Navigation – Plan du site

Lorsque la pénurie fait ressource. Etude géographique de la notion de ressource. L’exemple de la politique de l’eau au Maroc

When a shortage becomes a resource. A geographical study applied to the water policy of Morocco
Olivier Alexandre
p. 263-272

Résumés

L’intérêt accordé collectivement à la ressource en eau dépend de la manière d’appréhender le phénomène pénurie, construit dans le rapport de la demande à l’offre en eau. La notion de ressource renvoie ici à la pérennisation de l’eau pour son utilisation, notamment économique. L’histoire de l’aménagement hydraulique se constitue ainsi autour de la volonté de se dégager des contraintes naturelles, sécheresse ou crue, identifiées de manière conjoncturelle en termes de besoin et de vulnérabilité. De quelle manière la dimension exceptionnelle de la pénurie construit-elle et est-elle construite par la pérennité que sous-entend la ressource ? L’enjeu de cet article est de comprendre comment la pénurie, construit social, est l’objet d’intentions propres. Parce qu’elle donne sa valeur à la ressource et parce qu’elle permet de mobiliser l’ensemble des acteurs de l’eau.

Haut de page

Texte intégral

1La perception sociale de « la donnée naturelle » dans la problématique de l’eau est intrinsèque à la notion de ressource : de la valeur accordée collectivement à cette ressource dépend la manière d’appréhender le phénomène pénurie. Celui-ci se construit dans le rapport de la demande à l’offre en eau ou bien dans le rapport des besoins à la disponibilité en eau. L’histoire de l’aménagement hydraulique se constitue autour de la volonté de se dégager des contraintes naturelles, sécheresse ou crue, identifiées de manière conjoncturelle en termes de besoin et de vulnérabilité. Dans ce sens, l’évolution des modèles d’aménagement comme des modes de gestion traduit des conceptions évolutives de ce qui fait ressource et du degré d’aléatoire acceptable par la société.

2Cette contribution propose d’explorer la notion de ressource au regard de la pénurie, c’est-à-dire en prenant pour référent ce qui lui est a priori antinomique. De quelle manière la dimension exceptionnelle de la pénurie construit-elle la pérennité que sous-entend la ressource et est-elle construite par elle ? L’enjeu est de comprendre comment la pénurie, construit social, est l’objet d’intentions propres. D’emblée, trois questionnements d’ordre épistémologique viennent à l’esprit :

3si la notion de ressource renvoie à une eau que l’on cherche à rendre pérenne pour mieux l’utiliser, comment la perception de la pénurie caractérise-t-elle la conception de la ressource ?

4Dans ce sens, peut-on dire que la réalité - ou la menace - de la pénurie renforcent la capacité des sociétés à se représenter l’eau comme une ressource ?

5Enfin, la pénurie apparaît aujourd’hui le plus souvent dans un contexte où le développement de l’hydraulique a permis une certaine indépendance vis-à-vis des contraintes du milieu naturel : elle est d’autant plus ressentie que les besoins ont pu grandir auparavant. La pénurie correspond donc à un « retour » du milieu dans la conception de l’aménagement. Remet-elle en cause le mythe fondateur de l’aménagement, comme réponse générique et pérenne censée s’opposer à l’aléatoire qui caractérise le territoire local ?

6Pour apporter des éléments de réponse, le texte qui suit montre comment la pénurie permet de faire de l’eau une ressource générique située au cœur d’un projet collectif d’ampleur nationale ; il s’appuie pour cela sur la situation particulièrement illustrative de l’hydraulique marocaine. Particulièrement marqué par un développement hydro-agricole, le Maroc procède depuis dix ans à une refondation de sa politique en matière de protection, de production et d’exploitation de l’eau : l’adoption en 1995 de la loi 10-95 sur l’eau en a été le fer de lance. Or cette refondation est sous-tendue par deux éléments. Le premier est la perspective à 15 ans d’une pénurie généralisée qui risque de remettre en cause le développement économique et social du pays. Le second est la structure organisationnelle de ce changement, c’est l’adaptation d’un modèle faisant référence auprès des instances internationales : la gestion concertée au sein du territoire des Agences de bassin, l’adoption du principe tarifaire et le recours à la délégation de service.

7Dans un premier temps, c’est au rôle de la pénurie dans la construction de la ressource en eau que va s’intéresser cet article. Il n’y a ressource qu’à partir du moment où l’eau est porteuse d’un projet ; la pénurie incarne alors ce qui remet en cause ce projet (partie 1). Il faut pourtant reconnaître que la pénurie n’a pas les mêmes implications selon que, liée à des facteurs climatiques, elle frappe une communauté locale ou que, conséquence d’une surconsommation généralisée, elle touche l’équilibre de l’ensemble d’une société. Dans le premier cas, elle est perçue comme un des éléments du caractère aléatoire de la ressource, alors qu’elle est le signe d’une fragilité dans le second ; les implications en sont très différentes (partie 2). C’est ce qu’illustre la nouvelle politique de l’eau au Maroc ; la pénurie devient un argument politique pour le redéploiement de l’Etat à travers le développement hydraulique (partie 3).

Réduire l’aléa pour construire une ressource générique

8Le terme ressource recouvre une dimension sociale forte dans la mesure où il sous-entend un potentiel productif. La notion de ressource naturelle montre en quoi les représentations collectives confèrent effectivement un caractère social à la réalité physique et créent de là, un nouvel objet. La réalité déjà-là ne peut devenir ressource que si elle devient l’objet d’intentionnalités, intègre un système dans lequel on lui confère la charge de tout ou partie de son fonctionnement. L’eau entendue comme une ressource naturelle est donc une invention dans la mesure où elle devient l’objet de l’action d’une société ; une invention parce que, si elle préexiste matériellement, elle ne recouvre une signification que dans le courant de la dynamique sociale.

Qu’est-ce qu’une ressource en eau ?

9On peut dire de l’eau qu’elle est une ressource à double sens : comme matière première, matériau physique, et comme objet conventionnel, permettant de produire du collectif (Gumuchian, 2004). Dans une vision locale, la gestion et la mise en valeur de l’espace conduisent à développer des activités économiques singulières (cf. matière première) et à développer des stratégies collectives pour des territoires qui se construisent autour de la gestion d’une ressource (cf. objet conventionnel ; Ghiotti, 2001). Cette vision de l’eau comme médiation symbolique en fait une ressource pour le territoire, à la fois stratégique et économique. Elle est un moteur de (re)composition à travers la succession de plusieurs processus, de la mobilisation de l’eau à la mobilisation des acteurs, de l’innovation technique à l’invention politique. Ces processus s’accompagnent d’une technicisation croissante des modes d’alimentation en eau ; au Maroc, ils peuvent être présentés de la manière suivante :

  • 1  K. Colletis fait de l’évolution des représentations sociales, qu’elle soit insufflée par les insti (...)

10l’émergence d’un sens commun de l’objet eau comme ressource et d’un accord, explicite ou implicite, sur sa fonction. On peut qualifier cette phase « d’identification» ou « d’activation »1 de la ressource. Les documents programmatiques en termes de mise en valeur agricole, de protection des bassins versants et de barrages correspondent à cette phase de définition des qualités de la ressource ; le cadre conceptuel dans lequel ils s’insèrent est formalisé par les grands axes de la loi 10-95. Dans le cas étudié, les acteurs locaux apparaissent tour à tour comme le relais d’une identification effectuée à une échelle régionale et nationale, et comme un obstacle à la formation d’un territoire organisationnel général ;

11la généralisation du sens et sa matérialisation dans des pratiques collectives d’usage ou/et de gestion adoptées par d’autres acteurs que ceux qui ont fait émerger la ressource ; cette phase serait celle de « l’appropriation » de la ressource et n’exclut pas la concurrence des usages. Les grippages auxquels donnent lieu l’application de programmes intégrés entre les différents partenaires y sont l’expression d’une négociation autour d’objectifs institutionnellement communs et de sa mise en tension avec les pratiques sectorielles ;

12enfin, la reproduction des usages nécessite la définition d’un mode de régulation de la ressource, c’est-à-dire l’expansion normative des conditions d’introduction de la ressource dans le système de production ou de développement ; cette phase peut être appelée « de convention ». Au Maroc, la généralisation du statut domanial de l’eau, la réforme de ses modes de répartition, l’articulation des objectifs locaux aux intérêts nationaux et des problématiques de l’amont aux territoires de l’aval, créent un contexte favorable à la limitation des spécificités locales.

13Il n’y a donc réalité de la ressource qu’une fois celle-ci entrée dans un système collectif. Dans le cas de l’eau, cette entrée est matérialisée par la technique, et la diffusion du sens collectif conduit à l’existence du réseau normé. L’exercice de la gestion des ressources en eau se confronte ainsi à un système « eau » singularisé par l’articulation de ce que l’eau est et de la façon dont l’eau est pensée. Des décalages entre ces deux dimensions découle une tension permanente dans la gestion de la ressource : celle-ci est d’abord une tentative pour les maîtriser et les mettre en cohérence en remédiant au déséquilibre de leur rapprochement. On peut formuler deux hypothèses qui conduisent à cette situation où la ressource - combinant l’idée, la fonction et l’usage - ne coïncide plus avec l’objet physique :

14la première est celle où l’objet physique n’évolue pas mais dans laquelle sa signification désigne une nouvelle fonction. C’est dans ce rapport que naissent les notions de besoin et de pénurie ;

15dans l’hypothèse inverse, ce sont les caractéristiques du matériau qui changent, soit que sa quantité donnée diminue ou augmente, soit que sa qualité s’altère. La sécheresse et l’inondation conduisent ainsi à une ressource qu’on perçoit plus aléatoire.

  • 2  Cette approche, héritée de la philosophie post-kantienne, traduit l’idée selon laquelle nos représ (...)

16Dans ce second cas, le déséquilibre viendra de ce que la représentation collective de la ressource est figée dans un temps dont les séquences ne sont que celles des usages et des schémas de pensée, alors que l’eau connaît un temps et une évolution continue. Bien sûr, penser la ressource conduit à en modifier les formes physiques : endiguement, canalisations et réseaux de distribution, en matérialisant la conception d’une eau devenue ressource, changent ses caractéristiques jusqu’à la faire disparaître ou la rendre abondante. Les représentations se renouvellent et les intentions changent les caractéristiques de l’eau. Mais les outils du gestionnaire ne peuvent s’appliquer que par périodes, champs paradigmatiques qui s’ajustent aux représentations et qui cherchent à contrôler les intentionnalités2. La temporalité de la ressource est marquée par la finitude de la fonction et de l’acte - de l’usage ou de la gestion -, alors que la temporalité de l’objet physique est celui de l’événement, de l’aléa.

17Le problème qui se pose au gestionnaire n’est donc pas de maintenir ou de réaliser un état de réalité de l’objet physique, mais de rendre cet objet d’actualité. Cela explique sans doute le développement actuel de l’approche en termes de gestion sociale de l’eau : le rapport de la ressource à la société conduit à en multiplier les représentations, dans le temps et dans l’espace, en fonction des systèmes de valeur de la société concernée, des systèmes techniques et des connaissances en sa possession, et de l’organisation politique qui la caractérise.

La maîtrise de la pénurie à l’origine des valeurs de l’eau : de l’usage à l’échange

18Concernant l’eau, trois statuts majeurs apparaissent dans une déclinaison du sens de la ressource : un don du ciel, une marchandise, un milieu. Néanmoins, chacun renvoie à un mode différent d’appréhension du monde. A la représentation d’une ressource dont la gestion sous-entend des processus de régulation, de normalisation et de réification destinés à assurer une continuité de l’eau, dans le temps et dans l’espace, s’oppose celle d’une eau naturelle, don du ciel, dans laquelle la notion d’aléa - donc de discontinuité spatiale et temporelle - est centrale. Or, le réseau hydraulique cristallise la mise en contact de ces deux conceptions auxquelles est confronté le gestionnaire.

  • 3  Dahir du 8 novembre 1919, édicté sous le Protectorat.

19Pour comprendre le statut d’une eau perçue comme un bien divin, les modes de gestion coutumière présents dans l’Atlas marocain offrent un exemple particulièrement intéressant. Ils montrent, en outre, qu’on ne peut aborder cette question sans envisager la dimension collective qui caractérise la ressource : considérer l’eau comme un don du ciel correspond à intégrer l’aléa naturel comme une donnée immuable autour de laquelle se construit la solidarité du groupe. En effet, l’absence de valeur pécuniaire qui caractérise l’eau et la réglementation coutumière situe la ressource au centre de l’organisation socio-spatiale. Jusqu’en 1919 et l’entrée de l’eau dans le domaine public de l’Etat3, la ressource était considérée comme un bien collectif réservé à une collectivité donnée. Elle faisait donc l’objet d’âpres concurrences entre ses différents usagers et sa valeur d’usage n’avait de sens que sur la base des rapports sociaux entretenus dans le cadre de sa répartition, plutôt que sur la mise en valeur agricole ainsi permise.

20Le système collectif se caractérise ainsi par un rapport socio-spatial aléatoire vis-à-vis de l’eau et du milieu naturel en général. La ressource ne peut pas recouvrir de dimension humaine, donc faire l’objet d’une appropriation individuelle, dans la mesure où la société n’en maîtrise pas le cours ; en ce sens, ses variations ne sont donc pas d’ordre social. J. Le Coz (Le Coz, 1987) identifie trois formes d’aléa sur lesquels ont reposé cette forme d’organisation : l’aléa climatique, l’aléa politique (conflits entre tribus et fractions) et l’aléa sociologique (accaparement des terres par le Caïd local ou les notables). Or, le renforcement de l’Etat a peu à peu rendu caducs ces principes en apportant une stabilité politique et sociologique. Par ailleurs, le développement des besoins en eau et la nécessité de protéger des crues la population croissante ont dépassé les potentialités organisationnelles locales.

21Le rapport même à l’espace continue de se transformer, mettant en exergue l’opposition des représentations de l’eau. J. Berque (Berque, 2001) rapporte que, chez les Seksaoua, la distribution ne fonctionnait pas sur une rationalité d’économie (d’eau et d’effort) où un ensemble de terres attenantes bénéficient de l’eau. Elle fonctionnait à partir de la propriété, parfois éclatée en dizaines de parcelles dispersées de petite taille, et définie en partie par l’attribution d’une quantité d’eau : l’unité des terres individuelles était donc constituée par rapport à l’eau et non par rapport au sol. Or cette conception, qui perdure localement sous la forme des « droits d’eau » accordés en aval des grands barrages, se heurte à la prégnance du domaine public hydraulique. A une eau dite « célibataire », détachée de la réalité du foncier et faisant l’objet d’une appropriation non-marchande mais d’ordre social et communautaire, s’oppose une eau domaniale à forte fonction économique, instituée par la nouvelle politique de l’eau. En remettant en cause les relations de propriétés antérieures, la redéfinition du sens de la ressource crée une nouvelle cohérence avec la représentation et la fonction sociale du système d’irrigation en évolution (Mathieu, Benali, Aubriot, 2001). S’il y a recomposition sémantique de la ressource, celle-ci s’effectue alors à deux échelles : l’une est interne à la communauté locale (entre groupes sociaux), l’autre engage l’articulation entre le local et l’extérieur, l’Etat et les administrations qui le représentent. C’est-à-dire qu’il y a aussi une spatialisation des formes de représentation.

22Dans ce sens, les mutations d’ordre social et économique sont favorisées par les échanges entretenus avec la plaine irriguée. Elles conduisent à l’adoption d’une représentation sociale commune de l’eau comme ressource. Le développement des techniques d’aménagement a, parallèlement, permis une requalification de l’eau. Maîtrisée par les aménagements, introduite dans le système de production, la ressource en eau se colore encore d’un nouveau sens aussitôt qu’elle devient centrale dans ce système. Sa valeur se transforme en même temps qu’elle recouvre une dimension économique de plus en plus forte. C’est le cas du développement hydro-agricole. Dans sa thèse sur la grande hydraulique en Algérie, R. Arrus a montré comment le barrage fait entrer l’eau dans « le circuit général de la valeur » (Arrus, 1981, p 290). Les usages et les rapports de production qu’il rend possible en son aval lui confèrent une signification spécifiée par sa finalité : celle-ci est de produire une valeur d’échange supérieure à celle qui y était entrée. L’eau devient une marchandise vendue par les organismes gestionnaires ; chaque quantité d’eau alors produite puis consommée fait partie intégrante des productions agricoles et, dans le cas des grands périmètres d’irrigation, destinées au marché d’exportation. Ce que résume la correspondance suivante : exporter une quantité donnée de biens agricoles revient à exporter le volume d’eau nécessaire à leur culture. Il y a bien introduction de la ressource dans un échange économique, un mode de transfert de biens et de services exécutés en contrepartie d’un gain, et intervenant entre des groupes différenciés (Offices, agriculteurs et consommateurs).

23L’eau n’est plus seulement l’objet d’un échange direct. Elle n’est plus désirée pour satisfaire un besoin mais pour servir de moyen d’échange dans de nouvelles transactions ; elle a une valeur d’usage et une valeur d’échange. L’organisation gestionnaire de l’eau « ressource » est, par conséquent, imbriquée dans le fonctionnement de sa distribution : c’est ainsi qu’elle est devenu l’objet d’une exploitation minière construite par filières, autour de ses potentialités physiques (énergie, irrigation, alimentation en eau potable). Cette utilisation « est le fondement d’une politique de l’offre » (Ghiotti, 2001, p 111). La maîtrise des facteurs locaux de pénurie est une condition sine qua non de cette évolution ; on va voir que la prise de conscience globale des risques liés à la généralisation de cette conception est également au cœur de nouveaux changements.

La pénurie comme passeur de la modernité vers la durabilité

24Les conséquences de cette politique sont notamment écologiques : au même titre que la sécheresse auparavant, la pollution des eaux et la concentration des usages deviennent une menace pour la pérennité de la ressource et, par voie de conséquence, pour les usages qui en sont faits. Face à ce constat, le législateur a initié un changement conduisant à une gestion sensée privilégier les milieux hydrographiques, dans une perspective de long terme. Paradoxalement, alors que l’histoire de l’hydraulique consistait jusqu’alors à se départir des singularités du milieu naturel, celui-ci fait irruption avec force dans cette nouvelle conception ; les arrangements auxquels doit conduire la concertation de l’ensemble des acteurs du territoire illustre la place centrale jouée par le local. Comme si, alors que la sécheresse ordonnait une réponse générique, la pénurie nécessitait au contraire une réponse spécifique… rendue possible grâce à la généralisation du sens accordé socialement à l’eau ! La loi sur l’eau de 1995 s’inscrit dans cette évolution, marquée par de nouvelles modalités de régulation de la ressource.

La gestion territoriale de l’eau : d’une ressource aléatoire à une ressource fragile

  • 4  La situation marocaine est aujourd’hui à la mise en place de ces principes et, si les discours fon (...)
  • 5  Cf les dix « orientations générales » du Plan National de l’Eau (Conseil Supérieur de l’Eau et du (...)

25La prise en considération des contraintes liées aux caractéristiques des milieux, en adéquation avec l’optimisation de la disponibilité des ressources, se traduit d’abord par la subordination du réseau hydrographique au territoire global ; un territoire naturel dans lequel s’initie une solidarité entre usagers (Puech, 2001, p. 20). L’affirmation du caractère patrimonial de la ressource induit à la fois l’attribution de la responsabilité de la protection de la ressource à l’ensemble des acteurs de cette communauté, et lègue à ceux-ci la charge de la transmettre. Cette représentation se traduit dans l’organisation financière de la gestion. Par la généralisation de la tarification et l’application du principe préleveur-pollueur/payeur, elle répond initialement à la volonté d’intégrer au système économique les coûts sociaux et environnementaux du développement économique. Actuellement, dans le cas marocain, les références à la protection et à la mise en valeur du patrimoine ciblent essentiellement les ouvrages techniques, barrages, réseaux d’adduction et de distribution4. Mais ces conceptions limitées accompagnent des intentions plus générales comme, par exemple, la gouvernance des nappes pour leur protection5. La gestion de l’eau s’inscrit à la fois dans le temps long et dans un espace réinvesti : celui-ci participe à la définition du patrimoine dans la mesure où les dynamiques d’acteurs et la géographie sont productrices du sens permettant l’identification du patrimoine, c’est-à-dire du lien entre usagers et gestionnaires de la ressource.

  • 6  Les politiques de développement agricole en Méditerranée, ont favorisé le passage de l’une à l’aut (...)
  • 7  Si au Maroc, il n’est sans doute plus possible de faire correspondre strictement ces représentatio (...)

26L’eau constitue tour à tour l’objet de transformations par la régulation de son cours et par ses usages, et une ressource « matricielle » qui participe à l’organisation de l’espace et de la société. Don du ciel, marchandise, milieu ; ces statuts, emboîtés de manière diachronique6 et synchronique7, marquent aussi l’évolution législative d’une gestion dont on cherche aujourd’hui une définition permettant de les prendre en compte tous ensemble. Ce glissement correspond à la conscience du caractère fini de la ressource et traduit le changement de statut qu’elle a au sein de la société : d’une manifestation de la Providence, l’inondation et la sécheresse, la pénurie et l’excès sont peu à peu devenus une éventualité insupportable si elle n’est ni prévue, ni maîtrisée. Cette lecture des différentes représentations de la ressource montre le glissement paradigmatique auquel est actuellement confronté tout gestionnaire de l’eau : l’évolution des modalités de gestion de la ressource se veut aujourd’hui marquée par un passage de la modernité à la durabilité (Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement, 1988). La création de stratégies de développement permettant le passage d’une logique de modernisation par pôles et par secteurs à une logique territoriale s’accompagne d’un souci grandissant d’efficacité, dans l’action hic et nunc et par rapport au temps. Il s’agit d’assurer le développement économique parallèlement à la protection de l’environnement, en ce qu’il est ressource naturelleet espace de la biodiversité. La gestion des ressources en eau peut donc être présentée comme articulant trois rapports au milieu et au manque d’eau ; ces rapports distinguent différentes fonctions à la gestion : organiser socialement la distribution, produire de l’eau pour la mettre en valeur et réguler la demande dans le cadre de l’intégration des secteurs d’usage (figure 1).

27Elle met en tension trois types de représentation majeurs ; chacune est marquée par une maîtrise progressive de la répartition de la ressource dans le temps et dans l’espace. La recherche d’une continuité temporelle de la ressource correspond, dans un premier temps, à la réduction de l’impact des aléas climatiques ((1) dans la figure) ; dans un second temps, elle renvoie à la prise de conscience de l’irréversibilité de la consommation, avec les modes d’usage du moment, et de la création d’une potentielle crise hydrique (2). Ce glissement est parallèle à celui qui transforme la notion de sécheresse, dans un environnement fortement empreint d’aléatoire, en celle de pénurie liée à une fragilisation des réserves en raison d’une consommation trop importante.

Figure 1. Trois rapports de la gestion de l’eau au milieu et au manque d’eau

Figure 1. Trois rapports de la gestion de l’eau au milieu et au manque d’eau
  • 8  La distinction de trois grands types de représentations de l’eau constitue une lecture adoptée par (...)

28Sources : ALEXANDRE O., 2004 8.

29C’est que les usages, d’abords spécifiques à des enjeux sociaux et économiques essentiellement locaux, prennent une dimension nouvelle dans la modernisation de la mise en valeur de l’eau et la généralisation de pratiques de mise en valeur et de gestion. Du même coup, alors que les contraintes imposées par la géographie de l’espace sont de moins en moins prégnantes, la gestion de l’eau fait face à l’émergence du territoire. Celui-ci apparaît comme une construction de la société à travers la mise en commun des projets de développement hydraulique et la création d’une identité territoriale propre à la valorisation de la ressource. C’est ainsi, par exemple, que la plaine agricole du Haouz figure, grâce à l’irrigation, comme le moteur économique d’une région dans laquelle la ville de Marrakech n’a, en revanche, plus de vaste emprise spatiale (Troin, 2002).

30Plus récemment, le développement des démarches « bottom-up » fondées sur l’initiative locale fait également place aux savoirs locaux. Elles cherchent dans leur spécificité des solutions que les réponses génériques formulées par les grands aménagements ne semblent plus capables d’apporter. Cette tendance, particulièrement perceptible à l’échelon international, prend une forme singulière au Maroc. La circulation des savoirs entre agents du développement hydraulique et populations locales y est circonscrite aux rapports entre administration et associations d’usagers, forme collective émergente en grande partie initiée par cette première. Ainsi se succèdent trois types de contraintes du milieu : l’empreinte spatiale, l’empreinte territoriale et l’empreinte sociale. L’imbrication des objectifs de développement agricole et de développement rural, de l’approche participative et de l’aménagement centralisé, des références sociales, marchandes et environnementales de l’eau, explique la schématisation cyclique de la gestion de l’eau entre modernité et durabilité.

L’eau comme ressource pour le territoire : intégration et coalescence

31Cette « multidimensionalité» de l’eau, reconnue dans la prise en compte du contexte socio-spatial, politique et culturel, permet également d’interroger les champs de la ressource : n’est-elle que le vecteur de jeux d’acteurs et de rationalités économiques et sociales, ou peut-elle également jouer un rôle de « passeur » entre ces systèmes ? L’enjeu de cette question est d’expliquer comment des réalités qui apparaissent isolées se retrouvent dans des situations spatiales communes. On a affirmé que l’eau devient ressource lorsqu’elle passe d’un état de latence à un état de disponibilité par rapport au processus de production. D’un point de vue sémantique, l’objet eau devient, dès lors, constitutif de plusieurs systèmes qui participent à son identification :

32un système naturel, matérialisé par le bassin hydrographique et spécifié par les caractéristiques physiques de l’eau ;

33un système économique, matérialisé par le circuit économique et spécifié par les modes de mise en valeur dans lequel on fait pénétrer l’eau ;

34un système social, matérialisé par la négociation entre acteurs, les normes de gestion des usages, la dimension culturelle de certains usages.

35La ressource recouvre ainsi trois dimensions entre lesquelles il est difficile de tracer des limites et qui forment un système imbriquant l’organisation politique, l’aménagement du territoire et la régularisation des ressources en eau. Chacun des trois systèmes est plus ou moins prégnant dans l’identification de la ressource, et articule un nombre plus ou moins grand de sous-systèmes : c’est ainsi que la connexion, naturelle ou artificielle, entre bassins hydrographiques peut conduire à intégrer autant de nouveaux éléments. De même, le système économique est d’autant plus complexe que les usages et les objectifs de production sont diversifiés. Or, c’est bien la désignation de ces sous-systèmes qui permet de créer la ressource.

36Ces systèmes sont, par ailleurs, actifs à des échelles variables : dans le cas des sociétés hydrauliques citées, l’échelle de l’usage est locale quand les normes de gestion sont dictées par la politique nationale, par exemple. Dans les périmètres d’irrigation moderne du Maroc, ce sont les cours du marché des produits agricoles qui ont défini d’abord le choix des spéculations. Dans ce cas de figure, la ressource en eau connecte l’ensemble des acteurs constitutifs de ses systèmes d’identification. Au-delà du lien social et de l’espace social, elle favorise donc la coalescence territoriale (augmentation des échelles) par ubiquité des principes propres à chaque système (figure 2).

Figure 2. Les quatre dimensions de l’eau-ressource

Figure 2. Les quatre dimensions de l’eau-ressource

37Dans ce cas, l’eau-ressource n’est ni seulement l’objet d’une représentation sociale (vision dynamique), ni seulement le fil d’Ariane des relations entre acteurs (vision structuraliste), elle constitue la matérialité d’un enchevêtrement de dynamiques multiples fonctionnant à différentes échelles (vision systémique et complexe). De ce fait, elle permet d’intégrer les acteurs locaux et leurs logiques d’action à des stratégies plus globales véhiculées par la mondialisation. La compréhension et la représentation d’un système « monde », construit sur l’articulation de la globalisation des échanges avec d’autres espaces en réseau (information, culture) et des espaces à dominante territoriale (le politique ; Dollfus et al., 1999), a donc participé à la rupture avec une vision régionale de la ressource en eau. Cette vision n’existe d’ailleurs que dans la conjonction, à un moment donné, de logiques, de besoins et de processus spécifiques ; on ne peut donc envisager la ressource hors d’un cadre temporel, exprimé par l’actualité de la ressource par rapport à ces logiques, ces besoins et ces processus. C’est-à-dire que la ressource n’existe que dans la capacité de la société à en distinguer plusieurs niveaux de réalité. Sa gestion ne peut donc être que sociale et avoir pour mission de mettre en cohérence ces niveaux.

38Ce qui apparaît à travers cette présentation, c’est donc que le manque d’eau est investi de manières distinctes par les grands types de représentation. Si la notion de pénurie est chaque fois au centre du sens accordé par la société à l’eau, il est en revanche intéressant de voir qu’après avoir été représentatif des singularités du local, elle est aujourd’hui le vecteur d’une conception de plus en plus globale. La manière dont l’Etat marocain se saisit actuellement de la menace de la pénurie pour normaliser les pratiques et les usages de l’eau dans l’ensemble des territoires constitutifs du pays est l’illustration de cette capacité de coalescence qui caractérise la ressource. En effet, l’évolution que connaît le pays dans le domaine de l’eau est marquée par la nécessité de réintroduire l’action individuelle de l’usager dans l’action collective du gestionnaire, ce qui suppose l’usage de la négociation dans la fabrication d’une représentation collective de l’objet eau et la construction d’accords sur des points consensuels. C’est ce rôle idéologique que va jouer la pénurie.

Quand la pénurie valorise la ressource : l’exemple de la nouvelle politique de l’eau au Maroc

  • 9  Dans l’esprit de son emploi, la solidarité se traduit d’abord par la responsabilisation de chaque (...)

39L’énoncé par la loi de la nécessité d’une solidarité entre régions excédentaires et régions déficitaires en eau doit permettre de régler l’insuffisance de la ressource dans les périmètres irrigués en faisant partager le risque de pénurie à l’ensemble de la société9. Cette solidarité est l’expression du partage social du risque de pénurie en eau, contre laquelle l’aménagement hydraulique joue le rôle de protection et dont l’Etat se porte garant. Depuis le lancement de la politique des barrages par Hassan II, au début des années 1970, l’Etat s’est en effet emparé de la question hydro-agricole comme ferment de l’unité nationale. C’est pourquoi la rhétorique de la solidarité hydraulique est à prendre dans cette perspective. Elle a pour fonction de remplir la mission dans laquelle l’aménagement hydraulique a échoué puisqu’il a exacerbé les discontinuités sociales et économiques entre espaces agricoles et urbains d’une part, et entre espaces ruraux et périurbains d’autre part.

Pénurie et économie d’eau, les stigmates d’une gestion sociale de l’eau ?

40Conformément à l’évolution actuelle de la gestion des eaux à l’échelle planétaire, l’appréhension de la pénurie au Maroc consiste à recréer une culture de la gestion dans laquelle l’eau est considérée comme une ressource irrégulière et rare, sujet d’une pénurie déterminée non seulement par des causes physiques mais aussi par son coût socio-économique et écologique. Dans ce courant, le recours par l’Etat à la notion de solidarité, au sein et entre les bassins, consiste à faire passer l’ensemble des acteurs locaux de l’eau du statut de communautés (objectif moderniste des périmètres irrigués) à celui de société (vision post-moderne et intégrée). La solidarité est en quelque sorte le pendant « social » de l’unicité de la ressource. Or l’activation de ce levier est entièrement déterminée par la perspective d’une pénurie, précisée dans son étendue et localisée dans le temps : le stress hydrique est « prévu » pour 2010, annoncé par le caractère désormais structurel de la sécheresse, par la polarisation de la demande urbaine et agricole et par la surconsommation de la petite et moyenne hydraulique rurale. Le changement au sein de l’hydrosystème est annoncé et agit par anticipation sur l’ensemble de la société. Dès lors, la solidarité n’est plus la traduction d’un sentiment partagé mais apparaît comme une nécessité fondée sur un argumentaire scientifique et activée grâce à la menace que représente le futur. Par là, l’Etat légitime un changement global des pratiques, une transformation de l’organisation institutionnelle du secteur de l’eau, la mise en place d’une tarification de l’eau et un aménagement grandissant de la ressource. La proposition faite pour résoudre les conflits régionaux entre territoires hydrauliques consiste donc en une surimposition d’un principe territorial supérieur (la solidarité face à la pénurie) venant se substituer, d’une part, aux logiques propres à la petite et moyenne hydraulique et, d’autre part, au fonctionnement localisé des périmètres de grande hydraulique.

  • 10  Le fonctionnement du Canal de Rocade en est l’illustration : l’Agence fournit l’eau des barrages à (...)
  • 11  Equivalent du préfet de département.

41Concrètement, cela se traduit d’abord par la mobilisation de l’ensemble des acteurs et des usagers autour de nouvelles pratiques. C’est ainsi que « l’économie d’eau » est devenue le leitmotiv de la gestion intégrée des ressources en eau, fondée sur la conception d’une ressource dont l’accroissement ne peut provenir que du réseau existant lui-même : l’économie d’eau stigmatise ainsi le passage à une forme de gestion sociale de la demande. La réforme structurelle du secteur de l’eau illustre l’importance désormais conférée à cette question à l’échelle nationale, élargie au grand public à travers la diffusion de spots télévisés, de l’affichage public et de publicités dans la presse écrite. Dans la région de Marrakech, la pluralité de fonction des réseaux et l’emboîtement des opérateurs10 a conduit à la création de structures transversales, comme le Comité de Vigilance destiné à réguler l’ensemble des pratiques de consommation sous l’autorité du Wali11, en période de sécheresse. Dans le collimateur, les pratiques clandestines, notamment en milieu rural, sont accusées de beaucoup peser sur la ressource : les piquages effectués sur la conduite de certains barrages peuvent équivaloir à 25 ou 30 % de « pertes » transitant par de petits canaux clandestins. Dans le cadre d’interconnexions entre réseau agricole et réseau AEP, en période de sécheresse, la menace de nombreux piquages sur les conduites à ciel ouvert rend également difficile le calcul des quantités réellement disponibles de cette manière. Enfin, la recherche d’eaux non conventionnelles, conduite par l’Agence de bassin, représente également une des évolutions à venir ; elle implique la mise en valeur de l’eau régulée, soit pas la réutilisation des eaux usées pour l’irrigation, soit par la recharge artificielle des nappes à partir de lâchers depuis les barrages.

42On le voit, à l’amélioration du réseau de grande hydraulique, l’Etat tente d’ajouter un contrôle de l’ensemble des réseaux locaux et de l’ensemble des pratiques spatiales susceptibles d’interagir avec le système hydrographique. Cette évolution traduit une nouvelle forme de territorialisation par le réseau. Par le biais de la nouvelle loi, l’unité hydraulique constituée par le réseau est complétée par l’unicité hydraulique : le réseau de grande hydraulique est intégré à une organisation globale de la gestion dépassant le cadre spatial et les enjeux locaux. Il ne peut plus être appréhendé hors des stratégies globales dont il devient peu à peu porteur.

Réinvestir l’espace des pratiques sociales de l’eau

43Pour comprendre ce réinvestissement, il faut brièvement resituer l’actuelle organisation territoriale de la gestion de l’eau au Maroc dans le mouvement historique qui la caractérise. Dans un premier temps, la politique de l’eau sous le Protectorat a fractionné l’espace régional en distinguant l’eau de la plaine, à forte connotation productiviste, de l’eau de la montagne dont la distribution symbolise alors la culture et la tradition que doit protéger le colonisateur. Par la suite, le déséquilibre environnemental, traduit par la nécessité de répondre aux besoins croissants créés par la grande hydraulique, a conduit à une intervention autoritaire dans les bassins versants (construction de barrages, protection des sols). Aujourd’hui, la prise en compte des intérêts de la population permet le redéploiement des normes d’utilisation de la ressource par la grande hydraulique, dans les territoires dont elle dépend. En effet, le premier souci des autorités est de protéger la ressource : en limitant le gaspillage bien sûr mais également en protégeant l’efficacité des grands barrages.

44Entre matière première et équipement, le terme de ressource renvoie à deux réalités qui expliquent les deux stratégies d’action adoptées. La première est une protection « active » destinée à accroître la part d’eau utilisable pour un aménagement égal (protection des sols) ; la seconde est une protection « passive » destinée à accroître la part d’eau utilisée par la gestion du réseau de distribution (économie d’eau). Ces deux formes d’intervention n’investissent pas l’espace de la même manière. D’un côté, il est structuré et relativement connu, alors qu’il est pionnier dans l’autre et intègre des problématiques territoriales plus complexes (développement des vallées de montagne, rareté des infrastructures en milieu rural, absence de bénéfices locaux dus aux aménagements). Il s’agit bien de (re)créer de la proximité spatiale entre les usagers, de construire une pratique globale de l’eau intégrant non seulement la production et la gestion de réseaux mais également les types de consommation, les pratiques de l’espace servant de support à la ressource, les liens entre acteurs et des logiques relevant autant d’une politique publique que du fonctionnement interne d’un opérateur.

  • 1

45C’est là que la normalisation des pratiques sociales de l’eau, activée par le recours à la solidarité et diffusée autour de l’ensemble des réseaux hydrauliques, permet à l’Etat d’investir l’ensemble de l’espace et non pas seulement le réseau. Car l’objectif est bien de viabiliser les très importants investissements réalisés pour l’agriculture irriguée et notamment en luttant contre l’érosion des bassins versants dominant les grands barrages : intensification des cultures de montagne par l’irrigation, mise en défens des forêts, diversification des activités. Par exemple, dès 1994, les objectifs du Plan national d’aménagement des bassins versants – destiné à limiter l’érosion - intégraient ceux fixés par l’Etat en matière d’hydraulique12. Ainsi, les territoires de montagne constituent le théâtre de nouvelles procédures d’aménagement (concertation, participation, développement agricole) vouées à pérenniser le fonctionnement du réseau en aval. Dans ce cadre, le réseau convoque un processus de nature aréolaire marqué par la constitution d’un lien nouveau entre les populations de montagne, les opérateurs de réseau et les bénéficiaires. Même si ce lien doit se nouer autour d’un paradoxe : la priorité de l’Administration demeure la gestion des ressources naturelles mais les actions de protection ne sont initiées qu’une fois acquise la confiance des populations à travers la mise en place d’interventions d’autres natures (travaux hydrauliques essentiellement). La stratégie est donc idéologique, l’essentiel étant dans le changement de comportement des populations à l’intérieur d’un espace hydraulique de plus en plus étendu, un espace qui combine la ressource elle-même, l’étendue procédant de sa production et lui conférant ses caractéristiques propres, et des aménagements permettant son utilisation. Dans ce sens, il n’est probablement pas dû au hasard que la prise en considération des populations par les agents hydrauliques recouvre un aspect normatif organisé de manière centripète autour des réseaux de grande hydraulique :

46par la délégation de la régulation des usages et de la gestion des équipements au sein des espaces périphériques,

47par l’association dans la mobilisation des moyens financiers et de la force de travail locaux - de sorte à responsabiliser les populations vis-à-vis d’aménagements dont la fonction n’est pas forcément locale,

48et par la tarification de l’eau et du service de distribution dans les espaces urbains et agricoles tributaires du réseau de grande hydraulique.

49L’unité hydraulique construite grâce au développement de ces actions doit de la sorte se voir complétée : à la capacité de résilience face à l’aléa climatique, s’ajoutera la réduction d’un aléa de nature organisationnelle. La définition d’une sorte d’idéal-type de pratique sociale de l’eau traduit par conséquent un autre bouleversement : le réseau moderne remettait en cause la disposition spatiale des ressources utilisables, l’adoption de la nouvelle réglementation remet en cause la disposition spatiale des formes d’utilisation. Or ce retournement correspond à l’énoncé de la loi 10-95, c’est-à-dire au déploiement juridico-institutionnel de la norme hydraulique dans l’espace. Tout réseau est donc intégré à une organisation globale de la gestion. Et, par le biais de la participation, les acteurs du développement hydraulique local agissent publiquement comme membre de la société, conscients de participer à la réalisation d’un dessein commun. La constitution progressive d’une solidarité de fait entre les populations de montagne, les opérateurs de réseau et les bénéficiaires est en réalité le résultat de l’adoption d’un système de gestion organisationnel des mises en relation par le réseau. La pénurie est une forme idéologique organisant la visibilité de la norme qui réglemente la conduite sociale ; elle permet notamment que le développement des territoires ruraux par le biais de l’hydraulique assure dans un même temps leur intégration au territoire national.

Conclusion

50La pénurie, c’est d’abord un conflit : entre des usagers d’une même ressource devenant concurrents mais aussi entre une vision de l’avenir et le potentiel présenté par le présent. C’est-à-dire que la pénurie, dans un rapport ontologique à la ressource, tient de la nature conflictuelle des rapports d’un modèle (de gestion, de développement, d’organisation) au territoire. En cela, la pénurie joue à double titre dans la construction de la ressource : parce que son contrôle détermine la qualité de la ressource et parce qu’elle favorise la mobilisation collective pour assurer la pérennité de la ressource. Dans le cas du Maroc, l’évolution de la manière dont elle est prise en compte traduit un glissement dans les représentations sociales :

51de ce qui fait ressource : du milieu naturel à l’aménagement,

52et du champ de maîtrise de l’aménageur : du réseau à l’espace, de la technique aux pratiques.

53Le « retour » du milieu naturel dans la problématique de l’aménagement se fait donc au titre d’une conception globale du milieu et non plus à celui des spécificités du territoire ; il s’accompagne d’ailleurs d’un discours propre aux perspectives mondialisées posées par le développement durable.

54Néanmoins, dans l’exemple étudié, le recours à la pénurie ne renvoie pas réellement à une nouvelle conception de la gestion de l’eau. Il correspond seulement à une remise en cause de la manière dont est pratiqué le réseau et non à la refondation des fonctions de ce réseau. Dans ce sens, la prise en compte des pratiques sociales dans la concertation et la participation des populations locales ne semblent pas correspondre à l’évolution paradigmatique que représente le concept de gestion sociale de l’eau. La pénurie est employée comme un moyen d’améliorer le fonctionnement du développement hydro-agricole par une forme d’intégration du vivant, fonctionnement qui correspond à une gestion de l’eau par l’offre, héritée du modèle qui perdure depuis près d’un siècle.

5512  On peut notamment citer l’objectif du million d’ha irrigués en 2000, l’accroissement de la production énergétique, la participation des eaux de surface à l’alimentation en eau potable des agglomérations, l’augmentation de l’eau « régularisable » et de la dotation par habitant (Agro Concept, 1994).

Haut de page

Bibliographie

AGRO CONCEPT, 1994, Plan national d’aménagement des bassins versants, Rapport de synthèse, Phase II, Rabat, Administration des Eaux et Forêts et de la Conservation des Sols, 47 p. + annexes.

ALEXANDRE O., 2004, La réforme de la gestion de l’eau sous l’angle territorial. L’exemple de la région de Marrakech, Thèse de doctorat de géographie, Université Grenoble 1, 503 p. + annexes.

ARRUS R., 1981, La valorisation de l’eau en Algérie. Aspects théorique et pratique (1830 – 1962), Thèse pour le Doctorat d’Etat, Université des Sciences Sociales de Grenoble, 514 p. + annexes.

ASPINION R., 1946, Contribution à l’étude du droit coutumier berbère marocain (études sur les coutumes des tribus Zayanes), Ed. A Moynier, Casablanca-Fès, 2ème édition, 308 p. 

BERDOULAY V., SOUBEYRAN O. dir., 2000, Milieu, colonisation et développement durable. Perspectives géographiques sur l’aménagement, Paris, l’Harmattan, 262 p.

BERQUE J., 2001, Opera minora, Paris, Tomes 1 et 2, Ed. Bouchènes, 1 400 p.

COLLETIS-WAHL K., 2002, « Latence et spécification des facteurs de production. Quel rôle dans le développement régional ? », Revue Canadienne de Sciences Régionales, vol. 21, n°1, p. 103-116.

Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement, 1988, Notre avenir à tous, Montréal, Les Editions du Fleuve, 432 p.

Conseil Supérieur de l’Eau et du Climat, 2002, Projet de plan national de l’eau, Rabat, non paginé.

DI MÉO G., 1999, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan université, Fac. Géographie, 320 p.

DOLLFUS O., GRATALOUP C., LEVY J., 1999, « Le Monde : pluriel et singulier » in BEAUD M. et al., Mondialisation : les mots et les choses, Paris, Karthala, p. 81-122.

DUPUY G., 1993, « Géographie et économie des réseaux », L’Espace géographique, n°3, p. 193-209.

GHIOTTI S., 2001, La place du bassin versant dans les dynamiques contemporaines du développement territorial : les limites d’une évidence. Approches comparées en Ardèche et dans les Hautes-Alpes, Thèse de doctorat, Université J. Fourier, Grenoble, 475 p. 

GUMUCHIAN H., 2004, Entre forme et sens : le territoire comme objet géographique soumis à l’observation, texte proposé en Séminaire d’Equipe du laboratoire Territoires, CERMOSEM/UMR PACTE 5194, Le Pradel, 8 p. 

LE COZ J., 1987, "Etat territorial et espaces hydrauliques au Maroc", Etudes Méditerranéennes, Poitiers, Centre Interuniversitaire d'Etudes Méditerranéennes, p. 319-332.

MATHIEU p., BENALI A., AUBRIOT O., 2001, « Dynamiques institutionnelles et conflit autour des droits d’eau dans un système traditionnel au Maroc », Revue Tiers Monde, n°166, avril/juin, p. 353-374.

OFFNER J.-M., PUMAIN D. dir., 1996, Réseaux et territoires. Significations croisées, La Tour d’Aigues, Ed. de l’Aube, 280 p.

PUECH D., 2001, « La mutation des modalités de gestion de l’eau implique-t-elle celle des unités territoriales compétentes ? », Montagnes Méditerranéennes, n°14, p. 19-24.

ROUX E., 1999, De la gestion de l'espace à la gestion des territoires en montagnes méditerranéennes. Des logiques d'acteurs différenciées. Thèse de Doctorat, UJF-Grenoble 1, IGA, LAMA-CERMOSEM, 373 p. + annexes.

TROIN J.-F. dir., 2002, Maroc : régions, pays, territoires, Paris, Maisonneuve et Larose, 502 p.

-, 1995, « Loi n°10-95 sur l’eau », Bulletin Officiel, Rabat, Royaume du Maroc, p. 627-663.

-, 1999, Stratégies 2020 de développement rural. Document de référence, Rabat, Ministère de l’agriculture, de développement rural et des pêches maritimes, 293 p.

Haut de page

Notes

1  K. Colletis fait de l’évolution des représentations sociales, qu’elle soit insufflée par les institutions ou par la société civile, un facteur déclenchant du développement régional dans l’activation de « facteurs latents » et de « facteurs génériques », c’est-à-dire des ressources qui ne sont pas encore rentrées dans un système de production (Colletis-Wahl, 2002).

2  Cette approche, héritée de la philosophie post-kantienne, traduit l’idée selon laquelle nos représentations du réel sont d’une autre nature que le réel sur lequel elles portent.

3  Dahir du 8 novembre 1919, édicté sous le Protectorat.

4  La situation marocaine est aujourd’hui à la mise en place de ces principes et, si les discours font de plus en plus allusion aux autres usagers et aux autres secteurs hydrauliques, leur application fonctionnelle n’a encore investi que séparément les divers champs de compétence des agents et des opérateurs. Bien que destinée à constituer le cadre de fonctionnement du système, la tarification n’existe qu’entre les partenaires au sein de binômes « un opérateur/un usage », comme entre consommateurs urbains et régies ou entre irrigants et Offices agricoles.

5  Cf les dix « orientations générales » du Plan National de l’Eau (Conseil Supérieur de l’Eau et du Climat, 2002).

6  Les politiques de développement agricole en Méditerranée, ont favorisé le passage de l’une à l’autre.

7  Si au Maroc, il n’est sans doute plus possible de faire correspondre strictement ces représentations à des groupes et à des espaces précis, le croisement des modes d’intervention et de gestion dans le cadre de la mise en valeur agricole, de la construction des barrages en vallée et des actions de développement montagnard, contribue à les imbriquer et à rendre la gestion de la ressource d’autant plus complexe.

8  La distinction de trois grands types de représentations de l’eau constitue une lecture adoptée par un certain nombre de travaux sur la gestion des ressources naturelles ; leur dénomination, variant selon les auteurs, renvoie néanmoins à des nuances caractéristiques des problématiques dans lesquelles elle est évoquée (voir, par exemple, Ghiotti, 2001 ; Roux , 1999).

9  Dans l’esprit de son emploi, la solidarité se traduit d’abord par la responsabilisation de chaque individu vis-à-vis d’une société dont il n’est constitutif qu’à condition d’assumer sa dépendance à elle (Alexandre, 2004).

10  Le fonctionnement du Canal de Rocade en est l’illustration : l’Agence fournit l’eau des barrages à l’Office agricole, qui la fait transiter par le canal avant de la distribuer à ses ayant-droits ainsi qu’à l’Office National de l’Eau Potable (ONEP). Après traitement commun de ces eaux et des eaux souterraines, l’ONEP procède à leur stockage puis les livre à la Régie des eaux de Marrakech qui les distribue.

11  Equivalent du préfet de département.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Trois rapports de la gestion de l’eau au milieu et au manque d’eau
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1244/img-1.png
Fichier image/png, 55k
Titre Figure 2. Les quatre dimensions de l’eau-ressource
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1244/img-2.png
Fichier image/png, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Alexandre, « Lorsque la pénurie fait ressource. Etude géographique de la notion de ressource. L’exemple de la politique de l’eau au Maroc », Géocarrefour, vol. 80/4 | 2005, 263-272.

Référence électronique

Olivier Alexandre, « Lorsque la pénurie fait ressource. Etude géographique de la notion de ressource. L’exemple de la politique de l’eau au Maroc », Géocarrefour [En ligne], vol. 80/4 | 2005, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1244 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1244

Haut de page

Auteur

Olivier Alexandre

Université Joseph Fourier - Grenoble I
Laboratoire Territoires, UMR PACTE 5194
14 bis avenue Marie Reynoard
38100 Grenoble
Olivier.Alexandre@ujf-grenoble.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page