de comprendre que des facteurs sociaux ont pu être un véritable facteur de pénurie. On a vu que dans ce bassin, la part relative des superficies irriguées augmentait si on prenait en considération la partie aval du cours d’eau. L’écoulement naturel n’est pas en cause car le débit spécifique n’augmente pas dans une proportion suffisante en passant de 30,5 l/s/km2 à 33 l/s/km2 entre l’amont et l’aval de Villefort. Les conflits sociaux sont plus révélateurs des mécanismes de la pénurie.

29En 1859, deux propriétaires du hameau de Valfournès, Laurans et Jourdans, construisirent une prise d’eau et un canal pour irriguer, à partir du ruisseau de Calières, des prairies et des terres situées à proximité des habitations. Les habitants du hameau voisin de Villespasses s’estimèrent alors lésés dans l’exercice de leurs droits d’eau ; l’action qu’ils intentèrent auprès de l’Administration soulignait en particulier que les terrains de Jourdans n’étaient pas riverains du valat. En 1863, un arrêté préfectoral somma les deux associés de renoncer à l’irrigation sur les terres non riveraines (AD Loz. 7S50 ; AN F102962 et F146369). A la même époque, affaire très semblable, le projet de plusieurs propriétaires d’irriguer, dans la vallée du Palhères, le versant situé sous le hameau du Pouget à partir de la prise d’eau de l’un d’entre eux, se heurta à l’opposition de voisins qui refusaient qu’on envisageât l’arrosage de propriétés non riveraines.

30A nos yeux, derrière l’aspect anecdotique des querelles de riverains, deux enseignements se dégagent. D’une part, la pression sur les volumes d’eau disponibles augmenta fortement à partir du moment où des propriétaires projetèrent l’irrigation de parcelles de châtaigniers non riveraines des rivières ou des valats. Nous pensons qu’on peut voir dans ces initiatives, en particulier dans le cas du Palhères, la diffusion d’un mode de mise en valeur qui a prévalu dans la vallée du Chassezac toute proche (cf. infra). D’autre part, dans le haut Altier, toutes les tentatives faites pour conduire l’eau en dehors de la propriété riveraine se sont soldées par un échec car en l’absence d’accord, l’Administration arbitrait naturellement dans le sens de la législation sur les cours d’eau ni navigables ni flottables. Au contraire, dans le bas Altier et les vallées du Chassezac et de la Borne, l’irrigation des châtaigneraies couvrant les versants a été entreprise collectivement dès les années 1840 et le problème de la pénurie en grande partie résolu par l’organisation d’un tour d’eau hebdomadaire (Pillon, 1977 ; Molinié, 1998 ; Jacob, 2003 et 2004).

31Dans le haut Altier à la fin du XIXe siècle, la pénurie procédait donc d’une certaine forme de blocage social qui tenait à l’impossibilité d’envisager un autre mode de répartition de l’eau que celui qui attache sa jouissance à la propriété riveraine. On doit en outre souligner que les conditions techniques de dérivation achevaient souvent de verrouiller le système.

Photo 1 : Aménagement sur le Chassezac

Photo 1 : Aménagement sur le Chassezac

La pénurie d’eau pour les industriels : contraintes et réponses

32On a vu que tout au long du XIXe siècle la croissance industrielle avait accru la pression sur la ressource hydrique. L’analyse de quelques cas nous permettra de montrer comment se manifestaient les situations de pénurie et dans quelle mesure les mouliniers y ont remédié.

Espaces industriels et enjeux de la gestion de l’eau

33L’installation de nombreux moulinages dans les hautes vallées de l’Ardèche et de ses affluents a produit deux types d’espaces industriels : de petits noyaux formés par l’agglomération d’usines autour d’un site, souvent un pont, ou des chapelets de fabriques espacées les unes des autres par plusieurs centaines de mètres d’amont en aval. La vallée de la Volane fournit de bons exemples de ces deux types d’espaces où les enjeux de gestion de l’eau n’ont pas été identiques (fig. 5).

Figure 5 : Le site industriel du Pont-de-l’Huile, à Antraigues, et les débits dérivés par l’industrie dans la vallée de la Volane au XIXe s.

Figure 5 : Le site industriel du Pont-de-l’Huile, à Antraigues, et les débits dérivés par l’industrie dans la vallée de la Volane au XIXe s.

34Au milieu du XIXe siècle, le Pont de l’Huile rassemblait cinq fabriques au pied d’Antraigues. Ce secteur est exceptionnel par la densité des équipements mais les mêmes difficultés sont apparues dans des sites d’importance moindre. Le dispositif de dérivation des eaux qui mettaient en jeu les mécanismes montre bien à quel point on est parvenu ici dès les années 1875 à un blocage de la situation. En rive droite, un moulin, reconverti en moulinage ultérieurement, restitue les eaux dans un canal qui alimente l’usine Faure (AD Ard. 7S47). Sur la rive opposée, trois fabriques, deux moulinages et une carderie appartenant à Racagel et Boissin, utilisent les eaux d’un même canal. Notons que l’usine qui est située à l’aval immédiat du pont possède sa propre alimentation à laquelle elle adjoint, procédé courant, les eaux du canal de fuite des usines situées en amont. Dans les années 1890, un autre barrage destiné à accroître encore son alimentation a été construit au débouché du canal de fuite de l’usine Faure. Enfin, 300 m à l’aval du pont, la fabrique Chastanier, un moulin et une carderie utilisent des eaux prises très en amont du Pont de l’Huile. Compte-tenu de l’imbrication des canaux et des bâtiments industriels, on comprend que les conflits étaient inévitables, tels celui qui opposa Faure et Boissin en 1874, le premier cherchant à déplacer sa prise d’eau à l’amont de celle du second. On a ici l’exemple d’un secteur où aucune initiative supplémentaire n’est possible à partir de 1875 dans la mesure où, entre la prise d’eau de Chastanier et celle de Boissin, la Volane était un véritable tronçon court-circuité. Ce type de configuration a souvent poussé les industriels à s’entendre par le biais d’un partage de l’eau sous seing privé ; on doit noter qu’en général ces arrangements se faisaient à l’avantage de l’installation la plus ancienne (cf. infra).

35A l’aval de ce site, la Volane a été densément aménagée mais les usines se succédaient à distance (photo 2). Les situations d’étiages prononcés donnaient lieu à des concurrences moins vives entre les mouliniers. Cependant, pour assurer un débit suffisant dans les canaux d’amenée, certains avaient recours à des éclusées qui consistaient à relâcher des volumes préalablement emmagasinés derrière leur barrage. Cette pratique était dénoncée par ceux qui étaient situés à l’aval car elle les privait d’eau pendant plusieurs heures pour, paradoxalement, assurer ensuite une abondance qu’ils n’étaient pas tous en mesure de mettre à profit. Au total, la pression était forte partout car les canaux d’amenée de ces fabriques dérivaient chacun un débit moyen de 150 à 200 l/s (AN F105711), soit l’équivalent de l’écoulement d’étiage de la Volane, d’environ 200 l/s (fig. 5). La situation était donc potentiellement sensible pendant deux à trois mois au moins chaque année, d’autant plus qu’il fallait compter alors avec les prélèvements de l’agriculture, qui étaient en partie consommés.

Des partages léonins et un facteur aggravant des étiages : l’adoption des turbines

36Les faibles écoulements estivaux, la présence de concurrents et le progrès technique produisirent de difficiles situations de pénurie, comme l’illustre le secteur du confluent de la Volane et de l’Ardèche (fig. 6).

37Sur chacune des rives, les parties en présence fondent leurs droits sur des titres anciens : 1564 pour la prise d’eau Delubac, 1639 pour celle de Deleyrolles, 1752 au moins pour les prises d’eau de l’Osière et de Martin (AD Ard. 7S3, 7S4 et 1109W359). Par tractations successives au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, un partage des eaux a été défini entre les deux industriels. Le premier acte d’entente amiable date de 1858, à l’occasion de la remise en état des barrages de prises d’eau, endommagés par la crue de 1857. La convention stipulait que, par temps de sécheresse, l’usinier de la rive gauche devait laisser s’échapper de son barrage l’eau qui excèderait le niveau de crampons fixés pour servir de repère. Mais les conditions sont léonines ; fort de l’antériorité de son droit d’eau datant du XVIe siècle, l’usinier de la rive gauche s’arrogeait le droit de détourner la totalité des eaux dont le niveau se situait sous les crampons fixes, condamnant l’autre au chômage en temps de sécheresse (AD Ard. 7S3 et 1109W359). En 1876, comme les termes de la convention n’ont pas été respectés, les usiniers de la rive droite provoquèrent un arbitrage et obtinrent un nivellement du barrage amont pour revenir aux conditions de 1858. On s’accorda alors pour attribuer à chacune des deux rives la moitié du débit d’étiage de l’Ardèche. Puis une nouvelle affaire éclata en 1887 car Delubac avait agrandi et approfondi son canal pour dériver plus d’eau sans modifier le barrage ; les plaignants de la rive gauche demandèrent à l’Administration la réglementation d’office de cette prise d’eau. Au total, la disproportion des volumes mis en jeu était considérable : au cours de l’automne 1889, les ingénieurs avaient procédé à des mesures de débit dans le lit de l’Ardèche à l’aval de chaque barrage ainsi que dans les canaux de dérivation (AD Ard. 7S3 et 1109W359). Il en ressortait que le 2 septembre, 880 l/s passaient dans le canal Delubac, 330 l/s dans le canal Marze et Deleyrolles ; l’écoulement naturel était réduit à 100 l/s à l’aval du deuxième barrage, jusqu’au canal de fuite de l’usine Delubac. Le 4 octobre, alors que l’étiage était au plus bas, une deuxième estimation faisait apparaître le maintien des 880 l/s dans le canal Delubac, alors que l’usinier de la rive opposée devait se contenter de 90 l/s ; sous le barrage Marze et Deleyrolles, l’Ardèche n’écoulait plus que 62 l/s ! L’étiage de l’automne 1889 était exceptionnellement prononcé car l’année fut très sèche mais cette situation extrême montre à quel point la logique économique des mouliniers retentissait sur les débits naturels. L’adoption d’une turbine est à l’origine de l’initivative de Delubac. De semblables acquisitions se multiplièrent dans la dernière décennie du XIXe siècle, accrurent la pression qui pesait localement sur la ressource et aiguisèrent les concurrences entre l’industrie et l’agriculture.

Photo 2 : Vallée de la Volane, le gouffre noir

Photo 2 : Vallée de la Volane, le gouffre noir

Le partage des eaux entre l’agriculture et l’industrie

38Les rapports qu’ont entretenus les industriels et les irrigants montrent que, à plus d’un titre, la concurrence a été forte pendant tout le XIXe siècle. Au début de la période les investisseurs industriels ont souvent établi leurs fabriques sur le site d’un ancien moulin ou sur le parcours d’un canal d’arrosage des prés, pour des questions de facilité. Comme l’a montré Y. Morel (2002), la relative modestie des intérêts économiques et des volumes dérivés faisait que l’industrie se coulait dans la contrainte des usages préexistants.

39L’augmentation des débits mis en jeu par les fabriques changea peu à peu la donne et amena le monde agricole à perdre l’initiative, ce qui apparaît à l’occasion de l’affaire citée plus haut qui opposa en 1887 deux mouliniers de la vallée de l’Ardèche (fig. 6). Les irrigants de l’île de Chambolas sont les alliés objectifs de Delubac — et ils le soutiennent par une pétition — puisque leur prise d’eau est située à l’aval du canal de fuite de son usine. En rive droite, les irrigants de Labégude prennent parti pour Deleyrolles avec qui ils partagent le canal. En fait, tous sont inféodés aux usiniers comme l’expriment eux-mêmes les propriétaires de Chambolas en 1892 : « Les protestations des habitants de Labégude ne sont qu’un prétexte pour faciliter le jeu des usines Marze et Deleyrolles et ne visent en réalité qu’un intérêt purement privé dont le règlement est du ressort des tribunaux ordinaires. L’intérêt public n’est nullement en jeu… » (AD Ard., 7S3). L’opinion publique locale semble bien avoir été travaillée par les principaux protagonistes et, en outre, dans beaucoup de familles d’agriculteurs, un ou plusieurs membres travaillaient dans les ateliers, ce qui rendait très délicates les oppositions aux entreprises des mouliniers (Morel, 2002).

Figure 6 : Les concurrences pour les eaux à Labégude, Vals-les-Bains et Ucel en 1895

Figure 6 : Les concurrences pour les eaux à Labégude, Vals-les-Bains et Ucel en 1895

40Ces étiages sévères ont été des crises récurrentes à l’occasion desquelles des groupes d’irrigants demandaient à l’Administration qu’elle établisse d’office un partage des eaux entre l’agriculture et l’industrie. Néanmoins, ces espoirs étaient vains car une des principales propriétés juridiques des rivières non navigables ni flottables est que le propriétaire riverain jouit d’une entière liberté d’usage de l’eau, sauf en face d’un intérêt public supérieur. Même en usant d’arguments tels que la nécessité d’un approvisionnement suffisant en eau salubre pour les besoins domestiques, les irrigants ne parvinrent jamais à donner à leurs entreprises ce caractère d’utilité publique (AD Ard., 7S3).

41Les ambitions des industriels pouvaient néanmoins être tenues en échec par l’existence de droits d’eau plus anciens que les leurs et dont jouissaient des propriétaires riverains. Leur principale préoccupation fut d’éteindre toutes ces éventuelles concurrences par une politique d’achat des parcelles riveraines situées entre leur prise d’eau et leur usine. A Pont-de-Veyrières, le rachat progressif des terrains riverains de la Fontolière entre la prise d’eau et l’usine a permis aux Plantevin, famille de mouliniers, d’éliminer les questions de partage de l’eau et les litiges qui en découlaient (Morel, 2002). Des initiatives de même type ont été prises par les mouliniers les plus prospères de Pont-d’Aubenas ; ailleurs, à Vals-les-Bains, les Delubac mettent à profit la possession déjà ancienne de toutes les parcelles bordant leur canal en rive gauche de l’Ardèche (fig. 6). L’analyse historique de ces stratégies économiques par Y. Morel (2002) fait apparaître que l’affranchissement vis-à-vis de la concurrence pour les volumes et du risque inhérent de pénurie est devenu dans la seconde moitié du XIXe siècle une question foncière. Or l’assise financière des usiniers a été ici décisive dans un processus de concentration qui pourrait être comparé de facto à un remembrement des droits d’eau. Le même auteur souligne que le monde rural a alors été peu à peu coupé de la rivière dans certains secteurs. Cette situation est l’exacte opposée de celle qu’a analysée C. Durbiano (1999) dans le Comtat où l’usage agricole des eaux était devenu prépondérant à la fin du XIXe siècle.

Les blocages sont à l’origine d’une gestion morcelée des flux

42Toutefois, le monde industriel lui-même ne fut pas épargné par les blocages. La parade aux écoulements faibles fut avant tout locale, foncière et technique : accords sous seing privé et, plus rarement, pratique des éclusées comme dans le cas de Palluat et Testenoire à Largentière ou de Verny au Malpas, rachat des parcelles riveraines, emploi de turbines qui permettaient d’augmenter le rendement de la chute.

43La gestion des flux est morcelée. A aucun moment, même de la part des industriels les plus puissants, il ne fut question de changer le mode d’alimentation traditionnel ou de consentir des investissements qui auraient permis de passer le cap de l’été. L’usine de pointe qu’a été La Viscose d’Auguste Delubac n’a pas puisé son énergie ailleurs que dans la Volane et l’Ardèche. Dans ces vallées cévenoles, les propositions de soutien d’étiage que fit en 1865 l’ingénieur en chef Krantz n’éveillèrent aucun écho (AN F103245). On ne manquera pas de remarquer la différence avec les bassins pionniers qu’ont été ceux du Furan, où un barrage alimentait Saint-Etienne dès le milieu du XIXe siècle, et celui du Ternay, sous-affluent de la Cance qu’une retenue barra en 1865 pour approvisionner Annonay (Berger, 1998, 1999). Mais ici, en matière d’aménagements destinés à garantir l’alimentation en eau, les industriels de la papeterie annonéenne furent à l’origine des projets dès 1858. En Isère, à la même époque, entre 1865 et 1876, cette même industrie de la papeterie organisait à Tullins l’exploitation des eaux du lac de Paladru pour soutenir les débits estivaux de la Fure ou projetait la création d’un réservoir pour soutenir ceux de la Morge à Voiron (AD Is. 12S12/50et 6S7/163). Ne peut-on pas voir dans cette gestion atomisée de la pénurie en Ardèche un reflet de la structure même de l’industrie moulinière ? Si des dynasties de mouliniers ont constitué sur plus d’un siècle des affaires florissantes en contrôlant la production de plusieurs usines, ainsi que l’a montré Y. Morel (2002), une fabrique restait une unité indépendante des autres, susceptible d’être mise en chômage si la croissance s’essoufflait — quitte à reprendre plus tard —, susceptible aussi d’être revendue si les circonstances l’exigeaient. L’extrême sensibilité de la soierie à la conjoncture est certainement un des éléments d’explication. On ne pouvait concevoir dans ce cadre des aménagements tels que des barrages-réservoirs, qui auraient compensé les pénuries estivales, alors que certains sites s’y prêtaient volontiers.

Conclusion

44Les périodes d’étiage sont donc un bon révélateur des modes de gestion des eaux et l’occasion de mesurer l’importance de la ponction. Quand la pénurie se présentait, trois voies furent explorées par les mouliniers et les irrigants : l’entente, l’arbitrage de l’Administration et l’affrontement.

45L’analyse de la gestion de l’eau a surtout permis de détecter un certain nombre de blocages qui empêchaient cette société cévenole de résoudre le problème de la rareté de la ressource. Bien qu’on soit passé d’une pénurie très épisodique dans les années 1820 à une pénurie plus structurelle à la fin du XIXe siècle, les ressorts de la crise n’avaient pas beaucoup changé. Les étiages méditerranéens étaient certes une donnée inévitable, mais les logiques sociales apparaissent ici comme au moins aussi importantes. Dans leurs rapports avec le monde industriel, les irrigants ont été limités par la modestie de leur assise financière et par l’inféodation de leurs intérêts économiques à l’usinier. Du côté du moulinier, si l’affranchissement à l’égard des servitudes agricoles est aisé à la fin du XIXe siècle, il est moins net vis-à-vis de la concurrence d’un autre industriel. Par dessus tout, la situation sensible en cas d’étiage très faible n’a pas été réglée ; on peut même dire qu’elle a été aggravée par le progrès technique puisque les mécanismes perfectionnés au fil des décennies et les turbines réclamaient une alimentation plus soutenue que les rivières ne donnaient par nécessairement.

46Toutefois, la sensibilité à la pénurie est fluctuante dans le temps pour un même espace. Une certaine relaxation semble se faire jour dans les hautes vallées après les années 1890 - 1900 car la déprise rurale désamorce peu à peu les conflits ; inversement, la situation dans les talwegs reste alors difficile d’autant que les progrès techniques et l’adoption de turbines se poursuivent dans les premières décennies du XXe siècle. Cet héritage de prises d’eau industrielles et de morcellement des flux sont actuellement un point d’achoppement de la gestion des eaux en période estivale (Jacob, 2003, 2005) bien que la pression sur la ressource soit maintenant maximale à l’aval du bassin, en particulier entre Vogüé et Vallon-Pont-d’Arc.

47Le sort de ces canaux anciens est en effet tiraillé entre les politiques de patrimonialisation et de restauration des milieux aquatiques aux exigences parfois opposées. Ainsi, dans la vallée de la Bourges, la pérennité de l’activité industrielle, des barrages et des pratiques hydrauliques qui lui sont liés font obstacle aux principes de continuité de l’écoulement et d’augmentation des débits réservés stipulés par la loi pêche (1984) ; la stricte application de celle-ci est réclamée par les associations de pêche. Plus généralement, à l’échelle du bassin versant de l’Ardèche, les béalières agricoles abandonnées ont été considérées comme d’inutiles consommatrices des eaux estivales au point qu’on envisageait leur déconnection d’avec les lits pour économiser les écoulements estivaux (CEDRAT, 1984). Ailleurs, pourtant, tel moulin muni de son réservoir et de sa béalière encore intacte font un ensemble jugé digne d’être entretenu, car il participe à la valorisation d’un espace à vocation touristique ; les béalières retiennent aussi l’attention des hydrauliciens qui y voient un moyen de ralentissement dynamique des ruissellements générateurs de crues. Cette cristallisation de tensions sur des héritages hydrauliques du XIXe siècle est un effet du retentissement, dans les hautes vallées, des conflits de l’aval. Les amonts se voient assigner le rôle de pourvoyeurs d’eau claires, salubres, abondantes, — sans que cela se limite à la mise en service des deux réservoirs destinés au soutien d’étiage, Pont-de-Veyrières en 1987 et Puylaurent en 1997 — alors même que de nouveaux usages, ceux du tourisme ou de la pêche, s’y développent. Les termes des conflits ont changé car ils ne mettent plus seulement aux prises des individus de la société locale, mais des portions de bassin versant.

Haut de page

Bibliographie

Archives départementales de l’Ardèche, de l’Isère et de la Lozère, séries S et W.

ARCHIVES EDF, consultables à l’usine hydroélectrique de Pied-de-Borne, 48 800 Villefort.

ARCHIVES NATIONALES, séries F10 et F14.

Berger L., 1998, Développement et ressources en eau dans trois vallées de la bordure orientale du Massif central (XIXe-XXe siècle), la Turdine, le Gier et la Cance, Thèse de doctorat, Université de Paris IV, 583 p.

Berger L., 1999, Annonay et la Cance vers 1880 : impacts hydrologiques et écologiques d’une ville industrielle, In : R. Regrain et E. Auphan (éds) L’eau et la ville, Paris, CTHS, p. 175-196

Bethemont J., 1972, Le thème de l’eau dans la vallée du Rhône : essai sur la genèse d’un espace hydraulique, Saint-Etienne, Editions le Feuillet blanc, 642 p.

Bethemont J., 1997, Un siècle d’hydraulique agricole dans les montagnes sèches de l’Ardèche et de la Drôme, in Erosion et aménagement en montagnes méditerranéennes et Les acteurs du développement territorial, Montagnes méditerranéennes, n° 5 (double), p. 109-114.

Bozon P., 1963, La vie rurale en Vivarais. Etude géographique, Valence, Imp. réunies, 641 p.

Bravard J.-P., 2000, Le comportement hydromorphologique des cours d’eau au petit âge glaciaire dans les Alpes françaises et leurs piedmonts, Bulletin du GFHN, Vol. 46, p. 105-110.

Caucanas S., 1995, Moulins et irrigation en Roussillon du IXe au XVe siècle, Paris, CNRS, 422 p.

CEDRAT, 1984, Opération Ardèche Claire, volet 3, contrat de rivière, département de l’Ardèche, Direction Départementale de l’Equipement, 7 volumes + annexes.

Cornu P., 1993, Une économie rurale dans la débâcle : Cévenne vivaraise, 1852-1892, Paris, Larousse, Collection Jeunes Talents, 190 p.

DURBIANO C., 1999, Eau agricole et gestion de l’eau dans le Comtat du Vaucluse, in Cultures, Usages et stratégies de l’eau en Méditerranée Occidentale, tensions, conflits et régulations, Marié M., Larcena D., Dérioz P. (dir.), Paris, L’Harmattan, p. 127-141.

Durbiano C et Reparaz (de) A., 1988, Eau et aménagement dans les Alpes du Sud : le cas de la zone Durance-Buëch, in l’eau et les hommes en Méditerranée, Marseille, CNRS éditions, p. 160.

Jacob N., 2003, Les vallées en gorges de la Cévenne vivaraise : montagne de sable et château d’eau, Thèse Doctorat Géographie, Université Sorbonne-Paris IV, 459 p.

JACOB N., 2004, Les canaux de la Borne et du Chassezac, une huerta cévenole, Mémoire d’Ardèche et Temps Présent, Vol. 82, p. 83-96.

JACOB N., 2005, Prélèvements hydriques de l’agriculture et de l’industrie en Cévenne vivaraise depuis le XIXe siècle : l’apport des archives à la gestion contemporaine, La Houille Blanche Revue Internationale de l’Eau, Vol. 438, n° 3, p. 97-102.

Molinié L., 1998, Etude des techniques traditionnelles d’irrigation en Cévennes, Pied-de-Borne, Sainte-Marguerite-Lafigère, Mémoire de Licence d’aménagement du territoire, ORSTOM, Université de Montpellier III – Paul Valéry, 166 p.

Morel Y., 2002, Les maîtres du fil. Histoire du moulinage vivarois du XVIIIe siècle à nos jours, Privas, Mémoire d’Ardèche et Temps Présent et Conseil Général de l’Ardèche, 2 tomes et un volume d’Annexes et documents, 679 et 343 p.

PilLon P., 1977, Agriculture et irrigation en pays cévenol, la région de la Borne. Mémoire de Maîtrise de sociologie, Université de Paris V - René Descartes, 83 p.

Ruf T., 2001, Droits d’eau et institutions communautaires dans les Pyrénées-Orientales, les tenanciers des canaux de Prades (XIVe-XXe siècles), Histoire et Sociétés Rurales, Vol. 16, p. 11-44.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Chronique des données naturelles et sociales de la pénurie hydrique au XIXe s. dans le bassin de l’Ardèche
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1278/img-1.png
Fichier image/png, 36k
Titre Source : AD Ardèche 1275W1
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1278/img-2.png
Fichier image/png, 64k
Titre Figure 3 : La pression sur la ressource en eau dans le bassin de l’Ardèche à la fin du XIXe s. : estimation par la cartographie de l’industrie et des superficies de prairies et de châtaigneraies irriguées par commune
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1278/img-3.png
Fichier image/png, 197k
Titre Figure 4 : L’irrigation à Prévenchères
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1278/img-4.png
Fichier image/png, 95k
Titre Photo 1 : Aménagement sur le Chassezac
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1278/img-5.png
Fichier image/png, 606k
Titre Figure 5 : Le site industriel du Pont-de-l’Huile, à Antraigues, et les débits dérivés par l’industrie dans la vallée de la Volane au XIXe s.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1278/img-6.png
Fichier image/png, 142k
Titre Photo 2 : Vallée de la Volane, le gouffre noir
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1278/img-7.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Figure 6 : Les concurrences pour les eaux à Labégude, Vals-les-Bains et Ucel en 1895
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1278/img-8.png
Fichier image/png, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Jacob-Rousseau, « Aspects de la pénurie hydrique et de sa gestion dans la Cévenne vivaraise (I : le XIXe siècle) », Géocarrefour, vol. 80/4 | 2005, 297-308.

Référence électronique

Nicolas Jacob-Rousseau, « Aspects de la pénurie hydrique et de sa gestion dans la Cévenne vivaraise (I : le XIXe siècle) », Géocarrefour [En ligne], vol. 80/4 | 2005, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1278 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1278

Haut de page

Auteur

Nicolas Jacob-Rousseau

Université Louis Lumière – Lyon 2
Faculté de Géographie, Histoire, Histoire de l’Art et Tourisme
5, avenue Pierre Mendès-France
69 676 Bron
E.mail : Nicolas.Jacob@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org