Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Compte rendu de : Les villes espagnoles, Laborde P., 2005, Presses de l’Université de Bordeaux, coll. Parcours universitaires, 213 p.

Laurent Coudroy de Lille
p. 248

Texte intégral

1Cet ouvrage parcourt les chapitres classiques de l'analyse en  géographie urbaine : réseaux, croissance, fonctions urbaine, paysages, urbanisme… Les chapitre sur l'environnement et sur “les citadins et la ville” apportent des éléments plus originaux et contribuent à l'intérêt de ce manuel bien fait, dont la première qualité est de  traiter de façon équilibrée l'ensemble des villes et de la hiérarchie urbaine. Cette mise au point géographique est aussi utile en ce qu'elle insiste sur la longue durée de la ville espagnole et les traits caractéristiques de la culture urbaine de ce pays. Le bilan que l'on  peut faire aujourd'hui d'une adaptation de l'Espagne au contexte européen ne doit pas occulter le maintien, ici comme ailleurs, d'une profonde diversité géographique.

2Les remarques sur l’ouvrage concernent davantage les passages portant sur l'aménagement des villes espagnoles que sur leur géographie au sens strict. A côté des particularismes hérités, le maintien du caractère aggloméré et “compact” de ces villes est en effet trop peu souligné. Car le développement urbain actuel autour de toutes les grandes villes, peu évoqué dans cet ouvrage, reconduit étonnamment cette caractéristique traditionnelle des paysages urbains espagnols :

3- un habitat collectif très élevé (10 étages),

4- de l'individuel très groupé,

5- et le colmatage systématique des zones interstitielles demeurées vacantes depuis la phase de croissance des années 1960-1970. L'urbanisation n'est dans ce pays “diffuse” (p. 31) qu'à toute petite échelle, et “l'éclatement” (p. 168) des tissus urbain y est extrêmement limité si on compare avec le nord de notre continent. On ne peut conclure aujourd'hui que “La ville espagnole s'apparente à la plupart des agglomérations européennes dans leur périphérie” (p. 164).

6Ces phénomènes seraient sans doute apparus clairement si un passage avait été consacré à l'administration des villes : les aires urbaines n'ont dans ce pays qu'une réalité statistique; le poids des municipes qui les composent étant tel que chacun est géré de façon très autonome. L'absence de véritable entité d'agglomération s'explique aussi par le retrait de l'Etat, et l'émergence de celui, beaucoup moins normalisateur, des régions autonomes depuis les années 1980. Le passage sur “les politiques urbaines dans l'Espagne démocratique” ne prend pas en compte les tendances  récentes les plus fortes dans les grandes villes : d'un côté uniformisation des modes de croissance et des politiques régénération urbaine (Barcelone, Bilbao, Valence, Séville…) et d'autre part profonde autonomisation de l'aménagement de ces métropoles dans le cadre de “l'Etat des autonomies” et d'une affirmation de l'échelon local. S'il ne subsiste évidemment plus grand chose du centralisme franquiste technocratique, la convergence gestionnaire et “participative” pratiquée par les artisans de la démocratisation dans les années 1980-1995 appartient elle aussi au passé.

7Parmi les ouvrages importants sur l'urbanisme, celui de Mauel de Teran (Planification urbaine dans l'Espagne contemporaine, 1977) est ainsi utilisé sans que soit pris en compte son caractère militant -donc un peu daté - de refondation d'un urbanisme post-franquiste. Les écrits des architectes (Manuel de Sola Morales, Joan Busquets, Ramón Lopez de Lucio…) et plus encore le remarquable tome consacré en 1994 à la  péninsule ibérique de l'Atlas Historique des villes d'Europe (porté, à la différence de son homologue français, conjointement par des architectes, géographes et historiens) ne sont malheureusement pas utilisés.

8Les références citées par Pierre Laborde sont celles de la géographie urbaine française sur les villes (Robert Ferras, Alain Huetz de Lemps…) et espagnole (Manuel Ferrer Regales, Manuel Valenzuela Rubio…), avec  certaines  lacunes du côté de la recherche catalane comme les ouvrages classiques d'Horacio Capel (peu de choses sont dites sur la Catalogne et l'urbanisation touristique). Un certain attachement à la ville traditionnelle est perceptible pour définir l'identité (p. 167-169) et  l'urbanité (p. 194-196) espagnole. Car c'est aux tendances lourdes que cet ouvrage s'attache, aux caractérisques durables. Il est intéressant par le tour d'horizon synthétique et diversifié qu'il propose.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Coudroy de Lille, « Compte rendu de : Les villes espagnoles, Laborde P., 2005, Presses de l’Université de Bordeaux, coll. Parcours universitaires, 213 p. », Géocarrefour, vol. 80/3 | 2005, 248.

Référence électronique

Laurent Coudroy de Lille, « Compte rendu de : Les villes espagnoles, Laborde P., 2005, Presses de l’Université de Bordeaux, coll. Parcours universitaires, 213 p. », Géocarrefour [En ligne], vol. 80/3 | 2005, mis en ligne le 22 janvier 2008, consulté le 26 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1226

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page