Navigation – Plan du site

Quels indicateurs pertinents de la pénurie d’eau ?

What pertinent indicators of water shortage?
Jean Margat

Résumés

Le ratio ressources en eau (naturelles et moyennes) par habitant, associé à un seuil convenu, est l’indicateur de pénurie d’eau (structurelle) le plus couramment utilisé, surtout pour des comparaisons entre pays et en prospective. Sa signification dépend cependant beaucoup de la définition du terme ressource et du choix du territoire de référence de la population comme de la ressource.

L’extrême disparité des demandes en eau réelles par habitant, en fonction notamment du climat dans le monde, empêche un indicateur de pénurie d’eau rapporté à la population d’être universel.

Haut de page

Texte intégral

1Le concept de pénurie d’eau structurelle ayant le sens général de situation d’inéquation : Ressource en eau (offre)<demande en eau sans entrer ici dans la discussion sur lequel des deux termes est en « défaut » (offre insuffisante ou demande excessive ?), on doit s’interroger sur la pertinence des indicateurs servant communément à l’évaluer.

2Deux indicateurs sont couramment utilisés pour mesurer :

3l’un, l’abondance ou la rareté relative des ressources en eau : ratio comparant les ressources (réduites à leur seule dimension quantitative de flux moyen) à la population (considérée a priori comme le principal facteur universel de demande en eau, pour toutes utilisations), exprimé soit en ressources par habitant, soit par son inverse en nombre d’habitants par unité de flux de ressource (chiffré par exemple en hm3/an) tel que « l’indice de compétition » de M. Falkenmark ; cet indicateur se prête bien aussi à la prospective en s’appuyant sur les projections démographiques ;

4- l’autre, la pression humaine sur les ressources en eau : ratio comparant les prélèvements en eau - ou la consommation finale (c’est-à-dire la part des eaux prélevées non retournées aux eaux continentales, après usage) ) aux flux moyens de ressources, indices d’exploitation ou de consommation finale exprimés en %.

5Chacun de ces indicateurs donne lieu à une échelle porteuse de seuils conventionnels délimitant des classes caractérisant des situations, notamment de « tension » ou de « pénurie », tels que les seuils de M. Falkenmark, applicables à des classifications et à des cartographies maintes fois publiées.

6Par exemple :

Indicateur

Unité

Pauvreté en eau (tension), water stress

Pénurie (scarcity)

Ressources par habitant

m3/an.cap

500-1000

< 500

Indice d’exploitation

%

50-100

≥ 100

7La corrélation acceptable de ces deux indicateurs dans une région assez homogène paraît corroborer les seuils choisis et autorise à conjuguer les deux classifications. Cf. l’exemple des pays méditerranéens (fig. 1).

Figure 1 : Indicateurs de pauvreté et de pénurie d’eau. Relation entre l’indice d’exploitation des ressources en eau naturelles renouvelables et les ressources naturelles par habitant des pays méditerranéens à la fin du XXe s.

Figure 1 : Indicateurs de pauvreté et de pénurie d’eau. Relation entre l’indice d’exploitation des ressources en eau naturelles renouvelables et les ressources naturelles par habitant des pays méditerranéens à la fin du XXe s.

8Toutefois, deux sortes de problèmes se posent :

Quelle référence territoriale ?

9Dans la plupart des pays assez étendus, la diversité des conditions climatiques et hydrologiques (génératrices des ressources en eau), comme celle de répartition des populations et des sites d’utilisation d’eau (villes, aires irriguées) rend les moyennes nationales peu significatives. Il en est de même des grands bassins hydrographiques. Un indicateur calculé par pays entier est trop global et, agrégé, il peut masquer des situations internes contrastées. Cf. L’exemple des ressources par habitant calculées suivant plusieurs découpages territoriaux en deux pays de la Méditerranée, l’Espagne et la Turquie, présenté en fig. 2).

Figure 2 : Ressources en eau naturelles par habitant en Espagne et en Turquie (suivant population 1995)

Figure 2 : Ressources en eau naturelles par habitant en Espagne et en Turquie (suivant population 1995)

Quelles ressources en eau ?

10Les panoramas comparatifs mondiaux ou régionaux se réfèrent généralement aux seules ressources renouvelables « naturelles », c’est-à-dire aux « eaux bleues », et souvent aux seules ressources internes (indépendantes des apports transfrontaliers), définies essentiellement sur des bases hydrologiques, mieux comparables ; encore que des moyennes identiques peuvent masquer des différences notables de variabilité ou de proportions d’eau souterraine ou superficielle, donc de maîtrisabilité. Se référer aux ressources jugées exploitables, même suivant des critères moins universels, serait plus réaliste. La prise en compte des ressources non renouvelables, source d’approvisionnement présente majeure en quelques pays (en zone aride) peut-elle être négligée, bien qu’elles soient temporaires ?

11Faut-il comptabiliser les ressources « secondaires » (reprise des eaux retournées au milieu naturel après un premier usage, comme en Egypte) et les ressources « non conventionnelles » (réutilisation d’eau usée, dessalement, importation) qui constituent une « réponse » aux situations de pénurie ?

12Comparer les demandes en eau actuelles (ou prévisibles) à toutes les ressources dites « naturelles » peut, dans bien des cas, paraître trop optimiste et masquer des tensions locales, sinon régionales, réelles, ou encore entériner des pressions excessives, à impacts indésirables, sur ces ressources.

13En toute rigueur, ces indicateurs, surtout les « ressources en eau par habitant », ne peuvent comparer valablement que des pays ou régions à conditions climatiques, hydrologiques et socio-économiques similaires. Ne pas perdre de vue que les « seuils de Falkenmark » (cf. leur définition originelle, 1997) n’étaient conçus que pour les pays où l’alimentation de la population est dépendante principalement de la production agricole intérieure et irriguée.

14Faire de la population le facteur standard des demandes en eau est une commodité statistique trop simplificatrice. En fait, les demandes en eau totales par habitant (calculées en moyenne par pays) sont variées à l’extrême dans le monde : de moins de 100 à plus de 5000 m3/an par tête, et sans lien avec les ressources (les demandes en eau par tête les plus basses se trouvent dans des pays à ressources très abondantes, et sans nécessité d’irrigation, comme en Afrique centrale ou dans une partie de l’Amérique latine). La fracture majeure qui divise le monde est la nécessité ou non de l’irrigation pour l’agriculture, d’ordre essentiellement climatique.

15Ces différences de demandes en eau par habitant affaiblissent beaucoup la signification de l’indice de ressource rapporté à la population pour évaluer l’abondance ou la rareté de ces ressources.

16La portée universelle de cet indicateur pour révéler et évaluer des situations de tension ou de pénurie est donc discutable. Il est mieux adapté à des analyses régionales. De toute façon, il serait préférable de rapporter les ressources aux demandes en eau effectives plutôt qu’à l’un de leurs facteurs présumés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Indicateurs de pauvreté et de pénurie d’eau. Relation entre l’indice d’exploitation des ressources en eau naturelles renouvelables et les ressources naturelles par habitant des pays méditerranéens à la fin du XXe s.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1235/img-1.png
Fichier image/png, 42k
Titre Figure 2 : Ressources en eau naturelles par habitant en Espagne et en Turquie (suivant population 1995)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1235/img-2.png
Fichier image/png, 91k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Margat, « Quels indicateurs pertinents de la pénurie d’eau ? », Géocarrefour [En ligne], vol. 80/4 | 2005, mis en ligne le 17 février 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1235 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1235

Haut de page

Auteur

Jean Margat

Vice-Président du Plan Bleu
E.mail : Jeanmargat@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page