Navigation – Plan du site
Comtpes rendus de lecture

Compte rendu de : Les réfugiés palestiniens du Liban. Une géographie de l’exil, DORAI M. K., 2006, CNRS éditions, 256 p.

Karine Bennafla
p. 296

Texte intégral

1Cet ouvrage est la synthèse d’une thèse de géographie soutenue au laboratoire MIGRINTER à Poitiers en 2004. La littérature en sciences sociales sur les réfugiés palestiniens est abondante. Kamel Doraï s’en démarque par son approche géographique du problème avec un jeu sur les échelles spatiales qui le fait passer d’une analyse locale fine (celle du camp et de son habitat, avec des cartes inédites) à l’échelon international de la diaspora. Pour étudier la reconstruction dans l’exil d’une nouvelle géographie de la Palestine, c’est le segment libanais (250 000 résidents effectifs) de la diaspora (forte de 4 millions) qui a été choisi et plus particulièrement le Sud Liban (Tyr et ses environs), une région à dominante chiite, pauvre et agricole - le développement de vergers littoraux doit d’ailleurs à la maîtrise des cultures arbustives par les réfugiés -. Cette région d’observation et d’enquêtes fut un espace de transit lors de la Nakba (exode en 1948) pour les réfugiés du nord de la Palestine ; elle a la particularité d’abriter des camps ruraux (fait rare) et urbains, des camps officiels administrés par l’UNRWA (trois) et des zones d’habitat informel autogérées, les “groupements” (sept). Ceux-ci offrent des conditions de vie plus rudes et sont en majorité peuplés de bédouins. L’ouvrage est illustré par des extraits de biographies évoquant les modalités de l’exode et de l’installation au Liban, la vie quotidienne (dans les camps, en Europe) ou bien encore les stratégies matrimoniales pour migrer vers l’Europe. Un regret : l’absence de photographies.

2La première partie est consacrée à la distribution spatiale des Palestiniens au Liban, et montre qu’elle résulte à la fois des choix des réfugiés, de l’action de l’état libanais et de celle de l’UNRWA. Les premiers privilégient le potentiel économique des sites d’accueil et le regroupement familial ou villageois (pour préserver un système de solidarité, pour faciliter le retour ensemble). Mu par un souci de sécurité et de stabilité politique, l’Etat libanais a pu déplacer les réfugiés lors de tensions locales ; son action consiste surtout à bloquer l’extension spatiale des camps (d’où une densification) et à en contrôler les points d’accès, parfois strictement (Al Buss), ce qui contribue à la dégradation de l’habitat (le matériel de construction est interdit d’entrée à Rashidiyyeh). Quant à l’UNRWA qui relaye en 1949 la Croix-Rouge, elle dispense aide et services de base, du moins dans les camps officiels. Au terme de parcours par train (ligne Palestine-Alep), route ou/et bateau, les réfugiés palestiniens du Liban sont arrivés en plusieurs vagues, de 1947 à 1956, lors de la lutte israélienne contre les “infiltrés”. Ce préalable historique utile éclaire l’actuelle concentration des réfugiés dans les agglomérations littorales, parfois non loin d’une ligne ferroviaire (Al Buss, Rashidiyyeh, Aïn el Héloueh), ou encore la présence de gros camps au nord (Beddawi, Nahr el Bared) formés à la suite de la fermeture de la frontière syrienne. La description des camps et des groupements palestiniens avec ces fonctions (ch. 2) est le point fort de cette première partie qui souligne la marginalisation fréquente de ces espaces par rapport au reste du tissu urbain et leur rétraction (sauf Al Buss), leur caractère composite (l’ancien camp arménien d’Al Buss abrite un hôpital public libanais et une église maronite) ainsi que la déficience et le délabrement des infrastructures routières et urbanistiques. Ces dernières sont gérées par différents acteurs (Etat, UNRWA, OLP de 1970 à 1982 et comités populaires dans les groupements) et elles demeurent disparates d’un camp à l’autre. Structure d’accueil temporaire qui s’est pérennisée, le camp de réfugiés est devenu le support spatial de la mémoire palestinienne, réintégrant la référence au village d’origine (dont le nom est connu des enfants de la troisième génération d’exilés…) et à la généalogie familiale afin de perpétuer la légitimation du retour. Ce développement passionnant sur le camp comme lieu de mémoire et de recomposition identitaire permet par exemple de saisir la présence d’oliviers ou de jardins, symboles d’une Palestine rurale d’avant 1948. La première partie de l’ouvrage s’achève sur la marginalisation économique et l’absence de droits civils et politiques des Palestiniens au Liban (entraves juridiques à la circulation, accès restreint au marché du travail, absence de sécurité sociale, scolarisation précaire…). Ces contraintes juridiques destinées à empêcher l’intégration et l’implantation des Palestiniens contribuent à favoriser l’émigration vers un pays tiers.

3La deuxième moitié de l’ouvrage questionne la formation d’un espace diasporique palestinien. Elle débute par l’analyse des déplacements forcés des Palestiniens au Liban consécutifs à l’invasion israélienne (1982) - destructrice des infrastructures de l’OLP - et à la Guerre des camps (1985-1987). Ce dernier épisode entre les Palestiniens et la milice chiite Amal, accompagné de blocus et de bombardements des camps, fut plus dur à vivre pour les réfugiés que l’invasion israélienne et aboutit à renforcer la concentration palestinienne dans les villes sunnites (Saïda, Tripoli). Les réfugiés palestiniens ont été à la fois catalyseurs, victimes et acteurs du complexe conflit libanais : leur arrivée a contribué à déstabiliser le système politique national ; ils deviennent un élément de pression sur l’OLP pour Israël, les phalangistes ou la Syrie. Le départ du Liban en 1982 de la centrale palestinienne qui avait pris en main la gestion des camps de réfugiés, fournissant travail, services et aides sociales, amorce une précarisation de la situation des Palestiniens, marginalisation accentuée par le processus d’Oslo et le recentrage de l’OLP sur les territoires autonomes. Les deux derniers chapitres s’appuient sur des entretiens menés en Suède : ils évoquent la projection dans un espace transnational des réseaux de solidarité locaux recréés dans les camps à travers l’émigration des Palestiniens du Liban vers l’Europe (plus de 100 000 migrants depuis les années 1970). La fermeture des pays pétroliers arabes (Golfe, Libye) et la politique d’asile favorable en Allemagne, en Suède et au Danemark accélèrent les départs vers l’Europe (via Berlin-Est). Au cours des années 1990, le durcissement des frontières européennes entraîne une multiplication des espaces de transit (le Golfe) et l’organisation de filières clandestines qui exploitent les escales aériennes lors de voyages touristiques vers un pays du Sud. L’auteur décrit l’émergence d’une “communauté transnationale” palestinienne avec des formes de mobilité et d’organisation différentes de la diaspora. De nouvelles pratiques transnationales s’esquissent, y compris parmi les réfugiés modestes, contribuant à vider les camps des jeunes adultes pour n’y laisser que des personnes sans capital social (jeunes femmes peu éduquées, ne trouvant plus de mari et contraintes de travailler). La conclusion soulève le problème de la dispersion palestinienne et de l’acquisition d’une nationalité étrangère comme alternative de fait au retour. Certes, d’aucuns pourront reprocher à M. Doraï la faiblesse conceptuelle de son travail. Celle-ci est largement compensée par la clarté du propos et la richesse des informations recueillies sur un terrain peu évident. Cet ouvrage facile d’accès donne des clés essentielles pour comprendre la géopolitique d’une région à nouveau sous les feux de l’actualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karine Bennafla, « Compte rendu de : Les réfugiés palestiniens du Liban. Une géographie de l’exil, DORAI M. K., 2006, CNRS éditions, 256 p. », Géocarrefour, vol. 80/4 | 2005, 296.

Référence électronique

Karine Bennafla, « Compte rendu de : Les réfugiés palestiniens du Liban. Une géographie de l’exil, DORAI M. K., 2006, CNRS éditions, 256 p. », Géocarrefour [En ligne], vol. 80/4 | 2005, mis en ligne le 24 janvier 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1276

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page